Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liberté / Libertés

 | 
Sylvia Ullmo

II. Représentations et territoires de la liberté

“French Liberty/British Slavery” : Figures de la liberté en Angleterre pendant la Révolution française

Isabelle Bour

Texte intégral

1Mon propos se situera en marge des débats théoriques sur la notion de liberté qui constituent l'un des axes de ce colloque, dans la mesure où, dans la configuration d'auteurs, de questions que je vais envisager, la notion de liberté est utilisée de manière tactique, sans qu'elle soit toujours problématisée. En vérité, l'absence de définition de la notion fait souvent partie des stratégies rhétoriques des hommes politiques et des écrivains britanniques qui se sont inscrits dans le débat sur la Révolution française dans les années 1790.

2Je me concentrerai sur les réactions aux Rights of Man de Thomas Paine, publiés en 1791 (pour la première partie) et 1792 (pour la seconde), ainsi que sur les effets de cette oeuvre dans le champ littéraire au sens large. Pour comprendre Paine, il est indispensable de se pencher auparavant sur les Reflections on the Revolution in France d'Edmund Burke, publiées en 1790, puisque Paine a écrit son ouvrage spécifiquement en réaction à celui de Burke. Ce type d'interaction dialectique forte est caractéristique de la production littéraire des années 1790, très marquée par la Révolution française.

3Plus précisément encore, j'étudierai l'intertextualité de l'année 1792, année-charnière de la décennie révolutionnaire, puisque c'est à ce moment-là que la révolution se radicalise : le 20 juin, la foule parisienne envahit les Tuileries ; le 10 août, la monarchie est suspendue, pour être abolie le 21 septembre, après des massacres au début du mois qui constituent une amplification de la violence contre le clergé et l'aristocratie. A l'exception d'un seul, les textes que j'examinerai ont été écrits avant l'abolition de la monarchie, c'est-à-dire à une période où les sympathisants britanniques de la Révolution française n'avaient pas lieu de renier leurs convictions, dans la mesure où les réformes politiques françaises pouvaient encore apparaître comme une extension, et un dépassement assez heureux, de la monarchie parlementaire britannique.

4J'essaierai de montrer que la notion de liberté est à la fois omniprésente et difficile à cerner, aussi familière qu'une personnification allégorique dont la signification précise finit par échapper à ceux qui l'ont vue mille fois sans vraiment la voir. Je tenterai également de montrer que la liberté s'inscrit souvent dans des configurations logiques argumentatives qui jouent sur l'antithèse, le renversement, l'équation spécieuse, bref sur toutes sortes de manipulations de la dualité.

James Gillray. French Liberty. British Slavery. Etching, 1792

5Frenchman ; Sacredieu ! Vat blessing he de Liberté. Vive l'assemblé nationale !—no more Tax ! no more slavery ! – all free Citizen ! – ha hah ! God how we live ! we swim in de Milk and Honey !

6Briton : Ah ! this cursed Ministry ! they'll ruin us, with their damn'd Taxes ! — Why, Zounds ! they're mating Slaves of us all, and starving us to Death !

7Commençons par examiner une gravure de James Gillray, le caricaturiste le plus célèbre de la période. Elle s'intitule French Liberty. British Slavery, et fut publiée à la fin de l'année 1792. L'image, comme son titre, est double, et symétrique. A gauche, un Français fort maigre, vêtu de haillons, auprès d'un âtre qui fume ; les murs de sa cuisine sont lépreux, et il n'a que des poireaux à manger ; le Britannique, quant à lui, fort gras (avec des traits qui évoquent ceux du roi Georges III), est attablé devant une gigantesque côte de boeuf, il boit de la bière, et conclura son repas avec un vin fin, probablement du porto, comme le donne à penser la carafe qui se trouve à sa gauche. La mince ligne qui sépare les deux parties de l'image figure en quelque sorte la Manche, ainsi que la ligne de partage des eaux idéologiques. Paradoxalement, le Français famélique est content de son sort, il s'enthousiasme, dans un anglais humoristiquement gallicisé, pour la liberté qui règne en France, et la suppression d'impôts iniques ; c'est un sans-culotte, qui arbore un bonnet phrygien, mais la présence d'une épée et d'un violon à ses pieds, ainsi que le nœud que l'on voit au bout de ses longs cheveux, donne à penser qu'il s'agit d'un aristocrate acquis aux idées révolutionnaires. A ce propos, Burke évoque dans ses Reflections on the Revolution in France, la présence, parmi les révolutionnaires, de « discontented men of quality ». Le Britannique, tout privilégié qu'il soit, se plaint de son sort, et a le sentiment que la charge fiscale qui pèse sur lui va le réduire en esclavage. (Les termes de liberté et d'esclavage, ou de servitude, auraient nécessairement évoqué pour un spectateur britannique de cette image le débat sur la traite des noirs qui était alors extrêmement vigoureux, mais je ne m'attarderai pas sur ces connotations.) L'image est indubitablement allégorique, même si les deux personnifications sont paradoxales, et ironiques. On notera que le côté anglais de l'image contient aussi une allégorie plus traditionnelle, puisque une petite statue de Britannia se tient debout sur une applique murale ; son équivalent du côté gauche est une carte d'Europe montrant les conquêtes des armées révolutionnaires françaises. La France n'a plus besoin de symboles séculaires, elle agit !

8Comme c'est très souvent le cas chez Gillray, cette image est ambiguë : l'optimisme du Français montre l'aveuglement des emballements idéologiques, mais l'égoïsme du nanti britannique suggère que Gillray n'épousait pas l'auto-satisfaction de beaucoup d'hommes politiques britanniques, et de Burke en particulier, pour qui la monarchie parlementaire britannique constituait un modèle indépassable, qui ne pouvait requérir que des ajustements mineurs.

9Il y eut peu d'allégories de la liberté au XVIIIe siècle, même pendant la période révolutionnaire, car la liberté est difficile à représenter. Le tableau de Jean-Baptiste Regnault exposé en 1793 constitue une exception, où la représentation allégorique de la liberté est caractérisée par une sérénité qui occulte la violence déchaînée au nom de cette même liberté. Ce qui faisait obstacle à un renouvellement de l'iconographie, c'était le statisme traditionnel des personnifications allégoriques. Ce n'est qu'en 1830 que Delacroix sut insuffler à la liberté l'énergie sauvage qu'on associe à la fin de l'Ancien Régime. La représentation paradoxale et ironique de Gillray est donc une manière de rendre justice aux tensions sémantiques accompagnant le (re)surgissement de la notion dans le vocabulaire politique, tensions qui sont bien entendu également constitutives du processus révolutionnaire.

10Il est question chez Gillray de liberté, mais qu'entend-il par là ? Pour répondre à cette question, qui revient à cerner ce que le terme recouvrait pour Thomas Paine, il faut examiner l'armature conceptuelle des Reflections on the Revolution in France d'Edmund Burke. On précisera d'emblée que l'on n'établira pas de différence entre "liberty" et "freedom », les romancières et les hommes politiques qui nous préoccupent ici n'en faisant pas, pas plus d'ailleurs que beaucoup de spécialistes contemporains de la science politique. Burke, dans une lettre de novembre 1789, se fait le défenseur du régime britannique : “[a] Constitution of things in which the liberty of no one Man, and no body of Men and no Number of Men can find Means to trespass on the liberty of any Person or any description of Persons in the Society” (Cité dans Furet et Ozouf, 7). Il y a donc équilibre parfait dans le système des libertés, sans que la nature de la liberté concernée soit précisée (il s'agit en fait d'une liberté individuelle par absence d'interférence, garantie par une législation de type libéral). Cet emploi du terme « liberty » ou, au pluriel, « liberties », dans un sens qui n'est pas explicitement déterminé, est caractéristique de l'argumentation des Reflections, Burke renvoyant constamment, et sans les définir, aux libertés séculaires dont jouissent les Britanniques ; ainsi du passage suivant des Reflections :

You will observe, that from Magna Charta to the Declaration of Rights, it has been the uniform policy of our constitution to claim and assert our liberties, as an entailed inheritance derived to us from our forefathers, and to be transmitted to our posterity, as an estate specially belonging to the people of this kingdom without any reference whatever to any other more general or prior right. By this means our constitution preserves an unity in so great a diversity of its parts. We have an inheritable crown ; an inheritable peerage ; and an house of commons and a people inheriting privileges, franchise, and liberties, from a long line of ancestors. (Reflections 119)

11Certes Burke n'est pas un théoricien du politique, ses Reflections sont un ouvrage de circonstance, mais c'est à dessein qu'il évoque fréquemment les libertés anglaises, comme si leur nature était connue de tous, et qu'une simple familiarité avec le passé de la Grande-Bretagne suffisait à en définir les contours. L'évocation du signifiant tient lieu de définition ici. Il s'agit bien sûr d'une ruse, en harmonie avec le principe que Burke répète à l'envi, à savoir que l'action politique ne saurait se fonder sur des principes abstraits, et que les droits civiques doivent être liés à la propriété - la propriété terrienne. Dans la citation qui suit, Burke lie le "réalisme" des "vrais" droits de l'homme au fait qu'ils échappent à une définition langagière, comme si l'empirie se situait à un tout autre niveau que le langage : "The pretended rights of these theorists are all extremes; and in proportion as they are metaphysically true, they are morally and politically false. The rights of men are in a sort of middle, incapable of definition, but not impossible to be discerned" (Reflections, 153). Cette idée du juste milieu se trouvait déjà dans la critique de la pensée a priori appliquée à la liberté civile de sa Letter to the Sheriffs of Bristol on the Affairs of America de 1777 :

Civil freedom, gentlemen, is not, as many have endeavoured to persuade you, a thing that lies hid in the depth of abstruse science [...]. Far from any resemblance to those propositions in geometry and metaphysicks, which admit no medium, but must be true or false in all their latitude; social and civil freedom, like all the other things in common life, are variously mixed and modified, enjoyed in very different degrees, and shaped into an infinite diversity of forms, according to the temper and circumstances of every community. (Cité dans Macpherson, 15)

12L'appel à l'histoire permet d'éviter le débat théorique. Si l'on se situe à l'intérieur de la logique de Burke, la Glorieuse Révolution de 1688-89 a parachevé une évolution séculaire brièvement remise en cause par la guerre civile du milieu du XVIIe siècle, et c'est la négation de l'histoire par les révolutionnaires français qui amène à un renversement de l'ordre naturel donnant le pouvoir au peuple. La caricature de Gillray présente un renversement tout aussi contre nature, l'aristocrate s'étant fait sans-culotte. Gillray n'est pas burkéen, mais chez lui aussi le monde est à l'envers.

13En résumé, on peut dire avec F. P. Lock que "Burke's concern for 'liberty' was essentially practical. In the real world, liberty would be better protected by specific legal immunities like the Habeas Corpus Act than by any high-sounding declarations of the 'rights of man' that were in practice unenforceable » (Lock, 108). On peut dire aussi que, le plus souvent, Burke se préoccupe moins de « liberty » que de « liberties », considérées comme « [p]rivileges, immunities, or rights enjoyed by prescription or by grant » (O.E.D.), et que pour lui, les « vrais » droits de l'homme sont le règne de la loi, le droit à la justice, aux fruits de son travail, et la propriété héréditaire.

14Il y eut plus de cinquante réponses, de longueur extrêmement variable, aux Reflections on the Revolution in France. Thomas Paine, qui se procura certaines pages des Reflections avant même qu'elles ne fussent parues, afin de pouvoir commencer à rédiger sa réponse, prit le contrepied presque exact de Burke : il raisonnait a priori, il niait qu'une institution ou une règle soit intrinsèquement bonne du simple fait qu'elle était ancienne. Stylistiquement même, Paine était aux antipodes de Burke : il avait souvent recours à des phrases courtes et à un lexique simple qui fussent accessibles aux gens du peuple. Alors que chez Burke le terme de liberté ne fait sens qu'en lien avec des événements passés qui, en quelque sorte, lui donnent une charge sémantique, chez Paine il prend son sens dans le cadre d'un rapport dialectique étroit avec les droits de l'homme. Paine se préoccupe beaucoup plus de définir ces droits dans le cadre d'une théorie du droit naturel, déjà utilisée par de nombreux penseurs des Lumières, que de proposer une définition conceptualisée de la liberté. Pour lui, les lois de la nature s'inscrivent dans le cadre d'un ordre universel d'origine divine, et liberté et droits de l'homme font partie intégrante de cet ordre naturel. Il différencie fortement ces droits universels des « libertés britanniques » (« British liberties ») promues par Burke. Pour Paine, la liberté est l'état naturel de l'homme. (Common Sense, 7), et le contraire de la liberté est l'oppression, qu'il qualifie souvent d'esclavage, « slavery ». L'homme étant naturellement sociable, les lois de la société ne doivent pas être différentes du droit de la nature (en cela il se distingue de Rousseau). Pour Paine, les gouvernements monarchiques font perdre le goût de la liberté aux hommes, et les amènent à tolérer le joug de l'esclavage. C'est là une idée qui permet de voir une ironie supplémentaire dans la partie anglaise de la gravure de Gillray : les Britanniques sont véritablement esclaves, mais pas pour les raisons égoïstes qu'ils invoquent.

15On notera que Paine avait brièvement flirté avec l'allégorie de la liberté au début de sa carrière politique dans le poème « Liberty Tree » qu'il adressa aux rebelles américains en 1775 ; on y voit la déesse Liberté arriver sur un chariot de lumière, apportant une plante en témoignage de son amour, plante qu'elle baptise du nom de Liberty Tree" (Fruchtman 51).

16Si l'on envisage les idées de Paine d'un point de vue conceptuel plus large, on peut dire qu'elles s'inscrivent dans le cadre d'une conception « républicaine » de la liberté, pour reprendre le terme de David Miller (et d'autres), conception qui « définit la liberté en référence à un ensemble de dispositions politiques » (« defines freedom by reference to a certain set of political arrangements » [Miller, 2-3]). Lorsqu'il maintient qu'un gouvernement doit promouvoir le progrès de la civilisation et le bien-être des citoyens, il esquisse une théorie de la liberté positive, le développement du commerce prôné par les penseurs libéraux n'étant pas suffisant à ses yeux pour assurer la prospérité générale. L'égalité des droits ne s'étend pas, cependant, à l'accès à la propriété qui, dans le cadre d'une activité économique dynamique, demeurera variable, étant fonction des efforts des uns et des autres.

17On ne saurait exagérer l'impact des Rights of Man auprès des classes populaires britanniques. Pour beaucoup, ils constituèrent une « révélation politique » (Claeys, 113). La diffusion des deux parties, dans la dernière décennie du siècle, dépassa probablement les deux cent milles exemplaires. Des petites gens qui n'avaient jamais manié de notions politiques purent tout à coup mettre des idées simples et précises sous le vocable de " droits de l'homme ". La notion de " droits " devint centrale dans le débat politique. " Rights were now widely construed in an anthropological sense, as inhering in each individual regardless of rank, rather than as liberties and privileges dependent on precedent or the fortunes of the English constitution " (Claeys, 123). L'idée de droits imprescriptibles était plus directement liée à une revendication égalitaire qu'à une conceptualisation de la notion de liberté, comme cela a déjà été suggéré. Ce n'est pas dire que le mot de liberté n'était pas sur toutes les lèvres des sympathisants radicaux ; il avait valeur de symbole.

18L'ouvrage de Paine apparut aux milieux conservateurs comme présentant un véritable danger, au point que l'évêque Porteus, évêque de Londres, demanda à Hannah More, poète, dramaturge et, surtout, théoricienne de l'éducation, de rédiger un tract contre-révolutionnaire à l'intention du petit peuple. La réponse de More fut Village Politics. Addressed to all the Mechanics, Journeymen, and Day Labourers, in Great Britain. By Will Chip, a Country Carpenter. Ce tract de vingtquatre pages, destiné à des lecteurs, et à des auditeurs, masculins, est attribué à un charpentier, qui se contente de rapporter une conversation dont il a été témoin. La révolution est affaire d'hommes, et pour Hannah More, qui fut toujours respectueuse des bienséances patriarcales, une femme ne peut s'exprimer que par ventriloquisme. Le texte consiste en un dialogue de type théâtral entre Jack Anvil le forgeron et Tom Hod le maçon. Le dialogue est rédigé dans une langue populaire qui mime celle des destinataires du tract.

19Comment en vingt-quatre pages réfuter les idées de Paine et effectuer la conversion aux valeurs conservatrices de Tom Hod, qui n'a plus que les droits de l'homme à la bouche après sa lecture de Paine ? La tactique de Hannah More est double : le jeu sur les mots, et la redéfinition de termes-clés du débat politique dans un sens conservateur, les deux procédés étant liés. On prendra quelques exemples. Au début de ce qui est en un sens une conversation de café du commerce, Tom s'écrit : « I want liberty. » Et Jack de répondre : « Liberty ! What [!] has any one fetched a warrant for thee ? » (VP, 4) Mais Tom ne démord pas si aisément de ses idées : « I want Liberty and Equality and the Rights of Man » (VP, 4), persiste-t-il. Sa réponse au scepticisme de Jack est : « ar'n't the French free ? », à quoi Jack répond, toujours en mêlant humour et glissement sémantique :

Free, Tom! aye, free with a witness. They are all so free, that there's nobody safe. They maker free to rob whom they will, and kill whom they will. If they don't like a man's looks, they make free to hang him without judge or jury, and the next lamp post does for the gallows; so then they call themselves free, because you see they have no king to take them up and hang them for it. (VP, 5)

20Les termes de "liberty" et "freedom" se voient refuser un sens en tant que concepts généraux ; comme chez Burke, ces termes n'ont de sens que spécifique. Jack souligne ensuite que les révolutionnaires français agissent en contradiction avec leurs propres principes en ce qui concerne la liberté de conscience et d'expression. Puis il explique les désavantages d'une égalité absolue, rappelle que la hiérarchie sociale est d'origine divine, et souligne que les pauvres en France sont moins aidés qu'en Angleterre car il n'y a pas d'impôts locaux spécifiquement destinés au soutien des pauvres (« poor rates »). Quand il s'écrie : « many of the poor soldiers fight without victuals, and march without clothes. These are your Democrats! Tom » (VP, 18), on se dit que Hannah More fait un tableau antithétique à la Gillray, avec l'ironie et l'ambiguïté en moins. Tom vacille dans ses convictions démocratiques, et finit par chanter « Ο the roast beef of Old England », ayant allègrement fait le trajet qui sépare la liberté française de l'asservissement anglais - ou est-ce l'inverse ? La tactique rhétorique de Hannah More n'est pas très éloignée de celle de Burke : son argumentation se place sur le terrain des faits, et non des principes abstraits. Il ne fait pas de doute que, à la fin de l'année 1792, ce type d'analyse empirique ou pseudo-empirique semblait probant, la monarchie ayant été abolie en France. L'ancrage dans le réel quotidien, dans le temps de l'histoire qui caractérise l'argumentation conservatrice, est corollaire d'un évidement des concepts révolutionnaires et de la création d'équations qui court-circuitent tout véritable raisonnement et toute réflexion sur les principes. Vers la fin du tract, Jack fournit à Tom ce qui est une espèce de « newspeak » :

Tom! I have got the use of my limbs, of my liberty, of the laws, and of my bible. The two first I take to be my natural rights; the two last, my civil and religious; these, I take it, are the true Rights of Man; and all the rest is nothing but nonsense, and madness, and wickedness. (VP, 17-18)

21C'est là le triomphe d'un autre bon sens que celui de Thomas Paine. Village Politiques trouva immédiatement sa place dans la guerre des tracts, et fut distribué jusque dans les colonies britanniques.

22Il y eut un autre écho fictionnel au débat suscité par les Rights of Man de Paine ; c'est Desmond, gros roman de Charlotte Smith. Il y avait indéniablement volonté de faire acte militant chez cette femme de lettres connue jusque-là pour ses sonnets et ses romans sentimentaux centrés sur une protagoniste jeune et vulnérable. Elle affiche ses convictions radicales sans concession dans ce roman où l'intrigue sentimentale est dotée d'une superstructure idéologique (sous forme de débats d'idées entre les personnages) qui finit par être intégrée au tissu même de la dynamique narrative. (La première forme d'interaction entre ces deux niveaux de discours intervient lorsque Geraldine Verney, héroïne du roman, se voit sommée par son mari de venir en France juste au moment des remous causés par la fuite de la famille royale en juin 1791.)

23Desmond était le premier roman à s'engager dans la controverse sur la Révolution française, et fut favorablement accueilli par la critique parce qu'il fut publié avant la radicalisation politique de l'été 1792. C'est aussi le seul roman épistolaire de Smith, et il vaut la peine de se demander pourquoi elle choisit cette forme qui était alors sur le déclin. Le personnage principal, Desmond, séjourne fréquemment en France à une période qui précède de peu celle de la publication du roman : la première lettre est datée du 9 juin 1790, et la dernière du 6 février 1792. Les lettres fictives en acquièrent donc une quasi-vérité documentaire ; de plus, une forme intrinsèquement dialogique permet de multiplier les effets de confrontation, les dialogues proprement épistolaires étant redoublés par les dialogues rapportés par les auteurs des lettres. La forme épistolaire était aussi celle des Reflections de Burke, censées, de manière assez théorique, être une longue lettre adressée à un jeune ami français. Comme l'ont signalé Antje Blank et Janet Todd (en introduction à l'édition du roman utilisée ici) : « [I]t is surely no coincidence that the name of Edmund Burke and that of his addressee De Pont are echoed in the correspondents Erasmus Bethel and Desmond (D, 25). Mais il y a dans Desmond un véritable dialogue, alors que dans les Reflections, le destinataire ne peut que lire la très longue épître de Burke.

24Charlotte Smith n'hésite pas à étendre la revendication des droits à la femme, même si c'est sous la forme d'une homologie entre sphère privée et sphère publique, plus que par une intégration directe de la condition féminine au débat politique. Comme Mary Wollstonecraft qui, en 1792, publie A Vindication of the Rights of Woman, elle met en cause l'ordre patriarcal, quoique de manière moins explicite. Lorsqu'il est question de liberté politique dans Desmond, la liberté domestique (si l'on peut dire) est toujours présente sous forme plus ou moins fantomatique ou allusive. L'homologie entre ordre politique et ordre domestique est explicitée une fois, lorsque Geraldine Verney, qui a jusqu'alors montré une patience à toute épreuve face aux avanies de son mari, s'exclame, à la veille d'un voyage en France qu'elle doit entreprendre seule :

Has then death any terrors for me? and can one who fears not death, shrink from danger! If I get among the wildest collection of those people whose ferocity arises not from their present liberty, but their recent bondage, is it possible to suppose they will injure me, who am myself a miserable slave, returning with trembling and reluctant steps, to put on the most dreadful of all fetters? (D, 286-87)

25Il y a là toute une rhétorique sentimentale hyperbolique, mais le propos n'en est pas moins subversif. Pour prendre la mesure de l'engagement politique de Charlotte Smith dans Desmond, on citera ce que dit Desmond des Reflections de Burke :

I will not enter into a discussion of it, though the virulence, as well as the misrepresentation with which it abounds, lays it alike open to ridicule and contradiction. Abusive declamation can influence only superficial or prepossessed understandings; those who cannot, or who will not see, that fine sounding periods are not arguments-that poetical imagery is not matter of fact. (D, 155)

26C'est précisément là ce que disait aussi Paine. Charlotte Smith, par l'intermédiaire de son protagoniste, met en perspective le débat sur la Révolution en faisant référence à des théoriciens du politique tels Sir Robert Filmer et John Locke (D, 156), ce qui est aussi une manière d'affirmer que les idées des révolutionnaires français ne sont pas coupés du passé intellectuel anglais. Un peu plus loin dans le roman, c'est The Rights of Man qui fait l'objet d'une discussion (D, 167 sqq.), Desmond trouvant l'argumentation de Paine convaincante. On discute aussi des institutions britanniques, des émeutes qui eurent lieu à Birmingham en 1791, du sort des noirs et des Non-Conformistes (D, 328-35). Il est souvent question de liberté et de libertés, sans que leur nature soit précisée : c'est la connaissance de l'évolution des réformes en France, et en particulier de la rédaction d'une constitution, qui donne à ces termes leur contenu. C'est bien là un signe de ce que Charlotte Smith écrivait, tel un journaliste, pour des lecteurs au courant de l'actualité, et que les débats de ses personnages devaient avoir force de conviction. Le fait que le terme de liberté renvoie à la conquête de droits politiques est explicité par le recours à une opposition avec le terme de despotisme (D, 405). De manière plus générale, ce qui ressort du roman, c'est que la liberté signifie la fin de la corruption qui gouverne la vie politique, la fin de l'oppression d'une grande majorité de la population par une petite minorité, et une plus juste représentation par un élargissement de l'accès au droit de vote. Dans l'action du roman (par opposition aux débats entre les personnages), la liberté est surtout thématisée par le biais de son antagoniste, l'oppression. Les formes de l'oppression sont explorées à travers les modalités de la propriété et la législation du mariage, les deux étant souvent liées.

27Quelle fut l'issue de cette confrontation de systèmes de valeurs opposés, le résultat de l'effervescence politique sans précédent de l'année 1792 qui, selon Albert Goodwin, fut « the annus mirabilis of the English popular movement » (171) ? Après l'abolition de la monarchie en France, les ouvriers et artisans britanniques qui prônaient des idées radicales, et représentaient l'aile avancée du militantisme pro-révolutionnaire, renoncèrent prudemment aux idées démocratiques empruntées à Paine pour revendiquer plus modestement des libertés historiques anglo-saxonnes. Charlotte Smith se fit elle aussi plus prudente, même si la censure gouvernementale ne devint tatillonne qu'en 1795. On cessa de faire une histoire au présent qui amenait à se projeter dans l'avenir, à l'inverse de l'histoire burkéenne, fermement tournée vers le passé. La liberté cessa d'être un enjeu de la vie politique et de la vie quotidienne. La Terreur de 1793-94 mit fin au jeu des comparaisons ; la réalité française devint incommensurable à ce qui se passait en Grande-Bretagne. Ce qui est plus grave, c'est que la Terreur permit aux conservateurs britanniques de dire que ce n'était pas une grande histoire qui s'écrivait en France, mais la petite histoire grandguignolesque de l'ambition politique d'aigris, de médiocres et de brigands sanguinaires. Pour conclure, on prendra la mesure de la désillusion britannique dans ces vers de France : An Ode de Coleridge, poème publié en 1798 :

Ο France, that mockest Heaven, adulterous, blind,
And patriot only in pernicious toils!
Are these thy boasts, Champion of human kind?
To mix with Kings in the low lust of sway,
Yell in the hut, and share the murderous prey;
To insult the shrine of Liberty with spoils
From freemen torn; to tempt and to betray?

V

The Sensual and the Dark rebel in vain,
Slaves by their own compulsion ! In mad game

They burst their manacles and wear the name
Of Freedom, graven on a heavier chain!
Ο Liberty! with profitless endeavor
Have I pursued thee, many a weary hour?
But thou nor swell'st the victor's strain, nor ever
Didst breathe thy soul in forms of human power. (78-92)

Bibliographie

Œuvres citées

Sources primaires

Burke, Edmund,(1790) Reflections on the Revolution in France. Ed. Conor Cruise O'Brien. 1968. Harmondsworth: Penguin.

Coleridge, Samuel Taylor, The Complete Poetical Works. Ed. Ernest Hartley Coleridge. Vol. I. Oxford: Clarendon P. 1912

Gillray, James, 1792, “French Liberty, British Slavery” In Ronald Paulson, Representations of Revolution (1789-1820). New Haven and London: Yale UP. 1983.

More, Hannah, [1792]. 1995. Village Politics. Addressed to all the Mechanics, Journeymen, and Day Labourers, in Great Britain. Facsimile ed. Oxford: Woodstock Books.

Paine, Thomas. (1776) Common Sense. In Collected Writings. New York: Library of America., 1984.

—, The Rights of Man.(1791) Ed. Gregory Claeys. Indianapolis: Hacked Publishing Company. 1992

Smith, Charlotte. Desmond. 1792. Antje Blank and Janet Todd Eds. London: Pickering and Chatto. 1997.

Sources secondaires

Bowstead, Diana, 1986. “Charlotte Smith's Desmond: The Epistolary Novel as Ideological Argument” in Mary Anne Schofield and Cecilia Macheski eds. Fetter'd or Free? British Women Novelists 1670-1815. Athens, Ohio: Ohio UP.

Claeys, Gregory, 1989. Thomas Paine: Social and Political Thought. Boston Unwyn Hyman.

Goodwin, Albert, 1979. The Friends of Liberty: The English Democratic Movement in the Age of the French Revolution. London: Hutchinson.

Lorenz, Eitner, 1978. “Cages, Prisons, and Captives in Eighteenth-Century Art” in Karl Kroeber and William Walling, eds. Images of Romanticism: Verbal and Visual Affinities. New Haven and London: Yale UP.

Fruchtman, Jack, 1993. Thomas Paine and the Religion of Nature. Baltimore: Johns Hopkins UP, 1993.

Furet, François et Ozouf Mona. Ed. 1989. The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture. Vol. 3, The Transformation of Political Culture 1789-1848. Oxford: Pergamon P.

Lock, F. P,1985. Burke's Reflections on the Revolution in France. London : Allen and Unwin.

Macpherson, C. B, 1980. Burke. Oxford: Oxford UP.

Miller, David, ed. 1991. Liberty. Oxford: Oxford UP.

Pedersen, Susan, 1986. “Hannah More Meets Simple Simon: Tracts, Chapbooks, and Popular Culture in Late Eighteenth-Century England” Journal of British Studies 25.1.

Table des illustrations

Légende James Gillray. French Liberty. British Slavery. Etching, 1792
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4254/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 909k

Auteur

Université François-Rabelais de Tours.
Isabelle Bour est Professeur de Littérature Anglaise à l'Université de Tours. Elle travaille en particulier sur l'épistémologie du roman entre 1760 et 1830. Son édition de la traduction française de "The Wrongs of Woman, or, Maria" de Mary Wollstonecraft est à paraître dans la collection « Lire le Dix-Huitième Siècle », de la Société Française d'Étude du Dix-Huitième Siècle.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter