Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

(Re)Mapping the centres Membership and State

 | 
Trevor Harris

"African-Americans" ou l'appartenance plurielle : le cas de la communauté MOVE à Philadelphie

Claude Guillaumaud-Pujol

Texte intégral

1L’intitulé du colloque "(Dé) Multiplier les centres : Etat et Appartenance" appelle quelques remarques préliminaires. Il nous faudra choisir entre "multiplier" ou "démultiplier" les centres. "Multiplier", du latin multi, "nombreux" et plicare "plier", indique une augmentation d’éléments, sans préjuger de leur différence : par exemple, dans la Genèse on lit, "Croissez et multipliez". "Démultiplier", du latin marquant la séparation, l’action inverse, suggère une augmentation de centres à identités dissemblables, dont la différence va générer un rapport hiérarchique entre les centres ainsi créés. Dans cette seconde hypothèse, les centres démultipliés vont à leur tour engendrer des périphéries tandis que la hiérarchie nouvellement établie entre les centres "démultipliés" les rejettera eux-mêmes à la périphérie du centre majeur.

2Quant au "centre" il se définira comme une entité à facettes multiples : il peut être juridique (les institutions), géographique (le territoire), ethnologique (la nation, selon la définition de Carol J. Greenhouse : "the nation-state as a unit of analysis, as the frame of'national character'"). Soumis à la pression de paramètres socio-économiques contemporains tels que la globalisation (elle rompt les schémas traditionnels de production et de distribution) et la révolution informatique (elle modifie les distances entre les pays et subséquemment entre les Etats), l’Etat-centre voit s’altérer la citoyenneté et ses relations concentriques. Ce processus est souvent ponctué de crises – du grec Krisis, "prise de décisions" – qui sont autant de raptures avec la normalité : "la crise marquerait une rupture dans une réalité qui fonctionnait mal... elle permettrait un déblocage de potentialités inhibées, une amélioration de la situation antérieure" (Body-Gendrot, Ullmo, colloque de La Rochelle, 1995).

  • 1 Théorie de Comaroff, 1996, 172-177 ; Sassen, 1996, 5 ; Carol J. Greenhouse, 1988

3La crise ne supprime pas l’état-nation, contrairement à la révolution : "as recent analyses of globalisation make clear, the new world conditions do not eliminate the nation-state in any simplistic way. Instead they produce new combinations of sovereignty, territoriality and identities"1.

4C’est au travers d’une "crise" dans un micro-système que nous étudierons les rapports Centre-Périphérie/Centres-Périphéries : le conflit en deux temps – en 1978 et en 1985 – qui opposa le gouvernement de la ville de Philadelphie à un groupe marginal, majoritairement noir, appelé MOVE.

  • 2 Selon Carol J. Greenhouse, ceci est à mettre en parallèle avec la pauvreté des études ethnographiqu (...)

5Quant à la question posée corollairement – "l’état et l’appartenance. Est-il possible d appartenir à un territoire lorsque ses limites ne sont plus d’ordre exclusivement physique ?" – la tentation est forte de répondre en inversant la question : "Est-il possible d’appartenir physiquement à un territoire et de ne pas appartenir à l’Etat ?" Car cette non-appartenance civique, à durée variable selon les groupes ethniques concernés, est l’expérience commune aux peuples constituants de la nation américaine. Elle est résumée par la devise nationale Ε pluribus unum ("De plusieurs, un seul"), qui veut ainsi combler le hiatus entre présence physique et non-appartenance à l’Etat. Essence de l’histoire américaine, cette non-appartenance originelle à l’Etat explique la difficile émergence d’une identité nationale.2 La contrepartie en est la visibilité des cérémonies de naturalisations organisées dans les grandes villes américaines à partir de 1915. Leur caractère fastueux officialise l’appartenance a posteriori de l’individu à une patrie, conformément à la définition qu’en donnait Crèvecoeur : "sa patrie nouvelle est donc nécessairement devenue celle qui lui procure de la terre et du pain, et la protection des lois : ubi partis et libertas, ibi patria" ([1781], 1979).

  • 3 "If there is a fulcrum to Democracy in America, where it might be said that all preceding is introd (...)

6Le processus d’américanisation apparaît donc comme la marque de l’aspiration centrifuge d’un Etat-centre dont l’autorité est constamment menacée par la multiethnicité périphérique. La difficulté de l’exercice est analysée par Tocqueville qui, dans De la démocratie en Amérique, lui consacre un chapitre entier (le chapitre dix, "Quelques considérations sur l’état actuel et l’avenir des trois races qui habitent les Etats-Unis ").3

Les hommes répandus dans cet espace ne forment point, comme en Europe, autant de rejetons d’une même famille. On découvre en eux, dès le premier abord, trois races naturellement distinctes, et je pourrais presque dire ennemies. L’éducation, la loi, l’origine, et jusqu’à la forme extérieure des traits, avaient élevé entre elles une barrière insurmontable ; la fortune les a rassemblées sur le même sol, mais elles les a mêlées sans pouvoir les confondre, et chacune poursuit à part sa destinée ([1835-40], 1961,467)

7Tocqueville affine son analyse en décrivant comment s’établit le rapport de hiérarchie dans la nation-centre qui s’élabore : "le premier qui attire le regard, le premier en lumière, en puissance, en bonheur, c’est l’homme blanc, l’Européen, l’homme par excellence" (ibid.). Les colons britanniques, qui s’étaient placés à la périphérie du territoire national et de l’Etat britannique en émigrant en Amérique en 1620, devenaient à leur tour Etat-centre en proclamant leur souveraineté en 1776. En votant la Constitution (1787), ils établissaient, sur le territoire américain, un centre nouveau et sa périphérie (ethnies européennes non-anglaises et deux aubes races de statut inférieur).

  • 4 Au recensement de 1900, on estime à 300.000 le nombre d’indiens, soit une diminution officielle de (...)

8Le centre devint une entité politique avec le vote de la constitution et la défaite des anti-fédéralistes, et une entité territoriale avec la Proclamation Line de 1763, qui traçait la première frontière enbe Indiens et colons européens, enclenchant un processus irrémédiable d’exclusion de ses résidents antérieurs (théorie de Wilbur Jacobs) : "Certainly the boundary line concept, which made physical separation of Whites and Indians a fact of life, is not unrelated to the growth of white prejudice against Indians, a factor that must now be recognized as a powerful force in the history of American people" (Jacobs, 1985, 103). Dans ce contexte, le concept de centre est exclusif : "Les Indiens d’Amérique du Nord n’avaient que deux voies de salut : la guerre ou la civilisation ; en d’aubes termes, il leur fallait détruire les Européens ou devenir leurs égaux" (Tocqueville [1835-40], 1961, 480). Incapables de rivaliser avec la puissante armée américaine, ils sont repoussés à la périphérie : 1763 Proclamation Line, 1830 Removal Act, 1871 fin de la reconnaissance du statut de nations indiennes. Ils sont condamnés à l’obéissance au centre ou à mourir. Conscients d’appartenir à la terre qui les porte mais la croyant un droit inaliénable – "My reason teaches me that land cannot be sold... Nothing can be sold, but such things as can be carried away" (cité dans Nammack, 1969, xv), ils vont se trouver marginalisés presque jusqu’à l’anéantissement.4 Plus le gouvernement central devient fort (en particulier sous la présidence d’Andrew Jackson, 1828-36), plus la résistance augmente et plus les rejets à la périphérie se multiplient. Et l’originalité de ce processus d’exclusion "à l’américaine" est qu’il est légaliste : "la conduite des Américains des Etats-Unis envers les indigènes respire... le plus pur amour des formes et de la légalité.... On ne saurait mieux détruire les hommes en respectant mieux les lois de l’humanité" (Tocqueville [1835-40], 1961, 497). Crèvecoeur avait défini la patrie comme l’entité qui procurait "la terre, du pain et la protection des lois". Il aurait pu ajouter que la loi pouvait également servir à destituer un groupe de son droit "à la terre et au pain".

  • 5 Dans ce même chapitre, il donne une humanité cruelle à ces rapports centre-périphérie : "l’enfant b (...)

9A ces deux "nations" juxtaposées sur un territoire à géographie variable il fallut ajouter, dès l’origine, un autre peuple : les esclaves déportés d’Afrique. Ils se situent d’emblée à la périphérie, sans territoire et sans statut de citoyens, donc sans appartenance à l’Etat, celui-ci déléguant ses droits à l’individu, le maître esclave : "En cessant d’appartenir à l’Afrique, il n’a pourtant acquis aucun droit aux biens de l’Europe ; mais il s’est arrêté entre les deux sociétés ; vendu par l’un et répudié par l’aube ; ne trouvant dans l’univers entier que le foyer de son maîbe pour lui offrir l’image incomplète de la patrie" (Tocqueville [1835-40], 1961.468).5 C'est effectivement la loi – non en tant que code légal neutre, mais en tant que code institutionnel partisan – qui va réguler les crises répétitives entre pouvoir central et les résistances qu’il suscite. Si l’on suit l’analyse de Carol Greenhouse, par un effet de ricochet, un processus de démultiplication des périphéries se met en place :

Tocqueville rues what he regards as Jackson’s tactics for strengthening the central government at the expense of federalism, by offering special privileges to the strong states... the expulsion of the Cherokees from Georgia and concessions to slaveholding states. The stronger the central government, the greater the resistance, pressing not inward toward the center but outward against these margins ; thus, there was a practical politics that extended the precariousness of the federal government to the situation of Indians and slaves. (Greenhouse, 1998, 12)

  • 6 En 1857, c’est à la Cour Suprême des Etats-Unis qu’il reviendra de confirmer cette non-appartenance (...)

10Reprenant l’argumentation de Tocqueville, Carol Greenhouse analyse le fonctionnement juridique de l’exclusion, la confusion entre la loi et la norme : "Tocqueville’s discussion of Indians and slaves does not focus on the sole fact that they are outside democracy, but that they were pushed outside by democratic means" (Greenhouse, ibid.).6

11C’est effectivement grâce à un puissant corps judiciaire couronné par la Cour Suprême des Etats-Unis et son Chief Justice, que le pouvoir politique central va s’affirmer au cours du siècle suivant :

Le juge américain est revêtu d’un immense pouvoir politique dans la mesure où les juges peuvent fonder leurs arrêts sur la constitution plutôt que sur les lois. [Les juges] ne sont donc pas tenus d’appliquer les lois qu’ils jugent inconstitutionnelles. (Tocqueville [1835-40], 1961 [dans le chapitre "Du Pouvoir Judiciaire"], 167.)

  • 7 Les deux principes hérités de la "Common Law" sont : remedies precede rights (la procédure est plus (...)

12Ceci est pourtant contradictoire à la common law anglaise, fondement juridique du droit américain, dont les principes fondamentaux sont precedent and stare decisis et remedies precede rights.7

  • 8 La citoyenneté sera reconnue aux noirs par les XIV et XVème Amendments et Civil Rights Voting Acts,(...)

13La marche vers un mythique melting-pot (see Zangwill, 1908), puis vers une société multiculturelle, à partir de 1960 va se faire à coups d’arrêts de la Cour Suprême dont les juges vont appliquer des lois conformes à la pensée majoritaire représentée institutionnellement par l’Etat-centre.8 L’opinion qui prévalait dans la décennie 1960-70 était qu’après de violentes crises entre la périphérie et le centre – French and Indian Wars (1689-1763), Indian Wars (guerre de 1812, reddition en 1886 de Geronimo), Independence War (1775-1783), Civil War (1861-1865), Civil Rights Acts (1964-65) – un point d’équilibre était atteint : les émeutes raciales des inner-cities ne semblaient que des crises conjoncturelles et la guerre du Vietnam se situait hors territoire américain :

By the mid-20th century the racial restrictions of naturalization [they had never affected blacks] seemed impolitic and impractical. Experience had shown that all ethnic groups given time and encouragement, had the capacity to assimilate into the national civic culture, and so U.S. citizenship was opened to all.... Fears that ethno-cultural or racial background would inhibit the proper exercise of citizenship rights were supplanted by a confidence that citizenship was a transcendent status obtainable by all individuals who shared a common membership in a democratic polity. (Ueda, 1980, 748)

  • 9 Nathan Glazer qualifiait la politique d’Affirmative Action de mesures superfétatoires et contraires (...)
  • 10 "[D.P. Moynihan] did reject that 'this problem may in fact be out of control... the time may have c (...)

14Telle est l’analyse fournie par Reed Ueda, auteur d’une histoire de la nationalisation. Cette thèse est reprise par de nombreux sociologues : Nathan Glazer (1975),9 S. M. Lipset, 1963, The First Nation ; Hans Kohn, 1957 American Nationalism : An Interpretation ·, Yehoshua Arieli, 1964 Individualism and Nationalism in American Ideology et D. P. Moynihan’s "benign neglect".10

15D. Lacorne confirme cette hypothèse dans sa récente étude du "multiculturarlisme" (1997), qu’il décrit comme l’apogée d’un centre fluctuant mais stabilisé, l’osmose entre le principe constitutionnel d’égalité et la variété ethnique, la combinaison du nouveau citoyen américain selon Crèvecoeur et de son appartenance communautaire, contenue dans la revendication de double allégeance des Hyphenated Americans, terme utilisé dès 1893 par Carl Schurz dans son discours en Allemand à la Foire de Chicago (cité dans Mann, 1979, 136). Le multiculturalisme d’aujourd’hui ne peut produire une "balkanisation" de la société américaine parce que contrairement à la situation en Europe, "le multiculturalisme américain, dans ses pires excès esclavagistes, n’a pas de fondement territorial" (Lacome, 1997, 285), depuis que l’esclavage, identifié aux Etats du Sud, a disparu.

16Cependant, Lacorne omet de noter que les minorités ethniques ont trouvé un nouveau territoire depuis la fin de la seconde guerre mondiale et la migration vers le nord des sharecroppers : la périphérie sociale est désormais confinée au centre de la cité, devenu le territoire d’une population majoritairement non-blanche. Elle a nom : the underclass of the inner-city-ghettos. Les émeutes raciales des années soixante (L. A. riots, 1965) en sont la manifestation la plus visible mais des conflits récents comme MOVE vs ville de Philadelphie (1978-1985), Los Angeles (Le cas de Rodney King, 1992), Ruby-Ridge (1992), ou Waco, Texas (1993), montrent la permanence d’une crise.

  • 11 "For many, the excessive police response in Philadelphia foreshadowed what was to come in Waco and (...)
  • 12 "In an announcement that took both the defense attorney and the prosecutor by surprise, the judge o (...)

17En termes de micro-politique, le conflit centre-périphérie MOVE vs ville de Philadelphie est un cas exemplaire. Il se déroule en deux épisodes (1978, 1985) qui vont opposer MOVE au gouvernement de la cité, avec un épilogue d’une violence telle qu’il servira de référence aux crises ultérieures de Ruby Ridge et Waco.11 Le premier affrontement se déroule pendant "l’ère Rizzo", du nom du maire en place, ancien Police Commissioner de Philadelphie, conseiller de R. Nixon, connu pour sa répression brutale des mouvements noirs contestataires. Après avoir assiégé pendant un an la maison de Powelton qui abritait la petite communauté MOVE, et barricadé tout un quartier, les forces de police donnent l’assaut. Quelques heures plus tard la maison est rasée, les habitants expulsés du sous-sol inondé par les pompiers. Un policier blanc est tué par balle. Un journaliste filme le lynchage par la police d’un des prisonniers. Accusés du meurtre du policier malgré des témoignages contradictoires, neuf membres de MOVE (les MOVE 9) sont condamnés à une peine d’emprisonnement de trente à cent ans. Les policiers responsables du lynchage sont identifiés mais acquittés par le juge.12

  • 13 Cet ordre fut donné aux pompiers par le Police Commissioner, G. Sambor, le 13 mai 1985, après que l (...)

18Le second affrontement, le bombardement de Osage Avenue (la nouvelle résidence de MOVE), aura lieu en 1985. Ce sera le fait du premier maire noir de Philadelphie, Wilson Goode. Désespérant d’obtenir la révision du procès des MOVE 9, les membres non-emprisonnés du groupe, domiciliés au 6221 Osage Avenue, harcèlent les riverains de ce quartier noir semi-résidentiel misant, à tort, sur la solidarité ethnique. Le 13 mai 1985, cédant aux pressions des voisins, Wilson Goode confie à la police la tâche d’évacuer les habitants du 6221, "by all means necessary" (W. Goode, conférence de presse, Hôtel de Ville, Philadelphie, 13 mai 1985). Après avoir tiré 10.000 coups de feu en une heure et demie sur la maison abritant treize personnes – dont six enfants – avoir versé des trombes d’eau et fait sauter la façade de la maison sans réussir à la vider de ses habitants, le maire autorise le bombardement du bâtiment par hélicoptère. Dans l’incendie qui s’ensuit et que les pompiers ont ordre de laisser s’étendre ("Let the Bunker Burn"13), onze membres de MOVE trouvent la mort (dont cinq enfants) et soixante et une maisons sont brûlées. 300 personnes se retrouvent sans abri. Le plus grand incendie que la ville ait jamais connu laissera deux survivants : un enfant noir sauvé par un policier blanc (Birdie Africa) et une femme noire de trente ans (Ramona Africa). Ce sera la seule personne à subir une condamnation pénale après les événements : elle purgera une peine de sept ans de prison pour insurrection contre l’état.

19Le conflit MOVE-Ville de Philadelphie était-il évitable ? Si l’on reprend la théorie de Frederick Hacker (1976, 8) trois catégories de personnes sont susceptibles d’entrer en conflit avec la loi : les fous, les délinquants et les crusaders (croisés ou militants). Si les négociations se révèlent impossibles avec le premier groupe (fonctionnement irrationnel), il est potentiellement possible avec les deux autres catégories. Or, les membres de MOVE, d’après les témoignages recueillis, relèvent de la troisième catégorie (Assefa and Wahraftig, 1980, 142-143). Pourquoi les négociations ont-elles échoué ?

  • 14 "MOVE’S work, John Africa’s revolution, is to stop man’s system from imposing on life, MOVE’S work (...)
  • 15 Louise James : "we took the beatings... prior to 1976-7... then MOVE’S mood – and I’m talking about (...)

20Citoyens américains, les membres de MOVE revendiquent leur héritage africain au point de choisir comme patronyme "Africa" et de porter des dreadlocks comme le faisait Bob Marley. Héritiers des mouvements pacifistes et écologistes de la décennie 1960-70,14 ses membres vont aussi adopter, à partir de 197615, le principe d’autodéfense prêché par le Black Panther Party, en réponse aux violences racistes de la police de Frank Rizzo-police qui fit l’objet de plusieurs enquêtes nationales (la Keefauver Commission, investigation par le FBI en 1970, et depuis 1995 mille condamnés sont rejugés pour cause de corruption policière).

  • 16 "A 11experience hath shown that mankind are more disposed to suffer.... But when a long train of ab (...)

21La famille Africa accuse la nation-centre d’avoir mis en place un système d’apartheid qui prive les Afro-Américains de leurs "droits inaliénables" version 1970 (droit de boire une eau saine, respirer un air non-pollué et consommer une nourriture naturelle), et tout ceci au nom de la très américaine Déclaration d’Indépendance.16

  • 17 Les enquêtes légales vont conclure dans un premier temps à l’immunité du maire et du managingdirect (...)

22On se trouve donc en présence d’un paradoxe à deux niveaux : celui de l’état centre, dont l’institution, représentée par le maire (avec une fonction prévalant sur l’origine ethnique dans le cas de Goode), va commettre des actes illégaux au nom de l’opinion publique majoritaire qui lui a conféré l’autorité ("actes illégaux" dans la mesure où la sanction est sans rapport avec la faute : ce qui est contraire à la légalité) :17 les victimes sont finalement tuées par un incendie volontaire ou par balles (même incertitude que dans le cas de Waco), ou emprisonnée (Ramona Africa) alors qu’elles sont accusées de délits mineurs (trouble de l’ordre public pour quatre adultes, aucune charge contre les enfants). Protégé par ses fonctions professionnelles ou électives, aucun officiel ne sera jugé civilement ou professionnellement responsable. L’institution reproduit le schéma de 1978 (emprisonnement des victimes, acquittement des policiers—situation similaire au cas Rodney King, à Los Angeles en 1992). Toutes les exclusions, qu’elles soient temporaires (l’emprisonnement) ou définitives (la mort), sont "légales" (décisions de justice) et elles ne concernent que des membres de la minorité ethnique.

  • 18 Déposition par Ramona Africa, 1988, sur le Final Report of Philadelphia County Special Investigatin (...)

23Par ailleurs, les membres de la famille Africa – qui rejettent la législation américaine ("legal don’t make it right" [John Africas Letter to all Judges of the world]) utilisent à leur tour la législation et la révolution américaine (déclaration de Ramona Africa18) pour justifier leur fonctionnement : Déclaration d’Indépendance et recours au Ier et IIIème amendements (libre expression et liberté du port d’armes) et appeler à la désobéissance civile :

  • 19 MOVE, 25 Years on the MOVE, USA, 1996. p. 3.

The purpose of John Africa’s revolution is to set the example of revolution for people to follow when they realize how they have been oppressed, repressed tricked by this system, this government and see the need to rid themself of this cancerous system.... Our work is to confront this system up front to show people not only that they can fight this system and win, but to show them the urgent need to fight.19

  • 20 "Six Bodies, 2 of Children, Taken from MOVE Rubble", Philadelphia Inquirer, 15 May 1985.

24MOVE a, en quelque sorte, supprimé le trait d’union réunificateur des Hyphenated Americans (ou African-Americans), pour devenir des Africans vs Americans. Ils revendiquent la double appartenance : leur aspect physique est leur double drapeau – dreadlocks avec jeans et baskets. Mais parce qu’ils sont nés noirs et pauvres, ils restent à la périphérie car ils n’ont pas bénéficié des avancées économiques des actes civiques des années 1960, incarnées localement par l’élection de Wilson Goode au poste de maire. Chaque partie revendique au nom de "sa" nationalité dans le conflit. C’est au nom de l’Amérique que Sambor, le Police Commissioner de Philadelphie, le 13 mai 1985, lancera l’assaut sur leur domicile dans un quartier noir résidentiel de Philadelphie avec cette injonction : "Attention MOVE! This is America! You have to abide by the laws of the United States"20. Une des récentes affiches de propagande publié par MOVE en 1998 reproduit la carte du territoire africain avec, en surimpression, la tête des MOVE 9, reconnaissables à leurs dreadlocks, avec le slogan : "Attention America! This is MOVE".

  • 21 Novella Williams, May 12, 1985.

25Le seul point commun entre le centre et la périphérie reste la certitude que la violence est la solution à la crise : le 12 mai 1985, Teresa Africa refuse les ultimes propositions des négociateurs en leur montrant les cinq cents policiers encerclant la petite maison : "I know they’re here to kill us.... Tell them that we want justice. And tell them that we want to live"21. Elle mourra le lendemain dans l’incendie de la maison bombardée par la police.

26Le centre, incarné dans ce conflit par le maire noir de Philadelphie, Wilson Goode, partage ce point de vue :

  • 22 CBS television broadcast of Face the Nation, "Siege in Philadelphia : MOVE and the Mayor", 19 May 1 (...)

"I dont think.... that there is anything that anyone could have done that could have prevented a violent armed confrontation with the MOVE organization. I believe that an armed confrontation was inevitable from day one.... If I had to make the decision all over again, knowing what I know now, I would make the same decision because I think we cannot permit any terrorist group, any revolutionary group in this city, to hold a whole neighborhood or a whole city hostage. And we have to send that message out loud and clear, over and over again"22.

  • 23 "Goode Still Finds the Answer in Work, Work, Work", ibid, 21 December, 1997.

27Interrogé douze ans plus tard par le même journal, Goode admettra que "MOVE was a mistake". Mais l’erreur n’était qu’au niveau de la technique d’attaque : "The failure I made was not managing [the incident] properly"23.

28Et, de façon cohérente, Goode a bénéficié du soutien de la majorité qui l’avait porté à ses fonctions : localement, celui du block captain de la rue, Clifford Bond :

If you study biblical times there were children killed at the drop of a hat. In Beirut they’re killing children by the boatloads. Who cries for them? The Lord’s given those [MOVE] children peace. He’ll bring them back with a different mind and a different body.... It might sound morbid, but I’m kind of glad God took those children, (entretien personnel)

  • 24 Thèse reprise par le Prosecution Attorney, Harris, au procès MOVE-Philadelphie, 1996 : "They commit (...)

29Il a également bénéficié du soutien du Black Clergy of Philadelphia and Vicinity et de l’organisation Black Policemen of Philadelphia et du District Attorney, Ed Rendell (devenu maire de Philadelphie, 1992-2000) : "The Fire itself was blamed on MOVE, as officials claimed that shortly before the assault, MOVE members poured gasoline on their own and adjoining roofs" (Harry, 1987, 15)24.

  • 25 "The Philadelphia Massacre : Reality and Future Shock", Revolutionary Worker, 20 May 1985.
  • 26 Federal Emergency Management Agency, créée en 1978 par l’administration de Carter pour coordonner l (...)

30Sur le plan national, Goode reçoit le soutien des maires de grandes villes (Milwaukee, Miami, Los Angeles...) et de l’US Attorney General, Edwin Meese III ("I think that Mayor Goode... in the very rational and reasonable way that he’s handled a very difficult situation... is a good example for us all to take note of"25) et des agences fédérales de sécurité comme la FEMA26 :

One government expert, in testifying before Congress about the CIA’s 'counterterror squads', explained... how such an atrocity could happen. He insisted on the need for violent 'preemptive strikes' against opponents of the U. S., even if there are incidental 'civilian casualties' and he added that this was true 'whether you are talking about Lebanon or Philadelphia'. (Poe, 1986)

31L’histoire de MOVE montre donc à quel point la différence peut engendrer la peur et une violence subséquente au cœur de l’état-centre, mettant à mal la théorie lénifiante du multiculturalisme. Elle montre également – si l’on reprend l’analyse des riverains – l’utilisation de la marge pour renforcer le pouvoir central (voir supra [p. 96] la citation de C. Greenhouse) :

Whenever Rizzo was in political trouble he had to concoct a scheme which consistently involves threats to white people by black people. MOVE fit the stereotype that whites tend to fear most in black people.... [I] t seemed to me and many others, that the MOVE situation was dragged out unnecessarily and primed for the media to wind up with a confrontation just when Rizzo needed one. (Assefa and Wahraftig, 1990, 143)

32Elle montre également la pérennité du conflit racial dans la société américaine :

The fear of Black ideological influence is so considerable and the paranoia of non-ideological white people is such that they built MOVE people into a monster. They were clearly eccentric, but what they were not, so far as I’m aware from what their enemies have said, anything like a danger.... They were also political. But had they been political and ideological without being eccentric in their stylistics, they might all still be alive.... But simply because the MOVE people had contemptuously rejected so many different, unimportant but crucial stylistic and lifestyle patterns, they were expendable. (Flo. Kennedy, juriste et animatrice de la Flo Kennedy Show, chaîne cablée de New York dans Harry, 1987, 191)

33L’histoire de MOVE est done expendable, et elle concerne un groupe marginal spécifique, défini selon deux critères : l’un est ethnologique – ils sont noirs – l’autre est économique – ils sont pauvres. Alice Walker confirme cette analyse :

The people of MOVE are proof that poor people... are capable of intelligently perceiving and analysing American life, politically and socially, and of devising and attempting to follow a different – and to them – a better way. But because they are poor and black this is not acceptable behavior to middle-class whites and blacks, (citée dans Harry, 1987, 213)

34Elle sera également reprise par la MOVE Commission : "the decision of various city officials... to sanction the dropping of a bomb... and to let a fire burn in a row house occupied by children, would not likely have been made had the MOVE house... been situated in a comparable white neighborhood" (in Blockson, 1989, 161).

35En conclusion, nous posons les questions suivantes : devons-nous considérer l’identité centre-périphérie enfermée dans le concept Hyphenated American comme inclusive ou exclusive ("pressing not inward toward the center but outward against these margins" [voir, supra, p. 96, la citation de Carol Greenhouse]) ? La violence – légale ou physique – est-elle la seule réponse que peut fournir le gouvernement central au risque de contamination (expendable) ? Est-il possible de faire coïncider plusieurs centres ? Ou devons-nous en conclure que le multiculturalisme contemporain devrait être une multiplication des centres, selon une définition proche de celle de D. Lacome : "Penser l’exception, délimiter ses contours, préciser ses limites temporelles, telle est la tâche difficile des avocats d’un multiculturalisme maîtrisé et républicanisé. Ce qui revient à dire que la qualité d’un régime de tolérance se juge à ses limites" (Lacome, 1997, 333).

36Si, par contre, le muticulturalisme fonctionne comme une démultiplication des centres, il entraîne l’établissement d’une hiérarchie et, en cas de contestation, la mise en place d’un processus d’exclusion de la marge à court terme, voire, éventuellement d’exclusion du centre, dans un plus long terme. C’est la conclusion de Charles Blockson, premier maire-adjoint noir de Philadelphie :

Eleven lives had been ended... how could it be understood... ? I concluded that it could not be understood, and therefore the [MOVE] commission risked the same historical judgement that condemned the Romans who tried the Christians, the ecclesiastical courts which tried heretics, and the colonial tribunals which condemned witches. If the self-evident truths of our systems were invalid and John Africa’s truths were valid, then inevitably, our truths would fade and his would survive. (Blockson, 1989, 131)

37Le multiculturalisme peut aussi apparaître comme un cover-up, le camouflage, d’un conflit en noir et blanc. C’est l’hypothèse de Hacker (1992) explicitée par N. Glazer dans son dernier ouvrage : "Multiculturalism is the price America is paying for its inability or unwillingness to incorporate into its society African Americans, in the same way and to the same degree it has incorporated so many groups" (1997, 147).

38Doit-on, comme ces derniers, en conclure qu’il subsiste deux nations, deux centres : "The two nations for our America are the black and the white, and increasingly, as Hispanics and Asians become less different from whites from the point of view of residence, income, occupation, and political attitudes, the two nations become the blacks and the others" (ibid., 149) ?

  • 27 Le plea-bargaining est une procédure judiciaire appliquée dans 90 % des affaires judiciaires, encou (...)

39Le conflit MOVE-Philadelphie pérennise la thèse du rôle politique de l’institution judiciaire dans les conflits centre-périphérie (se reporter à l’article "Discrimination positive, la controverse intellectuelle", dans la Revue française détudes américaines 81, 1999 ["l’Affirmative Action en question"]). Le pouvoir discrétionnaire du juge, conféré par l’institution de justice (acquittement des policiers en 1981 et immunité accordée aux représentants institutionnels et politiques après 1985) a entériné des décisions partiales et montré la perméabilité entre les différents pouvoirs dans le gouvernement de la ville de Philadelphie. Le dysfonctionnement du système judiciaire de Philadelphie, quasiment paralysée en 1976 par la multiplication des affaires, de misdemeanors (délits mineurs) pour lesquelles MOVE refusait la procédure du plea-bargaining27, rejoint ce propos de Tocqueville ([1835-40], 1961, 180) : "Lorsque les républiques américaines commenceront à dégénérer, je crois qu’on pourra aisément le reconnaître : il suffira de voir si le nombre des jugements politiques augmente".

40En conséquence, nous dirons que le cas ponctuel de MOVE vs ville Philadelphie illustre comment l’appartenance à une nation autre que l’Etat-centre dans la société américaine contemporaine peut déclencher un processus d’exclusion, mettant en évidence l’hégémonie des institutions de la république, ou du moins la perception que telle est leur finalité. Selon l’analyse ethonologique de Carol Greenhouse et autres anthropologues contemporains : "recent ethnographic studies show that legal jurisdictions are not merely the neutral administrative geography of state authority, but are deeply and subjectively felt by individuals as experiences of particular kinds-notably racial encounters" (voir également Gooding, 1995 et Barnes, 1997).

41L’étude de la crise sélectionnée a révélé le paradoxe entre la chose écrite et la chose pratiquée, le principe de démocratie et son application/non-application à l’événement marginal. Le droit à la différence apparaît comme une revendication civique qui suscite solidarité et/ou contestation. Aux tensions ethniques se superposent dans le cas de la nation américaine, les cercles du pouvoir fédéral et du pouvoir d’état. Toutes ces tensions sont à inclure dans la définition de citoyenneté puisque l’individu y est soumis. Si l’on suit les théories des ethnographes américains contemporains, nous définirons la "nation" non pas comme un modèle conduisant à l’exclusion de l’autre mais comme l’espace de ces différences où ces dernières s’affrontent ou se fédèrent. C’est dans cet espace que nous placerons l’affrontement MOVE vs ville de Philadelphie. C’est également dans cet espace que se construit la citoyenneté et subséquemment le statut de citoyen ou de non-citoyen :

[C]itzenship materializes (literally and figuratively) as issues of difference. Considering difference as a materialization of citizenship is a step towards bringing some specificity to the question of nationness and some nationness to the question of ethnography in the United States – in the spirit of advancing a productive interdisciplinary exchange on the twin subjects of democracy and ethnography. (Greenhouse, 1986, 6)

Bibliographie

Ouvrages cités

Assefa, H. and Wahrhaftig, 1990. The MOVE Crisis. University of Pittsburgh Press. Bhabha, Homi, 1994. The Location of Culture. New York, Routledge.

—, 1998. "Anxiety in the midst of difference." Political and Legal Anthropology Review. Spring, 1998.

Blockson, Charles, 1989. Let the Bunker Burn. Camino Books : Philadelphia.

Comaroff, John L. "Ethnicity, nationalism and the politics of difference in an age of revolution." In E. Wilmsen and P. McAllister, eds. The Politics of Difference : Ethnic Premises in a World of Power. Chicago : University of Chicago Press, 162-183.

Crèvecoeur [1785], 1979. Lettres dun cultivateur américain, écrites à W. S. Ecuyer, depuis l’année 1770, jusqu’à 1781, traduites de l’anglais par ***. Fac-similé de l’édition de 1785. Genève : Slatkine Reprints. II, 276 (édition originale de 1784, adaptation de la première édition anglaise de 1782).

Dobyns, H. F. 1966. "Estimating Arboriginal American Population : An Apraisal of Techniques with a New Hemisphere Estimate." Current Anthropology 7 : 395-449.

Glazer, Nathan, 1997. We Are All Multiculturalists Now. Ma. : Harvard University Press.

Greenhouse, Carol, 1986. Praying for Justice : Faith. Order and Community in an American Town. Ithaca : Cornell University Press.

—, 1997. "Reading the federal life : Brown and the nationalization of the life story." In A. Sarat, ed. Race, Culture and Power. Oxford : Oxford University Press.

—, "Figuring the future : issues of time, power, and agency in ethnographic problems of scale." In A. Sarat and B. Garth, eds. Justice and Power in Sociological Studies Evanston. Northwestern University Press and the American Bar Foundation. 108-135.

—, 1998. "Democracy and Ethnography in the United States, Some Questions of Practice." Séance inaugurale, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2 novembre 1998.

Hacker, Andrew, 1992. Two Nations : Black and White, Separate, Hostile, Unequal. New York : Scribner.

Hacker, Frederick, 1976. Crusaders, Criminals. Terror and Terrorism in our Time. New York : W. W. Norton.

Harry, Margot, 1987. "Attention MOVE! This is America!" Banner Press : Chicago.

Hochman, S. & E., eds., 1997. The Penguin Dictionary of Contemporary American History. U. S. A.

Jacobs, Wilbur R., 1985. Dispossessing the American Indians. University of Oklahoma Press.

Kohn, Hans, 1957. American Nationalism : An Interpretation.

Lacorne, Denis, 1997. La Crise de lidentité américaine : du melting-pot au multiculturalisme. Fayard : Paris.

Lipset, M. S., 1963. The First New Nation.

Mann, Arthur, 1999. The One and the Many. Reflections on the American Identity. Chicago University Press.

Nammack, Georgiana C., 1969. Fraud, Politics, and the Dispossession of the Indians. Norman, Okla..

Poe, Richard. "Preemptive Strike/A New Kind of Policing." East Village Eye June 1986.

Reed, Ueda, 1980. "Nationalization and Citizenship." Harvard Encyclopedia of American Ethnic Groups. Cambridge, Ma. : Harvard University Press.

Revue française détudes américaines 64 (1995). "Crise et crises".

Revue française détudes américaines 81 (1999). "L’Affirmative Action en question."

Sassen, Saskia, 1996. Losing Control ? Sovereignty in an Age of Globalization. New York : Columbia Press.

Wagner-Pacifici, R., 1994. Discourse & Destruction : The city of Philadelphia versus MOVE. The University of Chicago and London.

Tocqueville, Alexis de [1835-1840], 1961. De la démocratie en Amérique. Paris : Gallimard. 1986 pour la préface.

Zangwill, Israel [1909, rééd. 1914], 1975. The Melting-Pot. Drama in Four Acts. New York : Arno Press.

Entretiens personnels

Bond, Clifford, mai 1985

Notes

1 Théorie de Comaroff, 1996, 172-177 ; Sassen, 1996, 5 ; Carol J. Greenhouse, 1988

2 Selon Carol J. Greenhouse, ceci est à mettre en parallèle avec la pauvreté des études ethnographiques des Etats-Unis en tant que "nation" : "The ethnography of the United States is not just local, but localist as if communities were essentially worlds unto themselves. Framed as stories of citizenship and the American Dream, these studies – predominantly about new immigrant communities and ethnic neighborhood – melt into a communitarian discourse, from whence ethnography vanishes" (1988, 6).

3 "If there is a fulcrum to Democracy in America, where it might be said that all preceding is introduction and all following is development, it is the final chapter of the first volume, the literal middle of the work" (Greenhouse, 1998, 11).

4 Au recensement de 1900, on estime à 300.000 le nombre d’indiens, soit une diminution officielle de plus de deux-tiers (première estimation : environ 1.000.000).

5 Dans ce même chapitre, il donne une humanité cruelle à ces rapports centre-périphérie : "l’enfant blanc, l’Indienne et la négresse... un lien d’affection réunissait ici les opprimés aux oppresseurs, et la nature, en s’efforçant de les rapprocher, rendait plus frappant encore l’espace immense qu’avaient mis entre eux les préjugés et les lois" (472).

6 En 1857, c’est à la Cour Suprême des Etats-Unis qu’il reviendra de confirmer cette non-appartenance à l’Etat (jugement du Chief Justice Taney dans le Dreâ Scott Case : "An African Negro, could never be a citizen of any state, and therefore could not sue his owner in federal court").

7 Les deux principes hérités de la "Common Law" sont : remedies precede rights (la procédure est plus importante que le droit de fond) ; et justice before truth (le droit avant la vérité) A cela s’ajoute le principe de jurisprudence, precedent and stare decisis. Voir Guillaumaud-Pujol, Le Cas MOVE à Philadelphiea, thèse, Université de Tours, 1999, 329.

8 La citoyenneté sera reconnue aux noirs par les XIV et XVème Amendments et Civil Rights Voting Acts, 1964-65, mais leur intégration scolaire se fera après le cas de Brown v. Board of Education of Topeka, 347 US 483 case (1954), renversant le Plessy v. Fergusson case (1896). Cette intégration sera mise en cause par le Affirmative Action re Bakke case, (1978). L’avortement sera autorisé par l’arrêt consécutif au Roe ν. Wade, 410 US 113 case, (1973). La peine de mort sera suspendue en 1972 – Furman v. Georgia, 408 US 238-19 case puis rétablie en 1976 Gregg ν Georgia case. La législation sur l’immigration sera modifiée par le Chadha, 462 US 919 case (1983). Pour l affirmative action voir Vincent Michelot & Jean Christian Vinel, Adarand v. Pena et laffirmative action : "le processus judiciaire est-il soluble dans le politique ?", Revue française détudes américaines 81 (1999).

9 Nathan Glazer qualifiait la politique d’Affirmative Action de mesures superfétatoires et contraires à l’esprit citoyen des Civil Rights Acts et de la constitution qui enfin appliquait le principe fondateur d’égalité et de droits inaliénables : "this ultimate color-blindness... the pattern of American history steadily moves us to a more extensive notion of the 'American', to reach the final culmination of 1964 and 1965" (Glazer, 1997, 153).

10 "[D.P. Moynihan] did reject that 'this problem may in fact be out of control... the time may have come when the issue of race could benefit from a period of benign neglect'" [Moynihan Report, 1965],

11 "For many, the excessive police response in Philadelphia foreshadowed what was to come in Waco and Ruby Ridge" (S. Hochman and E. Hochman, 1997).

12 "In an announcement that took both the defense attorney and the prosecutor by surprise, the judge ordered a directed verdict as the attorneys were preparing to make closing arguments to the jury... the judge stated ‘Philadelphia is bleeding to death because of this MOVE tragedy.... No verdict from those good people from Dauphin County (the jurors) will staunch the flow of blood.... It can only be stopped by setting up a lightning rod. I will be that lightning rod". Jan Schaffer, ‘Judge Acquits Policemen in Beating Before MOVE Case Goes to Jury,’ Philadelphia Inquirer, Feb. 3, 1981. P. A1.

13 Cet ordre fut donné aux pompiers par le Police Commissioner, G. Sambor, le 13 mai 1985, après que le bombardement ait provoqué l’incendie de la maison.

14 "MOVE’S work, John Africa’s revolution, is to stop man’s system from imposing on life, MOVE’S work is to stop industry from poisoning the air, the water, the soil and to put an end to the enslavement of life – people, animals, any form of life", MOVE, 25 Years on the MOVE, USA, 1996, p. 3.

15 Louise James : "we took the beatings... prior to 1976-7... then MOVE’S mood – and I’m talking about bitterness now – did change", MOVE Commission Hearings, 10/10/85, a. m. pp. 65-68.

16 "A 11experience hath shown that mankind are more disposed to suffer.... But when a long train of abuses and usurpations... evinces a design to reduce them under absolute despotism, it is their right, it is their duty, to throw off such government and to provide new guards for their future security", 25 Years on the MOVE, U. S. A 1997, p. 3.

17 Les enquêtes légales vont conclure dans un premier temps à l’immunité du maire et du managingdirector (tous deux noirs). Puis en 1996, un second procès intenté par Ramona Africa à sa sortie de prison en 1996 condamnera le commissaire de police G. Sambor et le capitaine des pompiers W. Richmond (tous deux blancs), à payer des dommages et intérêts aux victimes. Mais le juge fédéral Pollack, usant de son pouvoir discrétionnaire, annulera la décision des jurés et invalidera les poursuites, invoquant l’immunité professionnelle des deux hommes : "Federal Judge Louis Pollack overturned the decision and ruled that both men had acted in their official capacities and were therefore immune from personal responsibility for the deaths", The Penguin Dictionary of Contemporary American History, U. S. A., 1997.

18 Déposition par Ramona Africa, 1988, sur le Final Report of Philadelphia County Special Investigating Grand Jury : "What would have happened if Sambor lived in 1775, as a policeman, an English soldier, and he approached.... Patrick Henry’s house like he did our house... he would have gotten a bullet into his head and the rebel... would be celebrated today as an American hero."

19 MOVE, 25 Years on the MOVE, USA, 1996. p. 3.

20 "Six Bodies, 2 of Children, Taken from MOVE Rubble", Philadelphia Inquirer, 15 May 1985.

21 Novella Williams, May 12, 1985.

22 CBS television broadcast of Face the Nation, "Siege in Philadelphia : MOVE and the Mayor", 19 May 1985.

23 "Goode Still Finds the Answer in Work, Work, Work", ibid, 21 December, 1997.

24 Thèse reprise par le Prosecution Attorney, Harris, au procès MOVE-Philadelphie, 1996 : "They committed suicide.."

25 "The Philadelphia Massacre : Reality and Future Shock", Revolutionary Worker, 20 May 1985.

26 Federal Emergency Management Agency, créée en 1978 par l’administration de Carter pour coordonner les forces fédérales en cas de catastrophes naturelles, pollution industrielle ou "man-made disasters".

27 Le plea-bargaining est une procédure judiciaire appliquée dans 90 % des affaires judiciaires, encouragée par la Cour Suprême des Etats-Unis, qui permet de négocier la sentence avec le juge après un aveu de culpabilité. Elle peut avoir des effets très néfastes, en particulier dans le cas des condamnés à mort.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter