Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la métaphore

 | 
Pierre Gault

Les métaphores causales

Gérard Deléchelle

Texte intégral

"The world is a vast elaborated METAPHOR" (D. Bolinger, Language, The Loaded Weapon)

1Le titre même de ce volume atteste que la métaphore, qui a longtemps occupé une place de choix parmi les figures de rhétorique, continue à susciter l'intérêt dans le domaine littéraire. On trouve également des analyses linguistiques de diverses figures. Notre but est ici un peu différent : nous voudrions montrer le rôle que joue la métaphore, non pas comme trope, mais dans la constitution même de la langue aux niveaux lexical, syntaxique et discursif.

  • 1 Voir notre article "Autour de la notion de cause", Ranam, 1905, pp. 61-76,où l'on étudie notamment (...)

2Le domaine choisi à titre d'illustration est très vaste, puisqu'il s'agit de ce que l'on appelle d'ordinaire, d'un terme assez imprécis, "l'expression de la cause". Nous avons montré ailleurs1 que, malgré l'emploi très répandu qui en est fait, la notion de cause est très difficile à définir, sans doute parce que, contrairement à ce que l'on croit le plus souvent, il ne s'agit pas d'une notion primitive. Il suffit en effet d'examiner les différents emplois du mot cause pour voir qu'il peut désigner soit un faire, un changement et son origine, soit une explication (et en particulier dans les énoncés comportant because). Etant donné le caractère relationnel de la notion de cause, il nous paraît préférable d'utiliser le terme plus général de RAPPORT CAUSAL.

3Nous appellerons "métaphores causales" les diverses figures sur lesquelles repose l'expression de ce rapport. On en fera d'abord une étude sémantique, accordant une place importante mais non exclusive aux métaphores spatio-temporelles (origine-antériorité, déplacement…). On examinera ensuite le rôle joué par les processus métaphoriques dans la formation des métaopérateurs et dans différents types de rapports syntaxiques. Notre lut est donc double : l'étude des métaphores causales a pour nous un intérêt heuristique en ce qu'elle nous permet de montrer comment se construit la notion de cause, mais elle nous amènera aussi à nous interroger sur la place de la métaphore dans la langue et dans le discours.

1. ÉTUDE SEMANTIQUE

1.1. Les métaphores spatio-temporelles

1.1.1. Cause et temps

4Une étude comparative interligne confirmerait l'importance des marqueurs temporels dans l'expression de la cause. En anglais par exemple, since marque à la fois l'antériorité chronologique (conjonction de temps) et notionnelle (conjonction de couse ou raison), certains énoncés pouvant recevoir les deux interprétations. De même, il est difficile dans les exemples suivants de s'en tenir à une interprétation temporelle surtout en (2) et (3) où un modal vient souligner le rapport nécessaire entre p et q :

(1) Now that she was alone, she could not bear staying in the house
(2) You must be tired after all this hard work
(3) At a time when so many people are looking for a job, it should not be difficult to find someone, I suppose

  • 2 Nous avons déjà abordé ce problème dans "Antériorité, simultanéité, concomitance et causalité en an (...)

5Bien que liées, ces deux constatations ne sont cependant pas tout à fait du même type. Par exemple, le fait que since puisse prendre un sens causal ou temporel ne signifie pas pour autant que les deux types d'énoncés aient en synchronie la même syntaxe ; on observe notamment des différences dans les contraintes sur les temps. En outre, la comparaison entre l'anglais et le français montre dans ce dernier cas que la parenté morphologique entre puisque et depuis que n'est pas toujours ressentie par les locuteurs. Quant à la lecture causale à laquelle peuvent donner lieu certains énoncés temporels, elle n'est que suggérée et le locuteur peut toujours affirmer qu'il s'est contenté de poser un rapport chronologique (antériorité ou coïncidence). En effet, si le rapport causal repose bien sur une relation d'ordre, la cause précédant ou coexistant avec son effet, il ne se réduit pas à cela comme on le verra dans les pages qui suivent. Cependant, nos habitudes de pensée et nos pratiques discursives sont telles qu'il nous est parfois difficile de séparer rapport chronologique et rapport causal, d'où le vieux sophisme : post hoc, ergo propter hoc.2

6La relation d'ordre marquée par since s'applique à des événements d'un type bien particulier que H. Adamczewski désigne sous le nom d'"événements métalinguistiques" ; il s'agit ici d'une chronologie de discours entre une prémisse et une conclusion, c'est-à-dire relevant non plus du domaine des faits mais des opérations métalinguistiques. On comprend alors pourquoi la syntaxe de ces énoncés diffère de celle des énoncés temporels.

  • 3 Sur l'analyse métaopérationnelle de l'anglais, voir Tréma 8, 1983, et H. Adamczewski, Grammaire lin (...)

7Le rapport causal n'est pas le seul rapport logique à faire appel à des marqueurs d'origine temporelle. Il en est de même de la concession (cf. while, still, yet) ou de l'hypothèse (until). Enfin, l'étude des divers emplois de as montre qu'on ne peut s'en tenir à une simple comparaison entre cause et temps. De tels métaopérateurs nous obligent à poser le problème en termes beaucoup plus généraux de métaopérations.3

1.1.2. Les métaphores spatiales

8S'il est vrai, comme on vient de le voir, que le rapport causal se construit en partie sur des relations chronologiques, une étude plus détaillée de celles-ci montrerait qu'elles sont elles-mêmes souvent d'origine métaphorique. On se représente en effet le temps comme un déplacement plus ou moins rapide (the passage of Lime, time flies), les événements étant ordonnés les uns par rapport aux autres ou par rapport à des points de repère fixes, d'où l'importance des prépositions à sens spatial dans l'expression du temps : IN a minute, AT ten, FROM today ONWARDS. Même after et since sont étymologiquement dérivés de notions spatiales. On ne devra donc pas s'étonner de voir de nombreux marqueurs topologiques prendre une valeur causale. En outre, étant donné notre conception de l'espace comme un univers à plusieurs dimensions, les distinctions seront encore plus nombreuses que dans le domaine temporel.

1.1.2.1. Cause et origine

9Rappelons tout d'abord que le terme de "cause" est ambigu, puisqu'il désigne aussi bien le rapport logique entre X et Y dans X CAUSED Y, c'est ce que nous appelons le rapport causal, que l'élément X qui renvoie à la cause proprement dite par opposition à l'effet Y.

10Les exemples suivants, qu'on pourrait facilement multiplier, montrent le lien entre l'idée de source, d'origine, et celle de cause :

(4) Nobody dares to consider removing the source of all that misfortune
(5) The town was built on the side of a hill, hence the name Hillside
(6) I did not tell Mandley this, of, course, not from any wish for concealment, but because our code of conduct discouraged personal disclosures

11Signalons encore root, basis, ground(s), une préposition comme behind, ou des verbes comme spring, stem, arise, come, qui associés à from indiquent à la fois l'origine et le déplacement caractéristiques, on le verra, de la notion de cause.

12Il faudrait bien sûr établir des distinctions de sens plus fines selon le terme utilisé. Ainsi, l'emploi de root suggère en général une cause plus profonde ou moins évidente, tandis que celui de behind ajoute une idée de mystère ou de force occulte. On retrouve les termes root, cause et behind dans cet exemple du Times :

(7) A root cause behind the riots last year (…)

13On remarquera enfin que nous n'avons pas cherché à distinguer la cause proprement dite et le domaine des raisons et des explications dans la mesure où ces deux domaines sont difficiles à différencier et font souvent appel nu même type de métaphores.

1.1.2.2. Motifs et mobiles

14Il ne nous appartient pas d'entrer dans le débat philosophique sur la nature des mobiles, des intentions, du désir, et en particulier de savoir si les mobiles sont des couses (mentales) ou des raisons. On se contentera de noter que causes, raisons et mobiles s'expriment de façon assez voisine. Ainsi, les mots mobile et motif en français et motive en anglais suggèrent une force qui "pousse", "mène" à l'action, métaphore que l'on retrouve dans les verbes drive, impel (ou certains emplois de lead to : What led you to do this?) et dons la préposition out of :

(7) Is there any difference between the impulse that drives a man to write letters to newspapers and that which impels his neighbour to write for a living? (B. Levin)
(8) He did it out οf pity for hex

15Dans tous ces exemples c'est l'idée de déplacement qui l'emporte, or cette notion n'a de sens que dans un cadre spatio-temporel.

1.1.2.3. Moyen et instrument

16On peut rendre l'idée de moyen ou d'instrument en termes de trajet, d'où l'emploi de way dans the ways and means ou de through. Certes ces deux notions ne constituent pas à proprement parler des causes, surtout quand l'agent est mentionné, mais elles relèvent toutefois de l'ensemble que nous avons appelé le rapport causal. De l'idée de moyen, d'instrument, d'intermédiaire, on passe facilement à celle de cause plus ou moins directe comme dans cet exemple :

(9) Most tanker accidents however occur not because of mechanical or structural failure of the vessel, nor through unduly lax navigational measures, but as a result of human error

  • 4 M.C. Bourquin-Launey, "De la traduction automatique à la réflexion linguistique : la traduction de (...)

17La valeur causale que prend ici through s'explique si, comme M.C. Bourquin,4 on considère que cette préposition exprime surtout un parcours, ce qui nous ramène à la métaphore du trajet, du passage.

  • 5 Si dans les énoncés transitifs l'agent semble jouer un rôle plus important que le moyen, l'instrume (...)

18C'est également la métaphore spatiale qui explique les emplois de by (qui marque à la fois la proximité, le moyen ou même l'agent) et de with (qui peut exprimer, entre autres, le comitatif, l'instrumental ou la cause), le moyen et l'instrument sont donc liés aux concepts d'accompagnement, de proximité, de concomitance.5

1.1.2.4. Effet et but

19A la cause conçue comme origine correspond pour ainsi dire symétriquement l'effet vu comme un aboutissement, le terme d'un processus. Or les mots "terme", "aboutissement" relèvent eux aussi de la métaphore du déplacement. Etant donné ce qui a été dit ci-dessus des rapports entre l'espace et le temps, il est normal qu'il soit parfois difficile de les distinguer. C'est le cas pour l'emploi de end en (10) :

(10) but the end result was not anything that was wanted

20La métaphore spatiale peut prendre différentes formes dons l'expression de l'effet ou de la conséquence. Le mot consequence lui-même et ses dérivés (consequently) en fournissent une bonne illustration ainsi que des vertes comme follow dans : from p, it follows that q ou ensue. Les expressions in the wake of, in the aftermath of :

(11) This state off affairs brings certain reactions in its wake

21présentent aussi l'effet ou la conséquence comme la suite d'un élément X.

22On retrouve ces relations d'ordre dans les métaphores de produit, de fruit, marquant le passage d'un état X à un état résultant V, avec en plus l'idée que ce changement est naturel et donc nécessaire :

(12) it is easy to see that once a process has begun to form a particular product, that product will encourage the process to go still further in the same direction (Scientific American)

23mais la métaphore spatio-temporelle marque plus la simple consecution que la conséquence logique.

24Comme fin en français (cf afin de), end désigne aussi un but, une visée (cf to this end). Οn ne sera pas surpris de voir que to, qui marque à l'origine une direction, peut exprimer le but, mais aussi le résultat (only to find), la distinction entre les deux reposant sur le fait que le terme est ou non atteint et sur un jeu de modalités (cf so that).

1.1.2.5. Le rapport causal : déplacement et localisation

  • 6 On trouvera dans G. Lakoff & M. Johnson, Metaphors We Live By, Chicago, 1980, de très nombreux exem (...)

25On n'en finirait pas d'énumérer les différentes formes sous lesquelles la métaphore spatio-temporelle peut être associée au rapport causal. Les exemples cités ne constituent donc qu'un début d'illustration.6

26Il ressort de ce premier examen que le rapport causal est conçu comme un déplacement à partir d'une origine (la cause) vers un aboutissement, un terme (l'effet produit). On a vu en outre que c'est également en termes spatio-temporels que s'expriment certains des aspects de ce changement.

27A côté de cette vision dynamique du rapport causal représenté en termes d'action, on trouve en (13) une utilisation différente d'une métaphore spatiale :

(13) the basic reason lay in his personality

28La démarche est cette fois différente : l'accent est mis sur l'identification de la cause, opération de repérage qui se traduit par l'emploi de lie in. L'opération peut aussi être exprimée de façon plus imagée :

(14) Not all the blame fοr this can be put at the door of the developed world (BBC)

29L'activité ici marquée par put relève du discours et non plus des événements. On quitte le domaine de la cause-faire, pour celui de la cause-explication, mais dans les deux cas on fait appel à une métaphore spatiotemporelle : déplacement ou localisation.

1.2. Autres métaphores

1.2.1. Cause, agent, responsabilité

  • 7 Ce rapport entre l'action et la causalité se retrouve dans l'étude des "faits psychogénétiques" qui (...)

30Le rapport causal pouvant, on l'a vu, être assimilé à une sorte d'action, il faut donc s'interroger sur les rapports entre cause et agent, ce dernier pouvant par métonymie être considéré comme une cause :7

(15) He's caused enough trouble : he's the cause of it all !

31En outre, et encore sur le modèle de l'action, on associe parfois cause et responsabilité (cf l'emploi de blame en (14)). Le problème est alors posé en termes quasi-juridiques surtout si l'événement est jugé défavorablement :

(16) She's the CAUSE. No, that's unfair. I don't want to judge her

32On trouve aussi plusieurs expressions construites autour de la notion de compte : on account of, to account for. Or, comme le souligne Lalande, le sens originel du mot raison :

"semble être celui que suggère la vieille expression "livre de raison", ce qui signifie livre de comptes […] revue discursive de tout le train d'une maison" (Vocabulaire technique et critique de la philosophie, s.v. raison)

33Raisonner, expliquer, sont des activités discursives qui supposent des choix, des pesées fines s'accompagnant éventuellement de valorisations.

34Ces différentes métaphores apportent une confirmation à notre conception de la cause : elle ne se réduit pas à un faire mais comporte aussi une dimension discursive. Nous pensons avec P. Ricoeur que

"assigner une cause c'est inviter un plaidoyer en faveur d'autres candidats à la causalité" (Sémantique de l'action, 1977, p. 56)

1.2.2. Rapport causal, perception et activité discursive

35Cette appartenance du rapport causal au domaine du discours déjà soulignée lors de l'étude des métaphores spatio-temporelles apparaît aussi dans l'emploi d'autres métaphores. On insistera en particulier sur le recours fréquent au vocabulaire de la perception pour exprimer cause, raison ou but. Ainsi, on opposera in view of et with a view to, view marquant l'activité de repérage et la préposition indiquant son orientation. Notons aussi que plusieurs conjonctions ou prépositions exprimant cause, raison ou circonstance sont formées à partir de verbes de percepperception : seeing that, considering, regarding.

36Ce recours au champ sémantique de la perception s'explique aisément : les exemples que l'on vient de citer n'indiquent pas tant une perception physique qu'un repérage abstrait. Dans un certains sens, "voir" c'est identifier, localiser, comprendre, le repérage s'effectue par rapport à l'énonciateur et suppose donc une activité discursive. On en trouve aussi une trace dans l'étymologie de explain et expliquer (cf explicate) : le premier suggère l'idée d'aplanir, le second de déployer. Dans les deux cas, c'est nu terme d'un processus discursif que se dégage l'explication, l'explanandum se présentant comme une énigme, un problème, une question et l'énonciateur devant, selon le cas, en trouver la clef ou y apporter une réponse. En voici un exemple, parmi d'autres, entendu récemment :

(17) 'Dο you think you have found the cause of cot death?'
'Nobody can claim to have the answer to cot death' (BBC)

  • 8 "Lorsqu'on dit par exemple "repérage", c'est un terme qui est utilisé à l'intérieur d'une opération (...)

37Notons enfin que le terme de "repérage" qui vient d'être employé8 renvoie une fois de plus à la métaphore spatio-temporelle qui s'applique ici non plus aux événements mais à des opérations, comme on l'avait déjà indiqué au cours de l'étude des différences entre le since temporel et le since "causal". Le travail de l'énonciateur relève donc de la même métaphore que l'action, ce qui explique que de nombreux connecteurs aient une origine spatiale ou temporelle.

2. MÉTAPHORES ΕT MÉTAOPERATIONS

2.1. Formation des métaopérateurs

  • 9 Etant donné la nature relationnelle de la notion de cause, il est souvent bien difficile de disting (...)

38Notre première approche du problème de l'expression métaphorique du rapport causal a été surtout sémantique : nous tentions de montrer les divers aspects de la notion de cause, sans faire do distinction entre les éléments lexicaux ou grammaticaux ou entre les phénomènes synchroniques et diachroniques. Mais on ne peut réduire le rôle de la métaphore dans la langue à cet aspect lexical ; c'est pourquoi nous examinerons maintenant la place des processus métaphoriques dans les opérations métalinguistiques et la métalangue.9

  • 10 H. Adamczewski (op. cit.) et C. Delmas : Quelques éléments de la métalangue naturelle, 3e Cycle, 19 (...)

39L'étude de la formation des métaopérateurs donne une bonne idée des rapports entre langue et métaphore. La langue devant choisir en son sein les éléments qui lui permettent de coder ses propres opérations ("la métalangue est dans la langue"), le processus de grammaticalisation d'une unité lexicale relève lui aussi du déplacement métaphorique : c'est ce que l'on appelle la métalangue naturelle. Nous l'illusterons à partir de l'étude de for, mais plusieurs des exemples donnés dans la première partie conviendraient aussi bien (cf nos remarques sur since).10

40Les dictionnaires indiquent que for a une origine spatiale (fore) qui n'est plus perceptible synchroniquement en raison de la diversité de ses emplois. Toutefois, si on veut donner une description unifiante de ces nombreux effets de sens, parfois même en apparence contradictoires (for peut exprimer la cause, mais aussi le but ou la concession), il faut proposer une caractérisation très abstraite de for. Nous pensons avec II. Adamczewski que c'est en termes de LIMITE qu'il faut expliquer cette valeur fondamentale, aussi bien dans les emplois prépositionnels que conjonctionnels, ce qui permet de retrouver dans la métalangue de l'analyste la métaphore spatiale.

  • 11 Benveniste a proposé une étude de la préposition allemande vor comparée à prae en latin (deux prépo (...)

41On voit ainsi que les processus métaphoriques nécessitent une étude diachronique (passage d'un sens local à un sens relationnel plus abstrait), mais aussi une étude synchronique (la polysémie d'un terme illustre la nature métaphorique de la construction du sens). Notre exemple souligne en outre les rapports entre la métalangue de l'analyste (ici le concept de limite) et la métalangue naturelle (la manière dont se forment les métaopérateurs). Il n'y a rien d'étonnant à cela, puisque cette dernière constitue une trace, une mémoire, parfois transparente (c'est le cas de since) parfois plus difficile à déchiffrer (for), du travail de la langue.11

2.2. Métaphore et syntaxe

42Poser le problème du rôle de la métaphore en syntaxe conduit à s'interroger sur les rapports entre syntaxe et sémantique. Vaste programme ! Outre le problème de la formation et du rôle des métaopérateurs, d'autres phénomènes syntaxiques relèvent des stratégies métaphoriques. Lakoff & Johnson considèrent que les exemples de (18) :

(18a) Sam killed Harry
(18b) Sam caused Harry to die
(18c) Sam brought it about thas Harry died

43illustrent le principe : "the CLOSER the form indicating CAUSATION is to the form indicating the EFFECT, the STRONGER the causal link is" (op. cit., p. 131). Notons qu'on aurait pu intercaler entre (a) et (b) Sam made Harry die, où l'absence de to est significative. Il y aurait là un cas d'iconicité, la forme du signifiant présentant une certaine similitude avec le signifié. En fait, la distance relative entre la cause et l'effet en (18) n'est qu'un des éléments intervenant dans l'interprétation.

  • 12 R. Jakobson, "A la recherche de l'essence du langage", Diogène, 51, 1966, pp. 22-38, où l'on trouve (...)
  • 13 Nous reviendrons dans notre thèse (en préparation) sur le rôle respectif des différentes opérations (...)

44De même, Jakobson12 cite le célèbre Veni, vidi, vici, où l'ordre des termes est mimétique de l'ordre des signifiés, ce qui encourage une lecture causale de la succession des événements. La même remarque s'applique à l'ordre protase-apodose dans les conditionnelles. On pourrait aussi ajouter que la différence entre subordination et coordination joue un rôle dans l'expression de la cause : au relâchement syntaxique qui caractérise les énoncés coordonnés correspond un affaiblissement du rapport causal qui tend alors vers l'explication ou la justification (voir les propositions en for et les énoncés où since et as sont postposés). Mais ici encore ces facteurs ne sont pas les seuls à jouer dans la construction du rapport causal.13

45Certains auteurs ont aussi cherché à établir parmi les compléments de l'énoncé une hiérarchie syntaxique fondée sur l'opposition entre le noyau et la périphérie de la prédication (encore une métaphore spatiaspatiale !) à laquelle correspondrait une différence sémantique dans ce que l'on appelle parfois le "schéma actanciel". On peut penser que dans une telle hiérarchie le complément de cause occuperait une place périphérique par rapport au noyau où le sujet joue un rôle primordial. Le problème est toutefois plus complexe qu'on ne le pense généralement.

  • 14 Voir par exemple J. Kurylowicz, "L'évolution des catégories grammaticales", Diogène, 51, 1966, pp.5 (...)

46Les théories localistes reposent elles aussi sur l'idée que la métaphore spatio-temporelle joue un rôle déterminant dans l'organisation syntaxique de l'énoncé. On sait par exemple que l'ablatif, qui peut prendre une valeur causale, a une origine spatiale. Même les cas dits syntaxiques" ou "non concrets" comme l'accusatif sont parfois interprétés en termes de déplacement.14 Pour M.L. Groussier :

"il semble bien que l'on pui sse expliquer l'extension de cas comme l'Accusatif par l'extension à la relation predicative de la représentation métaphorique en tant que déplacement qui conditionne déjà l'expression des relations procès-actants ("Déplacement et métaphore spatio-temporelle", Modèles linguistiques 2 (1), 1980, p. 96)

47On retrouve aussi des relations d'ordre dans le statut métaopérationnel des divers éléments de l'énoncé. II. Adamczewski a montré l'importance des oppositions de phases avec sa distinction entre un statut de phase 1 (thématique) et de phase 2 (thématique). Ce dernier implique un repérage préalable manifesté de différentes manières : emploi de since, propositions à noyau verbal en ing ou en, ces énoncés "seconds", thématiques, pouvant servir de point de départ, de prémisse, au raisonnement.

  • 15 C. Delmas donne de nombreux exemples des rapports entre l'ordre de sur face et les métaopérations d (...)

48Les exemples de motivation syntaxique cités dans les paragraphes précédents n'offrent pas tous le même intérêt. Ainsi, le statut thématique de since a plus d'importance pour l'interprétation que la place relative des propositions. Il est vrai que les phénomènes syntaxiques comportent des relations d'ordre, des hiérarchies, dans lesquelles l'ordre de surface peut jouer un rôle,15 comme le statut des catégories grammaticales. Mais encore faudrait-il ne pas s'en tenir pour ces dernières à la métalangue traditionnelle ("sujet", "agent", "transitivité" ou même, on l'a montré,"cause") dont l'apparente familiarité est souvent source d'erreurs. L'important en syntaxe réside dans la mise au jour des opérations métalinguistiques qui rendent compte du travail énonciatif et peuvent seules fonder les catégories grammaticales.

4. DERNIÈRES REMARQUES SUR LA MÉTAPHORE

49L'étude des diverses métaphores associées au rapport causal a montré que cette notion se construisait à partir de concepts plus fondamentaux parmi lesquels l'espace et le temps jouent un rôle primordial. On a relevé d'autres métaphores prouvant que ce rapport ne se réduisait pas à des relations d'ordre : il comporte aussi une importante dimension discursive dans la mesure où il suppose un choix entre différentes causes possibles. Ces deux aspects principaux (on aurait pu en ajouter d'autres) ressortent clairement de l'examen des diverses métaphores.

50Nous sommes conscient que l'emploi qui a été fait ici du mot "métaphore" pourra paraître trop général (ou métaphorique ?). Plutôt que de chercher à établir des distinctions très fines entre les différents types de figures (métaphore, métonymie, etc), nous avons surtout essayé de montrer dans un champ sémantique donné le rôle joué par les processus métaphoriques dans la construction du sens. En raison du caractère relationnel, non concret, du rapport causal le domaine choisi se prête bien à cette étude, mais il n'est pas le seul, car c'est à l'ensemble de notre système conceptuel et du langage (aux plans lexical, morphosyntaxique et discursif) que s'appliquent ces stratégies. C'est la raison pour laquelle nous avons insisté sur l'importance des opérations métalinguistiques dans la constitution du rapport causal et plus généralement du sens.

51Dans ce système complexe de production de sens, on aurait pu distinguer plus nettement phénomènes synchroniques (comment rendre compte, autrement qu'à l'aide d'une taxinomie, d'unités lexicales ou syntaxiques donnant lieu à plusieurs interprétations), diachroniques (la formation des métaopérateurs ou le sens figuré des unités lexicales), ou encore établir un parallélisme entre le développement diachronique de ces stratégies métaphoriques et leur rôle dans les différentes étapes du développement cognitif et linguistique de l'enfant, sans oublier bien sûr les comparaisons interlingues. Ces différentes méthodes reposant sur un principe de contrastivité n'auraient pu que confirmer les tendances générales qu'on a cherché à dégager ici.

  • 16 Nous pensons au contraire que les deux approches sont complémentaires, comme semble le montrer une (...)
  • 17 I. Tamba-Mecz, "Sens figuré et changement de sens", L'information grammaticale, 3, 1979, pp. 10-13

52On peut enfin se demander si notre utilisation du concept de métaphore pour illustrer différentes sortes de transfert et de production du sens est finalement si éloignée de l'usage plus précis qu'en fait la critique littéraire.16 On oppose parfois sens figuré lexicographique et sens figuré rhétorique,17 le premier consistant en un changement de sens d'un mot au cours de son histoire, tandis que le second relèverait uniquement du discours et serait de nature relationnelle. Une telle opposition nous paraît correspondre à une vue trop figée des phénomènes linguistiques : la langue s'enrichit sans cesse et ce sont précisément les processus métaphoriques qui le permettent. Ne peut-on pas en effet considérer les métaopérateurs comme des métaphores consacrées par l'usage, et la syntaxe n'est-elle pas elle-même par nature relationnelle ? A pousser trop loin l'opposition on risque de perdre de vue le fait que, pour reprendre la formule de Bolinger citée en exergue, ce n'est pas seulement le monde (c'est à dire notre système conceptuel), mais la langue elle-même qui est "une vaste métaphore".

Notes

1 Voir notre article "Autour de la notion de cause", Ranam, 1905, pp. 61-76,où l'on étudie notamment divers emplois du mot cause et les différences de sens qui en résultent.

2 Nous avons déjà abordé ce problème dans "Antériorité, simultanéité, concomitance et causalité en anglais", Tréma 8, pp. 31-48, 1903

3 Sur l'analyse métaopérationnelle de l'anglais, voir Tréma 8, 1983, et H. Adamczewski, Grammaire linguistique de l'anglais, 1982. Nous avons étudié as dans "La valeur causale de as et with", Textes du Crelingua, 1982, pp. 93-106

4 M.C. Bourquin-Launey, "De la traduction automatique à la réflexion linguistique : la traduction de la préposition anglaise 'through'", Contrastes A4, 1984, pp. 81-99

5 Si dans les énoncés transitifs l'agent semble jouer un rôle plus important que le moyen, l'instrument ou la cause, n'oublions pas qu'au passif cet agent est réduit au statut de complément introduit par by qui constitue alors une prédication concomitante. Il ne faut donc pas confondre les hiérarchies établies sur une base sémantique avec les relations syntaxiques qui dépendent de l'orientation donnée à la relation prédicative. Nous n'aborderons pas ici le problème de tous les effets de sens attribués à un cas comme l'instrumental en russe. Rappelons enfin que why ? est lui-même un ancien instrumental.

6 On trouvera dans G. Lakoff & M. Johnson, Metaphors We Live By, Chicago, 1980, de très nombreux exemples des métaphores qui constituent notre univers conceptuel. Voir par exemple le chapitre 14 sur la notion de cause.

7 Ce rapport entre l'action et la causalité se retrouve dans l'étude des "faits psychogénétiques" qui "semblent montrer à l'évidence que la causalité est née de l'action propre, dès le niveau sensori-moteur et aux débuts de l'intelligence représentative" (J. Piaget, L'épistémologie génétique, PUF, 1979, p. 100) (c'est nous qui soulignons). Il n'en reste pas moins que les deux notions ne sont pas identiques : môme si le modèle de l'action intervient dans notre conception de la notion de cause, cette dernière n'est pas du domaine de l'observable car elle est en partie le résultat d'une inférence. Piaget a souligné comment s'effectue le passage aux explications causales par une différenciation progressive des opérations du sujet et de la causalité de l'objet à partir d'un égocentrisme initial (op. cit., chap. 1). Il est inutile d'insister sur le rôle de l'espace et du temps dans ce processus,et la morphologie des connecteurs logiques en est une preuve : voir E. Traugott, "On the Spatio-Temporal Origins of Certain 'Logical Connectives'" (ms), 1979 (Je remercie C. Boysson de m'avoir signalé cet article).

8 "Lorsqu'on dit par exemple "repérage", c'est un terme qui est utilisé à l'intérieur d'une opération dont on peut donner une représentation métalinguistique qui consiste à avoir un symbole qui est repéré par rapport à un autre symbole ; et, si d'un autre côté, pour se repérer dans un endroit, on utilise le platane le plus proche, métaphoriquement c'est la môme chose, mais replacés dans leurs domaines, il y a beaucoup de points de différences. Pour le terme "localisation", c'est la même chose" (A. Culioli, Recherche en linguistique, Séminaire DEA 1975-76, p. 107)

9 Etant donné la nature relationnelle de la notion de cause, il est souvent bien difficile de distinguer lexique et syntaxe, notamment dans le cas des connecteurs (conjonctions, prépositions) qui jouent un rôle important dans l'expression de la cause.

10 H. Adamczewski (op. cit.) et C. Delmas : Quelques éléments de la métalangue naturelle, 3e Cycle, 1900, et Trema 8, insistent sur le concept de métalangue naturelle, le langage nous offrant des indices de ses propres opérations.

11 Benveniste a proposé une étude de la préposition allemande vor comparée à prae en latin (deux prépositions d'origine spatiale) dans "Pour une sémantique de la préposition allemande VOR", Problèmes de linguistique générale, II, 1974, pp. 136-141. Sur le problème plus général de l'évolution des conjonctions, cf. A. Meillet, "Le renouvellement des conjonctions", Linguistique historique et linguistique générale, reprod. Champion, 1975, pp. 159-174

12 R. Jakobson, "A la recherche de l'essence du langage", Diogène, 51, 1966, pp. 22-38, où l'on trouvera plusieurs exemples illustrant le caractère iconique de certains phénomènes syntaxiques. N. Ruwet se réfère aussi à cet article pour expliquer les différences entre des constructions factitives du français équivalentes aux exemples (18) : Théorie syntaxique et syntaxe du français. Seuil, 1972, p. 180

13 Nous reviendrons dans notre thèse (en préparation) sur le rôle respectif des différentes opérations expliquant le sens des constructions causatives (choix de l'auxiliaire causatif, de son sujet, rôle de to) et sur les notions de coordination et de subordination

14 Voir par exemple J. Kurylowicz, "L'évolution des catégories grammaticales", Diogène, 51, 1966, pp.54-71, où l'auteur étudie les fonctions de représentation et de symbolisation des catégories grammaticales. Sur la hiérarchie des compléments de l'énoncé, cf. C. Boysson, "Hiérarchie universelle des spécifications de temps, de lieu et de manière", Confluents, 1981, pp. 66-129. Rappelons enfin les nombreux problèmes théoriques soulevés par le statut du sujet et de l'objet dans le schéma "transitif" SVO bien souvent assimilé à celui de l'action

15 C. Delmas donne de nombreux exemples des rapports entre l'ordre de sur face et les métaopérations dans sa thèse : Structuration abstraite et chaîne linéaire, 1985

16 Nous pensons au contraire que les deux approches sont complémentaires, comme semble le montrer une expérience menée à Tours avec Pierre Gault dans le cadre d'un séminaire de maîtrise

17 I. Tamba-Mecz, "Sens figuré et changement de sens", L'information grammaticale, 3, 1979, pp. 10-13

© Presses universitaires François-Rabelais, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable