Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liberté / Libertés

 | 
Sylvia Ullmo

II. Représentations et territoires de la liberté

Liberté et territoire : l'accès aux terres de l'Ouest Américain

Pascale Smorag

Texte intégral

1Si le désir de liberté politique et commerciale avait poussé de nombreux colons d'Amérique à se battre pour leur indépendance, les immenses étendues de terres que le Nouveau Monde leur réservait semblaient une raison tout aussi légitime d'engager une guerre contre la mère patrie : cette dernière avait en effet imposé un régime d'expansion coloniale bien trop limitatif à leur goût. Au lendemain de la guerre révolutionnaire, c'était donc à la jeune République qu'incombait de décider du cadre légal permettant de nouvelles implantations sur le continent américain. Ignorer le droit des populations indiennes à occuper ces territoires, réflexe « obligé » des autorités comme des familles pionnières, était de toute évidence une condition préalable à l'avancée de la « civilisation ».

2Toutefois, alors que les Anglais avaient eu maille à partir avec les colons installés sur des territoires de chasse indiens transformés en champs de maïs et de blé, comment allait s'employer le tout nouveau gouvernement des Etats-Unis pour régler la délicate question des squatters sans paraître imposer des lois inspirées de l'époque coloniale ? Afin d'éviter les « déconvenues » des Britanniques qui risqueraient de servir de modèle à une appropriation anarchique des nouveaux territoires, la liberté de s'établir selon sa convenance se verrait donc cadrée, voire, pour certains, contrariée. De la même façon, alors que les investisseurs financiers envisagèrent la terre comme un moyen efficace de faire fructifier leur capital, l'idéal jeffersonien d'une république agraire serait lui aussi repensé pour mieux répondre à l'esprit de la libre entreprise. Inscrite en lettres d'or dans le Premier amendement, la liberté, sous toutes ses formes, devait par conséquent être protégée afin de permettre aux individus de déterminer, pour eux-mêmes, les voies du bonheur. Cependant, la fièvre spéculative, qui, dans le cadre des libertés constitutionnelles, s'empara des Etats-Unis dès le début du dix-neuvième siècle, priva à maintes reprises le citoyen ordinaire d'un accès immédiat à la terre, situations qui se soldaient parfois par des fins tragiques. Dominée par des intérêts économiques, la réalité de la marche américaine vers le progrès incita par ailleurs les autorités de Washington à octroyer des concessions dont bénéficièrent en premier lieu les compagnies ferroviaires : au nom de la liberté d'entreprendre, un nombre considérable de parcelles devant revenir aux settlers leur furent ainsi soustraites. En exploitant sur une grande échelle des terres aux ressources forestières et minières apparemment inépuisables, les chemins de fer et leurs filiales prouvèrent la libre interprétation qu'ils avaient de la gestion du Domaine public, un domaine organisé, initialement, « dans l'intérêt public ».

Librement installés sur la frontière : les Squatters

3Le traité de Paris de 1783, qui mit officiellement fin à la guerre d'Indépendance américaine, avait reconnu aux Etats-Unis la souveraineté d'un immense territoire s'étendant de l'Ohio au Mississippi. Sur une période allant de 1771 à 1802, les Etats fondateurs cédèrent à la Fédération ces terres que, dans un premier temps, notamment la Virginie qui en possédait le plus grand nombre, ils s'étaient gardées pour leur propre expansion. Le Congrès put alors administrer ce que l'on appela communément le « Domaine Public ». Les autorités fédérales avaient effectivement prévu dès 1780 :

qu'il serait disposé de nouveaux territoires pour le commun profit des Etats-Unis, que des habitants s'y établiraient, qu'ils seraient organisés en Etats républicains distincts qui deviendraient membres de l'Union fédérale et auraient les mêmes droits de souveraineté, de liberté et d'indépendance que les autres états. (d'Haucourt, 45)

4Cependant, par "administrer", entendait-on ouvrir la totalité de ces terres à la colonisation et laisser les pionniers libres de s'installer là où ils le désireraient ?

  • 1 La taille des townships devait cependant aux lois de préemption de la Caroline du Nord et des conce (...)
  • 2 La crise économique de 1819-1822 incita les autorités à abaisser encore la taille des terrains à 80(...)

5Une partie de la réponse fut apportée par le fameux plan en damier, le grid system, conçu par Thomas Jefferson, auteur de l'Ordonnance foncière de 1785. Grandement inspiré du quadrillage géométrique appliqué en Nouvelle Angleterre, ce maillage coupait à angles droits le territoire, ainsi divisé en townships, circonscriptions administratives de six miles de côté (soit trente-six miles carrés), subdivisées à leur tour en trente-six carrés, appelés sections, d'un mile carré, soit 640 acres (260 hectares)1. L'unité de vente minimale était précisément la section, soit 640 acres, avec une mise à prix, lors d'enchères publiques, de 640 dollars, soit un dollar l'acre (Merk, 104). Toutefois les familles pionnières, généralement peu fortunées, ne furent guère favorisées par cette première mouture de la loi foncière ; aussi le Congrès l'amenda-t-il en réduisant la taille des parcelles offertes à l'acquisition, les ramenant dès 1804 à un quart de section, soit 160 acres (65 hectares)2. Restait à savoir comment cette réforme foncière s'appliquerait dans le cas de régions déjà investies par des pionniers, ceux qu'à partir de 1806 on nomma squatters (d'Haucourt, 45). Les populations qui s'étaient ainsi librement établies sur des terres se verraient-elles sanctionnées pour ne s'être acquittées d'aucun droit, alors qu'elles incarnaient, à juste titre, cet esprit de liberté si cher à la nation américaine ?

  • 3 Il fallait en outre aux squatters plusieurs journées de marche à travers les forêts et les marécage (...)
  • 4 Territoire qui s'étendait de l'Ohio au Mississippi en englobant la région des Grands Lacs.
  • 5 Daniel Boone, tour à tour chasseur, marchand, éleveur, fermier et arpenteur, après un premier échec (...)
  • 6 « comme les appellent quelquefois avec un certain mépris les habitants des états atlantiques » (Bil (...)
  • 7 “Là où Boone avait établi son camp (Boone's Camp) en 1769-71, le juge Richard Henderson qui finança (...)
  • 8 La frontier station était aux habitants du Sud ce que la ville militaire était à ceux de Nouvelle A (...)
  • 9 Aux honoraires souvent prohibitifs réclamés par les avocats, les pionniers devaient ajouter les lon (...)

6Dans les régions où les mouvements migratoires précédaient l'arpentage, l'occupation « illégitime » des lieux était en effet chose fréquente (Clark, 317). Arpenter les nouveaux territoires demandait du temps et les géomètres ne devaient pas seulement mesurer un continent immense, mais également braver des difficultés climatiques, les réticences de squatters armés3 ou encore la présence de populations indiennes. Plusieurs années furent par conséquent nécessaires pour réunir les conditions préalables à la vente des terres. Des mesures incitatives furent du reste adoptées dans le but de « convaincre » les settlers d'acheter des terrains inscrits au cadastre, comme en Pennsylvanie, par exemple, où l'on menaçait de la peine capitale les colons illégalement établis au nord du fleuve Ohio (ces derniers demandèrent très tôt la constitution de ces territoires en Etat afin d'échapper à de telles sanctions (Billington, 209). Moins répandues dans le nouveau Territoire du Nord-Ouest4, ces installations sauvages étaient en revanche particulièrement courantes dans les territoires du Sud. A l'instar de Daniel Boone au Kentucky — ce « second paradis », comme l'appelait l'aventurier-,5 les pionniers qui se hasardaient dans les vallées profondes de la Shenandoah, et plus avant encore, ressemblaient davantage à des backwoodsmen6 qu'aux colons disciplinés de Nouvelle Angleterre. Cette attitude, ils la tenaient de leurs ancêtres virginiens. En effet, à l'époque coloniale, les familles qui désiraient occuper une terre, ne serait-ce que temporairement, en marquaient les limites par de petits amas de pierres ou des entailles faites dans les arbres7. Celles qui souhaitaient par la suite officialiser cet investissement des lieux auprès des autorités faisaient appel à des arpenteurs publics ou, à défaut, privés ; une fois les relevés effectués, les settlers se voyaient alors délivrer des patentes, c'est-à-dire des titres de propriété dûment consignés. Au Kentucky, des licences étaient également accordées aux communautés désirant établir des frontier stations, concessions de 640 acres (240 hectares) abritant chacune un fortin de bois à l'intérieur duquel les pionniers se réfugiaient lors d'attaques shawnee (Merk, 87-89)8. Dans l'ensemble, un tel régime foncier, qui s'accommodait d'occupation des lieux à défaut de l'anticiper, engendrait de nombreux litiges : non seulement les inévitables empiétements de terrains et la taille irrégulière de ces derniers rendait l'arpentage difficile, mais ce système laissait également de côté les terres qui n'avaient pas la faveur du public parce que mal situées ou découpées de manière irrégulière9.

  • 10 “Une partie du Texas, cadastrée au cours de la période mexicaine et de l'existence éphémère de la r (...)
  • 11 Comme ces squatters s'étaient naturellement installés sur les meilleures terres – des terres fertil (...)

7Cette liberté dont avaient fait preuve certaines populations du Sud, et qui contrastait avec les avancées plus méthodiques des colons de Nouvelle Angleterre, le gouvernement fédéral comptait bien la cadrer. Aussi appliqua-t-il un quadrillage systématique qui ignorerait les courbes et les lignes naturelles du relief. Toutefois, en maints endroits, le gouvernement américain s'arrangea bon gré mal gré des dispositions foncières coloniales, confirmant alors le découpage des zones déjà cadastrées en 1785 lorsque fut promulguée l'Ordonnance foncière : ainsi trouve-t-on de nos jours le long de la rivière qui traverse Détroit, au Michigan, des parcelles épousant le tracé longiligne appliqué par les habitants, ces colons de l'ancien empire français d'Amérique, dont le but était de privilégier l'accès pour tous à la rivière (de semblables découpages se retrouvent en Louisiane et dans la vallée du Mississippi, ainsi que sur les anciennes terres coloniales espagnoles, comme en Floride, au Texas, et dans une grande partie du Sud-Ouest)10. En revanche, là où les terres étaient occupées par des Anglo-Saxons, les autorités fédérales exigèrent que les occupants « illégitimes » d'une part respectent les nouveaux plans cadastraux, d'autre part rachètent ou, si leurs finances les en empêchaient, abandonnent leurs parcelles. Faute de pouvoir en payer le prix, des familles installées depuis une vingtaine d'années en Indiana durent de la sorte évacuer « leurs terres », faisant le bonheur des acquéreurs plus fortunés, “aristocratie ‘féodale’ à l'européenne” capable de surenchérir lors de ventes publiques (d'Haucourt, 55)11. Ces familles, comme tant d'autres, furent par conséquent sommées, sans aucune compensation pécuniaire ou foncière que ce soit, de quitter des terres pour lesquelles elles s'étaient sentimentalement, physiquement et financièrement investies.

8En l'absence de bureaux des terres, seules instances habilitées à délivrer des titres de propriété dans les nouveaux territoires, les settlers répondirent par la création d'associations de fermiers, les claim clubs, S'engageant mutuellement à ne pas surenchérir lors de ventes aux enchères, les pionniers pouvaient alors devenir acquéreurs en ne déboursant guère plus que le prix minimal fixé par l'Ordonnance foncière de 1785 et défendre ainsi leur droit à la propriété (Boorstin, 458). Les land associations, en évitant une inflation spéculative foncière, prouvèrent l'efficacité des initiatives citoyennes, véritables manifestations démocratiques comblant le vide législatif laissé par le gouvernement fédéral. Aussi les squatters, qui imposèrent en définitive une autogestion, obtinrent-ils l'aval non seulement du public, mais également des autorités. Ces dernières confirmèrent le système mis en place par les fermiers en adoptant en 1830-1832, puis de manière définitive en 1841, la Loi de Préemption, dite Loi du premier occupant : tout cultivateur indépendant, adulte, de sexe masculin, travaillant et vivant sur une terre fédérale, pouvait acheter jusqu'à 160 acres, soit un quart de section, au prix de $1,25 l'acre. Parce qu'ils s'étaient installés librement sur une terre, non pour déroger à la loi, mais pour pallier les déficiences bureaucratiques du plan cadastral, ces hommes et les femmes de la Frontière reçurent, certes après de nombreuses luttes et de nombreux drames, le soutien de la nation toute entière. Implantés en territoire indien, ils furent par ailleurs reconnus, voire acclamés, comme les hérauts de la « civilisation ».

Les investisseurs fonciers, ces libres entrepreneurs

9Alors que sur la Frontière s'affairaient les agents du cadastre, dans les villes de l'Est, notamment à New York et à Philadelphie, la vente des terres de l'Ouest devenait l'une des activités financières les plus dynamiques. Bien qu'il lui fût toujours possible localement, c'est-à-dire dans les territoires eux-mêmes, d'acheter une parcelle, le pionnier fraîchement débarqué découvrait généralement que la terre qui avait ses préférences n'était plus la propriété des autorités fédérales, mais celle de compagnies foncières. S'il s'en portait acquéreur, il l'obtiendrait à un prix beaucoup plus élevé que le prix minimal fixé par le Congrès, suite à l'inflation pratiquée par les investisseurs. Celle-ci entraînait pour les candidats à la propriété de fréquents endettements, les obligeant, pour peu qu'une mauvaise récolte les ait rendus encore moins solvables, à restituer la totalité de leurs terres, sans qu'il soit tenu compte des premiers règlements. Spéculateurs privés ou autorités fédérales, les vendeurs récupéraient ainsi non seulement des terres souvent bonifiées (puisque cultivées), mais également l'intégralité des versements effectués par les settlers. Comme le signalèrent en 1813 les Archives de l'Indiana, alors Territoire :

Beaucoup de nos colons ont acheté leurs terres au Gouvernement des Etats-Unis, et en bien des cas ils ont dépensé jusqu'à leur dernier sou pour leur premier paiement, pensant que par leur industrie, et grâce aux produits de la terre elle-même, et à la vente de leur surplus, ils seraient en mesure de s'acquitter... (d'Haucourt, 49).

  • 12 Certes, tous les Américains, notamment les populations urbaines de la côte Est, ne répondirent pas (...)

10Les familles voyaient de la sorte diminuées leurs chances de se procurer des terres à bas prix et d'accéder rapidement à la propriété. Pourtant, c'était en acquérant des terres "vierges" que les nouveaux venus se libéreraient des contraintes et des frustrations passées. Qu'était donc cette Amérique qui bafouait sans scrupules ses promesses de liberté ? Quelle était donc cette Amérique aux espaces infinis et pourtant si parcimonieuse dans l'offre qu'elle en faisait ? Archétype de l'Américain tel que le définissait Thomas Jefferson, le farmer, ce cultivateur indépendant qui n'avait plus guère de point commun avec le "fermier" d'Europe, devait ainsi souvent acquérir au prix fort la liberté de "faire peau neuve", de prendre un nouveau départ12.

  • 13 L'Ohio fut admis dans l'Union en 1803.

11Ce nouveau départ, il le prenait dans un premier temps en Ohio, qui, de par sa situation géographique, fut très tôt13 l'objet de transactions foncières. La Compagnie de l'Ohio, fondée en 1786 par le général Rufus Putnam, ancien géomètre fédéral, s'était fixé pour but d'acquérir des terres à un prix inférieur à celui déterminé par l'Ordonnance de 1785. La compagnie non seulement proposa d'acheter aux autorités fédérales les terres qu'elle convoitait aux deux tiers de leur valeur, soit 66 cents l'acre, mais d'en financer également l'achat, non pas par un paiement au comptant comme l'exigeait l'Ordonnance, mais grâce à des certificates of indebtness, reconnaissances de dettes contractées auprès d'investisseurs de Nouvelle Angleterre, ce qui revenait à les payer 8 ou 9 cents l' acre, soit un dixième de leur valeur initiale. Le Congrès accepta l'offre, mais imposa à la Compagnie de l'Ohio d'acquérir pour 2 millions d'hectares. Comme cette dernière en avait initialement proposé 600 000, le ministre du Trésor fédéral, William Duer, par ailleurs président de la Compagnie de la Scioto, autre compagnie foncière, acquit les 1,4 millions d'hectares restants ; chaque partie était gagnante, même si, pour cause de banqueroute, Duer dut ultérieurement restituer les terres au Congrès (Merk, 104-105).

12Les Etats fondateurs qui n'avaient pas encore cédé la totalité de leurs terres au gouvernement fédéral entendirent également tirer parti de cette aubaine financière. Pour 40 cents l'acre, le Connecticut vendit ainsi sa Western Reserve - 1,2 million d'hectares au nord de l'Ohio - à Oliver Phelps de Phelps and Gorham, groupe d'associés. En 1787, ce même Etat se dessaisit du Symmes Tract, bande de terre à l'extrême sud-ouest de l'Ohio, au profit d'un investisseur du New Jersey qui en revendit des parcelles aux résidents de son Etat après avoir engrangé de confortables bénéfices (Merk, 114-115). Le particulier qui se portait acquéreur de terres auprès de l'administration fédérale ne pouvait par conséquent lutter à armes égales avec de tels investisseurs. En effet, à part quelques exceptions, les opérations foncières à grande échelle profitaient en premier lieu aux classes aisées, particuliers ou compagnies, ainsi qu'au gouvernement fédéral qui, au lendemain d'une guerre d'Indépendance ruineuse, voyait là un moyen efficace de renflouer ses caisses en vendant aux enchères d'innombrables hectares du domaine public. Ces opérations valurent du reste aux autorités de Washington la réputation de s'être compromises dans une véritable spéculation au dépens du citoyen.

  • 14 Organisé de manière méthodique, sans excès spéculatif, le peuplement de la Western Reserve permit à (...)
  • 15 comme ce fut le cas pour la Compagnie de l'Ohio.

13Au-delà des bénéfices escomptés, certains investisseurs avaient imaginé de véritables projets de société, comme Oliver Phelps qui, après avoir acquis la Western Reserve, aida des communautés entières à s'implanter le long de la Frontière, organisant non seulement la vente de parcelles auprès de résidents de Nouvelle Angleterre, mais concevant également jusqu'au moindre détail les plans urbains des nouvelles “villes” (Brown, 220-227)14. Cependant, tous les investisseurs n'avaient pas ce souci, préférant, en règle générale, empocher le fruit de l'enchère, même si eux-mêmes n'avaient pas, pour cause de paiement échelonné15, fini d'acquérir les terres proposées à la revente. Parmi les escroqueries les plus célèbres figure celle de la Compagnie de la Scioto qui, en 1790, “vendit” en Ohio 60.000 hectares de terre à 600 aristocrates parisiens fuyant la Révolution française : lorsque ces réfugiés politiques débarquèrent en Ohio, ils constatèrent que les terres dûment payées avaient été conjointement vendues, par cette même compagnie, à des pionniers américains ; compatissant, le gouvernement fédéral leur alloua un terrain dans le sud de l'Etat, le French Tract, où ils fondèrent... une Cité des Gaulois, Gallipolis (Wood, 277).

14La fameuse loi de préemption de 1830 en faveur du premier occupant entraîna, elle aussi, de nombreux abus, dans la mesure où certains spéculateurs multiplièrent les demandes, en prétextant un nombre élevé de "cultivateurs indépendants" au sein d'une même famille. Ces pratiques confirmaient un constat : ce n'était pas tant les produits de la terre que les plus-values foncières qui enrichissaient. “En Amérique, c'est en spéculant sur les terres qu'on se fait de l'argent”, avait déclaré Jacob Schramm, agriculteur qui, après avoir créé sur ses terres une voie de deux kilomètres rejoignant la Route nationale, en monnaya le passage auprès de ses voisins plutôt satisfaits de ce service (d'Haucourt, 79). Alors qu'en France, selon la devise de la République, la liberté est indissociable de l'égalité, l'association est loin d'être automatique aux Etats-Unis. En d'autres termes, si en Amérique la liberté garde un caractère idéologique, elle est en outre envisagée comme le droit de chacun de vendre et d'acheter à sa guise. Moins égalitaire, plus pragmatique, cette liberté sera donc l'un des acteurs du progrès de la nation américaine.

15La fièvre spéculative se manifestait donc à chaque nouvelle vente, à chaque nouvelle transaction, comme lors de la vente des military bounties, ces concessions de propriété accordées, dans le Territoire du Nord-Ouest, aux soldats ayant participé aux différentes guerres indiennes ainsi qu'à la guerre d'Indépendance (Billington, 202). Exsangues après ces multiples conflits, le Congrès et les Législatures des différents Etats avaient décidé de remercier les sauveurs de la démocratie américaine en les payant avec la seule monnaie dont ils disposaient : des warrants, c'est-à-dire des terres dans les nouveaux territoires. Toutefois, l'enthousiasme modéré de ces soldats à s'installer sur la Frontière incita très vite les autorités fédérales à adopter une loi leur permettant d'échanger ces parcelles contre des scrips, bons recevables aux bureaux des terres et qui furent rapidement cotés en bourse. La progression vers l'Ouest aidant, des familles finirent par s'établir dans ces contrées : cependant, si elles participèrent progressivement au peuplement des nouveaux territoires, ce n'était pas sans qu'une opération financière ait rapporté au détenteur initial des terres quelque profit.

  • 16 Il s'agissait en effet de prairies couvertes de hautes herbes aux racines profondes, de terres argi (...)

16Avec le temps, néanmoins, les terres offertes aux nouveaux venus perdaient de leur attrait : reliquats de la loi de préemption, dans la mesure où les premiers occupants s'étaient attribués les meilleurs terrains, elles étaient rarement de premier choix16. De plus, conséquence de l'avancée pionnière, elles se situaient dorénavant dans le Grand Désert américain, cette immensité soumise à des conditions climatiques extrêmes et "infestée" de populations indiennes. Aussi le président Abraham Lincoln signa-t-il en 1862 la Loi agraire, le Homestead Act, qui mettait un terme à la Loi de Préemption de 1830. La nouvelle législation permettait désormais à tout individu masculin de vingt et un ans et plus de devenir propriétaire d'une parcelle de 160 acres, à condition de travailler cette terre pendant une période minimale de cinq ans. Désireux de peupler les territoires situés à l'ouest du Mississippi, le gouvernement fédéral adopta une loi qui permettrait ainsi de "combler" les vides, et donc de faire battre en retraite l'ennemi indien : passée dans les années 1860 lorsque la révolte des Sioux était particulièrement vive, cette mesure eut assurément une influence majeure sur le peuplement de l'Ouest. Profitant d'une occasion inespérée de devenir propriétaires à moindres frais, de nombreux Européens, notamment allemands et Scandinaves, répondirent de fait à cet appel magique, quasi magnétique de la terre. Or, si entre 1862 et 1900 les nouvelles législations permirent au gouvernement fédéral d'octroyer 32 millions d'hectares à 600.000 familles, ces terres ne représentent qu'une goutte d'eau en regard des 210 millions d'hectares attribués aux compagnies de chemin de fer, aux différents Etats, ainsi qu'aux investisseurs privés. En outre, parmi les 600.000 bénéficiaires cités, on estime qu'une large proportion ont agi pour le compte de représentants de sociétés foncières, minières ou forestières (Jones, 289). La liberté de tirer parti de ces terres s'appliqua ainsi plus généreusement que celle d'en acquérir à des fins agricoles.

Terres ferroviaires et intérêt public

  • 17 Dans “Les Américains et leur territoire”, Cynthia Ghorra-Gobin indique que 33,1 % du territoire amé (...)

17Ces disparités entre bénéficiaires des octrois fédéraux s'expliquent par le mécanisme même d'attribution des terres. Dans sa gestion du Domaine public, le Congrès avait mis en place deux types de répartition : d'une part la vente aux personnes physiques, d'autre part la cession aux Etats et aux compagnies ferroviaires, les terres restantes demeurant propriété fédérale. Si ces dernières représentent un tiers du territoire américain (avec d'énormes variations d'un Etat à l'autre)17, les terres concédées-et non vendues-le furent pour des raisons d'utilité publique. C'est ainsi que les Etats reçurent 7 % du territoire national, tandis que 12 % des terres furent allouées pour la création d'écoles et 13 % offertes aux compagnies ferroviaires (Charles & Masseport, 23). Parallèlement aux dispositions législatives en faveur du peuplement de l'Ouest, ces concessions faites aux chemins de fer avaient pour but - avoué - d'implanter la "civilisation" en territoire indien. "Le cheval de fer", comme l'appelèrent les Natifs d'Amérique, joua ainsi, comme avant lui les voies d'eau et les pistes pionnières, un rôle déterminant dans le développement de l'Ouest.

  • 18 Si la construction de la première ligne, la Mohawk and Hudson Railroad, débuta dès 1826, la railway (...)
  • 19 Concession accordée en 1864.
  • 20 Pour cette source se reporter aux entrées chronologiques.

18Les compagnies n'obtenaient pas seulement des terres sur lesquelles passeraient les voies ferrées, concession plutôt logique, mais aussi de grandes étendues le long des tracés ferroviaires que ces sociétés revendraient, parcelle par parcelle, à des cultivateurs, l'argent de l'opération servant à financer les travaux. Le consortium18 qui profita tout particulièrement de ces dispositions fut la Northern Pacific Railroad, laquelle fut à la tête de 16 millions d'hectares19 – immense territoire, on en conviendra – répartis le long de ses 3000 kilomètres de voies, soit une bande de terre d'une largeur de 150 kilomètres en moyenne. Si la concession la plus généreuse revint à la Northern Pacific, la compagnie Illinois Central Railroad fut la première à bénéficier de ces octrois de terres, le futur Président Abraham Lincoln ayant officiellement confirmé cette attribution dès 1850 (Draffan)20. Peut-être, parce qu'il en avait été l'un des avocats, Lincoln avait-il à cœur de soigner les intérêts de ce groupe financier. Peut-être ce président, qui accorda plus de terres à ces compagnies que ses prédécesseurs et successeurs, gardait-il aussi une certaine amitié pour le monde du chemin de fer, acceptant dans son gouvernement de hauts responsables ferroviaires, avec les conséquences que l'on imagine sur la politique foncière des Etats-Unis (Lewis, 17).

19Des millions d'hectares qui devaient ainsi être destinés aux farmers furent vendus à ces conglomérats et à leurs filiales forestières, minières et immobilières. Ces abus conduisirent le Bureau fédéral des terres à mettre en accusation, à plusieurs reprises, certaines sociétés, comme, en 1885, la compagnie forestière Montana Improvement Company, pour déboisement abusif ; même si la charge retenue permit de prouver que cette dernière avait l'aval de la Northern Pacific, véritable propriétaire des lieux, l'affaire fut classée, le gouvernement n'ayant pu réunir les fonds nécessaires pour poursuivre son action en justice (Rae, 211-230). A la même époque, la Northwestern Improvement Company, autre filiale de la Northern Pacific, fut mise en cause par l'administration fédérale pour avoir déboisé, dans l'Etat de Washington, des terres du Domaine public ; là encore, faute de témoins, les poursuites judiciaires s'arrêtèrent (Draffan). Pourtant, dès 1871, la Convention Anti-Monopole des Cultivateurs réunie à Des Moines, en Iowa, avait mis en garde les autorités, précisant que “toute compagnie [était] soumise au contrôle du législatif” et qu'un tel contrôle “devait être exercé à tout moment pour empêcher que les grands groupes financiers ne deviennent des machines oppressives (Draffan). A quoi il fut répondu que le Quatorzième amendement de la Constitution, qui prévoyait qu'“aucun Etat ne [pouvait] priver quelque personne que ce soit de la vie, de la liberté, ou de la propriété, sans engager des poursuites judiciaires appropriées”, s'appliquait aussi aux personnes morales, c'est-à-dire aux entreprises privées : ratifiée en 1868 pour protéger les populations noires, cette législation fut brandie en maintes occasions comme fer de lance de la liberté d'entreprise. Des poursuites engagées entre 1890 et 1910 auprès de la Cour Suprême fédérale au nom du Quatorzième Amendement, dix-neuf concernèrent des Noirs, 288 des entreprises privées” (Draffan).

  • 21 78 % des terres de la Weyserhaeuser furent achetées à la Northern Pacific ; celles-ci se situent da (...)

20On retrouve le même conflit encore entre les agriculteurs indépendants et le grand capital, lorsqu'en 1891 la Great Northern somma des farmers établis depuis une vingtaine d'années le long de la Red River dans le Dakota du Nord d'évacuer ces terres, les 25 millions d'hectares ainsi libérés devant être vendus à une autre société ferroviaire, la Manitoba Railroad. Là où la compagnie n'obtint pas satisfaction, le gouvernement fédéral autorisa la Great Northern à choisir des terres du Domaine public, ce qu'elle fit en jetant son dévolu sur des terres boisées dans le Montana, en Idaho, et dans l'Etat de Washington. Comme le confirmera en 1914 le rapport fédéral sur l'exploitation forestière, 11 % des terres forestières des Etats-Unis étaient alors aux mains de trois grands propriétaires : la Southern Pacific, la Northern Pacific et la Weyerhaeuser, compagnie créée par Frederick Weyerhaeuser, investisseur de la Northern Pacific à laquelle il acheta des centaines de milliers d'hectares de forêts (Draffan)21

  • 22 La création fut effective à partir du 1 mars 1898.

21En 1897, alors que les Forest Reserves étaient sur le point d'être créées22, le président William McKinley signa un amendement (Pettigrew Amendment) suspendant la création de six de ces forêts afin d'en permettre l'exploitation forestière et minière par des entreprises privées. Comme le publia en janvier 1907 la revue Cosmopolitan Magazine, le ministre Cornelius Bliss, qui fut l'un des initiateurs de l'amendement "était alors, comme toujours, un homme d'affaires et un acteur ferroviaire. [...] Il semblerait, et les circonstances semblent corroborer cette accusation, que le projet ait été concocté dans le Bureau des terres de la Northern Pacific Railroad Company à Saint Paul, et dans l'intérêt de la Weyerhaeuser" (Norcross, 258). Autre invraisemblance encore que les circonstances qui présidèrent à la création du Parc national et de la Forêt nationale du Mont Rainier en 1897 : parce que ce sommet était situé sur des terres de la Northern Pacific, et non pas fédérales, les autorités de Washington durent échanger 200.000 hectares d'excellentes terres boisées situées en Oregon, dans l'Etat de Washington, au Montana, en Idaho, dans le Dakota du Nord, au Minnesota et au Wisconsin contre des terres ferroviaires d'une superficie identique mais de qualité bien inférieure (Osborn).

  • 23 Entre autres exemples : en 1854, la concession de la Minnesota & Northern Railroad fut annulée pour (...)

22Dictant la loi du marché, les compagnies de chemin de fer et leurs filiales imposèrent ainsi leurs conditions au pouvoir en place, versant, si besoin était, des dessous de table à certains membres du gouvernement23. Toutefois, les autorités de Washington réagirent, avec plus ou moins d'efficacité, légiférant, comme lors de l'adoption du Sherman Antitrust Act en 1890, contre le monopole de certains grands consortiums. Outre les diverses lois, le gouvernement fédéral, en la personne du président Calvin Coolidge, demanda en 1924 un bilan de la gestion des terres de la Northern Pacific ; le rapport, rendu seize années plus tard, conclut, entre autres malversations, au caractère douteux, voire frauduleux, avec lequel la compagnie s'était procuré une partie de ses terres, à commencer par celles obtenues lors de la création du Parc national du Mont Rainier, mais aussi ces 1.816.000 hectares acquis ici et là "par erreur". L'adoption en 1940 du Transportation Act obligea la Northern Pacific à restituer 1.160.000 hectares et à verser 300.000 dollars d'indemnité pour les 700.000 hectares qu'elle ne pouvait rétrocéder (Draffan). Au fil des ans, le Bureau fédéral des terres est ainsi parvenu à récupérer une partie de ces concessions, soit, depuis le milieu du dix-neuvième siècle, un tiers des terres initialement octroyées.

23Bien entendu, ces politiques foncières ne sont pas sans répercussions sur les pratiques actuelles. Par le biais des créations de filiales, les terres de la Northern Pacific, pour ne citer qu'elle, sont en grande partie sous le contrôle de compagnies forestières et minières, comme la Weyerhaeuser ou la Plum Creek. Non seulement, au dix-neuvième siècle, ces terres échappèrent aux familles pionnières, mais elles furent par ailleurs exploitées, défigurées, polluées. Aussi des associations écologiques s'emploient-elles depuis plusieurs années à freiner ces exploitations excessives, telles le Lands Council, créé en 1983, qui milite contre les abus de l'exploitation forestière et minière dans la vallée de la Columbia (Etats de Washington, Oregon, Idaho et Montana). Comme le publia en septembre 1998 John Osborn, fondateur du Lands Council, dans un article intitulé “Looters of the Public Domain”, “l'histoire des terres publiques aux Etats-Unis, et tout particulièrement dans l'Ouest, est marquée par une appropriation des terres indiennes suivie du pillage organisé par les grandes entreprises”. Osborn met en effet en garde contre “une nouvelle génération d'escrocs, plus subtils et plus rapides dans leurs agissements, ayant acquis une expérience précieuse dans le pillage du domaine public”, une génération ayant asservi un Congrès “qui interprète les lois foncières de façon à répondre aux exigences de compagnies cupides, sans égard aucun pour les droits du citoyen” (Osborn).

24Les défenseurs du Domaine public, qui soulignent que ce dernier avait été initialement créé dans "l'intérêt public", se révoltent notamment contre la pratique des land swaps, ces échanges de terre à la manière de ceux pratiqués lors de la création du Parc national du Mont Rainier, et qui consistent à céder des terrains ferroviaires contre des terrains fédéraux pour mettre fin au checkerboard. Ce système d'"échiquier", qui fait alterner domaine public et domaine privé le long des voies ferrées, avait été mis en place dès le milieu du dix-neuvième siècle dans le but d'accroître la valeur des terres fédérales. Aujourd'hui caduque, cette distribution foncière cède dorénavant la place à la politique des land swaps dont l'objectif est de rassembler, en les échangeant, un grand nombre de terres publiques afin d'en faciliter la gestion et de créer des habitats naturels visant à protéger certaines espèces animales en voie d'extinction. Cependant, si "sur le papier, ça marche", comme le confesse Janine Blaeloch, fondatrice et directrice du Western Land Exchange Project, ces terres du Domaine public, souvent généreusement boisées, sont troquées contre des terres "écologiquement dégradées" (Blaeloch). Sans compter les millions d'hectares fédéraux ainsi "emprisonnés" entre des propriétés privées et donc exploités "par erreur", une erreur que Janine Blaeloch estime à 10 % du territoire fédéral. Le Western Land Exchange Project estime qu'environ deux cents échanges auraient ainsi lieu chaque année, allant de quelques hectares à des étendues immenses, comme lors de la transaction réunissant, en 1996, en Arkansas et en Oklahoma, la société Weyerhaeuser et le Service des Forêts : non seulement 72.000 hectares de marécages incultes furent échangés contre 20.000 hectares de terres publiques couvertes de conifères, mais la compagnie conserva ses droits d'exploitation minière, gazéifère et pétrolière sur les 53.000 hectares “échangés” (Blaeloch).

  • 24 Selon l'Alaska Wilderness League, 129.000 caribous se réunissent annuellement sur les plaines côtiè (...)
  • 25 Comme le déclara Jimmy Carter lors de sa présidence : “Ces vastes étendues, cette ouverture sont pr (...)

25Dans ce cas comme dans de nombreux autres, les réclamations fondées sur l'application de la législation sur l'environnement (dans le cadre du National Environment Policy Act) ne furent pas retenues par le Congrès. Dans ce cas comme dans de nombreux autres, les initiatives citoyennes dénonçant les malversations furent totalement ignorées. Pourtant, la législation prévoit que le Congrès peut se réserver le droit “de modifier, d'amender ou d'annuler” les concessions si celles-ci ne sont pas dans “l'intérêt public” : il serait par conséquent tout à fait imaginable, comme le souligne Janine Blaeloch, que le Congrès estime ces terres en danger et décide de les classer comme des écosystèmes sans avoir à troquer des terres fédérales pour y parvenir. Au vu des opérations liant autorités et groupes privés, le citoyen peut s'interroger sur la nature de l'"intérêt public" que le gouvernement fédéral choisit de privilégier. L'association Alaska Wilderness League, qui œuvre dans cet Etat pour protéger l'Arctic National Wildlife Refuge, une réserve naturelle de 7,5 millions d'hectares, ainsi que les hommes et les espèces animales et végétales qu'elle abrite, se heurte aux exigences de grandes compagnies pétrolières, notamment la British Petroleum, soutenues par le président George Bush, lesquelles ne comptent pas se laisser brûler la priorité par quelques caribous, loups et grizzlys en maraudage (AWL)24. Comme rétorquent les défenseurs du “Serengeti de l'Amérique”25, celui-ci est “l'un des derniers vestiges de la Frontière américaine, qui a donné corps à notre identité nationale, actuellement en passe d'être détruit par ceux qui sont déterminés à trouver du pétrole sous sa fragile toundra” (AWL). Projet d'autant plus ridicule que, comme le pressentent les experts du Bureau fédéral d'études géologiques, les réserves pétrolifères présentes dans le sous-sol du refuge arctique alimenteront l'Amérique dans le court terme seulement. Dans la même ligne, tout comme les entreprises ferroviaires au dix-neuvième siècle reçurent le soutien des autorités de Washington, ces dernières viennent de confirmer, après les “événements” du World Trade Center du 11 septembre 2001, leurs aides financières aux entreprises en difficulté...

  • 26 En réalité, au lendemain de la Proclamation de 1763 qui confirmait en Amérique ta victoire anglaise (...)

26Afin de gérer efficacement le territoire immense qui venait de lui échoir, la Jeune République américaine dut très tôt définir un cadre juridique qui offrirait à tous, selon l'esprit démocratique qui avait accompagné la naissance de la nation, l'accès à la terre. Il incombait alors aux Etats-Unis de combler un vide politique, tout en contrôlant la liberté avec laquelle certains pionniers investissaient le continent. En choisissant, un peu comme l'avait anticipé Jean-Jacques Rousseau dans le Contrat social, de maîtriser l'individu dans l'intérêt du groupe social, les autorités américaines relevèrent un immense défi dans lequel ni la France ni la Grande-Bretagne, anciennes grandes puissances coloniales en Amérique, ne s'étaient lancées26. Parallèlement, et c'était là un projet d'envergure, cette gestion territoriale devait tenir compte des rêves d'une société individualiste où chaque membre était à la “poursuite du bonheur”, selon les termes de la Déclaration d'Indépendance. Conscients des enjeux, même si parfois les autorités fédérales furent amenées à restreindre la liberté prise par certains squatters, les pionniers qui crurent en ces promesses occupèrent généralement les terres dans le respect des législations en vigueur. L'équilibre entre “ordre social” et “bonheur public”, pour reprendre les thèmes de Rousseau, semblait ainsi plutôt atteint.

27Toutefois, alors que les Etats-Unis établissaient un cadre juridique pour leur propre expansion, les intérêts financiers l'emportaient chaque jour davantage sur les considérations sociales : injustice faite au citoyen ordinaire, la spéculation et les concessions, notamment celles accordées aux chemins de fer, furent malheureusement à l'origine de scandales financiers, retardant, entravant même, les familles dans leur libre accès à la terre. Aussi la liberté, garantie par le Premier Amendement, se mesurait-elle de plus en plus souvent à l'aune du pouvoir ; pire encore, elle en était devenue l'un des corollaires. Pierre angulaire de la démocratie américaine, la libre entreprise s'employait donc à façonner le monde à sa manière. Comme l'avait affirmé dès 1776 Adam Smith, dans ses Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, du travail de l'homme venait la richesse, ce qui conduisait à considérer l'intérêt privé comme le moteur de l'économie. Comme le prouvent les méandres économiques et juridiques de l'histoire des terres de l'Ouest américain, il n'est de pratique de la liberté qui ne s'appuie sur une dynamique individualiste, et protestante, que celle-ci soit la liberté des familles de s'établir ou celle des investisseurs de s'enrichir. En d'autres termes, si la liberté, en théorie, est un concept relativement universaliste, une sorte d'idéal guidant la communauté dans ses actes, ce furent les espoirs d'une libération sociale de nature individualiste qui nourrirent la confiance dans les vertus du libéralisme.

Bibliographie

Œuvres citées

Billington, Ray Allen, 1960. Westward Expansion: A History of the American Frontier. New York: The MacMillan Company.

Boorstin, Daniel, 1991. Histoire des Américains. Paris : Robert Laffont.

Charles, Christian et Masseport François, 1993. Economie et société aux Etats-Unis depuis 1945. Paris : Ellipses.

Clark, Thomas D, [1959] 1969. Frontier America: The Story of the Westward Movement. New York : Charles Scribner's Sons.

D'Haucourt, Geneviève, 1961. La Vie agricole et rurale dans l'Etat d'Indiana à l'époque pionnière. Paris : Mouton & Compagnie.

Ghorra-Gobin, Cynthia, 1987. “Les Américains et leur territoire ; Mythes et réalités.” Documentation Française, Notes et études documentaires 4828.

Holbrook, Stewart H, 1947. The Story of American Railroads. New York : Crown Publishers.

Jones, Maldwyn A, 1983. The Limits of Liberty ; American History 1607-1980. New York & Oxford : Oxford University Press.

Lewis, John J, “Consolidation of Railroads and the Proposed Great Northern-Northern Pacific Unification.” Harvard Business Review (July 1928).

Lindsey, David, “Place Names in Ohio's Western Reserve.” Names 2 (March 1954) 40-45.

Merk, Frederick, 1978. History of the Westward Movement. New York: Alfred A. Knopf.

Meyrs, Gustavus, [1936] 1936. History of the Great American Fortunes. (1909) New York: Modern Library.

Norcross, Charles P, 1907. “Weyerhaeuser - Richer Than John D. Rockefeller.” Cosmopolitan 42 (January), 252-259.

Rae, John Bell, 1938. “Commissioner Sparks and the Railroad Land Grants.” Mississippi Valley Historical Review 25 (Sept.),211-230.

Wood, Mary Elizabeth, 1976. French Imprint on the Heart of America. Evansville, Ind: Unigraphic.

Sources en ligne

Alaska Wilderness League (The). “The Arctic National Wildlife Refuge; Stop the Dril ling.

http://www.alaskawild.org/arcticrefuge_intro.html

Blaeloch, Janine. “Land Exchanges Threaten Public Lands.” Western Land Exchange Project :

http://www.westlx.org/archives/rrccnewsfin.html.

Draffan, George. “Chronology of the Northern Pacific & Related Land Grant Railroads.” Public Information Network :

http://www.endgame.org.

Osborn, John. “Looters of the Public Domain.” The Land Council :

http://www.landscouncil.org.

Notes

1 La taille des townships devait cependant aux lois de préemption de la Caroline du Nord et des concessions accordées par la Virginie pour l'établissement des frontier stations, de 640 acres justement.

2 La crise économique de 1819-1822 incita les autorités à abaisser encore la taille des terrains à 80 acres (32.5 hectares), soit un huitième de section (d'Haucourt, 48). Plus tard, lorsque les pionniers approcheront les grandes plaines plus propices à l'élevage qu'à la culture, la taille des parcelles augmentera à nouveau, atteignant, par exemple, une moyenne de 227 acres (90 hectares) dans le Dakota du Sud et de 277 acres (110 hectares) dans le Dakota du Nord en 1890 (Jones, 289)

3 Il fallait en outre aux squatters plusieurs journées de marche à travers les forêts et les marécages pour gagner le bureau des terres le plus proche.(d'Haucourt 47)

4 Territoire qui s'étendait de l'Ohio au Mississippi en englobant la région des Grands Lacs.

5 Daniel Boone, tour à tour chasseur, marchand, éleveur, fermier et arpenteur, après un premier échec pour rejoindre les riches pâtures du Kentucky en 1767, repartit en 1769, en compagnie de quatre compagnons, pour enfin gagner le pays du Blue Grass, puis le territoire du Missouri. Le succès de son expédition, dont les membres revinrent chargés de pelleteries, confirma surtout que seul un groupe de pionniers, et non un aventurier solitaire, pouvait conquérir l'Ouest sauvage. Cette constatation eut une incidence sur le futur peuplement des territoires. En frayant par ailleurs en 1775 la Wilderness Road, célèbre piste trans-appalachienne, Boone permit à des milliers de colons de se lancer dans l'aventure de.l'Ouest (Billington 160-66).

6 « comme les appellent quelquefois avec un certain mépris les habitants des états atlantiques » (Billington 118)

7 “Là où Boone avait établi son camp (Boone's Camp) en 1769-71, le juge Richard Henderson qui finançait les entreprises de Boone, entreprit en 1775 l'édification d'un fort qu'il appela Boonesborough. Auto proclamé chef de la colonie, Henderson constitua une assemblée législative regroupant les délégués des établissements du Kentucky. Cette initiative qui déplut aux Représentants de Virginie incita en 1776 cet état à créer le Grand Comté du Kentucky, qui garda ce statut jusqu'en 1792, date à laquelle il devint un état à part entière.

8 La frontier station était aux habitants du Sud ce que la ville militaire était à ceux de Nouvelle Angleterre. Mais au contraire de la ville de Nouvelle Angleterre, elle indiquait le caractère temporaire et plus dispersé du peuplement des Virginiens.

9 Aux honoraires souvent prohibitifs réclamés par les avocats, les pionniers devaient ajouter les longues attentes imposées par les autorités fédérales pour l'obtention des patentes.

10 “Une partie du Texas, cadastrée au cours de la période mexicaine et de l'existence éphémère de la république texane, a conservé le cadastre hérité de cette époque, avec d'immenses domaines comme le King Ranch au Texas, plus grand qu'un département français avec son million d'hectares.” (Charles & Masseport 23).

11 Comme ces squatters s'étaient naturellement installés sur les meilleures terres – des terres fertiles ou avantageusement situées le long de rivières ou près des clairières -, elles trouvèrent rapidement preneurs.

12 Certes, tous les Américains, notamment les populations urbaines de la côte Est, ne répondirent pas à l'appel de la terre, préférant les avantages - relatifs – de leur vie citadine aux rigueurs de la vie agricole ; par ailleurs, faute d'immigration extérieure suffisante, la main d'œuvre des villes ne recevait que peu d'incitations à s'établir dans les nouveaux territoires, ce qui aurait eu pour conséquence d'augmenter les salaires urbains.

13 L'Ohio fut admis dans l'Union en 1803.

14 Organisé de manière méthodique, sans excès spéculatif, le peuplement de la Western Reserve permit à de nombreux colons du Nord-Est, victimes de l'appauvrissement de leurs terres, de divergences religieuses ou de lourdes taxes, d'envisager un nouveau départ Jusque dans les années 1830, ces terres furent achetées à l'avance, et souvent vendues par lots à des communautés déjà constituées, principalement au Massachusetts et au Connecticut ; après cette date, les flux migratoires de Nouvelle-Angleterre devinrent plus aléatoires en raison d'une spontanéité accrue dans le peuplement de ces contrées (Lindsey 40-45).

15 comme ce fut le cas pour la Compagnie de l'Ohio.

16 Il s'agissait en effet de prairies couvertes de hautes herbes aux racines profondes, de terres argileuses ou arides, ou bien encore de terrains soumis aux gels répétés.

17 Dans “Les Américains et leur territoire”, Cynthia Ghorra-Gobin indique que 33,1 % du territoire américain appartiennent à l'État fédéral, avec seulement 2,3 % dans le Nord-Est et plus de 60,4 % dans l'Ouest : les Etats de l'Ouest, comme la Californie avec 46 % de terres fédérales, l'Alaska 60.3 %, l'idaho, 63.8 %, l'Utah, 63.6 %, le Nevada, 86.1 %, possèdent les plus grandes terres fédérales. Ce principe de Domaine public conduira, à partir de 1872 lors de la création du Yellowstone, à la constitution de parcs nationaux et, à la fin du siècle, à celle de forêts nationales (Ghorra-Gobin 9).

18 Si la construction de la première ligne, la Mohawk and Hudson Railroad, débuta dès 1826, la railway mania frappa l'Amérique toute entière, avec, dès 1854, soixante-quatorze trains arrivant quotidiennement à Chicago. Cet essor ferroviaire redoubla de vigueur une fois l'hypothèque de la sécession levée : de 1869 à 1873 la longueur des voies progressa de 50 %. Dès 1882, les États-Unis possédaient la moitié du réseau ferroviaire mondial, et en 1900 la longueur totale des voies dépassait les 400.000 kilomètres (Charles & Masseport 26, 141). L'expansion de l'industrie ferroviaire a donc inévitablement conduit à l'émergence de grands groupes financiers, parmi lesquels la Great Northern qui, en 1900, comptait pas moins de quinze compagnies opérant sur 8.000 kilomètres.

19 Concession accordée en 1864.

20 Pour cette source se reporter aux entrées chronologiques.

21 78 % des terres de la Weyserhaeuser furent achetées à la Northern Pacific ; celles-ci se situent dans le Nord Ouest pacifique, et dans une moindre mesure, dans le Sud et la région des Grands Lacs.

22 La création fut effective à partir du 1 mars 1898.

23 Entre autres exemples : en 1854, la concession de la Minnesota & Northern Railroad fut annulée pour fraude. En 1857, la législature du Minnesota fut soudoyée par Russel Sage et James Hill (Myers). En 1867, le capital de la Union Pacific fut généreusement distribué à plusieurs membres du Congrès, incitant le gouvernement à mettre en accusation plusieurs politiciens, parmi lesquels James Garfield et Schuyler Colfax (Holbrook 171).

24 Selon l'Alaska Wilderness League, 129.000 caribous se réunissent annuellement sur les plaines côtières de l'Alaska, tout comme le font des millions d'oiseaux lors de leurs migrations. La réserve compte en outre des centaines d'ours polaires, grizzlys, loups, renards, aigles dorés, chouettes et oies des neiges.

25 Comme le déclara Jimmy Carter lors de sa présidence : “Ces vastes étendues, cette ouverture sont précisément ce qu'il y a de plus impressionnant dans cette réserve arctique. Le paysage le plus proche qui me la rappelle est la plaine du Serengeti en Afrique.”

26 En réalité, au lendemain de la Proclamation de 1763 qui confirmait en Amérique ta victoire anglaise sur la France, une tentative d'organisation territoriale eut lieu, qui échoua rapidement faute de politique de colonisation durable.

Auteur

Pascale SMORAG est maître de Conférences à l'université de Franche-Comté Besançon. Elle travaille principalement sur les noms des lieux en Amérique, sur la Ville et sur le domaine du public et du privé aux États-Unis. Elle a publié une dizaine d'articles analysant la toponymie du Middle-West, au Canada, dans la Vallée du Mississipi etc.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter