Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies de la métaphore

 | 
Pierre Gault

Introduction

Pierre Gault

Texte intégral

  • 1 Cet extrait renvoie à la traduction de Hélène Pasquier, sous le titre VLADIMIR NABOKOV, LITTERATUR (...)

1"Lorsqu'on lit, il faudrait remarquer et savourer les détails. Il n'y a rien à redire au clair de lune des idées générales lorsqu'il intervient après que l'on a recueilli avec amour tous les petits éclats de soleil du livre." Ainsi s'exprime Nabokov dans la définition des "Bons Lecteurs et Bons Ecrivains" qui introduit le recueil de ses cours de Littérature1. La naïve métaphore astrale indique sans ambages que toute lecture est reconstruction de l'univers et qu'une attention vigoureuse et solaire au présent de l'écriture, en apprendra plus sur le monde qu'une reconsidération lunaire et raisonneuse.

2C'est donc en plein soleil que les auteurs des articles qui suivent sont partis en quête de détail, et le passage obligé par les limites du titre choisi, "les stratégies métaphoriques", n'a pas altéré leur enthousiasme. Au contraire, la figure imposée, au lieu de jouer comme une contrainte, a stimulé l'imagination et donné lieu à des variations ingénieuses révélant les textes sous des angles inusités. Il faut croire que le lyrisme n'a pas nécessairement besoin des grands espaces romantiques pour se donner libre cours et que le goût du baroque pour les rythmes obligés ne répond sûrement pas à une logique de l'étouffoir.

3Dans la stricte analyse qu'il propose du rôle générateur de la métaphore dans la langue, Gérard Deléchelle se heurte au système de représentation de l'univers, et ce n'est pas hasard mais nécessité s'il cite en exergue la petite formule de Bolinger. La linguistique est toujours près de basculer dans le métaphysique. La constante accommodation sur l'objet se trouble sur dos perspectives infinies, vouant le linguiste au vacillement et au vertige.

4Ce n'est sans doute pas un hasard si plusieurs des études qui vont suivre, délaissant une définition proprement rhétorique de la figure, se tournent résolument vers la fonction essentielle de la langue, celle de créer le monde sous couvert de le représenter. Saisie du même vacillement, sans doute, que le linguiste, Maryvonne Menget a choisi de l'imager différemment autour d'un espace et d'un temps fortement marqués par une crise de la représentation. A l'articulation du dixdu dix-neuvième et du vingtième siècles, les tribulations d'Abel, le héros de Green Mansions, nous entraînent dans la jungle sud-américaine. Hésitant entre une fascination encyclopédique qui postule la stabilité d'un monde pré-adamique et la contestation ludique de toute certitude, ce roman où le naïf confine au surréalisme explore, semble-t-il, les ressources du discours, beaucoup plus qu'il ne parcourt les derniers espaces vierges.

  • 2 Jean Baudrillard, Les Stratégies Fatales, Grasset, Paris, 1983, pp. 30, 31.

5Est-ce au nom d'un pareil goût du risque et de l'exotisme que Danielle Fernandez traque la métaphore sur les pentes du Vésuve ? Dans la vision de Pompéi, accomodée selon l'optique victorienne, c'est encore de représentation du monde qu'il s'agit. "Pompéi. Tout est métaphysique dans cette ville (…)" constate Baudrillard.2 " Pompéi (…) est une sorte de trompe-l'oeil et de scène primitive." Scène primitive, en effet, où toute une époque finissante découvre avec stupeur les signes des séismes qui l'agitent.

6C'est vers un autre ailleurs géographique que nous conduit Bleuette Pion, aux frontières du Mexique. Cette étude des signes qui manifestent dans la fiction américaine la rémanence de cultures différentes permet de passer de la question de la représentation du monde à celle de sa figuration.

7Curieusement peu d'articles, dans ce numéro, choisissent d'attaquer de front la question des stratégies métaphoriques. De la même façon que les lois de la génétique se constituent de ses déviances, celles de la métaphore semblent jaillir de ses aberrations : optant pour la difficulté, John Atherton et Liliane Ruf se sont tournés, le premier vers la métaphore minimale, la seconde vers la métaphore absente. Prendre Hemingway comme support d'une étude de cette figure et choisir précisément le seul livre de Virginia Woolf, The Years, dans, lequel l'auteur ait cherché à faire table rase de ses tendances tropologiquos, tiennent de la provocation. En se consacrant à Robert Creeley, adepte d'une absolue transitivité du langage poétique, Michael Veitch apporte à cette question de la métaphore absente et de la soi-disant transparence de l'écriture, la part de théorisation qui s'imposait.

8Michel Turpin et Monique Auberty ont courageusement franchi les frontières théoriques pour s'attaquer à bras-le-corps au trope récalcitrant. Avec Thomas Pynchon, virtuose de la métafiction, c'est à un rigoureux travail de déchiffrage des signes que Michel Turpin invite son lecteur. Une fois le labyrinthe parcouru, aucune réponse univoque ne viendra clôturer le débat, mais le lecteur attentif aura frôlé au passage tous les hauts lieux de l'écriture romanesque reconnu les enjeux de stratégies métaphoriques extrêmes. Pas ou peu de métafiction chez D. H. Lawrence, et c'est à mains nues que Monique Auberty se mesure au texte avec le projet de le saisir dans sa vitalité. On suivra, dans ce plaisir redonné de l'écriture lawrencienne les ébats d'un énigmatique lapin que Jean-Paul Régis reprendra au vol à la fin de son étude. Cette brève introduction s'ouvrait avec un linguiste, elle se refermera avec un autre, qui s'est donné pour mission de faire resurgir de la langue les métaphores enfouies. Jean-Paul Régis au prix d'un scrupuleux travail d'archéologue, dépoussière une à une les strates correspondant aux différentes occupations du signe qui en sort ragaillardi, investi d'une énergie nouvelle.

9Notre revue, elle aussi, a donc fait la preuve de sa vitalité. Après le premier numéro pris en charge par les civilisationnistes, les littéraires et les linguistes ont su se motiver et mener à bien leur projet.

10Nous sommes en mesure, maintenant de nous retourner sur l'expérience accomplie et de définir en connaissance de cause les orientations que nous souhaiterons donner à cette revue qui ne saurait garder un caractère quasi confidentiel. Je suis sûr que l'enthousiasme soulevé parmi nous par la réalisation de ce travail commun, nous permettra de le prolonger de la façon la plus satisfaisante et la plus crédible.

Notes

1 Cet extrait renvoie à la traduction de Hélène Pasquier, sous le titre VLADIMIR NABOKOV, LITTERATURES I, de LECTURES ON LITERATURE. (Fayard, Paris, 1983, p. 39).

2 Jean Baudrillard, Les Stratégies Fatales, Grasset, Paris, 1983, pp. 30, 31.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable