Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la métaphore

 | 
Pierre Gault

Tom, Dick 'N' Arry : les profondeurs du lexique

J.P. Regis

Texte intégral

1PREAMBULE.

  • 1 P. BOURDIEU, Le sens pratique, Paris : Ed. de Minuit, 1960.

2L'étude lexicale qui suit s'appuie en premier lieu sur la thèse de P. BOURDIEU1 selon laquelle tous les individus d'un même groupe vivent des expériences similaires, et surtout possèdent une sorte de grille d'interprétation de ces expériences, l'habitus - structure structurée-structurante - qui les amène à construire la même cosmologie, les mêmes valeurs, et qui détermine les mânes comportements, créant ainsi l'illusion d'un monde qui se donne à voir et à interpréter en suivant la simple logique de l'expérience et du bon sens.

  • 2 M. DOUGLAS, Natural symbols. Explorations in cosmology, Londres : Barrie & Jenkins, 1973. Du même a (...)

3Une thèse de M. DOUGLAS2 constituera l'autre base de l'étude, thèse qui pose que la cosmologie d'une société donnée est à ce point déterminée par la structure sociale qu'on peut prévoir, à partir des données sociales, la symbolique (le type d'esthétique, le mode de rapport à la divinité, à l'environnement, etc.) de cette société. Pour M. DOUGLAS, la structure sociale détermine la symbolique du groupe grâce au lien intime qui s'établit toujours entre corps humain et corps social, lien pratique (inhérent, non-réfléchi, "naturel") et non pas métaphorique, tel qu'une structure sociale rigide détermine un modèle postural lui aussi rigide, où les manifestations du corps s'effacent de plus en plus à mesure qu'on s'approche des sphères éthérées du pouvoir, tel qu'un milieu non hiérarchisé imposera peu de contrôle sur les manifestations involontaires du corps.

4Je voudrais examiner ce rapport entre corps humain et corps social tel qu'il apparaît dans le lexique à travers une zone symbolique particulière : les prénoms du pénis en anglais. Cette zone a d'abord attiré mon attention parce qu'en anglais (comme en français avec "Jules", "Arthur", ou "Popol"), certains prénoms, surtout sous forme diminutive, associent le peuple et la sexualité masculine.

  • 3 Le parallèle est d'ailleurs frappant entre la théorie de l'instinct (du ça) chez FREUD, et le disco (...)

5Le corps humain est découpé en zones d'autant plus nobles qu'elles sont contrôlables : le pénis, de ce point de vue, pose problème parce que deux symboliques s'y opposent. D'une part le pénis (phallus) représente la puissance virile et, à ce titre, il est utilisé de façon positive pour représenter le pouvoir (la hallebarde du suisse, la fleur du lys, le lever du drapeau, etc.) ; d'autre part il représente l'énergie incontrôlée qui s'oppose au nui conscient, au chef (à la tête), à la classe dirigeante3. Projection, identification au pénis, ou rejet de celui-ci se trouvent mêlés dans la représentation des rôles masculins, nais ces divers mouvements psychiques déterminent, et avec beaucoup moins de complaisance, des représentations de la femme. Tout cela peut se lire dans le lexique selon une logique particulière où les liens qui tissent une vision du monde échappent facilement à la conscience du locuteur.

1. HISTOIRE DU LEXIQUE ET CRÉATION DISCURSIVE

6Le lexique s'approprie sans beaucoup de discussions : va-t-on souvent remettre en cause les connotations d'un mat ? Le fait qu'un même mot ait plusieurs sens possibles n'est pas gênant puisque la lutte pour l'univocité contre la polysémie constitue un fondaient de la ccnmunication langagière. Mais si cette polysémie n'intervient pas dans la linéarité du discours, elle est nécessairement présente, comme un courant sous-jacent prêt à surgir à la surface de la conscience. Les moments de l'irruption du sens caché s'appellent l'image poétique, la parabole, ou le jeu de mot, et, s'ils sont réussis, ils entraînent l'adhésion du groupe et révèlent une vérité à la fois individuelle et sociale. Λ ce propos, P. BOURDIEU écrit :

  • 4 P. BOURDIEU, op. cit. p. 95.

"Si les mots d'esprit imposent l'évidence de leur imprévisibilité et de leur nécessité rétrospective, c'est que la trouvaille qui met au jour des ressources depuis longtemps enfouies suppose un habitus qui possède si parfaitement les moyens d'expression objectivement disponibles qu'il est possédé par eux au point d'affirmer sa liberté par rapport à eux en accomplissant les plus rares des possibilités qu'ils impliquent nécessairement."4

  • 5 P. GUIRAUD, Sémiologie de la sexualité, Pairs : Payot, 1978, p.147.
  • 6 P. BOURDIEU, op. cit., p.94.

7L'hypothèse que je voudrais poser ici, c'est que le lexique constitue un stock de notions pré-reliées entre elles de telle sorte qu'un locuteur donné peut, suivant une logique comparable à celle de l'habitus de BOURDIEU, reconstruire lui-même les relations effacées en ayant l'illusion de la découverte, meilleur moyen d'assurer une très forte adhésion au système symbolique de son groupe. Les conditions de formation du lexique ont été oubliées, elles ne sont pas présentes à la conscience du locuteur et pourtant, au hasard des trouvailles, des lapsus, des mots d'esprit, le sens étymologique refait surface, canne si une mémoire, vieille de plusieurs siècles parfois, cherchait à s'exprimer dans les failles du discours. "Tout se passe canne si le sens étymologique, refoulé par l'intelligence, survivait inconsciemment dans le code de l'affectivité et do l'activité", affirme P. GUIRAUD5 en proposant une théorie des signes mi-Jungienne, mi-Bachelardienne qui, en poursuivant d'autres buts, rejoint BOURDIEU pour qui "l'"Inconscient" n'est jamais que l'oubli de l'histoire que l'histoire elle-même produit en réalisant les structures objectives qu'elle engendre dans ces quasinatures que sont les habitus.6

8La langue, trace de discours oubliés, substrat sédimentaire actif et partiellement inconscient, offre la possibilité de réinventer dans le discours des liens logiques qui ont toutes les apparences de l'inouï. C'est cette langue que je me propose de décrire en étudiant les diverses acceptions des prénoms anglais.

2. IBS PRÉNOMS EN ANGLAIS

9Les expressions Tom, Dick, and Harry, ou Jack, Tom Will and Dick signifient "tout le monde", "n'importe qui", et chacun de ces prénoms désigne aussi le pénis. Examinons les liens psychologiques décelables entre ces deux références relativement lointaines.

  • 7 "His betraying body told him it liked the idea…". Cette phrase trouvée dans un roman de Ρ.Κ. DICK, (...)

10Donner un prénom à son pénis correspond à une réalité psychologique complexe. L'explication la plus simple consiste à dire qu'il s'agit d'une personnification : le pénis se voit attribuer des qualités propres, particulièrement une volonté distincte de celle du moi, apparente dans l'érection involontaire7 Mais cet aspect du surnom du pénis est peu exploité dans le lexique anglais : le rapport entre le moi et le pénis y est surtout métonymique, au sens où un lien d'identité est établi entre la partie et le tout (le pénis et le mol), et aussi entrel e tout et la partie, la personnalité d'un individu ou d'une classe d'individus se trouvant alors associée à une qualité du pénis. En fait, la métonymie est si parfaite qu'il est souvent difficile de savoir si le pénis est identifié à l'haune (métonymie au sens étroit du terme), ou l'homme au pénis (synecdoque). Arrêtons-nous un instant sur cet effet métonymique pour en apprécier la portée psychologique avec quelques exemples.

11On sait que le rêve quelque peu névrotique de tout homme est d'être à la fois le pénis qui pénètre le vagin et l'enfant in utero. En termes freudiens, ce fantasme unit les contraires absolus : le paroxysme de l'excitation (Eros), et le nirvana où aucune stimulation n'est perçue (Thanatos). la métonymie moi/pénis est parfaite dans cette image qui trouve son expression très simplement en anglais avec :

  • get jack in the orchard - qui désigne la pénétration du pénis (jack) ;

  • jack in the cellar - où jack est l'enfant dans le ventre de sa mère.

12Le confusion métonymique est peut-être encore plus évidente avec l'expression to be on one's jack, équivalent de to be on one's own : être seul (avec soi-même).

13Si la personnification du pénis peut aller très loin, si le pénis peut avoir un nom et un prénom - ainsi Jack Straw's castle indique le vagin canne réceptacle du pénis personnifié -, l'effet métonymique est toujours possible, assurant une polysémie psychologiquement plus juste qu'une référence univoque. Ainsi Jack désigne le pénis, et aussi sous la forme Jack Tar, ou simplement Jack, un marin. Or Jack's delight désigne une prostituée dans un port : le Jack qui y trouve son plaisir est-il le marin, ou son pénis canne dans Jack Straw's castle ? La question est évidemment sans intérêt, ce qui importe ici, c'est l'identification des deux termes qui assurera une confusion constante entre rôles sociaux et sexualité canne nous le verrons. Mais avant cela, je voudrais examiner une autre figure de style : la métaphore.

14En termes stylistiques, le fait de comparer deux réalités en effaçant l'opération de comparaison constitue le principe de la métaphore. Par exemple si je compare un appareil de levage à un pénis parce que tous deux se caractérisent par leur capacité d'effectuer un mouvement vers le haut, et si j'efface cette propriété qui les réunit, j'obtiens une métaphore. On pourrait donc parler d'effet métaphorique quand on relève l'acception courante de jack : un cric. De façon analogue, on pourrait décrire les exemples suivants : a dick : une cravache, a Jack knife : un couteau pliant, a long tom : grand canon placé au centre du bateau. Les points de comparaison ne sont pas les mêmes que dans le premier exemple, mais on reconnaît bien le même effet métaphorique.

  • 8 Identification teneur-véhicule

15Un problème se pose ici cependant : parler de métaphore ou d'effet métaphorique à propos de ces exemples implique que l'on a porté sur eux un regard stylistique, que l'on a rendu linéaire ce qui ne l'est pas. Ce mode d'explication efface la réalité psychologique qui ne suit pas la logique binaire de la métaphore8. En effet, pour un Anglais Jack est un homme, con pénis, un marin, ou un cric selon le contexte : ce sont pour lui de simples cas d'homonymie. Cette innocence étant posée, notre Anglais pourra donner libre cours à son imagination pour fabriquer des mots d'esprit qui réunissent sous forme métaphorique les "homonymes" en question. La métaphore se déploie dans le discours, alors que dans le lexique - dans le cas précis qui nous occupe - elle se replie sur elle-même jusqu'au moment où le point de départ et le point d'arrivée de la métaphore se réalisent dans le même mot : Jack.

  • 9 Il est, de toute façon, impossible de recenser toutes les significations accordées à un mot: la seu (...)

16Ce qui importe pour nous, c'est donc de voir causent, à travers des effets métaphoriques et métonymiques intégrés dans la langue, un même mot réussit à unir de façon intime des réalités différentes dans un même bloc symbolique de façon à offrir à tout native speaker des relations logiques prêtes d'avance, présentes à un niveau non conscient sous forme d'homonymies, des lignes de moindre effort à suivre quand il cherche à interpréter le monde. Un exemple illustrera ce point de vue : a jack in the box signifie entre autres9 :

1- un diable à ressort ; 2- la partie du pistil destinée à recevoir le principe fécondant et à le transmettre à l'ovaire ; 3-une grande vis en bois (visser se dit screw, qui signifie aussi copuler) ; 4-une vis petite niais solide destinée à forcer les serrures ; 5-un tricheur.

17Ici encore, il serait inutile de décider si les figures de style implicites à ces définitions doivent se décrire canine des projections du moi ou du pénis. De fait, le moi masculin et le pénis ne font qu'un, et la virilité ainsi affirmée sert à pénétrer, forcer, violer, tromper, avec l'évidence du naturel puisque cette description du mâle face au monde n'est pas prédiquée. Or, on peut mettre en doute la valeur de vérité d'une prédication, mais pas celle du mot.

3. ANALYSE DU CORPUS

  • 10 G. HARRAP, Harrap's standard French and English Dictionnary, Londres : G. HARRAP & Co. Ltd, J.E. MA (...)
  • 11 E. PARTRIDGE, A dictionnary of slang and unconventionnal English, 5è éd., Londres : Routledge and K (...)

18Le corpus est constitué des acceptions de Dick, Tom, Harry, William, John, auxquels j'ai ajouté cock, terme d'adresse utilisé par les hommes canne ces prénoms pour saluer un ami ou une connaissance de sexe masculin. Les définitions sont celles du Harrap's standard French and English Dictionnary10 et celles (traduites) du Dictionnary of slang and unconventionnal Englinh de E. PARTRIDGE11. Les diverses acceptions de ces mots ont été classées par unités sémantiques, et les commentaires visent à élucider les rapports entre ces unités.

19Première unité : identification hommes-pénis.

20Le pénis se dit : cock, dick, jack (cf. get jack in the orchard), Jack Robinson, John Thomas, Willie (: pénis d'enfant). On trouve aussi (rare) Jack comme surnan du sexe féminin qui paye très cher ce privilège : il s'appelle alors Jack nasty face.

21La portée des prénoms s'étend ensuite au genre masculin. Puis englobant tous les hommes, les prénoms vont jusqu'à désigner n'importe qui, quelque soit son sexe, mais le plus souvent ils concernent un individu de sexe masculin défini par un trait de caractère, une particularité, physique ou autre.

Everyman Jack : le commun des mortels ; every jack rag. absolument tout le monde ; any Tom, Dick or Harry - Tom and tib - Jack, Tom, Will and Dick - Jack, Tom and Harry - Dick, Tom and Jack : tout le monde, les gens en général ; Dick : un homme, quelqu'un ; John : un quidam, un petit ami (un Jules) ; old cock : vieille branche ; cock and hen club : club mixte ; John-and-Joan : homosexuel ; Dick's hatband : un moyen de fortune (dick = anybody) ; Jack of legs : homme particulièrement grand ; Jack Sprat : gringalet ; Harry Common : qui court les femmes ; Tom Astoner : un casse-cou ; John Drawlatch : un sournois ; Johnny Νewcome : un nouveau-né ; do a Johnny Scaparey : s'échapper ; Jack bragger : un vantard ; Jack Frost : gel personnifié ; Jack-o'-lantern - Will-o'-the-wisp : feu follet : Jack of all trades : bon à tout, bon à rien ; Jack Sauce : inpertinent (saucy) ; Tom-a-Stylen : un plaideur (avec pour adversaire John-a-Nokes) : Tom Tell- Troth : un honnête homme ; etc.

22On rencontre aussi des surnoms donnés à des communautés entières : l'ennemi, l'étranger, ou le cousin de province.

Dick(e)y Sam : originaire de Liverpool ; cousin Jacky : habitant de Cornouailles ; John, John Tuck : un Chinois ; Johnnie : un Grec, un Turc ; Johnny Bono : un Anglais ; Johnny Crapose : un Français ; Johnny Squarehead : un Allemand.

23Les prénoms racontent aussi le folklore des métiers populaires, qui sont, pour la plupart dos métiers "d'homme".

Good, bad cock : bon, mauvais ouvrier ; Dick : policeman ; Harry : un paysan ; Johnny Armstrong : travailleur manuel ; John, John Hop (rh. sl. : cop) : un policeman ; John fortnight : receveur de loyers ; Jack : policeman, manoeuvre, paysan, marin ; Jack nasty face : un marin, un aide cuisinier ; When Jack is ashore : quand le marin tire une bordée ; Jack at a pinch : personne employée en cas d'urgence ; Jack Tar : marin ; Jack-boy : postillon ; Jack in a box : marchand ambulant ; cheap Jack : un camelot ; Tom Topper, Tom Tug : un passeur, un docker ; Tom Tailor : un tailleur ; Jack Snip : un tailleur de second ordre ; Tommy : un soldat (anglais) ; John : cadet de première année ; etc.

24Un homme, c'est un travailleur manuel ou un soldat, c'est aussi un serviteur :

John : nom donné à n'importe quel serviteur - "All men servants are Johns at Shrewsbury" -, Jimmy fonctionne de la même façon : fréquent à Newcastle ; John Thomas : un larbin ; Jack : un valet ; jackman : suivant d'un noble.

  • 12 Cf. le proverbe, courant au XIVè siècle : "Jack wold be a gentilman if he coude speke frensske", ci (...)

25Ces premières listes regroupaient donc les définitions habituelles de l'homme : un sexe, une force musculaire, une unité de travail ou de combat. Sont exclus de la liste des métiers "d'homme" la bourgeoisie et l'aristocratie. A quelques exceptions près, seuls les travaux manuels sont concernés, conformément à la définition médiévale de Jack12 ou du Jacques, le manant, force de travail sur le domaine du seigneur et piétaille dans l'armée. En retour, l'aristocratie et la bourgeoisie, délivrées du mâle et de la brute (qu'incarnent les gueux) par la grâce du raffinement, se trouvent privées de puissance sexuelle, mais c'est une autre histoire.

26Deuxième unité : la masculinité.

27La deuxième unité est plus problématique ; elle concerne la masculinité quand celle-ci ne porte pas sur des hommes. La possession d'un pénis, impliquée par ces prénoms, est étendue à certains animaux, ce qui se comprend, nais elle est aussi accordée à des femmes et s'accompagne alors d'une vive réaction de défense où se lit une mâle indignation devant un pouvoir usurpé.

28Concernant les animaux :

Cork bird : oiseau mâle ; cock lobster : homard mâle ; dickey : âne mâle ; Johnny Bum : âne mâle ; jack hare : lièvre mâle ; jack rabbit : lapin mâle ; jack : un singe ; tomcat : un matou.

Le sexe masculin se trouve aussi indiqué dans : cock-bawd : tenancier de bordel (habituellement une faune) ; cock-pimp : mari supposé d'une entremetteuse.

29Concernant les femmes :

Tom : une jeune fille, une prostituée aux traits masculins, une lesbienne ; tomboy : un garçon manqué ; Jack whore : jeune femme forte et masculine ; John Thomson'a man : homme dominé par sa femme (Ce qui est particulièrement mal perçu par les Anglais : il est aussi grave et ridicule d'être henpecked en Angleterre que d'être cocu en France) ; in the days of Queen Dick : jamais (incompatibilité entre le sexe de la reine et Dick). De la même manière : "that happened in the reign of Queen Dick" se dit à propos d'une histoire absurde.

30Troisième unité : la copulation.

31La femme et son sexe se trouvent très crûment définis comme objets du désir de l'homme :

Cock alley, cock inn : le vagin ; cock-chafer, cock-teaser : une allumeuse ou le vagin ; cockish, à propos d'un homme : vigoureux, à propos d'une faune : débauchée ; naughty dicky bird : prostituée ; cocktail, cockatrice : prostituée ; to cock : copuler (généralement sous la forme be cocked) ; to jack, get jack in the orchard : copuler ; sens associés (?) jack : s'enfuir rapidement, fermer à clé.

  • 13 J. LENNON & P. MC CARTNEY, "Norwegian wood", Rubber Soul, E.M.I. Records, PCS 3075, 1965.

Autour de la représentation de la copulation, la logique des prénoms est exactement la même que celle de l'ensemble du lexique de la sexualité : la relation sexuelle normale, non marquée, est transitive, orientée dans le sens homme Image 10000000000000170000001EFDE2FC91.jpgfemme. Si cette relation est modifiée, il ne s'agit plus alors de copulation, mais d'une expérience négative. "I once had a girl, or should I say she once had me", disent J. LENNON & P. MC CARTNEY13 selon l'orientation du verbe have en anglais, comme avoir en français, on a, on possède une fille, ou bien on se fait posséder, on se fait avoir par elle. Doux évidences sont impliquées par là : 1) un haine qui n'est pas maître de la situation perd la face, 2) l'acte sexuel est, de toute façon, une agression.

32Selon l'orientation de la relation, et selon le sexe des protagonistes, les items lexicaux désignant l'acte sexuel indiquent donc :

homme Image 10000000000000120000001EAF9F1F86.jpg = femme acte sexuel.

Image 100000000000004A00000032AF8CBB4F.jpghomme = tromperie, tricherie.

homme Image 10000000000000170000001EDBA21B8B.jpghomme = raclée, passage à tabac.

homme Image 10000000000000180000001ECAB82A68.jpgobjet = destruction

homme Image 100000000000001D0000001E617A958D.jpg ( ) = fatigue extrême, mort.

33Par exemple :

34Cock it ! : ah bravo ! c'est fichu maintenant ! ; cock up : punition corporelle, échec, désastre ; lay on the jack : donner une raclée à quelqu'un ; jack up : s'effondrer, être exténué, ruiner, dédétruire ; jack it : mourir ; Jack Drum's entertainment : mauvais traitement ; Tom Drum's s'entertainment : réception très musclée d'un invité.

35De copulation-destruction à folie, il n'y a qu'un pas, aisément franchi avec dicked in the nob : complètement fou. Mais la folie et la tricherie se retrouvent aussi dans une autre zone symbolique associée au pénis : l'érection, que nous abordons maintenant.

36Quatrième unité : l'érection.

37Sur l'image do l'érection se construisent :

Cock of one's none : nez retroussé ; cock of a hat : corne de chapeau ; cock one's ears, little singer : dresser l'oreille, lever le petit doigt ; cock of the eye : une œillade ; to cock : boire (lever le coude) ; cock up : lettre supérieure (le ° dans le n°), ou initiale ; cock up one's toes : mourir ; jack : érection du pénis.

Erection-domination : as hold an a cock on his own dunghill : hardi comme un coq sur son tas de fumier ; the cock of the walk : le coq du village ; cock-a-hoop : jubilant,· triomphant ; cock-sure : sûr de soi ; cock : un chef, un supérieur ; cock-sucker : un lèche-cul ; to cock it over s.ο. : mener quelqu'un, en imposer à quelqu'un ; second dickey : lieutenant de marine ; big and little willie : le Kaizer et le Kronprinz.

38L'érection est quelquefois liée à un pouvoir légitime (the big knob = the boss), mais elle est très souvent décrite canne illégitime : dans ce cas, soit elle est sans effet, et par conséquent ridicule, soit elle impressionne, donne le change, et nous retrouvons la tromperie et le mensonge ;

Cock and bull story : conte à dormir debout ; cock one's nose : lever le nez d'un air de mépris ; cockalorum : jeune prodige, jeune fat ; cockiness : effronterie ; clever dick : un malin (souvent trop malin) ; oh, Willie, Willie ! : reproche amusé adressé à un raconteur d'histoires plutôt qu'à un véritable menteur ; Jack-a-dandy : un dandy ridicule, une personne insiinsignifiante ; Jack in office : officiel autoritaire et mesquin ; Jack in the pulpit : simulateur, prétendant ; peeping Tom : un voyeur ; Tom double : qui joue un double jeu ; Tom Pepper : menteur.

Dans ce champ se trouve le diable, mâle-malin par excellence : up to dick : malin, rusé ; dickens : euphémisme pour le diable - "What, the dickens" : Old Harry : le diable ; to ploy old Harry with s.o. : en faire voir de toutes les couleurs à quelqu'un.

39Cinquième unité : la folle.

40Trois pistes mènent à la folie :

  1. La copulation-destruction qui passe par la fatigue et l'ivresse et aboutit à l'anormalité sous différentes formes.

  2. L'érection-simulation où on finit par ne plus distinguer la folie feinte de la vraie folie.

  3. La sexualité enfantine qui, en étant niée, se trouve reléguée au rang des activités improductives, des niaiseries, de l'idiotie.

41Ces trois voies du pénis à la folie, la bêti se (Cf. he's a prick ! = quel idiot !), sont mêlées dans les exemples ci-dessous :

dick(e)y dido : un idiot ; tom-noddy : nigaud, dadais ; tomsool : niais ; tommy-rot : bêtise ; Tom doodle, Tom Cony : un simple d'esprit (Cf. un Claude, un Janot) ; Jack-a-Lent : un nain, un pantin, un faible d'esprit.

cock-eye : œil qui louche ; cock-eyed : saoûl - l'ivresse et le tapage nocturne, proches de la démence, sont l'apanage des hommes (Cf. Jack anhore : marin ivre), l'alcool, qui y participe entre dans le même champ : cock-ale : bière forte ; old Tom : le gin ; John Barleycorn : le whisky ; John Colline : gin & tonic ; to Tom and Jerry : faire du tapage ; Tom and Jerry chop : débit de boisson de bas étage ; Tom and Jerry days : la Régence.

cock-brain : personne étourdie, stupide ; cock-eye, cock-eyed : impropre, inférieur, tordu ; dick(e)y : défectueux, faible, malade, chagrin, étrange ; a dicky : jupon, plastron (sous-jupe et fausse chemise ?) ; dick in the green : faible, inférieur ; dicked in the nob : stupide, fou ; play the jack : faire le fou, le jaoques ; Jack Adams, Tom Farthing, Tom o'Bedlam : un fou ; willie : pénis d'enfant ; william : thé peu fort ; have the willies : avoir le trac, la frousse.

42Sixième unité : des objets, tous associés au pénis et à la sexualité masculine :

cock : robinet, chien de fusil ; dick : cravache ; jack knise : couteau pliant ; jack : tournebroche, support, vérin, cric, cochonnet, fiche mâle ou femelle (comme un jack), pavillon de beaupré ; black jack : matraque, nerf de bœuf, valise noire (?) ; jack-towel : essuie-main à rouleau ; Union Jack : drapeau britannique ; long Tom : grand canon ; tommy bar : broche ; tommy-hole : encoche de la broche ; tommy gun : mitraillette ; Tom : la grande cloche de Christ Church ; Willie : nom donné à toutes sortes d'objets, particulièrement des canons pendant la guerre de 14-18.

43Si les outils sont souvent des pénis, le pénis lui-même est un outil : le champ sémantique des prenons est repris en écho par celui de tool (fig. 1).

FIGURE 1

Image 10000000000002B2000001E2D2F81E86.jpg

  • 1 Cf. en français: "quel outil, quel engin!" - on voit ici comment métaphores et métonymies se constr (...)

Note1

4. CORPS HUMAIN - CORPS SOCIAL

44Le mode majeur qui se dégage de la lecture des prénoms est celui de la dérision : à une exception près, on ne voit jamais un phallus triomphant, unissant virilité à pouvoir, présenté de façon positive. Ainsi la sexualité qui se dessine à travers ce champ lexical se trouve marquée de stigmates qui en interdisent une représentation positive et heureuse : elle est, selon les cas, renvoyée à la brutalité, au ridicule, à l'insignificance ou à la folie.

  • 14 Cf. les pratiques persistantes de castrations et de lynchages de noirs accusés de viol aux U.S.A. d (...)

45La domination associée au pénis en érection ne correspond pas à un pouvoir légitime : le pénis représente en fait la puissance - et la menace - qui vient d'en bas. Corps humain et corps social se confondent ici, et la sexualité dévalorisée construit les parties honteuses, et, a contrario, les parties nobles du corps humain et de la société. La confusion se poursuit quand à l'ouvrier est prêtée une puissance sexuelle supérieure à celle du bourgeois. Le point ultime de cette logique se situe au moment où une fraction exploitée de la population est perçue par une autre fraction comme une menace de viol 14 le racisme vient souvent s'y alimenter.

46Un ordre social émerge donc en même temps qu'un corps humain morcelé. le moment exceptionnel où les parties se réunissent a lieu quand il faut affirmer l'union nationale. Alors les divisions internes s'effacent, le peuple tout entier s'identifie à son armée et lance un défi au monde avec le drapeau : the Union Jack.

47Mis à part ce cas très particulier où toute la communauté se reconnaît en un symbole quasi-totémique, la sexualité masculine aux sens propre ou figuré est dépréciée : ridiculisée, ou attribuée aux couches inférieures de la population. La femme, quant à elle, ne semble exister qu'en relation avec le désir de l'homme. Quand ce désir est satisfait, la femme en question est le plus souvent une prostituée, quand elle ne l'est pas, la faune devient allumeuse, garçon manqué ou lesbienne ; de plus copuler est presque toujours confondu avec donner une raclée : il est clair, je pense, que si la sexualité et l'Identité du prolétaire et du bourgeois sont décrites dans le lexique avec peu de traits positifs, la faune s'y trouve totalement réifiée, effacée du monde social sauf quand son métier sert précisément à satisfaire les besoins de l'homme.

48Ce refus de l'existence de la faune canine être social va, en fait, trop loin pour no pas être suspect. En effet, il me semble que la liaison copulation-tricherie reflète un courant, peu apparent ici, de la fantasmatique masculine oil la femme, en se donnant, prive l'homme de son énergie. Le vagin denté rôde, et la peur de l'haine face à cette menace redoutable se traduit dans notre corpus par une agressivité qui, sans cela, s'expliquerait mal. Mais il est difficile, à partir du seul corpus étudié ici, de poursuivre cette discussion.

49Pour l'instant donc, et pour reprendre les propositions de M. DOUGLAS exposées au début de cet article, nous pouvons au moins dire que la confusion corps humain-corps social ne se vérifie que partiellement à propos de la femme. En effet la métonymie faune/vagin est à sens unique : notre corpus décrit la faune comme vagin et la transforme en objet, mais le mouvement inverse, do partie du corps à rôle social, n'a pas lieu (sauf, encore une fois, pour les prostituées). Le sexe de la faune ne possède symboliquement aucun trait positif qui soit projetable dans l'univers social, et les seuls rôles féminins valorisés ne procèdent pas de la sexualité féminine mais de la maternité où les intérêts de l'homne sont très différents. L'identification corps humain-corps social fonctionne donc quand le corps humain possède au moins quelques caractéristiques positives : mais si un corps symbolique, canne ici celui de la femne, est totalement négativé, alors la projection nu plan social est impossible : l'espace de la honte reste privé.

50Il est utile de préciser ici qu'aucun Anglais ne connaît toutes les acceptions dos prénoms relevés dans notre corpus, mais quelques unes suffisent pour que les liens qui les unissent soient (subliminalement) posés - d'autant plus que ces mêmes liens se retrouvent à beaucoup d'autres endroits dans le lexique. Précisons aussi que l'apprentissage de la génitalité et de la vie sociale passe relativement peu, pour un anglophone, par le filtre de la langue que nous avons entrevu: les expériences émotionnellement fortes qui marquent le développement individuel ne sont pas fondamentalement langagières, même si la langue y participe. La langue offre simplement des chemins déjà tracés que les discours ont le loisir d'emprunter, des modèles d'improvisation sur lesquels il est facile de broder.

5. LANGUE Εt PRODUCTION ROMANESQUE

51Pour terminer ce rapide commentaire sur le lexique anglais, je voudrais me tourner vers le roman où il me semble que la dynamique langue/discours fonctionne de façon optimale : le romancier, pénétré des potentialités symboliques de la langue, sait, mieux que quiconque, réactiver les images enfouies dans le lexique. Sans toujours donner la clé symbolique de son écriture, il construit des paysages, des évènements, des personnages, sur une base imaginaire qu'il partage avec le lecteur, puisqu'il la trouve dans la langue qui leur est commune. C'est ainsi que j'ai été frappé de voir comment D. H. LAWRENCE utilise une partie de la symbolique du pénis présente dans le lexique anglais, pour construire aussi bien la structure d'ensemble d'un roman que des scènes particulières.

  • 15 D.H. LAWRENCE, Lady Chatterley's lover, Harmondsworth : Penguin Books, 1961, p.264.
  • 16 Ibid, p.6.
  • 17 Ibid., p.218.
  • 18 Ibid., p. 305.

52Nous avons vu que John Thoman désigne à la fois un pénis et un serviteur. Or, c'est précisément sur la métonymie serviteur-pénis que D.H. LAWRENCE construit son Lady Chatterley's lover. Le pénis de Mellors, le garde-chasse ("serviteur du mari15" de Lady Chatterley), s'appelle John Thomas. Le sexe de sa maîtresse s'appelle Lady Jane (attesté depuis 1850 au sens de pudendum muliebre, selon PARTRIDGE), le même Lady Jane qui, dans la période 1880-1915 signifie aussi une belle femme, joviale et robuste, et c'est exactement le portrait de Lady Chatterley : "a ruddy country-looking girl with soft brown hair and sturdy body16 - métonymie oblige. Socialement opposés, Mellors-John Thomas et Constance-Lady Jane se trouvent unis par le sexe qui leur offre une contre-symbolique : à propos de John Thomas-phallos, Connie Chatterley s'exclame : "How strange he stands here ! so big ! and so dark and cock-sure ! (…) so proud ! and so lordly ! (c'est moi qui souligne) 17". Plus qu'un jeu de mot occasionnel servant à camper les personnages, la métonymie fournit l'argument et le point d'articulation de tout le roman. La philosophie-même de LAWRENCE s'appuie sur le conflit supériorité physique/infériorité sociale implicite à John Thomas : à la puissance réprimée du sexe et du cœur, que LAWRENCE attribue au peuple, s'opposent la raison et l'Impuissance de l'aristocratie, représentée par Lord Chatterley - rendu impuissant par une blessure de guerre, devenu pervers à force de n'user que de son intellect, "letting go all his manhood, sinking back to a childish position that was really perverse18. Entre les deux mondes, deux êtres sémiologiquement ambigus tentent de survivre.

  • 19 "Rabbit", D. H. LAWRENCE, Women in love, Harmondsworth : Penguin Books, 1960, p.270.

53Selon le même principe de lecture, il me semble approprié et cohérent avec l'analyse de M. AUBERTY (cf. infra p.), de considérer le passage du lapin19 dans Women in love comme une réactivation partielle d'une symbolique lexicalisée : jack rabbit signifie lapin mâle, et ouvre un paradigme où règne le pénis comme nous l'avons constaté plus haut.

54Dans ce passage, non content d'associer son lapin aux désirs et pulsions des personnages, LAWRENCE confirme l'appartenance de l'animal au monde des jacks en lui prêtant un instant les traits d'un diable à ressort ("like a spring coiled and released"), c'est-à-dire un jack-in-the-box.

55FEVRIER 1985.

Notes

1 P. BOURDIEU, Le sens pratique, Paris : Ed. de Minuit, 1960.

2 M. DOUGLAS, Natural symbols. Explorations in cosmology, Londres : Barrie & Jenkins, 1973. Du même auteur : Implicit meanings. Essays in anthropology, Londres : Routledge & Kegan Paul, 1975.

3 Le parallèle est d'ailleurs frappant entre la théorie de l'instinct (du ça) chez FREUD, et le discours des économistes et moralistes anglais au XIXè siècle décrivant la populace des villes. Cf. G.S. JONES, Outcast London : a study in the relationship between classes in Victorian Society, Londres : Peregrine, 1976, p.224.

4 P. BOURDIEU, op. cit. p. 95.

5 P. GUIRAUD, Sémiologie de la sexualité, Pairs : Payot, 1978, p.147.

6 P. BOURDIEU, op. cit., p.94.

7 "His betraying body told him it liked the idea…". Cette phrase trouvée dans un roman de Ρ.Κ. DICK, Our friends from Frolix 8, New York : Ace Books, 1970, exprime de façon exemplaire le rapport ambigu moi/pénis.

8 Identification teneur-véhicule

9 Il est, de toute façon, impossible de recenser toutes les significations accordées à un mot: la seule règle que l'on puisse se donner c'est de ne pas écarter les éventuels contre-exemples au modèle explicatif proposé

10 G. HARRAP, Harrap's standard French and English Dictionnary, Londres : G. HARRAP & Co. Ltd, J.E. MANSION ed., 1962.

11 E. PARTRIDGE, A dictionnary of slang and unconventionnal English, 5è éd., Londres : Routledge and Kegan Paul, 1961.

12 Cf. le proverbe, courant au XIVè siècle : "Jack wold be a gentilman if he coude speke frensske", cité par John of Trevisa (1387), et repris par L.J. CALVET, Linguistique et colonialisme, Paris: Payot, 1974, p. 192.

13 J. LENNON & P. MC CARTNEY, "Norwegian wood", Rubber Soul, E.M.I. Records, PCS 3075, 1965.

14 Cf. les pratiques persistantes de castrations et de lynchages de noirs accusés de viol aux U.S.A. depuis le XIXè siècle, analysées notamment par C.C. HERNTON, Sex & racism in America, New York : Grove Press Inc., 1965, pp. 110-127.

15 D.H. LAWRENCE, Lady Chatterley's lover, Harmondsworth : Penguin Books, 1961, p.264.

16 Ibid, p.6.

17 Ibid., p.218.

18 Ibid., p. 305.

19 "Rabbit", D. H. LAWRENCE, Women in love, Harmondsworth : Penguin Books, 1960, p.270.

Notes de fin

1 Cf. en français: "quel outil, quel engin!" - on voit ici comment métaphores et métonymies se construisent à partir de tool comme pénis, et non pas à partir de l'image de l'outil.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter