Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liberté / Libertés

 | 
Sylvia Ullmo

IV. Libertés du texte littéraire

Liberté énonciative : quelques effets stylistiques du prétérit anglais et leur(s) réalisation(s) en français

Françoise Lachaux

Texte intégral

1. Le concept de liberté

  • 1 P. Bensimon souligne que la marque stylistique vient « se loger au creux des libertés offertes par (...)

1La liberté, cette faculté de l’être humain à se déterminer selon ses propres choix, est un concept qui s’applique tout naturellement à la créativité linguistique dont fait constamment preuve le locuteur : une liberté de parole, d’écriture, expression d’une liberté de penser. Au pluriel, le terme de « libertés » sous-entend une contradiction implicite, et prend fréquemment un sens plus polémique ; associé au verbe « prendre », il sera affecté d’une modalisation négative : prendre des libertés avec un texte, c’est « ne pas le citer, ne pas le traduire, etc., exactement » (Larousse, 1998, 585), alors que, associé au verbe « offrir », il sera au contraire l’objet d’une modalisation positive1.

2Dans le cadre d’une réflexion linguistique sur la traduction de certains effets stylistiques du prétérit anglais, se pose doublement la question de l’existence d’une liberté énonciative, celle du locuteur, de ses choix syntaxiques, de son point de vue, mais également celle du traducteur, et du « rendu » qu’il donne de ces effets de sens, lorsqu’il tente d’en rendre compte, l’absence d’adéquation parfaite entre les deux systèmes linguistiques impliquant des choix souvent difficiles.

2. Passé de structuration et effet stylistique

  • 2 J-R. Lapaire et W. Rotgé (1992, 104-107) parlent de « décalage / rupture / coupure », P. Larreya (1 (...)

3Le prétérit signale qu’il y a « décalage »2 (H. Adamczewski et J-P Baliban, 1996, 55), rupture, au sens formel, abstrait, entre temps opérationnel et temps de l’énonciation. Il permet à l’énonciateur, à partir d’un mode unique de structuration, de parler du passé mais aussi de l’irréel, valeurs sémantiques résultant de l’interaction entre -ed et plusieurs paramètres et marqueurs, donc de désolidariser l’énoncé de la situation d’énonciation. Cette présupposition de non-adéquation entre une relation prédicative et le présent d’énonciation s’apparente à une négation implicite, résultant d’un premier calcul préalable : l’énonciateur stipule expressément qu’il y a antériorité opérationnelle, donc prise d’un certain recul par rapport à la perception du réel donné comme réfèrent. C’est ainsi qu’Adamczewski, dont nous reprenons ici le cadre théorique, définit -ed comme un marqueur de « non-présent » (1982, 39).

  • 3 Notion jakobsonienne (1963) du style comme « surprise »

4Nous parlerons d’effet stylistique dès lors que le choix du prétérit, trace de rupture opérationnelle, s’inscrit également en rupture par rapport à la cohésion discursive (il apparaît là où l’on attendait « autre chose »), d’où une ambiguïté quant à l’interprétation de sa valeur. Un effet stylistique relève d’une stratégie de défamiliarisation de la part de l’énonciateur vis-à-vis du co-énonciateur3, défamiliarisation qui définit un espace de liberté énonciative, où prédomine la dimension inter-subjective, avec mise en relief d’une signification implicite, en-deçà de l’effet de surface.

3. Prétérit et forme be + -ing

  • 4 H. Adamczewski 1982, 61 compare l’opposition forme simple/forme be + -ing à un « double clavier » à (...)

5Le recours à la forme be + -ing signale un filtrage énonciatif : l’énonciateur considère les choix notionnels comme pré-intégrés, préfigurés, il quitte le plan du sémique, celui de la pertinence des choix lexicaux, et s’en affranchit pour mettre en avant « sa » vision des choses, la façon dont il perçoit les événements. Le réfèrent du sujet se voit ainsi affecté d’un commentaire qualitatif, relié à une situation spécifique4 : il ne s’agit plus de juger de la conformité au réel, la cohésion de la relation prédicative est présentée comme présupposée. La rupture entre temps opérationnel et temps d’énonciation, dont -ed est la trace, se double donc, avec la forme be + - ing, d’un appel implicite au co-énonciateur, invité à faire preuve de vigilance face à la multiplication des interprétations possibles à partir de l’énoncé de surface.

  • 5 L’imparfait français offre cependant un éventail d’emplois beaucoup plus large que le prétérit be+ (...)
  • 6 Voir à ce sujet P. Le Goffic, 1986, 55-56.

6La traduction du prétérit be + - ing est liée à la question de l’imparfait5 et des multiples valeurs qui lui sont attribuées6, parmi lesquelles :

  • 7 D. Maingueneau 1994, 93-94 souligne le rapport « privilégié » de certains imparfaits avec le présen (...)

7- une valeur « narrative/pittoresque/de rupture », proche du présent historique7 :

  • 8 Enoncé cité par H. Chuquet 1999, 73, qui en signale la forte « puissance expressive ».

Le 11 mai 1968, un certain François Mitterrand disait : « La jeunesse n’a pas toujours raison, mais la société qui la frappe a toujours tort. » (P. Boucher, Le Monde, 13 décembre 1986)8

8- une valeur « d’euphémisation/d’atténuation/de politesse », référant au présent :

Je voulais (venais) vous demander un petit service (in Wilmet, 1997, 389)

  • 9 R. Quirk et al. 1985, 188 « Attitudinal past » que Groussier (1991, 103-128) relie à un emploi situ (...)

9à rapprocher de I’« attitudinal past » cité par R. Quirk9, le choix du prétérit reflétant une attitude hésitante, avec effet de politesse (« Do/Did you want to see me now ? »).

10- une valeur « prospective », référant à l’avenir :

  • 10 Enoncé cité par Lab (1994, 82-83), à rapprocher des énoncés suivants : Lundi prochain, il y avait u (...)

La télé est cassée ? Dommage, demain, y’avait un film que j’avais envie de voir.10

11assortie d’une négation présupposée implicite : le marqueur d’imparfait - ait ne remet pas en cause la validation de l’événement dont il est question dans le monde expérientiel, mais présuppose une rupture entre la réalité langagière, posée linguistiquement, et la situation dans laquelle se place l’énonciateur : le film passera bien à la télé, mais « pour lui, y’en a plus ! ». Cette valeur est à rapprocher d’un emploi du prétérit be + ing que Close ([1962], 1992, 86-87) rattache à des intentions passées non réalisées :

Well-er-I was crossing the Rubicon-but-now-er.
i.e. I was thinking of crossing it before you asked me, but now I am willing to do whatever you suggest.

12Il apparaît donc que l’imparfait, marqueur de « présupposition de non-réalité » (Larreya, 1996), permet lui aussi de faire affleurer une valeur de rupture, au sens abstrait, entre validation événementielle et validation opérationnelle, et par là-même de déclencher chez le co-énonciateur une interrogation sur une relation prédicative préexistante, dont la charge de présupposition implicite, ainsi mise en exergue, reflète une prise de liberté énonciative.

4. Quelques effets stylistiques du prétérit anglais

13La perspective interlinguale, c’est-à-dire l’analyse de la traduction et non la traduction elle-même, éclaire le fonctionnement intralingual, par une mise en parallèle de la cohérence interne de chaque système de représentation linguistique. L’interprétation de la valeur d’un prétérit marqué stylistiquement présente toujours une ambiguïté, trace de liberté énonciative, qu’il appartiendra au traducteur de restituer en utilisant les ressources linguistiques à sa disposition.

a/ Prétérit narratif/de rupture spatio-temporelle

14Cet effet spécifique de rupture est dû non pas au prétérit lui-même, mais à l’antéposition d’un segment dont le contenu sémique renvoie au franchissement accéléré d’un espace temporel, avec valeur anaphorique (par référence à un avant, situation-repère), mais également cataphorique (mise en place inchoative d’une situation nouvelle). Il se rencontre en discours indirect - d’où parfaite cohérence du marqueur -ed avec le temps du récit - associé à des verbes de localisation spatiale (go off, stand...) ou à des verbes où le sujet est expérient (feel..."), et vise à mettre l’accent sur certaines inférences implicites que le co-énonciateur/lecteur est appelé à reconstruire, au-delà de l’effet de surprise apparent créé par le contraste statisme/dynamisme (brusque effet d’« accélération » ou de « ralenti ») :

1/ But the only very definite conclusion he came to was that he should enjoy deucedly ‘going off with her somewhere.
Two days afterwards he went off with her to the Castle of Chillon. He waited for her in the large hall of the hotel, where the couriers, the servants, the foreign tourists were lounging about and staring. (James, Daisy Miller, 94-96)
Deux jours plus tard, il sortait avec elle pour aller au château de Chillon. Il l’attendit dans le vaste hall [...]. (Daisy Miller, trad. Pétris, 95-97)

15Dans la réalité posée comme réfèrent, l’écart de deux jours qui sépare le souhait « he should enjoy deucedly ‘going off with her » de sa réalisation « he went off with her », réduit à un écart d’une ligne dans le récit, est représenté linguistiquement par l’antéposition du circonstant temporel two days later, avec rupture de l’ordre des items sur la chaîne linéaire. L’environnement contextuel (réitération de la notion verbale complexe go off with her/antéposition de la rupture temporelle) crée un effet de surprise propice à mettre l’accent sur une inhérence implicite, le prétérit étant déjà contraint par le récit au passé, et la traduction, qui associe imparfait (malgré le caractère ponctuel du procès) et datation, rend plus évidente encore l’atypicité de cet emploi en discours.

16Le recours à un passé simple, grammaticalement possible (« sortit »), serait ici incohérent sur le plan discursif, car il signalerait un événement nouveau, indépendant du contexte-avant, et non pas, comme c’est le cas, la réalisation effective d’une relation préconstruite (souhait déjà formulé), suggérant un « après ». L’énonciateur invite implicitement le co-énonciateur/lecteur à inférer l’état d’esprit amoureux du jeune homme :

2/ ‘I’m too old for any more adventures,’ said Miss Marple to herself, watching absently out of the window the curving line of an embankment...
A curve...
Very faintly something stirred in her mind... Just after the ticket collector had clipped their tickets... It suggested an idea. Only an idea. An entirely different idea.
A little pink came into Miss Marple’s face.
Suddenly she didn’t feel tired at all !
(Christie, 4.50 from Paddington, 24)
Le visage de miss Marple se teinta d’un rose léger et, soudain, la vieille demoiselle ne ressentit plus aucune fatigue.
(Le train de 16 h 50, trad. Brunoy, 28)
Un peu de rose monta aux joues de miss Marple. Elle ne sentait plus la moindre fatigue.
(Le train de 16 h 50, trad. Girard, 27)

17Le début de l’extrait évoque une certaine hésitation dans le cheminement mental de miss Marple, une certaine lenteur, soulignée par des phrases brèves, répétitives, elliptiques, et de nombreux points de suspension. Le dernier paragraphe marque l’abandon du domaine des idées pour celui de l’émotion (« A little pink came... ») et l’antéposition de suddenly, dans la phrase suivante, vient accélérer le rythme du récit qui va crescendo jusqu’au point d’exclamation. L’attention du co-énonciateur/lecteur est mise en alerte par l’adverbe utilisé ici à contre-emploi, non pour introduire une action rapide mais au contraire un procès statique (feel) assorti d’une négation, trace d’une opération seconde (anaphore d’un lien prédicationnel déjà effectué : « she felt tired before »), avec mise en relief de la rupture temporelle et discursive. L’effet de surprise, avec interpellation du co-énonciateur, n’est pas le fait du prétérit lui-même, mais résulte de l’interaction de tous les éléments de l’énoncé.

18Les deux traducteurs ont opté chacun pour un temps grammatical différent, donnant deux interprétations distinctes du point de vue de l’énonciateur. Avec le passé simple (ressentit) le procès est présenté comme un événement nouveau, indépendant du contexte-avant, avec effacement de l’énonciateur (sensation constatée et non attribuée) : Brunoy a privilégié l’inchoation marquée par suddenly. Avec l’imparfait (sentait), le procès est présenté comme un commentaire en relation avec le contexte-avant (présupposition), une justification du « rose » qui monte aux joues de miss Marple, que Girard semble avoir hésité à associer à un adverbe de rupture (mise en place inchoative), comme par exemple : « Brusquement elle ne ressentait plus la moindre fatigue. »

3/ ‘Of course dey are Americans. Who else in de world is going to make as much noise as dat ? You are not American no?’
‘No,’ I said. ‘I’m not.’
Suddenly one of the American cadets was standing in front of us.
(R. Dahl, Tales of the Unexpected, p. 33)
Soudain, un des jeunes marins surgit devant nous.
(Bizarre ! Bizarre !, trad. Ε. Gaspar et H. Barberis, pp. 39-40)

19Contexte : un touriste étranger engage une discussion avec le narrateur devant la piscine de l’hôtel, et se risque à quelques critiques sur de jeunes Américains.

20Analyse : le prétérit est tout à fait cohérent avec le temps du récit, c’est la rupture temporelle et discursive signalée par l’adverbe « suddenly », inchoatif, antéposé, suivi d’une forme be + ing, qui crée un effet de surprise et de mise en relief, accentué par le choix d’une notion verbale statique (verbe de position stand). L’élément nouveau, inattendu, annoncé par l’adverbe est en fait la présence silencieuse (puisque non remarquée au préalable) d’un des jeunes gens, l’énonciateur invitant implicitement le co-énonciateur à déduire du contexte la réaction d’inquiétude chez les deux hommes, qui ignorent si leurs propos ont été entendus.

21Le traducteur n’a pris en compte que l’inchoation marquée par « suddenly », et a modifié la notion verbale (stand devient « surgir »), faisant le choix d’un passé simple associé à un procès ponctuel dynamique, qui élimine le lien anaphorique avec le contexte-avant signalé par la forme be + - ing. Le recours à l’imparfait s’avérant très difficile de par l’environnement contextuel (passage du dialogue au récit, rupture temporelle + verbe de position), il paraît cependant possible de restituer le statisme de la notion verbale et de marquer, par une virgule, une mise en relief du segment qui suit, suggérant implicitement une confrontation possible entre les personnages, que le contexte-avant avait préfigurée : brusquement, un des jeunes marins fut là, face à nous.

22L’effet de rupture dans le rythme du récit, qui n’est pas directement imputable au marqueur -ed mais à ses conditions d’émergence, à l’interaction des paramètres contextuels, est démultiplié : il se fait l’écho d’une rupture opérationnelle, compatible avec une rupture au niveau de la perception du monde expérientiel donné comme réfèrent, puisque c’est sur une rupture dans l’état d’esprit des personnages ainsi mis en situation que l’énonciateur met implicitement l’attention du co-énonciateur en alerte. Cette stratégie délibérée de défamiliarisation, associant des marqueurs aux effets de sens contradictoires, à la limite de l’idiomaticité, incite le co-énonciateur à en interpréter les implications sous-jacentes.

b/ Prétérit d’euphémisation/politesse (attitudinal past)

23Cette rupture nous la retrouvons, plus discrète, avec le prétérit d euphémisation, ou attitudinal past, dans l’écart entre la perception du réel et son expression linguistique. Cet emploi du prétérit, lié à l’oralité, souvent associé à des verbes dont le sujet est expérient (want...), relève lui aussi d’une stratégie énonciative : l’énonciateur choisit de faire appel à une structure passée afin de présenter comme caduque une interrogation/remarque renvoyant au présent d’énonciation et ainsi se prémunir, par une attitude hésitante, contre une éventuelle réaction négative de la part du co-énonciateur :

4/ ‘Ready ?’ Harry muttered.
‘‘Wait till everyone’s gone,’ said Hermione nervously. ‘All right...’
She approached Lockhart’s desk, a piece of paper clutched tightly in her hand, Harry and Ron right behind her.
‘Er- Professor Lockhart.’ Hermione stammered. ‘
I wanted to – to get this book out of the library. Just for background reading.’
(Rowling,
Harry Potter and the Chamber of Secrets, 123-124)
- Heu... professeur Lockhart, balbutia Hermione, j’
aurais voulu prendre ce livre à la bibliothèque.
Simplement pour ma culture générale.
(Harry Potter et la Chambre des Secrets, trad. Ménard, 173)

24L’environnement contextuel (nervously, tightly, er-, stammered) fait explicitement mention de la nervosité d’Hermione, à qui a été confiée la tâche de demander un livre défendu sous un prétexte assez mince (« for background reading »), et l’enfant a recours à un pseudo-révolu à connotation hypothétique sous-jacente (wanted) afin de présenter une requête hésitante, prête à être reléguée dans le passé ou l’irréel au moindre signe de désaccord.

25Le choix du conditionnel de parfait, en français, a pour effet de faire explicitement basculer la signification dans le domaine modal, la demande étant présentée comme une hypothèse caduque, que seule la présence de l’enfant à la bibliothèque relie au moment de parole. Curieusement le choix de l’imparfait, faisant suite à un passé simple, semble ici donner à l’énoncé une tonalité plus temporelle qu’hypothétique :

Je voulais...euh, emprunter ce livre à la bibliothèque.
5/ ‘Young Bingo - your nephew, you know - wants to marry a waitress,’ I said.
I honour him for that,’ said old Little.
I took another deep breath and shifted to the sordid side of the business.
‘I hope you won’t think I’m butting in, don’t you know,’ I said, ‘but - er - well, how about it?’
‘I fear I do not quite follow you.’
‘Well, I mean to say, his allowance and all that. [...]
He was
rather hoping that you might see your way to jerking up the total a bit.’
(Wodehouse, The Inimitable Jeeves, 19)
- [...] Il avait l’air d’espérer qu’il vous serait possible d’y mettre une petite rallonge.
(L’inimitable Jeeves, trad. Aoustin, 29)

26Contexte : un jeune homme « fauché » (young Bingo) envoie un ami en ambassade auprès de son oncle (old Little) pour demander une augmentation de sa pension mensuelle. Lui-même attend à côté dans une voiture, impatient.

27Analyse : l’espoir en question est tout ce qu’il a de plus présent, mais il s’agit d’en cacher l’urgence et de se donner contenance dans une mission jugée « sordide ». Le recours au prétérit renvoie à un pseudo-révolu, image d’une rupture entre temps opérationnel et temps d’énonciation, et reflète la gêne de l’énonciateur qui cherche à atténuer le côté pressant et immédiat de la demande. Avec la forme be + - ing l’énonciateur signale que le lien prédicationnel est préfiguré (« he wants to marry » = he needs more money), le co-énonciateur ne semblant pas en avoir intégré les implications.

28L’effet de rupture, s’il est plus discret avec ce type d’emploi, repose lui aussi sur une présupposition de non-réalité relevant d’un choix stratégique dont la finalité est interénonciative : l’énonciateur transforme fictivement une validation présente en validation passée avec manipulation inter-subjective, le co-énonciateur étant implicitement, et simultanément, sollicité pour répondre à une question sous-jacente, indirecte, tout en se voyant refuser l’accès à un lien prédicationnel présenté comme révolu. Il en résulte une ambiguïté quant à l’interprétation du marqueur -ed, entre valeur de passé chronologique et valeur hypothétique. La liberté de réponse du co-énonciateur, subtilement tronquée, se trouve restreinte par le recours à une structuration seconde, anaphorique d’une mise en relation antérieure, ayant pour effet de rendre plus malaisé l’exercice de son droit de véto.

c/ Prétérit « rétrospectif »11

  • 11 Selon la définition n° 2 donnée par le Petit Larousse (1998 : 889) : « Qui se manifeste après coup, (...)

29Il y a là, encore, exploitation de la valeur abstraite de rupture, ou décalage, dans une stratégie visant à présenter une validation comme antérieure au moment présent, alors qu’elle est concomitante au temps d’énonciation. Cet emploi se rencontre exclusivement au discours direct, à la première personne du singulier, associé à des verbes cognitifs (know, think) : l’énonciateur, qui coïncide avec le réfèrent du sujet, relie la validation présente à une période passée, se créditant d’une pseudo-anticipation du lien prédicationnel. La ponctuation vient mettre en relief la prépondérance de la relation interénonciative :

6/ ‘I thought you’d recognize him, Elspeth ! she said. ‘No, don’t say another word.’
(A. Christie, 4.50 from Paddington, p. 216)

- Je savais que vous le reconnaîtriez, Elspeth ! Non !
Ne dites pas un mot de plus !
(Le Train de 16 h 50, trad. P. Girard, p. 251)

30Contexte : Miss Marple a monté une mise en scène afin de démasquer un meurtrier, que son amie a aperçu le soir du crime. Lorsque celle-ci croit le reconnaître, devant témoins, elle s’empresse de la faire taire avant que celle-ci ne précise qu’elle ne l’a vu que de dos.

31Analyse : le lien prédicationnel I/think, posé comme passé (j’ai pensé cela avant le moment de parole), renvoie situationnellement, implicitement, au présent : l’énonciatrice n’avait aucune certitude avant le moment présent, bien au contraire elle redoutait précisément que sa tentative échoue, et ce pseudo-révolu fait basculer la signification de l’énoncé dans le domaine modal, car il correspond à l’expression d’un soulagement présent, en rupture avec les craintes passées de l’énonciatrice.

32La rupture est ici plus sournoise, le recours à un passé de construction faisant jouer l’ambiguïté d’un cadre référentiel incluant le passé chronologique mais également le présent d’énonciation : la relation prédicative « I / think you’d recognize him » a bien été envisagée dans le passé mais elle est restée en suspens, et c’est seulement au moment de parole que le lien envisagé fait l’objet d’une validation. Il y a à la fois grammaticalisation de l’écart entre les deux relations prédicatives contradictoires préfigurées, déjà structurées mentalement (I was afraid you might not recognize him / I hoped you would), et tour de passe-passe opérationnel afin de masquer, vis-à-vis du co-énonciateur, l’absence d’antériorité de validation.

d/ « Intentions passées non réalisées », ou prétérit « prospectif »

33C’est un emploi que l’on ne rencontre qu’avec la forme be + ing, structure abstraite qui signale que les choix notionnels sont déjà effectués et intégrés. L’énonciateur s’appuie donc sur un préconstruit pour mettre en avant le caractère révolu de la ligature prédicationnelle dans un environnement contextuel renvoyant à l’avenir : il y a imbrication des valeurs de révolu, au sens abstrait, référant à la chronologie des opérations, et d’hypothèse (tout ce qui concerne l’avenir relevant de l’incertain, donc de la modalité). Un prétérit simple, renvoyant aux choix sémiques, étant incompatible avec un marqueur temporel futur (*I went to Taormina the day after tomorrow). la forme be+ - ing est ici contrainte par la nécessité, relevant d’un choix énonciatif, de désolidariser temps chronologique et temps opérationnel :

7/ « You will stay to dinner, won’t you, father ? »
« I don’t think so. You were going out, weren’t you ? »
(A. Christie, The Mystery of the Blue Train, p. 18)

- Impossible. Tu te disposais à sortir, il me semble ?
(Le train bleu, trad. L. Postif, p. 24)

- Je ne pense pas. Tu allais sortir, je crois.
(Le train bleu, trad. Ε. Lethel, p. 21)

34Contexte : une jeune femme, sur le point de sortir, reçoit la visite impromptue de son père.

35Analyse : le prétérit est choisi par l’énonciateur de préférence à un présent (You are going out, aren’t you ?), pour s’enquérir d’un événement appartenant encore à l’avenir. L’énonciateur présuppose l’existence d’un passé de construction, concernant un projet validé avant son arrivée, que sa visite pourrait compromettre. Le prétérit lui permet de prendre en compte l’invitation de sa fille, sans pour autant s’imposer.

  • 12 Le réel qui est donné en réfèrent, ici fictif, puisqu’il s’agit d’un roman non autobiographique.

36La forme be + ing souligne le statut préconstruit du prédicat going out et le filtrage énonciatif : l’énonciateur interprète certains indices de la situation extralinguistique12 lui donnant à penser que sa fille s’apprête à sortir, mais il n’est pas sûr d’être dans le vrai, d’où le choix d’un « non-présent ».

37La traduction, qui associe imparfait (« disposais/allais ») et présent (« semble/crois ») restitue cette double appartenance temporelle (question présente, passé opérationnel), les structures en be + ing et -ait permettant le rappel d’un projet au moment même où il paraît caduc, avec mise en relief de la relation intersubjective, basée ici sur l’affection et le respect. Ces intentions passées non réalisées ne sont énoncées que pour mieux mettre en avant une relation de cause à effet, dans la situation d’énonciation, au niveau de l’implicite, il y a réévaluation modale d’une relation préexistante concernant l’avenir, sous forme de projet, mais dans ce type d’emploi le recours à une présupposition de non-réalité vise non pas à forcer l’adhésion du co-énonciateur, mais au contraire à lui assurer une certaine marge de liberté, et à solliciter implicitement son point de vue avant validation définitive.

e/ Prétérit d’« ironie »

38Avec cet emploi, réservé au discours direct, l’énonciateur exploite un implicite négatif à des fins argumentatives : il joue un jeu sciemment, et met en cause le co-énonciateur en refusant une validation au présent d’énonciation. L’effet d’ironie est associé à des verbes cognitifs ou à des verbes où le sujet est expérient (« live »). Le prétérit est utilisé pour faire référence au présent, dans une stratégie d’ambiguïté, avec renvoi à un pseudo-révolu ou à une pseudo-hypothèse.

8/ ‘I live in a permanent mess,’ said Cedric. ‘I like it’, he added defiantly.
‘You look
as though you did.’
(Christie,
4.50 from Paddington, 94)
- Votre allure
semble le confirmer !
(Le train de 16h50, trad. Brunoy, 113)
- Vous en avez tout l’air.
(Le train de 16 h 50, trad. Girard, 107)

39Il s’agit ici pour l’énonciateur, une jeune femme, de « marquer un point » dans un jeu inter-subjectif, par le recours à un pseudo-décalage dans le fictif, signalé par -ed, en interaction avec le marqueur as though. La reprise anaphorique de la validation effectuée par le co-énonciateur dans l’énoncé précédent (I/live in a permanent mess) se double d’une interpellation ironique. L’élément nouveau, sur lequel la jeune femme veut attirer l’attention de son co-énonciateur et par là-même lui ôter toute faculté de réciprocité, est structuré au présent (you/look as though you did), mais l’antériorité opérationnelle mise en évidence par « did » dans la subordonnée ne permet pas une renégociation des termes de la relation nouvelle dont le co-énonciateur ne peut remettre en cause la véracité puisqu’elle s’appuie en partie sur ses propres paroles.

40Il s’agit donc d’une manipulation très fine de la part de la jeune femme, son interlocuteur étant à la fois pris dans le filet de la validation qu’il a lui-même mise en place, et par le déplacement implicite de la portée du marqueur -ed sur le lien you/look. Les traducteurs ont choisi de mettre en avant le lien avec le présent d’énonciation, et de restituer lexicalement les nuances inter-subjectives soulignées par le prétérit : les notions verbales « sembler » et « avoir l’air » se substituent à « as though », et l’antériorité opérationnelle est prise en charge par la notion verbale « confirmer » dans la traduction de Brunoy, par le pronom « en » en interaction avec l’adverbe « tout » (« tout l’air ») dans celle de Girard. La prise en charge de la présupposition implicite par une pseudo-hypothèse est une alternative possible en français :

- C’est effectivement ce qu’on dirait, à vous voir...

41Lorsque le prétérit est utilisé à des fins d’ironie, la rupture s’affiche de façon plus évidente : il ne s’agit plus pour l’énonciateur d’avancer masqué, mais d’affronter ouvertement le co-énonciateur en lui refusant une véritable liberté de parole : les jeux sont joués d’avance, la validation de la relation prédicative structurée au prétérit relève d’un passé où le co-énonciateur n’a aucune part, l’interlocuteur est un adversaire et non un partenaire dans l’acte d’énonciation, toute la stratégie énonciative visant à lui imposer l’acceptation passive d’un lien effectué à ses dépens, avec jugement modalisant négatif implicite.

Conclusion :

42Par le recours au marqueur -ed, l’énonciateur asserte l’antériorité opérationnelle de la relation prédicative et porte un regard a posteriori sur un lien dont l’inadéquation - ou rupture - par rapport au réel donné comme réfèrent au moment de parole est préfigurée. Il y a donc à la fois présentation d’un événement pour le bénéfice d’un co-énonciateur, et présupposition implicite de non-réalité de ce même événement au présent d’énonciation.

43L’effet stylistique résulte d’un parti pris énonciatif de se démarquer de la norme en « jouant » sur le concept de rupture, invitant le co-énonciateur à une mise en retrait du sémique dans le processus cognitif, au profit d’un sémantisme se situant entièrement au niveau de l’implicite et de l’ambigu, afin de servir des intérêts purement intersubjectifs. Ce n’est pas le prétérit lui-même qui est stylistique, mais son interaction avec d’autres paramètres ou marqueurs qui mettent en avant la relation inter-énonciative, dans une stratégie de défamiliarisation destinée au co-énonciateur : l’énonciateur brouille les cartes et laisse planer le doute sur la portée de la présupposition de non-présent, d’où ambiguïté potentielle, pour le co-énonciateur, sur les multiples interprétations possibles de l’énoncé. L’énonciateur seul décide du type de structure qui correspond le mieux à son intention de communication : la norme linguistique n’est pas là pour limiter, mais au contraire pour délimiter un espace de liberté pour le locuteur, aux dépens quelquefois de celle du co-énonciateur, interpellé afin de décrypter des inférences implicites, et dont la liberté de parole est volontiers tronquée, voire absente, selon que l’énonciateur lui attribue un rôle de complice ou d’adversaire dans l’acte d’énonciation.

44La marge de liberté du traducteur est relative et s’inscrit dans un double défi : il lui revient d’effectuer des choix qui rendent compte de la réalité construite linguistiquement dans le texte-source, mais également de l’intention de communication et des enjeux intersubjectifs, donc d’interpréter ce qui est grammaticalisé par le marqueur -ed dans tel contexte, telle situation. Bien que l’imparfait soit largement représenté dans les traductions ci-dessus, il n’offre cependant pas de correspondance exacte avec le prétérit dont il ne permet pas de recouvrer toutes les valeurs sous-jacentes, d’où la nécessité de compenser, par des éléments modalisants qui prennent en charge la présupposition de non-présent, certains effets de sens implicites. Il existe même quelques cas extrêmes, particulièrement saillants, où la correspondance entre imparfait et prétérit be + -ing s’avère irrecevable, dans un environnement contextuel atypique, traditionnellement réservé au prétérit simple.

45Il semble ainsi que l’effet stylistique impose au traducteur de respecter un parti pris d’ambiguïté et une tendance délibérée, de la part du locuteur, vers une rupture de la cohésion discursive, qui mettent en exergue le concept d’altérité, concept inhérent à la traduction, mais également à toute problématique de liberté.

Bibliographie

Ouvrages cités :

Adamczewski, Henri. Grammaire linguistique de l’anglais. Paris : Colin, 1982 et Jean-Pierre Gabilan. Déchiffrer la grammaire anglaise. Paris : Didier, 1996.

Bensimon Paul. « L’ordre des mots », Palimpsestes N° 7/a, 1993.

Bouscaren, Janine, Alain Deschamps et Catherine Mazodier. « Eléments pour une typologie des procès », in Cahiers de recherche T. 6, sous la direction de J. Bouscaren. Gap/Paris :Ophrys, 1993.

Bouscaren Janine, Michel Moulin et Henri Odin. Pratique raisonnée de la langue. Gap/Paris :Ophrys, 1996.

Chuquet, Hélène, « L’imparfait est-il traduisible en anglais ? Le cas de l’imparfait dit “de rupture” », in Linguistique contrastive et traduction T. 5. Gap/Paris : Ophrys, 1999.

Close, R. Α., English as a Foreign Language, Londres : Unwin, 1962, réédité sous le titre A Teacher’s Grammar, Language Teaching Publications, 1992

Confais, Jean-Paul, Temps, mode, aspect. Toulouse : P. U. du Mirail : 1990,1995 2e éd.

Corre, Eric, Le Present Perfect, Approche Linguistique, Ed. EMA, St-Leu-d’Esserent, 2001

Cotte, Pierre, Grammaire linguistique, Paris : Didier Erudition, 1997

Deléchelle, Gérard, « As though », in Faits de langue en anglais, Paris : Dunod, 1993.

Delmas, Claude, « Le réinvestissement modal de certaines formes verbales », in Opérations énonciatives et interprétation de l’énoncé. Gap/Paris :Ophrys, 1993.

Garnier, Georges, Linguistique et Traduction. Eléments de systématique verbale comparée du français et de l’anglais, Caen : Paradigme, 1985

Gorgievski, Sandra, Les temps - Ellipses, Paris, 1999

Groussier, Marie-Line, « A propos de l’attitudinal past de Quirk et al. », in Cahiers de Charles V n° 13, Travaux de Linguistique Enonciative, Université Paris 7, 1991.

Guillaume, Gustave, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Paris : Hachette, 1919

Jespersen, Otto, Essentials of English Grammar, Londres : G. Allen & Unwin, 1933, 1987

Lab, Frédérique, « Traduire le prétérit : imparfait ou passé simple ? », in Linguistique contrastive et traduction T. 3, sous la direction de J. Guillemin-Flescher, Gap/Paris :Ophrys, 1994, p. 57-85

Lapaire, Jean-Rémi et Wilfrid Rotgé, Réussir le commentaire grammatical de textes. Paris, Ellipses : 1992.

Lapaire, Jean-Rémi et Wilfrid Rotgé Séminaire pratique de LINGUISTIQUE ANGLAISE, P.U. du Mirail, Toulouse, 1993

Larreya, Paul, « A propos de certains emplois de have + -en », in Travaux XXXIX, Méthodes en linguistique anglaise, CIEREC, Université de Saint-Etienne, 1983 Larreya, Paul, « Le temps grammatical : une question de mode ? », in Dynamique du temps, A. SUBERCHICOT (ed.), Clermont-Ferrand : CRLMC, 1996.

, « BE + - ING est-il un marqueur d’aspect ? », in Anglophonia/Sigma 6, 1999

Leech, Geoffrey Ν., Meaning and the English Verb, 2e éd. Londres : Longman, 1971, 1987

Le Goffic, Pierre, « Que l’imparfait n’est pas un temps du passé », in Points de vue sur l’imparfait, Centre de Publications de l’Université de Caen, 1986

Mainguenau, Dominique, L’Énonciation en linguistique française, Paris : Hachette Supérieur, 1994, 1999

Mélis, Gérard, « (BE+)ING : glissements interprétatifs et contraintes », in La modalité sous tous ses aspects, Cahier CHRONOS, Amsterdam/Atlanta : Rodopi, 1999

Quirk, Randolph et al., A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres, New York :Longman, 1985

Souesme, Jean-Claude, Grammaire anglaise en contexte, Gap/Paris :Ophrys, 1992.

Trévise, Anne, Le prétérit anglais, Paris : Nathan, 1994

Wilmet, Marc, Grammaire critique du français, Paris, Bruxelles :Duculot, Hachette Supérieur, 1997, 1998.

Notes

1 P. Bensimon souligne que la marque stylistique vient « se loger au creux des libertés offertes par le code syntaxique » (1993, 11-14)

2 J-R. Lapaire et W. Rotgé (1992, 104-107) parlent de « décalage / rupture / coupure », P. Larreya (1983, 123) de « présupposition différentielle », C. Delmas (1993, 171) de « décalage structural », A. Trévise (1994, 49) de « décrochage », G. Garnier (1985, 395-403) de « disparité », S. Gorgievski (1999, 71) de « coupure / rupture / décalage / décrochage », P. Cotte (1997, 117-119) de « décalage/dissociation », J. Bouscaren (1996, 29-34) de « rupture / décrochage par rapport à To », J-C. Souesme (1992, 62) de « décalage / décrochage / éloignement par rapport à la situation d’énonciation », O. Jespersen (1933, 1987) de négation « with regard to the present time. »

3 Notion jakobsonienne (1963) du style comme « surprise »

4 H. Adamczewski 1982, 61 compare l’opposition forme simple/forme be + -ing à un « double clavier » à la disposition de l’énonciateur selon son intention de communication : orientation de l’énoncé vers la droite (information nouvelle, absence de présupposition), ou vers le sujet grammatical (présupposition).
De nombreux linguistes s’accordent à reconnaître qu’avec un énoncé en be + -ing l’énonciateur structure du « déjà » : « antériorité psycho-grammaticale » (J.-R. Lapaire et W. Rotgé, 1992, 118), valeur de « ré-identification » dérivée d’une valeur « focalisante » (P. Larreya, 1999, 1-13), relation prédicative « déjà liée » par un repérage préalable (G. Deléchelle, 1993, 208), « relation déjà acquise » (S. Gorgievski, 1999, 72-73), « rupture avec Dl » (C. Delmas (1993, 126), « reprise d’un schéma relationnel » (G. Mélis, 1999, 146), prépondérance de la dimension « qualitative » (J. Bouscaren, A. Deschamps, C. Mazodier, 1993, 28), mise au second plan des « relations argumentâtes primitives » (E. Corre, 2001, 43).

5 L’imparfait français offre cependant un éventail d’emplois beaucoup plus large que le prétérit be+ ing, dont il permet de traduire (presque) toutes les occurrences, alors que l’inverse n’est pas vrai.

6 Voir à ce sujet P. Le Goffic, 1986, 55-56.

7 D. Maingueneau 1994, 93-94 souligne le rapport « privilégié » de certains imparfaits avec le présent, à l’instar de J.-P. Confais 1990, 293 pour qui « l’imparfait est une ombre de présent ».

8 Enoncé cité par H. Chuquet 1999, 73, qui en signale la forte « puissance expressive ».

9 R. Quirk et al. 1985, 188 « Attitudinal past » que Groussier (1991, 103-128) relie à un emploi situationnel, énonciatif et inter-subjectif du prétérit, temporel par ses propriétés, modal par sa signification. Close ([1962], 1992, 86-87) souligne une attitude « hésitante » de l’énonciateur, et Leech, (1971, 14-16) une attitude « conciliante », présentée comme passée.

10 Enoncé cité par Lab (1994, 82-83), à rapprocher des énoncés suivants : Lundi prochain, il y avait un match ; mais j’irai pas. (Maingueneau 1999, 1994, 93. 11 y avait un bon film ce soir à la télé, mais malheureusement je ne peux pas le voir. (Trévise, 1994, 43).

11 Selon la définition n° 2 donnée par le Petit Larousse (1998 : 889) : « Qui se manifeste après coup, à l’évocation d’un événement. Une peur rétrospective.

12 Le réel qui est donné en réfèrent, ici fictif, puisqu’il s’agit d’un roman non autobiographique.

Auteur

Université de Rennes II.
Agrégée d'Anglais option Linguistique 1993 ; DEA Linguistique et Traduction, sous la direction de H. Adamczewski, 1994, Paris III. Thèse de Doctorat soutenue à Paris III le 26 mai 2001, sous la direction de Paul Bensimon, intitulée : " Le prétérit anglais et ses diverses réalisations en français. Etude de linguistique contrastive " ATER à Paris III de 1997 à 2001.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter