Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la métaphore

 | 
Pierre Gault

Un autre détour : l'emprunt à une langue étrangère dans certains romans américains de 1910 à 1950

Bleuette Pion

Texte intégral

  • 1 Voir J. Derrida, "La mythologie blanche", p. 16 et l'article de P. Lacoue-Labarthe : "Le détour" d (...)

1Définie d'abord par Aristote comme figure de rhétorique, ré-évaluée par Nietzsche selon qui elle se manifeste dans toute énonciation phonique, la métaphore, quelles que soient les limites qu'on lui assigne, n'est censée ne produire que dans un discours monolingue. Si nous parlons dans ce titre d'un autre détour1 c'est que, seule, l'opinion de Nietzsche, pour outrée qu'elle paraisse, nous semble cautionner, dans le cadre d'une recherche sur la métaphore, l'étude d'une écriture qui, de propos délibéré, fait appel à deux lexiques.

2L'analyse qui va suivre porte sur un ensemble d'environ trente romans et nouvelles publiés entre 1910 et 1950. Les dates ne sont pas indifférentes. Elles délimitent approximativement la durée de ce phénomène dont les paramètres vont être précisée maintenant.

  • 2 New Mexico,Hastings House, New York, 1962, pp. 5-6

3L'action de ces récits se passe dans ce que l'on appelle à l'époque aux Etats-Unis, le "Nouveau Sud-Ouest", région qui n'est autre que les anciens territoires mexicains devenus américains entre 1845 et 1848 à la suite de l'annexion du Texas, d'une part, et des accords établis entre les Etats-Unis et le Mexique par le Traité de Guadalupe Hidalgo, d'autre part. Rappelons qu'en 1912, c'est à partir du reliquat de ces acquisitions territoriales encore administré à titre de "Territoire" que sont créés les Etats de l'Arizona et du Nouveau-Mexique. Fait non négligeable pour ce qui va suivre, l'Etat du Nouveau-Mexique entre dans l'Union avec l'espagnol comme langue officielle2.

4Quant aux auteurs de ces récits, ils sont tous Américains anglophones. Ils résident dans cette région dont, pour la plupart, ils ne sont pas originaires. Faute de maisons d'édition dans cette partie encore peu urbanisée des Etats-Unis, ils publient à New York, Ronton ou Londres et la diffusion de leurs œuvres se fait uniquement dans des milieux anglophones.

5On est frappé à la lecture de la majorité de ces récits par l'importance quantitative dans le texte de termes d'origine non anglo-saxonne.

6On pourrait penser que dans tous ces textes, la différence entre les deux lexiques serait toujours signalés par la mise en italique du vocable étranger. Mais on remarque que len conventions typopraphiques varient pour un terme donné, selon les auteurs et quelquefois, chez un même auteur ainsi que pendant la période considérée· Citons, par exemple, arroyo et hombre qui reviennent fréquemment. Noun avons relevé le premier terme chez trois auteurs.

  • 3 The Rhodes Reader, H. H. Hutchinson, éd., U. of Oklahoma P., 1957, p. 51
  • 4 The ibid., p. 247
  • 5 Harvey Fergusson, Wolf Song, éd. Gorgi, Paris, 1951, p. 19
  • 6 Conrad Richter, Early Americana and Other Stories, A. A. Knopf, New York, 1951, pp. 77, 305, 313

7Eugene M. Rhodes mentionne arroyo une première fois en italique dans sa nouvelle The Enchanted Valley publiée en 19093 et, à nouveau, main en caractères ordinaires, cette fois, dans un début de roman, No Mean City publié en 19194 Par contre, dans Wolf Song (1927), Harvey Fergusson ne le distingue pas de son contexte5 Conrad Richter qui en fait un emploi fréquent dans sa première oeuvre, Early Americana (1936), agit de même6 D'après les dates de publication de cen ouvrages, on peut déduire que le terme arroyo est définitivement entré dans la lanpue du Sud-Ouest où il s'applique d'ailleurs à un cours d'eau dont les caractéristiques sont propres à la géographie locale.

