Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande Vision(s) / Révision(s)

 | 
Martine Pelletier

Redéfinir l'Unionisme depuis les marges ?

Wesley Hutchinson

Texte intégral

1Nous nous proposons d'étudier le cas de deux formations politiques loyalistes, à savoir le Progressive Unionist Party (PUP) et le Ulster Democratic Party (UDP). Chacune de ces formations est "l'émanation" d'une organisation paramilitaire. Pour le PUP, il s'agit de la Ulster Volunteer Force (UVF) ; pour l'UDP, la Ulster Defence Association (UDA). Nous considérerons trois domaines principaux : premièrement la genèse de leurs programmes politiques ; deuxièmement leur rôle dans le "processus de paix" ainsi que leurs résultats aux élections de mai 1996 et, troisièmement leurs perpectives électorales à moyen terme. Avant de les aborder, il nous faut dire quelques mots sur l'histoire purement militaire des structures qui sous-tendent ces partis politiques.

I) Genèse des programmes politiques

1. L'historique militaire

a) L'UVF

2Commençons par l'organisation la plus ancienne, la Ulster Volunteer Force. Son histoire se décline en deux temps. La UVF fut créée par Carson en 1913 pour résister à la mise en application en Ulster du projet de loi sur l'autonomie pour l'Irlande. Au début de la Grande Guerre, elle intégra l'armée britannique en tant que la 36ème (Ulster) Division, son héroïsme à la bataille de la Somme faisant partie intégrante de l'idéologie unioniste. Déconsignés à la fin de la guerre, beaucoup de ses membres intégrèrent la Ulster Special Constabulary créée en 1920 pour contrecarrer la campagne de l'IRA.

  • 1 "Full circle for the U. V. F.?", Fortnight, 12 octobre 1975, 6.

3La deuxième phase de son existence commence en 1966 lorsqu'un groupuscule loyaliste s'octroie le sigle UVF et commence une série d'attentats contre des cibles catholiques et nationalistes. Aussitôt proscrite, elle s'imposa vite comme "the most feared, most anti-catholic and least predictable loyalist organisation."1 Pendant les années 70, elle fut associée à une série de meurtres particulièrement atroces commis par un groupe connu comme les "Bouchers du Shankill" (Dillon, 1989 ; Bruce, 1992, ch. 7). Elle resta une organisation d'une efficacité redoutable jusqu'au cessez-le-feu loyaliste déclaré en octobre 1994.

b) l'UDA

4La Ulster Defence Association fut fondée en 1971. Organisation de masse pouvant rassembler jusqu'à 40,000 membres au début des années 70, elle connut ses jours de gloire lors de la grève contre l'accord de Sunningdale en 1974. À l'origine, on ne prônait aucun rôle politique indépendant pour l'organisation qui devait se contenter de prêter main forte aux initiatives lancées par les hommes politiques en place. C'est cette ligne qui domine jusqu'en 1977, date du "remake" raté de la grève de 1974. Désormais, l'organisation se montrera plus réservée quant aux avances politiciennes, surtout celles de Paisley.

5L'histoire de l'UDA est également marquée par des formes de violence plus extrêmes commises sous le nom de plume de l'UFF (Ulster Freedom Fighters). C'est à cause des activités meurtrières de celle-ci que la UDA dans son ensemble fut finalement proscrite par Mayhew en août 1992.

2. Le processus de politicisation

6Les activités illicites et terroristes de ces deux structures les ont vite mises en opposition avec l'État qu'elles étaient censées défendre, le dilemme classique de ce que Steve Bruce appelle "pro-state terror" (Bruce, 1992a, ch. 11). L'aliénation qui résulte de cette contradiction se vit le plus intensément dans les prisons de l'État devenu ennemi. C'est en liaison avec le contexte carcéral que ces structures à but militaire vont acquérir des dispositifs idéologiques cohérents. Même si chacune des organisations va dégager sa propre ligne politique, celles-ci seront l'aboutissement d'un processus de prise de conscience sensiblement identique. Prenons à titre d'exemple la genèse de leur discours telle qu'elle est reflétée dans les déclarations des ex-membres de l'UVF, devenus chefs de file du PUP.

a) L'expérience carcérale comme creuset idéologique

  • 2 Extrait d'une "Election Communication from the Progressive Unionist Party in Northern Ireland" à l' (...)

7Au PUP, on joue la carte de la franchise quant à ses origines paramilitaires. Un de leurs pamphlets annonce : "We have never made any secret of our origins nor do we apologise for them."2 En effet, plusieurs des figures de proue de ce parti, notamment Gusty Spence, "folk hero" et éminence grise du PUP, et David Ervine, porte-parole officiel, ont fait jusqu'à dix-huit ans de prison pour des crimes politiques.

8L'incarcération de ces leaders marque une ligne de rupture avec l'unionisme traditionnel. Même lorsque l'unionisme a vécu sa première phase rebelle au début de ce siècle, il a réussi à éviter la criminalisation. Qui plus est, les "rebelles loyalistes" qui avaient rejoint l'UVF se sont métamorphosés en héros sur les champs de bataille de la Somme v Ce sacrifice on ne peut plus patriote leur valut l'approbation de l'État britannique qui montra sa reconnaissance par la création de l'Irlande du Nord. L'intégration d'un grand nombre d'ex membres de l'UVF dans les forces de l'ordre du nouvel État nord-irlandais renforça (pour certains) la légitimation a posteriori de ces rebelles devenus respectables.

9Or l'attitude officielle fut radicalement différente lors de la resurrection de l'UVF en 1966. En réponse à l'assassinat d'un catholique à Malvern Street dans lequel Spence sus-mentionné fut impliqué, l'Unioniste réformateur Terence O'Neill décida de proscrire l'organisation. Ainsi, par une sombre ironie, elle rejoignit l'IRA sur la liste maudite des groupes dissous. Dans la déclaration à Stormont annonçant cette proscription, O'Neill dit :

  • 3 Hansard (Irlande du Nord) 28 juin 1966, cité dans Bruce, 1992, 14.

Let no one imagine there is any connection whatever between [the authentic and original UVF] who were ready to die for their country on the fields of France, and a sordid conspiracy of criminals prepared to take up arms against unprotected fellow citizens.3

10La ligne est tracée ; l'unionisme, c'est-à-dire l'État nord-irlandais, exclut de son sein ceux qui se voient les détenteurs du graal du corps d'élite d'antan qui avait sauvé l'Ulster du nationalisme irlandais.

11Tous les leaders soulignent que leur expérience carcérale les a conduit à une réévaluation en profondeur de la signification de leur unionisme :

  • 4 "A Loyalist's view from the hub," entretien avec David Ervine accordé à Barry Whyte, The Belfast Te (...)

When you are arrested and locked up by those defending the status quo, like you, you are forced to think about the society you thought you were defending. You realise that everything in the garden wasn't rosy.4

12Cette réflexion leur aurait permis de dissocier leur conception de l'unionisme de celle des partis qui prétendent l'incarner. Leur analyse met en lumière une immense frustration par rapport à l'unionisme traditionnel dont les leaders sont dénoncés comme des carriéristes incompétents, indifférents aux problèmes quotidiens de la classe ouvrière loyaliste. Selon cette lecture de l'histoire, cette classe aurait souffert sous Stormont des mêmes abus de pouvoir que son homologue, la classe ouvrière catholique. Pour Spence :

  • 5 "Local hero reinvents himself," entretien de Gusty Spence accordé à Aileen OToole, The Sunday Post,(...)

The Old Stormont regime... was exclusive, divisive, corrosive and certainly abusive. We certainly suffered as much from it as did the working-class Catholics. We were born with this philosophy that unity is strength and divided we fall, yet we were living in slums.5

13Les loyalistes auraient accepté les pires conditions de logement et les bas salaires comme des sacrifices nécessaires à la préservation de l'Ulster constamment menacé par un complot nationaliste. L'autocritique va jusqu'à admettre que le protestantisme ouvrier s'est laissé berner par ce discours dénoncé comme manipulateur et alarmiste. Selon Barry White, écrivant dans le Belfast Telegraph, David Ervine :

  • 6 "A Loyalist's view..." The Belfast Telegraph, 5 octobre, 1995.

[...] now accepts that what created the problem in the late'60s was not aggressive Irish nationalism but a question about rights and how society was run. Those who administered Northern Ireland have a responsibility for creating today's circumstances...6

14Spence, quant à lui, voit dans Stormont le détournement d'une idée "honorable" par une minorité intéressée coupable d'un abus de pouvoir institutionnalisé. Ainsi, il interprète l'évolution de l'unionisme comme l'histoire d'une dérive par rapport aux idéaux de ses pères fondateurs :

  • 7 Discours (non pubbé) de Gusty Spence lors de la Conférence du PUP, le 11 février 1995.

[...] if the minority in Northern Ireland feel aggrieved at the treatment that has been meted out to them in the past, who can blame them ? Sir Edward Carson warned the majority to treat the minority magnanimously. That advice from one of the Fathers of Unionism was not heeded and we have paid a heavy price.7

15Le message est clair : l'unionisme doit subir une réforme. L'aspect le plus étonnant de ce discours concerne le fait que pour la première fois le fer de lance de la "réaction" adopte et s'identifie à une grande partie du discours "contestataire" de l'ancien ennemi. Cette position contient le germe d'une possible coopération intercommunautaire sur des questions sociales, chose jusqu'alors impensable.

3. Programmes des partis loyalistes

a) Programme du PUP

  • 8 Tract du PUP intitulé The Progressive Unionist Party of Northern Ireland, élections de mai 1996.

16Le PUP fut fondé en 1977 "to fill the obvious void that existed in relation to the loyalist working class which was being under-represented and misrepresented."8 En soulignant une idéologie anti-sectaire, il identifie sa base électorale comme étant la classe ouvrière, les chômeurs et un groupe qu'il définit comme "the under-class".

  • 9 Voir la section intitulée "Conflict Transformation" dans Manifesto and Vision of the Progressive Un (...)

17Sur la question constitutionnelle, le PUP affirme une position intraitable sur l'Union. A l'inverse de l'école "intégrationniste", il milite pour la restauration de l'autonomie locale."9 Par contre, il se dit favorable au partage du pouvoir exécutif avec les nationalistes de tous bords. Les droits de tous seraient protégés par une constitution écrite qui comporterait un Bill of Rights dont la mise en application serait soumise à l'autorité d'une comité composée de juges nord-irlandais, irlandais, britanniques et européens. Le parti justifie sa confiance et son ouverture envers la communauté nationaliste par le fait que, lors du Forum pour la Paix et la Réconciliation, l'ensemble du nationalisme irlandais, à l'exception de Sinn Féin, a reconnu formellement le principe de noncoercition de la communauté unioniste (the principle of consent) dans tout futur débat constitutionnel.

18Si les questions constitutionnelles et identitaires sont, comme partout ailleurs, primordiales, le PUP, dans la hiérarchie de ses préoccupations, fait passer les questions sociales et économiques loin devant les problèmes de sécurité, souvent intimement liés, dans l'esprit unioniste classique, au statut constitutionnel. Ainsi, il prône une politique socioéconomique fermement à gauche, basée sur l'initiative locale et la participation communautaire à tous les niveaux : logement, urbanisation, emplois, santé, culture.

19Quant à son attitude envers les forces de l'ordre, il exige l'abrogation des dispositions anti-terroristes (Emergency Provisions Act), l'amnistie pour les prisonniers politiques et la mise sur pied d'une commission capable de mener à bout les enquêtes liées aux plaintes contre la police. Ainsi, le parti reflète-t-il la profonde méfiance envers la police nord-irlandaise et le système judiciaire qui a caractérisé certains milieux loyalistes pendant les années 80. On notera que les critiques du PUP rejoignent celles de Sinn Féin dans ces domaines particulièrement sensibles.

b) Programme de l'UDP

  • 10 Publié en mars 1979.
  • 11 Selon Gary McMichael, l'actuel leader de l'UDP, l'adjectif "loyalist" fut abandonné en 1990 "to mak (...)

20La première indication d'une politisation de l'UDA remonte à 1978 lorqu'elle crée un laboratoire d'idées, le NUPRG (New Ulster Political Research Group). Sur la question constitutionnelle, son rapport, qui s'intitule Beyond the Religious Divide10, prône l'existence en Ulster d'une identité régionale à part, distincte à la fois de la culture irlandaise et de la culture britannique. Cette identité commune forgée à partir d'une histoire partagée par les deux communautés en présence devait s'exprimer à travers une Irlande du Nord indépendante caractérisée par le partage du pouvoir au niveau transcommunautaire. Un parti, l'ULDP (Ulster Loyalist Democratic Party11) fut fondé en juin 1981, sans grand succès devant un électorat sceptique quant à la viabilité de ce type d'indépendance négociée.

  • 12 Fondé en 1952, le Conseil Nordique est composé de représentants de cinq nations Scandinaves attaché (...)
  • 13 Fondé en 1952, le Conseil Nordique est composé de représentants de cinq nations Scandinaves attaché (...)

21À partir de 1987 le parti tente d'atténuer l'indépendantisme de son message en mettant l'accent sur le thème de la régionalisation. En jouant la carte de la région, l'UDP prend position en devançant ce qu'il prévoit comme une inévitable dévolution de pouvoir aux composants régionaux du Royaume Uni. Dans cette optique, il propose la création d'un Conseil inter-régional composé de représentants de toutes les régions des îles britanniques, citant le Conseil Nordique comme modèle possible12. C'est cette ligne qui domine la pensée actuelle du parti qui, dans sa réponse au Joint Framework Document13, se plaint de "l'asymétrie" de la formule retenue par Londres et Dublin. Au lieu de prendre en compte "la totalité des relations au sein de ces îles", ils auraient trop misé sur l'axe économique nord-sud à l'intérieur de l'Irlande. Tout en reconnaissant l'importance de cette dimension, l'UDP exige un cadre plus large qui prenne également en compte la dimension est-ouest (Irlande/Grande-Bretagne) et qui permette à l'Irlande du Nord de jouer un rôle comme région autonome au sein d'une configuration, pour ne pas dire "confédération", à l'échelle des îles britanniques.

22C'est essentiellement dans ce domaine de l'option constitutionnelle que l'UDP se distingue du PUP. Bien que la position socio-économique de ce dernier soit plus radicale que celle du premier, tous deux partagent le même attachement à une démocratie "rapprochée" orientée vers les besoins d'une classe ouvrière urbaine. De même, ils partagent bien d'autres thèmes où ils ont tout intérêt à faire front commun, notamment, la situation de leurs membres emprisonnés et la question du désarmement des paramilitaires.

II) Le "processus de paix"

1. Le cessez-le-feu loyaliste

  • 14 Voir cette analyse dans "Ceasefire", New Ulster Defender, Vol. 1 No. 12, 3-5.
  • 15 Robin Wilson, "Don't hold your breath". Fortnight, septembre 1994, 5.
  • 16 Les tensions au sein du CLMC se sont manifestées tout au long de l'été 1994 à travers une série de (...)
  • 17 Voir cette analyse dans Alan Murray, "Getting their retaliation in first?" Fortnight, octobre 1994, (...)
  • 18 Pour le texte de ce communiqué, voir New Ulster Defender, Vol. 1, No. 12, 5.

23Selon les milieux loyalistes, l'IRA aurait mal prévu la réaction des paramilitaires protestants au moment du cessez-le-feu déclaré le 31 août 1994. On se serait attendu à une continuation, voire à une surenchère de la violence14. Cette position reflète l'interprétation pessimiste des commentateurs les mieux informés. Ainsi, Robin Wilson, dans le Fortnight de septembre 1994, rappelait que depuis trois ans les loyalistes avaient fait plus de victimes que les républicains et, disait-il, "there can be no doubt that between now and the year end loyalists will do enough murdering for both sides - brutally, indiscriminately."15 En effet, un cessez-le-feu loyaliste n'était pas gagné d'avance. Il y avait divergence parmi les paramilitaires quant à la stratégie à adopter16. Alors que la direction de l'UVF était en faveur d'un cessez-le-feu réciproque, l'UDA était contre. Cette ligne plus dure s'explique par le fait que l'INLA (Irish National Liberation Army) n'avait pas déclaré un cessez-le-feu et par le refus de se laisser dicter une ligne politique par l'IRA17. Il y avait également une forte pression au sein de l'organisation pour venger les meurtres des loyalistes assassinés par l'IRA juste avant le cessez-le-feu. Le meurtre de Ray Smallwoods, porte-parole de l'UDP assassiné par l'IRA le 11 juillet 1994, ainsi que les meurtres de deux membres de l'UDA deux semaines plus tard, furent considérés comme des provocations directes destinées à entraîner une stratégie de représailles loyalistes. Or, après des négociations positives avec les détenus loyalistes, le 13 octobre, le Combined Loyalist Military Command (organisation cadre regroupant des représentants de l'UVF et de l'UDA) accepta le cessez-le-feu de l'IRA qu'il qualifia de "reddition sans conditions", déclara son propre cessez-le-feu et se donna le beau rôle en affirmant que les loyalistes ne seraient pas les premiers à mettre fin à la trêve18. Les attaques s'arrêtèrent net.

24Entre octobre 1994 et décembre 1996, les organisations paramilitaires protestantes, connues par le passé pour leur fragmentation politique et leur décentralisation géographique, firent preuve d'une discipline remarquable. La voie était libre pour l'entrée en lice des politiques.

25Ce fut, sans aucun doute, leur rôle de médiateur à l'occasion du cessez-lefeu loyaliste qui assura à ces petits partis une écoute immédiate et universelle. Ils furent invités à Dublin par Reynolds, à New York par la National Committee on Foreign Policy, en Angleterre par les "Lib Dems" et les Travaillistes, sans parler de Stormont et de Downing Street. Mais cette audience, même à l'échelle internationale, ne leur conférait aucun mandat électoral, un point que ne cessèrent de marteler les autres partis unionistes.

  • 19 Ce rapport qui s'intitule "Report of the International Body on Arms Decommissioning" fut rendu le 2 (...)

26Dans les semaines suivant le cessez-le-feu loyaliste, le débat politique s'était centré sur deux questions : la neutralisation des armes paramilitaires et l'opportunité de commencer des discussions ouvertes à tous les partis nord-irlandais. Le 28 décembre 1995, le gouvernement annonça une approche sur deux fronts : d'un côté on nomma une Commision internationale chargée d'examiner la question des armes, de l'autre, on prévit l'ouverture éventuelle des discussions pour la fin février 1996. En dépit du rapport de la Commission Mitchell, publié le 24 janvier 1996, qui conseille la tenue de négociations en parallèle avec une remise progressive d'armements détenus illégalement19, Major opta pour une toute autre formule : l'organisation d'élections à un Forum destiné à préparer le terrain pour la mise en place d'une Assemblée régionale dotée de pouvoirs dévolus. Il répondait ainsi à une des exigences unionistes. En outre, il prévoyait la neutralisation des armements paramilitaires comme précondition à la participation à un tel Forum. Le 9 février, l'IRA rompait son cessez-le-feu avec une bombe de très forte puissance à Canary Wharf. Les loyalistes ne bougèrent pas.

  • 20 Pour une explication de l'opération du système d'Hondt utilisé pour le calcul des votes, voir Micha (...)
  • 21 Cité par John O'Farrell, "Talks Diary", Fortnight, juillet/août 1996, 12.

27Les élections furent organisés le 31 mai. Le facteur-clé à cet égard fut l'adoption d'un mode de scrutin favorable au pluralisme.20 Les élections furent organisées sur la base de 18 circonscriptions, chacune disposant de 5 sièges. A ces 90 sièges s'ajoutaient 20 sièges "régionaux" distribués aux partis ayant obtenu les dix meilleurs totaux à travers l'Irlande du Nord. Ainsi, certains petits partis, notamment le PUP et l'UDP, ont obtenu chacun deux sièges au Forum, le but recherché par le gouvernement. L'obtention de deux de ces fameux "sièges régionaux" a assuré l'assise des partis loyalistes, non seulement par rapport aux autres partis mais surtout vis-à-vis de leurs alter ego paramilitaires dans la mesure où elle a justifié l'option politique engagée lors du cessezle-feu. Comme le disait l'un des candidats loyalistes : "we have a mandate and a seat at the table, so keep the guns down".21

2. Élections au Forum

28Lors des élections organisées le 30 mai 1996, le PUP, avec quelques 26,000 voix, a obtenu 3,5 % des suffrages exprimés contre 2,2 % (17,000 voix) pour l'UDP. Ensemble, ces totaux constituent 10 % du vote unioniste.

  • 22 La circonscription de West Tyrone fut créée suite aux recommendations de la Boundary Commission, pu (...)

29La première chose à remarquer au sujet du PUP concerne la distribution géographique de son vote. Même si le parti est présent dans les 18 circonscriptions de la province, son soutien reste concentré dans Belfast et sa région. Ainsi, il obtient ses meilleurs scores, 9,9 % et 9,4 % respectivement dans Belfast-East et Belfast-North, des circonscriptions qui ont été profondément marquées par les Troubles et où les lignes sectaires sont particulièrement nettes. Quant à sa performance dans la région de Belfast, on notera un score de presque 7 % dans la circonscription de Antrim-East. Ceci n'a rien d'étonnant étant donné que cette circonscription, qui contient les villes de Larne et de Carrickfergus, a vu l'implantation d'une importante population loyaliste déplacée du centre de Belfast dans les années 80 lors d'un vaste projet de rénovation urbaine. Globalement, on peut dire qu'à l'intérieur d'une zone électorale comprenant Belfast et sa proche banlieue le PUP oscille entre 10 % et 5 %. Ailleurs, le niveau de soutien est partout très bas, qu'il s'agisse de régions traditionnellement loyalistes, par exemple, Antrim-North (1,5 %) ou traditionnellement nationaliste, par exemple West Tyrone22 (0,6 %). Donc, bien que disposant d'une structure squelettique à l'échelle de la province, le PUP n'a pas réussi à "percer" en zone rurale. Son soutien reste en grande partie limité aux quartiers urbains ouvriers où les organisations paramilitaires se sont depuis longtemps implantées.

30Deuxième observation : même si dans les cas de Belfast-North et Belfast-East le vote PUP a pu frôler les 10 %, il n'a tout de même pas suffi pour décrocher un des 5 sièges, disons, "classiques" de la circonscription. Autrement dit, là où le parti est le plus fort, et même avec un système électoral plus que favorable (les mauvaises langues diraient sur mesure), il n'arrive pas pour l'instant dans le peloton de tête. Cependant, il s'en est fallu de peu : moins de 200 voix lui auraient suffi pour prendre un des deux sièges du DUP. L'étroitesse de la victoire souligne le danger que constituent ces petits partis pour l'unionisme traditionnel, et surtout le DUP, le plus populiste des deux, dans ces quartiers durement frappés par les conséquences sociales de la violence politique.

31Pour l'UDP on constate plus ou moins le même ensemble de facteurs : concentration géographique, électorat urbain et ouvrier. Il convient de souligner, cependant, un soutien plus bas sur la quasi-totalité des circonscriptions et une incapacité, à une exception près, à dépasser la barre des 5 % ; l'exception étant la circonscription de Lagan Valley, où le leader du parti, Gary McMichael, remporte son meilleur score, 6,75 %. À tous les niveaux, l'UDP est sorti de ces élections dans une position de relative faiblesse par rapport à son confrère, le PUP.

III) Perspectives

32En dépit des progrès indéniables dans le domaine de la communication de leur cause ainsi que dans celui de l'écoute à la fois officielle et populaire, il reste plusieurs obstacles majeurs auxquels les deux partis doivent faire face. Ces problèmes concernent ce qu'on peut appeler leur "arrière-boutique" paramilitaire. Comme Sinn Féin, ce ne sont pas des partis "comme les autres". Quand tout va bien, il s'agit d'intermédiaires "with a particular insight into loyalist thinking", pour citer l'euphémisme consacré ; si les choses se compliquaient, ils seraient des bouc-émissaires facilement éclaboussés par les décisions et actions de leurs associés restés dans l'ombre.

33D'abord, il y a le problème classique des rackets. Dans les années 80, l'UDA en particulier fut touchée par des allégations concernant une corruption endémique liée aux entreprises de "sécurité" et aux clubs privés gérés par ses membres ou associés. Le besoin de faire le ménage dans ce demi-monde politisé s'est fait particulièrement pressant depuis le cessez-le-feu et l'entrée dans l'arène politique.

  • 23 L'histoire fut rendue encore plus trouble le 6 septembre 1996 lors de la publication par le New Sta (...)
  • 24 L'histoire de Billy Wright est complexe. Si elle illustre la nature des divisions au sein de l'UVF, (...)

34Ce type de problème relève d'une discipline d'ordre individuel. Or, visiblement, il existe un deuxième problème plus grave, à savoir le contrôle de groupes dissidents au sein de l'organisation surtout lorsqu'ils bénéficient d'un évident soutien public. L'exemple le plus frappant de ce problème concerne un certain Billy Wright. Selon la direction de l'UVF, Wright serait le leader d'une unité dissidente de l'organisation basée dans le Mid-Ulster à Portadown23. Gênée par les critiques qui émanaient de cette unité et par leur "indépendance opérationnelle", la direction de l'UVF se serait constituée en conseil de guerre avant de décider le 2 août 1996 d'expulser Wright de l'organisation et de déconsigner l'unité dont il aurait été le chef24. En outre, le "Staff Command" exigea qu'il quitte l'Irlande du Nord ; en cas de refus, sa vie serait en danger. Or, au lieu de s'éclipser, Wright, qui nie jusqu'à son appartenance à l'UVF, réitèra ses critiques à l'égard de la ligne politique de la direction actuelle de l'organisation et prit la parole lors d'un meeting à Portadown le 4 septembre 1996 devant plusieurs milliers de ses supporters. Son discours, marqué par un fondamentalisme protestant et un messianisme populiste, dénonce ce qu'il caractérise comme l'opportunisme et le "gauchisme" des leaders actuels qui seraient des hommes de paille de Westminster, voire des pions des services secrets dont le but serait l'émasculation de la classe ouvrière protestante. Son analyse, qui souligne les contrastes entre Belfast et le reste du pays, est le symptôme d'un clivage réel entre le loyalisme urbain et sa manifestation rurale.

  • 25 Les paramilitaires protestants ont vivement regretté leur soutien à la orchestrée par Paisley en 19 (...)

35Pour faire barrage aux rénovateurs, Wright fait appel à un retour à l'alliance orthodoxe : confréries protestantes (Orangistes et autres), paramilitaires "musclés" et partis politiques. Ce n'est pas une coïncidence si Wright identifie le DUP de Paisley comme étant la structure la plus apte à mener cette résistance. Le DUP a tous les critères requis : populisme, fondamentalisme protestant et un passé où figurent aussi ceux qui se servent d'armes25. Par un heureux hasard, Wright partageait le devant de la scène avec le Révérend William McCrea, pasteur de l'Église Presbytérienne Libre et député DUP du Mid-Ulster. Même si celui-ci a justifié sa participation au nom de la défense de la libre expression, sa présence indique que le DUP compte se lancer dans la brèche ouverte par Wright pour essayer de récupérer les votes dévoyés par les sirènes du PUP.

  • 26 Pour ajouter au mystère, Wright a été "exécuté" dans des circonstances bien étrangess à l'intérieur (...)

36Chose plus remarquable encore, le 9 septembre, la délégation du DUP à Stormont a déposé une plainte auprès des gouvernements irlandais et britannique visant à faire expulser le PUP et l'UDP des discussions multilatérales (Forum). La plainte alléguait que les partis n'auraient pas dénoncé la menace de mort dirigée par la direction de l'UVF contre Wright et ainsi aurait violé les principes de démocratie et de non-violence énoncés dans le rapport du sénateur George Mitchell, perdant ainsi leur droit de siéger au Forum. Même si la plainte n'a pas abouti, par manque de preuves, chaque attaque attribuée aux groupes loyalistes dissidents relance des demandes pour l'exclusion du PUP et du UDP du "processus de paix".26

  • 27 Extrait de "Reasonable Compromise", un document produit par le comité exécutif du PUP en janvier 19 (...)
  • 28 Voir "Dealing with reality", 31 mars 1996. La position de l'UDP n'est pas tout à fait similaire. Da (...)

37Un troisième obstacle concerne l'étendue de la base électorale. Bien qu'ils se présentent comme des partis "anti-sectaires", il est inconcevable, étant donné leur passé récent, que des catholiques soient séduits par leur discours au point de voter pour l'un de ces deux partis. Si leur audience est circonscrite par des méfiances traditionnelles, elle l'est d'autant plus au sein de la communauté unioniste. L'orientation résolument à gauche de leur projet socio-économique, et surtout les parallèles frappants entre le discours du PUP et celui du Sinn Féin, les rendent suspects au yeux d'un électorat protestant traditionnellement conservateur dans ce domaine. De plus, ils partagent avec ce parti une dimension paramilitaire. Cet arrière-plan commun peut produire des discours identiques ; leur position sur la participation de Sinn Féin au Forum est emblématique sur ce point. En janvier 1996, le comité exécutif du PUP a plaidé pour l'ouverture de négociations accessibles à tous les partis sans préconditions faute de quoi "the people who started the whole peace movement and were crucial in brokering the cease-fire will be excluded."27 Le PUP est allé jusqu'à réitérer ce message même après la fin du cessez-le-feu de l'IRA au mois de février suite à la bombe de Canary Wharf à Londres28. Une telle ouverture d'esprit déroute une bonne partie de l'opinion unioniste qui dénonce les loyalistes comme des simples répliques du Sinn Féin. Par conséquent, on constate que sur plusieurs plans - projet socio-économique, passé paramilitaire, discours politique - la marge de manœuvre des partis loyalistes au sein de l'unionisme pourrait paraître relativement étroite.

  • 29 "Hume just pips PUP leader in popularity poll." Belfast Telegraph, 23 octobre 1996.

38Or, une évolution de l'opinion unioniste n'est pas à exclure. À cet égard, on peut citer le sondage par Ulster Marketing Surveys dont les résultats ont été publiés à la fin du mois d'octobre 1996. Selon le Belfast Telegraph, ce sondage qui constitue "the first major test of opinion since the May elections"démontre que"loyalist parties are gaining support at the expense of mainstream unionists"29. En effet, le PUP et l'UDP auraient presque doublé leur base électorale potentielle, passant respectivement, de 3,5 % à 6 % et de 2,2 % à 5 %, alors que l'UUP, pour prendre un exemple, perdait 4 points. Plus étonnant encore pour la popularité, le sondage place le porte-parole du PUP, David Ervine, en deuxième place juste derrière le "gagnant" John Hume, et loin devant McMichael, Trimble et Paisley, dans cet ordre. Même si un sondage n'est pas une élection, il est évident que la publicité générée par la participation des ex-paramilitaires au débat politique et surtout leur rôle comme frein à la violence politique trouvent des échos favorables au sein de l'opinion publique.

Conclusion

39Les "loyalistes" se disent porteurs d'un unionisme confiant, éclairé et non-sectaire. Le terme "imaginatif' revient souvent dans leur littérature. On peut y ajouter le qualificatif" pragmatique "En exprimant une culture protestante urbaine jusqu'alors silencieuse, ils font la preuve que le loyalisme ouvrier a finalement atteint sa majorité politique. C'est un discours intelligent qui cherche des astuces pour contourner les blocages de la politique nord-irlandaise. Ainsi, dans un entretien avec le Sunday Tribune, le chargé de presse du PUP fait remarquer :" I think that what the SDLP and Sinn Féin have been good at for years has been saying'No'in a positive way." Voilà des modèles prometteurs pour l'unionisme nouveau !

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Beattie, Geoffrey, 1992. We Are the People : Journeys Through the Heart of Protestant Ulster. Londres : Heinemann.

Bell, Geoffrey, 1976. The Protestants of Ulster. Londres : Pluto Press.

Boulton, David, 1973. The UVF 1966-73 : An Anatomy of Loyalist Rebellion. Dublin : Gill and Macmillan.

Bruce, Steve, 1992a. The Red Hand : Protestant Paramilitaries in Northern Ireland. Oxford : Oxford UP.

— 1992b. "Northern Ireland : Reappraising Loyalist Violence". Conflict Studies, n° 249, mars 1992.

— 1994. The Edge of the Union : The Ulster Loyalist Political Vision. Oxford : Oxford UP.

Dillon, Martin, 1989. The Shankill Butchers : A Case Study of Mass Murder. Londres : Hutchinson.

English, Richard et Walker, Graham eds., 1996. Unionism in Modern Ireland. Dublin : Gill and Macmillan.

Hutchinson, Wesley, 1994. "Images de l'identité culturelle protestante : L'UDA s'invente une dramaturgie". Fierobe, Claude et Dumay, Emile-Jean eds., Irlande - Images. Villeneuve d'Ascq : Université Charles-de-Gaulle, 117-131.

Mc Cauley, James White, 1991. "Cuchullain and an RPG-7 : The Ideology and Politics of the Ulster Defence Association". Hughes, E. ed., Culture and Politics in Northern Ireland. Milton Keynes : Open University Press. 45-68.

— 1996. "From Loyal Soldiers to Political Spokespersons : A Political History of a Loyalist Paramilitary Group in Northern Ireland". Etudes Irlandaises, Printemps 1996, n° 21. 1, 165-192.

Nelson, Sarah, 1984. Ulster's Uncertain Defenders. Belfast : Appletree Press.

Notes

1 "Full circle for the U. V. F.?", Fortnight, 12 octobre 1975, 6.

2 Extrait d'une "Election Communication from the Progressive Unionist Party in Northern Ireland" à l'occasion des élections au Forum en mai 1996.

3 Hansard (Irlande du Nord) 28 juin 1966, cité dans Bruce, 1992, 14.

4 "A Loyalist's view from the hub," entretien avec David Ervine accordé à Barry Whyte, The Belfast Telegraph, 5 octobre, 1995, 15.

5 "Local hero reinvents himself," entretien de Gusty Spence accordé à Aileen OToole, The Sunday Post, 26 novembre, 1995.

6 "A Loyalist's view..." The Belfast Telegraph, 5 octobre, 1995.

7 Discours (non pubbé) de Gusty Spence lors de la Conférence du PUP, le 11 février 1995.

8 Tract du PUP intitulé The Progressive Unionist Party of Northern Ireland, élections de mai 1996.

9 Voir la section intitulée "Conflict Transformation" dans Manifesto and Vision of the Progressive Unionist Party produit pour les élections de mai 1996.

10 Publié en mars 1979.

11 Selon Gary McMichael, l'actuel leader de l'UDP, l'adjectif "loyalist" fut abandonné en 1990 "to make... a less jaundiced impression" ; propos recueillis par Kathleen Nutt, "A new face with old connections", The Irish News, 3 février 1995, 15.

12 Fondé en 1952, le Conseil Nordique est composé de représentants de cinq nations Scandinaves attachées par des liens historiques,. économiques et culturels C'est le terme utilisé pour désigner " Frameworks for the Future

13 Fondé en 1952, le Conseil Nordique est composé de représentants de cinq nations Scandinaves attachées par des liens historiques,. économiques et culturels C'est le terme utilisé pour désigner " Frameworks for the Future

14 Voir cette analyse dans "Ceasefire", New Ulster Defender, Vol. 1 No. 12, 3-5.

15 Robin Wilson, "Don't hold your breath". Fortnight, septembre 1994, 5.

16 Les tensions au sein du CLMC se sont manifestées tout au long de l'été 1994 à travers une série de déclarations contradictoires. Alors que le 15 juillet, il s'engageait à respecter un cessez-le-feu réciproque en cas de cessez-le-feu de l'IRA, le 2 août, selon le Irish Press (8 août 94) un "conseil de guerre" aurait décidé de poursuivre la guerre sans tenir compte d'une éventuelle initiative républicaine.

17 Voir cette analyse dans Alan Murray, "Getting their retaliation in first?" Fortnight, octobre 1994, 20.

18 Pour le texte de ce communiqué, voir New Ulster Defender, Vol. 1, No. 12, 5.

19 Ce rapport qui s'intitule "Report of the International Body on Arms Decommissioning" fut rendu le 24 janvier 1996. Il contient une série de six préconditions devant être respectées avant qu'un parti puisse participer aux négociations politiques sur l'avenir de la province : entre autres, les partis doivent soutenir le principe d'un désarmement paramilitaire et s'engager à l'utilisation exclusive de moyens pacifiques pour promouvoir leurs idées politiques.

20 Pour une explication de l'opération du système d'Hondt utilisé pour le calcul des votes, voir Michael Gallagher, "Choose your leader" Fortnight, juillet/août 1996, 8-9.

21 Cité par John O'Farrell, "Talks Diary", Fortnight, juillet/août 1996, 12.

22 La circonscription de West Tyrone fut créée suite aux recommendations de la Boundary Commission, publiées le 24 janvier 1995.

23 L'histoire fut rendue encore plus trouble le 6 septembre 1996 lors de la publication par le New Statesman d'un article (24-5) de Mick McGovern intitulé "Is King Rat really a British spy?". L'auteur allègue qu'une source à l'intérieur de l'UVF aurait dénoncé Wright comme " taupe " travaillant pour les services secrets britanniques depuis des années.

24 L'histoire de Billy Wright est complexe. Si elle illustre la nature des divisions au sein de l'UVF, la direction politique du PUP peut se féliciter que les responsables paramilitaires soient prêts à soutenir leur ligne politique en expulsant les dissidents au nom d'un engagement dans la voie de la non-violence. En effet, la réaction à l'égard de Wright laisse entrevoir le degré de contrôle politique qui existe au sein du mouvement paramilitaire.

25 Les paramilitaires protestants ont vivement regretté leur soutien à la orchestrée par Paisley en 1977. On notera également la création de la "Third Force" constituée par le DUP en 1981 et conçue comme un réseau de défense pour les Protestants vivant sur des fermes isolées près de la frontière. Paisley a également été impliqué lors du lancement de "Ulster Resistance" organisée en 1986 pour mobiliser l'opinion contre l'Accord Angloirlandais.

26 Pour ajouter au mystère, Wright a été "exécuté" dans des circonstances bien étrangess à l'intérieur même du Maze.

27 Extrait de "Reasonable Compromise", un document produit par le comité exécutif du PUP en janvier 1996.

28 Voir "Dealing with reality", 31 mars 1996. La position de l'UDP n'est pas tout à fait similaire. Dans un communiqué de presse daté du 29 septembre, il affirme qu'un nouveau cessez-le-feu ne serait pas suffisant pour admettre Sinn Féin aux discussions multilatérales. Le communiqué préfigure la déclaration des prisonniers de l'UDA qui, le 1 octobre, ont retiré leur soutien au processus de paix (voir "Loyalist ceasefire strained as prisoners reject process", Irish Times, 1 octobre 1996, 8). Un communiqué de l'UDP daté du 2 octobre souligne que le processus peut avancer même sans la participation des républicains.

29 "Hume just pips PUP leader in popularity poll." Belfast Telegraph, 23 octobre 1996.

Auteur

Université de Parix X, Nanterre

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter