Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande Vision(s) / Révision(s)

 | 
Martine Pelletier

"In the Name of the Father": Réinterpréter l'Histoire ?

Richard Deutsch

Texte intégral

  • 1 Film noir, à petit budget, sur les troubles d'Irlande du Nord vus depuis le Donegal, il fut diffusé (...)
  • 2 Le film est sorti en France le 9 mars 1994.
  • 3 Cf. Les articles consacrés au film par les deux plus grands magazines populaires français sur le ci (...)

1Si l'on considère que les "troubles" d'Irlande du Nord ont commencé en 1969, il aura fallu attendre quinze ans avant que ne soit projeté le premier film sur le sujet, Cal adaptation du roman de Bernard McLaverty par Pat O'Connor. The Crying Game sortira huit ans plus tard et sera suivi en 1993, par deux films majeurs, High Boot Benny de Joe Comerford1 et In The Name Of The Father de Jim Sheridan2. Le premier ne rencontrera qu'un succès d'estime en Irlande, le second connaîtra un succès commercial mondial qui rendra le conflit nord6irlandais présent dans l'esprit de millions de spectateurs3.

  • 4 La version vidéo originale, en anglais, distribué par Universal Pictures, ne dure que 127 minutes.
  • 5 L'on pense ici à ce qu'Holywood fera un jour d'un événement comme Bloody Sunday...

2In the Name... est un film de 132 minutes, direct, brutal, émotionnel et en apparence simple4. Remarquablement dirigé, monté et interprété, il laisse le spectateur assommé sur son siège, bouleversé et révolté. C'est en réécrivant l'histoire qu'il atteint son but, transformant un jeune voyou catholique de Belfast, Gerry Conlon, en héros de la cause nationaliste irlandaise face à l'énorme machine judiciaire britannique. Film tournant, le premier d'une longue série sans doute, il présente un nouvel imaginaire de cette guerre irlandaise qui ne dit pas son nom5...

I) GENÈSE DU FILM

  • 6 Conlon, Gerry, Proved Innocent. London. Hamish Hamilton. 1990. écrite avec l'aide de deux journalis (...)
  • 7 Le 18 décembre 1996 l'Irish Times publie un article révélant que le détecteur d'explosifs utilisé d (...)

3L'autobiographie de Gerry Conlon, Proved Innocent paraît à Londres au printemps 19906 soit six mois après sa libération en octobre 1989. Moins de trois ans plus tard, sa vie et celle de son père - décédé en prison - s'étalent en cinémascope dans les salles obscures. Avant que n'éclate au grand jour l'erreur judiciaire, le cas des Guilford Four et des Maguire Seven avait déjà été défendu par plusieurs associations et d'éminentes personnalités : le Cardinal Basil Hume, l'ancien Ministre travailliste responsable de l'Irlande du Nord, Merlyn Rees, et l'influent journaliste Robert Kee pour ne citer qu'eux. Kee avait même publié en 1986 Trial & Error démontrant l'erreur du jugement. La télévision et la presse écrite accordent une place importante à la libération de ces Irlandais et à ses conséquences sur le système judiciaire britannique.7

4En 1990, Paul Hill, l'ami d'enfance de Conlon, raconte lui aussi, en collaboration avec l'écrivain nationaliste Ronan Bennett, son expérience de la prison, Stolen Years. Before & After Guildford. Bien que ce récit soit, à mes yeux, mieux construit et plus proche de l'expérience et de la sensibilité des catholiques belfastois que celui de Conlon, Jim Sheridan et son co-scénariste, Terry George, ont cependant préféré Proved Innocent. George n'a pourtant pas trouvé Conlon très coopératif lors de la préparation du film :

  • 8 "Tears in the cinema, men in the dock". The Independent, 20 décembre 1993.

Because he's such a whirlwind and wants to get out and party and drink, it was hard to get him to sit down in the one place at the one time. I got exasperated and put him into a car, and we drove down together from New York to Key West. That's a three-day drive, and I taped everything he said on the way down. I put him in a little moving cell and the prize for sitting still was two days' fishing in Key West8.

5Jim Sheridan, le metteur en scène du film, se décrit lui-même comme un "Dublin Northside lefty". Dans les années 80 il fut pendant sept ans le directeur de l'Irish Arts Centre de New York avant de réaliser deux films à succès My Left Foot et The Field. Quant à Terry George, le coscénariste, il est originaire de Belfast Ouest, le quartier populaire catholique de la ville. Ancien membre de l'IRSP (aile politique de l'INLA), il fut emprisonné à Long Kesh de 1975 à 1978 pour détention d'armes avant d'entamer une carrière de journaliste aux Etats-Unis. Son passé républicain allait être utilisé par les détracteurs de In the Name :

  • 9 Time, March 21 1994, Volume 143, No. 12.

Sheridan insists that he was seeking an "emotional honesty" and that the real subject of his film was a son's changing relationship with his father. But if that was his intended subject, say some close to the case, the director should have used someone else's story9 ·

6Le producteur n'est autre que l'acteur Gabriel Byrne, originaire lui de la République. Passionné par le thème de l'erreur judiciaire britannique envers les Irlandais, il avait déjà produit, en 1986, la pièce Sidewind de Ray Brennan à propos des Birmingham Six au Battersea Town Hall. Il a financé ce film parce que :

  • 10 Bennett, Ronan. "Irish actor-producer Gabriel Byrne was the brain behind 'In the Name

... it would allow him "to tackle the North", something that goes against the trend in the South. Against the trend in southern Ireland, Byrne has an interest in what is going on in the North. "I don't know how you can be Irish and not be interested. Plenty of people in the South aren't, they wish it would just go away."
He intensely dislikes Hollywood films on the North, and turned down Patriot Games because he "thought it reduced a tragic conflict to a scenario of mindless terrorists running around with Uzi machine guns. It didn't deal with the situation in an honest way"10.

  • 11 Michael O'Dwyer. "Conlon film loses true story'tag". Irish Times, 15 juin 1994.

7"Based on a true story" affirme la publicité du film reproduite sur la couverture de la énième édition de Proved Innocent chez Penguin. "A true story", cette phrase sera interdite le 14 juin 1994 par The British Advertising Standards Authority (ASA) car le film contient des "factual inaccuracies"11. Il est vrai que de nombreux faits et détails ne correspondent pas à la réalité. Cependant les vérifications sont malaisées tant les affirmations orales et écrites des uns contredisent celles des autres et de plus les médias ne révèlent pas souvent leurs sources. Une liste, non-exhaustive de ces entorses à la réalité, autant que l'on puisse en juger, se devrait d'inclure les points suivants :

  • 12 Cf. Proved Innocent, 182.

8- Conlon père et fils n'ont pas partagé la même cellule et ont été le plus souvent dans des prisons fort éloignées12. - Les Guildford Four et les Maguire Seven (la famille de Gerry Conlon) n'ont pas été jugés le même jour dans la même salle de tribunal.

9- Gareth Peirce, l'avocate efficace incarnée par Emma Thompson aurait en réalité joué un rôle mineur alors que l'homme qui a obtenu la libération des Conlon, Alastair Logan, n'apparaît pas à l'écran.

10-Une des scènes clé du film, lorsque Gareth Peirce vole un document du dossier archivé, est une invention des scénaristes. En fait, c'est une enquête des polices d'Avon et de Somerset qui mit à jour cette preuve "oubliée" dans les archives de la police du Surrey.

  • 13 Ibid., 217.

11- Le personnage pivot de Joe McAndrew (joué par Don Baker), le membre de 1'IRA qui s'accuse de l'attentat de Guilford est une création de Sheridan et George. En fait Conlon rencontra Joe O'Connell fortuitement quelques semaines seulement avant sa libération13. - le détective britannique (interprété par Corin Redgrave) qui s'acharne sur Conlon est aussi une création, un "composé" de plusieurs détectives réels.

12- le témoignage du SDF qui peut servir d'alibi à Conlon est en réalité celui d'un jeune catholique irlandais résidant dans un hôtel du quartier.

13- la Cour de Justice britannique du Old Bailey n'est pas présidée par un seul juge mais par trois.

  • 14 The Irish Times, 13 septembre 1996.
  • 15 Ibid.
  • 16 Cf. O'Toole, Pintan, "Opinion: The facts of history are shaped by the needs of the present". Irish (...)

14On reviendra sur ces entorses à la vérité mais il est utile ici de citer Terry George : "It would be amazing if you could produce a film about Northern Ireland that everyone would agree on. How the hell can a film-maker come up with something that the actual society can't produce itself?"14 avant d'ajouter : "I'm a firm believer that there's no such thing as an unbiased film"15. Sheridan et George ne sont certes pas les premiers dans l'histoire du cinéma irlandais à avoir pris quelques libertés avec les faits établis ou supposés : un des plus anciens exemples renvoie au documentariste américano-irlandais Robert O'Flaherty lors du tournage de son film Man of Aran en 1934. Il dut demander à des experts d'enseigner aux insulaires les techniques de la chasse au requin, activité traditionnelle qu'ils n'avaient en fait plus pratiquée depuis des années16.

II) LES TECHNIQUES DU DOCU-DRAMA

  • 17 Ce que résume clairement le critique cinématographique de l'édition américaine de Time March 21, 19 (...)

15On peut parler à propos de ce film de puissance de feu tant certaines séquences visent à exacerber les émotions : l'émeute à Belfast, la torture de Conlon par la police, la mort du père en prison, le procès et sa révision, la libération des prisonniers. En grande partie, cette force repose sur une technique bien éprouvée et un genre déjà connu. Le docu-drama est une forme de cinéma-vérité inventée par la télévision américaine pour narrer des événements réels de façon captivante mais romancée ; ils sont personnalisés, passés au filtre d'une subjectivité voulue dans le but avoué de manipuler les émotions17.

16Dans le docu-drama, le réalisme, voire l'hyper-réalisme, des scènes tente - et réussit souvent - à déclencher chez le spectateur une série de réflexes conditionnés depuis longtemps par les journaux télévisés. Sans s'en rendre compte il est amené à prendre l'image de fiction pour de l'image d'information. Pour les moins avertis, les plus crédules, les frontières entre les genres sont alors abolies. Combien font l'effort de distanciation nécessaire par rapport au film présenté et combien recherchent, en fait, la confirmation de leurs préjugés ? En sontils pour autant de "mauvais" spectateurs ? Et quelle est la responsabilité du réalisateur dans l'entretien d'une telle confusion ?

17Dès les premières images de In the Name... le spectateur est mis en condition par le réalisme de l'attentat à la bombe du pub de Guildford qui suggère l'horreur sans la montrer. Cette scène est suivie de la voix off de Conlon qui raconte sur cassette-audio à son avocate, Gareth Peirce, ce qui s'est passé. Le mode choisi est donc rétrospectif mais hautement individualisé. L'introduction historique sur le Belfast des années 1970, "total chaos", (ces scènes ont en fait été tournées à Liverspool), est un morceau d'anthologie. En six minutes toute l'atmosphère de violence et de haine est dépeinte sur un rythme effréné : l'armée britannique croit voir un sniper, elle déclenche une opération pour l'arrêter, les familles catholiques s'alertent dans un tintamarre de couvercles de poubelles. La foule des émeutiers grandit : enfants, parents y participent. Les pierres et les cocktails-molotov volent. Pendant ce temps l'IRA a récupéré Conlon, héros involontaire de cet épisode, et le menace de knee-capping, car la négligeance de ce petit malfrat a failli coûter aux républicains des armes en transit secret dans le quartier. Après diverses péripéties figurant la famille du jeune homme, Conlon part pour l'Angleterre où il sera arrêté après l'attentat. Vient alors la scène de l'interrogatoire de Conlon, présentée en plans moyens et en gros plans, et où alternent la violence physique et la torture psychologique : on lui montre des photos des victimes de l'attentat, on lui annonce qu'on va tuer son père. Il accepte alors de signer une confession sans valeur.

18Le film se déroule ensuite dans deux lieux distincts : la salle d'audience du procès et de sa révision (tournage aux Four Courts de Dublin) et la prison elle-même, reconstituée en partie aux Studios d'Ardmore mais aussi filmée directement dans la célèbre prison de Kilmainham, haut-lieu de la répression de la lutte pour l'indépendance au début du siècle. Ce dernier symbole échappe sans doute à beaucoup de spectateurs mais certains Irlandais y ont été particulièrement sensibles.

  • 18 Roberts, Alison. Times, 8 février 1994.
  • 19 Irish Times, 27 janvier 1994.
  • 20 "Victims against victims : Gerry Conlon talks to Emer Mullins about the controversy surrounding In (...)
  • 21 Cf. Stora, Benjamin. Imaginaires de guerre. Paris, La Découverte, 1997,184.

19Dans In The Name... les auteurs condensent en deux heures une vie entière en suivant les techniques du cinéma politique/historique classique : observer le point de vue de gens ordinaires dont les vies sont bouleversées à tout jamais par des événements politiques. Dans ses nombreuses interviews, J. Sheridan se défend d'avoir fait un documentaire : "For a start the Guildford Four are not in prison any more. There was no need to make a documentary in an attempt to get them released "18. La licence dramatique qui fait vivre le père et le fils dans la même cellule sera la source de vives critiques émanant non seulement de la famille Maguire - qui démentira par la voix de son avocat avoir apporté son soutien au film19 - mais aussi de militants républicains et d'observateurs réputés mesurés, comme Mary Holland de l'Irish Times. Les uns comme les autres considèrent que l'histoire a été détournée, voire falsifiée. Seul Gerry Conlon semble convaincu de la justesse du ton et de la démarche du film mais son nom n'apparaît pas au générique : "For the past four years I've had nightmares. But when the movie was finished it was like my father's ghost said to me 'You've fulfilled your promises.'It was like an exorcism had taken place."20 Il s'agit bien ici de l'éternel débat "art & life" et "facts & fiction" dans lequel nous ne nous engagerons ici que très prudemment. Pour les producteurs d'un film de ce genre, la fiction est légitime tant que le message initial atteint le public. On peut aussi argumenter que les réalisateurs disposent d'un "fond commun" de connaissances chez le spectateur (les reportages vus à la télévision) et qu'ils peuvent donc imprimer leur marque de créateurs à des événements connus ; ils se sentiraient donc "débarrassés de la sainte mission de révéler la Vérité qui devient rapidement un boulet" comme le souligne l'historien Benjamin Stora21. Ils s'attacheraient plus à dénoncer l'injustice, le scandale de vies gâchées et la nécessité d'une réparation et d'un pardon (à ce jour pas encore demandé par le gouvernement britannique) qu'à reconstituer fidèlement les faits passés.

III) ACCUEIL DU FILM

  • 22 "Irish film receives seven Oscar nominations : Sheridan is delighted as'In the Name of the Father' (...)
  • 23 Cf. John Burns and Liam Clarke, "Film writer had terrorist link". Sunday Times Magazine, 24 février (...)

20La profession cinématographique a accueilli le film avec enthousiasme. Les acteurs Daniel Day-Lewis et Emma Thompson sont nominés pour les Oscars (tous deux ont déjà reçus ces statuettes pour d'autres films), In the Name... reçoit sept nominations aux Oscars et remporte l'Ours d'Or au festival de Berlin en février 199422. Puis il est nominé aux Golden Globe Awards, autre grande récompense américaine du monde du cinéma. Terry George est nominé pour son scénario. Dans la campagne de presse menée contre lui on peut même lire qu'il joue le rôle d'un des hommes de l'IRA qui doit punir Conlon en lui tirant une balle dans le genou. Pourtant son nom n'apparaît pas au générique comme acteur23.

Falsely accused. Wrongly imprisoned. He fought for justice to clear his father's name.
In the name of truth... In the name of justice... In the name of love.

21La publicité du film joue avec talent sur l'ambiguïté exprimée par le titre qui peut s'interpréter de différentes façons : la prière catholique (du père croyant), la volonté de réhabilitation de la mémoire du père mort en prison ou encore, comme le formule la chanson de Bono : In the Name of Justice.. Une "justice juste", celle de la réparation, comme la "paix juste" réclamée par l'IRA et le Sinn Fein depuis des années.

  • 24 Hugh Davies. "Daniel in a political lion's den". Daily Telegraph, 10 décembre 1993.

22Le film est sorti presque vingt ans après l'attentat de Guildford en 1974. Pendant son tournage la rumeur médiatique avait laissé entendre que Sheridan réalisait "a blunt instrument of IRA propaganda"24. Les critiques durent se rendre à l'évidence, tel n'était pas le cas, et pourtant... le malaise demeurait. La controverse sur la distortion des faits engendra une publicité propre à interpeller de futurs spectateurs. Par articles et entretiens entrecroisés, l'inévitable débat sur faits réels et licence artistique prit de l'ampleur, enjeu principal pour les uns, élément mineur pour les autres. Cette controverse souligne le risque d'une approche dichotomique des spectateurs : certains y voient la démarche d'un artiste qui réinterprète librement la réalité et lui donne un sens en l'inscrivant dans l'Histoire, d'autres recherchent avant tout la mise en images de leurs croyances ou de leurs préjugés. Ces spectateurs sont à la fois trop ancrés dans un présent simplifié et prisonniers du déterminisme répétitif d'un passé complexe. Ou peut-être, dans le cas présent, sont-ils particulièrement sensibles aux codes des différentes communautés d'Irlande du Nord, pas toujours déchiffrables par ceux de l'extérieur...

  • 25 Daily Telegraph, 17 décembre 1993.

23Deux critiques britanniques résument les passions soulevées alors. Tout d'abord le jugement de Susannah Herbert : "With the best will in the world, Sheridan has made a film about injustice which is itself unjust, a film which dishonours to a degree the real story on which it is based"25. Jugement auquel s'oppose l'évaluation plus positive d'Alexander Walker, "Rebel film without an IRA cause":

  • 26 Evening Standard, 3 décembre 1993.

But the film is likelier to be remembered far longer for the peaceful and moving struggle it depicts between a patriarchal figure who wants to get to know his son and the son who discovers the love and filial duty he owes his father. It is one of the few good things to come out of the Troubles.26

24Sans doute mal à l'aise, la critique britannique, dans son ensemble, dirige son tir de barrage contre les aspects factuels du film et préfère exploiter les divisions entre les Conlon et les Maguire. L'erreur judiciaire et sa réparation ne viendront pas souvent sous leurs plumes. Il est vrai aussi qu'il ressort des déclarations des familles concernées une certaine amertume, voire de la jalousie chez les Maguire :

  • 27 Time. March 21 1994. Volume 143, No. 12.

"The truth is that Gerry Conlon had very little time for his father," says Sean Smyth, an uncle.
"It's a good film, well acted and everything," concedes Conlon's aunt, Anne Maguire. "But I think if they'd put more of the true facts in, it would have been a much more powerful film"
27.

  • 28 Honigsbaum, Mark, "Why I changed the facts for my film - The film version of the Guildford Four sto (...)

25Parmi les nombreuses interviews de Sheridan à la sortie du film, celle accordée à l'Evening Standard semble résumer le mieux sa démarche : "... the film as 'faction'- a dramatisation based on Gerry Conlon's autobiography." The point of the film is not to put the police or British justice on trial. The agenda was to take this story out of the context of 25 years of struggle and show that there is still hope "28 Le terme "faction" est ambigu et peut se décliner en un mot-valise (fiction + facts) mais aussi au sens politique de "faction . D'ailleurs, on se perd rapidement dans toutes les interviews plus ou moins contradictoires de Sheridan qui tente davantage d'apaiser la controverse que d'expliquer les buts poursuivis :

  • 29 "Guildford Four film " pleads for end to violence'". Times. 17 décembre 1993.

However, Sheridan who also directed the Oscar-winning My Left Foot, said that the film's title partly invoked'a plea for an end to the circle of violence'. He said :'It's a cry from the heart 'In the Name of the Father'like at the start of a prayer. If you are not allowed to express your feelings, a bomb will do it for you. Societies and religions are structured around father images. England became a kind of father figure whom the Irish have been trying to confront for a long time'29.

26On accepte volontiers que In The Name... étudie aussi les relations père fils. Envoyés en prison, Gerry et Giuseppe se retrouvent, dans le film, partager la même cellule où leur relation, déjà chancelante, est mise à rude épreuve. Gerry considère d'abord son père comme un être faible et méprise son côté méthodique dans sa recherche d'un soutien public extérieur. Il interprète cette attitude comme de la résignation, ou encore la confiance excessive en la justice d'un homme pieux, trop pieux. Giuseppe fait de son mieux pour empêcher que son fils ne soit soumis à de mauvaises influences dans la prison. Il remplit son rôle de père auprès d'un fils qui pour un temps le délaisse au profit d'une autre figure paternelle, l'un des chefs de l'IRA et le vrai responsable de l'attentat pour lequel Gerry a été condamné. Le pathos s'amplifie alors car la santé du père décline et sa grande bonté est de plus en plus manifeste. Ce n'est qu'après l'attaque contre le gardien chef que Gerry prendra conscience de certaines réalités, se rangera au côté de son père et l'aidera, promettant de réhabiliter son nom après sa mort.

27A sa sortie de prison, Gerry est un autre homme, qui respecte désormais son père. In The Name... présente donc aussi la transformation d'un adolescent attardé en un homme plein d'espoir et de désir de justice, formé à la rude école de la prison pendant quatorze ans. Mais, éclairé et soutenu par le souvenir du père, il ne semble pas endurci, ni même amer alors que quiconque aura vu le discours violent, diffusé par les chaînes de télévision britanniques, de Gerry Conlon à sa sortie de prison, aura compris que ce désir de justice était dans les faits accompagné d'un besoin de revanche...

  • 30 "Tears in the cinema, men in the dock". The Indepedent, 20 décembre 1993.

28Sheridan, dans un débat radiodiffusé par la BBC, a affirmé que son but principal était d'étudier la relation père/fils dans ce quasi huisclos de la prison. Dans ce cas, il a été incompris et le message est mal passé auprès du public et les politiques - de tous les bords - l'ont détourné. Certaines images de la vie carcérale (et notamment du groupe de rastas qui se droguent au LSD) parasitent cette étude. Peut-être aurait-il été plus souhaitable que Sheridan conserve la scène, coupée au montage, de la mort du père en prison avec son fils à son chevet. À mon sens, le personnage du père est assez falot et ne semble prendre de l'épaisseur que lorsqu'il entre en "compétition" avec le membre de l'IRA qui prend Gerry sous sa protection. Sans doute est-on aussi invité à faire une analyse psychanalysante de cette relation père/fils derrière laquelle se profile la métaphore colonisateur/colonisé. Selon Sheridan lui-même, nous l'avons vu, la Grande-Bretagne a longtemps joué le rôle de la figure patriarcale forte, tenante de l'autorité et de la force et l'Irlande doit se mesurer à elle. Dans un certain sens, l'idée de Sheridan est que la minorité catholique nord-irlandaise, dans laquelle est née Conlon, est enfermée dans un état perpétuel de confrontation avec l'autorité (patriarchate, ecclésiastique, policière) dont elle doit à tout prix s'échapper, en grandissant, en conquérant son indépendance afin d'assumer à son tour ses responsabilités. Mais il faut aussi que la figure paternelle évolue et soit digne de confiance, exhibant quelques-unes des qualités de Giuseppe, en premier lieu son amour de la justice, sa bonté et sa générosité. Ce message est peut-être celui d'un activisme personnel nécessaire de la part des spectateurs : pas forcement prendre les armes mais agir pour obtenir la justice et ne pas baisser les bras, pour ne pas rester prisonnier d'un engrenage et d'un déterminisme historique, pour lutter contre une violence qui se nourrit de la répétition aveugle, du ressassement. Tout en niant d'être un artiste militant, Sheridan admet une arrière-pensée politique dans son œuvre : "...he hopes the film may shine an international spotlight on Ireland and increase pressure for peace". Le co-producteur du film, Arthur Lappin, se défend d'avoir voulu créer de nouvelles divisions : "We did not set out to create division in Britain. We tried to make a film that is pacifist, anti-violent and hopefully healing, and I don't think anyone can contest that"30. Beaucoup l'ont fait pourtant.

IV) LA FABRICATION DE LA MEMOIRE INDIVIDUELLE ET COLLECTIVE

29Il y a une difficulté certaine à filmer une guerre sans nom qui, selon les Britanniques serait, au mieux, une "opération de police, de maintien de l'ordre". En recentrant le conflit nord-irlandais par le biais d'une étude du fonctionnement du système judiciaire britannique, Sheridan reprend le discours républicain traditionnel sur le problème irlandais : si ce problème existe c'est la faute de la Grande-Bretagne. Le conflit nord-irlandais dure depuis vingt-quatre ans lorsque sort In the Name.... À la fin d'une guerre (on est à la veille des cessez-le-feu d'août et septembre 94), les réseaux de souvenirs se construisent pour mieux oublier, pour que les survivants puissent faire face à l'avenir. Devoir de mémoire et devoir d'oubli sont également cruciaux. Ici, il ne s'agit pas de reprendre les actes du passé pour les figer dans l'histoire mais, à mon avis, d'utiliser le film comme moyen moderne d'inscription pour faire connaître, avec talent et efficacité, la lutte nationaliste irlandaise. La guerre n'est pas finie, le combat continue et la victoire n'est pas encore en vue. Certes, on l'a vu, on ne peut réduire le film à une simple œuvre de propagande au premier degré et dans cinquante ans, on délaissera peut-être cet aspect militant pour mieux se concentrer sur l'injustice comme condition première de tout rapport d'autorité aveugle (recherche de boucs émissaires, clichés, négation de l'individualité) par opposition à une relation "d'autorité traditionnelle" père-fils basée sur l'humilité et la recherche de justice et d'amour. Il n'en demeure pas moins que Sheridan et George ont fabriqué avec In The Name... une des nouvelles mémoires du conflit. Mais mémoire n'est pas histoire. Et le passé déformé est souvent plus puissant, grâce à une certaine formalisation de la mémoire, que la réalité historique. Cet imaginaire de la guerre et du conflit, par sa sélection d'éléments et son interprétation des faits, remplace l'ancienne pub-history et les récits familiaux mais la démarche reste la même. C'est une quête de sens et une justification de la lutte à laquelle les films participent aujourd'hui, plus ou moins consciemment (cf. Cal et son message humaniste d'amour et de pardon). Les représentations du conflit participent de cette mémoire de chacun et de tous. Cette vision de l'histoire est populaire, palpable, compréhensible et à la limite du manichéen. À mon sens, ce film entretient aussi les vieux clichés nés de réalités ancestrales de l'opposition catholiques/protestants en Ulster et cette forme de mémoire n'évacue pas les malentendus qui sont ici perpétués entre les communautés d'Ulster.

  • 31 Comme la France avec la période de Vichy ou de Guerre d'Algérie
  • 32 Dépêche'Press Association' : " Birmingham Six Issue Defamation Writ On Tory MP ". 18/3/1997

30Si les polémiques furent si vives sur le contenu "historique" du film c'est que les sociétés irlandaise et britannique qui l'ont vu sont instables, mal à l'aise dans leur rapport avec leurs histoires entrelacées31. Ces attaques ne sont que l'expression du malaise concernant une histoire inachevée, bâclée, alors que le présent est indécis voire dangereux. Elles continuent d'ailleurs puisqu'en février 1997, David Evans, député conservateur écrivait qu'il considérait toujours les "Birmingham Six" comme coupables32. Mais c'est aussi parce que le film encourage un certain type de "lecture" dans lequel chacun ne saurait trouver son compte.

31Le film présente le conflit seulement sous l'angle de forces d'occupation britanniques violentes, face à des Irlandais brutalisés et victimes d'un système hérité du passé. C'est sans doute l'erreur d'analyse politique du film, car nulle part il n'est question des protestants, des Loyalistes, des Orangistes, du réel problème de cultures et d'identités qui ronge le Nord depuis si longtemps. Certes les Unionistes n'ont aucun rôle direct dans le cas Conlon/Maguire, mais néanmoins, c'est sur leur insistance que fut votée la loi d'urgence. En simplifiant à outrance, volontairement je pense, et pour gagner en efficacité dramatique, Sheridan et George encouragent la vision cliché, déjà préfabriquée par les médias, des spectateurs étrangers : "Perfide Albion contre Irlande Opprimée".

32On imagine combien ce discours nationaliste a pu séduire des millions de descendants d'Irlandais aux États-Unis ou ailleurs. Jim Sheridan, lui même, fut sensible à la publicité faite pour présenter le film aux États-Unis et en Grande-Bretagne et en retint une subtile différence linguistique dans la présentation du point de vue :

  • 33 Arts : What a Week ! - Jim Sheridan. Daily Telegraph, 5 février 1994.

Watching the advertisements on television this week, I've noticed a dichotomy between the two nations : in America advertisements are all about being a winner and here they're all about being a loser. It's just one example of the way in which the same language can be used very differently33.

33Lorsque le 1er février 1994, le film fut présenté aux députés de la Chambre des Communes, par Sheridan et Conlon, l'objection majeure soulevée fut bien la dimension politique caricaturale propre à encourager des esprits américains mal informés à soutenir l'IRA :

  • 34 Roberts, Alison, Times, 8 février 1994. Lister, David, "First Night : Drama follows'Four'film scree (...)

But several politicians, echoing newspaper critics, said that they were particularly worried about reaction in America. They claimed that thousands of Americans, who have probably never heard of the Guildford Four, will see the film, not understand the real-life circumstances of Anglo-Irish relations, and side with the 'underdogs' creating a dangerous new sympathy for the IRA34.

  • 35 Irish Times, 10 février.

34Le correspondant de l'Irish Times aux États-Unis, Conor O'Clery, intitula son article lors de la sortie du film : "In the name of the Irish : In the Name of the Father has made it fashionable to be a Northern catholic in the States" soulignant combien ce dernier avait réveillé le sentiment anti-britannique chez les Irlando-Américains35. Ceux qui se sont inquiétés des conséquences négatives que le succès international d'une telle œuvre pourrait entraîner n'ont sans doute pas été rassurés par les propos de Ronan Bennett :

  • 36 Bennett, Ronan, "The big screen trial of the Guildford Four". The Observer, 6 février 1994.

... In Ireland people have been going in their droves to see In the Name of the Father, and they give it standing ovations, partly, I would guess, because the origins of the experience they see depicted on the screen are ones they understand and know about ; they have to do with discrimination and identity. [...] The irony is, of course, that In the Name of the Father, with all its rearrangement of the facts, will have an infinitely greater impact than any of the many television documentaries and the five books published on the case to date, for all the care that went into them. But it can only be good if more people are made aware of this disgraceful and still unresolved scandal36.

  • 37 Seule exception, le film de Thaddeus O'Sullivan, Nothing Personal, (1996), analyse le comportement (...)

35Le succès de In The Name allait encourager la production d'autres films sur les "troubles", comme Some Mothers'Sons (sur la grève de la faim des prisonniers républicains en 1981) de Terry George en 1996, Michael Collins (1996) de Neil Jordan et A Further Gesture (1997) de Ronan Bennett. Les producteurs misent sur une nouvelle donnée : le public anglo-saxon et international semble s'intéresser au conflit nord-irlandais et prêt à suivre ses convulsions, ses péripéties et ses injustices sur les écrans. Est-il sensible au fait que, comme dans la fiction littéraire, les héros sont en majorité des militants de l'IRA et non des Loyalistes37, éliminant régulièrement du tableau l'un des acteurs principaux du drame, la communauté unioniste ?

36Le film a certainement touché plus de spectateurs en Grande-Bretagne que les ouvrages sérieux et documentés sur les cas des "Guildford Four et des" Maguire Seven ". In The Name... a donc ouvert une porte médiatique de taille dans l'indifférence d'un public saturé d'informations télévisées en direct, de films de violence et de démonstrations militantes. Le savant dosage des divers éléments humains et politiques, l'universalité et l'émotion des relations père-fils ont réussi à faire connaître la cause nationaliste mieux que des heures de reportages à la télévision. D'une certaine façon, le film marque un tournant dans les moyens utilisés par les Irlandais nationalistes pour convaincre le reste du monde de leur cause. En dénonçant une certaine forme de violence aveugle — personnifiée par le membre de l'IRA dans le film — ses auteurs placent le combat à un niveau plus accessible et acceptable à tout spectateur/citoyen.

  • 38 Cf. Stora, Benjamin. Imaginaires de guerre, p. 221.

37"La fiction peut-être parfois plus juste que le document, plus authentique", rappelle l'historien de la Guerre d'Algérie, Benjamin Stora38. Mais on peut douter que cela soit véritablement le cas ici. Même si le succès du film laisse à penser que de nombreux spectateurs y ont trouvé une représentation satisfaisante de faits et d'émotions à propos de la crise d'Ulster, on peut craindre que ce soit le message simple (simpliste) de la juste cause des nationalistes contre les méchants Britanniques qui les ait satisfaits, un cliché à la véracité douteuse, même si l'erreur judiciaire dans les cas présentés ne fait aucun doute. L'œuvre de J. Sheridan et T. George a au moins le mérite de transformer des "événements" en une 'histoire "avec un début, un milieu, une fin, et, plus risqué, une interprétation. On peut considérer que le film a été détourné par la classe politique britannique qui n'y a vu qu'un message pro-IRA, mais je pense néanmoins, que ses auteurs ont réuni les ingrédients propres à une telle lecture. Le spectateur n'est guère encouragé à creuser sous la surface et l'on constate aujourd'hui, que le premier degré l'a emporté, vu le contexte historique dans lequel le film a été présenté et l'on comprend parfaitement que les passions se soient déchaînées sur un tel thème. Écrire ou filmer "l'histoire immédiate" de l'Irlande du Nord n'est pas sans écueil.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Conlon, Gerry, 1990. Proved Innocent. Londres : Hamish Hamilton.

Hill, Paul with Ronan Bennett, 1990. Stolen Years. Before & After Guildford. Londres : Doubleday. Kee, Robert, 1986. Trial & Error. Londres : Hamish Hamilton.

Stora, Benjamin, 1997. Imaginaires de guerre. Paris : La Découverte.

Notes

1 Film noir, à petit budget, sur les troubles d'Irlande du Nord vus depuis le Donegal, il fut diffusé sur la chaîne franco-allemande, Arte, en 1995.

2 Le film est sorti en France le 9 mars 1994.

3 Cf. Les articles consacrés au film par les deux plus grands magazines populaires français sur le cinéma : Michaud, Juliette. Studio. Mars 1994, 13. Chaillet, Jean-Paul. Premiere. Mars 1994, 39. En quelques semaines le film fera une recette de plus de 20 millions de dollars aux USA. Cf. Irish Times. 23/3/1994, "Subdued mood in Irish camp after Oscars disappointment." In the Name... est cité parmi les films irlandais qui ont été "boxoffice and critical successes throughout the word" dans l'ouvrage officiel Facts about Ireland, publié par The Department of Foreign Affairs, Dublin, 1995, 176). Aujourd'hui grâce à la télévision et la cassette vidéo, le cinéma atteint vraiment son statut de mass média. La cassette vidéo est un véritable support de masse du film projeté, trop souvent, de façon brève sur les écrans. Elle représente la vraie distribution d'un film et les chaînes de télévision assurent sa pérennité.

4 La version vidéo originale, en anglais, distribué par Universal Pictures, ne dure que 127 minutes.

5 L'on pense ici à ce qu'Holywood fera un jour d'un événement comme Bloody Sunday...

6 Conlon, Gerry, Proved Innocent. London. Hamish Hamilton. 1990. écrite avec l'aide de deux journalistes, David Pallister & Robin Blake, elle est rééditée depuis 1991 par Penguin Books sous le titre "In the Name of the Father".

7 Le 18 décembre 1996 l'Irish Times publie un article révélant que le détecteur d'explosifs utilisé dans l'enquête des Guildford Four avait été contaminé et non nettoyé depuis 1989 ("Semtex may have been on forensic machine since 1989").

8 "Tears in the cinema, men in the dock". The Independent, 20 décembre 1993.

9 Time, March 21 1994, Volume 143, No. 12.

10 Bennett, Ronan. "Irish actor-producer Gabriel Byrne was the brain behind 'In the Name

of the Father". The Observer, 8 mai 1994.

11 Michael O'Dwyer. "Conlon film loses true story'tag". Irish Times, 15 juin 1994.

12 Cf. Proved Innocent, 182.

13 Ibid., 217.

14 The Irish Times, 13 septembre 1996.

15 Ibid.

16 Cf. O'Toole, Pintan, "Opinion: The facts of history are shaped by the needs of the present". Irish Times, 16 février 1994.

17 Ce que résume clairement le critique cinématographique de l'édition américaine de Time March 21, 1994 Volume 143, No. 12 : " n Hollywood, as in war, truth is often the first casualty. Stories told onscreen demand heroes, villains and an intelligible plot line. Real life, on the other hand, tends to get messy - the lines between good and bad often cross "

18 Roberts, Alison. Times, 8 février 1994.

19 Irish Times, 27 janvier 1994.

20 "Victims against victims : Gerry Conlon talks to Emer Mullins about the controversy surrounding In the Name of the Father", Irish Times, 15 janvier 1994.

21 Cf. Stora, Benjamin. Imaginaires de guerre. Paris, La Découverte, 1997,184.

22 "Irish film receives seven Oscar nominations : Sheridan is delighted as'In the Name of the Father' sets a record." Irish Times, 10 février 1994.

23 Cf. John Burns and Liam Clarke, "Film writer had terrorist link". Sunday Times Magazine, 24 février 1994.

24 Hugh Davies. "Daniel in a political lion's den". Daily Telegraph, 10 décembre 1993.

25 Daily Telegraph, 17 décembre 1993.

26 Evening Standard, 3 décembre 1993.

27 Time. March 21 1994. Volume 143, No. 12.

28 Honigsbaum, Mark, "Why I changed the facts for my film - The film version of the Guildford Four story is so full of factual inaccurancies that some critics say it is more like a work of fiction. But director Jim Sheridan tells Mark Honigsbaum that the story may have been altered, but the truth remains the same." Evening Standard, 1er février 1994.

29 "Guildford Four film " pleads for end to violence'". Times. 17 décembre 1993.

30 "Tears in the cinema, men in the dock". The Indepedent, 20 décembre 1993.

31 Comme la France avec la période de Vichy ou de Guerre d'Algérie

32 Dépêche'Press Association' : " Birmingham Six Issue Defamation Writ On Tory MP ". 18/3/1997

33 Arts : What a Week ! - Jim Sheridan. Daily Telegraph, 5 février 1994.

34 Roberts, Alison, Times, 8 février 1994. Lister, David, "First Night : Drama follows'Four'film screening : In The Name Of The Father : Committee Room 20, House of Commons". The Independent, 2 février 1994.

35 Irish Times, 10 février.

36 Bennett, Ronan, "The big screen trial of the Guildford Four". The Observer, 6 février 1994.

37 Seule exception, le film de Thaddeus O'Sullivan, Nothing Personal, (1996), analyse le comportement criminel d'un groupe d'assassins loyalistes à Belfast.

38 Cf. Stora, Benjamin. Imaginaires de guerre, p. 221.

Auteur

Rennes II

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter