Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Protest and Punishment

 | 
Gérard Delechelle

Discours et polémiques

"Argument is war"? Remarques linguistiques sur l'argumentation

Texte intégral

1Le choix de "Argument is war" dans notre titre n'est pas une tentative détournée pour faire à tout prix coincider cet article avec le thème retenu pour ce numéro. Il s'agit d'une citation d'un ouvrage récent de G. Lakoff et M. Johnson (Metaphors We Live By, Chicago, 1980) qui est assez révélatrice d'une certaine orientation actuelle de la pragmatique linguistique. Notre but sera en quelque sorte de justifier le point d'interrogation dont nous avons assorti cette citation par des considérations plus linguistiques que pragmatiques. Etant donné l'ampleur du problème, nous limiterons essentiellement nos remarques à ce que l'on a coutume d'appeler "l'expression de la cause", mais on pourrait facilement les étendre à d'autres domaines.

1. "ARGUMENT IS WAR"

1.1. Conception pragmatique de l'argumentation

2Pour démontrer que notre système conceptuel est en grande partie de nature métaphorique, Lakoff et Johnson prennent l'exemple de la métaphores ARGUMENT IS WAR. Nous les citerons assez longuement, parce que leur position nous paraît très caractéristiques :

"It is important to see that we don't just talk about arguments in terms of war. We can actually win or lose arguments. We see the person we are arguing with as an opponent. We attack his positions and we defend our own. We gain and lose ground. We plan and use strategies (…) Many of the things we do in arguing are partially structured by the concept of war. Though there is no physical battle, there is a verbal battle, and the structure of an argument -attack, defense, counterattack, etc.- reflects this. it is in this sense that the ARGUMENT IS WAR metaphor is one that we live by in this culture ; it structures the uctions we perform in arguing" (op. cit., p.4)

3On retrouve dans ce passage une conception que l'on fait en général remonter à John Austin et en particulier à son ouvrage How To Do Things with words, O.U.P., 1964. On remarquera par exemple que les deux seuls mots soulignés dans cet extrait sont "talk et do. ce qui paraît bien être une référence directe à cette idée que "dire, c'est faire". Pour eux, la métaphore conventionnelle "argument is war" non seulement se manifeste dans lé vocabulaire, mais elle détermine aussi la manière dont nous menons l'argumentations :

"The concept is metaphorically structured, the activity is metaphorically structured, and, consequently, thé language is metaphorically structured" (ibid., p. 5)

  • 1 cf. aussi le titre de l'ouvrage de D. Bolinger, Language, The Loaded Weapon, Longman, 1980

4Nous pensons comme Lakoff et Johnson que certains concepts (nous le montrons ailleurs à propos de l'idée de cause) ont une origine en partie métaphorique. Ainsi, pour reprendre leur exemple, il est vrai qu'en anglais, et il en est de même en français., la métaphore martiale est très répandue :1 on peut dire to attack (defend) an argument, on parle de stratégies discursives. On la retrouve aussi dans l'étymologie de l'adjectif polemic qui vient du grec polemikos signifiant "relatif à la guerre". Le mot argument est lui-même ambigu, puisque, comme le signale le Longman Dictionary (s.v. argument) :

"This noun comes from both meanings of the verb argue ; "quarrel" and "reason" : I had an argument-with George over politics (=a quarrel). I accepted his argument that we should increase taxation (=reasoning)"

5Nous partageons aussi leur idée que l'argumentation, en tant qu'activité, peut prendre une tournure polémique et nous en verrons un exemple avec why (interrogatif ou "exclamatif"). D'où vient donc alors notre réticence à l'égard du passage cité plus haut ? Elle concerne surtout ce que nous appellerons la conception, "pragmatique" de l'argumentation, qui n'est, il est vrai, que suggérée dans cet extrait.

6Cette conception,"pragmatique" de l'argumentation a connu ces dernières années un développement très rapide. Elle repose sur la notion d'actes de langage (speech-acts). Ainsi, W.A.K. Halliday distingue trois macro-fonctions du langage : les fonctions idéationnelle, interpersonnelle et textuelle. D'autres auteurs insistent sur sa fonction communicative, sociale. On parle encore de maximes de la conversation (Grice), de postulats de conversation (Gordon et Lakoff) ou de lois du discours (Ducrot). Ces théories, qui mettent au premier plan l'activité des locuteurs et tentent de restituer à l'étude du langage ce que lui avait fait perdre la coupure faite par Saussure entre langue et parole, trouvent même des applications pédagogiques dans ce qu'on appelle l'approche "notionnelle-fonctionnelle". Dans un tel cadre théorique l'argumentation fait partie de ce que E. Roulet appelle des "stratégies d'interaction".

1.2. Pour une autre conception de l'argumentation

7Bien que cette vision des phénomènes langagiers soit préférable à la coupure trop radicale entre langue et parole, elle risque cependant de conduire à des impasses. Pour nous en tenir au problème des locuteurs, une telle conception est insuffisante parce qu'elle fait, du locuteur et de son interlocuteur des personnes concrètes et & pour effet de masquer les opérations métalinguistiques. au sens Adamczewakien du terme, qui concernent la structuration même des énoncés. Mous partageons sur ce point la critique qu'adresse C.E. Delmas au modèle pragmatique :

"(la métalangue du modèle) ne constitue qu'un lien entre l'énoncé et la situation concrète dans laquelle se trouve le "locuteur", situation dans laquelle le locuteur concret influence le destinataire (concret, également), lu médiation se faisant en termes de force : l'acte de langage" (C.E. Delmas, Quelques éléments de la métalangue naturelle, thèse, 1980, p. 59)

8Il faut donc distinguer soigneusement le locuteur concret et 1'énonciateur qui a un statut théorique particulier. C'est pour cette raison que le locuteur d'un énoncé pourra très bien ne pas en être l'énonciateur. Si on néglige l'aspect proprement linguistique des phénomènes, on risque de n'aboutir qu'à une taxinomie des relations entre les locuteurs qui, poussée à l'extrême, pourrait masquer l'originalité même du langage et les opérations permettant un réel calcul du sens. On se rappellera à cet égard certains passages de benveniste qui tendent parfois à être oubliés :

"Ce qui en général caractérise l'énonciation est l'accentuation de la relation discursive au. partenaire, que celui-ci soit reel ou imaginé, individuel ou collectif" (E. Benveniste, Problèmes de linguistique générale II. 1974, p.85)
"C'est dans et par le langage que l'homme se constitue comme sujet ; parce que le langage seul fonde en réalité, dans sa réalité qui est celle de l'être, le concept d'"ego"" (Problèmes de linguistique générale I. 1966, p. 259)

9Ce sont certains des aspects discursifs de l'argumentation que nous tenterons d'illustrer ici.

2. CAUSES. RAISONS ET JUSTIFICATIONS

2.1. Causes et raisons

10On a côutumé de dire que because et aussi as, for et since introduisent des propositions causales. On précise parfois : "des propositions exprimant la cause ou la raison d'un événemènt", mais sans expliquer la différence entre les deux notions, qui se recoupent d'ailleurs en partie. Nous montrons dans notre thèse le rôle joué par la structure de l'énoncé dans l'interprétation. C'est le cas dans les exemples suivants où l'idée de causalité sera plus ou moins directe selon la construction choisie :

(1a) John disturbed the meeting
(1b) John's appearance disturbed the meeting
(1c) John caused a disturbance
(1d) John caused the meeting to be disturbed by Ving
(1e) the meeting was disturbed because of John
(1f) the meeting was disturbed because John had appeared stark naked

11la proposition introduite par because exprimant plutôt une raison qu'une cause. Ceci rejoint la conception traditionnelle qui considère le rapport cause-effet comme étant du domaine des faits alors que les raisons fournissent des interprétations. La cause serait le domaine de l'efficience et la raison de l'explication. Mais que dire des causes ? La recherche des causes n'est-elle pas déjà celle d'explications ? De même, on distingue parfois donner des raisons et donner des justifications, ces dernières étant considérées comme de bonnes raisons :

(2) I'm not looking for a justification, your excellency, I only mean to give you my reason (Κ. Amis)

12Mais les raisons avancées ne sont-elles pas toujours relatives à quelqu'un ? Ainsi, dire there's no reason for you to do this signifie I see no good reason for you to do this. On sait aussi que l'impératif explain yourself ! prend souvent une valeur polémique (cf. les remarques cidessus à propos de l'ambiguïté de argument).

13La conclusion provisoire qui se dégage de cette brève discussion est que l'on ne peut pas fonder une distinction entre cause, reason ou justification seulement sur les contenus qu'ils articulent. Pour reprendre la formule de Benveniste qu'on a rappelée, c'est dans et par le discours que ces termes prennent leur signification et, ajouterons-nous, leur valeur argumentative.

2.2. Valeur argumentative de because, for, since et as

2.2.1. Because

14Les exemples (1) ont montré que la notion de cause devenait plus indirecte à mesure qu'on se rapprochait du type p, because q. En d'autres termes, lorsque la cause s'exprime sous forme d'une proposition (avec un verbe conjugué), son rapport avec l'effet est beaucoup moins étroit. Les questions why et les réponses en because portent plus sur des raisons que sur des causes, comme le montre la comparaison des exemples suivants :

(3), 'What happened?' he asked. 'What was the cause?' Dr Libbard explained. it was heart failure brought on by a violent attack of nausea, caused in its turn by the eating of something of an irritant nature (A. Huxley)
(4) "Why are you sleeping way over here?"
"Because," said Ramona
(5) 'Because I was there that night. That's the reason' (L. Thomas)

15L'exemple (4) fournit un cas limite dans lequel le locuteur se refuse à donner ses raisons, le fait de ne répondre que because étant un moyen de sous-entendre "j'ai mes raisons".ou "j'ai de bonnes raisons". Ceci montre bien que dans l'ensemble p because q la valeur argumentative ne dépend pas uniquement de la nature de p et q.

16Pourquoi le fait que q est une proposition a-t-il pour effet de donner à because une valeur argumentative ? La réponse est à chercher du côté des logiciens et des linguistes qui considèrent la proposition comme l'attribution d'une valeur de vérité ou une assertion. On devra toutefois s'interroger sur cette valeur argumentative de because en la comparant à celle de for et since.

  • 2 L. Cherchi, "Nature et portée du concept de thématisation", Recherches en linguistique étrangère V (...)

17Cette valeur argumentative de because ne varie pas seulement en fonction de p et q, elle dépend aussi de la place de because dans l'énoncé. Ainsi, l'antéposition de la "causale" (because q, p) aura tendance à lui donner la valeur d'un fait (cf. Cherchi, 1981, et Deléchelle, 1980)2 :

(6) Just because Ford isn't as sinister as Nixon doesn't mean he's a good president (Time)

18De plus, nous avons montré à plusieurs reprises que because q peut porter sur l'énonciation de p plutôt que sur son contenu :

(7) 'Do you want a bath? Because if you do I'll turn it on for you' (M. Allingham)

  • 3 H. Adamczewski, "Pour une grammaire métaopérationnelle de l'anglais", Tréma 8. 1983, pp. 5-16 et C (...)

19Ces énoncés appartiennent au domaine du DIRE, qui permet de dépasser le rapport aux faits. Nous sommes maintenant dans le domaine de l'énonciateur et non plus du locuteur. En effet, alors que dans le premier type d'emplois de because le locuteur ne prend pas nécessairement en charge q, ne se pose pas comme origine de sa validité, nous sommes ici dans le domaine de ce que, avec H. Adamczewski et C. Delmas, nous appelons le métalinguistique naturel.3 Because est en (7) la trace en surface d'une opération réflexive effectuée par l'énonciateur sur son DIRE ; de causal ou explicatif il devient justificatif.

20Les deux types d'emplois de because ne sont toutefois pas très éloignés, et une étude plus détaillée montrerait qu'il est parfois difficile (dans les affirmatives en particulier) de les distinguer. Seule leur portée diffères dans un cas because q porte sur le contenu p, dans l'autre sur l'énonciation de p. Les deux types sont argumentatifs, mais d'une façon différente, l'argumentation étant fondée soit sur le rapport entre p et q (avec toutefois, comme on l'a vu, une part d'interprétation), soit sur le droit que revendique l'énonciateur à énoncer p. Le premier type repose donc sur la structure du réel et l'autre institue un rapport inter-énonciateurs par l'intermédiaire d'un commentaire métalinguistique.

2.2.2. For, since et as

21Il peut sembler à première vue étonnant d'avoir regroupé dans cette rubrique des subordonnants (since et as) et un coordonnant (for). Or, on verra que sur le plan argumentatif for et since ne se comportent pas de la même manière que as.

22Ces trois connecteurs possèdent des propriétés syntaxiques qui les différencient du because explicatif, qui peut seul répondre à la question why, entrer dans des phrases clivées etc (voir notre article sur because). En revanche, ils sont proches du because justificatif dans la mesure ou ils permettent aussi de justifier une énonciation précédente, totalement ou en partie comme en (8) :

(8) most of the congregation( for congregation it was) had, I was assured, arrived in the tent within half an hour of the scheduled starting time (The Listener)

23où la parenthèse a pour but de légitimer l'emploi du mot "congregation". Notons cependant qu'ici for introduit une justification de type polémique, le terme ne semblant pas s'imposer de lui-même dans la situation.

24L'emploi de for, since (et à un degré moindre as) est très fréquent lorsque p comporte un terme appréciatif (obvious en (9) et inevitably en (10)) :

(9) It was obvious that he had been using preventive medecine on the way down, for he grew more and more convivial as the evening drew on (G. Durrell)
(10) Like all service engineers - inevitably, since no single man could know everything there was to know about computers - Ivor knew only one kind of fault to look for (J. Blish)

25Du point de vue argumentatif l'énonciateur renforce donc la validité de p à l'aide de for q et since q qui lui servent à légitimer son dire face aux objections possibles.

26La différence essentielle entre le because explicatif et les connecteurs justificatifs réside dans la nature du lien que ces derniers posent entre p et q. Ceci est très net quand since et as sont antéposés :

(11) Since these are all matters of syntax it follows that it is unlikely that there are any languages without syntax (F. Palmer)
(12) As her income was a large one and she lived quietly after her husband's death, it_seems certain that these sums of money were paid away for special purposes (A. Christie)

  • 4 R. Blanché, Le raisonnement, PUF, 1973, p. 24

27L'argumentation repose ici sur la nécessité du lien logique qui unit q à p. C'est ce rapport de principe à conséquence, que Blanche appelle une relation illative4 qui fonde, et par suite légitime, l'argumentation, d'où la présence de it follows en (11) (qu'on aurait pu remplacer par des corrélatifs comme then ou therefore) et de it seems certain en (12) (on trouve aussi parfois so). Quant aux cas où since et as sont postposés, ils sont aussi de type justificatif, comme for, avec des différences que nous négligerons ici.

28Une autre caractéristique de la relation illative, que ne possèdent pas les énoncés de type causal, est la possibilité d'effectuer l'inférence à partir du principe ou de la conséquence, si bien que dans certaine cas comme en (9) il y a un renversement de l'ordre logique. Ainsi, l'emploi de because en (9) n'est pas impossible, mais le connecteur prend alors une valeur justificative.

29Reste maintenant à préciser ce qui distingue for, since et as, car c'est surtout sur ce point que notre analyse s'écarte de l'approche pragmatique. Nous considérons en effet que ces trois connecteurs ont un statut linguistique différent qu'il ne nous sera pas possible de développer ici en détail : for et since sont tous les deux polémiques (contrairement à as), mais le premier est rhématique alors que le second est thématique, au sens que H. Adamczewski donne à ces termes.

30Dire que since est thématique signifie que le problème de la validité de q ne se pose plus, il est dépassé, et en conséquence le locuteur non seulement accepte de prendre en charge q (et ainsi d'accéder au statut d'énonciateur), mais il impose à son interlocuteur cette doxa (cf R. Barthes) dont l'autre peut difficilement se dégager. L'aspect polémique de since n'est que l'effet de son statut linguistique, l'opposition Thématique/thématique ayant dans la grammaire une grande importance, comme l'a montré H. Adamczewski (voir sa Grammaire linguistique de l'anglais, 1982)

31Quant à for, il est lui aussi polémique, comme son homologue car en français :

(13) Qui doit mettre selon vous un terme à cette crise sans précédent sous lu cinquième -car il y a bien une crise sans précédent (Europe 1)
(14) and, after all, it was no mystery, for Lina obviously had taken the same sort of poor lodgings (M. Sparks)

32La présence de bien en (13), de οbviously en (14), montre que le locuteur semble éprouver le besoin de convaincre, de balayer les doutes d'un interlocuteur virtuel ou réel. For introduit une preuve et pose donc, comme "en creux", la présence de l'autre. C'est pour cette raison que nous parlons de sa valeur rhématique. En effet, q est bien sûr thématique pour le locuteur, mais présenté comme rhématique.

  • 5 G. Deléchelle, "En effet et ses traductions en anglais", Tréma 8, 1983, pp. 49-68. Au sujet de as (...)

33Enfin, il est beaucoup plus difficile de préciser le statut de as, car, comme en effet en français, il ne semble pas entrer dans l'opposition rhématique/thématique, si bien qu'il occupe une position intermédiaire entre for et since dans laquelle l'opposition n'est pas pertinente5.

3. CAUSE ET MISE EN CAUSE : WHY6

3.1. Les questions WHY

34Les questions why? nous permettront de poursuivre cette recherche sur l'argumentation. Comme nous avons déjà abordé ces problèmes ailleurs, nous passerons plus rapidement.

35Les questions why? interrogent sur la cause ou les raisons d'un phénomène, mais aussi sur les raisons d'un dire précédent. Comme les énoncés affirmatifs correspondants ont déjà, à des degrés divers, une valeur argumentative, on ne sera pas surpris que les questions why? prennent souvent un tour polémique. En effet, demander à quelqu'un de fournir des raisons (surtout d'actions) est souvent interprété comme comportant une critique implicite soit des raisons fournies, soit de l'événement lui même. On.passe ainsi de la recherche des causes à la mise en cause, d'où le caractère agressif de certaines questions qui se traduit en surface par la présence de have to (Why did you have to…?), ever, on earth, the hell. Pour montrer comment la valeur polémique de ces questions est inscrite dans la langue et s'y construit. nous prendrons le cas des questions why should ? :

(15) -'it would be so good for you (…)'
-'Mother, why should it be good for me?' (D. Leasing)
Traduction proposée : Pourquoi veux-tu que…?

  • 7 Ce concept joue un grand rôle en linguistique. Nous avons emprunté le terme à Tesnière, Eléments d (...)

36Cet exemple montre le rôle central joué ici par le passage de it would à why should it? dont nous avons essayé de rendre compte en faisant apparaître veux-tu dans notre traduction. Ce veux-tu a ici une valeur métalinguistique, car il permet d'expliciter l'opération marquée en anglais par should. Le fils réfute en effet le dire de sa mère et plus précisément reconstruit un vouloir dire. On voit que l'emploi de should.ou de vouloir en français, dépasse le simple niveau pragmatique de la relation entre des locuteurs concrets. Ce should correspond aux autres emplois de ce modal en anglais dont la valeur centrale est d'exprimer une discordance7 entre le sujet et le pré dicat. C'est donc cette valeur centrale de should qui donne à cet énoncé sa valeur polémique. On pourrait faire le même type de démonstration pour why Ø (But why telephone at all ?), why not etc.

3.2. WHY "interjectif" ou "exclamatif"

37Des termes que nous avons envisagés, c'est sans doute le why dit "interjectif" ou "exclamatif" qui se rapproche le plus de la métaphore "argument is war". On trouve ainsi des exemples dans lesquels ce why! est suivi d'insultes ou d'une phrase incomplète, comme si les protagonistes étaient sur le point d'en venir aux mains, les mots étant devenus inopérants :

(16) You're a disgrace. Why, you're a - (C. Brown)

  • 8 Signalons par exemple la différence qui sépare les premiers articles de Ducrot sur la présuppositi (...)

38Mais ne considérer why! que sous cet angle pragmatique serait une erreur. On doit le rapprocher du why interrogatif et montrer, comme noua l'avons fait ailleurs, comment s'explique sa valeur argumentative. C'est La raison pour laquelle nous avons proposé la représentation suivante de why! : WHY (SAY, ASK) P SINCE Q ?, dans laquelle WHY? et SINCE ont pour but de montrer la discordance entre Ρ et Q et par suite l'aspect polémique de l'énoncé. Loin d'être une simple interjection, why! articule des représentations parfois implicites qui nous obligent à aller au delà de l'approche pragmatique du langage.8

4. EN GUISE DE CONCLUSION

  • 9 Nous n'avons pas pu non plus aborder les rapports entre cause et concession (cf. notre communicati (...)

39A partir de cette étude partielle9 de certains connecteurs de cause, nous avons essayé de montrer l'insuffisance de l'approche pragmatique des faits d'argumentation à laquelle semblait conduire la métaphore "argument is war".

40On a d'abord étudié le because "explicatif" introduisant des propositions de raison plutôt que de cause. Il est (faiblement) argumentatif dans la mesure où la recherche de raisons suppose un choix, un débat. Mais on a vu d'autre part des énoncés où because introduit une justification du dire, activité plus nettement argumentative parce qu'elle comporte un retour sur un énoncé antérieur. Cet emploi de because le rapproche des connecteurs justificatifs comme for, since et as. On a aussi distingue as de for et since ici qualifiés de "polémiques" parce qu'ils permettent de répondre par avance à un éventuel désaccord d'un interlocuteur réel ou fictif ou de l'image que s'en fait le locuteur. Cette discordance posée par le discours ne concerne donc pas des locuteurs concrets mais des entités qui n'ont de sens que dans le discours qui les produit. C'est pour cette raison que notre usage du terme "argumentation" est assez large pour le faire coincider avec l'activité discursive avec, on l'a vu, des différences de degré selon les éléments mis en jeu. Si l'argumentation c'est la guerre, encore ne faut-il pas céder à l'illusion référentielle et préciser clairement quels en sont l'enjeu, les armes et les acteurs.

Notes

1 cf. aussi le titre de l'ouvrage de D. Bolinger, Language, The Loaded Weapon, Longman, 1980

2 L. Cherchi, "Nature et portée du concept de thématisation", Recherches en linguistique étrangère VII, Besançon, 1981, pp. 23-48 ; et notre communication à la SAES, 1977 : "Because", Etudes Anglaises 76, 1980. DD. 21-35

3 H. Adamczewski, "Pour une grammaire métaopérationnelle de l'anglais", Tréma 8. 1983, pp. 5-16 et C.E. Delmas, "De l'anaphore à la métalangue naturelle", ibid., pp. 69-84

4 R. Blanché, Le raisonnement, PUF, 1973, p. 24

5 G. Deléchelle, "En effet et ses traductions en anglais", Tréma 8, 1983, pp. 49-68. Au sujet de as voir notre article "La valeur causale de as et with", Textes du Crelingua, 1982, pp. 93-106. Voir aussi H. Adamczewski, "Un lien intradiscursif remarquable : Boviem". Contrastes 6, 1982, pp.7-22

6 cf.G. Deléchelle, "Why?!. ou cause et mise en cause", Travaux 35. CIEREC, 1982, pp. 81-90. Le rapprochement entre cause et mise en cause n'est pas fortuit, puisqu'en latin causa signifiait aussi bien cause que procès, sens qu'a conservés le français. On pourrait aussi faire le même type de rapprochement entre question et mise en question. Voir aussi notre étude "Why, étude contrastive", Contrastes 2, 1982, pp.15-29

7 Ce concept joue un grand rôle en linguistique. Nous avons emprunté le terme à Tesnière, Eléments de syntaxe structurale. Klincksieck, 1959, p.224. Tesniere emploie aussi le terme de dissonance. Voir aussi chez Adamczewski le concept de non-congruence et chez J. Authier, celui d'hétérogénéité : DRLAV 26. 1982, pp. 91-151, dont il faudrait étudier les différences. Pour nous, la discordance est une marque de la présence conflictuelle d'une altérité.

8 Signalons par exemple la différence qui sépare les premiers articles de Ducrot sur la présupposition et sa conception actuelle de la "polyphonie" (cf. Les mots du discours. Paris, 1980)

9 Nous n'avons pas pu non plus aborder les rapports entre cause et concession (cf. notre communication : "La concession en anglais", 1982 ; et M.A. Morel, Etude sur les moyens grammaticaux et lexicaux propres à exprimer une concession en français, these Paris III, 1980

© Presses universitaires François-Rabelais, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter