Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

(Re)Mapping the centres Membership and State

 | 
Trevor Harris

L’Épicentre cathartique : figures du déplacement chez les Muckrakers au tournant du siècle

Nicolas Gachon

Texte intégral

  • 1 La définition du muckraker constitue un champ historiographique particulièrement épineux. Voir, à (...)

1Les relations entre les muckrakers (Ray Stannard Baker, David Graham Phillips, Charles Edward Russell, Upton Sinclair, Lincoln Steffens et Ida Tarbell) et Theodore Roosevelt constituent un phénomène mal connu que la problématique du centre et des rapports entre Etat et appartenance permet d’éclairer utilement.1 L’Amérique du tournant du siècle, celle de l’industrialisation massive et de la concentration économique, voyait en effet se distendre le lien entre individu et société, lien génétique de la démocratie. Les idéaux fondateurs et le républicanisme jeffersonien se trouvaient alors remis en question par la nouvelle société. Privée de Frontière, l’Amérique était désormais en quête de son centre, d’un centre qu’il faudrait peut-être déplacer, multiplier ou démultiplier pour en valider la signification fondatrice et en restaurer la fonction sociale. Tel était l’enjeu du militantisme des muckrakers et, par conséquent, de leurs relations avec Theodore Roosevelt.

2Les motivations des muckrakers n’étaient en rien incompatibles avec l’action politique du président. Roosevelt, on le verra, n’était d’ailleurs pas étranger à l’essor du phénomène muckraking. C’est ainsi qu’après avoir vigoureusement dénoncé leur sensationnalisme et leur radicalisme dans un célèbre discours d’avril 1906, il s’efforçait encore, deux années plus tard, de concilier l’inconciliable au prix d’un ambitieux recentrage : "wise radicalism and wise conservatism go hand-in-hand, one bent on progress, the other bent on seeing that no change is made unless in the right direction" (Roosevelt, 1926, 499). Le présent article se propose d’expliquer en quoi les muckrakers, au-delà d’un sensationnalisme de surface que le président lui-même n’avait pas toujours dédaigné, avaient outrepassé le périmètre de cette conception rooseveltienne du radicalisme.

I - L’utopie comme icône d’un centre transcendé

3Il existe deux grands accès possibles au phénomène muckraking : le réformisme et le radicalisme. Pour les uns, ces deux axes qui informent toute l’historiographie du mouvement recouvrent une véritable opposition dans la lignée de celle qui aurait jadis opposé Theodore Roosevelt et les muckrakers. D’autres, moins nombreux, préfèrent n’y déceler qu’une nuance reflétant la désillusion de réformistes soudain confrontés aux réalités de l’action politique. Ces deux approches sont intrinsèquement liées au concept de centre, centre sur lequel le réformiste cherchera à se greffer et dont le radical tendra, de manière caractéristique, à s’écarter. Le muckraker était-il dès lors "excentrique" ? Se repose ici l’éternel problème du radicalisme américain. A partir de quel moment, de quel stade, de quelle intensité la critique sociale peut-elle être considérée comme radicale ? Comment expliquer qu’alors même que le terme se teinte aux États-Unis d’une connotation résolument subversive (un-American) les cas de radicalisme véritablement subversifs y sont rarissimes ? Les travaux consacrés à cette problématique sont légion (voir par exemple Granjon et Debouzy, 1976) et renvoient à trois référents principaux : l’extrémisme, les idées de gauche et la volonté d’actualiser les idéaux du rêve américain. Les muckrakers avaient la particularité, selon des modalités qu’il conviendra de préciser, d’incarner les trois dimensions à la fois, c’est-à-dire trois positionnements différents par rapport au centre. Si la référence aux idées de gauche est ici peu sujette à caution, l’extrémisme doit en revanche être conçu comme exclusivement circonscrit à la rhétorique mordante de leurs écrits, tandis que la volonté d’actualisation des idéaux du rêve américain introduit une question d’importance centrale pour notre propos : de quelle Amérique s’agissait-il ?

4L’Amérique, du point de vue des muckrakers au tournant du siècle, n’était plus que l’ombre d’elle-même : douloureux constat incriminant directement, sans toutefois la menacer, la nouvelle société industrielle du vingtième siècle, celle de la concentration et du gros capitalisme, celle des dérives morales et éthiques d’une nation entièrement acquise à la cause d’un matérialisme mercantile. Les muckrakers croyaient pourtant au rêve américain. Il n’est pas permis d’en douter, même si l’histoire retient naturellement des travaux pouvant, de prime abord, laisser penser le contraire : The Jungle (Upton Sinclair, 1906), "The Shame of the Cities" (Lincoln Steffens, 1902-03), The History of the Standard Oil (Ida Tarbell, 1904), "The Treason of the Senate" (David Graham Phillips, 1906), "The Reign of Lawlessness" (Ray Stannard Baker, 1904), "At the Throat of the Republic" (Charles Edward Russell, 1907-08), etc. Nombre des premiers articles des muckrakers ont pourtant de quoi surprendre et – les critiques formulées par Gabriel Kolko (1963, 161) en sont un bel exemple – ont à l’évidence surpris. Les muckrakers, à l’instar de Ray Stannard Baker dans "J. Pierpont Morgan" (1901), ont brossé une série de portraits élogieux de personnalités qu’ils allaient plus tard dénoncer pour être des ploutocrates. Faut-il, comme Kolko, taxer les muckrakers d’incohérence, de conservatisme et de bienveillance à l’égard des nouveaux capitaines d’industrie ? Il devient évident que non, dès lors que l’on lit ces articles comme des success stories exaltant des destinées typiquement américaines forgées par le génie et le travail. Transparaît ici toute la foi initiale des muckrakers en une Amérique qu’ils ne pourraient jamais se résoudre à voir s’écarter de sa dimension mythique. Se pose en l’occurrence un problème de représentation du mythe, car les muckrakers étaient alors en passe de réaliser, sur le terrain en tant que reporters, que cette Amérique-là, celle du rêve américain, était d’ores et déjà irrémédiablement marquée par l’impact social de l’industrialisation. La problématique du centre resurgit avec force : quelle pouvait être la vocation profonde d’un radicalisme dont la valeur de référence se trouvait être un mythe ou un rêve, radicalisme dont on peut en outre, puisqu’il s’agit du contexte américain, aller jusqu’à douter de la dimension radicale ? Idéalisme et utopie seraient-ils la dernière frontière, et par conséquent le centre du radicalisme américain ?

5Le radicalisme des muckrakers était incontestablement utopique. Étymologiquement "en aucun lieu," l’utopie permettait de transcender un centre qui, en l’état, ne pouvait plus prétendre au statut d’archétype. Le muckrakers, qui, faute d’avoir pu assouvir immédiatement leur passion pour l’écriture littéraire, avaient fait leurs premières armes dans le journalisme, se positionnaient dans la perspective d’artistes visionnaires et n’aspiraient à rien de moins qu’à reconstruire le monde. Mais il n’y avait rien d’iconoclaste dans cette approche du centre. Il ne s’agissait ni de le déstabiliser ni de lui aliéner le citoyen américain en faisant miroiter des modèles étrangers (ce dont Theodore Roosevelt les accuserait pourtant, agitant sciemment le spectre d’un socialisme subversif). Les muckrakers œuvraient dans le sens d’un recentrage des valeurs structurant l’âme du peuple américain. L’introduction rédigée par Lincoln Steffens à l’occasion de la parution sous forme d’ouvrage de la série "The Shame of the Cities" était très explicite :

My purpose was no more scientific than the spirit of my investigation and reports; it was, as I said above, to see if the shameful facts, spread out in all their shame, would not burn through our civic shamelessness and set fire to American pride. That was the journalism of it. I wanted to move and to convince. That is why I was not interested in all the facts, sought none that was new, and rejected half those that were old. I often was asked to expose something suspected. I couldn’t; and why should I? Exposure of the unknown was not my purpose. (1904, 12)

6Le succès populaire et par conséquent l’efficacité de ce radicalisme utopique procédaient de figures de déplacement. Déplacement du point de vue offrant un éclairage inattendu et imposant à l’Américain moyen une prise de recul quasi immédiate vis à vis de son propre vécu et de sa place dans la société. "The people are not innocent. That is the only 'news' in all the journalism of these articles" (ibid., 9), écrivit encore Steffens, incitant chaque citoyen à faire son propre examen de conscience et à évaluer sa propre part de responsabilité dans les maux et dérives de la société. Les articles des muckrakers interpellaient la société bien au-delà des seules pratiques ou individus visés dans le cadre de tel ou tel exposé. Ils le faisaient au moyen de rappels à l’ordre lancinants : "Now, What Are You Going to Do About It ?" (Sinclair, 1904 et Russell, 1910-11). Les muckrakers entendaient éduquer l’opinion publique et solutionner une fois pour toutes les problèmes de l’Amérique. Le mode était médiatique, la fonction cathartique. Epicentre d’un séisme social et politique dont eux-mêmes étaient à certains égards les victimes, le sensationnalisme exacerbé des muckrakers n’avait vocation à dénoncer les déviances de l’Amérique que pour en recentrer les valeurs cardinales. Alors que la société était menacée d’éclatement, que semblait se profiler le spectre subversif (parce que un-American et par conséquent excentré) de la lutte des classes, le recentrage des idéaux américains passait par une résistance culturelle aux dérives de la société. L’utopie était exempte de tout modèle archétypique, et le rêve social, à défaut de pouvoir être immédiatement actualisé, était écrit en négatif depuis les zones les plus sombres – the muck – de l’Amérique. Sorte d’icône transcendée d’un centre tant aimé, l’utopie des muckrakers était celle d’artistes en puissance issus des milieux protégés de la classe moyenne, celle de jeunes gens que rien n’avait préparés à une telle confrontation avec la réalité sociale.

II - L’état fédéral comme hypocentre : vers un resserrement de la relation d’appartenance

7Cet épicentre cathartique qui cristallisait les désespoirs de la nation allait être vigoureusement dénoncé par le centre politique, fédéral et historique alors représenté par l’administration Roosevelt. Car l’État fédéral, en tout cas pour les muckrakers, se trouvait être l’hypocentre du malaise social. Les dérives de la société étaient au pire la conséquence directe de la corruption des institutions, au mieux la manifestation de leur incapacité à préserver l’intérêt public. Le discours prononcé par le président, le 14 avril 1906, pour dénoncer publiquement les muckrakers est particulièrement révélateur d’un équilibre désormais précaire, celai d’une société en quête de nouveaux repères. Roosevelt, manifestement, avait choisi d’user de tout son pouvoir médiatique pour excentrer la critique sociale des muckrakers. Dans "The Man with the Muck-rake" (New York Tribune 15 April 1906), il écrit :

The men with the muckrakes are often indispensable to the well-being of society, but only if they know when to stop raking the muck, and to look upward to the celestial crown above them, to the crown of worthy endeavor. There are beautiful things above and round about them; and if they gradually grow to feel that the whole world is nothing but muck their power of usefulness is gone. (In Weinberg, Arthur et Lila, eds., 1961, 60)

8Un point important tient dans le fait que le discours ne citait nommément aucun journaliste. Ceux que Roosevelt avait à l’esprit n’étaient pas tant les "vrais" muckrakers, les mal nommés – dont plusieurs, en particulier Lincoln Steffens et Ray Stannard Baker, comptaient parmi ses proches et avaient entouré son ascension politique – que la dynamique d’émulation qu’ils avaient engendrée. Le président s’était quelque peu brûlé les doigts. Il avait intentionnellement laissé croître un mouvement qu’il savait sulfureux mais dont les relations aussi stratégiques que personnelles qu’il entretenait avec les muckrakers lui assuraient, pensait-il, le contrôle. Au-delà du renforcement des valeurs cardinales de la société, l’exposé incessant de ses dérives contribuait à légitimer certains pans de l’action politique du président. Or, l’engouement pour les articles des muckrakers avait été d’une intensité telle qu’une nouvelle pratique journalistique s’était peu à peu affirmée. Mais cette pente-là s’avérait extrêmement dangereuse : les innombrables émules des muckrakers échappaient non seulement au contrôle du président mais n’étaient de surcroît aucunement motivés par l’utopie d’un épicentre pouvant stabiliser l’hypocentre, celui de la démocratie et du bon fonctionnement des institutions. L’État fédéral semblait à présent pouvoir être lui-même menacé. Les muckrakers n’étaient bien entendu pas exempts d’une part de responsabilité, indirecte mais néanmoins réelle, dans le sens où, déçus par le réformisme politique, eux-mêmes s’étaient sensiblement radicalisés par rapport à leur approche initiale. L’épicentre cathartique, perpétuellement revisité par des émules aux préoccupations très aléatoires, se voyait alors démultiplié à l’excès. La limite qui séparait les muckrakers du sensationnalisme creux et de la presse à scandale était alors noyée sous le flot de centaines d’articles. Si l’on peut considérer que l’exposé d’une situation faisant suite à une enquête relève du journalisme d’investigation, le "ré-exposé" de la même situation par un autre journaliste et à des fins mercantiles, ce sans nouvelle enquête, constituait à l’évidence une forme de sensationnalisme gratuit se rapprochant de la presse à scandale. C’est précisément cette dynamique que Theodore Roosevelt voulut à tout prix enrayer, quitte à broyer le phénomène muckraking dans le creuset de la presse à scandale.

9Une des caractéristiques de l’historiographie du phénomène muckraking, depuis à présent près d’un siècle, tient dans le développement d’approches statiques et particulièrement tranchées. De telles perspectives ont engendré un schéma récurrent qui contribue à exclure – à décentrer ? – une indispensable part de nuance : les muckrakers étaient/n’étaient pas radicaux ; les muckrakers étaient les ennemis/les amis de Roosevelt ; les muckrakers adhéraient/s’opposaient au darwinisme social ; les muckrakers faisaient/ne faisaient pas partie de la presse à sensation... En sus de l’impasse définitionnelle qui a pu en résulter, ce type de lecture du phénomène entrave l’appréhension de toute l’ampleur des interactions entre Theodore Roosevelt et les muckrakers, notamment au regard de la notion de centre qui sous-tendait leur radicalisme. On est en l’occurrence à mille lieues d’un radicalisme monolithique et uniforme : les muckrakers se sont radicalisés avec le temps, adaptant progressivement leurs prises de position par rapport à l’hypocentre fédéral. C’est à la distance qui les séparait de sa propre sphère que Roosevelt prenait la mesure du radicalisme des muckrakers, et donc face à l’amenuisement de ce qu’il considérait être un périmètre de sécurité qu’il décida de les discréditer publiquement. Il est relativement aisé d’observer le développement de cette dynamique et, partant, de démontrer que l’opposition généralement évoquée au sujet de Roosevelt et des muckrakers recouvrait une réalité bien plus complexe que ce que l’on pourrait imaginer.

  • 2 Steffens, "Enemies of the Republic, Missouri." McClure’s April 1904 : 587-599 ; "Enemies of the Re (...)

10Si le discours du 14 avril 1906 a effectivement entériné une fracture entre réformisme politique et radicalisme utopique, cette configuration ne saurait en aucun cas éclairer la totalité des relations entre le président et les journalistes-muckrakers. Cela surprendra peut-être, mais Theodore Roosevelt n’avait par exemple pas, ou très peu, critiqué la série "The Shame of the Cities" (1902-1903) de Lincoln Steffens. Dans une lettre du 17 octobre 1903, Steffens révèle même que le président l’avait par la suite contacté pour qu’il brosse un tableau "sensationnel" de son action politique : "He has asked me to write the most important things that are to be said next year ; the account of his fight with capital and with labor. It will make a sensation" (Winter et Hicks, eds., 1938, 158). L’article ne vit finalement pas le jour mais un projet à objectif similaire se concrétisa l’année suivante avec la décision de Lincoln Steffens d’écrire une nouvelle série intitulée "Enemies of the Republic."2 L’objectif de Steffens était pour le moins éloquent. Il s’agissait de promouvoir la cause de Roosevelt pour les présidentielles de 1904, non pas en écrivant un ou des articles louant sa personne, mais, comme il le signale dans une lettre de décembre 1903, bel et bien en publiant une nouvelle série d’exposés après "The Shame of the Cities" : "Roosevelt may be beaten, but he will not be beaten without some pretty stiff fighting, and, not personally for him, but for what he stands for, I expect to deal some of the heaviest blows" (Winter et Hicks, eds., 1938, 162). Une sorte de transaction tacite entre le président et les journalistes transparaît ici. Il n’y avait à l’origine aucune hostilité de principe, d’autant que Roosevelt savait parfaitement tirer parti de l’impact médiatique des écrits des muckrakers. Sa réaction face à la nouvelle série de Steffens fut pourtant extrêmement critique, opposition de circonstance par la suite consacrée dans l’historiographie : "in my judgment we suffer quite as much from exaggerated, hysterical and untruthful or slanderous statements in the press as from any wrong doing by businessmen or politicians" (cité dans Kaplan, 1974, 141).

11Le changement d’attitude de Theodore Roosevelt ne peut s’expliquer que dans la perspective d’une radicalisation des muckrakers, radicalisation procédant d’un déplacement de l’épicentre vers l’hypocentre. Car si l’on s’en tient aux reproches formulés par Roosevelt, dans sa correspondance comme dans le discours du 14 avril 1906, "The Shame of the Cities" et "Enemies of the Republic" ne différaient en rien : Lincoln Steffens s’exprimait toujours dans le magazine McClure’s, la rhétorique était la même, les deux séries jouissaient d’un fort impact médiatique et le sujet restait globalement invariant. Une différence toutefois : si le sujet de fond était maintenu, les occurrences retenues avaient sensiblement changé. Alors que "The Shame of the Cities" exposait la corruption municipale, "Enemies of the Republic" s’attaquait aux Etats. C’est au moment même où un pas dans l’ascension du phénomène muckraking vers le niveau fédéral venait d’être franchi que les critiques de Roosevelt passèrent elles aussi à un niveau supérieur. La crise décisive allait intervenir une année plus tard, en 1906 ("Enemies of the Republic" date des années 1904-1905). Les événements de 1906 soulignent de manière éclatante à quel point le centre fédéral se trouvait être l’enjeu des dissensions entre Roosevelt et les muckrakers : David Graham Phillips exposait alors le Sénat, une institution fédérale, dans la série "The Treason of the Senate" ; Upton Sinclair venait de publier The Jungle, ouvrage qui, au-delà de l’exposé de pratiques regrettables dans les abattoirs de Chicago, soutenait la cause socialiste, cause tout à fait "excentrique" aux yeux de Theodore Roosevelt (Sinclair s’exprimait de surcroît par le biais d’une fiction qui le soustrayait au contrôle exercé par Roosevelt sur le monde de la presse). La situation était encore bien plus difficile et incontrôlable avec leurs innombrables émules, lesquels œuvraient sans discernement ni souci de vérité, et sans chercher à préserver les valeurs centrales d’une Amérique mythique. L’administration Roosevelt, et avec elle l’État fédéral au sens large, se voyaient alors directement incriminés dans divers scandales, ou pseudo-scandales, tels, par exemple, celui lié à une obscure importation de prostituées sur le site du chantier du canal de Panama... par le gouvernement et aux frais du contribuable américain (voir l’article de Poulteney Bigelow, 1906). Le 14 avril 1906 marque donc une réaction vigoureuse d’un Theodore Roosevelt déterminé à mettre un terme à cette dynamique et à bouter le radicalisme utopique des muckrakers hors du réformisme politique que lui-même entendait représenter, le président prenant soin de rappeler personnellement à Ray Stannard Baker qu’il était le seul à pouvoir légitimement incarner le centre :

"Here is the thing you must bear in mind," he said, "I do not represent public opinion: I represent the public. There is a wide difference between the two, between the real interests of the public [and] the public’s opinion of these interests. I must represent not the excited opinion of the heart but the real interests of the whole people." (Baker, Notebook C, 158)

12Le lien étiolé entre individu et société se trouvait plus que jamais au centre des débats, Lincoln Steffens s’adressant ainsi au président dans un courrier de 1907 : "[y] ou ask men in office to be honest, I ask them to serve the people" (Winter et Hicks, 1938, 184). La restauration de la trame du tissu social par les muckrakers s’organisait autour de deux grands axes : leur non-objectivité et leur impact simultané sur des groupes sociaux différents.

13Il est assez curieux, en effet, qu’une des critiques les plus souvent formulées à l’encontre des muckrakers ait été – et soit encore – leur manque d’objectivité. Car les muckrakers, c’est une évidence, n’étaient pas objectifs. Ils n’avaient pas vocation à l’être. Cette non-objectivité ne consistait aucunement à travestir la vérité (sans quoi ils auraient été en permanence poursuivis ou condamnés pour diffamation) mais à la présenter de manière à éclairer le citoyen américain, ne serait-ce qu’à travers un tri sélectif des sources et des occurrences. Le muckraker, contrairement à des pratiques plus modernes, s’exprimait à la première personne. Il y voyait un gage de qualité pour ses articles : le lecteur serait ainsi mieux à même de tirer les leçons d’événements spécialement retenus et exposés à son intention. Le langage, la rhétorique et le pouvoir des mots prennent ici toute leur importance. Les muckrakers avaient en effet forgé – et en quelque sorte enseigné – un lexique nouveau pour l’époque : the interests, the System, graft, lawlessness, etc. Sensationnel et récurrent, ce lexique revenait dans la totalité des articles et se parait de vertus pédagogiques, voire propagandistes. Il rendait les séries faciles à suivre et les organisait autour de quelques invariants, tels the System, sans cesse exposés et réexposés à partir de nouvelles occurrences sélectionnées dans le pays. L’Américain moyen, comme le souligne Robert Wiebe dans The Search for Order, 1877-1920, était alors désemparé face à une société nouvelle qu’il avait le plus grand mal à comprendre :

As the network of relations affecting men’s lives each year became more tangled and more distended, Americans in a basic sense no longer knew who or where they were. The setting has altered beyond their power to understand it, and within an alien context they had lost themselves. ([1967], 1995, 42-43)

14Les écrits des muckrakers contribuaient précisément à conférer une cohérence à des données factuelles et disparates, à permettre une compréhension éclairée de cristalliser autour d’invariants judicieusement choisis et médiatisés à grande échelle. Le malaise social diffus gagnait alors en substance, voire en cohérence.

15L’autre vecteur était lié à la texture littéraire de leurs écrits. Michael Schudson fait la remarque suivante dans Discovering the News : A Social History of American Newspapers : "in the most general terms, there is a connection between the educated middle-class and information and a connection between the middle and working classes and the story ideal" (1978, 90). Les muckrakers étaient issus de la classe moyenne mais, de par leur profil littéraire et le fait que leurs articles avaient à de nombreux égards la forme de la fiction, constituaient également un attrait pour les groupes sociaux moins favorisés. Schudson – à partir d’une théorie développée dans un article de 1926 par Benjamin Stolberg au sujet du New York Times – poursuit encore : "less educated or less wealthy people read the Times to emulate those above them in social standing, and so they read with pride" (1978, 116). L’esthétique des articles de type muckraking, tout comme le profil littéraire et cultivé de leurs auteurs, attirait également le regard des milieux plus favorisés vers le bas de l’échelle sociale. Cette autre figure de déplacement reposait sur une dynamique à double sens – ascendant et descendant – qui laissait s’instaurer des liens entre les différents groupes sociaux. Les muckrakers, cela va désormais sans dire, n’ont jamais prêché la lutte des classes. L’objectif ultime était bien d’éduquer le citoyen, de purger la société et d’en restaurer le lien génétique avec les individus. Le centre pourrait alors être préservé et maintenu à la hauteur de sa propre histoire : l’épicentre médiatique était avant tout un creuset cathartique.

16En médiatisant ad nauseam le lien étiolé entre individu et société, les muckrakers entendaient à l’évidence prévenir des dérapages plus radicaux encore. Au-delà même de ce qu’ils considéraient être leur propre cause, l’impact de leurs articles fait apparaître combien l’utopie constitue elle-même une sorte d’épicentre cathartique à l’échelle plus vaste du radicalisme aux États-Unis. Le lexique forgé par les muckrakers, leur rhétorique mordante et leur non-objectivité délibérée furent des éléments clés dans l’assimilation progressive au centre de valeurs et de points de vue initialement considérés comme radicaux. C’est ainsi que l’on peut aujourd’hui reconnaître aux muckrakers une forme de paternité dans des avancées telles que le Pure Food and Drug Act et le Hepburn Act de 1906, ainsi que sur le dix-septième amendement de la Constitution des États-Unis. Ce radicalisme-là avait en quelque sorte pris sa propre définition à rebours pour tendre vers un recentrage. S’était dès lors posé un problème de légitimité politique. Car en vertu de l’idée qu’il se faisait du radicalisme, de ce radicalisme avisé ("wise radicalism") qu’il aimait à rapprocher d’un conservatisme de même nature, Roosevelt ne pouvait tolérer que la dénonciation de symptômes excentrés du mal social. Il était inconcevable à ses yeux que l’utopie du radicalisme des muckrakers pût un jour se concentrer au point de devenir une force centripète.

Bibliographie

Ouvrages cités

Baker, Ray S., 1901. "J. Pierpont Morgan." McClure’s 17 : 507-518.

—, 1904. "The Reign of Lawlessness : Anarchy and Despotism in Colorado." McCiure’s 23 : 43-57.

—, Notebook C (1902-1906), ms. Ray Stannard Baker Papers, Manuscripts Division, Library of Congress, Washington, DC.

Bigelow, Poultney. "Our Mismanagement at Panama." The Independent 4 Jan. 1906 : 20.

Granjon, Marie-Christine et Marianne Debouzy, 1976. "A la recherche d’une définition." Revue Française d’Études Américaines 2 : 12-18.

Hosking, Geoffrey, 1998. Russia : People and Empire. Cambridge, MA : Harvard University Press.

Ober, Josiah, 1998. The Athenian Revolution. Princeton, NJ : Princeton University Press.

Kaplan, Justin, 1973. Lincoln Steffens : A Biography. New York : Simon and Schuster.

Kolko, Gabriel, 1963. The Triumph of Conservatism : A Reinterpretation of American History, 1900-1916. Glencoe, IL : The Free Press of Glencoe.

Phillips, David G. "The Treason of the Senate." Cosmopolitan March-November 1906.

Rorty, Richard, M., 1998. Achieving Our Country : Leftist-Thought in Twentieth-Century America. Cambridge, MA, and London, Eng. : Harvard University Press.

Roosevelt, Theodore, 1926. "Eighth Annual Message to Congress." In The Works of Theodore Roosevelt. National Ed. Vol 15. New York : Charles Scribner’s Sons.

Russell, Charles Edward. "The Growth of Caste in America." Cosmopolitan March 1907 : 524-34.

—, "At the Throat of the Republic." Cosmopolitan December 1907 ; January, March 1908.

—, 1910-11. "What Are You Going to Do About It ?" Cosmopolitan July 1910 ; November 1910 ; January 1911).

Schudson, Michael, 1978. Discovering the News : A Social History of American Newspapers. New York : Basic Books.

Sinclair, Upton, 1906. The Jungle. New York : Doubleday, Page.

—, 1904. "You Have Lost the Strike ! And Now What Are You Going to Do About It ?" The Appeal to Reason 17.

Skinner, Quentin, 1998. Liberty Before Liberalism. Cambridge, Eng. : Cambridge University Press.

Steffens, Lincoln. "The Shame of the Cities." McClure’s 19-21 (October 1902-May 1903).

—[1904. The Shame of the Cities. New York : McClure, Phillips & Co.] 1957. New York : Hill and Wang.

Stolberg, Benjamin, 1926. "The Man Behind The Times" Atlantic Monthly 138 : 721-731.

Tarbell, Ida, 1904. The History of the Standard Oil Compan. New York : McClure, Phillips & Co.

Themstrom, Stephan and Abigail, 1998. America in Black and White. One Nation, Indivisible. New York : Simon and Schuster.

Weinberg, Arthur et Lila, eds., 1961. The Muckrakers : The Era in Journalism that Moved America to Reform – The Most Significant Magazine Articles of 1902-1912. New York : Simon and Schuster.

Wiebe, Robert [1967], 1995. The Search for Order, 1877-1920. New York : Hill and Wang.

Winter, Ella et Granvilles Hicks, eds., 1938. The Letters of Lincoln Steffens. Vol. 1. New York : Harcourt, Brace & Co.

Notes

1 La définition du muckraker constitue un champ historiographique particulièrement épineux. Voir, à ce sujet, notre thèse de doctorat : Les "muckrakers" et le rêve d’Amérique, 1900-1912 (Université de Nice 1999).

2 Steffens, "Enemies of the Republic, Missouri." McClure’s April 1904 : 587-599 ; "Enemies of the Republic, Illinois." McClure’s August 1904 : 395-408 ; "Enemies of the Republic, Wisconsin." McClure’s October 1904 : 563-579 ; "Rhode Island : A State for Sale." McClure’s February 1905 : 337-353 ; "New Jersey : A Traitor State." McClure’s April 1905 : 649-664 ; May 1905 : 41-58 ; "Ohio. A Tale of Two Cities." McClure’s July 1905 : 293-311.

Auteur

Université de Montpellier III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable