Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Protest and Punishment

 | 
Gérard Delechelle

Aspects de la protestation anti-nucléaire

Protest and Nuclear Weapons in Britain : La Campagne pour le Désarmement Nucléaire et les intellectuels de la Nouvelle Gauche

Andrée Shepherd

Texte intégral

  • 1 Statement on the Cuba crisis, AutobiographyVolume 3, London, Allen & Unwin, 1969, p. 150.

"Conformity means death. Only protest gives a hope of life"
Bertrand Russell
1

1En décembre 1954, Bertrand Russell lançait un défi à ses compatriotes :

  • 2 ibid. p.72.

"There lies before us, if we choose, continual progress in happiness, knowledge, and wisdom. Shall we, instead, choose death, because we cannot forget our quarrels ? I appeal, as a human being to human beings : remember your humanity, and forget the rest. If you can do so, the way lies open to a new Paradise : if you cannot, nothing lies before you but universal death".2

2C'était à la BBC, dans une émission spéciale intitulée "Man's Peril". Il répondait ainsi à l'annonce de l'expérimentation imminente d'une bombe à hydrogène britannique. Dix ans après Hiroshima, en pleine guerre froide, la dissémination des armes nucléaires faisait surgir l'angoisse de l'apocalypse.

3Le langage du philosophe est simple, l'appel pressant, et son message reste dans la tradition pacifiste, prophétique, moraliste. Quelques mois plus tard, nouvelle initiative : il obtient l'accord d'Einstein pour un manifeste, signé par des savants du monde entier - dont neuf Prix Nobel. Cette fois, l'avertissement prend un ton solennel :

  • 3 Russell-Einstein Manifesto, appelé aussi Pugwash Manifesto (d'après le nom de la petite ville de No (...)

"Shall we put an end to the human race, or shall mankind renounce war ?"3

4En Grande Bretagne, la mobilisation se fait en trois ans, autour d'un mot d'ordre simple qui évolue du 'NON A LA GUERRE ATOMIQUE !' des pacifistes au 'NON A LA BOMBE BRITANNIQUE !'de la Campagne pour le Désarmement Nucléaire (CND) fondée en février 1958.

5Des groupes naissent dans les plus petites villes, se multiplient, remplissent les arrière-salles des pubs de quartier, les mutualités et les salles paroissiales ; une foule bigarrée déambule dans les rues, sur les routes. Deux ans plus tard, CND est un véritable mouvement de masse capable de réunir plus de 100 000 personnes à Trafalgar Square où se termine -rituellement- la "Marche de Pâques" partie trois jours plus tôt de la petite base nucléaire d'Aldermaston, dans la campagne du Berkshire.

6Pourquoi le mouvement a-t-il pris, si vite, une telle ampleur ? Oui sont ces protestataires, venus de traditions différentes mais réunis sous une bannière commune : le renoncement unilatéral de la Grande Bretagne à la force de dissuasion nucléaire ? Quel rôle attribuer aux intellectuels et aux militants politiques qui se fondent dans la masse de ce mouvement hétérogène animé par la peur de l'holocauste nucléaire ?

  • 4 Slogan conservateur, campagne électorale de 1955· Aux élections législatives de 1959, on le retrouv (...)
  • 5 "Between the high citadel of Stalinist Russia, and the 'Welfare-State-no-further' jungle of the mix (...)

7Le mouvement de protestation contre les armes nucléaires éclate dans une Grande Bretagne qui s'endort dans le "You've never had it so good'4 de la société de consommation. Le gouvernement conservateur, qui fait campagne sur l'amélioration (réelle) du niveau de vie, sur le (presque) plein emploi et sur une politique de défense fondée sur la force de dissuasion nucléaire – "peace through strength" – renforce sa majorité aux élections législatives de 1955, puis de 1959. L'opposition travailliste, divisée, ne parvient pas à mobiliser les nouvelles générations de 'jeunes gens en colère', qui ne voient dans le jeu formel de la politique qu'une mascarade sans rapport avec leurs préoccupations. Les militants de gauche eux-mêmes sont désabusés, refusant la "guerre froide des idées" qui fige le débat politique dans une querelle d'orthodoxies : ils rejettent non seulement "la citadelle de la Russie stalinienne", mais aussi "la jungle de l'économie mixte" qui englue le socialisme dans la philosophie de l'Etat-Providence5.

  • 6 Rappelons que l'URSS possédait la bombe-Η depuis 1953, et qu'elle utilisa ouvertement ce moyen de p (...)

8Jusqu'en 1956, le malaise reste diffus : les manifestations pacifistes contre les expériences nucléaires dans l'atmosphère n'attirent pas les foules. A l'automne 1956, la conjoncture change brusquement. L'espoir du renouveau dans le camp socialiste, né en février du discours de Khrouchtchev qui avait dénoncé les crimes de Staline au XXème Congrès du PCUS, disparaît "dans la fumée de Budapest" où les tanks soviétiques écrasent le soulèvement du peuple hongrois, tandis que l'intervention franco-britannique à Sues soutenue par l'opposition travailliste est interprétée comme la preuve de la volonté impérialiste du monde occidental et sert de prétexte à un clientage nucléaire6. La guerre froide menace de se transformer en guerre totale.

  • 7 Christmas Island. Des 'tests' anglo-américains eurent lieu en 1954, la bombe-Η britannique fait l'o (...)
  • 8 La première partait de Londres pour se terminer aux portes de la base, le but du DAC étant de sensi (...)

9C'est alors qu'on assiste à des regroupements successifs des forces protestataires jusque là dispersées, tandis que la Grande Bretagne procède à ses premières expériences nucléaires dans le Pacifique7. Les différents courants pacifistes se rejoignent autour de deux pôles : le National Council for the Abolition of Nuclear Weapons Tests (créé en février 1957) et le Emergency Committee for Direct Action Against Nuclear War (DAC) qui organise la première Aldermaston March à Pâques 19578. Le premier groupe réunit des militants apolitiques, des socialistes et des chrétiens de différentes confessions, se montre soucieux de rester dans la stricte légalité et se donne pour but de faire pression sur les institutions internationales pour qu'un accord interdise les 'essais' nucléaires dans l'atmosphère. Le second se rattache directement, par son sigle, à la tradition pacifiste militante et prône la "désobéissance civique" : on risque l'arrestation, et on espère, par des actions illégales mais non-violentes, attirer l'attention du public et de la presse sur la nécessité d'abolir toutes les machines de guerre pour instaurer une nouvelle société fondée sur le refus de la violence. Ces 'anarcho-pacifistes' s'adressent directement aux individus, se défiant de toutes les institutions. Les deux courants convergent un an plus tard pour former un seul mouvement, The Campaign for Nuclear Disarmament.

  • 9 les responsables de la publication -journal de discussion ronéotypé distribué dans le cadre du part (...)
  • 10 ULR paraît du printemps 1957 à l'automne 1959, au rythme de trois numéros par an. The New Reasoner (...)
  • 11 Dès le numéro 2 de ULR (été 1957) dont l'éditorial est intitulé : 'Hungary, Η-Bomb, Germany'. The N (...)

10De leur, côté, les militants politiques se réclamant du socialisme se regroupent autour de revues qui serviront de tremplin à la nouvelle Gauche The Reasoner (Juin à Novembre 1956) –auquel succède en 1957 The New Reasoner – nait au sein du parti communiste et entre en dissidence à la suite de sa dénonciation de l'intervention soviétique en Hongrie9. Universities & Left Review (ULR) regroupe des jeunes universitaires venus d'horizons politiques variés qui, en avril 1957, publient à Oxford le premier numéro de leur revue et ouvrent à Londres le premier Club de discussion où l'on tentera de faire déboucher le débat théorique sur l'action politique10. La Nouvelle Gauche allait très vite11 ouvrir les pages de ses revues au débat anti-nucléaire, tandis que CND lui offrait un terrain idéal pour le développement du nouveau style de militantisme politique qu'elle voulait susciter.

11Ainsi, les deux mouvements font cause commune : CND part en croisade contre les armes nucléaires au nom de l'humanisme et de la morale. C'est au nom d'un nouvel humanisme socialiste que la Nouvelle Gauche rejoint les rangs de CND.

  • 12 Refrain d'une des chansons de la Marche d'Aldermaston : "Don't you hear the Η-Bomb's thunder", paro (...)
  • 13 The New Reasoner No3, Winter 1957, Editorial, p. 3.

12La bannière commune sous laquelle se regroupent tous ces protestaires fait à la fois la force et la faiblesse du mouvement. Le slogan évolue, se précise, et la campagne fait boule de neige. 'BAN THE BOMB !' : cri de la foule scandant tone imprécation – la Bombe, c'est le Diable. 'BAN THE BOMB FOR EVERMORE !'12 : une fois pour toutes. Puissance de l'instinct de survie devant le Mal absolu.Tout le monde est concerné :"most populated centres on the planet have been brought within an hour's range of extinction"13. Et c'est le moment ou jamais : déjà les radiations dues aux expériences nucléaires empoisonnent l'air que nous respirons tous :

  • 14 Paroles de la chanson citée.

"Fall out makes the earth a tomb (…)
Poison from the radiations
Strikes at every race and creed."14.

13Le symbole de la campagne clame ce message universel :

  • 15 Peggy Duff, Left, Left, Left, London, Allison & Busby, 1971, p.115.

"First, the semaphore for the initials, ND. Second, the broken cross meant the death of man, the circle the unborn child. It represented the threat of nuclear weapons to all mankind, and, because this was new, the threat to the unborn child"15.

  • 16 Dans son discours prononcé au Central Hall lors du Meeting inaugural de CND. Alex Comfort proclame  (...)
  • 17 The need is for "a blue-print showing how Britain might break with the whole NATO complex of diplom (...)

14Unilatéralisme : 'BAN THE BRITISH BOMB !' – faisons pression sur notre gouvernement pour que la Grande Bretagne montre la voie. Suffisamment vague pour que tous y trouvent leur compte, le message est comme 'en creux', chacun le remplit à sa guise : le pacifiste qui rejette la guerre ; le chrétien qui prouve que son 'Eglise' ose s'engager ; le patriote qui voit là le moyen de redorer le blason de la Grande Bretagne au lendemain du fiasco de Suez en lui offrant "the moral leadership of the world"16 ; le 'socialiste indépendant' qui, pour échapper au fatalisme du "rather red than dead" proclame : 'ni rouges,ni morts,mais neutres' en proposant la création, en Europe, d'une troisième force, "neutraliste", capable de se dresser face aux deux géants17.

  • 18 "That is the function of the campaign (…) : to make every individual reassume the moral responsibil (...)
  • 19 ceci au niveau des actions proposées aux militants ; car l'unilatéralisme est en général critiqué p (...)
  • 20 Bevan avait même été menacé d'expulsion du parti travailliste pour avoir défié la direction.

15Message populiste aussi : ce sera le triomphe du bon sens populaire sur la folie des gouvernants18 rêve de puissance de l'individu qui, se fondant dans la masse du mouvement, se proclame capable d'imposer son choix politique au futur gouvernement. Car c'est au parti travailliste qu'il s'agit de faire accepter la renonciation unilatérale de la Grande Bretagne à la force de dissuasion nucléaire, puisque, de toutes façons, on a peu de chances de réussir auprès d'un gouvernement conservateur qui a le vent en poupe. Message habile enfin, car empreint d'un certain réalisme politique19: il ne s'agit pas d'essayer d'imposer la paix universelle ou d'oeuvrer pour l'avènement d'un paradis socialiste ; de façon beaucoup plus pragmatique, on propose aux militants une action réalisable, à la base. En effet, pour changer la politique de défense du parti travailliste, on ne peut plus compter sur aucun dirigeant puisqu'en 1957 Aneurin Bevan, devenu responsable de la politique étrangère, 'trahit' ses anciens amis en condamnant l'unilatéralisme dont il s'était fait le champion deux ans auparavant20. Il ne faut pas conduire les travaillistes au pouvoir sans avoir, d'abord, obtenu un engagement solennel en matière de défense : le soutien électoral des membres de CND,en 1959, est des plus tièdes, sauf pour les candidats acquis à la cause.Pour pouvoir se lancer à fond dans le jeu électoral, il faut d'abord faire la preuve que la démocratie fonctionne vraiment dans le parti et, par l'intermédiaire des sections locales et syndicales, obtenir que les délégués au Congrès annuel imposent, par un vote majoritaire, un changement de ligne politique.

  • 21 Dans son livre, Peggy Duff fait remarquer que le vote bloqué (block vote)des syndicats, accusé parf (...)
  • 22 La direction avait été mise en minorité de 297 000 voix seulement, elle reprit le dessus par 4,5 mi (...)

16En octobre 1960, c'est chose faite. Malgré l'opposition de l'équipe dirigeante, le Congrès de Scarborough adopte, à une courte majorité, les motions 'unilatéralistes' présentées par les deux plus grands syndicats affiliés au parti21 Mais Hugh Gaitskell refuse de se plier à la décision majoritaire et proclame : "we shall fight, fight, and fight again !". L'appareil se mobilise et l'année suivante, la direction du parti réussit sans peine à reprendre la situation en mains.22

"ALL RICHT! FOR THE LAST TIME. WHO'S THE DRAINS BEHIND THIST"
THE EVENING STANDARD SEPTEMBER 1961

  • 23 plus de 800 arrestations après des manifestations de bloquage de la voie publique (sit-downs) en av (...)

17En 1960-61, le mouvement est à son apogée : la mobilisation est à la mesure de l'angoisse que suscite l'apocalypse nucléaire. Tous ne sont pas d'accord sur la médiation des institutions (parti travailliste, Nations Unies) et sur la nécessité du strict respect de la légalité dans les manifestations auquel tiennent absolument certains dirigeants. Les divergences sont politiques et tactiques. Les partisans de la 'désobéissance civique' par la 'non-violence' se regroupent autour de Bertrand Russell –président démissionaire de CND – et fondent le Comité des 100' (Committee of 100). Loin de diviser le mouvement, l'effet immédiat est multiplicateur.23 En septembre 1961, l'arrestation et l'emprisonnement de Russell lui-même (alors âgé de 89 ans) attirent une publicité sans précédent que le philosophe exploite avec délices de sa cellule de Brixton :

  • 24 op.cit. p.146.

"Friends, Along with valued colleagues, I am to be silenced for a time -perhaps for ever, for who can tell how soon the great massacre will take place?
(…) You, your families, your friends and your countries are to be exterminated by the common decision of a few brutal but powerful men (…)
Our ruined lifeless planet will continue for countless ages to circle aimlessly round the sun unredeemed by the joys and loves, the occasional wisdom and the power to create beauty which have given value to human life. It is for seeking to prevent this that we are in prison."24

  • 25 C'est ce que Russell explique très calmement au tribunal de Bow Street le 12 septembre 1961 : "Non- (...)

18Il revient à un appel direct, par-dessus les frontières et les organisations, en jouant sur la fibre sentimentale et sur l'instinct de survie. Pour Russell en effet, la bonne tactique, à un moment donné, est celle qui marche. Puisqu'en 1955, l'appel solennel des savants n'a pas été entendu par les gouvernements du monde, il se lance dans une campagne nationale et se range à la ligne majoritaire de CND : le peuple britannique doit exiger de son gouvernement, fort de l'autorité morale que lui donnerait sa décision unilatérale de renoncer aux armes nucléaires, qu'il prenne l'initiative d'une conférence internationale dont le but serait d'abord le gel nucléaire, puis un accord général de désarmement. En 1959, devant la victoire électorale du gouvernement conservateur qui reste sourd, il s''impatiente : pas de nouvelles élections avant quatre ou cinq ans ; et la victoire de 1960 au Congrès travailliste est fragile. La désobéissance civique, l'arrestation et la prison seront-elles plus efficaces ?25 Russell se démarque de CND sans rompre avec le mouvement, et sa démission est essentiellement due à un désaccord sur la stratégie, qui prend toute son importance après la cuisante défaite au Congrès travailliste de Blackpool en octobre 1961.

19Pour la direction du courant majoritaire, c'est le découragement : il n'y a pas de stratégie de rechange. On ne peut qu'intensifier la pression sur le gouvernement conservateur pour, ponctuellement, essayer d'infléchir les décisions concernant les nouveaux missiles ou les bases américaines en Grande Bretagne. Mais, à long ternie, il n'y a plus guère d'espoir d'imposer l'unilatéralisme comme la clef universelle de la paix nucléaire. Les évènements mondiaux eux-mêmes semblent désavouer CND : la crise de Cuba (octobre 1962) reste dans le cadre de la guerre froide et se résoud par des négociations directes entre les deux Grands, la Grande Bretagne étant informée après coup. La guerre nucléaire n'a pas éclaté, CND et la Grande Bretagne n'y ont été pour rien. Démonstration d'impuissance.

20Qu'était-il donc advenu de ces intellectuels prestigieux qui avaient mis leur notoriété au service du mouvement ?

21Pourquoi cet abandon, ce vide théorique ?

  • 26 "Le dur métier d'intellectuel", Le Monde Dimanche.16 Août 1981
  • 27 ce fut le cas des membres de la communauté scientifique internationale qui signèrent le Manifeste d (...)

22Il impartient à l'intellectuel, dit Edgar Morin, d'être "le gardien des idées générales, génériques et généreuses"26. Gardiens des valeurs fondamentales, indépendants, les intellectuels examinent l'action et l'orientation des gouvernements et des partis – légitimation du système ou critique de son fonctionnement27. Quand ils sont 'de gauche', ils ont parfois un rôle plus ambigu : engagés, ils sont supposés mettre au service de la cause leur notoriété et leur talent – connaissances, capacité de synthèse, art de convaincre et de frapper l'imagination du public. Ils doivent être théoriciens et stratèges, témoins et propagandistes.

  • 28 F. Parkin en fait une liste détaillée, les grands noms étant A. J. P. Taylor, J.B.Priestley.Kingsle (...)
  • 29 David Marquand, ULR No 1 p.60.
  • 30 L'expression est de E. P. Thompson, 'Socialism and the intellectuals', ULR No 1 p.35.

23Intellectuels, écrivains et artistes, nombreux lurent ceux qui s'identifièrent à CND. La plupart étaient de gauche, mais pas tous28, et beaucoup appartenaient à cette génération de l'après-guerre qui refusait les étiquettes, le conformisme, l'anesthésie des 'mass media' – "the greatest enemy of freedom is sleep" clament-ils29. Nés dans la classe ouvrière, certains aspiraient à être cet "intellectuel organique" qu'ils découvraient en lisant Gramsci, porte-parole et ferment politique - "the yeast which makes a mass movement rise"30. Ils furent les animateurs de la fête populaire qu'étaient les manifestations de CND, mirent le mouvement en chansons, en slogans, en affiches, en poèmes, en films. "The politics of personal experience" : on croit que de l'activité militante naîtra un nouveau langage qu'il s'agit d'articuler. Les revues de la Nouvelle Gauche seront le lieu de l'élaboration d'une plateforme politique à partir de la profession de foi morale des pacifistes fondateurs de CND. Tâche épineuse, car en donnant un contenu politique précis au slogan unificateur parce que vague, on craint d'aliéner une partie du mouvement. Tâche nécessaire pourtant si l'on veut faire déboucher tout ce militantisme sur un projet cohérent qui, rejetant la politique de défense fondée sur le nucléaire, propose une alternative crédible.

  • 31 ULR No 2, éditorial p.4
  • 32 id.
  • 33 The New Reasoner No 3, éditorial p.3.

24Le désarmement nucléaire unilatéral ne suffit pas, dit la Nouvelle Gauche, il faut placer cette idée généreuse dans son contexte international, diplomatique et économique. Impossible de dissocier la Bombe de la "solution du problème allemand" qui reste "la première condition de la paix"31, et de la question hongroise qui a démontré l'impuissance des nations occidentales, malgré leur arsenal nucléaire, à empêcher l'intervention soviétique32. C'est le partage du monde en deux zones d'influence qu'il faut remettre en cause en faisant de l'Europe, "avec l'accord tacite de la Pologne et de la Yougoslavie et le soutien actif des mouvements ouvriers européens"33, le terrain privilégié pour créer une alternative que E.P.Thompson appelle "neutralité active" :

  • 34 'N.A.T.O., Neutralism and Survival', ULR No 4 p.50.

"I emphasize active neutrality : not the passive self-preserving isolationism of a small power, but positive, indeed aggressive, foreign policy aimed at relaxing East-West tension, dismantling military blocs, and resuming economic, cultural and political intercourse between the Communist and non-Communist world"34

  • 35 G.D.H.Cole, 'Next Steps in British Foreign Policy', NR No 5 p.

25Ce n'est d'ailleurs pas le critère moral qu'il faut invoquer pour condamner la force de dissuasion nucléaire britannique, qui est plutôt dangereuse -puisqu'elle témoigne de la dissémination des armes nucléaires jusqu'alors réservées aux Etats-Unis et à l'URSS, multipliant ainsi les risques ; et suicidaire puisque les bases américaines et les stocks de missile transforment la Grande Bretagne en cible prioritaire en cas de conflit.35

  • 36 M. Barratt-Brown, 'A New Foreign Economic Policy'. NR No4 p. 55.

26Cette argumentation reste acceptable pour le courant majoritaire de CND, mais les conséquences diplomatiques et économiques le sont moins. Remettre en cause l'appartenance à l'OTAN, faire tomber le mur de méfiance qui fait de l'URSS un agresseur naturel et une menace permanente, c'est vouloir revenir sur toute la politique britannique de l'après-guerre, élaborée en premier lieu par un gouvernement travailliste. C'est surtout, par voie de conséquence, imposer une réorientation radicale de l'économie britannique : un tel changement de politique étrangère entraînerait inévitablement de la part des Etats-Unis des mesures de rétorsion. C'est un remède de cheval qui est proposé : plannification économique, recherche de nouveaux marchés à l'Est et dans le Tiers-Monde, période initiale d'austérité économique et surtout, acte de foi dans le socialisme36. Une telle alternative était trop radicale pour la plupart des manifestants anti-nucléaires : on peut protester contre la Bombe sans vouloir remettre en cause le système qui l'a produite – un cri d'angoisse n'est : pas un chant révolutionnaire.

  • 37 "If the New Left has any political roots, they will be there. Without CND supporters, Anti-Ugly pro (...)

27Les militants politiques et les intellectuels de la Nouvelle Gauche qui mirent leur enthousiasme et leur conviction au service de CND ne réussirent pas à convaincre la masse des manifestants de la nécessité de s'en prendre aux structures mêmes du système. Peut-être est-ce en partie parce que l'analyse théorique des interférences entre science, techniques, politique et idéologie au sein de l'appareil d'Etat à l'ère nucléaire, à l'Est comme à l'Ouest, ne fut pas poussée assez loin. Sans doute aussi parce que la stratégie proposée, même dans sa forme la plus audacieuse, déboucha sur un échec. A partir de 1961 en effet, le 'Comité des 100', fort de ses premiers succès, entreprit de déstabiliser l'Etat en étendant à des manifestations de masse sa tactique de la désobéissance civique-l'objectif étant de mettre la police sur pied de guerre, engorger les tribunaux et les prisons, la répression accélérant la radicalisation jusqu'à la paralysie totale du système. C'était se méprendre sur la nature même de CND. Certes, l'opposition aux armes nucléaires fait partie d'un mouvement de contestation plus large37 sans pour autant déboucher sur un rejet des institutions que l'on cherche à réformer, non à renverser. Si les institutions évoluent, le mouvement se calme, ayant atteint son but. Si elles résistent - ce qui fut le cas pour le gouvernement conservateur comme pour le parti travailliste, le mouvement doit alors s'organiser pour durer. Mais la protestation s'émousse si elle s'institutionalise.

28Trop idéaliste et utopiste pour résister longtemps à l'épreuve de la réalité, trop hétérogène pour s'unifier autour d'un projet politique cohérent, CND portait en lui-même sa propre fin en tant que mouvement de masse. La crise de Cuba apporte la preuve que l'apocalypse nucléaire n'est pas pour demain et la foule rentre chez elle. Les protestataires les plus décidés et les plus militants - ce sont souvent les plus politisés -, et les pacifistes de toujours continuent la campagne, mais CND n'attirera de nouveau les foules qu'en 1965, et parce qu'un nouveau mot d'ordre mobilisateur - "NON A LA GUERRE AU VIETNAM !" - vient s'ajouter au premier avant de s'y substituer pour donner naissance à un mouvement de protestation autonome. CND entre alors dans une pénombre qui durera quinze ans. La Bombe était entrée dans les moeurs.

29Octobre 1983

Annexes

Articles des revues de la Nouvelle Gauche concernant la lutte contre les armes nucléaires

The New Reasoner

No 4 : Editorial : 'Beyond the Bomb'.

'Can we have a neutral Britain?'

M. Mc Ewen, 'The Two Camps'

K. Zilliacus, 'A Socialist Foreign Policy'

M. Barratt-Brown, 'A Foreign Economic Policy?'

No 5 : G.D.H. Cole, 'Next Steps in British Foreign Policy'

C. Bourdet, 'The Way to European Independence'

D.G. Arnott, 'Ammunition for the Campaign'

No 6 : Campaign Notebook :

H. Jones, 'Notes on a train'

P. Worsley, 'Coast to Coast'

No 7 : D.G. Arnott, 'Pu-240, U-235 & Homo Sap'

No 9 : D.G.Arnott, 'Campaign Notebook'

The Universities and Left Review

The editorials to ULR No 1, No 2, No 6, No 7.

No 2 : A review article of C. Wright-Mills, The Causes of World War III.

No 4 : E. P. Thompson, 'N.A.T.O., Neutralism and Survival'

No 6 : A. Lovell, 'Where next for the Campaign?'

No 7 : P. Sedgwick, 'NATO, The Bomb and Socialism'

Notes

1 Statement on the Cuba crisis, AutobiographyVolume 3, London, Allen & Unwin, 1969, p. 150.

2 ibid. p.72.

3 Russell-Einstein Manifesto, appelé aussi Pugwash Manifesto (d'après le nom de la petite ville de Nouvelle Ecosse où se réunirent les signataires du manifeste), The Bertrand Russell Peace Foundation, its aim and work, Spokesman pamphlet 73, BRPF, Nottingham,1980, p.6. Notez l'emploi du second "shall".

4 Slogan conservateur, campagne électorale de 1955· Aux élections législatives de 1959, on le retrouve sous une forme un peu différente : "You're having things good. Have them better !", ainsi que : "It's full employment. Keep it so ! Vote Conservative".

5 "Between the high citadel of Stalinist Russia, and the 'Welfare-State-no-further' jungle of the mixed economy, there seemed nothing but an arid waste. In these tight compartmentalised worlds (…) protected by massive armies with nuclear stockpiles and mutually exclusive military pacts, British socialism suffered moral and intellectual eclipse". Editorial, Universities & Left Review,Νο 1, printemps 1957, p.i.

6 Rappelons que l'URSS possédait la bombe-Η depuis 1953, et qu'elle utilisa ouvertement ce moyen de pression sur la Grande Bretagne et la France pour leur forcer la main. Les USA condamnèrent aussi l'expédition de Suez dans un vote à l'ONU.

7 Christmas Island. Des 'tests' anglo-américains eurent lieu en 1954, la bombe-Η britannique fait l'objet d'une première série de 'tests' au printemps 1957.

8 La première partait de Londres pour se terminer aux portes de la base, le but du DAC étant de sensibiliser les travailleurs de l'industrie de l'armement. Ensuite, les 'marches' se terminèrent par une manifestation à Trafalgar Square, près du siège du pouvoir politique.

9 les responsables de la publication -journal de discussion ronéotypé distribué dans le cadre du parti - furent : sommés de s'expliquer et de s'incliner, et refusèrent.

10 ULR paraît du printemps 1957 à l'automne 1959, au rythme de trois numéros par an. The New Reasoner publie dix numéros au cours de la même période. Les deux revues fusionnent en 1960 pour former la New Left Review. Les Clubs chargent leur nom de ULR Clubs en New Left clubs se multiplient et se décentralisent.

11 Dès le numéro 2 de ULR (été 1957) dont l'éditorial est intitulé : 'Hungary, Η-Bomb, Germany'. The New Reasoner lui consacre l'éditorial du numéro 3 (Décembre 1957). Voir en annexe une liste d'articles consacrés au thème nucléaire.

12 Refrain d'une des chansons de la Marche d'Aldermaston : "Don't you hear the Η-Bomb's thunder", paroles de John Brunner.

13 The New Reasoner No3, Winter 1957, Editorial, p. 3.

14 Paroles de la chanson citée.

15 Peggy Duff, Left, Left, Left, London, Allison & Busby, 1971, p.115.

16 Dans son discours prononcé au Central Hall lors du Meeting inaugural de CND. Alex Comfort proclame :
"We can make Britain offer the world something which is virtually forgotten - moral leadership.
Let us make this country stand on the side of human decency and human sanity -alone if necessary. It has done so before" David Widgery,
The Left in Britain (1956-1968), Harmondsworth, Penguin Books, 1976, p.116.

17 The need is for "a blue-print showing how Britain might break with the whole NATO complex of diplomacy and strategy, and take the lead (…) in initiating the formation of a group of mediating 'Bandung' powers in Europe", The New Reasoner No 3 p.3.

18 "That is the function of the campaign (…) : to make every individual reassume the moral responsibility for opposing public insanity" op.cit.p.116

19 ceci au niveau des actions proposées aux militants ; car l'unilatéralisme est en général critiqué pour son côté idéaliste et utopique, puisqu'il propose de déposer les armes devant des adversaires qui, eux, restent armés.

20 Bevan avait même été menacé d'expulsion du parti travailliste pour avoir défié la direction.

21 Dans son livre, Peggy Duff fait remarquer que le vote bloqué (block vote)des syndicats, accusé parfois d'être anti-démocratique, a été acquis après un vote majoritaire dans chacun des syndicats, le T.&G.W.U. et l'A.E.U. op. cit. p. 187.

22 La direction avait été mise en minorité de 297 000 voix seulement, elle reprit le dessus par 4,5 millions de voix contre 1,7 million. La victoire de 1960 n'était peut-être pas étrangère au fait que le parti venait de subir sa 3ème défaite électorale en huit ans, et qu'il avait le temps de revenir à une politique plus 'responsable' après ce coup de semonce. Le renversement s'explique par le fait que Gaitskell mit un point d'honneur à prendre une revanche éclatante et mit tout le poids de l'appareil au service de la Campaign for Democratic Socialism.

23 plus de 800 arrestations après des manifestations de bloquage de la voie publique (sit-downs) en avril et décembre 1961, plus de 1300 en septembre 1961.

24 op.cit. p.146.

25 C'est ce que Russell explique très calmement au tribunal de Bow Street le 12 septembre 1961 : "Non-violent civil disobedience was forced upon us by the fact that it was more fully reported than other methods of making the facts known" op.cit.p.145

26 "Le dur métier d'intellectuel", Le Monde Dimanche.16 Août 1981

27 ce fut le cas des membres de la communauté scientifique internationale qui signèrent le Manifeste de Pugwash, proclamant la responsabilité sociale et morale du savant.

28 F. Parkin en fait une liste détaillée, les grands noms étant A. J. P. Taylor, J.B.Priestley.Kingsley Martin et Russell,· les acteurs et dramaturges J. Neville et V. Redgrave, J. Osborne, A. Wesker D.Lessing. J. Arden, les romanciers J.Braine, I. Murdoch, A. Sillitoe, les poètes J. Silkin et A. Mitchell, des cinéastes, des dessinateurs et des critiques d'art. Middle-class radicalism, Manchester University Press,1968, p. 99-104 et al

29 David Marquand, ULR No 1 p.60.

30 L'expression est de E. P. Thompson, 'Socialism and the intellectuals', ULR No 1 p.35.

31 ULR No 2, éditorial p.4

32 id.

33 The New Reasoner No 3, éditorial p.3.

34 'N.A.T.O., Neutralism and Survival', ULR No 4 p.50.

35 G.D.H.Cole, 'Next Steps in British Foreign Policy', NR No 5 p.

36 M. Barratt-Brown, 'A New Foreign Economic Policy'. NR No4 p. 55.

37 "If the New Left has any political roots, they will be there. Without CND supporters, Anti-Ugly protesters, African demonstrators, Free Cinema and the Society for the Abolition of the Death Penalty, we would be nowhere" ULR No 7, éditorial p.2.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4405/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende "ALL RICHT! FOR THE LAST TIME. WHO'S THE DRAINS BEHIND THIST"THE EVENING STANDARD SEPTEMBER 1961
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4405/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter