Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la métaphore

 | 
Pierre Gault

Les métamorphoses d'un lapin : une métaphore en action

Monique Auberty

Texte intégral

1Cette étude ne se propose pas de théoriser sur les figures de similitude. Elle n'a d'autre but que de suivre, au fil d'un texte, une relation analogique à l'oeuvre au coeur de son contexte - de la regarder vivre et faire vivre un récit…

Il était bien des fois un lapin.
Il était une fois, une seule, ce lapin :

They unlocked the door οf the hutch. Gudrun thrust in her arm and seized the great, lusty rabbit as it crouched still, she grasped its long ears. It set its four feet flat, and thrust back. There was a long scraping sound as it was hauled forward, and in another·instant it was in mid-air, lunging wildly, its body flying like a spring colled and released, as it lashed out, suspended from the ears. Gudrun held the black-and-white tempest at arms' length, averting her face. But the rabbit was magically strong, it was all she could do to keep her grasp. She almost lost her presence of mind.
"Bismarck, Bismarck, you are behaving terribly" said Winifred in a rather frightened voice. "Oh, do put him down, he's beastly".
Gudrun stood for a moment astounded by the thunderstorm that had sprung into being in her grip. Then her colour came up, a heavy rape came over her like a cloud. She stood shaken as a house in a storm, and utterly overcome. Her heart was arrested with fury at the mindlessness and the bestial stupidity of this struggle, her wrists were badly scored by the claws of the beast, a heavy cruelty welled up in her.
Gerald came round as she was trying to capture the flying rabbit under her arm. He saw, with subtle recognition, her sullen passion of cruelty.
"You should let one of the men do that for you", he said, hurrying up.
"Oh, he's so horrid !" cried Winifred, almost frantic.
He held out his nervous, sinewy hand and took the rabbit by the ears from Gudrun.
"It's most fearfully strong", she cried in a high voice, like the crying of a seagull, strange and vindictive.
The rabbit made itself into a ball in the air and lashed out, flinging itself into a bow. It really seemed demoniacal. Gudrun saw Gerald's body tighten, saw a sharp blindness come into his eyes.
D. H. LAWRENCE

2Cette histoire est en soi bien banale et pourtant une lecture, même superficielle, distraite, donne la sensation que quelque chose couve sous le texte de surface, que quelque chose se dit qui n'est pas dit - au sens où l'on entend "dire" dans le langage utilitaire de notre quotidien.

3Le narrateur hétérodiégétique ne nous fournit aucun commentaire explicite qui nous signalerait clairement un ailleurs du récit. Si cet ailleurs existe, c'est nu lecteur seul de le découvrir, d'accomplir le décryptage…

"They unlocked the door of the hutch''.

4'Unlocked" est surdéterminé par rapport à "opened" que l'on attendrait plutôt dans ce contexte. "Unlocked" dit la clef qui tourne dans une serrure - Celle d'une prison dont on ouvre les portes pour libérer un prisonnier ? - Celle d'un lieu où était caché un trésor ou un secret qui soudain va se trouver révélé au regard ? - Ce prisonnier, ce trésor, ce secret c est… un lapin. Le décalage invite, dès le début, à ne pas considérer ce lapin comme un lapin tout à fait ordinaire, à envisager que le texte a peut-être un enjeu caché qu'il faudra découvrir.

5Confirmation est donnée dès la phrase suivante, où l'animal est décrit pour la première fois : "the great lusty rabbit". bien que "great" puisse dénoter vigueur, force, corpulence, il sert beaucoup plus souvent à isoler un individu ou une abstraction de la masse, à en marquer l'importance, l'éminence. Et, comme pour mimer ce sens, l'écriture isole le mot par une virgule qui rompt la chaîne adjectivale, le mettant ainsi en exergue.

6Ce "great", beaucoup plus couramment appliqué à l'homme qu'à l'animal amorce le basculement des pronoms personnels anaphoriques du lapin. Celui-ci est d'abord désigné par un "it" puis par·le nom."Bismarck", tiré du monde humain et qui connote l'autorité dictatoriale, l'impérialisme. Nom repris ensuite par le pronom masculin "he" que l'on retrouve aussi plus loin dans la bouche de Winifred : "Oh ! he's so horrid !". Le texte, ainsi, fait glisser le lapin vers l'humain masculin, un masculin relié à la puissance, à la domination.

7Et pourtant le "it" de départ resurgit à la fin : "It's most fearfully strong". Mais ce "it" nous le verrons, ne redit pas le premier. Il est autre car, entre-temps, le lapin a subi des métamorphoses bien plus radicales que celle amorcée par le changement de pronom personnel.

8Winifred s'adresse au lapin comme à un enfant : "you are behaving terribly". Elle en parle aussi comme on peut parler d'un enfant insupportable : "he's beastly". Dans ce contexte, "beastly" n'est plus qu'un mot figé, marqué d'une usure qui fait taire en lui son sens fort (qui se comporte comme une bête) et surtout son sens premier (qui a la nature de la bête). Mais voici que la suite du texte vient lui redonner vie. "Bestial" apparaît d'abord ("the bestial stupidity of the struggle"). La bête commence à resurgir, qui naîtra ostensiblement à la fin du paragraphe avec "the claws of the beast".

9La bête tapie dans "beastly" s'affirme, triomphante, et vient a posteriori réinvestir, réactiver, le mot vidé par l'usage. Le "the" qui la désigne renvoie certes au lapin. Mais celui-ci n'a plus été mentionné en tant que tel. dans tout le paragraphe. Oublié dans l'écriture, il y est remplacé par "the beast". L'article se fait alors absolu, symbolisant, et dégage "beast" du sens uniquement référentiel. "The beast" ouvre sur la bête sauvage (the wild beast), l'homme en proie aux instincts animaux (the beast in man), l'Anté-Christ, annonciateur du chaos (The Beast)…

10Le lapin est maintenant force sauvage, bestiale, instinctive - force mythique aussi, porteuse du chaos.

11Et c'est cette transformation -entre autres- qu'intègre le passage au "it" à la fin du texte, le passage à ce neutre ouvert à tous les possibles, le passage à cette forme capable d'accueillir toutes les métamorphoses.

12Capable par exemple d'accueillir aussi le mythique quadrupède volant que le texte fait naître.

13Le lapin rétif du début nous est ainsi décrit :

"its body flying like a spring coiled and released".

14Au départ, "flying" est ressenti comme une métaphore : le lapin ne fait un instant oiseau dans le nouvel espace oil il s'est trouvé transporte et qui n'est pas son espace naturel - "it was in mid-air". Mais la comparaison vient immédiatement couper les ailes au mot et fait glisser ''flying' vers son autre sens : se déplacer rapidement dans l'air.

15Juste après la naissance de "the beast", qui fait basculer l'animal du coté du mythe, le passage à la forme adjectivale ("the flying rabbit") ouvre enfin sans réticence l'espace du vol au lapin - Etrange lapin - "Magically strong" - Certes, mais par quelle magie si ce n'est celle de l'écriture ?

16Plus spectaculaire encore est la transformation produite par la succession des images.

17La première - une comparaison - associe deux mouvements :

"its body flying like a spring coiled and released".

18De part et d'autre du "like" qui à ta fois les unit et les sépare irrémédiablement, le mouvement du corps du lapin et celui du ressort. Seul "flying" peut circuler de part et d'autre et s'accommoder, au prix d'un réajustement, des deux isotopies en présence. Il est leur lieu commun, ce qui permet de les rapprocher, fiais, chacun dans son espace d'écriture à gauche et à droite du "like", le lapin reste lapin et le ressort ressort, dans une figure qui marque en fait autant la différence que la similitude. Certes le lapin prend sans doute un instant un peu de la dureté métallique du ressort, un peu de la rigueur implacable de sa détente. Mais, aucune véritable transformation ne s'accomplit. Le contexte de départ n'est pas modifié et le pareil/autre, un instant évoqué, disparaît avec le point qui clôt l'énoncé - Si la comparaison agit, elle agit sur place, dans une rencontre momentanée.

19Est-ce à dire qu'elle est là comme ornement, ou simplement pour "donner à voir" au lecteur ? Cette vision aristotélicienne de l'image, esthétisante et limitative, ne me paraît guère satisfaisante. Mais à ce point de l'analyse il est difficile de percevoir autre chose. L'image dit sans doute qu'un mécanisme s'est mis en route, mais elle no génère pas de métamorphose dans la suite du texte. Λ ce niveau, elle tourne court. Ft c'est là que je l'abandonnerai momentanément.

20Par contre, l'image suivante fonctionne, manifeste une existence transphrastique car, après elle, l'isotopie du comparant va s'installer dans le texte :

"Gudrun held the black and white tempest at arm's length".

21Le "like", qui ostensiblement unit et sépare deux mondes, est absent.

22Dire qu'il est absent n'est pas dire qu'il est sous-entendu et que la métaphore est une comparaison maquillée, Un basculement se produit au profit de l'isotopie du comparant qui évince ici de l'espace du texte un élément du référent. Certes il est toujours aussi question du lapin, mais celui-ci n'apparaît plus comme tel. Il accède, à travers l'écriture, à une seconde nature. Le recouvrement, le déplacement, sont de toute évidence plus importants ici que dans une comparaison.

23Dans celte métaphore particulière, il reste pourtant encore une trace matérielle du lapin, car la tempête est "noire et blanche" comme le pelage du lapin. De plus, l'article "the" renvoie au lapin par fléchage anaphorique - La métaphore n'a pas complètement "pris" - Le référent n'est pas totalement évacué. La transformation est en cours, mais elle n'est pas encore complète.

24Elle le devient dans la métaphore suivante :

"the thunderstorm that had sprung into being in her grip".

25Aucun caractère physique de l'animal ne subsiste. L'article défini se justifie à l'intérieur même de l'énoncé (fléchage avec contexte à droite) et non plus anaphoriquement. Le lapin a disparu en tant que tel. La naissance d'une nouvelle force qui se substitue à lui est explicitement célébrée : dans la main serrée do Gudrun ("in her grip"), là où était le lapin, l'orage est brutalement venu à l'existence ("into being").

26Ft c'est cette force naturelle, violente, dangereuse, irrésistible, qui va maintenant agir sur Gudrun, dans le seul espace où elle peut agir - celui où elle est née de l'alchimie de la métaphore - l'espace rhétorique.

27C'est dans ce lieu que Gudrun et son nouvel adversaire se trouvent rassemblés/séparés, à l'intérieur de deux comparaisons.

"A heavy rage came over her like a cloud. She stood shaken as a house in a storm, and utterly overcome".

28L'orage n'apparaît d'abord que partiellement, avec "cloud", dans un énoncé où il est difficile d'établir son exacte relation avec le comparé. Si "came over" est bien le seul pivot de l'analogie, il trouve mal sa place dans le comparant :

as a cloud comes over what ?… The sky ?

29Pour garder l'envahissement dénoté à gauche du "like", il faudrait vraiment un bien gros nuage !

30La comparaison fonctionne mieux si l'on considère qu'elle s'établit entre "rage" et "cloud" - lecture encouragée par le fait que "heavy", qui qualifie plus normalement "cloud" que "rage", unit ostensiblement les deux mots. Mais, dans ce cas, à l'intérieur d'un texte où la ponctuation est très minutieuse, on attendrait une virgule après "came over". L'absence de cette virgule crée un lien très net entre le verbe et le comparant.

31Pour que soient prises en compte les deux lectures, il faudrait admettre une structure circulaire :

"a heavy rage came over her" as a cloud would come…over her.

32Au niveau référentiel, cette lecture pose bien évidemment des problèmes.

33La transformation rhétorique du lapin nous a placés brutalement dans un autre monde, dans une autre logique. La première comparaison "grince" un peu comme s'il fallait, là encore, un temps au texte pour s'adapter au nouveau rapport qu'il a créé - Un rapport, qui s'établit ensuite sans problème dans l'énoncé suivant :

"She stood shaken as a house in a storm".

34Le nuage annonciateur laisse place à l'orage/tempête qui entretient avec Gudrun une relation rhétorique limpide - Limpide mais complexe. C'est ici clairement "shaken" qui déclenche la comparaison et crée un rapport de similitude entre Gudrun et la maison dans la tempête. Gudrun n'est pas elle-même immergée dans la tempête qui n'agit, dans l'espace du comparant, que sur sa figuration analogique. Le lieu d'écriture réservé à Gudrun semble donc protégé par la barrière du "as". Mais en fait, ce petit mot séparateur se fait ici poreux et laisse passer un peu de la tempête qui vient toucher "shaken" à l'intérieur du comparé.

35En effet par quoi Gudrun est-elle "secouée" ? Sans doute par la rage dont il a été question dans la phrase précédente. Ou bien, du fait qu'ici l'agent n'est pas explicité, par quelque chose d'autre qui n'est pas nommé et ne le sera pas. Il est certain, en tous cas, qu'avant la comparaison, le sens de "shaken" est un sens figuré. Le mot ne fait plus vraiment image. Mais il déclenche une comparaison, et celle-ci vient a posteriori lui redonner son sens premier, son sens matériel, physique. C'est le seul sens qu'il puisse avoir dans le comparant, ou il ne figure pas explicitement - il ne se trouve que dans l'espace réservé au comparé - et c'est là que la tempête vient l'atteindre et lui rendre le corps. Cette force transperce la barrière et modifie, retravaille un mot qui, de par sa place, faisait partie du domaine de Gudrun. Subtile mise en scène, dans l'écriture, de l'invasion du personnage féminin par cette force irrésistible à laquelle elle ne peut que se soumettre.

"[she was] utterly overcome".

36Le combat de départ, se double d'un autre combat dans lequel l'abandon de Gudrun répond on écho à la puissance de la tempête : "overcome" reprend "came over", inversé comme dans un miroir, étroitement lié à lui, dépendant de lui - "overcome" : passif envers de l'actif qui détermine littéralement son existence.

37Ce nouveau combat n'annule pas le premier. Le lapin continue à vivre mais, en même temps, à la suite d'une métamorphose née de l'écriture, il est aussi cette puissance naturelle, brutale, irrésistible.

"It's most fearfully strong"

38"It", ce neutre forme ouverte, accueille également cette métamorphose et assure la coexistence des diverses identités.

39Et c'est à partir de cette coexistence que peut se faire le décryptage - décryptage que je n'effectuerai que très succinternent, mon propos étant ici plus rhétorique qu'interprétatif.

40"It", c'est bien sûr le lapin, un lapin que le texte fait glisser vers l'humain masculin. Un lapin que Gudrun est contrainte de remettre dans les mains de Gerald qui s'Inclut lui-même, à travers le pluriel généralisateur qu'il emploie, dans la caste masculine :

"You should let one of the men do that for you".

41Faire quoi ? Il peut bien entendu s'agir tout simplement de tuer le lapin. Mais dans le texte, cet antécédent nécessaire à l'interprétation anaphorique ne figure pas. Et même si le contexte précédant cet extrait nous le livre, il n'en reste pas moins tellement lointain que le "that" est de toute façon ressenti comme renvoyant à une action non explicitée,mystérieuse. Gudrun semble donc avoir fait quelque chose qui, normalement, est réservé aux hommes et qui a un lien avec son rapport au lapin.

42Lorsque l'animal passe enfin dans les mains de Gerald, celui-ci réagit avec une intensité surprenante :

"Gudrun saw Gerald's body tighten, saw a sharp blindness come into his eyes".

43Une intensité qui se manifeste par les mêmes signes que la montée de l'orgasme. "The beast" a d'ailleurs déjà ouvert le texte aux instincts animaux. Comme "beast" se trouve dévoilé dans l'adjectif "beastly", lust jaillit de "lusty" - "lust", l'appétit sexuel.

44Cette tempête, cette force élémentaire, violente, irrésistible est donc intimement liée à la sexualité - une force "noire et blanche" qui porte en elle l'ombre et la lumière, le bien et le mal.

45A partir de là, le texte souterrain se dessine clairement, dans un foisonnement de symboles freudiens types.

46Le choix d'un lapin d'abord, dont les prouesses amoureuses ne sont plus à prouver ! - Les longues oreilles - Les mouvements : "thrustin" […]. ''Thrust back" - et cette comparaison dont la fonction n'avait pas été déterminée :

"it's body flying like a spring coiled and released".

47Elle se lit ici aisément comme métaphore du phallus et, à ce niveau, donc (que l'éventuel lecteur me pardonne !) elle "fonctionne". Mythique phallus ailé, aussi, qui naît avec le lapin volant. Et laissons le "it" accueillir son nouvel hôte avec qui la phrase fait visiblement très bon ménage !

"It's most fearfully strong".

48Une autre histoire se dessine sous l'histoire première : l'histoire d'un inconscient féminin, vu, bien sur à travers la théorie freudienne - La découverte du phallus absent, le désir de lui, la lutte pour le posséder et la défaite finale, la perte définitive - le phallus est irrémédiablement du côté masculin. Je crois inutile de développer plus avant cette histoire bien connue…

49Cette histoire, souterraine comme l'est l'inconscient, ne fait pas pour moi l'intérêt du texte car elle ne lui est pas spécifique.

50Elle est cependant utile car elle permet de mieux rendre compte de la comparaison :

"She cried in a high voice, like the crying of a seagull".

51Surprenante formulation - "she cried (…) like the crying"… - où un nom verbal reprend un verbe, rompant ainsi la règle « le symétrie grammaticale entre comparé et comparant. Cette rupture, ici encore, opère une transformation. Le verbe "cried", de plus suivi par "in a high voice", se situe très nettement du côté du cri. "The crying" par contre est très ambigu et introduit fortement les pleurs comme deuxième possible. Si bien que le cri poussé par Gudrun se met aussi à évoquer les larmes. Ce cri, si proche du sanglot, c'est l'adieu à ce "it" - "It's most fearfully strong" - à ce phallus qu'elle ne possédera jamais. Le lapin/phallus ailé laisse encore en Gudrun l'écho d'une trace car la comparaison la met en parallèle avec un oiseau ("seagull") - l'oiseau de la mer, lieu privilégié des tempêtes… mais aussi lieu d'une symbolique féminine. Le voyage de Gudrun dans le masculin se termine.

52Ce qui fait de ce texte un objet unique, ce n'est pas le récit sous-jacent qui se donne à lire - c'est comment il est donné à lire :

  • A travers une écriture.
  • A travers des mots qui cachent et révèlent, agissent les uns sur les autres, se modifient en passant par le filtre d'autres mots, d'autres structures.
  • A travers les jeux rhétoriques de la comparaison et de la métaphore. Jeux qui font subir au lapin ses métamorphoses et permettent à plusieurs niveaux de sens de coexister dans la tension d'un équilibre précaire, sans cesse menacé et sans cesse maintenu. Jeux des images qui, loin d'etre de simples décorations, sont chargées d'une force créatrice - des images qui génèrent une polysémie, source de plaisir pour le lecteur - une polysémie où les mots scintillent, bougent - où les mots vivent.

53Tempête de l'écriture.

54"Tempête noire et blanche".

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable