Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Irlande Vision(s) / Révision(s)

 | 
Martine Pelletier

Avant-propos

Martine Pelletier

Texte intégral

1Ce numéro spécial du GRAAT rassemble les communications présentées à l'occasion du colloque annuel de la SOFEIR (Société Française d'Études Irlandaises) qui s'est tenu à Tours les 20 et 21 mars 1997 avec l'aide de l'UFR Anglais-LEA, de l'Université François Rabelais, de la ville de Tours, du Conseil Général d'Indre et Loire, du British Council et du Comité Culturel du Ministère des Affaires Étrangères de la République d'Irlande.

2Le thème retenu pour ces deux journées d'études, "Vision (s)/Révision (s)", a fourni aux participants matière à réflexion dans des domaines variés comme en atteste la diversité des textes ici réunis: fiction, poésie, théâtre, cinéma, histoire plus ou moins récente. La tension entre les deux termes, confirmée par la présence insistante du pluriel amène à s'interroger sur une dynamique, un dialogue, parfois douloureux ou convenu mais souvent fécond entre passé et présent, entre tradition et originalité. Pour échapper au piège du ressassement stérile, ou de la fossilisation nés d'un respect excessif du "devoir de mémoire" il importe de préserver la possibilité de se libérer créativement des visions héritées du passé, qu'elles soient historiques ou littéraires; l'artiste et la société révisent leur "textes sacrés", négocient, s'adaptent, évoluent, bon gré mal gré...

3Mais "révision" a aussi en Irlande une acception plus spécifique et deux de nos invités ont choisi d'aborder de front la question du révisionniste historique irlandais, cette relecture-réécriture de l'histoire nationale saluée comme un signe de maturité politique et idéologique par les uns, décriée par les autres comme un reniement, une trahison de la nation dont les fondements se voient remis en cause depuis les années 70. Colm Tóibín propose une vision personnelle articulée sur son expérience du révisionnisme, qu'il assimile à un parricide, un meurtre rituel de la figure paternelle tandis qu'Edna Longley s'attache aux liens entre le révisionnisme historique et la production littéraire nord-irlandaise récente. Le caractère volontairement plus polémique de ces interventions qui se font indirectement écho nous rappelle à juste titre la pluralité des "visions" et la vigueur du débat intellectuel en Irlande, nord et sud.

4Ce volume s'ouvre avec les œuvres de Michael Longley et Stephen Romer à qui nous devons une magnifique soirée au cours de laquelle nous avons eu le privilège de les entendre dire leurs textes. Ils ont aimablement accepté de nous laisser reproduire quelques-uns de leurs poèmes les plus récents ici, ce dont nous tenons à les remercier chaleureusement.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter