Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la métaphore

 | 
Pierre Gault

Défilé à l'anglaise. Un itinéraire métaphorique en Amérique tropicale (Green Mansions de W.H. Hudson)

Maryvonne Menget

Texte intégral

  • 1 Pour l'origine de ce dicton, voir : Peter FRY, Para Inglês ver. Identidade e politica na culture b (...)
  • 2 W. H. HUDSON, Green Mansions. Nous utilisons ici l'édition Duckworth, London, 1942.

1En Amérique latine, on fête Carnaval. On aime se faire passer pour un autre, semer le doute, faire semblant, jouer sur les mots et les apparences. On aime tromper. Un dicton brésilien : "para Inglês ver"1 - énonce précisément ce jeu érigé en institution nationale : donner le change (aux Anglais). Il ne s'agit pas seulement d'une boutade par laquelle chacun revendique le droit de jouer la comédie. Il semble que cette mise en scène s'étende à des domaines plus vastes que les rapports individuels et soit utilisée dans les représentations d'un pays par l'autre, particulièrement de l'Amérique par l'Europe. La traduction d'un livre anglais publié en 19042 illustre plus qu'on ne le penserait à première vue cette relation de fascination réciproque et nécessaire. Derrière le masque n'est pas toujours celui qu'on attendait.

2Une charmeuse peut en cacher une autre. Celle du Douanier Rousseau jouant de la flûte au clair de lune entre les lianes et les serpents, et sous les yeux admirat ifs d'une grue bicolore, dissimule désormais celle que William Henry Hudson poursuivit en 1904 dans la forêt vénézuélienne.

  • 3 W.H. HUDSON, Vertes Demeures, traduit de l'anglais par Patrick Reumaux. J. Cyrille Godefroy, ed. 1 (...)

3A la devanture des librairies, le célèbre tableau du Douanier, réduit aux dimensions d'un livre de poche3 et par là même impliquant une familiarité incongrue, attire le regard du flâneur. Celui-ci, prenant en main l'ouvrage, passe le tableau de couverture, feuillette les premières pages, parcourt quinze lignes d'un résumé séducteur annonçant un "fantastique voyage, une déchirante histoire d'amour", puis doute lignes consacrées A la biographie de l'auteur, romancier anglais d'origine argentine dont "la passion pour les oiseaux… lui fait imaginer une femme-oiseau et écrire son chef-d'oeuvre, "Vertes Demeures" ". Il apprend aussi que Hudson meurt en 1922, léguant ses droits d'auteur - considérables - à la Royal Society for the Protection of the Birds. Le lecteur potentiel, amusé par ce souci britannique de conserver l'espèce réelle pervertie par l'imaginaire, et intrigué par la diffusion pléthorique de la charmeuse de Rousseau en cet hiver 84. tant sur les murs de Paris que sur les rayons des librairies, volt brusquement s'étendre les champs de l'exotisme et la culture de l'art naïf.

  • 4 Vertes Demeures, op. cit., p. 5.

4L'introduction proprement dite nous ramène vivement à des considérations plus terre à terre. On y déclare en effet que "pour ceux qui aiment bivouaquer, dos contre la selle posée à terre, cheval entravé à l'abri du maigre boqueteau, les ouvrages de William Henry Hudson procurent la même réconfortante certitude qu'un tas de feuilles sèches qu'on allume du regard après un long jour passé le vent contre soi"4.

  • 5 Dans les ouvrages récents analysant les écrits de C. Colomb, voir en particulier Tzvetan TODOROV, (...)
  • 6 Hachette.

5Ceux des futurs lecteurs qui n'ont pas défilé derrière le fanion de Baden-Powell sont brutalement désenchantés. Plus de femme-oiseau, plus de charme. Le voyage annoncé devient jeu de pistes. Sans pour autant souhaiter réveiller le serpent de mer de la fonction critique, ni piquer des banderilles aux flancs de la publicité, le lecteur peut à juste titre s'interroger sur cette nouvelle illustration du phénomène de banalisation du récit de voyage. Il s'agit moins, sans doute, de constater naïvement l'évolution d'un genre en comparant, par exemple, les lettres de Christophe Colomb5 A un guide du routard6, que de noter ce besoin fréquent à notre époque de réduire toute relation de déplacement à un réseau de références au vécu quotidien de tous. Comme, si, dans un même mouvement, ces promoteurs de voyages imaginaires souhaitaient nous entraîner dans la forêt et semer le chemin de cailloux blancs.

6Le lecteur est ainsi doublement manoeuvré, attiré puis entravé. En un siècle où l'on regrette que l'exotisme soit déjà circonscrit, on ose encore prétendre que le "voyage fantastique" passe nécessairement par la reconnaissance de l'antagonisme fatal entre l'homme et les forces naturelles. Ou bien doit-on imputer au respect de la chronologie littéraire cette ignorance de Michaux, de Supervielle ou surtout d'Alejo Carpentler qui, eux, n'ont pas réduit l'Amérique à un tas de feuilles sèches, ont envahi l'espace de la création littéraire et donné au voyage ses dimensions métaphoriques.

  • 7 E. HEMINGWAY, The Sun also Rises, New York, Charles Scribner's Sons 1954, p. 9.

7Ici, tout se passe comme si le lecteur éventuel de Hudson, une fols attiré par la charmeuse de Rousseau, était invité à prendre part à une expérience peu ordinaire (l'aventure d'un homme amoureux d'une femme-oiseau), mais aussi rassuré sur les débordements possibles des mots qui, après tout, ne renvoient - on nous le dit - qu'à des choses connues (un tas de feuilles sèches) et des situations banales (le vent contre soi). Doit-on voir dans cette sélection de signes encourageants la marque d'une époque et d'une conception du voyage (les introductions et notes diverses étant alors entendues comme un équivalent d'Europe-Assistance appliqué à la littérature), ou bien plutôt la compétence de vendeurs de rêve qui suggèrent sans inquiéter, amalgament expérience individuelle et culture de masse, tout en confondant les choses et les mots, l'aventure et le récit, les témoignages et les métaphores ? Ou bien encore veut-on faire croire au lecteur que lire Hudson est une expérience innocente, comme le déclarait Hemingway7 ?

8L'histoire racontée par Hudson est assez simple en effet. Le rédacteur du prologue, arrivé à Georgetown, capitale de la Guyane anglaise, en 1887, pour y prendre un poste de fonctionnaire, rencontre un Mr. Abel établi en ville depuis douze ans, jouissant d'une fortune solide et d'une position privilégiée dans la société locale. C'est pourtant un étranger, un Vénézuélien, arrivé un jour en haillons après avoir traversé la moitié du continent à pied, parlant à peine anglais.

  • 8 "W.H. HUDSON 1841-1922, was born in South America and grew up amid the exotic life of a remote and (...)

9Une lettre providentielle lui annonce bientôt qu'il héritait d'une fortune considérable. Ainsi s'expliquent sa belle maison acquise sur Main Street et son insertion exceptionnelle dans la société fermée de Georgetown. Homme respecté par ses pairs et adoré par les femmes. Il demeure cependant incompréhensible : il aime les enfants, les bêtes sauvages et la nature en général, particularismes qui lui confèrent une qualité rare dans les salons, d'autant plus qu'il refuse d'expliquer ses goûts et d'évoquer son passé. Les deux hommes, le rédacteur du prologue et Abel Guevez de Arguensola, se lient d'une amitié renforcée par leur origine étrangère commune et Abel accepte un Jour de se raconter. Suivent trois cents pages d'un récit qui entraîne l'ami et le lecteur dans une forêt d'Amérique du Sud, touffue comme il se doit, encombrée de lianes, grouillante d'animaux, peuplée de sauvages. Abel y parcourt des distances non repérables en un temps indéterminé, et, selon un processus narratif déjà souvent exploité dans les récits de séjour chez les Indiens, s'éloigne des définitions, valeurs, hiérarchies établies et reconnues par sa propre société. Ainsi, il appréhende et décrit les végétaux, les animaux, les êtres humains - blancs et sauvages - selon son état physique et son humeur du jour, au gré des associations d'idées et des glissements de sens. Un fil conducteur guide cependant Abel : la recherche d'une pureté esthétique défiant la pourriture naturelle des tropiques. Dans ce double mouvement de fuite et de poursuite, la forêt lui tend immanquablement une série de pièges. Elle est à la fois le lieu nécessaire à la quête symbolique et le champ des désillusions. Les lianes, les araignées, les Indiens, autant que l'ermite et la Jeune fille au chant d'oiseau dont il s'éprend captivent (et capturent) tous Abel avant de le renvoyer à sa propre image. La série d'épisodes ainsi marqués par des révélations qui remettent en question la sérénité du narrateur et l'ordre du monde, n'auraient pu en aucun cas faire l'objet de conversations mondaines dans les salons fin-de-siècle de Georgetown. Voici d'emblée posée par Hudson la frontière métaphorique entre le voyage et son récit. Avec un humour ambigu8 dont son récit ne se départit guère, Hudson propose donc à son tour une découverte de l'Amérique et offre aux lecteurs londoniens de 1904 des méditations sur la forêt primitive que les bourgeois de Georgetown ne pouvaient entendre. Gn effet, à l'Inverse des lettrés de l'Atlantique Sud pour qui le beau et le vrai émanaient des cités européennes, Hudson installe son héros au coeur d'un monde exotique qu'à première lecture il semble décrire. Sachant que l'Implantation diplomatique et commerciale de l'Angleterre en Amérique latine fut accompagnée par une vaste entreprise de repérage scientifique, Hudson rend hommage aux botanistes et aux explorateurs en tous genres. Il indique ainsi l'Itinéraire d'Abel entre Caracas et le village de Manapurl, évoque les rives du Rio Negro, de l'Orénoque, et du Cunucunama, vante les propriétés médicinales de l'arbre cinchona, décrit le chant du rialejo, les cris du toucan, le rire du singe moqueur. Les hommes rencontrés par Abel dans son périple participent du même inventaire de la forêt. Le soir, à la chandelle, les chercheurs d'or prononcent les phrases rituelles sur les méfaits du climat, les huttes Indiennes retentissent d'imprécations contre la tribu voisine, le vieil ermite accompagné de son chien refuse de révéler les raisons de sa propre retraite et grogne des mises en garde contre l'humanité entière.

10L'un des deux ou trois décors de l'Amérique au XIXe siècle est donc planté A l'intention du lecteur européen, dans ce qu'il a à la fois de contingent et d'éternel, de pittoresque et d'emblématique. Mais ici, l'auteur de "Vertes Demeures" explore la dualité voyage/errance dans une Amérique de carte postale utilisée non seulement comme toile peinte devant laquelle se Joue le drame, mais aussi comme trame d'un discours sur le récit de voyage. Il ne s'agit plus désormais de comprendre les inquiétudes qui poussaient Abel à cacher sa "vraie vie" devant ses concitoyens de Georgetown, ni donc de l'impossibilité de communiquer son expérience des Indiens à cette société coloniale, mais il s'agit de s'Intéresser aux stratégies utilisées par Hudson, homme de la pampa devenu auteur anglais, pour mettre en évidence au début du XXe siècle la fragilité de notre perception du monde américain, et, par ricochet, l'ambiguïté de nos représentations. Dans cette perspective, Il n'est donc pas indifférent que le héros soit un stéréotype promené le long d'un décor codé, périodiquement confronté à des situations attendues par le lecteur. Celui-ci découvre rapidement que ce marcheur en Amérique est présenté comme narrateur démonstrateur, et non comme explorateur-aventurier. L'auteur du récit s'attarde moins sur les incidents du parcours que sur leur interprétation. D'où le rôle primordial Joué par les comparaisons et les métaphores dans "Vertes Demeures", les unes servant ft reconnaître, nommer, décrire, ft cataloguer et à inscrire dans un vécu, les autres invitant le lecteur à sortir des sentiers battus, à s'Interroger sur les projections du mol, les effets de miroir, et la vanité de toute prétention à une exploration "extérieure".

11Un coup d'oeil rapide sur quelques extraits de descriptions va permettre de mettre en relief le processus de la découverte, et le rôle de la comparaison cher. Hudson.

12Au début du livre, Abel, cherchant à échapper et la police, s'enfonce dans des régions difficilement accessibles, remonte l'Orénoque et atteint la rivière Meta…

  • 9 Green Mansions, p. 11.

13"From the mouth of the Meta, I Journeyed on intending to visit the settlement of Atahapo where the great River Guaviare, with other rivers, empty themselves into the Orinoco, but I was not destined to reach it, for at the small settlement of Manapuri, I fell ill of a low fever… A more miserable place than Manapuri for a man to be ill of a low fever in could not well be imagined. The settlement, composed of mean hovels, with a few large structures of mud, or plastered wattle, thatched with palm leaves, was surrounded by water, marsh and forest, the breeding-place of myriads of croaking frogs and of clouds of mosquitoes"9.

14Quelques pages plus loin, le narrateur sorti des zones insalubres, passe quelques semaines dans un village Indien. Il s'aventure seul loin du village et gravit une colline à la recherche d'un horizon différent.

  • 10 Id. pp. 32-33.

15"When I reached the top and could see the country beyond, I was agreeably disappointed at the discovery that the sterile ground extended about a mile and a quarter on the further side, and was succeeded by a forest - a very inviting patch of woodland covering five or six square miles, occupying a kind of oblong basin, extending from the foot of Ytaloa on the north to a low range of rocky hills on the south. From the wooded basin, long narrow strips of forest ran out in various directions like the arms of an octopus… far away in the west and south and north distant mountains appeared, not in regular angles but in groups, or singly, or looking like blue banked-up clouds on the horizon"10.

16Heureux d'échapper aux moustiques, mais un peu inquiet devant ce panorama si vaste, l'explorateur s'engage avec soulagement sous les arbres.

  • 11 Id. pp. 33-34.

17"I spent several hours in this wild paradise which was so much more delightful than the extensive gloomier forests I had so often penetrated in Guyana, for there, if the trees did not attain to such majestic proportions, the variety of vegetable forms was even greater ; as far as I went, it was nowhere dark under the trees and the number of lovely parasites everywhere illustrated the kindly influence of light and air. Even where the trees were largest, the sunshine penetrated, subdued by the foliage to exquisite greenish-golden tints, filling the wide lower spaces with tender half-lights and faint blue-and-grey shadows"11.

18Dans ces trois passages, cités dans l'ordre chronologique du récit et tous situés pendant cette période où le narrateur s'emploie à décrire une région tropicale dont les lecteurs anglais ont déjà quelques notions, on note la part grandissante de l'appréciation subjective. Le repérage "scientifique" en effet est associé d'une part à des détails d'ordre impressionniste se référant à des catégories esthétiques connues et traduites ici par des figures de style figées ("breeding place of myriads of croaking frogs… banked-up clouds… exiquisite greenish-golden tints… tender half-lights… faint blue-and-grey shadows") et d'autre part à des remarques soulignant des associations d'Idées et des appréciations plus personnelles ("I was agreeably disappointed"… "the arms of an octopus… the number of lovely parasites").

19On note ici, dans ce mélange d'évocations de comparaisons, de rapprochements entre le vécu de l'exploration et le décrit (Hudson renvoyant lui-même à des traditions picturales) toute l'ambivalence du rapport de contamination qui s'établit entre cette nature et l'homme qui vient la "parasiter".

  • 12 Ibid.

20"How far above me seemed that leafy cloudland into which I gazed ! Nature we know, first taught the architect to produce by colonnades the illusion of distance ; but the light-excluding roof prevents him from getting the same effect above. Here Nature is unapproachable with her green airy canopy, a sunimpregnated cloud, cloud above cloud, and though the highest may be unreached by the eye, the beams yet filter through, illuming the wide spaces beneath, chamber succeeded by chamber, each with its own special lights and shadows. far above me, but not nearly so far as it seemed, the tender gloom of one such chamber or space is traversed now by a golden shaft of light falling through some break in the foliage, giving a strange glory to everything it touches - projecting leaves and beard-like tuft of moss, and snaky bush-rope. And In the most open part of that most open space, suspended on nothing to the eye, the shaft reveals a tangle of shining silver threads - the web of some large tree-spider…. but Nature produces her effect and random and seems only to increase the beautiful Illusion by that infinite variety of decoration in which she ravels, binding tree to tree in a tangle of anaconda-like lianas, and dwindling down from these huge cables to airy webs and hair, like fibres that vibrate to the wind of the passing insect's wing."12.

21Le paysage américain perçu par Abel est donc le fruit d'un hasard "naturel" et une création de sa propre culture. L'Introduction de la perspective, les effets d'ombre et de lumière évoquent l'ordre et la cohérence de la peinture académique, mais le dédoublement de certains détails (beardlike/tuft of moss, snaky/bush-rope, tree/spider, anaconda-like lianas) et l'effet de comparaison qu'il implique ont pour résultat non pas tant la mise en place de références spécifiquement américaines que l'installation du doute sur l'unicité des choses. Ainsi, ces longues pages descriptives accompagnant l'errance de l'homme sur les rives de l'Orénoque invitent à réfléchir sur les modalités de la création artistique et renvoient le lecteur à l'attente d'un paysage américain perpétuellement retouché. L'illusion des sens évoquée par ces tableaux et décors visuels successifs est parallèlement explorée par Hudson dans le domaine moins classique de l'ouïe.

22Abel, s'étant aventuré seul dans la forêt obscure, prête l'oreille aux chants des oiseaux et cherche à les identifier :

  • 13 Id. pp. 42-43.

23"There were notes and cries familiar to me as the crowing of the cock-parrot screams and yelping of toucans, the distant waiting calls of maam and duraguara ; and shrill laughter-like notes of the large tree-climber as it passed from tree to tree ; the quick whistle of cotingas ; and strange throbbing and thrilling sounds, as of pigmies beating on metallic drums, of the skulking pitta-thrushes, and with these mingled other notes less well known. One came from the tree-tops where it was perpetually wandering among the foliage - a low note repeated at intervals of a few seconds,… From the foliage of a neighbouring tree came a few tinkling chirps as of a small mandolin… I often listened to this tinkling music and it had suggested the idea that the place was frequented by a tribe of fairy-like troubadour-monkeys."13.

24Rejetant les descriptions ornithologiques et en dépit d'un souci de précision souligné malicieusement par l'énumération des oiseaux et la variété des verbes décrivant leurs chants, Hudson introduit dans la nature américaine des variantes fantaisistes, associant l'oiseau au singe, rapprochant le Joueur de mandoline du batteur de tambour, évoquant l'Africain autant que l'Américain, comme si finalement tout était dans tout et partout. Cette confusion tentaculaire et proliférante affecte donc l'oreille autant que l'oeil. L'observation, et même la nomination des espèces, sont ainsi comprises non comme des opérations indispensables à la reproduction d'une réalité, mais plutôt comme les fondations d'une infinité de "mises en scène" dont le narrateur serait à la fois le machiniste et le réalisateur. Hudson ayant ainsi démontré au début du récit d'Abel le caractère illusoire d'un itinéraire menant à un ailleurs scientifiquement reproductible, ou même simplement repérable, accroche dès lors son exotisme de pacotille dans un magasin de clichés, souvenirs, préférences et métaphores en tous genres. On n'y trouve pas de panoplies pour explorateurs, mais des jeux pour lecteurs cultivés et pervertis, des éléments de décors que l'on peut emprunter et utiliser à sa guise. A l'impression de multiplicité délirante et d'élargissement infini produit par l'utilisation de comparaisons, correspondent désormais une mise-en-abîme du récit et une méfiance obsessionnelle envers les mots euxmêmes. Le lecteur induit par la préface de l'éditeur, puis par le prologue, à attendre la fluidité narrative de tout récit de voyage classique, se voit forcé ici d'observer périodiquement un arrêt sur le mot, un arrêt sur l'image - une pause devant les métaphores qui brisent l'élan de l'aventure événementielle, en font vaciller le sens le plus évident, le sens commun et Jettent un doute sur toute interprétation possible, Abel, l'ermite, la jeune Rima, les Indiens, tous semblent suspendus au fil d'une écriture qui s'interroge elle-même plus qu'elle ne les décrit.

25Dès le début du prologue, le narrateur explique qu'il se volt contraint de dire toute la vérité sur la vie de Mr. Abel, pour mettre fin aux interprétations fantaisistes ("romance-weaving", "conjectural matter", "fancies") déclenchées après sa mort par la découverte dans une pièce secrète de sa maison d'une urne funéraire ornée de feuilles, de fleurs, d'épines, et d'un serpent ondulant autour d'une inscription indéchiffrable. Voici donc le narrateur contraint d'énoncer l'indicible. Pour ce faire, il retourne en arrière, et devenant le double et le porte-parole du mort, reproduit son discours. Abel, ainsi, en entrant en scène, apparaît comme un être contrarié dans ses projets, lancé à la recherche d'une série d'Images dans lesquelles il aimerait figurer. Révolutionnaire par idéalisme juvénile, il est vite démasqué, et poursuivi par les forces de l'ordre. Réduit à se cacher, à oblitérer donc sa première identité, il se fond dans un deuxième décor et se transforme en chercheur d'or. La présence de l'or dans cette forêt n'étant qu'un mirage, une rumeur infondée, Abel décide de s'attacher à ce qu'il y voit, se découvre une vocation d'explorateur et entreprend de collecter de l'information sur les tribus indigènes et les produits végétaux de la région afin de "mettre ses connaissances au service de la République". Dans celte perspective, et maintenant qu'il met sa vie en mots, il tient un Journal, prend note de ses aventures personnelles et de ses impressions, se met à observer les choses avec attention et à "étudier le style". Ce troisième rôle est lui aussi interrompu - cette fois par la maladie. Abel, provisoirement arrêté dans sa course, passe quelques jours au milieu de blancs que des circonstances indéterminées ont réunis dans un campement. Les pluies incessantes minent son courage, affaiblissent ses résistances et diluent sa résolution. Inondant aussi malencontreusement son carnet de notes, elles le réduisent en bouillie (reduced to a sudden pulp). Devant le désespoir d'Abel, un commerçant nommé Pantaleon lui conseille d'oublier ce chiffon trempé qui traîne dans la boue et qui "n'était rien d'autre, après tout, qu'une histoire vraie", alors qu'il est si facile "d'Inventer des mensonges pour distraire ceux qui restent chez eux à lire". Et voici le Pantalon de la Commedia dell'Arte costumé en commerçant des tropiques qui engage le bon Jeune homme naif et malade à tourner le dos aux chimères que sont la Révolution, l'or, l'histoire naturelle, pour aller se refaire une santé auprès des Indiens. Et Abel de suivre en forêt les premiers sauvages qui passent avec pour tout bagage sa connaissance exceptionnelle des langues indigènes. Ces quelques mois de séjour chez les Indiens ne seront pas l'occasion de découvertes ethnologiques. Les sauvages correspondent parfaitement au modèle du primitif que sa culture lui avait transmis. Le vieil ermite Nuflo, protecteur d'une Jeune orpheline recueillie à sa naissance, est tout autant un stéréotype culturel et littéraire.

26Abel, en réalité, continue à chercher un rôle qui lui convienne et qui lui permette de rendre un sens aux mots. Lui qui plus tôt cherchait, non sans humour, à s'identifier A l'explorateur-botaniste ("my plan was to ramble about with an unconcerned air, occasionally pointing out an uncommon tree or shrub, or vine") voudrait maintenant se faire passer pour Indien, A ses propres yeux aussi ("I tried to Imagine myself a simple Guyana savage"). Mais, en dépit de ses connaissances linguistiques, et sans doute aussi grâce A elles, Abel découvre en même temps la réalité conflictuelle du rapport entre Blancs et Indiens - et même entre Indiens - et le caractère illusoire, parfois trompeur, de toute forme de discours. A tel point qu'Abel ne prêtant plus attention aux mots, dans quelque langue que ce soit, se laisse séduire par le chant d'un oiseau contre lequel les Indiens l'avalent pourtant mis en garde. Il s'engage seul A sa poursuite dans une forêt de métaphore(s), sur un terrain considéré comme dangereux par les Indiens et, bien évidemment, mythique par le lecteur blanc : celui d'une errance. Les métaphores s'enchevêtrent, certaines "visuelles", s'imbriquant dans la "nature", l'araignée et sa proie, le serpent et la Jeune fille, le territoire Inexploré, d'autres, plus nombreuses encore Jouant sur l'opposition entre voix intérieure et caquets, bavardages. Abel, assourdi par ce monde extérieur et par les échos qu'il éveille, est irrésistiblement appelé par le chant d'un oiseau unique, par le voyage dans le voyage. Ne craignant plus de s'y perdre (I was not afraid of losing myself), il y abandonne toute Illusion sur le caractère personnel du langage de chacun et y perd du même coup la raison.

27Hudson, soucieux sans doute de nous faire boire jusqu'à la lie cette "blessed desillusion" qui accompagne le récit, n'oublie jamais de ramener son lecteur sur terre. Les métaphores qu'il file sont le plus souvent explicitées plus tard. On ne saurait échapper à l'araignée. Ainsi l'oiseau merveilleux poursuivi par Abel et dont les Indiens disent qu'il est maléfique, qu'il renvoie les flèches qu'on lui lance, se révèle être la Jeune fille orpheline en quête ellemême de ses propres origines. La "déchirante histoire" d'amour annoncée dans la préface de l'édition française n'est "en réalité" qu'une parodie du discours amoureux dans laquelle aucun cliché n'est épargné au lecteur. A la fin de ce parcours du combattant amoureux dans la forêt vierge, la mort de la jeune fille-oiseau brûlée par les Indiens permet à Abel de renaître. Lui se demande si la belle n'était pas finalement une vue de son esprit égaré, mais le lecteur, de son côté, se demande de qui Hudson se moquait.

28Pourquoi, dans ces conditions. l'ami-narrateur cherche-t-il à expliquer honnêtement la présence de l'urne funéraire dans la maison d'Abel ? De qui, de quoi est-elle métaphore ? de ces "green mansions" évoquées par le décor floral, du mal représenté une fois de plus par un serpent, de toute une culture réduite en cendres, de l'incommunicable transmis par une inscription illisible ? Faut-il lire dans cette métaphore ultime de l'urne l'aboutissement du voyage et l'échec de celui qui, à la recherche de lui-même, vagabonde, divague (ramble), poursuit son rêve doré (golden dreams), s'abrite derrière des masques pour échapper à l'échec (when failure first stares a man in the face, it has so dark and repellent a look), et qui finalement Jette une pierre dans l'eau pour ne pas voir son double ?

29Hudson, moqueur, nous entraine-t-il dans un de ces interminables défilés de Carnaval et entasse-t-il pêlemêle dans l'urne "américaine" nos décors, nos accoutrements, nos accessoires, nos masques favoris : nos voyageurs, nos oiseaux, notre forêt enchantée, nos Pantalon, nos étala, nos Ulysse, nos Indiens, notre Amérique à tous ?

30Ou bien ce récit, faisant sortir de la forêt américaine le singe-moqueur, l'oiseau-ventriloque, et l'araignée fileuse comme autant de métaphores de la littérature prendil finalement le lecteur au piège de ce paradis sauvage dont la "naïveté" séduit aussi chez le douanier Rousseau ? Si tel est le cas, on apprécie l'humour de Hudson léguant ses droits d'auteur à la Royal Society for the Protection of the Βirds.

Notes

1 Pour l'origine de ce dicton, voir : Peter FRY, Para Inglês ver. Identidade e politica na culture brasileira, Zahar Editores. Rio de Janeiro, 1982.

2 W. H. HUDSON, Green Mansions. Nous utilisons ici l'édition Duckworth, London, 1942.

3 W.H. HUDSON, Vertes Demeures, traduit de l'anglais par Patrick Reumaux. J. Cyrille Godefroy, ed. 1982, le Seuil 1984 (on notera que le titre original, "Green Mansions - a Romance of the Tropical Forest" devient "Vertes Demeures - roman").

4 Vertes Demeures, op. cit., p. 5.

5 Dans les ouvrages récents analysant les écrits de C. Colomb, voir en particulier Tzvetan TODOROV, La Conquête de l'Amérique, le Seuil, 1982 - et Wayne FRANKLIN, Discoverers, explorers, settlers. The diligent writers of early America. Univ. of Chicago Press 1979.

6 Hachette.

7 E. HEMINGWAY, The Sun also Rises, New York, Charles Scribner's Sons 1954, p. 9.

8 "W.H. HUDSON 1841-1922, was born in South America and grew up amid the exotic life of a remote and brutal continent. He did not come to England till 1869, and did not become a British subject till 1900."
Dans le chapitre intitulé : "Critical and miscellaneous prose", Cambridge History of English literature. 1970, p. 689.

9 Green Mansions, p. 11.

10 Id. pp. 32-33.

11 Id. pp. 33-34.

12 Ibid.

13 Id. pp. 42-43.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter