Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

(Re)Mapping the centres Membership and State

 | 
Trevor Harris

La Cartographie de la Terre vaine : caviardage ou palimpseste ?

Claude-Marie Trouillet

Texte intégral

1"T.S. Eliot is not only shuffling the cards, he is also shuffling the maps, (de-) centring the centres." Ainsi fut résumée, de façon quelque peu énigmatique, un brin provocatrice, dans la plaquette de présentation destinée à nos amis anglophones, la teneur de "La cartographie de la Terre Vaine : caviardage ou palimpseste ?".

2Mon propos vise à montrer que cette cartographie se veut instable, mouvante, perpétuellement en transformation, en devenir ou en revenir, perpétuellement en changement, comme si le lecteur était confronté à un balayage horizontal, vertical, oblique d'un fondu-enchaîné de cartes historiques, géographiques, culturelles, artistiques, l'une oblitérant, caviardant l'autre, ou au contraire révélant, en palimpseste, l'existence d'une autre, parfois très en dessous.

3Il s'agit en effet d'une cartographie que je perçois personnellement comme éclatée, sans aucun centre fixe, durable ; d'une cartographie emblématique d'une vision de quête perpétuelle, kaléidoscopique, de ce point fixe ; d'une cartographie s'articulant sur des instantanés de fragments d'Histoire et d'histoires : fragments d'Histoire (l'hégémonie carthaginoise et bientôt Myles, 260 av. J.-C., la première victoire navale de Rome ; Smyrne antique, florissant comptoir commercial ionien, et Smyrne moderne, reprise aux Grecs par les Turcs en 1922...) ; fragments d'histoires : celles de Didon et Énée, d'Antoine et Cléopâtre, d'Elizabeth et Leicester, d'Albert et Lil.

4J'appréhende cette cartographie comme celle d'un univers schizomorphe allant de l'Occident à l'Inde, de la Tamise (Londres, Kew) au Gange et à l'Himalaya, en passant par la Bavière et les empires centraux écroulés, avec de gros plans sur le bassin méditerranéen, aux confins de l'Europe, de l'Afrique, de l'Asie, couvrant une période de temps allant du deuxième millénaire avant notre ère à 1922, ou plutôt sans limite de datation dans l'avenir, car le poème existe, débordant d'un inconcevable carcan temporel.

  • 1 The Waste Land (désormais désigné par le [s] numéro [s] de vers entre parenthèse après la citation (...)

5Certes, au prétendu hasard des cartes, des centres sont proposés au lecteur, localisés/localisables, dans l'espace et le temps : Athènes, Alexandrie, Vienne, Jérusalem, Carthage, Cumes, "unreal"1, c'est-à-dire partiellement ou totalement, provisoirement ou définitivement évanouis, historiquement, visuellement, à des moments précis de l'Histoire. D'autres centres s'avèrent moins universellement identifiables : une taverne londonienne, une chambre de dactylo, une usine à gaz. Et certains, que je qualifierais de gigognes, révèlent, en abyme, plus profondément encore, d'autres centres. Ainsi fonctionne le poème d'Eliot.

6Une focalisation sur un lieu précis, le "Starnbergersee" (ν. 8), qu'Eliot avait visité dans les montagnes (cf. v. 17) de Haute-Bavière, et voici qu'une série d'emboîtages scéniques commencent. Le lecteur sait sans doute qu'au fond de ce lac furent découverts en 1886 les corps de Louis II et de son médecin : premier indice vers la découverte d'autres noyades en des lieux divers réels ou mythiques (celle d'Ophélie [v. 172] au royaume de Danemark, celle du marin phénicien [v. 47] dans les tourbillons [v. 319] de la mer Tyrrhénienne). La référence, en palimpseste, au "roi fou", celui de Neuschwanstein, Gralsburg néo-roman, ouvre la voie à d'autres décors, pour d'autres folies, en d'autres espaces contemporains comme médiévaux. La colonnade (v. 9), le "Hofgarten" (v. 10), l'Archiduc (v. 13), trois nouveaux indices induisent d'autres histoires dans l'Histoire. Le rideau se lève, au Hoftheater de Munich, le 10 juin 1864, pour la première représentation de Tristan et Iseult (v. 31-34). Le jeune monarque de dix-neuf ans est présent auprès de son ami, Wagner. Trois années plus tard, le 22 janvier 1867, Louis II est fiancé à la princesse Sophie, fille de Maximilien, duc de Bavière ; le 10 octobre, les fiançailles sont rompues. Et voilà que le motif mythique des amants maudits se décentre pour s'élargir en d'autres espaces encore, ceux de la mer d'Irlande, vide et désolée (v. 42), que scrute le guetteur. L'archiduc, le cousin (v. 14), prend alors aisément les traits du Prince Rodolphe, fils unique de l'Empereur François-Joseph d'Autriche et de son épouse, l'impératrice Elisabeth, immortalisée sous le nom de Sissi ; Rodolphe qui serait devenu empereur d'Autriche, si en 1889 on n'avait découvert son corps et celui de sa maîtresse à Mayerling. Une colonnade, un théâtre, un opéra, un archiduc, et en dessous, occultés, caviardés, à Munich, comme à Mayerling, au royaume de Bavière, comme au cœur de l'empire Austro-Hongrois, aujourd'hui effondrés et disparus des cartes, une isotopie de chaos de l'Histoire et d'histoires d'amour qui auraient pu changer la cartographie désormais périmée de l'Histoire.

  • 2 Voir le chapitre "La cicatrice d'Ulysse". Le texte homérique présente, au dire d'Auerbach, "un flu (...)
  • 3 Voir Archéologia, 58 (1973), article de G.-C. Picard, "Que peut-on faire à Carthage ?" (15).
  • 4 Voir Polybe, Histoires, I, 23.
  • 5 Voir la note de T. S. Eliot pour les v. 366-376
  • 6 "La moitié de l'Europe, au moins la moitié de l'Europe de l'Est, est déjà sur le chemin du chaos."

7À l'inverse d'une écriture de type homérique, dont Auerbach a montré que "l'essence... est de présentifier les phénomènes sous une forme complètement extériorisée, de les rendre visibles et tangibles dans toutes leurs parties, de les déterminer exactement dans leurs relations temporelles et spatiales" ([1946], 1968, 14)2, celle d'Eliot s'élabore en profondeur, à partir de fragments, phénomènes éclatés, diversement obscurs ou éclairés, ancrés dans l'espace et le temps, générant chez le récepteur, en fonction de ses connaissances antérieures, une série d'images mentales, tout en appelant une lecture interprétative pour qui désire en déchiffrer la cohérence. Nulle reconstitution évocatrice d'une glorieuse forteresse dressée, hic et nunc, sur la colline de Byrsa3, nulle évocation de fières trirèmes s'élançant à l'ennemi, proues en avant4 ; un seul nom emblématique, à savoir Carthage (ν. 307), un seul nom de combat naval célèbre, "Mylae" (v. 70), deux lieux que l'on peut montrer du doigt sur une carte, et voici la Tyr africaine, l'antique métropole phénicienne de l'Occident vouée à être rayée du monde méditerranéen par l'enchaînement désastreux de deux guerres puniques. Deux toponymes déjà évoqués, "the Stanbergersee", "the Hofgarten", repérables sur une carte d'état-major, quatre ans de guerre pour Albert, l'époux de Lil, – "he's been in the army four years" (v. 148) – et voici non seulement les empires centraux à l'état de mines, mais encore l'Europe tout entière sur le chemin du chaos5. On peut regretter l'intervention trop directe, peut-être trop fléchée de l'auteur au niveau du paratexte. La citation d'Herman Hesse, Regard dans le Chaos6, qu'il choisit de nous donner présente au moins l'avantage d'étayer notre décryptage cartographique : la réalité de tels événements antiques ou contemporains, voire de sédiments événementiels, en apparence seulement isolés, se dévoile ainsi, par-delà l'écriture minimaliste et la signifiance qui en est suggérée, comme un moyen, pour le poète et son lecteur, de tendre vers cette fin que l'on peut nommer vérité sur l'Histoire.

  • 7 Voir Les Dossiers d'Archéologie, 201, (1995), p. 3, pour une carte des territoires conquis par Ale (...)
  • 8 Alexandre avait été l'élève d'Aristote, fondateur du Lycée. Les Ptolémées firent d'Alexandrie une (...)
  • 9 Voir Jacob et Polignac, 1992, 16 : "une cité cosmopolite où se pressent Macédoniens et Grecs, Juif (...)
  • 10 Le Mouseion, décrit par Strabon, était une fondation d'État où venaient séjourner gratuitement les (...)
  • 11 Chef-d'œuvre de l'architecte Sostratos de Cnide, sans doute commencé vers 297, sous Ptolémée Sôter (...)
  • 12 Voir C. Jacob, "Un athlète du savoir ; Ératosthène", dans Jacob et Polignac, 1992, 119-126.

8Sédiments événementiels en effet, quel que soit l'arrêt sur image, à un moment charnière d'apothéose ou de rupture, ou plutôt sur telle carte précise. Le bassin méditerranéen et ses grands pôles antiques sont balayés du regard, qui l'espace d'un instant se fige sur la plus célèbre des trente-quatre Alexandries7, cité chargée d'Histoire s'il en est, depuis qu'Alexandre le Grand la fonda ex nihilo en 332 av. J.-C., dans le dessein d'y recentrer son empire, parce que là, aux confins orientaux de la Méditerranée, se situait pour lui, entre l'Asie et l'Afrique, à portée des Indes et de l'Europe, le cœur de l'Ancien Monde. Bientôt centre politique, commercial, religieux de l'Egypte lagide, symbolisant l'hellénisme nouveau8, celui du brassage des peuples9, ville la plus grande du monde antique après Rome, riche des plus magnifiques œuvres d'art, fréquentée par les savants les plus renommés10, Alexandrie la prestigieuse est dominée par cette merveille des Merveilles : le phare11, monumental, majestueux, élégant, destiné à guider de nuit, vers le port, les navires chargés de trésors. C'est là, à Alexandrie, qu'Eratosthène reconstruit la carte de la "Terre habitée"12 ; c'est là qu'il élabore une chronologie universelle, depuis la guerre de Troie. Si, à l'esprit du lecteur, en fonction de sa culture, la production de tels fragments cartographiques est "acte de référence", induisant la "construction d'une représentation discursive" (Lane, 1992, 57), celle-ci est immédiatement modifiée, nuancée, comme en un fondu-enchaîné, par d'autres propositions.

  • 13 Voir à ce sujet dans Bernand, 1995, le chapitre intitulé "La ville marchande" (61-73).
  • 14 Le prophète Poimandrès est supposé avoir délivré à Trismégiste un enseignement sur l'origine du mo (...)
  • 15 Au IIIe siècle av. J.-C. : écrits attribués à Hermès Trismégiste, dont les enseignements auraient (...)
  • 16 Cf. l'enseignement d'Hermès dans Stobaei Hermetica, VI, 3-5, publiés par A.-D. Nock et A.-J. Festu (...)
  • 17 Hermès enseigne à Aselépius : "Dieu : monde intelligible ; monde : dieu sensible ; homme : monde d (...)

9Car Alexandrie est capitale culturelle (voir Jacob et Polignac, 1992), intellectuelle, commerciale13 du monde hellénistique, tout en demeurant le lieu de confrontation de deux mondes antithétiques, de deux traditions opposées, de deux sagesses, de deux mémoires. D'un côté la culture égyptienne, dont le passé vénérable est censé remonter aux divinités primordiales, témoins de l'origine du monde14 ; de l'autre, la science grecque, discursive, fière des conquêtes de la raison, mais plus récente. Tuilage en fait, non point de deux, mais de trois ; civilisations, lorsqu'apparaissent en langue grecque15 les premiers écrits astrologiques traduits d'originaux hiéroglyphiques conservés dans les temples égyptiens. Car durant les deux occupations perses qui ont précédé la conquête macédonienne, l'Egypte a déjà combiné ses propres conceptions traditionnelles sur les divinités stellaires avec la religion astrale des Babyloniens. D'où le rôle dévolu aux "maîtres du temps", les trente-six Décans16 – "I'll bring the horoscope myself" (v. 58) – et l'influence attribuée aux astres sur les destinées humaines – "The moon shone bright on Mrs Porter" (v. 199) – application d'un principe de sympathie ou d'analogie universelle, incluant les "trois mondes" : dieu, le cosmos et l'homme17 ; d'où aussi l'importance du microcosme et du macrocosme dans les écrits alchimiques.

  • 18 Cf. Shakespeare, Antoine et Cléopâtre, II, 2, 190-191 : "La barque où elle était couchée resplendi (...)
  • 19 Cléopâtre VII, après avoir été la maîtresse de Jules César et l'épouse de Marc-Antoine, fut poussé (...)

10Mais très vite, par la puissance illocutoire de ce seul nom prestigieux, Alexandrie, d'autres références encore traversent l'esprit, donnant à construire d'autres représentations qui seront à leur tour altérées, car voici que la page de l'atlas, mais aussi la roue de fortune (v. 51), ont été tournées : à Actium, en 31 av. J.-C., sous les regards impuissants d'Antoine et Cléopâtre, d'autres marins ont péri, noyés. Alexandrie, lieu-symbole, a maintenant été prise par Octave (le 1er août de l'année 30 av. J.-C.) ; Antoine s'est donné la mort ; devant l'arrivée des légions ennemies, Cléopâtre, la dernière souveraine de la dynastie des Lagides, celle dont "Le fauteuil où elle se tenait assise, resplendissant comme un trône,/Incendiait le marbre" (v. 77-78)18, s'est à son tour suicidée19 ; de capitale royale avec ses ors et ses fastes – "Ionian white and gold" (v. 265) – de prestigieux centre politique, Alexandrie est humiliée, réduite à un chef-lieu de province romaine. D'où le nécessaire tracé d'une nouvelle carte du monde, recentrée, après Athènes, après Alexandrie, sur une autre ville éternelle : Rome. Apparent chaos de l'Histoire d'une cité vaincue "qui se débat encore et toujours dans le rêve de la métropole universelle" (Jacob et Polignac, 1992, 16), chaos de l'amour, anéanti par la mort et la trahison, chaos d'existences historiques et personnelles ancrées dans le chaos événementiel. Autre temps, autre lieu certes, pensera le lecteur, mais semblable schéma dans la trame de l'Histoire, remarquera-t-il aussi, itération d'un même motif dans l'économie d'une poétique.

  • 20 Cf. le titre du film de Youssef Chahine.
  • 21 La traduction du Pentateuque fut sans doute l'œuvre de Juifs venus de Palestine, vers 250 av. J.-C (...)
  • 22 Philon a tenté, au 1er siècle de notre ère, une synthèse entre la sagesse de la Loi hébraïque et c (...)
  • 23 Clément et Origène, directeurs les plus renommés de l'École Chrétienne.

11Et déjà, dans une perspective dynamique, une autre page, une nouvelle carte lui apparaît où figure Alexandrie, encore et encore20, Alexandrie lieu mythique, Alexandrie qui "a survécu aux aléas de l'histoire pour venir habiter la mémoire collective" (Jacob et Polignac, 1992, 16). C'est là que, dans l'île de Pharos, selon la tradition, la Torah a été autrefois traduite en grec par les Septante, les soixante-douze vieillards21. Nous sommes maintenant au troisième siècle de notre ère : deux Écoles rivalisent de prestige, l'École Juive riche de toute une littérature apologétique, l'École Chrétienne de catéchèse, fonctionnant sur le modèle des antiques écoles de philosophie ; l'une se réclame de Philon22, l'autre, de Clément et d'Origène23. Au terme de deux siècles de mobilité favorisée par l'unité linguistique grecque, une translation s'est opérée : la vie spirituelle et bientôt théologique s'est centrée à Alexandrie et à Antioche pour l'Orient, à Carthage et à Rome pour l'Occident.

12Nous avons déjà cité Carthage et nous aurons l'occasion d'en reparler, mais demeurons pour l'instant à Alexandrie. Cela nous aidera à comprendre comment se construit une des lectures du poème. La ville devient très tôt, et pour longtemps, le foyer d'un Christianisme d'inspiration humaniste. Renouant avec la tradition philosophique et philologique antique et l'hellénisme juif d'un Philon – "Gentile or Jew" (v. 319) – les Chrétiens de l'Église d'Alexandrie s'essaient à un approfondissement théologique des données de leur foi. Clément poursuit, sur une base plus large, la réconciliation de la philosophie profane et de la doctrine chrétienne que Justin avait tentée. Sa volonté est celle d'une synthèse entre la culture antique et l'Évangile. Pour lui, la foi est la "vraie philosophie" : elle couronne l'effort des Anciens et fait providentiellement aboutir leur quête. "Le Christianisme est présenté comme un sommet : il rassemble des vérités partielles qui avaient été déjà découvertes par les meilleurs auteurs païens" (R. Klibansky, cité dans Jacob et Polignac, 1992, 235).

  • 24 La Régénération, dans Corpus Hermeticum, XIII, A.-D. Nock et A.-J. Festugière, 1946-1960 ; et L'Og (...)

13Deux traités initiatiques24 nous laissent supposer qu'existait en outre simultanément à Alexandrie une confrérie hermétique prétendant guider ses adeptes "sur la voie d'immortalité". La doctrine, syncrétique, empruntait aux écrits de Trismégiste, tout en se fondant sur une interprétation allégorique des religions égyptienne et juive. Ainsi, traduits en grec, les enseignements de Thot attiraient-ils aisément l'attention de la population de culture hellénique, mais encore de certains membres de la communauté judéo-alexandrine qui souhaitaient, pour leur part, réinterpréter l'héritage d'Israël en révélation compatible avec la philosophie grecque et la gnose des nations.

  • 25 Ce qui, faut-il le préciser, présuppose l'importance du passé pour le présent.

14Ville pluriethnique, ville-microcosme, ville-symbole, Alexandrie est tout à la fois lieu de confrontation entre la pensée grecque et la sagesse des "barbares", et lieu de mémoire exemplaire de l'ouverture aux autres. Si l'ambition aristotélicienne d'un savoir universel a autrefois été transportée là, décentrée là depuis Athènes, si la Bibliothèque fut la première tentative pour y recueillir la somme écrite des connaissances humaines, Alexandrie n'est pas seulement accumulation de savoirs pour eux-mêmes, elle est reconnaissance de l'apport d'autrui et de l'héritage lointain de l'humanité25 ; elle est prise de conscience et reconnaissance de l'altérité, de la valeur des mentalités et des croyances, y compris des pratiques magiques, des cultes à mystères et des mythes.

  • 26 Cf. Les Dossiers d'Archéologie, 201 (1995).
  • 27 Notamment celui du 8 août 1303.
  • 28 Au sommet du phare était juchée une colossale statue masculine, nue, vraisemblablement Zeus Sôter, (...)

15Et pourtant la roue a inéluctablement continué à tourner. Certes Alexandrie, "Lumière du monde antique"26, a perduré, mais sa Bibliothèque a été la proie des flammes, et ce sera finalement grâce au monde romain, par un nouveau décentrage, par une nouvelle translation dans l'espace, que survivra l'héritage de l'Antiquité. En 1922, date de parution de La Terre Vaine, il eût fallu être authentique devin pour prévoir que la Bibliothèque renaîtrait un jour de ses cendres, in situ, sous l'égide de l'U.N.E.S.C.O. Ce que sait de source sûre le poète, c'est que le temps, les hommes, les séismes27 ont relégué au fond de la mer, immergés par huit mètres de fond, les glorieux vestiges architecturaux ; que le bûcher dans lequel brûlait jadis un bois résineux s'est à tout jamais éteint ; que Zeus n'est plus le sauveur des navigateurs28 et que les récifs continuent néanmoins à parsemer la côte : "Fear death by water" (v. 55), conseille à qui accepte de l'entendre la pythonisse égyptienne.

16Certes, faut-il le préciser, le traitement du substrat historique, voire mythique, s'opère, telle la relation transtextuelle, sur le mode parodique. Si la barque de Cléopâtre, glissant sur les eaux du Nil, s'est réduite en un fauteuil pour dame de petite vertu, si Mme Sosostris, extralucide de pacotille, au nom faussement égyptien, a la vision plutôt courte, par-delà le jeu du décalage entre l'identité et la référence, l'indice fourni par le "méchant jeu" (v. 46) de Tarot dont se sert la cartomancienne pour ses prédictions n'est pas fortuit. N'oublions pas la localisation : Alexandrie.

17Mais, objectera-t-on, de quoi parlez-vous ? De politique, de commerce, d'art, de littérature, de philosophie, d'épistémologie de l'Histoire, de chronosophie, de divination ? Je répondrai : "de tout ce dont parle Eliot, par le biais de la cartographie de son poème", par superposition d'allusions, par caviardage ou en palimpseste ; de ce que l'on peut nommer Histoire, non point seulement événementielle, mais Histoire des hommes et des civilisations. Le mode ludique d'écriture ne saurait être tenu pour une liquidation ironique du passé. Saisi en tant que symbole, lui-même générateur d'un enchaînement d'images mentales au gré de la culture, de la sensibilité, des fantasmes de chaque lecteur, tel fragment cartographique, tel toponyme – "Jerusalem, Athens, Alexandria,/Vienna" (v. 74-75) – expression de l'esprit humain, aide à comprendre l'Homme en centrant, en focalisant sur l'histoire référentielle d'autres hommes, célèbres ou obscurs, qui, au fil des siècles, parfois consciemment comme Cléopâtre, mais le plus souvent à leur insu comme Phlebas, ont écrit l'Histoire.

18J'opérerai ici des choix parmi les cités de la Méditerranée antique qui jouent un rôle dans l'économie de l'œuvre. Certains pourraient être tentés par une recherche "archéologisante" qui "gratterait" toujours plus profondément, dans le but de découvrir d'autres strates de culture sous-jacentes au texte. Le risque serait alors de proposer au lecteur non plus un cheminement interprétatif, mais un billet pour ce que R. Klibansky a pu par ailleurs nommer, non sans humour, "ossuaire du savoir" (dans Jacob et Polignac, 1992, 242). S'il convient en effet de poser sur la cartographie du poème un regard distancié afin d'éviter le "vertige d'une érudition labyrinthique" (ibid., 19) stérile, exclure de propos délibéré toute culture, tout savoir, irait à l'encontre des principes de composition du poème, à l'encontre de cette technique d'écriture : les notes adjointes dans le paratexte sont là pour le suggérer. Car l'apport du patrimoine intellectuel et sensible de chaque lecteur, titillé par tel toponyme emblématique, le guide dans son parcours interprétatif, voire initiatique, dans sa lecture illuminative : "Looking into the heart of light" (v. 41).

  • 29 L'expression est de R. KJibansky (Jacob et Polignac, 1992, 244).

19L'héritage culturel, "image d'un savoir dérivé"29, d'un savoir décentré, est un des maillons dans la quête de connaissance ; serait-ce alors une indication discrète que la source de vérité, si toutefois elle existe, est peut-être à chercher en d'autres lieux ?

  • 30 Cumes fut fondée vers le milieu du VIIIe siècle av. J.-C. par Hippoclès de Cymè et Mégasthène de C (...)
  • 31 "Cum floreret in Italia Græcia potentissimis et maximis urbibus, ea quæ Magna dicta est" (Tusculan (...)
  • 32 En 474 av. J.-C., grâce à l'aide apportée par Hiéron de Syracuse, Cumes repousse une nouvelle coal (...)
  • 33 Pour lutter contre la flotte de Sextus Pompée, Octave chargea Agrippa d'aménager Cumes en une redo (...)
  • 34 L'Amitié, 13 : "La Grande Grèce, maintenant détruite" (Laurand, trad., 1928).
  • 35 Les Convegni di studi sulla Magna Grecia, qui se tiennent annuellement à Tarente, sous l'impulsion (...)

20Un indice nous est fourni par une autre ville antique, Cumes, l'une des plus anciennes des colonies grecques de Sicile et d'Italie30, point extrême de l'expansion territoriale de l'hellénisme sur la côte Tyrrhénienne, dont le nom apparaît dans le premier des exergues. On connaît l'emphase de Cicéron : "Jadis en Italie une Grèce brillait par la puissance et la grandeur de ses cités, cette Grèce qu'on appelait Grande"31, celle qui transmettait à Rome "des modèles religieux, philosophiques, littéraires, artistiques, ainsi que des techniques et des usages dont nous leur sommes encore redevables et qui sont partie intégrante de notre propre vie : l'alphabet et la monnaie, l'huile et le vin..." (Morel, ed., 1998, 2). Aux VIIe et VIe siècles Cumes, florissante, ne cesse d'étendre sa domination à tout le littoral de la Campanie ; au fond du golfe, dans une optique maritime et commerciale, elle fonde Neapolis, la Ville Neuve32, jusqu'au jour où elle est contrainte de devenir base navale romaine33 avant que ne sonne définitivement, pour elle aussi, l'heure du déclin. Car non seulement Cumes, mais encore la Grande Grèce, si prestigieuses, seront à leur tour "détruites" par l'usure du temps : "Magnamque Græciam, quae nunc quidem deleta est", constate ce même Cicéron34. Jadis glorieuse, l'antique cité cuméenne est maintenant rayée des cartes du monde méditerranéen ; son rôle civilisateur est inexorablement condamné à l'oubli des siècles ; enfouies sous les broussailles, parmi l'eau stagnante des marais, l'une comme l'autre attendront que des campagnes archéologiques daignent leur redonner vie35.

21Cumes base navale romaine, Athènes circonscrite par Rome, l'hellénisme prisonnier de la latinité : le tracé visuel de l'exergue, avec mise en abyme d'un autre alphabet, d'une autre écriture à déchiffrer, est à soi seul porteur de sens. Le quêteur ne regagne Athènes qu'en passant par Rome, itinéraire nécessaire, non suffisant, pour retrouver en palimpseste, dans les profondeurs de la mémoire, au-delà d'un savoir dérivé, une sagesse caviardée, occultée.

22Sans oublier qu "'épigraphier est toujours un geste muet dont l'interprétation reste à la charge du lecteur" (Genette, 1987, 145), considérons plus précisément cet exergue : nous allons découvrir qu'il mérite l'intérêt.

Nam Sibyllam quidem Cumis ego ipse oculis meis
vidi in ampulla pendere, et cum illi pueri dicerent:
Σίβυλλα τί θέλεις; respondebat illa: ἀποθάνείν θέλω.
(Pétrone, Satiricon, XLVIII)

En effet, à Cumes c'est bien la Sibylle que j'ai de mes yeux vue, suspendue dans une bouteille ; et comme les enfants disaient :
Sibylle, que veux-tu ? celle-ci répondait : c'est mourir que je veux.

  • 36 Voir Auerbach, 1946., ch. 11, Fortunata, p. 41.

23Les lignes imprimées sur la page, empruntées au Satiricon (XLVIII), constituent l'emboîtage le plus extérieur d'une série de contenants qui eux-mêmes demeurent typographiquement invisibles. Le locuteur que Pétrone met en scène est Trimalchion, un riche affranchi parvenu, du premier siècle, vivant en Italie du Sud, au début de l'époque impériale, en quelque sorte un de ses contemporains ; il le fait parler la langue de son milieu, "presque sans aucune stylisation littéraire"36. Auerbach a montré que "ce qui prédomine en effet dans l'œuvre de Pétrone, c'est une conception hautement pratique et terrestre, on pourrait dire intrahistorique de l'instabilité du sort" et que "c'est avant tout le caractère banal de ces changements qui donne le sentiment que nous avons affaire à des événements qui se situent au sein de l'histoire" (Auerbach, 1946, 40). Incluses dans les propos de Trimalchion, rapportées néanmoins par souci d'exactitude en style direct, dans la langue "originelle" – car l'auteur se rappelle qu'il fut un temps où le grec était le véhicule vernaculaire –, mises en valeur par la ponctuation, se détachent l'interrogation des enfants et la réponse de la Sibylle. S'avançant "jusqu'à l'extrême limite du réalisme antique"(ibid. 41), Pétrone fait ainsi "parler son jargon propre" à chacun de ses personnages.

  • 37 En grec τὰ Φλεγραĩα, sur φλέγω, "brûler".

24Or celle dont la réponse, inhabituellement claire, nous est communiquée, n'est pas un individu ordinaire, mais une prêtresse dont l'existence, sans doute inscrite d'abord dans l'histoire comme toute existence humaine, participe désormais du mythe. À l'extrémité occidentale des Champs Phlégréens37, paysage de soufre, de coulées de lave, terre de feu, "Burning burning burning burning" (v. 308), convulsée, criblée de cratères, dans une atmosphère brouillée par les fumerolles et autres émanations gazeuses, plane l'ombre terrifiante de la redoutable pythonisse, mystérieuse et sacrée, qui mugit dans son antre. C'est là, à Cumes, avant-poste de l'hellénisme dans la mer tyrrhénienne, qu'étaient rendus dans la chambre secrète, l'"oἰκos ἐινδότατω", ses oracles ambigus et voilés, quasi indéchiffrables.

25Emboîtés dans la citation empruntée à Pétrone, seule ouvertement visible et audible, s'imbriquent, encastrés les uns dans les autres, tout un ensemble d'indices, de références littéraires et mythologiques. Sous-jacents à l'extrait du Satiricon, se trouvent au moins deux chefs-d'œuvre canoniques de la poésie latine, d'abord les Métamorphoses et, encore plus profondément ancrée dans la mémoire universelle, l'Énéide. Comme si Eliot poussait le paradoxe jusqu'à inviter son lecteur à descendre dans les "entrailles" de la culture antique pour en rapporter la lumière qui lui permettra peut-être d'y voir clair dans l'opaque chaos des apparences. Acceptons de jouer le jeu qui nous est proposé en ouvrant les Métamorphoses au livre XIV, tout en laissant le spécialiste goûter dans la langue le plaisir du texte :

  • 38 V. 135-141, trad. G. Lafaye, Paris, Les Belles Lettres, 1938.

[...] "elige", ait "virgo Cumaea, quid optes;
Optatis potiere tuis." Ego pulveris hausti
Ostendi cumulum; quot haberet corpora pulvis,
Tot mihi natales contingere vana rogavi;
Excidit, ut peterem juvenes quoque protinus annos.

"Vierge de Cumes, me dit-il [Phébus], exprime un vœu, celui que tu voudras ; il sera exaucé." Moi, je ramassai une poignée de poussière et la lui montrai ; je souhaitai follement autant d'années de vie que cette poignée contenait de grains de poussière ; je ne songeai pas à demander que toutes ces années fussent jusqu'au bout des années de jeunesse."38

26Et quelques vers plus loin :

  • 39 Ibid., 152-153.

[...] nullique videnda, Voce tarnen noscar; vocem mihi fata relinquent."

"Quand je serai invisible à tous, on me reconnaîtra encore à ma voix. C'est tout ce que les destins me laisseront."39

  • 40 Voir Grimal, 1958, 371 : "Phœbos, le Brillant, épithète et souvent nom d'Apollon. C'est en latin s (...)
  • 41 Devant l'erreur de la Sibylle qui avait négligé de demander la jeunesse, "le dieu la lui offrit, e (...)

27L'hypotexte, en palimpseste sous l'extrait de Pétrone, lui rend un sens demeuré caché à qui refuse de porter son regard dans les profondeurs de la tradition culturelle. Car si l'extrême vieillesse a ainsi ratatiné jusqu'à la faire tenir "in ampulla", dans une bouteille, celle qui fut un jour belle, aimée de Phœbus40, c'est qu'en formulant son vœu de longévité, la Sibylle a commis une irréparable imprudence : pour avoir paradoxalement omis de demander pour elle-même le privilège de conserver aussi la jeunesse, elle, la devineresse, la Sagesse incarnée, "famous clairvoyante" (v. 43), qui lit dans les destins des autres, a eu – ironie du sort, ironie de l'auteur – la vue aussi courte que l'aura "Madame Sosostris". Et si le dieu, qui lui avait promis d'exaucer le premier souhait qu'elle émettrait, lui accorda de vivre autant d'années qu'elle pourrait tenir dans sa main de grains de sable, "a handful of dust" (v. 30), au fur et à mesure que la prêtresse vieillissait, son corps se rétrécissait, se desséchait, et, les siècles passant, elle en vint ainsi à se réduire à une voix, indestructible, "inviolable" (v. 101)41, semblait-il, à jamais : "And still she cried" (v. 102).

  • 42 Cf. En., VI, 100-101 : ea frena furenti/concutit et stimulos sub pectore vertit Apollo : "tels son (...)
  • 43 Une tradition voulait que la Sibylle d'Érythrées, en Lydie, fût la même que celle de Cumes. Apollo (...)
  • 44 "pandere res alta terra et caligine mersas". Certes l'état actuel des données archéologiques a que (...)

28Autre référence canonique, occultée, sous-jacente à l'extrait du Satiricon, le Livre VI de l'Énéide, dans lequel Virgile décrit la topographie du sanctuaire, va nous fournir des clés pour une lecture de la multiplicité des voix narratives dans le poème d'Eliot. "L'énorme flanc de la roche Eubéenne était taillé en forme d'antre où cent larges avenues conduisaient à cent portes : il en sortait autant de voix, réponses de la Sibylle" (En., VI, 42-44 ; Bellesort, trad., 1967). Là encore vérité multiforme, fragmentée, éclatée, décentrée, déviée, vaticinations émanant d'une unique sagesse hellénique, douloureusement inspirée des dieux grecs42, proférée en un souffle par une Erythréenne43 qui sait "dévoiler [au néophyte, au quêteur,] les choses ensevelies dans les profondeurs sombres de la terre" (En., VI, 267 ; Bellesort, trad., 1967)44, "The wind under the door" (v. 118).

  • 45 "tenebrosa palus Acheronte refuso".
  • 46 La relation entretenue au niveau du péritexte ne saurait être anodine : le gigantesque ouvrage ant (...)
  • 47 Voir Ovide, Métamorphoses, XIV, 135 (Lafaye, trad., 1938).
  • 48 En., VI, 86-87 ; Bellessort, trad., 1967 : "Bella, horrida bella,/et Thybrim multo spumantem sangu (...)
  • 49 Ibid., 96-97 : "Via prima salutis,/quod minime reris, Graia pandetur ab urbe".

29Certes la plaine de Cumes, où, dit-on, Zeus foudroya les Géants, est aussi celle de la caverne d'Héphaïstos. Là, parmi les bois sacrés, sur les rives du lac Averne, "ténébreux marais des débordements de l'Achéron" (En., VI, 107 ; Bellesort, trad., 1967)45, dont les noires eaux malodorantes dorment au fond d'un cratère aux parois escarpées et sauvages, se situe, fabuleuse et mythique, l'entrée béante des Enfers. Entre l'hypertexte initial et la note terminale de l'auteur explicitant le choix paratextuel de la première épigraphe, la fiction poétique peut se développer. C'est en effet par là qu'après avoir cueilli le Rameau d'or – The Golden Bough46 – et offert un sacrifice propitiatoire, Énée descendit au royaume des morts, accompagné de la Sibylle. C'est là qu'il apprit de la Vierge de Cumes47, laquelle voyait "des guerres, toute l'horreur des guerres, et les flots du Tibre couverts d'une écume sanglante"48 que "la première voie de salut... partira d'une ville grecque."49 Les apparences typographiques, rappelons-nous, donnaient Athènes circonscrite par Rome : au-delà du paraître, le lecteur, dans son parcours labyrinthique, trouvera peut-être ici, inscrits en palimpseste, au cœur même de la latinité, des indications de décryptage, voire un fléchage cartographique. Comme si tout itinéraire herméneutique, cheminement aux sources du savoir primordial, repassait par ce centre obligé : Athènes.

  • 50 Ainsi le considéraient les Stoïciens.

30L'histoire inclut désormais les légendes qui se perdent dans la nuit des temps. Car ce fut par ce fabuleux lac Averne, peuplé de Cimmériens, que jadis, avant Enée, descendit aux Enfers Ulysse, le héros le plus célèbre de toute l'Antiquité, celui de la guerre de Troie, autre citadelle mythique désormais disparue des cartes. Si Énée se fit pour cette épreuve accompagner de la Sibylle, le sage Ulysse50 avait pris soin, quant à lui, de consulter d'abord, sur ces mêmes rivages, un autre prophète grec, thébain d'origine, Tirésias, l'oracle des morts :

I who have sat by Thebes below the wall
And walked among the lowest of the dead. (v. 245-46)

31Et voici que le lecteur pénètre du regard un emboîtement de traditions, un emboîtement de mythes, un emboîtement de référentiels considérés comme canoniques, Virgile et en dessous Homère, l'Énéide, et en hypotexte l'Odyssée, le fléchage allant toujours de la latinité à l'hellénisme, disons schématiquement de Rome à Athènes. Généré par quelques mots du poème d'Eliot, quelques fragments de cartographie qui semblaient isolés, voici que se projette maintenant sur l'œuvre un faisceau de lumière (s) dont elle retire forme et sens, voici que se construit, dans "l'imaginaire du temps" (Goulemot, 1996, 18), la lisibilité de l'Histoire.

32Athènes, Smyrne, Alexandrie, Jérusalem, Carthage, Curnes..., cités du pourtour méditerranéen, toutes éclipsées, voire minées, à un moment précis de leur histoire, mais de nos jours encore repérables sur une carte, car toujours vivantes, cités qui font rêver ou interrogent le lecteur : "These fragments I have shored against my ruins" (v. 430). Beaucoup resterait à dire qui permettrait d'autres éclairages en abyme.

  • 51 'Voir la quatrième de couverture de Toynbee [1972], 1996 et l'Avant-propos : "je tente de considére (...)

33Certes le poème se présente aussi comme une historiographie décentrée, panoramique, globale, de cette vaste partie du monde s'étendant, d'Ouest en Est, des Iles Britanniques (v. 62, 180, 260, 293-sqq., etc.), au Gange (v. 395 et 397), et du Nord au Sud, de la Lithuanie (v. 12), à la vallée du Nil (v. 374). Il se feuillette alors comme un atlas de l'histoire totale51 des grandes civilisations (avec leurs monuments architecturaux, philosophiques, religieux, littéraires) qui avaient étendu leur suprématie triomphante, ancrées, semblait-il, dans l'espace et dans le temps, donnant l'illusion d'une situation stable, pour faire place un jour à d'autres cultures, à d'autres centres, à d'autres civilisations, occidentales ou orientales, elles-mêmes peut-être déjà, depuis lors, défuntes. Il se feuillette comme un atlas du destin des civilisations qui toutes, brillantes ou ternes, ont un commencement mais aussi une fin, laissant la place à d'autres civilisations éphémères.

There I saw one I knew, and stopped him, crying: "Stetson!
"You who were with me in the ships at Mylae!
"That corpse you planted last year in your garden,
"Has it begun to sprout? Will it bloom this year?" (v. 69-72)

  • 52 Toynbee [1972], 1996, 16. A. J. Toynbee (1899-1975) a d'abord été professeur d'histoire grecque et (...)
  • 53 Cf. le titre de la traduction française de l'ouvrage d'A. J. Toynbee, 1994 [titre original : Manki (...)

34Sept ans avant que ne paraissent ces vers annihilant, en un rapprochement vertigineux, la distance chronologique de quelque vingt-deux siècles, Arnold J. Toynbee savait, quant à lui, "qu'en termes d'expérience, l'histoire de la Grèce classique et l'histoire moderne de l'Occident étaient contemporaines".52 Rien de surprenant alors si, s'inscrivant dans une perspective humaniste de l'histoire, la cartographie de La Terre Vaine nous présente la première guerre punique, notre vingtième siècle d'une Europe fleurant l'Amérique, et les cultes à mystères de l'Antiquité, comme concomitants. Il semble bien en effet qu'Eliot et Toynbee aient ainsi partagé une même vision globalisante de la grande aventure de l'humanité53 ; car "Changer de visage, voilà la véritable nature de l'histoire : elle ne cesse d'ajouter à elle-même" (Toynbee [1972], 1996, 18).

  • 54 Voir à ce sujet Holquist, 1990,108, dans le chapitre "The dialogue of history and poetics".

35A moins que telle que nous l'avons perçue, avec arrêts sur images d'un fondu-enchaîné perpétuellement mouvant, la cartographie de La Terre Vaine ne soit l'interface entre histoire et poétique, l'histoire qui est changement, différence et unicité, la poétique qui est arrêt, similitude, similarité54 ; "a constant dialogue between uniqueness and generality, that which is unrepeatable, and that which can be repeated" (Holquist, 1990, 146). Mais ce serait là l'objet d'une autre étude.

Bibliographie

Ouvrages cités

Archéologia, 58 (1973), Pour Carthage.

Auerbach, Ε. [1946], 1968. Mimesis. Paris : Gallimard.

Bellessort, Α., trad., 1967. L'Enéide. Paris : les Belles Lettres.

Bemand, Α., 1995. Alexandrie des Ptolémées. Paris : Éditions du C.N.R.S.

Carboneil, C.-O. et J. Walch,, 1994 (ouvrage dirigé par). Les Sciences historiques de l'Antiquité à nos jours. Collection "Textes Essentiels". Paris : Larousse.

Dorival G., M. Harl, O. Munnich, 1988. La Bible grecque des Septante. Paris : Éditions du Cerf, Éditions du C.N.R.S.

Empereur J.-Y., 1998. Le Phare d'Alexandrie, la merveille retrouvée. Paris : Éditions Découvertes, Gallimard.

Genette, G., 1987. Seuils. Collection "Poétique". Paris : Le Seuil.

Goulemot, J. M., 1996. Le Règne de l'histoire. Paris : Albin Michel.

Grimal, P, 1958. Dictionnaire de la mythologie grecque et romaine. Paris : P.U.F.

Holquist, M., 1990. Dialogism. Bakhtin and His World. London & New York : Routledge.

Jacob, C. et F. de Polignac, 1992 (ouvrage dirigé par). Alexandrie IIIe siècle av. J.-C.. Tous les savoirs du monde ou le rêve d'universalité des Ptolémées. Série Mémoires, 19. Paris : Éditions Autrement.

Lafaye, G., trad., 1938. Métamorphoses. Paris : Les Belles Lettres.

Lane, Ph., 1992. La Périphérie du texte. Paris : Nathan.

—, ed., 1995. Les Dossiers d'Archéologie 201 Alexandrie, lumière du monde antique.

—, ed., 1995. Les Dossiers d'Archéologie 202 Les Sept Merveilles du Monde.

Laurand, L., trad., 1928. Cicéron. L'Amitié. Paris : les Belles Lettres.

Mahé, J.-P., 1978. L'Ogdoade et L'Ennéade. Dans Hermès en Haute-Egypte, t. I, Québec.

—, 1982. Définitions d'Hermès Trismégiste à Asclépius. Dans Hermès en Haute-Egypte, t. II, Québec-Louvain.

Morel, J.-P., ed., 1998. Préface. Les Dossiers d'Archéologie 235 La Grande Grèce.

La Régénération, dans Corpus Hermeticum, XIII, publié par A.-D. Nock et A.-J. Festugière, Paris, Les Belles Lettres, 1946-1960

Nock, A.-D. et A.-J. Festugière, 1954., Stobaei Hermetica, VI, 3-5, Paris, Les Belles Lettres.

Toynbee, A. J., 1996, L'histoire. Paris : Éditions Payot et Rivages [1972. A Study of History. A New Edition Revised and Abridged by the Author and Jane Caplan. O.U.P. and Thames and Hudson].

—, 1994. La Grande aventure de l'humanité. Paris : Éditions Payot et Rivages [1976. Mankind and Mother Earth. A Narrative History of the World. O.U.P.].

Notes

1 The Waste Land (désormais désigné par le [s] numéro [s] de vers entre parenthèse après la citation), v. 376.

2 Voir le chapitre "La cicatrice d'Ulysse". Le texte homérique présente, au dire d'Auerbach, "un flux ininterrompu et rythmé de phénomènes, où n'apparaît nulle part une forme restée à l'état de fragment ou seulement à demi éclairée, ou une lacune, ou une disparate qui conduirait le regard dans des profondeurs insondées. Et cet écoulement des phénomènes se produit toujours au premier plan, c'est-à-dire dans un continuel présent temporel et local" (ibid., 15).

3 Voir Archéologia, 58 (1973), article de G.-C. Picard, "Que peut-on faire à Carthage ?" (15).

4 Voir Polybe, Histoires, I, 23.

5 Voir la note de T. S. Eliot pour les v. 366-376

6 "La moitié de l'Europe, au moins la moitié de l'Europe de l'Est, est déjà sur le chemin du chaos."

7 Voir Les Dossiers d'Archéologie, 201, (1995), p. 3, pour une carte des territoires conquis par Alexandre et une localisation de quelques-unes des trente-quatre Alexandries qu'il fonda.

8 Alexandre avait été l'élève d'Aristote, fondateur du Lycée. Les Ptolémées firent d'Alexandrie une nouvelle Athènes en créant à leur tour des lieux de culture et de recherche littéraire, scientifique, artistique.

9 Voir Jacob et Polignac, 1992, 16 : "une cité cosmopolite où se pressent Macédoniens et Grecs, Juifs et Égyptiens, mercenaires gaulois et esclaves nubiens, aventuriers, gens de lettres et de science, marchands et voyageurs au long cours, venus de toutes les régions du monde hellénisé."

10 Le Mouseion, décrit par Strabon, était une fondation d'État où venaient séjourner gratuitement les écrivains et les savants les plus renommés du monde grec. La Bibliothèque, incomparable instrument de travail, riche de centaines de milliers d'ouvrages, fut la proie des flammes, en 47 av. J.-C., lorsque Jules César fit incendier la flotte égyptienne et ses arsenaux.

11 Chef-d'œuvre de l'architecte Sostratos de Cnide, sans doute commencé vers 297, sous Ptolémée Sôter, l'un des généraux d'Alexandre à qui échut l'Egypte, et achevé vers 280 sous son fils et successeur Ptolémée II Philadelphe. Selon l'historien Flavius Josephe, Guerre des Juifs, IV, 10, 5, le phare était visible à 300 stades en mer, soit à plus de 50 km. On estime aujourd'hui que le premier étage, de plan carré, mesurait environ 70 m ; le deuxième, de plan octogonal, plus de 30 m ; le troisième, cylindrique, 9 m, avec une statue de Zeus à son sommet. Voir à ce sujet J.-Y. Empereur, 1998.

12 Voir C. Jacob, "Un athlète du savoir ; Ératosthène", dans Jacob et Polignac, 1992, 119-126.

13 Voir à ce sujet dans Bernand, 1995, le chapitre intitulé "La ville marchande" (61-73).

14 Le prophète Poimandrès est supposé avoir délivré à Trismégiste un enseignement sur l'origine du monde, ré-écriture de la Genèse à la lumière des traditions hermétiques.

15 Au IIIe siècle av. J.-C. : écrits attribués à Hermès Trismégiste, dont les enseignements auraient été communiqués à Ptolémée II Philadelphe. Hermès Trismégiste, le "trois fois très grand", était tenu pour l'interprète des secrets de son aïeul, Hermès-Thot, le dieu scribe. Ces secrets, gravés sur des stèles en hiéroglyphes, avaient, disait-on, été transmis à Hermès-Thot, après le Déluge, par son père Agathodémon.

16 Cf. l'enseignement d'Hermès dans Stobaei Hermetica, VI, 3-5, publiés par A.-D. Nock et A.-J. Festugière (1954) : "Il y a un corps qui enveloppe tout l'ensemble du monde.... Sous le cercle de ce corps ont été placés les trente-six Décans, entre le cercle total et le cercle du Zodiaque... Ils retiennent le corps qui enveloppe le monde... et ils pressent le mouvement des sept cercles planétaires.... Comme gardiens de tout ce qu'il y a dans le monde, ils président à toutes choses."

17 Hermès enseigne à Aselépius : "Dieu : monde intelligible ; monde : dieu sensible ; homme : monde destructible.... Il y a donc trois mondes en tout. Or le monde immobile, c'est Dieu, tandis que le monde raisonnable, c'est l'homme" (voir Mahé, 1982).

18 Cf. Shakespeare, Antoine et Cléopâtre, II, 2, 190-191 : "La barque où elle était couchée resplendissante comme un trône, incendiait l'eau" (trad. d'André Gide).

19 Cléopâtre VII, après avoir été la maîtresse de Jules César et l'épouse de Marc-Antoine, fut poussée au suicide par le futur Auguste, qu'elle avait tenté de séduire.

20 Cf. le titre du film de Youssef Chahine.

21 La traduction du Pentateuque fut sans doute l'œuvre de Juifs venus de Palestine, vers 250 av. J.-C. La version de tout l'Ancien Testament hébreu fut achevée vers 50 av. J.-C. Voir G. Dorival, M. Harl, O. Munnich, 1988.

22 Philon a tenté, au 1er siècle de notre ère, une synthèse entre la sagesse de la Loi hébraïque et celle des Anciens, en particulier des Stoïciens et des Platoniciens.

23 Clément et Origène, directeurs les plus renommés de l'École Chrétienne.

24 La Régénération, dans Corpus Hermeticum, XIII, A.-D. Nock et A.-J. Festugière, 1946-1960 ; et L'Ogdoade et l'Ennéade, VI, 6, J.-P. Mahé, 1978.

25 Ce qui, faut-il le préciser, présuppose l'importance du passé pour le présent.

26 Cf. Les Dossiers d'Archéologie, 201 (1995).

27 Notamment celui du 8 août 1303.

28 Au sommet du phare était juchée une colossale statue masculine, nue, vraisemblablement Zeus Sôter, Zeus sauveur des navigateurs, comme semblent l'attester les derniers vers de l'épigramme de Poseidippos. À moins que sous les traits de Zeus Sôter ne se soit caché Ptolémée Sôter, le roi Ptolémée II Philadelphe, divinisé avec sa sœur-épouse Arsinoé.

29 L'expression est de R. KJibansky (Jacob et Polignac, 1992, 244).

30 Cumes fut fondée vers le milieu du VIIIe siècle av. J.-C. par Hippoclès de Cymè et Mégasthène de Chalcis.

31 "Cum floreret in Italia Græcia potentissimis et maximis urbibus, ea quæ Magna dicta est" (Tusculanes, IV, 1).

32 En 474 av. J.-C., grâce à l'aide apportée par Hiéron de Syracuse, Cumes repousse une nouvelle coalition des populations italiques voisines soutenue par les Étrusques de Capoue. C'est la bataille navale de Cumes, dernier triomphe de l'expansion hellénique en Occident, concrétisée par la fondation de Naples. En 438, Cumes tombe au pouvoir des Samnites.

33 Pour lutter contre la flotte de Sextus Pompée, Octave chargea Agrippa d'aménager Cumes en une redoutable base navale. C'est ainsi qu'après avoir perdu toute importance historique, Cumes fut conduite à jouer, pour Rome, dans les années précédant l'Empire, un dernier grand rôle qui fut stratégique.

34 L'Amitié, 13 : "La Grande Grèce, maintenant détruite" (Laurand, trad., 1928).

35 Les Convegni di studi sulla Magna Grecia, qui se tiennent annuellement à Tarente, sous l'impulsion d'Attilio Stazio, depuis 1961, témoignent de l'intérêt des savants contemporains.

36 Voir Auerbach, 1946., ch. 11, Fortunata, p. 41.

37 En grec τὰ Φλεγραĩα, sur φλέγω, "brûler".

38 V. 135-141, trad. G. Lafaye, Paris, Les Belles Lettres, 1938.

39 Ibid., 152-153.

40 Voir Grimal, 1958, 371 : "Phœbos, le Brillant, épithète et souvent nom d'Apollon. C'est en latin surtout que ce dieu est appelé Phœbus, sans adjonction d'Apollon."

41 Devant l'erreur de la Sibylle qui avait négligé de demander la jeunesse, "le dieu la lui offrit, en échange de sa virginité. Elle refusa" (Grimai, 1958, 421).

42 Cf. En., VI, 100-101 : ea frena furenti/concutit et stimulos sub pectore vertit Apollo : "tels sont les freins dont le dieu secoue sa fureur et les aiguillons qu'il retourne dans sa poitrine" (Bellessort, trad., 1967).

43 Une tradition voulait que la Sibylle d'Érythrées, en Lydie, fût la même que celle de Cumes. Apollon lui avait accordé la longévité à la condition de ne jamais revenir à Érythrées ; ainsi s'était-elle installée à Cumes.

44 "pandere res alta terra et caligine mersas". Certes l'état actuel des données archéologiques a quelque peu démythifié l'évocation de Virgile. Voir l'article de M. Bats, dans Morel, 1998 : "Au pied de l'acropole, vers le Sud, à mi-pente d'une échancrure qui constituait une ancienne baie ouverte sur la mer, un long dromos (plus de 130 m) rectiligne à section trapézoïdale creusé dans le tuf a excité les imaginations, car il correspondait presque parfaitement aux descriptions de Virgile et du Pseudo-Justin pour l'antre de la Sibylle, l'une aggravée par les besoins d'un drame poétique, l'autre faite plusieurs siècles après que la voix de la prophétesse se fut éteinte. Ce long couloir éclairé par six ouvertures latérales est aujourd'hui interprété comme une œuvre militaire du IVe s. av. J.-C. (?)" (31).

45 "tenebrosa palus Acheronte refuso".

46 La relation entretenue au niveau du péritexte ne saurait être anodine : le gigantesque ouvrage anthropologique de Frazer, synthèse des recherches de l'époque concernant les croyances et les superstitions (12 volumes de 1890 à 1915), auquel Eliot fait directement référence dans ses "Notes", porte précisément le titre de The Golden Bough.

47 Voir Ovide, Métamorphoses, XIV, 135 (Lafaye, trad., 1938).

48 En., VI, 86-87 ; Bellessort, trad., 1967 : "Bella, horrida bella,/et Thybrim multo spumantem sanguine cemo".

49 Ibid., 96-97 : "Via prima salutis,/quod minime reris, Graia pandetur ab urbe".

50 Ainsi le considéraient les Stoïciens.

51 'Voir la quatrième de couverture de Toynbee [1972], 1996 et l'Avant-propos : "je tente de considérer l'histoire de l'humanité dans son ensemble, je veux dire des origines jusqu'à présent, et de manière globale" (14).

52 Toynbee [1972], 1996, 16. A. J. Toynbee (1899-1975) a d'abord été professeur d'histoire grecque et byzantine à l'Université de Londres, avant de diriger (de 1924 à 1954) l'Institut Royal des Affaires Internationales de Londres. Il est considéré comme un des "grands historiens dont l'œuvre prend place au panthéon de la culture universelle" (Carbonell et Walch, 1994,13).

53 Cf. le titre de la traduction française de l'ouvrage d'A. J. Toynbee, 1994 [titre original : Mankind and Mother Earth. A Narrative History of the World. Ο. U. P., 1976].

54 Voir à ce sujet Holquist, 1990,108, dans le chapitre "The dialogue of history and poetics".

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter