Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande Vision(s) / Révision(s)

 | 
Martine Pelletier

L'invention du mythe de Napoléon dans la mémoire irlandaise

Grace Neville

Texte intégral

1La séduction exercée dans l'imaginaire populaire par le "Petit Caporal", Napoléon Bonaparte, a duré de bien longues années après la disparition de celui-ci en 1821. Que la tradition orale en France au dix-neuvième siècle ait conservé des traces de Napoléon, comme l'a démontré le grand ethnologue, Paul Sébillot, cela n'étonnera personne (Sébillot, 1891, vi, 385-92). Qu'il figure également dans la culture populaire en Italie (Millar, 1977), en Allemagne, en Serbie, en Égypte, en Nouvelle-Zélande et en Russie où, côté icogonographie, des autels auraient été élevés en son honneur, voilà qui risque peut-être de susciter une certaine surprise. Cet engouement pour Napoléon n'a pas épargné l'Irlande, d'où le présent article qui a pour objet d'étudier la vision - ou plutôt les visions - de Napoléon que propose la tradition populaire, notamment à travers les Archives de la Commission du Folklore d'Irlande (Coimisiún Béaloideasa Eireann).

2Ces archives, soigneusement conservées au Département du Folklore d'Irlande à University College, Dublin, constituent un corpus d'un million et demi de pages pour la plupart manuscrites et rédigées en gaélique. La collecte de ce matériel fut entreprise dans les années trente de ce siècle par un réseau composé essentiellement d'ethnologues et d'instituteurs dans un immense projet parrainé par le gouvernement irlandais de l'époque, soucieux de conserver la mémoire collective d'un peuple. Le peuple en question, pour la plupart les paysans de la moitié ouest du pays, était jugé par les autorités du jour comme plus authentiquement irlandais que leurs compatriotes urbanisés et anglophones de la moitié est. D'où l'intérêt de ces souvenirs. Ce matériel recueilli par dictée ou par "ediphone" (sorte de magnétophone) embrasse un immense échantillon de sujets : contes populaires, superstitions, magie, la vie, la mort et l'au-delà, histoire et faits divers récents, chansons, mobilier et mode de vie paysans : un riche corpus, un vaste réservoir de mémoire, un trésor inestimable où le temps suspend son vol un instant pour laisser deviner des vies et des mentalités largement révolues.

3Dans un pays dont l'imaginaire est jalonné de personnages mythiques, pour ne pas dire légendaires (de Cú Chulainn à Charles Haughey, en passant par Daniel O'Connell, Parnell, de Valéra, Michael Collins et tant d'autres), le "Petit Caporal", Napoléon Bonaparte (1769-1821) ne manque pas d'intérêt. On pourrait aller jusqu'à affirmer que dans ce corpus il apparaît comme le premier "surhomme" non-irlandais et non-britannique, abstraction faite de Saint Patrick, qui naquit peut être au Pays de Galles mais qui fît ses études en France (de Paor, 1993).

4Rappelons tout d'abord que les conteurs en question, parfois illettrés et ayant un niveau d'éducation plutôt sommaire, étaient nés pour la plupart au lendemain de la Grande Famine qui dévasta le pays dans les années 1840. Ils transmettent un matériel qu'ils affirment souvent avoir entendu de gens nés vers le début de ce siècle-là, autrement dit datant de l'époque où le Petit Caporal arpentait l'Europe. Par conséquent, les quelques évocations de Napoléon dont il est ici question remontent à un passé encore récent. On est donc ici à mille lieues du "topos" de l'étranger exotique, si prisé ailleurs dans ce corpus (O Giolláin, 1987) : car, sans être carrément irlandais, Napoléon fait néanmoins figure d'intime pour ces conteurs. Ainsi un conteur gaélophone va-t-il jusqu'à le saluer comme "ár mBónapart" : "notre Bonaparte".

5Le nom de Napoléon figure dans le questionnaire établi par l'ethnologue pionnier, Seán O Súilleabháin, à l'usage de ses collègues travaillant "sur le terrain" (O Súilleabháin, 1970 [1942]) : O Súilleabháin leur suggère de poser des questions aux conteurs sur les moments forts du passé (guerres, famines, invasions) ainsi que sur les personnages hauts en couleur, les bons et les mauvais, les anges et les bêtes. Histoire, donc, avec un H majuscule. D'après mes recherches, ces exhortations n'ont fourni qu'une petite vingtaine de références à Napoléon. Celles-ci sont de longueur inégale, allant de quelques mots à une page entière. Il se peut qu'il en existe d'autres mais l'index de ce matériel est plutôt sommaire et n'existe malheureusement pas sur ordinateur. Je me suis donc efforcée d'analyser ces allusions pour voir le tableau qu'elles brossent de Napoléon, homme et mythe, ainsi que pour établir autant que ces quelques références le permettent, ce qu'il représentait pour le menu peuple irlandais de l'époque.

6Dans ces archives, Napoléon est connu en anglais et en gaélique sous les noms de Napoleon, Bonaparte, Bony et Boner. En gaélique, son nom est même doté d'accents (Bónaí) et se voit décliné au possessif : "aimsir Bhónapart" ("au temps de Bonaparte"), "ár mBónapart" ("notre Bonaparte").

7Dans l'évocation de sa vie ici, il existe un fond de véracité. Sont évoquées

  • ses origines corses (96/195)

  • ses ambitions grandioses qui l'ont poussé à vouloir conquérir l'Europe ("la façon dont il s'est décidé à dominer le monde comme l'avait fait jadis Alexandre" 1018/14)

  • -son ascension irrésistible d'ennemi en ennemi (Nelson, Wellington) et de bataille en bataille (Waterloo, Leipzig, Marengo 96/169)

  • sa chute, son emprisonnement par les Anglais et son exil sur l'île de Saint-Hélène (1018/14).

8L'extrait suivant donne une idée de la chose :

Here I am Napoleon Bonaparte, a conqueror of renown.
It's with my skill and mighty deeds great nations I cut down.
France and Spain I did obtain, Russia, Prussia too.
I crossed the Alps and Pyrenees great nations to subdue.
The Portuguese I did them squeeze, the Poles and Saxons all,
The Danes and Swedes I made them subject and obedient to my call.
Ancient Italy I vanquished o'er, all the States of Germany.
The Egyptian troops and Mamelukes before me I made flee.
I fought my way by land and sea. Oh, mortals did I yield
(96/194 ; voir aussi 96/177).

9L'intérêt de ces vers réside moins dans leur historicité que dans l'exemple qu'elles fournissent de la transformation d'un être humain en surhomme. Car, dans les archives, Napoléon perd vite toute spécificité individuelle pour devenir le prototype du héros passe-partout. On s'éloigne vite de la biographie historique pour voguer vers les rives de la biographie héroïque ou épique si prisée dans la tradition orale de tout temps. La mythification de Napoléon commentée en France par Paul Sébillot s'observe donc également, à échelle réduite, dans ces archives :

Napoléon Bonaparte devint peu à peu une espèce d'être surhumain, auquel le peuple constitua une légende, faite d'emprunts à d'anciens personnages, qui eux-mêmes avaient hérité des circonstances merveilleuses que la tradition a de tout temps attribuée aux héros légendaires (Sébillot, 25).

  • 1 Ce qui, soit dit en passant, l'aurait sûrement gratifié étant donné que, comme l'indique François F (...)

10Notons tout d'abord qu'il est doué d'une force physique exceptionnelle : il est même comparé à un bœuf (1264/558) ! De même, après une bataille lorsque ses compagnons tombent de fatigue, Napoléon, nous dit-on, n'a point besoin de sommeil et va jusqu'à prendre la place d'une sentinelle qui s'était endormie (11/243-4, 202/225-6). Son activité guerrière est constamment mise en lumière (191/230). L'odyssée que fut sa vie est présentée de façon épique en deux volets : essor et chute, le héros promu et sitôt déchu (O hOgáin, 1985). En dehors de ce parcours classique, Napoléon possède dans ces archives toutes les autres qualités du héros mythique. Dans ce contexte, chose significative : il est fréquemment représenté en compagnie d'autres grands personnages historiques (Cromwell 191/230), épiques (Alexandre le Grand) ou mythologiques (Hélène de Troie, Hector, 109/28)1. De sorte que, entouré des géants du passé, Napoléon finit assez vite par leur ressembler. Côté caractère, son courage et son audace écrasent l'ennemi. Il est le plus vaillant de tous, capable de vaincre des forces bien supérieures aux siennes : motif du petit David qui écrase le grand Goliath :

Three powers of Europe when combined I fought them in
one field.
I fought them three days, ten to one, like a hero stout and
true (96/177-8).

11Que tout ceci figure dans le "portrait-robot" du grand guerrier ne surprendra personne. Au-delà de ces qualités, pourtant, se dessinent d'autres attributs moins attendus chez le grand militaire que fut Napoléon et qui relèvent moins d'une historicité vérifiable que de l'imagination et même des besoins des conteurs : douceur, compréhension, manque d'agressivité. Sans que les conteurs ressentent le besoin de le dire ouvertement, on entend clairement leur message : Napoléon dépasse de loin les autres grands hommes auxquels la patrie est (ou n'est pas !) reconnaissante : il est tout ce qu’eux ne sont pas. Dans l'anecdote apocryphe (11/243-4, 202/225-6) du veilleur de nuit qui s'endort (le malheureux se réveille au bout de quelques heures pour découvrir que Napoléon qui, lui, avait à la limite plus besoin de sommeil à ce moment-là que cette sentinelle, a pris sa place pour le laisser récupérer), un chef "normal" aurait été fâché : Napoléon, lui, est toute compréhension ; un chef "normal" aurait même réagi par la violence physique : Napoléon, lui, ignore de telles réactions indignes : il se comporte non comme l'homme de guerre qu'il fut mais comme un meneur d'homme moderne, idéal, soucieux de son personnel et de leur bien-être. S'esquisse ici comme en filigrane le motif du "mirabilia" et spécifiquement celui du "monde à l'envers" si apprécié non seulement dans ces archives mais partout dans la littérature populaire depuis la nuit des temps.

12Et là, on l'aura deviné, Napoléon commence à s'apparenter - sans que cela soit avoué ouvertement - au personnage du héros suprême pour ces conteurs et leur public, le Christ. D'ailleurs, il y a comme des échos bibliques ici dans les paroles et dans les gestes de Napoléon : il refuse de blâmer la sentinelle (11/243-4, 202/225-6), tout comme le Christ dans l'épisode de la femme adultère à qui il dit, tout simplement : "Va ton chemin et ne pèche plus" (Jean 8 : 11). Tout comme le Christ, Napoléon est trahi, d'après ces archives, par un homme qui paya très fort le prix de sa perfidie : un certain Castlereagh qui mit fin à ses jours en se tranchant la gorge, tout comme Judas se donna la mort en se pendant

For British gold my cause was sold to a man upon that day, He got no recompense since he cut his own throat, his name was Castlereagh (96/169-70).

13Et l'on n'est point étonné d'entendre dire de la bouche d'un voyageur français en Irlande en 1846, un certain J. J. Prevost (Prévost, 1846, 126), cité dans l'index de ces archives, que Napoléon n'est point mort, qu'il ne tardera pas à revenir. Voici comment Paul Sébillot rapporta cet incident :

Vers 1840, un Français [de Napoléon] trouva des traces en Irlande : Un turf-cutter lui dit : Le véritable Napoléon, n'est pas mort. Celui qui s'est rendu aux Anglais, celui qui a été exilé à Sainte-Hélène et dont vous avez vu le convoi à Paris n'était pas le vrai Napoléon : mon père le savait bien et me l'a dit maintes fois : L'Empereur est caché dans un lieu impénétrable d'où il ne sortira que quand les temps seront venus. C'est un de ses généraux qui lui ressemblait beaucoup, qui en 1815 s'est livré à sa place (Sébillot, 391-2).

14L'on ne peut s'empêcher de penser au passage de l'Évangile où les trois femmes qui visitent le tombeau du Christ le dimanche de Pâques y croisent un ange qui leur annonce que, loin d'être mort, le Christ est ressuscité (Jean 20). Le héros plus fort que la condition humaine, le héros qui se moque de la fatigue, le héros qui défie la mort : motif fort répandu (on aurait dit la même chose sur la mort de Barberousse et de Charles le Téméraire) et dont l'avatar le plus célèbre dans l'imaginaire irlandais est Bonny Prince Charlie qui allait revenir nous libérer, persistaient d'aucuns, de bien longues années après sa disparition.

  • 2 Voir, par exemple, l'allocution de feu le Président François Mitterrand devant les deux chambres du (...)

15Point n'est besoin de souligner la francophilie évidente de ces passages, attitude qui colore d'ailleurs une bonne partie de la littérature en langue gaélique à l'époque (Buttimer, 1994, 181), et qui induit parfois en erreur nos contemporains en leur suggérant qu'il en fut toujours ainsi2. Mais il faut avouer et même souligner que cette francophilie de la part des Irlandais est loin d'être unanime dans ces textes dont la complexité fait écho à l'immense complexité du personnage de Napoléon lui-même. La même méfiance de l'étranger, voire la nette hostilité à son égard qui saute aux yeux dans d'autres textes illustrant la mentalité du petit peuple de l'époque, se retrouve également ici. Attitude parfois ambivalente qui transforme Napoléon en "perdant", un Napoléon vaincu et emprisonné, qui plus est par les Anglais, un Napoléon mort, peut-être. Cette déchéance de l'ancien héros est ici accentuée par une comparaison inattendue mais fort significative qui le range parmi les animaux plutôt qu'au côté d'Alexandre, d'Hector et d'autres titans : ici, c'est Napoléon lui-même qui se lamente : "On m'a vendu comme on vendrait un bœuf au marché de Smithfïeld" (1264/558). Ailleurs, Napoléon devient non seulement une malheureuse victime il est carrément celui par qui le malheur arrive. Un passage en gaélique provenant du comté de West Kerry rappelle la fortune que gagnaient jadis les tisserands de la région grâce à leurs denrées qu'ils exportaient du port de Dingle vers l'Espagne, avant d'être ruinés du jour au lendemain probablement par le blocus économique instauré par Napoléon et qui coupa court à toute activité commerciale entre ces deux régions de l'arc atlantique. Vient ensuite ce couplet en anglais :

The looms are quite idle
Since Bony went down (22/492).

16Autrement dit, Napoléon serait responsable, volontairement ou non, de la ruine des tisserands. Un autre passage en gaélique met en scène, telle une "pièta" riche de signification religieuse, une femme (anonyme mais qui ne peut être que Marie Louise d'Autriche) et son fils qui s'avère être Napoléon II. La mère a peur que son fils ne suive le même chemin que son père, Napoléon Bonaparte, qui se trouve, à ce moment précis, emprisonné et peut-être mort sur l'île de Sainte-Hélène (1018/14-6). Elle ne veut pas imaginer son fils "pris et en captivité pendant toute sa vie, sans pitié, sans merci, sans un homme qui préparerait son corps défunt ni une femme qui le pleurerait au moment de sa mort en terre étrangère" (1018/15). Ainsi, rejeté par sa femme en tant que modèle pour leur fils, Napoléon devient l'objet d'un vote de méfiance d'une de ses intimes. Dans un texte en anglais, le narrateur va jusqu'à imaginer les Irlandais s'alliant avec Wellington et les Anglais pour vaincre Napoléon :

Around each shore our guns shall roar like rattling
thunder's beal [peal ?]
And our foes shall dread our British lead and the sons of
Granuale (96/193).

17On trouve également d'autres références à des Irlandais qui auraient combattu avec acharnement jusqu'à la mort contre les forces de Napoléon, par exemple au côté de Nelson dans la bataille de Trafalgar (52/189) ou encore dans la bataille de Waterloo où l'un des généraux anglais, un certain Gough, habitant du comté de Galway, aurait eu comme aide-de-camp un Irlandais dévoué, astucieux et particulièrement meurtrier (404/482). Autrement dit, Napoléon et les Français seraient cette fois devenus franchement les ennemis des Irlandais. Ainsi va-t-on même jusqu'à accuser Napoléon de cruauté (96/195,/198), de persécution et de tyrannie (96/195) (Lobo, 1997, 223-5). Et pour comble, après la défaite de Napoléon, Wellington (né en Irlande) s'adresse à son ancien ennemi, dans des vers plutôt boiteux :

I really think such wanton pride do [sic] not become you here

With your lawless band out of this land I will them quickly
clear
Your ill gotten gains wont prosper long and so what
happened you
Just vengeance did you overtake on the plain of Waterloo
(96/ 169)
Now Irishmen all danger o'er Napoleon is gone to rest
While I'm alive and do survive in peace we will be blessed
(96/196).

18Le moins que l'on pourrait en déduire, c'est que ces quelques textes sèment le doute sur la soi-disant amitié franco-irlandaise sans faille depuis la nuit des temps, pour la renvoyer parmi d'autres clichés culturels.

19Quelques remarques s'imposent. D'après ces textes, il est clair que le fait d'habiter une région rurale, voire reculée (comme le Connemara ou le West Kerry), d'avoir comme langue maternelle une langue "marginale" (comme le gaélique) et d'exercer un métier plutôt humble (agriculteur, pêcheur, tisserand, ramasseur de tourbe) était loin de constituer un obstacle à la dissémination dans la communauté sous discussion ici des nouvelles de la vie politique en Europe continentale. Dans une étude fort intéressante, le professeur Cornelius G. Buttimer s'est penché, inter alia, sur le cas d'un petit commerçant d'un quartier populaire de la ville de Cork, un homme "sans importance" qui, à l'aube du dix-neuvième siècle, nous a laissé lettres et autres documents en gaélique où il est partout question des dernières actualités politiques en France (Buttimer, 1990, 107-19). De même, dans les archives étudiées ici, on est frappé par le vif intérêt porté par les conteurs aux actualités politiques de tous genres et par leur évident désir de se tenir au courant de la vie politique en Europe continentale. Ils avaient été d'ailleurs fortement sensibilisés à la vie politique européenne par les arrivées de troupes françaises sur la côte irlandaise à la fin du siècle précédent qui font l'objet d'une attention passionnée dans ces documents.

20Quant aux sources de leurs informations sur Napoléon et son destin, on en a un petit aperçu dans un des textes : une chanson en gaélique fait allusion à la "gazette" (c'est le terme employé) qui vient d'arriver du port et qui apporte les dernières nouvelles de la vie politique sur le Continent. Ce qui rejoint l'analyse du professeur Buttimer pour qui les nouvelles politiques du jour (début du dix-neuvième siècle) auraient été véhiculées par des journaux tels The Freeman's Journal, The Cork Journal et The Cork Mercantile Chronicle (Buttimer, 1994, 178-89).

21On est parfois surpris de voir où exactement dans ces archives se trouve une bonne partie de ces références à Napoléon : par exemple, dans des chansons, sous forme de vers de poésie (22/492, 48/100-, 98/194-6, 109/28, 191/230,) ou - chose inouïe ici - dans une petite pièce ou plutôt une série de monologues dramatiques (96/169-206) alors que la majeure partie de l'archive en question est en prose. Autrement dit, ces textes retiennent une voix, une oralité inévitablement perdue ailleurs dans un corpus qui est essentiellement une œuvre écrite. Autre élément inattendu : ces textes sont parfois rédigés entièrement ou en partie en langue anglaise, des îlots d'anglais dans un océan majoritairement gaélique (52/189, 1018/14). Pourrait-on suggérer que, consciemment ou non, ces diverses ruptures qui, dans ces archives, situent Napoléon en dehors de tout discours "normal" ne font que souligner le "locus" qu'il habite en tant qu'homme politique : un colosse qui a bouleversé le déroulement "normal" de l'histoire, quelqu'un qui n'a ni su ni voulu se plier aux exigences des normes et qui a fait éclater l'histoire de la vieille Europe pour la réinventer à sa façon ?

22Il est également intéressant de replacer ces quelques textes où figure Napoléon dans un contexte plus large au sein de ces archives. Ainsi constate-t-on qu'ils sont parfois insérés dans des ensembles qui n'ont rien à voir avec lui ni avec la politique en général : dans des chansons qui font l'éloge d'une femme (109/28) ou d'un bateau (191/230), ou tout droit après l'indication de remèdes contre les verrues (juste avant les monologues qui commencent 96/161), ce qui ajoute au côté quasisurréaliste de ces textes ; "in aimsir Napoleon" ("au temps de Napoléon") ou encore "anois ó cailleadh Boner" ("depuis la mort de Napoléon" 85/332), dit-on, pour situer un événement qui lui est complètement étranger. Autrement dit, il devient un repère pour aider ces conteurs à mesurer le temps, digne successeur d'autres points de repère comme les débarquements français en Irlande à la fin du dix-huitième siècle et qui donnèrent lieu chez ces mêmes conteurs à des phrases similaires telles "au temps des Français" et "en l'année des Français". Napoléon, qui avait dominé l'espace, domine maintenant le temps : pour ces conteurs, sa domination spatiale se double d'une relative domination temporelle.

23Il est probablement significatif que, dans le questionnaire rédigé par Seán O Súilleabháin, Napoléon précède immédiatement son contemporain, Daniel O'Connell (1775-1847). On serait tenté de postuler que l'évocation de Napoléon fonctionne donc ici comme une sorte de prologue nécessaire préparant l'irruption sur scène du colosse, O'Connell (Uí Ogáin, 1995). On pourrait même avancer que le portrait dressé du Petit Caporal constitue une sorte d'ébauche, de pré-texte à l'entrée en scène du Libérateur qui lui ressemble étrangement mais dont les traits sont grossis, affermis. O'Connell serait-il donc une sorte de Napoléon indigène, et Napoléon un O'Connell d'outre-Manche ?

24Force est de constater que dans ces textes Napoléon, n'est peutêtre que prétexte à tout autre chose. Souvent, ces anecdotes sont au fond des "mirabilia", des récits intemporels du monde à l'envers, des variantes de petits récits qui ont de tout temps trouvé faveur auprès d'un public, un public toujours friand de divertissement : un petit Irlandais anonyme qui sauve la vie à son général à la veille de la bataille de Waterloo et qui reçoit en récompense la main de la fille du général (variante de la main de la fille du roi ou de l'empereur !), une promotion au grade de capitaine et un secrétaire pour l'aider dans son travail puisque lui était analphabète (404/482-4). On devine la satisfaction du public qui avait besoin de rêver et de partager le succès de leur compatriote anonyme, ne fusse-ce que de seconde main. Ou bien ce public se laissait-il aller à rêver en pensant à ce qui aurait pu être, la contemplation de ce qui s'appelle maintenant "l'histoire virtuelle", le succès manqué de leur confrère catholique qui manqua de si peu transformer le monde et sauver les malheureux, les damnés de la terre. Comme ce fut aussi le cas à la fin du siècle précédant lorsque d'autres Français se trouvèrent empêchés de débarquer à Bantry et de changer, peut-être, le cours de l'Histoire... pour cause de mauvais temps (Murphy, 1997 ; Tyrrell, 1997, surtout 25-47). D'où, dans la bouche de ces conteurs, un occasionnel arrière-goût d'amertume, de frustration à la pensée qu'ils faillirent plus d'une fois décrocher "le gros lot".

25Parfois ces textes où il est question de Napoléon sont le point de départ d'une illustration d'un aspect de la condition humaine, par exemple le paradoxe de l'amour qui peut conduire à la mort. Ainsi nous assistons à un petit drame où la mère de Napoléon II envisage d'empoisonner son fils bien-aimé plutôt que de le laisser suivre le même chemin que son père, une mère donc qui serait prête à tuer son fils pour le sauver (1018/14). L'amour plus fort que toute logique, situation humaine digne d'une tragédie grecque. Parfois ces textes ne sont finalement que la toile de fond à une réflexion de la part des conteurs sur leur propre situation économique (motif ancestral de la misère du temps actualisé par l'exemple de la ruine des tisserands à Dingle 22/492) ou politique ainsi qu'une interrogation sur leur avenir collectif. Ainsi, est-on frappé par l'omniprésence du motif de la trahison dans la mise-en-scène de l'histoire de Napoléon. Les conteurs l'imaginent victime de multiples actes de trahison de la part des siens, de ses compatriotes (Grouchy 1264/558, Ney 96/194) et de sa famille (ses filles et sa femme). Motif mythologique par excellence, bien sûr, doublé d'un motif biblique de premier ordre : on l'imagine vendu pour de l'or ("gur díoladh ar ór ár mBónapart", "for British gold my cause was sold" 96/169) et spécifiquement troqué contre une chaîne en argent et en or (1264/558), ce qui rappelle immédiatement les pièces d'argent pour lesquelles Judas avait trahi le Christ.

26Devine-t-on dans le sous-texte une interrogation sur le motif de la trahison des proches, motif qui dans les années trente, au moment de la collecte de ce matériel, une petite dizaine d'années après la Guerre Civile et l'assassinat de Michael Collins, peut-être par un des siens, devait résonner de façon significative dans l'esprit des conteurs et de leur public ? Le moins que l'on puisse dire de ces exemples, c'est que, de déclencheur de l'action ou de la réflexion, Napoléon finit par disparaître dans les coulisses : il n'existe guère plus.

27Autre élément de réflexion sous-jacente, peut-être, pour ces conteurs et leur public : le "Petit Caporal", catholique, originaire d'une petite île au large de l'Europe, ennemi héréditaire des Anglais mais qui réussit un instant à arrêter le rouleau-compresseur de l'Empire britannique, un marginal qui épouse la fille d'un empereur et passe du côté de la culture dominante, qui s'empare du pouvoir pour couper le souffle aux grands de ce monde représente-t-il pour les marginaux et les déshérités qui nous ont laissé ces archives la réalisation momentanée de leurs rêves inavoués ? L'on pense à la fiérté nationale et individuelle des Irlandais lorsque "l'un des leurs", John F. Kennedy, descendant d'émigrants miséreux, devint au siècle suivant Président des États-Unis. La contemplation de la fulgurante réussite de Napoéon a dû leur fournir du réconfort pour le présent et de l'espoir pour l'avenir. Tout comme sa chute finale a dû, paradoxalement, les consoler aussi : après tout, si l'Empereur des Français n'avait pas sû vaincre la Perfide Albion une fois pour toutes, alors eux, comment auraient-ils pu le faire à sa place ?

28Napoléon source à la fois d'espoir et de résignation, annonciateurs de lendemains qui allaient chanter et preuve en même temps que finalement l'on ne peut jamais rien contre les Anglais, "locus" où le passé rejoint le présent pour préfigurer l'avenir. Napoléon alpha et oméga. C'est pourquoi le portrait qui en est dressé dans ces incomparables archives incite à dire (n'en déplaise à Voltaire !) que si Napoléon n'avait pas existé, il aurait fallu l'inventer.

29Je voudrais remercier très chaleureusement le professeur Bo Almqvist, Département du Folklore d'Irlande, University College, Dublin, de m'avoir accordé l'autorisation d'utiliser les archives de la Commission du Folklore d'Irlande.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Buttimer, Cornelius G., 1990. "A Cork Gaelic Text on a Napoleonic Campaign". Journal of the Cork Historical and Archaeological Society, xcv/254, 107-19.

— 1994. "Degrés de perception de la France dans l'Irlande gaélique de la pré-famine, 1700-1840". Irlande et Bretagne : Vingt ans d'histoire (textes réunis par Catherine Laurent et Helen Davis). Rennes : Terre de Brume Éditions, 178-89.

de Paor, Liam, 1993. Saint Patrick's World. Dublin : The Four Courts Press.

Furet, François, 1982. L'Atelier de l'Histoire. Paris.

Lobo, Catherine, 1997. "Le fantasme napoléonien dans les relations anglo-irlandaises 1803-1815", L'Irlande imaginaire et représentation (textes réunis par Godeleine Logez-Carpentier). Lille : Presses de l'Université Charles-de-Gaulle/Lille III.

Millar, Eileen Anne, 1977. Napoleon in Italian Literature 1796-1821. Rome : Edizioni di Storia e Letteratura.

Murphy, John A. ed., 1997. The French are in the Bay : The Expedition to Bantry Bay 1796. Cork : Mercier Press.

Neville, Grace, 1997. "Le regard des Irlandais sur la France et les Français dans la tradition orale en Irlande". Le Même et l'autre : Regards européens (textes réunis par Alain Montandon). Clermond-Ferrand : Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l'Université de Clermont-Ferrand, 45-55.

Uí Ogáin, Ríonach, 1995. Immortal Dan : Daniel O'Connell in Irish Folk Tradition.

O Giolláin, Diarmuid, 1987. " Myth and History : Exotic Foreigners in Folk-Belief'. Temenos : Studies in Comparative Religion, xxiii, 59-80.

O hOgáin, Daithí, 1985. The Hero in Irish Folk History. Dublin : Gill and Macmillan.

O Súilleabháin, Seán, 1970 [1942]. A Handbook of Irish Folklore. Detroit : Singing Tree Press.

Prévost, J. -J., 1846. Un Tour en Irlande. Paris : Amyot, 126.

Sébillot, Paul, 1891. "La Légende napoléonienne". Revue des traditions populaires, vi, 385-92.

Tyrrell, John, 1997. "The Weather and Political Destiny" dans John A. Murphy ed., 1997. The French are in the Bay : The Expedition to Bantry Bay 1796. Cork : Mercier Press, surtout 25-47.

Notes

1 Ce qui, soit dit en passant, l'aurait sûrement gratifié étant donné que, comme l'indique François Furet, lorsque les Révolutionnaires de 1789 et, plus tard, Napoléon lui-même, revoyaient et corrigeait l'histoire à leurs propres fins, ils privilégiaient - plutôt que l'histoire récente - l'histoire ancienne de la Grèce et de Rome.

2 Voir, par exemple, l'allocution de feu le Président François Mitterrand devant les deux chambres du Parlement irlandais, Dublin, 1988. Je voudrais remercier mon ancienne étudiante, Louise Tobin MA de m'avoir fourni une copie de ce discours.

Auteur

University College Cork, Ireland

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter