Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

Les statues de femmes célèbres érigées à Paris de 1870 à nos jours. Entre lieux de mémoire et espace d’investissement

Christel Sniter

Texte intégral

1De 1870 à nos jours une quarantaine de statues représentant des femmes célèbres ont été érigées dans l’espace public parisien. Elles s’intègrent au culte des grands hommes, phénomène socio-politique de démocratisation de l’hommage public qui s’est manifesté par l’érection de quelque 350 statues dédiées à des personnages célèbres, sur la même période.

  • 1 La corbeille des reines de France du jardin du Luxembourg (vers 1848) représente des femmes de roi (...)
  • 2 Higonnet Anne, « Femmes et images, apparences, loisirs et subsistance » et « Femmes et images, rep (...)

2Ces statues permettent l’inscription durable dans l’espace de la ville d’une représentation inédite de la femme, comme sujet autonome, digne de servir de modèle. Pour la première fois dans l’histoire de France, des femmes sont publiquement glorifiées en tant que personnes et officiellement reconnues comme actrices historiques et civiques1. Ces mises en scènes inédites de la femme tranchent radicalement sur sa représentation traditionnelle dans l’art public et avec sa place dans la société, ses fonctions publiques ayant longtemps été cantonnées à des domaines spécifiquement féminins, du fait de sa nature maternelle, tels que le philanthropisme ou le secours aux blessés. Les études féminines sur la représentation des femmes soulignent davantage l’utilisation de leur corps comme objet de désir ou comme image rassurante de la maternité2, plutôt que comme sujet. Nous nous proposons ici de mettre en lumière une image a priori émancipée de la femme, en vérifiant l’hypothèse selon laquelle ces statues ont véritablement participé à l’affirmation d’une nouvelle image de la femme ou si ce potentiel a été récupéré et instrumentalisé au profit d’autres valeurs.

3En dépit de la modestie du corpus (37 monuments), le caractère exceptionnel de ces statues en fait un objet d’étude à part entière. Les femmes honorées sont très diverses : des héroïnes résistantes comme Jeanne d’Arc (5 statues), Sainte Geneviève, Edith Cavell ou Bertie Albrecht, des femmes de lettres comme Madame de Staël, George Sand ou la comtesse de Ségur, des féministes comme Maria Deraismes ou Clémence Royer, des artistes comme Dalida, Édith Piaf ou Lily Laskine et des aviatrices comme Maryse Bastié. Nous avons également intégré à notre corpus des monuments dédiés à des groupes de femmes réelles, comme ceux élevés en l’honneur des aviatrices, des infirmières ou des mères françaises, ainsi que les projets avortés, parce qu’ils sont révélateurs des tensions et des difficultés des femmes à être représentées parmi le peuple des statues parisiennes.

  • 3 Braud Philippe, L’Émotion en politique, Paris, Presses de la FNSP, 1996, p. 124.

4Ces images originales de la femme dans la ville, résultent de la mobilisation d’acteurs caractérisés par leur mixité – privés et publics, masculins et féminins – et qui collaborent autour du même projet. Une fois inaugurée, la statue, objet intermédiaire entre l’œuvre d’art et le monument public, constitue un point de cristallisation, un repère signifiant où vont éclore certains comportements, s’affirmer certaines positions, qu’elles soient politiques (par exemple les affrontements entre républicains et nationalistes autour des statues de Jeanne d’Arc) ou sociales (les rassemblements féministes devant le monument dédié à Maria Deraismes). « En tant qu’objet symbolique, [la statue] condense des projections sur un matériau brut, dès lors investi de sens »3. Totem ou trophée, la statue dans l’espace public est créatrice de lien social – elle permet le rassemblement d’hommes et de femmes autour d’une même effigie – ou révélatrice de tensions – manifestations féministes ou politiques –, dans le cadre de la lutte pour le monopole de la production du sens.

UNE IMAGE INÉDITE DE LA FEMME DANS LA VILLE

5Les statues de femmes célèbres proposent une image inédite de la femme, traditionnellement représentée sous forme d’allégorie – la « femme-idée » – ou de « femme-corps ». Les modalités de sa représentation ont évolué, tout au long de la période, du réalisme vers le non-figuratif, brouillant ainsi la fonction de monument, qui oscille entre œuvre d’art et monument didactique. Enfin, on verra que la présence des femmes représentées comme sujet dans l’espace de la ville a néanmoins une dimension performative.

De la « femme-idée » à la « femme-corps »

6Les statues de femmes célèbres tranchent radicalement avec la représentation traditionnelle de la femme dans la ville. Force est de constater que la présence de la femme dans le peuple des statues parisiennes se manifeste dans une énorme majorité de cas par l’utilisation de son corps pour évoquer des notions abstraites ou comme support décoratif.

  • 4 Les récentes représentations de Marianne utilisant le visage de femmes actrices, chanteuses ou top (...)
  • 5 Voir Agulhon Maurice, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880 (...)
  • 6 « Tous ces symboles nationaux et régionaux contribuèrent à fixer la femme à sa place, renforçant e (...)

7L’usage de l’allégorie, forme d’utilisation du corps féminin inspirée de l’Antiquité, se développe à la fin du xixe siècle. Dans l’ornementation intérieure et extérieure des édifices publics, les grandes vertus et entités abstraites – la Justice, la Liberté, la Renommée, mais aussi la Nation, l’Industrie, le Commerce, l’Agriculture – sont personnifiées par des femmes. Marianne constitue un cas particulier : symbole de la République. Il s’agissait – jusqu’à récemment4 – d’une allégorie qui incarnait la continuité d’un régime politique dont les personnalités au pouvoir étaient par trop changeantes5. Mais cette représentation féminine a été sans doute facilitée parce que les femmes étaient exclues du vote6.

  • 7 Par exemple les femmes-torches de l’escalier d’honneur de l’Opéra Garnier par Carrier-Belleuse, do (...)
  • 8 Méthode pour réaliser une œuvre en pierre à partir d’un original en cire ou argile. Un compas à tr (...)
  • 9 A partir d’un modèle en cire, coulé au moyen d’un moule creux, l’ensemble est recouvert de matéria (...)
  • 10 Ces monuments sont érigés au parc Monceau et au jardin du Luxembourg. « C’est un autre aspect fort (...)

8Autre illustration de l’utilisation du corps féminin, non plus comme abstraction mais comme objet, le nu 1900 est le reflet d’une société bourgeoise dominée par les hommes. Les cariatides, les femmes-lampadaires7, les femmes-fontaines sont autant d’objectivations du corps de la femme. Ce phénomène est facilité par l’art industriel et les progrès de reproduction des œuvres grâce aux techniques de la « mise au point »8 et de la fonte « à la cire perdue »9. Les monuments dédiés aux grands hommes sont souvent accompagnés d’une allégorie, muse inspiratrice, comme les monuments dédiés à Leconte de Lisle ou à Fauré, ou encore d’un personnage féminin fictif, comme le monument à Maupassant10. L’inverse n’est pas vrai : aucun des monuments qui nous intéressent ne représente, bien sûr, un homme allégorique, nu, aux pieds d’une femme célèbre. Maurice Agulhon explique cette instrumentalisation polymorphe de l’image de la femme :

  • 11 Agulhon Maurice, « Imagerie civique et décor urbain... », op.cit., p. 112-113.

9« Le siècle bourgeois répand et banalise une culture d’humanités classiques, où tout bachelier, pétri de latin et de mythologie, connaît les Déesses et les Vertus, leurs attributs et leurs costumes ; et ce même xixe siècle bourgeois se donne par ailleurs des mœurs et une mentalité masculines, voire (si l’on peut dire) masculinistes, qui se complaisent dans l’exhibition et la contemplation voluptueuse de l’image de la femme-objet. [...] Les rues s’emplissent de belles femmes, sculpturales – c’est le cas de le dire – et inexpressives, drapées à l’antique, ou dénudées, ou voilées à demi, et dont l’allure [...] fait de toute façon contraste avec le réalisme moderne et expressif des grands hommes, qui sont presque toujours des hommes »11.

10C’est précisément ce « presque » qui nous intéresse en ce qu’il tranche nettement avec ces images réificatrices et réductrices de la femme. Les femmes célèbres sont sculptées sur un mode réaliste, en habit d’époque, leurs attributs féminins n’étant pas autant mis en relief. Les statues de femmes célèbres ne représentent ces femmes, ni comme allégories ni pour leur corps, mais bien pour leur personne.

11A la différence des allégories qui incarnent des notions abstraites ou des corps-objets décoratifs, la statue commémorative honore une personne. Son caractère unique est signifié par le réalisme du monument et par l’apposition de son nom sur le socle : autant d’éléments qui signifient son individualité et par là même donnent à l’espace public anonyme un visage, un nom.

Du réalisme académique au pointillisme abstrait, le monument tiraillé entre le didactisme et l’artistique

  • 12 Cinq statues de Jeanne d’Arc sont érigées à Paris entre 1870 et 2000 : en 1874 place des Pyramides (...)

12Dans la plus grande partie des cas, la statue propose une image réaliste de la femme dans le souci d’instruire le passant. L’artiste choisit de présenter une des facettes de sa biographie, souvent la plus conforme aux valeurs féminines traditionnelles. Par exemple, Georges Sicard montre George Sand en robe romantique et non en habit d’homme et fumant la pipe, selon le type du bas-bleu, image trop provocatrice pour l’époque (1904). Jeanne d’Arc est représentée (par 5 fois12) en armure et non en vierge agenouillée et priant, parce qu’elle devait avant tout incarner la résistance à l’envahisseur.

  • 13 Érigées respectivement en 1982 place Edith Piaf, en 1986 place du bataillon du Pacifique et en 199 (...)
  • 14 Entretien avec Noëlle Chabert, conservateur du patrimoine, chargée du département des Arts plastiq (...)

13L’art public s’est néanmoins adapté aux évolutions esthétiques du siècle et surtout à l’affirmation de l’abstraction. Ainsi les récents monuments en l’honneur d’Edith Piaf, de Bertie Albrecht et de Lily Laskine13 mêlent réalisme et art non-figuratif. Un médaillon les représentant est inséré dans une stèle abstraite. L’évolution vers l’abstraction pose la question de la fonction du monument commémoratif. On est passé d’un souci d’efficacité didactique et d’édification des citoyens sous la IIIe République à une œuvre d’art mêlant ornementation de l’espace public et commémoration. « Tout le xixe siècle, surtout la IIIe République, a pratiqué l’hommage aux grands hommes. Une tradition commémorative forte imprègne toute la statuaire monumentale parisienne. Avec les valeurs de la modernité, le critère artistique a pris le pas sur la volonté commémorative »14. Le cas de l’Hommage à Arago de Jan Dibbets (inauguré fin 1994) illustre de façon extrême le brouillage des genres entre didactisme et œuvre d’art, puisque le monument se réduit à 135 médaillons de bronze insérés dans le sol de Paris le long du méridien. On est passé de la statue en pied réaliste au pointillisme abstrait, avec la disparition totale du socle et l’éclatement spatial du monument. Cette tendance à l’abstraction est cependant à nuancer puisque parmi les statues de femmes célèbres les plus récentes, certaines pérennisent le mode de représentation traditionnel : soit parce qu’elles sont des refontes de plâtres du xixe siècle – la statue de Clotilde de Vaux (érigée en 1988) ou celle de Maria Deraismes (érigée en 1898, fondue sous Vichy et refondue en 1984) – soit parce que les artistes ont choisi de conserver un mode réaliste – le buste de Dalida par Aslan (érigé en 1980). Apparaissent également d’autres supports de commémoration, plus éphémères, comme aujourd’hui (8, 9 et 10 mars 2002) où ont été accrochés autour du Panthéon des portraits de femmes célèbres qui compenseraient leur absence à l’intérieur, sorte de manifestation hors les murs.

Fonction performative de la femme représentée comme sujet

14Dans le contexte de lutte des femmes pour leur reconnaissance comme « sujet pensant », la proposition dans l’espace urbain d’une image de la femme érigée au rang de modèle, digne d’éloge pour elle-même, et non pas pour son corps ou pour l’idée qu’elle représente, a une fonction presque performative. Elle permet aux hommes, tout comme aux femmes, d’intégrer une image nouvelle et émancipée de la femme et par là de changer leur représentation de celle-ci. Elle fournit aux femmes une image valorisée d’elles-mêmes qui constitue une preuve de leur capacité à se penser comme êtres autonomes.

  • 15 Bibliothèque Marguerite Durand : compte rendu dactylographié de la réunion du Cercle des femmes ré (...)

15L’obtention du droit de vote n’atténue cette fonction que relativement puisque, dans les années soixante, l’image de la femme comme ménagère et mère au foyer invite à penser que l’émancipation des femmes restait encore à faire et que la commémoration de grandes Françaises avait encore une fonction de modèle émancipateur. Ainsi en 1971, Adrienne Weill-Brunschvicg, vice-présidente de l’Association française des femmes diplômées des universités, dénonce-t-elle, lors d’une réunion du Cercle des femmes républicaines consacrée aux « Pionnières du féminisme », le faible nombre de statues de femmes célèbres par rapport à celles des grands hommes15 érigées à Paris. Elle invite les « conseillères municipales » à corriger cette injustice.

16La présence de statues de femmes dans l’espace de la ville résulte en effet de la politique mémorielle de l’État et de la Ville de Paris ainsi que de la mobilisation d’acteurs privés.

POLITIQUE DE LA MÉMOIRE ET ESPACE D’INVESTISSEMENT

17Le projet commémoratif draine autour de lui des acteurs à la fois publics et privés, masculins et féminins. Une fois la statue érigée, elle constitue un lieu en construction, propice à accueillir des manifestations ou des défilés.

Une politique de la mémoire propre aux femmes ?

18Le projet d’ériger une statue publique émane de producteurs d’une mémoire des grands hommes, alternativement publics (politique culturelle de l’État et de la ville de Paris) et privés (comités de citoyens). L’inscription de ces statues dans la ville contribue à donner une image, un nom et un sexe à un site urbain. Le choix du site est le résultat d’une réflexion politique et participe à la construction de la ville comme espace symbolique. Ces statues commémorant des « grandes femmes », placées au cœur de l’espace urbain, favorisent l’émergence de lieux sexués, autant de micro-territoires reliés symboliquement entre eux et qui constituent à l’échelle de la ville comme une toile, un réseau de la mémoire des femmes.

  • 16 « Des 150 statues érigées par la IIIe République avant 1914, 75 % environ furent patronnées par de (...)

19Alors qu’on pourrait croire que l’hommage public demeure généralement l’apanage des pouvoirs publics, les statues de personnages célèbres voient le jour en grande majorité grâce à la mobilisation d’hommes et de femmes. Ceux-ci se constituent en comités privés et tentent d’apposer leur marque dans l’espace de la cité à travers l’érection de statues. Ainsi, sur les 37 statues de femmes célèbres, seules 9 résultent d’une initiative publique (commande de l’État, de la Ville de Paris ou du Conseil général de la Seine) et 28 d’une initiative privée (comités ou dons individuels), soit plus de 75 % d’initiative privée. A titre de comparaison avec les statues des grands hommes, le même pourcentage est observé par June Hargrove entre 1870 et 191416.

20S’élabore ainsi une expérience de la mixité, par la collaboration d’hommes et de femmes autour d’un même projet d’hommage à une héroïne. Si on prend le cas de la statue de Maria Deraismes érigée en 1894, l’initiative du projet revient à la Société pour l’Amélioration du Sort de la Femme et la Revendication de ses Droits, dont elle était la fondatrice et la présidente, à laquelle se sont joints des députés qui appartenaient au groupe féministe de l’Assemblée, et même des hommes politiques habitués à participer à d’autres projets commémoratifs, moins féministes. Les statues de femmes ne sont donc pas érigées exclusivement par des femmes militantes. Les commanditaires sont multiples, ce qui pose le problème des enjeux liés à ces projets, le but n’étant pas seulement de proposer une image émancipée de la femme mais peut-être de l’utiliser à d’autres fins : affirmation de pouvoir, satisfaction symbolique des revendications féministes, cantonnement de la femme dans une image maîtrisée et figée.

  • 17 La très grande majorité des sites appartiennent à la Ville de Paris. Le conseil municipal choisit (...)

21Si les comités privés ont l’initiative des projets, les pouvoirs publics exercent cependant un pouvoir de contrôle par l’octroi d’une autorisation pour tout hommage public, le choix du site17 et le don éventuel de subventions.

22L’aboutissement d’un projet monumental permet d’accéder à une reconnaissance symbolique. L’espace parisien étant fini et restreint, il s’agit de manœuvrer au mieux afin de gagner à sa cause les pouvoirs publics. Ainsi, concernant les femmes célèbres, de nombreux projets avortèrent par manque d’appuis institutionnels ou parce qu’ils étaient trop polémiques : sur toute la période, on en compte 12 parmi les 37 projets, soit plus de 30 %.

23Le prestige du site est souvent proportionnel au pouvoir du commanditaire. Le degré de visibilité, la perspective, la place publique plutôt que le square intimiste, la centralité du quartier sont autant d’éléments qui permettent de mesurer l’importance conférée par les pouvoirs publics au monument. Ainsi, la statue de Jeanne d’Arc érigée en 1874 par l’État place des Pyramides bénéficie d’un site de choix : sur une place bien proportionnée, proche de lieux prestigieux comme les Tuileries et le Louvre, la rue de Rivoli offrant une large perspective et permettant des défilés depuis la place de la Concorde. D’autres ont des sites plus discrets dans des jardins et des squares comme George Sand et la comtesse de Ségur au Luxembourg, et plus périphériques comme Maria Deraismes, square des Épinettes, Maryse Bastié, square Victor, le lieu étant aussi choisi en fonction de la biographie de la personne honorée. Pour la période récente (1980-2000), le site porte déjà le nom de la statufiée : square Clotilde de Vaux, place Dalida, place Edith Piaf, renforçant ainsi l’impact commémoratif du monument.

24La véritable consécration de la statue dans l’espace de la ville s’effectue lors de la cérémonie d’inauguration. Cette fête est l’occasion de célébrer en grande pompe l’unité de la communauté républicaine, avec force mises en scènes, décorum, musiques et discours. Plus l’hommage est soutenu par les pouvoirs publics, plus la cérémonie est prestigieuse. Les hommes politiques, les représentants de la Ville de Paris et de l’État, le maire de l’arrondissement ainsi que le président ou la présidente du comité prononcent un discours dans lequel la biographie de la personne honorée est revisitée à l’aune des valeurs et des besoins idéologiques du groupe.

25Une fois érigée, la statue constitue un point d’ancrage, un repère signifiant dans l’espace de la ville. Autour d’elle vont s’organiser défilés et manifestations.

Un lieu de manifestation et de revendication propre aux féministes ?

26Compensant l’exclusion des femmes de l’espace public tant symboliquement que physiquement, ces effigies valorisantes constituent un lieu à investir par les acteurs contemporains et sont l’occasion de défilés et de manifestations qui sont autant d’affirmation de la femme militante dans la rue. Autour de cette effigie pourront se rassembler, renforçant ainsi l’orientation sexuée du lieu, des femmes et des hommes s’identifiant à cette femme pour des raisons diverses. La statue peut ainsi devenir alternativement un lieu exclusivement féminin, masculin ou un lieu où s’élabore une mixité. Ces femmes de pierre et de bronze, et les espaces inédits qu’elles inaugurent dans la ville, participent à la construction identitaire sexuée des citoyens et assurent ainsi la constitution d’espaces mixtes où hommes et femmes se retrouvent autour de l’identification à une grande femme. Ce territoire symbolique participe à l’émergence d’une mémoire des femmes célèbres, mais offre également un lieu où peuvent s’exprimer les revendications des féministes contemporaines.

27La statue, support de sens inséré au cœur même de l’espace public en est un élément structurant qui permet une mise en forme de l’espace. La statue et son site rendent possible une multiplicité de comportements individuels et collectifs. Dans un jardin, plus propice à la déambulation, elle appelle davantage le recueillement et la rêverie. Sur une place, la statue sur son socle crée une verticalité, un centre et une périphérie, permet de se recueillir, de se rassembler, de défiler, de manifester, voire de s’affronter autour d’elle. Le site libère un espace vide marqué de sens par la statue et peut être investi par des groupes très divers : plus la statue se rapproche d’un symbole abstrait telle Jeanne d’Arc, plus elle renferme une multiplicité de facettes et un potentiel de significations, plus divers sont les groupes qui se rassemblent devant elle. Ainsi à peine la statue de la place des Pyramides avait-elle été inaugurée en 1874 que son site devint quasiment un champ de bataille opposant les royalistes, catholiques et nationalistes d’un côté et les républicains radicaux de l’autre. Les femmes ne demeurent pas en reste. A la fin du xixe siècle, des femmes catholiques manifestent régulièrement devant cette même statue. Encore après l’Occupation, l’Union des Femmes Françaises y défila également entre 1949 et 1956, passant d’abord par la rue Danielle-Casanova et opérant ainsi un rapprochement audacieux entre la mémoire de la grande résistante communiste déportée et Jeanne d’Arc, pourtant récupérée par l’Action française pendant la première moitié du siècle. Actuellement, la fête nationale de Jeanne d’Arc est célébrée par la République le deuxième dimanche de mai. Elle consiste en une cérémonie républicaine suivie du défilé des associations composé de groupuscules catholiques intégristes et d’extrême-droite : l’Action française, l’Association Pétain-Verdun, l’Œuvre française... Auparavant intégré au cortège traditionnel, le Front national s’est démarqué de cette célébration à partir de 1988 et a tenté de faire concurrence au 1er mai, la fête du travail, en organisant son propre défilé devant la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides.

28Un monument peut également servir de lieu de protestation contre le régime en place. Sous Vichy, la fête des mères était célébrée devant le monument aux mères françaises (érigé en 1938) qui devint le 31 mai 1942 un lieu de contre-manifestation communiste à tel point que les célébrations officielles furent suspendues l’année suivante. En 1971, ce même monument fut encore le lieu d’une contre-manifestation du MLF. Un slogan pour résumer leur revendication : « Les mères, célébrées un jour, exploitées toute l’année ».

29Les monuments qui nous intéressent constituent donc des lieux de revendication, non exclusivement féministes, chacun utilisant le potentiel de sens que renferme la statue pour mettre en valeur et souder sa communauté provoquant même des rixes aux pieds des statues. Mais une statue peut également ne pas être investie par des groupes revendicatifs et demeurer le simple témoignage d’un temps révolu.

30On peut se demander en définitive si la capacité des statues de femmes célèbres à proposer une image émancipée de la femme comme sujet s’est bien actualisée tout au long du xxe siècle. Les femmes n’ont pas le monopole de leur représentation dans l’espace de la ville. Elles sont dépendantes des pouvoirs publics et des comités privés, au sein desquels elles sont minoritaires. Ceux-ci choisissent le site, le type de représentation de la personne honorée et sont présents à la cérémonie d’inauguration. La statue constitue un support de sens qui est investi alternativement par des minorités sociales et politiques – les féministes, les résistants, les communistes, le Front national – et le pouvoir majoritaire – la République, la Ville de Paris, la Mairie d’arrondissement. Le potentiel de reconnaissance d’une féminité nouvelle serait donc contré par la volonté d’affirmation d’une multiplicité de pouvoirs.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Agulhon Maurice [1979], Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion.

Agulhon Maurice [1988], « Imagerie civique et décor urbain dans la France du xixe siècle », Histoire Vagabonde I, Paris, Gallimard, p. 101-136.

Braud Philippe [1996], L’Émotion en politique, Paris, Presses de la FNSP.

Hargrove June [1989], La Représentation des grands hommes dans les rues et les places de Paris, Paris, Albin Michel.

Higonnet Anne [1991], « Femmes et images, apparences, loisirs et subsistance » et « Femmes et images, représentations », L’Histoire des femmes, Duby Georges – Perrot Michelle (dir.), tome IV, Paris, Plon, p. 249-275 et 276-341.

Mosse George L. [1985], Nationalism and Sexuality, New York, Howard Fertig.

« La commande publique », L’œil, mai 1995, n° 471, p. 48.

Notes

1 La corbeille des reines de France du jardin du Luxembourg (vers 1848) représente des femmes de rois, des mères de princes. Elles incarnent une lignée aristocratique et un type de régime disparu. Rassemblées dans un même espace de promenade et de loisirs, elles avaient davantage une fonction décorative, même si elles annonçaient l’apparition de statues de grandes femmes dans l’espace public.

2 Higonnet Anne, « Femmes et images, apparences, loisirs et subsistance » et « Femmes et images, représentations », L’Histoire des femmes, Duby Georges – Perrot Michelle (dir.), tome IV, Paris, Plon, 1991, p. 249-275 et 276-341.

3 Braud Philippe, L’Émotion en politique, Paris, Presses de la FNSP, 1996, p. 124.

4 Les récentes représentations de Marianne utilisant le visage de femmes actrices, chanteuses ou top modèles brouillent les repères signifiants de l’effigie de la République. Voir Agulhon Maurice, Les Métamorphoses de Marianne, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1914 à nos jours, Paris, Flammarion, 2001.

5 Voir Agulhon Maurice, Marianne au combat, l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, Paris, Flammarion, 1979, p. 233.

6 « Tous ces symboles nationaux et régionaux contribuèrent à fixer la femme à sa place, renforçant encore davantage la différence entre les sexes et par là entre ce que la société bourgeoise percevait comme normal et anormal ». Mosse George L., Nationalism and Sexuality, New York, Howard Fertig, 1985, p. 97.

7 Par exemple les femmes-torches de l’escalier d’honneur de l’Opéra Garnier par Carrier-Belleuse, dont les plâtres sont au musée d’Orsay, ou les femmes-lampadaires qui entourent ce même opéra et dont le vêtement s’arrête juste au dessous de la poitrine.

8 Méthode pour réaliser une œuvre en pierre à partir d’un original en cire ou argile. Un compas à trois dimensions permet de reporter sur le bloc de pierre les points de repère mis sur le moulage original.

9 A partir d’un modèle en cire, coulé au moyen d’un moule creux, l’ensemble est recouvert de matériaux réfractaires et de tuyaux d’évacuation, puis chauffé. La cire fond, s’écoule, le métal en fusion est introduit par l’intermédiaire des conduits dans l’espace laissé libre.

10 Ces monuments sont érigés au parc Monceau et au jardin du Luxembourg. « C’est un autre aspect fort important de la sculpture au xixe siècle que cette obsédante présence du corps féminin. La représentation d’une allégorie, allégorie d’abstraction civique ou morale, d’idéal politique, de nation, de région ou de ville, va devenir presque aussi banale que celle du grand homme. Elle le rejoindra d’ailleurs assez souvent en une même combinaison ; que de grands hommes de bronze seront ainsi guidés par une Victoire, salués par une Renommée, congratulés par une France ou par une Liberté, dressés sur le même piédestal, ou se dressant vers eux à partir d’un étage inférieur du socle ! ». Agulhon Maurice, « Imagerie civique et décor urbain dans la France du xixe siècle » Histoire Vagabonde I, Paris, Gallimard, 1988, p. 101-136, p. 112.

11 Agulhon Maurice, « Imagerie civique et décor urbain... », op.cit., p. 112-113.

12 Cinq statues de Jeanne d’Arc sont érigées à Paris entre 1870 et 2000 : en 1874 place des Pyramides, probablement après 1891 rue de la Chapelle, en 1894 boulevard Saint-Marcel, en 1900 place Saint-Augustin et en 1958 (rebaptisée La France renaissante) sur le pont de Bir-Hakeim.

13 Érigées respectivement en 1982 place Edith Piaf, en 1986 place du bataillon du Pacifique et en 1996 square Sainte-Odile.

14 Entretien avec Noëlle Chabert, conservateur du patrimoine, chargée du département des Arts plastiques, à la DAC, responsable de la commande publique, « La commande publique », in L’œil, mai 1995, n° 471, p. 48.

15 Bibliothèque Marguerite Durand : compte rendu dactylographié de la réunion du Cercle des femmes républicaines du 24 mars 1971.

16 « Des 150 statues érigées par la IIIe République avant 1914, 75 % environ furent patronnées par des comités [...] ». Hargrove June, La Représentation des grands hommes dans les rues et les places de Paris, Paris, Albin Michel, 1989, p. 157.

17 La très grande majorité des sites appartiennent à la Ville de Paris. Le conseil municipal choisit le site par délibération. Les jardins des Tuileries et du Palais-Royal appartiennent à l’État et le Luxembourg au Sénat.

Auteur

Université Paris I

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540