8Que penser du terme hombre qui appartient à une catégorie différente et qui, de plus, a l'encontre du précédent, a un équivalent en langue anplaine et même, plusieurs, si l'on utilise les ressources de l'anglais familier ou argotique, ce qui pourrait être le cas dans les exemples cites ci-dessous ? Pourquoi donc employer hombre plutôt que fellow ou guy ou, comme dans l'exemple cité plus loin, en plus ? En 1917, Rhodes l'emploie en italique dans une phrase où un Anglo-Américain parle d'un compatriote :

  • 7 The Rhodes Reader, "The Bird In The Bush", p. 189

'Steve was a pretty good hombre, dern him.'7

9Il fait de même chaque fois qu'il place ce mot dans la bouche d'un Mexicain. Mais en 1930, Edna Ferber utilise les caractères ordinaires dans Cimarron :

  • 8 Edna Earber, Cimarron, Grosset & Dunlap, 1930, p. 80

'He's a bad hombre, that fella·'8

10En 1936, Conrad Richter met en scène une Mexicaine dans la nouvelle Buckokin Vacation :

  • 9 Conrad Richter, ibid., p. 235

Tia Ana sniffed sharply. 'Springtime ? That hombre…'9

11On comprend que le personnage, censé s'exprimer en anglais mais se trouvant sous le coup d'une violente émotion, revienne à la langue maternelle. Mais dans une autre nouvelle du même auteur, Frontier Woman, de la même époque,c'est un Anglo-Américain qui n'exprime ainsi :

  • 10 id., ibid., p. 168

'That bosque in full of red devils layin' to ge t the first hombre fooled by their lyin 'signal.'10

  • 11 M. M. Matthews, Dictionary of Americanisms on Historical Principles, the University of Chicago Pre (...)

12Si nous consultons le dictionnaire des américanismes de H. P. Matthews11, plusieurs emplois sont proposés. Le mot désignerait, dans un premier sens, tout homme d'ascendance espagnole et, dans un emploi généralisé, n'importe quel homme main son emploi serait familier ou viserait l'effet comique.

13Dans un second emploi, prononcé par des Américains, il serait un terme de mépris désignant un individu vil et serait dans ce cas volontiers accompagné d'adjectifs tels que "bad" ou "touch". Mous avons dans non quatre citations toutes les variantes dont parle Matthews. La disparition de l'italique entre 1917 et 1936 pourrait indiquer que les écrivains en viennent à considérer le terme comme assimilé par l'anglais du Sud-Ouest. Ce que pourrait corroborer l'exemple de arroyo.

  • 12 T. M. Pearce, "English in the Southwest", p. 230 dans New Mexico Historical Review, July 1932.
  • 13 id., ibid., p. 221

14En 1932, dans son article English In The Southwest, T. Mt Pearce démontre l'ancienneté de l'enracinement du terme dont il rappelle que le premier emploi en langue anglaise daterait de 184612 et il insiste sur la justesse de ce mot dont aucune traduction ne saurait, dit-il, rendre compte13 De plus, dans la liste détaillée qu'il présente dans son article où abondent non seulement les expressions d'origine espagnole mais aussi les néologismes anglais suscités par des modes de vie nouveaux, il ne montionne pas le terme hombre, par exemple, non plus que les titres indiquant le rang, la profession, le lien de parenté ou encore les explétifs ou exclamations d'origine espagnole que nous avons relevés dans les passages dialogues. Ces omissions cependant font problème alors que ces termes abondent de plus en plus dans les textes. Ainsi, pour reprendre les exemples cités plus haut, bosque serait pour Pearce d'un usage courant ; Tia n'est pas envisagé. Or, deux communautés sont censées coexister dans le Sud-Ouest. Serions-nous tout simplement, à cause du contrecoup d'un fait historique, à un moment critique de l'évolution d'une langue où observateurs et écrivains se contredisent parfois, et ceci d'autant plus qu'il y a lieu d'hésiter pour un écrivain entre deux dimensions, nationale et régionale, au niveau de la réception de l'œuvre.

15R. F. Adams, l'auteur du Dictionary of the American West, dit au sujet du "cowboy" anglo-américain qu'il emprunte au "vaquero" mexicain, lequel avait déjà emprunté à l'Indien et observe :

  • 14 R. F. Adams, Western Words, A Dictionary of the Range, Cow Camp & Trail 3ème éd., Norman, Universi (...)

He borrowed 'by ear', of course, and so plentifully that today much typical wen tern terminology owen its origin to Spanish, however little it sometimes resembles the original either in Spanish or in pronunciation.14

  • 15 J. F. Dobie, A Vaquero of the Brush Country, Dallas, Southwent Press, 1929

16Or le "cowboy" fut d'abord du Sud-Ouest avant d'être de l'Ouest15 c'est pourquoi la remarque de Adams nous intéresse. Nous aurions donc à faire à un vocabulaire qui peut être d'un emploi restreint, c'est-à-dire régional ou lié à une occupation déterminée ou les deux à la fois.

17Les observations précédentes ainsi que les considérations sur l'intrusion inhabituelle d'un nombre de vocables étrangers dans la langue anglaise telle qu'elle est écrite en relation étroite avec une région des Etats-Unis entraînent deux questions : existerait-il un vocabulaire propre au Sud-Ouest et / ou une tentative délibérée de la part des écrivains de le faire accepter en anglais et, dans ce cas, pourquoi ?

18Tout d'abord, on ne peut que constater la multiplication des études à partir de 1916 environ portant sur une langue qui serait propre à cette répion· Il suffit pour s'en rendre compte de se reporter à l'étude de H. L. Mencken, The American Language, dont les notes renvoient le lecteur à une pléthore d'articles et d'études qui montrent que, pendant la période que nous envisageons, se développe une conscience aiguë de l'importance des apports linguistiques étrangers. Ces travaux ne concernent pas que le seul Sud-Ouest mais la langue américaine telle qu'on la parle sur l'ensemble du territoire. Cependant, Mencken revient plusieurs fois sur l'apport hispano-américain notamment ainsi que sur l'apport indien :

  • 16 H. L. Mencken, The American Language, 4ème éd., 1949, Supplement I, p. 313

As in the case of Indian loans, the vocabulary of Spanish words taken into the everyday speech of the Vient is very extensive.16

19Parlant des vocables d'origine espagnole, Mencken affirme :

  • 17 id., The American Language, p. 153

Most Americans know what a patio is, and a pinto pony, and an hombre. Such words are not often used save in the Southwest, but never the less they are understood almost anywhere.17

  • 18 id., ibid. Précisons ici que par "Western", H. L. Mencken entend, quand il s'agit du roman, un gen (...)

20Il estime que cette familiarité de l'Américain avec le vocabulaire espagnol est due à la popularité des "Westerns", films ou romans, à la vulgarisation d'un style architectural pseudo-espagnol dans la construction du pavillon de banlieue et aussi au développement du tourisme dans le Sud de la Californie18

21Quelle que soit leur présentation, en italique, guillemetée ou en caractères ordinaires, ils sont surtout à consonance espagnole. Ceux que l'on devine d'origine indienne sont beaucoup moins nombreux. Quant au français, r.a contribution est très réduite de même que celle de toute autre langue européenne. C'est le vocable espagnol ou plus précisément, hispanoaméricain tel qu'il est utilisé dans le Sud-Ouest qui va retenir notre attention. Pour plus de brièveté, nous dirons "espagnol".

22Au siècle précédent, les récite de voyageurs n'émaillaient, assez rarement, il est vrai, de ces termes toujours représentés en italique dans le texte. Citons ces extraits tirés de Commerce of the Prairies publié en 1844 dans lesquels Josiah Gregg écrit s

The derechos de arancel (tariff imposts) of Mexico are extremely oppressive.

23et, plus loin :

  • 19 Josiah Gregg, Commerce of the Prairies, 2 vol., Ann Arbor, 1966, p. 112 et 180

The Aparejo (or pack saddle, if it can be so styled) is a large pad…19

24Suit une description détaillée de la selle en question. En 1857, l'ensemble de ce territoire étant devenu américain, F. L. Olmsted traverse le Texas :

  • 20 Orthographe non fixée à l'époque.
  • 21 F. L. Olmsted, The Slave States, A Capricorn Book, New York, 1959, p. 134

Elsewhere, there is only limitless grass and thorny bushes. These last, making chapparal, we saw as we went further on for the first time. A few specimens of mesquit20 (Algarobbia glandulosa) had been pointed out to us.21

25Ces deux exemples révèlent à la fois la façon dont l'auteur procède pour inclure ces termes dans le texte, à quels glossaires ils appartiennent ainsi que le souci d'informer le lecteur qui est ici l'unique raison de les faire figurer dans le texte comme le prouvent les rajouts entre parenthèses.

  • 22 Edwin W. Gaston, Jr : The Early Novel of the Southwest, U. Ν. M. P., 1961

26Qu'en est-il, à la même époque, de l'œuvre de fiction qui prend cette région pour cadre ? E. W. Gaston qui consacre une étude à 40 des principaux romans publiés entre 1819 et 1918 ne mentionne pas une seule fois le rôle de la langue espagnole dans les techniques narratives22 Ce n'est en fait que vers 1910 avec les ouvrages de E. M. Rhodes que le recours au vocabulaire espagnol va devenir de plus en plus fréquent au point de faire une véritable curiosité du roman de Ruth Laughlin : The Wind Leaves No Shadow paru en 1947. La fréquence du vocable espagnol y est de l'ordre de 4 à 5 mots par page en moyenne.

  • 23 H. W. Horwill, A Dictionary of Modern American Usage, pp. XI-XII

27Dans son étude, Mencken ne cite que les termes les plus popularisés. Moins désinvolte, H. W. Horwill signale qu'outre non contributions à la toponymie et à la nomenclature animale et végétale du Sud-Ouest, l'espagnol n'a eu aucune influence en anglais américain et que les termen d'origine espagnole, dérivés ou empruntés, ne sont pan employée en dehors du Sud-Ouent23 Horwill et Mencken écrivent ceci entre 1935 et 1940. Il s'agit d'opinions personnelles que perpétuent et renforcent les éditions ultérieures des ouvrages dans lesquels ils 1er expriment. Quelles que soient les conclurions auxquelles ces deux recherches aboutissent individuellement, toutes deux s'interrogent sur l'importance au 20ème siècle d'apports linguistiques étrangers en anglais américain.

  • 24 M. M. Matthews, ibid., p. VII

28Pour en terminer avec l'apport de l'espagnol uniquement, tel que peuvent le constater les spécialistes do l'évolution de la langue, comparons deux dictionnaires. Dans celui de R. H. Thornton qui date de 1912, la contribution hispano-américaine ont très limitée. Elle est beaucoup plus étendue dans l'ouvrage do Matthews déjà cité qui paraît en 1951. Un nombre appréciable de termes relevés dans nos lectures sont élucidés par Matthews avec la mention toutefois que leur usage est restreint au Sud-Ouest24.

29Tout ce qui précède se justifie à la consultation des textes quels qu'ils soient, publiés jusqu'en 1925 approximativement. Topographie, toponymie, faune et flore, mode de vie de l'anglo-américain dans le domaine de l'élevage exclusivement, telles sont les rubriques sous lesquelles pourraient figurer le vocable espagnol avec cette restriction cependant que les termes qui font surface au niveau national sont en minorité et que les autres peuvent être classés "régionalismes".

30Le dilemme demeure donc pour un écrivain. C'est au niveau de l'elucidation que la façon de procéder varie. Tant que le terme apparaît en italique ou entre guillemets, le lecteur peut s'attendre à ce que suive une élucidation. La traduction immédiate est systématiquement évitée. Le plus souvent, l'auteur amène le lecteur à déduire de quoi il s'agit soit en lui fournissant des éléments de comparaison, soit en disséminant les indices sur un ou plusieurs paragraphes. Ainsi, Conrad Richter écrit !

  • 25 Conrad Richter, ibid., p. 213

…and a fleet-looking 'grullo', the color of a sand-crane…25

31Le cheval ainsi désigné rappelle par la couleur de sa robe le plumage de la grue, grulla en espagnol.

  • 26 Sinclair Lewin, 1ère publ. aux Etats-Unis : 1923. Nous ignorons la date de la 1ère publ. en Grande (...)
  • 27 Mary Austin, Starry Adventure, Boston, Houghton, 1931
  • 28 J. F. Dobie, Coronado's Children, Dallan, Southwest Press, 1930
  • 29 Ruth Laughlin, The Wind leaven No Shadow, The Caxton Printers, 1978

32Est-ce pour éviter de ralentir le récit ? L'explication donnée en apposition se fait de plun en plus rare. Par contre, l'auteur accompagne parfois son roman d'un glossaire. Comme Mencken, Pearce fait allusion à l'importance des influencés étrangères nubien par l'anglais aux Etats-Unis et signale à ce propos que Babitt parut en Grande-Bretagne avec un glossaire de termes américains26 Etudiant le domaine plus restreint du Sud-Ouest, il relève que deux ouvrages furent publiés accompagnés d'un glossaire de termes propres à la région : Starry Adventure, roman de Eary Austin publié à Boston27 et Coronado's Children de J. F Dobie28 une compilation de légendes. Signalons le glossaire de 259 termes et expressions qui accompagne le roman de Ruth Laughlin déjà mentionné29

33Pearce, s'il mentionne le cas de Babitt, veut tout d'abord attirer l'attention sur la rupture entre l'anglais américain et l'anglais britannique car ceci lui permet de mieux mettre en relief la particularité de l'anglais du Sud-Ouest qui, selon lui, s'éloigne de l'anglais américain. Seconde rupture dont il ne s'offusque pas, au contraire. Pearce est tellement soucieux de précision lexicale qu'il en vient à déplorer que "mesa" (le plateau) remplace si souvent llano (la haute plaine). Le terme n'apparaît guère que dans les atlas : "Llano Estacado" qui est le plus souvent remplacé par sa version anglaise "The Staked Plains". Il faut reconnaître que l'orthographe fait problème dans un texte anglais. Conrad Richter est le seul écrivain à notre connaissance qui ait suivi les exigences de Pearce.

34Cet exemple introduit en réalité la thèse de Pearce. Elle s'appuie sur les déclarations faites par des écrivains régionalis tes lors des rencontres qu'ils organisèrent entre 1920 et 1930 et reflète les thèmes de leurs articles dans les revues littéraires « auxquelles ils collaborèrent. Le phénomène de la prolifération du vocable étranger serait comparable à celui qui se produisit en Angleterre à l'époque de la Renaissances

  • 30 T. M. Pearce, ibid., p. 231

In the English Renaissance a battle occurred among the literary as to the extent to which the English should go in adopting foreign words. A new vocabulary was being forced on English because of the contacts with continental culture.30

35De même qu'alors leurs homologues anglais, les écrivains du Sud-Ouest se divisent en deux groupes auxquels conviennent avec autant d'à-propos les anciennes dénominations, les "Purists" et les "Improvers", selon qu'ils refusent ou acceptent les apports étrangers.

  • 31 id., "Southwestern Culture, an Artificial or a Natural Grouth?" dans The New Mexico Quarterly, vol (...)

36Dans un outre article31 rappelant que la conquête de l'Angleterre par les Normands fut à l'origine de l'apparition de l'anglais moderne en permettant la fusion do deux langues, il va jusqu'à envisager une éventualité analogue aux Etats-Unis mais ne précise pan ci le phénomène serait limité au Nouveau-Mexique, point de départ de con étude, ou à la région plus vacte du Sud-Ouest ou s'il pourrait n'étendre à l'ensemble des Etats-Unis :

  • 32 id., ibid., p. 201

One would not care to predict the full extent to which the peaceful penetration of Spanish may extend into American English in another two centuries.32

  • 33 F. de Saussure, Cours de Linguistique Générale, pp. 265 - 269

37Dans la courte étude qu'il consacre aux phénomènes linguistiques de ce genre, F. de Saussure donne de nombreux exemples de pays ou régions où plusieurs langues coexistèrent cans jamais se fondre ni même n'annihiler. Plus proche encore de notre propos, il envisage les limites de l'interaction entre la langue littéraire et l'idiome local33.

  • 34 H. L. Mencken, The American Language, pp· 73-75 (v. texte et notes)

38On peut s'interroger sur la justesse de l'hypothèse de Pearce. Il était normal qu'elle fût formulée à l'époque, étant donnée l'activité intense des régionalis tes pendant cette courte période et l'influence qu'ils exerçaient sur un certain nombre d'écrivains. Tour beaucoup d'entre eux, il y avait la caution de Walt Whitman, lequel prônait l'enrichissement de la langue tout en insistant sur l'authenticité américaine, la suprématie de la langue parlée sur la langue écrite. D'autres écrivains avaient suivi, James Russell Lowell, John Fiske, William Dean Howell mais c'est en 1919 que furent vulgarisées par voie d'articles puis à partir de 1932 par des conférences, les idées de Whitman34

39Parler de l'évolution d'une langue, c'est faire référence à une société or, la situation entre 1925 et 1940 rend peu plausibles les thèses des régionalistes.

  • 35 id., ibid., pp. 648-649
  • 36 id., ibid., Supplement I, p. 141
  • 37 New Mexico Newspapers, U. N. M. P., 1975

40Les hispanophones vivent repliés dans leurs villages ou ne forment que quelques familles isolées à Albuquerque, Santa Fe ou El Paso. La main d'œuvre d'origine mexicaine est encore trop peu nombreuse ; non sédentaire et peu instruite, elle ne saurait exercer une influence au plan linguistique. En réalité, c'est l'espagnol qui tend à s'angliciser comme le remarque Mencken35 Il ajoute à cette observation, qu'au Nouveau-Mexique il n'est plus guère en usage comme langue officielle que dans les juridictions locales et que le bilinguisme ne dura que jusqu'en 194136 Dans le domaine de la presse, aucun journal de langue espagnole ou même bilingue ne se maintient plus de deux ou trois ans et, si l'on établit une comparaison à partir de la première parution, on voit que le nombre de ces journaux diminue de moitié à partir de 192037

41Or, de 1920 à 1950, ces romans dans lesquels l'espagnol tend à proliférer traitent de thèmes historiques : les incursions des trappeurs, les vicissitudes des caravanes de la "Santa Fe Trail" en territoire mexicain, finalement le conflit mexicano-américain, autant de thèmes qu'une seule rubrique pourrait rassembler, la pénétration américaine en territoire mexicain cent ans plus tôt.

42On remarque, quant au traitement de ces thèmes, que le contenu conflictuel en est minimisé. Les personnages principaux sont des Mexicains. Les personnages anglo-américaine présents sont tenus à distance de ce monde dont le vocable espagnol prouve l'existence. La narration, impersonnelle, pose les éléments du décor (cantina – sala – plaza – parroquia), du quotidien (objets, repas, monnaie qui portent leur nom d'origine), illustre les pratiques religieuses ou superstitieuses voire médicales, les préoccupations politiques on puisant abondamment dans le lexique hispano-américain. On note par ailleurs la multiplication des expressions exclamatives en tête des réparties (Por suppuesto… Valgáme Dios… Maldita sea…) plus inhabituelles qu'autrefois, chez, Rhodes, les "Quién sabe ?" ou les "Vamonos" à demi-parodiques empruntés par ses cowboys à leurs homologues mexicains. L'espagnol, ici, rend son intégrité à celui qui le prononce et donne vie à des attitudes différentes de celles des anglo-américains. On est plus émotif, par exemple, sans que cela entraîne dans le contexte une condamnation implicite ou soit présenté comme une infériorité, ce qui est nouveau. La disparition quasi-totale de la mise en italique, l'allègement des techniques d'élucidation grâce au glossaire sont les moyens que se donne l'auteur afin de suggérer que l'usage du terme espagnol est spontané.

43Mais cette représentation du monde mexicain qui se veut plus directe par l'emprunt à l'idiome autochtone ne se fait quand même que par le truchement de l'anglais, un anglais que l'espagnol ne perturbe ni dans ses formes ni dans ses structures. L'élément de base de l'emprunt est le substantif en général dépourvu de son article d'origine qui est remplacé par l'article anglais. Le verbe n'existe que dans les locutions.

44Le recours à un lexique étranger représente donc une rupture dans la phrase ou dans le fil du récit. Cette rupture d'ordre phonologique et lexical est plus difficile à analyser au niveau conceptuel car le terme espagnol est le vecteur d'un concept qui existe dans les deux cultures main qui est à la fois analogue et différent. Pour des raisons d'ordre sociologique, "bruja" ne peut être remplacé par "witch" ; "ricon" et "pobres" s'entendent dans une société figée, radicalement différente de la façon dont ce voit la société américaine. Cent donc pour non exactitude sémantique et aussi culturelle qu'il est retenu. La démarche n'est pas sans rappeler celle utilisée pour la mise en place de la métaphore main le résultat est contraire.

45L'effet métaphorique quand il existe à l'origine comme dans "grullo" cité plus haut, n'atténue dans la comparaison amenée par l'élucidation. Il demeure manqué le plus souvent parce qu'il appartient à un lexique étranger et il n'y a guère que la toponymie qui soit exploitée dans ce sens quand elle s'y prête : "The Sangre de Cristo mountains", "La Jornada de la Muerte" avec, dans ce cas, une constance qui fait tomber dans la banalité.

46Isolé dans son contexte anglais, dans lequel il ne trouve comme paralysé – tout au plus donne-t-il quelque animation au texte de par la différence de sa composition syllabique, ce dont on peut douter cependant car, s'il est connu de l'auteur, il ne l'est vraisemblablement pas du lecteur américain de la Côte Est, encore moins du lecteur britannique – le vocable étranger représente l'inverse de la métaphore. Pourtant, lorsque J. Derrida n'attarde sur "la demeure empruntée", figure que Du Marsais reprend à un ancien comme illustration de la métaphore, il en dit :

  • 38 J. Derrida, ibid., p. 38

…elle est là pour signifier la métaphore ; c'est une métaphore de la métaphore : expropriation, être hors-de-chez-soi mais encore dans une demeure, hors-de-chez-soi mais dans un chez-soi où l'on se retrouve, se reconnaît, se rassemble ou se ressemble, hors de soi en soi.38

  • 39 Sarah Kofman, "Nietzsche et la métaphore", Poétique, n° 5, 1971

47Demeure empruntée dont on voudrait faire une demeure retrouvée ? En redonnant son "usage" au vocable espagnol par un détour dont Nietzsche dirait, quant à lui, qu'il est une appropriation puisque recherche du sens propre39 l'auteur anglophone tente bien de réaliser cette synthèse qui permettrait aux régionalistes de faciliter ce qu'ils croient être en germe dans le destin de la région, l'apparition d'une langue nouvelle. L'écriture, dans ce cas, est affaire d'intellection ou se veut telle. C'est de propos délibéré et dans un but didactique que l'auteur insère le vocable espagnol dans un texte qui est un moyen, oubliant on refusant de voir qu'il impose au lecteur l'alternance déroutante de l'intelligible et de l'inintelligible tandis que les thèmes qu'il choisit comme représentatifs de cette région qu'il prétend interpréter tendent à la réduire dans l'espace à certaine lieux, privilégiés par l'histoire, du seul Etat du Νouveau-Mexique et, dans le temps, à la période conflictuelle qui engendra une nouvelle hégémonie.

  • 40 Mary Austin, Earth Horizon, Houghton Mifflin, Boston and New York, 1932, p. 359

48Au niveau de la genèse de l'œuvre elle-même, on pourrait parler de métaphorisation d'un ensemble historique car c'est au-delà du texte qu'il faut chercher l'explication de ce détour par le vocable étranger, figure de rhétorique qui ne saurait être répertoriée comme métaphore mais qui s'inscrit dans une démarche métaphorisante. L'emprunt permet de prouver. Sinon, pourquoi Hary Austin reprocherait-elle aussi vivement à Willa Gather d'avoir choisi des personnages français pour son roman Death Comes For The Archbishop dont elle pense que la parution fut "une calamité pour la culture locale" ?40 Pourquoi cette intolérance pour toute interprétation qui ne reconnaît pas le fait hispanique (ou mexicain) comme seul représentatif ? Par-delà l'élaboration d'un avenir fondé sur la sauvegarde d'une culture problématique, c'est leur propre appartenance que les écrivains du Sud-Ouest veulent assurer. Ils ne défendent pan une identité culturelle. Ils tentent de la créer et le vocable espagnol est l'instrument de cette tentative.

Notes

1 Voir J. Derrida, "La mythologie blanche", p. 16 et l'article de P. Lacoue-Labarthe : "Le détour" dans Poétique, n° 5, 1971

2 New Mexico,Hastings House, New York, 1962, pp. 5-6

3 The Rhodes Reader, H. H. Hutchinson, éd., U. of Oklahoma P., 1957, p. 51

4 The ibid., p. 247

5 Harvey Fergusson, Wolf Song, éd. Gorgi, Paris, 1951, p. 19

6 Conrad Richter, Early Americana and Other Stories, A. A. Knopf, New York, 1951, pp. 77, 305, 313

7 The Rhodes Reader, "The Bird In The Bush", p. 189

8 Edna Earber, Cimarron, Grosset & Dunlap, 1930, p. 80

9 Conrad Richter, ibid., p. 235

10 id., ibid., p. 168

11 M. M. Matthews, Dictionary of Americanisms on Historical Principles, the University of Chicago Press, 1951, 2 vol.

12 T. M. Pearce, "English in the Southwest", p. 230 dans New Mexico Historical Review, July 1932.

13 id., ibid., p. 221

14 R. F. Adams, Western Words, A Dictionary of the Range, Cow Camp & Trail 3ème éd., Norman, University of Oklahoma Press, 1946, p. IX

15 J. F. Dobie, A Vaquero of the Brush Country, Dallas, Southwent Press, 1929

16 H. L. Mencken, The American Language, 4ème éd., 1949, Supplement I, p. 313

17 id., The American Language, p. 153

18 id., ibid. Précisons ici que par "Western", H. L. Mencken entend, quand il s'agit du roman, un genre littéraire stéréotypé et de facture médiocre, s'inspirant des thèmes très connus de l'Ouest. Ceci ne concerne pas le roman du Sud-Ouest à l'exception des romans do H. W. Rhodes que Mencken considère comme un auteur de "Westerns" et le terme a un sens restrictif (v. préface de W. H. Hutchinson à The Rhoden Reader)

19 Josiah Gregg, Commerce of the Prairies, 2 vol., Ann Arbor, 1966, p. 112 et 180

20 Orthographe non fixée à l'époque.

21 F. L. Olmsted, The Slave States, A Capricorn Book, New York, 1959, p. 134

22 Edwin W. Gaston, Jr : The Early Novel of the Southwest, U. Ν. M. P., 1961

23 H. W. Horwill, A Dictionary of Modern American Usage, pp. XI-XII

24 M. M. Matthews, ibid., p. VII

25 Conrad Richter, ibid., p. 213

26 Sinclair Lewin, 1ère publ. aux Etats-Unis : 1923. Nous ignorons la date de la 1ère publ. en Grande-Bretagne.

27 Mary Austin, Starry Adventure, Boston, Houghton, 1931

28 J. F. Dobie, Coronado's Children, Dallan, Southwest Press, 1930

29 Ruth Laughlin, The Wind leaven No Shadow, The Caxton Printers, 1978

30 T. M. Pearce, ibid., p. 231

31 id., "Southwestern Culture, an Artificial or a Natural Grouth?" dans The New Mexico Quarterly, vol. 1, n° 1, février 1931

32 id., ibid., p. 201

33 F. de Saussure, Cours de Linguistique Générale, pp. 265 - 269

34 H. L. Mencken, The American Language, pp· 73-75 (v. texte et notes)

35 id., ibid., pp. 648-649

36 id., ibid., Supplement I, p. 141

37 New Mexico Newspapers, U. N. M. P., 1975

38 J. Derrida, ibid., p. 38

39 Sarah Kofman, "Nietzsche et la métaphore", Poétique, n° 5, 1971

40 Mary Austin, Earth Horizon, Houghton Mifflin, Boston and New York, 1932, p. 359

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter