Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liberté / Libertés

 | 
Sylvia Ullmo

V. Annexes : résumés

Liberty, Liberalism, Libertarianism and Community Responsibility

Gary Gerstle

Texte intégral

1Le professeur Gary Gerstle se propose de conduire une réflexion sur l'importance du concept de liberté, conjointement à la confusion de termes tels que « liberalism », « libertarianism », « civil liberties » et « conservatism ».

2La puissance évocative du terme dit-il est indéniable : voir les paroles de Philip Henry « Give me liberty or give me death » ; ou encore les paroles de l'hymne : « My country t'is of thee/sweet land of liberty ». Le meilleur symbole en étant d'ailleurs la Statue de la liberté.

3D'autres termes sont plus problématiques : par exemple « liberalism », dont la définition classique est l'acte de libérer une communauté de la tyrannie du Roi (George) ; mais le terme renvoie aussi à la révolte américaine contre la politique du mercantilisme. Enfin, liberalism est une doctrine qui privilégie l'autonomie individuelle.

4Toutefois ce terme renvoie aussi à une définition négative de la liberté : partant de l'idée d'une libération de l'esclavage, « liberalism » exprime aussi la volonté de libérer l'économie du contrôle par l'Etat. Au 20eme siècle toutefois « liberalism » a pris d'autres sens. La notion de libertés civiques marque la volonté de placer les droits des individus hors d'atteinte de l'Etat, de faire en sorte que les individus soient en mesure de protéger la sphère de leur vie privée.

5La notion de liberalism s'est ensuite étendue à la préoccupation d'interférer avec la libre entreprise dans le but de protéger les intérêts des plus pauvres. Avec Roosevelt, le terme s'est rapproché des principes « libertariens », le New Deal se présentant comme un succédané du socialisme. Mais, si nombre d'Américains ont aimé Roosevelt pour son New Deal, d'autres l'ont dénoncé comme « l'ennemi de la liberté ». Des « Liberty Leagues » se sont constituées dans l'Amérique commerciale et industrielle, pour dénoncer le New Deal comme destructeur des libertés individuelles. Ils affirmaient que la Liberté impliquait la liberté de vendre et d'acheter, et que le seul rôle de l'Etat était de veiller au respect des contrats.

6On observera que la Cour Suprême a toujours déclaré inconstitutionnelles les lois instaurant un salaire minimum, ou affirmant les droits des syndicats. Dans son raisonnement, la Cour Suprême a recouru à la fiction de l'entreprise comme individu, et par conséquent qu'un contrat de travail n'était rien de plus qu'un contrat entre deux personnes, sur lequel nul ne devait intervenir. Roosevelt fit adopter les réformes de 1934-35 afin de contrer cette fiction. Après 1945, les « libertarians » se constituèrent en mouvement qu'on pourrait nommer « anti-libéral », accusant Roosevelt d'avoir indûment étendu la notion de liberté. Ainsi par exemple, Barry Goldwater consacra la majeure partie de sa vie à lutter pour étendre la liberté du monde des affaires.

7Les années 1950 virent la montée en puissance du conservatisme, qui se fit le champion de la notion de libre entreprise. De même, dans les années 50 et 60, les défenseurs du Sud Blanc affirmaient que chacun devait tenir sa place pour que soit préservée la grande tradition du Sud, « une région qui craint Dieu et qui respecte la Loi)

8Dans la société moderne, le conflit entre Conservateurs et libéraux n'a fait que s'exacerber, tandis qu'une sorte de consensus s'est établi autour de l'idée que la société se devait d'établir des règles morales pour tous – ce que l'on voit dans les interdictions de l'avortement.

9En France, le terme de liberté a une valeur consensuelle parce qu'il est associé à la notion d'égalité, et que ces deux valeurs sont issues de la Révolution. Personne ne se dresserait pour contester la Révolution, et pour se déclarer ennemi de la Liberté.

10En Amérique, le concept de « libération » de l'individu du contrôle de l'Etat a engendré une certaine haine de l'Etat. Le « socialisme » ne peut être que l'ennemi de tous, et l'on attend du libéralisme qu'il accomplisse le travail fait ailleurs par le socialisme. Si le sens de la communauté est très fort en Amérique, il est accompagné d'un rejet total de toute notion de « responsabilité commune » - à l'exception de la charité.

11On se rappelle les mots de Ronald Reagan : « Ce pays a été affaibli par 30 années de Politiques liées au New Deal » car, pour lui, l'action de l'Etat en faveur des individus ne peut être que source d'affaiblissement, et porteuse de maladie interne.

12Résumé par Sylvia Ullmo.

Auteur

Professeur au Département d'Histoire de l'Université du Maryland, USA, Gaiy Gerstle est l'auteur de nombreux ouvrages qui le situent parmi les plus grands spécialistes d'Histoire sociale de sa génération aux États-Unis.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable