Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande Vision(s) / Révision(s)

 | 
Martine Pelletier

Visions de paix

Maurice Goldring

Texte intégral

1Dans un conflit qui met aux prises dominants et dominés, la paix, pour les dominants est la poursuite de leur domination. La paix, c'est le passé ou le présent, toute vision d'avenir est inquiétante. La résistance ou la rebellion sont considérées comme des actes de guerre. La révolte des dominés ne peut se produire que par la vision d'un autre monde possible. En Irlande, les protestants avaient le pouvoir et les catholiques en étaient privés. Pour les protestants, tout ce qui modifiait ces relations de pouvoir était menaçant, les catholiques cultivaient la nostalgie d'un passé mythifié ou imaginaient dans l'avenir, un monde où ces relations de pouvoir allaient être brisées.

  • 1 Leader de l'Uster Unionist Party, élu après avoir manifesté aux côtés de Paisley pour le droit des (...)
  • 2 Le conseiller de L'Derry du Democratic Unionist Party. Entretien avec Patrice de Beer, "Martin McGu (...)
  • 3 Déclaration signée P. O'Neill, Irish Republican Publicity Bureau, Dublin An Phoblacht, 20 juin 1996
  • 4 Gerry Adams, "Specific, Unconditional Guarantees Now Needed to Rebuild Peace Process", Irish Times,(...)
  • 5 Entretien avec Patrice de Beer, "Martin McGuinness", Le Monde, 3 février 1995.

2Pendant la guerre, toutes les énergies sont mobilisées dans le but de vaincre l'adversaire. Le compromis est considéré comme impossible. David Trimble1, déclare à la conférence annuelle de son parti : "un compromis entre unionisme et nationalisme n'est ni possible, ni souhaitable "(Kent, 14)."On ne négocie pas avec Hitler ou Pol Pot, on l'écrase" déclare Gregory Campbell2. La position républicaine est parfois exprimée moins brutalement, mais sur le fond, elle est identique. La paix ne peut être obtenue que par la victoire, la victoire étant le retrait des Britanniques de l'Irlande du Nord et la réunification de l'île. Pour les unionistes, la défaite est la fin de l'Union avec la Grande-Bretagne. La victoire, c'est le maintien de cette Union. Comme l'affirmait un slogan d'après le cessez-le-feu, "Twenty-five years and we're still British !". Les républicains partagent ce point de vue. Pour ce qu'ils appellent une "paix durable", il faut que le gouvernement britannique place les droits démocratiques du peuple irlandais tout entier avant ses intérêts égoïstes3. Le peuple irlandais a le droit absolu à l'autodétermination, et donc les unionistes ne peuvent se voir attribuer un quelconque droit de veto sur ce droit absolu. Comme John Major a refusé de s'engager dans cette voie, il est responsable de la reprise des opérations militaires du 9 février 1996, suivie d'une bombe à Manchester le 15 juin de la même année4. Comment convaincre un million de protestants obstinés ? C'est tout simple, selon Martin McGuinness : Londres n'aurait qu'à annoncer son intention de quitter le Nord d'ici cinq à dix ans pour que les unionistes, dos au mur, soient contraints de négocier5.

  • 6 Gerry Adams, Irish Times, 14 mars 1996.
  • 7 "Tone did not view democracy in those narrow terms of ballot-box mechanics of which self-appointed (...)

3La manière dont les républicains conçoivent les unionistes est une vision de guerre parce qu'elle implique avec obstination l'élimination au moins symbolique de l'adversaire alors que le passage du militaire au politique exige que l'adversaire soit inclus dans la solution. Or les unionistes sont niés dans leur existence même, ne peuvent être que de malheureux abusés à qui il faut montrer la lumière. Les difficultés des négociations sont toujours attribuées au gouvernement britannique, jamais à une quelconque autonomie politique des protestants. Leurs positions sont présentées par Gerry Adams comme "a useful mechanism for the British to hide behind"6. De telles affirmations effacent les meilleures intentions affirmées. On affirme qu'on n'exilera pas ceux qui se considèrent comme des sujets britanniques. Est-ce à dire qu'on aura le pouvoir de le faire ? Au contraire, nous en avons besoin, une société irlandaise pacifiée, juste et réunifiée doit inclure les protestants qui sont nos frères et soeurs (Adams, 1989). Ils garderont leur libertés civiques et religieuses, mais pas celle de décider à quel pays ils doivent leur citoyenneté. Ils doivent être "convaincus". Et si la majorité n'est pas d'accord, aucune importance. Tone est appelé en renfort, il ne concevait pas la démocratie en termes étroits d'une mécanique électorale aujourd'hui fétichisée7.

  • 8 Conor Cruise O'Brien, "Twentieth Century Witness : Ireland's Fissures and my Family's", in Atlantic (...)

4Les positions qui sont ainsi figées remontent à la partition. Les nationalistes de tout bord considéraient la partition comme une trahison, comme la capitulation devant la force. Il ne leur venait pas à l'idée que la détermination d'un million de protestants d'Ulster de rester à l'intérieur du Royaume-Uni représentait une quelconque force morale. Symétriquement, les unionistes ne concevaient pas non plus la détermination des trois millions de nationalistes pour le Home Rule comme une force morale. Chaque communauté méprisait les motivations des adversaires et l'idée qu'ils possédaient une force de conviction, des valeurs, ne leur venait pas à l'esprit8. Malgré ces déclarations outrancières, la guerre est considérée unanimement comme "anormale". Il n'y a pas de discours directement bellicistes en Irlande du Nord. Tout le monde est pour la paix. Même les combattants se présentent comme des soldats de la paix. Les soldats des organisations paramilitaires voudraient bien rentrer chez eux et transformer les mitrailleuses en charrue et le semtex en pâte à modeler. Pour les uns, la paix est impossible tant que certaines conditions ne sont pas satisfaites, pour les autres, ces conditions existent déjà ou peuvent être créées par le dialogue et la négociation, il faut donc déposer les armes.

  • 9 Submission to the Northern Ireland Office on the Question of Political Prisoners and Prisons, Storm (...)

5Le cessez-le-feu a permis pour la première fois depuis longtemps, de rêver à une autre société possible. "Bravery and vision are required if we are to transform the sectarian mindset to that of tolerance and understanding"9. David Trimble intitule un article dans the Irish News "Vision for All-Party Talks".

6Comme tout le monde est pour la paix, les visions de paix font elles-mêmes partie du conflit. N'oublions pas que ces "visions" nouvelles qui apparaissent sont le résultat de vingt-cinq années de conflits, et de la conscience qu'il n'est pas possible de revenir à la case départ, ni à une Irlande traditionnelle dans la République, ni une Irlande protestante au Nord.

7Après une longue période où chaque partie de l'Irlande défendait et justifiait l'état qui était sorti des affrontements de 1919 à 21, chaque partie est engagée dans une réflexion critique et autocritique et veut rendre son territoire habitable par tous, donc rendre son territoire pluraliste. Mais le pluralisme respecte les territoires, il n'abolit pas la partition.

  • 10 Report of the Constitution Review Group, Dublin Stationery Office, 1996.

8Du côté nationaliste émerge avec force une vision pluraliste qui permettrait la coexistence pacifique des "deux traditions". Après l'indépendance, l'Irlande s'est divisée et un état catholique a vu le jour au Sud. Dans l'État irlandais, les changements dans l'opinion sont importants et le sens de l'identité nationale s'est modifié. La modernisation de l'économie, la laïcisation et la libéralisation des mœurs ont permis que se développe "a sense of the need for the Irish identity and Irish nationalism to be pluralist and inclusive" (FitzGerald, 2-7). Ce changement, poursuit FitzGerald, s'est manifesté notamment par l'acceptation, par les principales forces politiques de la République, et par la majorité du peuple irlandais, de ce qui a été si longtemps clairement refusé aux protestants du Nord : "the need for consent of a majority in the North to political reunification". Cette révision du nationalisme irlandais pour inclure les "deux traditions" était un préalable pour que les unionistes puissent être suffisamment rassurés pour envisager un accord à l'intérieur de la province et aussi entre le Nord et le Sud. Cette évolution a abouti à la création d'un groupe de réflexion "The Constitution Review Group" qui a publié son rapport en mai 199610. Les discussions portent sur les articles 2 et 3 définissant le territoire, mais aussi sur les célèbres articles 40-1, sur les différences sexuées, la place des femmes dans la famille, dans la société et dans l'emploi. Aucune décision n'a été prise, mais on peut bien entendu ajouter dans cet ensemble toutes les discussions sur la laïcisation de la société irlandaise, les lois et les référendum sur le divorce et l'avortement, où toutes les discussions portaient sur une certaine vision de l'avenir, et faisaient référence à une possible réunification. Encore qu'on puisse avoir un doute : est-ce que le conflit au Nord et la perspective de réunification sont des facteur majeurs de modernisation, où bien n'interviennent-ils que comme éléments extérieurs, références commodes pour l'argumentation ? On peut estimer aussi que le conflit a un moment renforcé le retour aux clivages historiques. Le pluralisme n'est pas forcément réunificateur et la réunification comme perspective politique n'est pas forcément pluralisante. Il est difficile de mesurer aussi l'effet de la modernisation sur le Nord protestant (ou catholique). L'Irlande théocratique et conservatrice était une excellente justification du choix effectué en 1920. L'Irlande laïque et moderne doit manifester sa laïcité et son modernisme en renonçant à toute prétention à "l'annexion" du Nord. Nous ne voulons pas vivre dans un pays clérical qui soutient les assassins de l'IRA disent les unionistes. Nous aimerions bien des voisins tolérants, mais rigoureux à l'égard des assassins. Nous pourrions alors nous y promener en touristes. Mais l'intolérance et la rigueur sont toujours mesurées par les critères internes. Tout discours qui souhaite la réunification est considéré comme intolérant et comme un encouragement direct ou indirect à l'égard de ceux qui chez nous veulent nous réunifier par la force meurtrière.

9Le processus de paix et le début d'un dialogue, même difficile, a contraint aussi les unionistes à dessiner les contours d'une société rêvée. David Trimble a commencé lentement cette évolution. Après avoir accepté certains compromis de la commission Mitchell, il envisage un Bill of Rights, des assemblées et un exécutif fondé sur la représentaton proportionnelle. Peut-être encore plus important : il envisage de couper le cordon ombilical de l'UUP avec l'Ordre d'Orange. Actuellement, selon les statuts, l'Ordre dispose de délégués d'office au congrès annuel du parti, ce qui le rend statutairement sectaire (Kent, 14-15). On notera le retard par rapport au Broedersbond d'Afrique du Sud qui a ouvert ses rangs aux noirs et aux femmes.

  • 11 "David Trimble's Vision for All-Party Talks", The Irish News, 17 mai 1966.

10La "vision de paix" de David Trimble se trouve assez clairement exposée dans un message au lectorat catholique sous le titre "Vision for All-Party Talks". La paix relative qui règne nous donne une idée des possibles. Nous jouissons d'une plus grande liberté de mouvement, d'un plus grand sentiment de sécurité. La paix donne la perspective d'une prospérité économique. En somme, avec une paix durable : "nous pourrions créer une bonne société dans laquelle tous seraient heureux de vivre"11. Au cœur de cette vision se trouve le maintien de l'Union. La paix, ce n'est pas la paix à tout prix. Nous ne sommes pas prêts à échanger les bienfaits de l'identité britannique contre les bienfaits de la paix. C'est la meilleure issue pour tous. Dans l'Union, nous sommes plus prospères, le niveau de vie en Irlande du Nord est plus élevé que celui de la République. Les niveaux des services publics sont bien plus élevés.

11Il est vrai que nous vivons tous dans un environnement culturel britannique. Mais le propre de cette culture britannique est qu'elle est assez large pour inclure les "autres" identités, les autres aspirations. L'Irlande du Nord peut intégrer, s'adapter à des langues et des cultures différentes de la même manière qu'en Ecosse et qu'au Pays de Galles. En somme, elle est universelle, comme au bon vieux temps de l'Empire, elle est la référence unique, toute culture autre étant "particulière", spécifique, tribale, ethnique. On voit bien comment les rapports de force sont naturalisés et inclus dans la définition identitaire.

12David Trimble admet qu'il y a "un déficit démocratique". Mais ce déficit doit être comblé "à la britannique", non pas comme un jalon vers la réunification. La justice peut être assurée par les principes britanniques. La sécurité et les finances resteraient de la responsabilité de Londres, ce qui est une garantie de justice pour tous. "The Assembly will be operating within a policy framework set elsewhere". Chaque parti pourrait participer à tous les niveaux en proportion de ses résultats électoraux. Dans cette déclaration se lit une autocritique implicite des fautes passées (du déficit démocratique). On sait bien qu'en Irlande du Nord la démocratie ne passe pas simplement par le pouvoir de la "majorité" mais d'abord par les garanties données à la minorité. David Trimble admet ici, sans le dire explicitement, que le pouvoir de la majorité protestante en Irlande du Nord a été source d'injustice. Il propose donc que l'égalité, la justice, (fairness) soit assuré par des autorités extérieures : Londres (dans quelle mesure Londres est-elle une autorité extérieure pour la population nationaliste est une question en soi, étant donné l'histoire des relations entre Londres et l'Irlande du Nord). Et aussi l'Europe. Trimble souhaite que la Convention Européenne des Droits de l'Homme soit incorporée dans la législation de la province, et aussi que la convention européenne sur la protection des minorités soit aussi mise en œuvre. C'est par ce biais que la République d'Irlande pourrait poser des questions sur la protection des droits, comme tous les pays européens, et non pas par l'intermédiaire d'un organisme Nord-Sud comme dans l'accord de Hillsborough, ce qui lui accorderait un droit d'ingérence considéré comme insupportable.

13Nous verrons plus loin que cette "autocritique" est une composante indispensable de toute "vision de paix". Il existe entre les parties une histoire de domination, d'injustice, de meurtres, que le processus de paix ne peut pas effacer d'un trait de plume de n'importe quel accord, mais qu'il faut dire, non pas pour une "revanche" des victimes de tout bord, mais pour que le deuil de ces souffrances puisse s'accomplir.

  • 12 "PUP Opening Statement to the British Government, Bi-lateral Talks" 15 décembre 1994.
  • 13 PUP, Submission to the Northern Ireland Office Relating to Social and Economic Issues, 6 février 19 (...)

14Le Progressive Unionist Party (PUP)12 prend acte du principe de consentement (consent) pour l'avenir de l'Irlande du Nord. Malgré les oppositions irréconciliables entre nationalisme et unionisme, le mouvement général vers l'arène politique peut transformer le conflit armé en dialogue. Parmi les questions primordiales, la libération des prisonniers et les questions économiques (emploi, industrie) prennent les trois quarts de la déclaration du PUP. Prenant position contre la nouvelle droite sur les questions économiques et sociales13, le PUP réaffirme d'abord le principe de l'égalité de considération (parity of esteem), que tous soient traités de manière équitable, dans la dignité et la justice, sans considération de race, couleur, religion, opinion politique, âge, situation maritale, orientation sexuelle, capacité physique ou origine sociale. Le PUP souhaite une constitution écrite pour l'Irlande du Nord, comprenant un Bill of Rights reprenant les principes de la Convention Européenne des Droits de l'Homme. Pour combattre les atteintes à ces principes, une commission composée de huit juges, deux du Royaume-Uni, deux de la République d'Irlande, deux d'Irlande du Nord et deux des cours européennes. La culture et les arts doivent unir plutôt que diviser, le PUP s'oppose à tous ceux qui utilisent des aspects d'un héritage culturel commun pour servir des idéologies sectaires.

  • 14 PUP, Submission to the Northern Ireland Office on Policing and Related Matters, 13 mars 1995.
  • 15 PUP, Submission to the Northern Ireland Office on the Question of Political Prisoners and Prisons, (...)

15Pour le PUP, la question de la loi et de l'ordre est centrale14. Il faut une police qui reflète les divisions religieuses de la société, un contrôle indépendant de ses activités chargé de recueillir les plaintes, et une formation des policiers pour affronter leurs nouvelles taches. La question des prisonniers est elle aussi brûlante15. C'est la question de l'amnistie des crimes passés. Le PUP demande le pardon et l'amnistie, car la nouvelle période exige un esprit de pardon et de réconciliation. D'autant plus, insiste le PUP que "punir" les criminels directs, c'est d'une certaine manière oublier que toute la société a participé directement ou indirectement à ces conflits. "No one section of the community should be asked to carry the burden of guilt for the violence of the past twenty-five years". D'autant plus, ajoute le PUP, que les prisonniers ou les anciens prisonniers ont été les plus actifs pour transformer les organisations paramilitaires en partis politiques.

  • 16 "What is a credible ceasefire", Statement by David Trimble, 24 septembre 1994. UUP Home Page.
  • 17 Ibid.
  • 18 PUP, Submission to the Northern Ireland Office, 12 janvier 95.
  • 19 Ibid.

16Dans une situation de cessez-le-feu, où les opérations concrètes sont pratiquement réduites à rien, l'essentiel est ce qu'on dit de la guerre, puisqu'on ne la fait plus. Pour David Trimble "it is for Sinn Féin to find the words that would be credible [...] What we want to hear is that all forms of terrorism are over for good"16. Trouver les mots pour parler du passé, reconnaître les torts. Trimble est bien vague : "we have all suffered from mistakes made in the past "17. " No grouping can monopolise pain or tragedy"18 renchérit le PUP. Pourtant le même PUP est beaucoup plus clair, notamment sur le rôle de la police. L'Irlande du Nord, déclare-t-il, n'est pas une société normale et de cette anormalité est issue une forme de maintien de l'ordre anormale. "The RUC was born in violence and has always been used either as a political instrument of a political football". Et encore plus précis : "The long legacy of RUC actions and attitudes towards Catholic people has left a legacy of real bitterness and the Protestant community cannot hope to engage the Catholics in honest debate without an open admission to this reality". Or la RUC est incapable de mener ce travail. Elle a du mal à admettre ses erreurs. "They believe that their record is to be applauded by all but their politically-motivated enemies"19.

17On constate des avancées réelles qui créent de meilleures conditions pour le dialogue. Des idées inédites se font jour, au Nord et au Sud. On commence à reconnaître timidement les torts réciproques. On commence à envisager l'adversaire comme élément d'un dialogue et d'une solution possible, et non plus simplement comme un groupe qu'il faut absolument soumettre et écraser. Mais il faut bien constater que l'ensemble est encore bien timide. On ne trouve pas de vision de grande ampleur, de réflexion inspirée. Au mieux, ce qui est envisagé, ce sont deux territoires séparés où le pluralisme permettra d'éviter les exclusions les plus aiguës. L'élément le plus négatif est l'absence de vision de paix du côté républicain qui continue d'envisager la communauté protestante comme un groupe d'hommes qu'il faut soumettre à une volonté prétendument majoritaire. Le PUP est plus inventif mais reste une force politique marginale. L'Irlande du Nord a décidément du mal à sortir de son hiver.

18Frank Wright distinguait entre "paix" et "tranquillité" (Wright, 1987). L'absence de violence ne signifie pas la paix. Il y a au mieux un état de non-violence dû à une dissuasion mutuelle. Cet état de non-violence, qui se nomme parfois trêve ou cessez-le-feu, peut être provoqué par la fatigue des combattants ou par la supériorité écrasante de l'un des protagonistes. Il n'est pas la paix. Les craintes des uns et des autres subsistent et les relations restent marquées par l'antagonisme. La paix, dit Wright, est une situation où les actes de violence peuvent être traités et punis comme des actions individuelles qui relèvent de la justice. Les victimes d'un camp sont considérées comme les victimes de toute la société. Jusqu'aujourd'hui, les enterrements des victimes de la violence sont des enterrements communautaires. En Irlande du Nord, chaque camp enterre les siens, les deux camps ne partagent ni les deuils, ni les visions d'un avenir possible. Pour pleurer et pour rêver, chacun reste chez soi...

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Adams, Gerry, 1989. A Pathway to Peace, Cork, Mercier Press.

FitzGerald, Garrett. "Ireland in the next millenium", in Irish Studies Review, n° 17, Hiver 1996-97, 2-7.

Kent, Gary. "The Trimble Enigma", Times Change. Numéro 9, hiver 1996-97, 14-15.

Wright, Frank, 1987. Northern Ireland, a Comparative Analysis, Dublin, Gill & MacMillan.

Notes

1 Leader de l'Uster Unionist Party, élu après avoir manifesté aux côtés de Paisley pour le droit des Orangistes de parader où ils voulaient,

2 Le conseiller de L'Derry du Democratic Unionist Party. Entretien avec Patrice de Beer, "Martin McGuinness", Le Monde, 3 février 1995.

3 Déclaration signée P. O'Neill, Irish Republican Publicity Bureau, Dublin An Phoblacht, 20 juin 1996.

4 Gerry Adams, "Specific, Unconditional Guarantees Now Needed to Rebuild Peace Process", Irish Times, 14 Mars 1996.

5 Entretien avec Patrice de Beer, "Martin McGuinness", Le Monde, 3 février 1995.

6 Gerry Adams, Irish Times, 14 mars 1996.

7 "Tone did not view democracy in those narrow terms of ballot-box mechanics of which self-appointed champions of democracy today make a fetish". A Pathway 48.

8 Conor Cruise O'Brien, "Twentieth Century Witness : Ireland's Fissures and my Family's", in Atlantic Monthly, janvier 1994.

9 Submission to the Northern Ireland Office on the Question of Political Prisoners and Prisons, Stormont, 12 janvier 95

10 Report of the Constitution Review Group, Dublin Stationery Office, 1996.

11 "David Trimble's Vision for All-Party Talks", The Irish News, 17 mai 1966.

12 "PUP Opening Statement to the British Government, Bi-lateral Talks" 15 décembre 1994.

13 PUP, Submission to the Northern Ireland Office Relating to Social and Economic Issues, 6 février 1995.

14 PUP, Submission to the Northern Ireland Office on Policing and Related Matters, 13 mars 1995.

15 PUP, Submission to the Northern Ireland Office on the Question of Political Prisoners and Prisons, Stormont, 12 janvier 1995.

16 "What is a credible ceasefire", Statement by David Trimble, 24 septembre 1994. UUP Home Page.

17 Ibid.

18 PUP, Submission to the Northern Ireland Office, 12 janvier 95.

19 Ibid.

Auteur

Université de Paris VIII - Vincennes-St Denis

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter