Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liberté / Libertés

 | 
Sylvia Ullmo

V. Annexes : résumés

Le Culte de l'internet une menace pour le lien social ?

Philippe Breton

Texte intégral

1Philippe Breton est spécialiste de communication, chercheur au C.N.R.S., professeur à l'Université de Paris I (Sorbonne) et président de l'association «  J'accuse ». Il est l'auteur, entre autres de L'Utopie de la communication (La Découverte, 1997) et de La Parole manipulée (La Découverte/Poche, 1999).

2Philippe Breton étudie non pas l'Internet en tant que phénomène technique mais son discours d'accompagnement, c'est-à-dire le message véhiculé par ceux qui oeuvrent à sa promotion (inventeurs, entreprises, philosophes, responsables politiques, journalistes, etc.). Ce message, explique-t-il, ne fait pas qu'accompagner les nouvelles technologies, il conditionne littéralement leur évolution et leurs applications, en s'appuyant sur une forme de religiosité diffuse composée d'emprunts à des courants religieux anciens tels le gnosticisme ou le puritanisme, ou d'importations plus récentes, en provenance notamment d'ExtrêmeOrient, par exemple le bouddhisme, ou encore d'idéologies en marge du religieux, comme le libéralisme.

3Le discours d'accompagnement établit autour de l'Internet un système de croyances (donc par définition non discutable), prosélyte, qui ridiculise les sceptiques. Ce système de croyances se fonde sur quatre éléments :

  1. Un présupposé selon lequel la communication, comme dispositif de circulation le plus libre possible de toute information, sanctifie ce qu'elle touche. Ses utilisateurs raisonnables y voient un simple outil, qui peut avoir des applications utiles ou néfastes, mais ses adeptes la constituent en objet de culte.
  2. Une métaphore, qui organise l'imaginaire lié à l'Internet. Selon cette métaphore, il existe un deuxième monde, un monde virtuel libéré de la violence et de l'entropie de celui dans lequel les humains vivent ensemble. Ce monde serait celui de l'Internet, terme qui véhicule des connotations quasi-religieuses de transparence, de lumière, d'universalité, de légèreté, d'absence de matérialité.
  3. Une utopie, celle de la société de pure communication, telle que dépeinte par la littérature d'anticipation, par exemple dans le roman précurseur d'Isaac Asimov Face aux feux du soleil (1955). Une société où la rencontre physique serait rendue caduque, car toutes les activités s'exerceraient depuis chez soi, dans la solitude d'une bulle qui isole les individus les uns des autres. Une société sans lois, sans états, sans épidémies, sans violence. Une société où la liberté totale n'est possible qu'au prix de la séparation totale.
  4. Un mythe et une promesse, à tonalité religieuse, inspirés en partie de Theillard de Chardin, selon lesquels l'Internet va permettre à l'humanité de franchir une nouvelle étape, et de passer de la biosphère (union du vivant, entachée de violence, condamnée au néant, à la mort) à la noosphère (la communication sans entrave des esprits). Là aussi, le corps est l'ennemi, et la présence physique de l'autre une menace.

4Au total, on trouve dans le discours d'accompagnement d'Internet une religiosité non déiste mais spiritualiste et anti-humaniste, qui prône l'unification des consciences et suppose un mouvement de l'histoire qui irait de la matérialité vers l'esprit. Les pratiques essentielles de cette religiosité seraient la communication permanente, la séparation physique des personnes, un rapport de déni à la loi et à la médiation, la confusion entre la représentation et le représenté, entre le virtuel et le réel.

5Certaines conséquences concrètes (déjà visibles) de ce système de croyances sont des anomalies non tolérées dans notre vieux monde matériel, mais acceptées comme légitimes sur le Net. La délinquance traditionnelle est remplacée par une délinquance nouvelle, qui consiste à voler, par le piratage informatique, le travail d'autrui (ou plutôt, pénétrer dans les travaux des autres au nom de la liberté). On trouve sur le Net des discours révisionnistes, une pornographie violente et pédophile, des propagandes terroristes, etc. qui seraient des délits dans le monde matériel. De plus en plus de textes accessibles sur le Net n'appartiennent à personne, n'ont pas d'auteur, proposent des citations non référenciées. La pratique de l'anonymat et du travestissement se répand. Des réseaux de surveillance comme Echelon (dénoncé dans un rapport du Parlement Européen) se livrent à une interception systématique des communications du monde entier.

6Plus avant Philippe Breton dénonce «  le double risque – terrible – de solitude des personnes et de collectivisation de leur pensée », ainsi que la menace pesant sur un lien social déjà très fragilisé. Cependant, il décèle des signes rassurants de résistance à ce nouveau culte.

7Le projet de poursuite à l'infini de la numérisation des activités humaines semble rencontrer des difficultés techniques. Certains domaines y sont réfractaires et, semble-t-il, pour longtemps, comme par exemple tout ce qui relève de la parole.

  • Il vient d'apparaître dans la nomenclature des sociologues américains une nouvelle catégorie, celle des «  exinternautes », qui sont quelque 26 millions aux États-Unis. Ces personnes, après avoir sacrifié au nouveau «  culte », y ont renoncé faute d'y avoir rencontré l'amélioration souhaitée de leur existence.
  • La vaste déception suscitée par la «  nouvelle économie » incite à réfléchir sur l'irrationalité des enthousiasmes qu'elle avait déclenchés (et sur l'immensité déraisonnable des sommes d'argent qui y avaient été investies).
  • L'inversion des priorités de ces dernières décennies en matière de sécurité et d'espionnage (c'est-à-dire la désaffection pour les moyens humains empiriques, infiltration, séduction, corruption, etc. au profit des moyens techniques les plus sophistiqués) est reconnue comme en partie responsable des attentats du 11 septembre 2001.

8Il faut espérer que les humains en viennent à considérer Internet comme un simple outil, un «  medium » comme un autre, qui s'inscrit dans la lignée des grandes inventions techniques comme l'imprimerie ou le téléphone. Les questions de fond suscitées par cette étude du discours d'accompagnement des nouvelles technologies procèdent, elles, de préoccupations universelles : est-ce du fait d'être proches les uns des autres que vient le Mal ? Comment peut-on vivre ensemble et en paix ?

9Résumé par Nelly Valtat-Comet

Auteur

Université de la Sorbonne, Paris IV.

Philippe Breton est chercheur au CNRS (Laboratoire de sociologie de la culture européenne à Strasbourg) et enseigne à l'université de Paris-I Sorbonne.
Il a publié de nombreux ouvrages sur les nouvelles technologies et les médias : Explosion de la communication : naissance d'une nouvelle idéologie. Paris, la Découverte, 1989, L'Utopie de la Communication : l'émergence de l'homme sans intérieur. Paris, la Découverte, 1992, À l'image de l'homme : du Golem aux créatures virtuelles. Le Seuil, 1995, La parole manipulée. Paris, La Découverte, 1997, Histoire des Théories de l'Argumentation. Paris, La Découverte, 2000.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter