Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liberté / Libertés

 | 
Sylvia Ullmo

I. L'histoire et l'idée de liberté

Déclaration d'Indépendance et Déclaration des Droits de l’Homme : du linguistique au politique

Eric Rambeau

Texte intégral

Introduction : des objets mythologiques insolites

1Il ne fait guère de doutes que la Déclaration d'Indépendance américaine de 1776 et la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen française de 1789, ces deux "objets insolites" pour reprendre l'expression de J. Derrida (1976, 14), constituent deux des textes politiques fondateurs pour la démocratie représentative telle qu'elle fut conçue dans le sillage de la pensée des philosophes des Lumières et telle qu'elle a survécu jusqu'à aujourd'hui. Pour les rédacteurs de ces textes comme pour leurs lecteurs d'alors et d'aujourd'hui, établir une liste des droits humains revenait, dans un cadre historique de contrainte monarchique, à définir le champ des libertés qui s'ouvrait désormais au peuple ; c'était aussi, au moins d'une manière théorique, amorcer un basculement depuis une perspective où la loi représentait l'interdiction vers une autre perspective où cette même loi était censée garantir les libertés de chacun, libertés qui se fondaient désormais dans le(s) droit(s) ; et l'on comprendra aisément à quel point ce basculement supposait une nouvelle vision du monde.

2Je suis par ailleurs convaincu que, même si les citoyens des deux pays que sont la France et les Etats-Unis ne sont pas, dans leur ensemble, capables de citer des parties importantes de ces textes, ces deux Déclarations n'en constituent pas moins de véritables objets mythologiques au sens où ils sont perçus comme des éléments fondateurs de ces deux nations (un peu comme des dieux lares dont on ne saurait pas exactement qui ils sont mais dont on sait qu'ils sont là, à veiller sur le foyer...) et ce, ne serait-ce que parce que certains éléments-clefs ont, eux, été parfaitement mémorisés. Pour compléter cette étude des représentations que se sont données la France et les Etats-Unis, il m'a semblé intéressant d'aller voir de plus près ce qui rassemble et oppose ces deux déclarations afin de tenter de définir comment leur forme et leur contenu s'articulent avec ce que sont devenus les deux pays qui leur ont donné naissance. Cette démarche contrastive, qui s'appuiera notamment sur des outils linguistiques, nous amènera à faire aussi un bref détour par la constitution américaine, rhétoriquement liée aux textes qui vont nous occuper.

Rhétorique de la répétition, rhétorique de la totalisation

3L'une des similitudes formelles les plus frappantes tient au côté répétitif, presque martelé, des deux textes, technique rhétorique que l'on retrouve également présente dans la constitution américaine. On a ainsi, dans la déclaration française comme dans la constitution américaine, un nombre très important de déterminants ou pronoms tels que "tous", "tout", "nul", "every", "each", "no" ou bien encore "all"... dont les programmes sémantiques ont en commun de correspondre à des totalisations (et donc de prévoir des exclusions). Citons par exemple, pour la Déclaration des Droits de l'Homme :

"le but de toute association politique... est la conservation des droits naturels (...) de l'homme. (Article 2)
Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane exactement. (Article 3)
Tout ce qui n'est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu'elle n'ordonne pas. (Article 5)
Tous les citoyens étant égaux à ses yeux... (Article 6)
Nul homme ne peut être accusé, arrêté ou détenu (...) mais tout citoyen (...) doit obéir à l'instant. (Article7)

4Pour ce qui est de la constitution américaine on a, pour ne citer que quelques exemples

All legislative power herein granted shall be vested in a Congress... (Art. I, sec. 1) No person shall be a representative who shall not have attained the age of twenty-five years... (Art. I, sec. 2) No person shall be a senator who shall not have attained the age of thirty years... (Art. I, sec. 3) Each House shall be the judge of the elections... (Art. I, sec. 5) No senator or representative shall (...) be appointed to any civil office... (Art. I sec. 6)

5Du côté de la Déclaration d'Indépendance, c'est la liste des doléances qui offre un caractère de répétition systématique quasi incantatoire : "he has refused... he has forbidden... he has refused... he has called...".

6Tout se passe en définitive comme si, pour éminemment écrits qu'ils soient, ces trois textes venaient s'inscrire dans une tradition fortement orale, une de ces traditions où la répétition pallie les incertitudes inhérentes à l'absence de fixation par l'écrit afin que l'ensemble du peuple ait présent à l'esprit l'histoire qui le fonde et l'unit. Mais, outre ces propriétés oratoires assez évidentes, ce caractère répétitif, combiné dans deux des textes au caractère totalisant des termes grammaticaux évoqués, rappelle fortement la valeur mythologique dont nous avons déjà parlé : le système totalisation/exclusion qui prévaut dans l'énoncé correspond à la volonté de définir le monde que l'on entend créer, en s'efforçant de prévoir tous les cas de figures possibles. Tout se passe comme si l'on disait : "Puisque le texte fondateur prévoit tout, alors, ce qui se situerait hors du champ défini serait du même coup hors du champ social." À cet égard, on peut déjà voir ici une certaine différence entre les deux déclarations, puisque le texte français, tout en énumérant les droits de l'homme, prend aussi la peine d'introduire, dès l'article 4, la référence à la loi qui vient très vite préciser les limites des droits et libertés précités, ressemblant en cela à ce qui pourrait figurer dans le chapitre "juridique" d'une constitution.

  • 1 On notera ici que les auteurs de la chanson ont fait le choix d'interrompre la citation après "... (...)

7S'il est besoin d'insister encore sur le caractère mythique de ces textes on peut signaler, par exemple, l'existence de deux chansons : Le Chaos, de B. Tekielski (1979), qui reprend le préambule et la quasi-intégralité des huit premiers articles de la déclaration des droits de l'homme, et Independence, chanson du groupe de rock britannique This Heat (1980) qui reproduit le deuxième paragraphe du texte américain.1 On notera aussi l'existence d'au moins quatre ouvrages intitulés We the people (l'énorme travail de Bruce Ackerman, ainsi que trois autres livres de Robert Wood, T. Patterson et B. Ginsberg) de même que, sur un mode plus léger, un jeu de stratégie répondant au même nom et reproduisant des batailles de la guerre d'indépendance. Il serait probablement difficile de trouver d'autres textes (sinon, peut-être, religieux) ayant servi de support à des productions aussi diverses.

8Par ailleurs, lorsque l'on pense à l'importance, au moins symbolique, que les deux pays accordent à se reconnaître, en tant qu'entités politiques, comme des terres de liberté, des pays des droits de l'homme, on ne peut qu'être tenté d'aller regarder ces deux textes dans leurs détails, en prêtant certes attention à ce qui les rapproche, mais aussi et surtout à ce qui les sépare afin d'essayer de déterminer quelle incidence ils ont eu sur le devenir politique des deux pays ; aussi, au-delà des parallélismes, c'est vers les divergences qu'il faudra chercher.

Des droits "évidents", mais différents

9Il n'est guère besoin de chercher longtemps pour s'apercevoir que le point de convergence le plus évident, qui réside probablement dans l'établissement formalisé d'une liste des droits humains, laisse voir quelques notables différences de contenu puisque :

  • la vie et la recherche du bonheur2 ("life", "pursuit of happiness") ne figurent pas dans la déclaration française.
  • le texte américain ne mentionne pas la propriété ni la sûreté, explicitement cités dans l'article 2 de la déclaration de 1789.
  • la résistance à l'oppression, dernier droit cité à l'article 2, est absente en tant que telle de la déclaration d'indépendance, mais s'y décline toutefois à deux reprises sous les formes : "...whenever any form of government becomes destructive of these ends, it is the right of the people to alter or abolish it ;" puis : "...it is their right, their duty, to throw off such government."

10Outre ces différences entre les droits explicitement retenus, il faut dès ici signaler un écart qui me semble dépasser le seul cadre de la formulation puisque le texte français, dans sa répartition en articles (qui témoigne par ailleurs d'un souci de formalisation plus marqué qu'outre-Atlantique) ont dit, dans l'article 1, "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit", tandis que les droits en question n'apparaissent qu'à l'article suivant, ce qui témoigne, je pense, d'une volonté de hiérarchiser les problèmes en faisant une déclaration générale dans un premier temps avant de l'expliciter dans un second.

11On retrouve d'ailleurs dans la Déclaration d'Indépendance la souplesse de formulation qui allait permettre, plus tard, à la constitution américaine de perdurer sans nécessiter les diverses révisions que la constitution française allait connaître dans le même temps, puisque la liste dit explicitement : "...among these (rights) are..." ce qui laisse bien sûr entendre que la liste n'est pas nécessairement close.

12Le plus remarquable dans cet extrait réside probablement dans la progression de "right" à "duty", et ce à au moins deux titres : tout d'abord, en affirmant qu'un homme dont les agissements ne seraient pas conformes à ce qui, de fait, devient ici une prescription, n'accomplirait pas son devoir, les Pères Fondateurs revendiquent non seulement le bien-fondé de leur action mais aussi la nécessité morale qu'ils y voient, ensuite, cette formulation laisse "en creux" la question de la justification, puisque rien n'est dit de l'origine de ce "devoir" alors que la modalité déontique voudrait que soit citée ou explicitée l'instance d'où émane ladite obligation. C'est, d'une certaine manière, la même stratégie qui est utilisée dans la célèbre formule "We hold these truths to be self-evident," qui contient tout à la fois une tautologie et un paradoxe : si un fait n'est pas évident par lui-même, alors il n'est pas évident et, s'il est évident, on peut s'interroger sur la nécessité qu'il y a à en faire le préambule à une déclaration officielle. La présence du sujet-énonciateur "we" (que nous discuterons plus loin) au début de la citation laisse entendre que cette affirmation fonde l'existence et l'unité du futur peuple américain : ceux qui vont se reconnaître dans la nation ainsi fondée sont ceux qui adoptent cette croyance.

13Vient ensuite une différence essentielle, de contenu aussi bien que de forme, dans la manière d'exprimer la position de l'Homme dans le monde et donc d'affirmer le bien-fondé de ces droits : la déclaration d'indépendance américaine fait à plusieurs reprises référence

  • à Dieu ("the powers (...) to which the laws of nature and of nature's god entitle them") (c'est moi qui souligne)
  • à ce qu'un créateur est à l'origine desdits droits ("...men are created equal (...) are endowed by their Creator with certain rights...")(c'est moi qui souligne).

14Les Constituants de 1789, eux, déclarent œuvrer "en présence et sous les auspices de l'Être suprême" tout en affirmant que les hommes "naissent et demeurent libres et égaux..." Cette formulation revient à détacher symboliquement l'existence des individus de celle de l'Être suprême, qui n'est utilisé que comme caution du discours politique et non comme donateur des droits alors évoqués. La différence est encore plus notable si l'on garde en mémoire l'étymologie de "endow" (ici utilisé au passif), parent de "dowry", terme qui évoque clairement l'idée qu'il y a transmission délibérée d'un don puisqu'il n'est guère possible de dire quelque chose comme : "*she has been endowed with her mother's eyes" ou bien "*her eyes are a dowry from her mother". Or, ce qui est donné peut difficilement être véritablement conçu comme une propriété intrinsèque de celui qui reçoit le don.

  • 3 Marienstras, E. et Wulf, Ν. French Translations and Reception of the Declaration of Independence, (...)

15L'article de N. Wulf et E. Marienstras, French Translations and Reception of the Declaration of Independence3 confirme cette vision d'une volonté plus marquée de rompre d'avec le divin puisque les deux auteurs font remarquer que, dans quatre des traductions, la référence à Dieu a été purement et simplement omise, ce qui laisse entendre que les révolutionnaires français, en prenant cette liberté avec le texte original, entendaient bien éviter d'utiliser le divin comme source des droits revendiqués. Cette prise de distance vis à vis de l'ordre divin prend une coloration encore plus nette si l'on pense à la violence du conflit qui, en France, opposera par la suite le pouvoir séculier au clergé, mais aussi à la formulation de l'article 10 qui stipule "...nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses...". La présence de "même religieuses" constitue ici un véritable lapsus qui laisse entendre que les opinions religieuses revêtaient au contraire un caractère bien particulier pour les auteurs du texte.

16On sait qu'il existe un débat quant à la question de savoir si la guerre d'indépendance fut essentiellement une révolution ou une sécession. Sans prétendre trancher de manière nette, on peut cependant rappeler l'évidente différence de situations politiques et géographiques : les révolutionnaires français, œuvrant sur le même territoire que le roi, et conscients que leur présence étaient due à une convocation, c'est-à-dire qu'ils n'étaient au départ que des délégués "prétextes", n'avaient en définitive d'autre choix que d'arracher le pouvoir à un monarque de droit divin alors que les Américains, du fait même de la distance qui les séparait du trône britannique, n'avaient pas besoin d'une radicalité aussi affirmée, dans la situation géopolitique de l'époque, l'indépendance suffisait à exprimer un rejet complet de l'autorité royale. Par ailleurs, si l'on observe que la liste des reproches faits au roi occupe une place bien plus importante que l'affirmation et la justification des droits, on est fondé à se dire que le sentiment d'injustice prévalait nettement sur la question des principes. On peut ici encore renvoyer à l'article de Wulf et Marienstras, dans lequel les auteurs affirment que cette liste de doléances montre que les colons américains se plaignaient de ce qu'on les ait privés de droits existants plus qu'ils ne prétendaient en établir de nouveaux (Marienstrass et Wulf, 1999, 1313).

17Le débat sur la nature des droits de l'homme a déjà fait couler beaucoup d'encre. Sous la plume de Herbert Aptheker (1960, 102) on trouve par exemple cette remarque : "Jefferson's pronouncement signalized the revolutionalizing of political science by discarding the concept of the qualitative inferiority of earthly life as compared with heavenly bliss." S'il est indéniable que la quête du bonheur annoncée est celle du bonheur terrestre, il n'en demeure pas moins vrai que la plus grande influence du religieux sur le politique, présente dès les actes fondateurs de la nation américaine, a bien évidemment perduré dans divers domaines de la vie publique mais, puisque c'est au champ mythologique/symbolique que j'ai choisi de m'intéresser, je voudrais signaler la filiation presque directe qu'il y a entre cette mention des droits comme émanant d'une source divine avec deux éléments éminemment symboliques de la civilisation américaine.

  • 4 "In this way we are reaffirming the transcendence of religious faith in America's heritage and fut (...)

18Tout d'abord, le serment d'allégeance au drapeau, que nombre d'écoliers américains connaissent par cœur et récitent quotidiennement, affirme : "I pledge allegiance to the flag of the United States and to the Republic for which it stands, one nation, under God, with liberty and justice for all." Le fait que, lors de l'ajout de la locution under God par le Congrès, le président Eisenhower ait déclaré que cet apport ne pouvait que "renforcer les armes spirituelles qui allaient pour toujours être les plus puissantes armes du pays" ne vient bien sûr qu'appuyer cette vision d'une république qui cherche à s'enraciner dans le religieux,4 enracinement dont les récents développements du conflit irako-américain montrent à quel point il est toujours vivace.

19Ensuite, et toujours dans un registre éminemment symbolique, c'est de cette présence du divin dans les affaires terrestres qu'émane la mention "In God we trust" portée sur les billets américains, mention qui revient à dire que c'est Dieu qui se porte garant de la validité/solidité de la monnaie. Si cette affirmation paraît trop péremptoire, il suffit d'imaginer le tollé que provoquerait, en France, l'introduction d'une phrase identique sur les billets de banque (ou, aux Etats-Unis, la suppression de cette même devise) pour s'apercevoir que les liens entre le religieux et le séculier sont envisagés de manière pour le moins divergente dans les deux pays.

20Ce que j'espère parvenir à montrer ici, c'est que, s'il est évident que des conditions historiques objectives différentes génèrent des textes différents, lorsque ces textes s'ancrent dans l'inconscient collectif, ils ont à leur tour des répercussions sur les mentalités, les pratiques et la vie quotidienne.

21Pour conclure cette partie du débat, j'aimerais citer une phrase de John Adams, l'un des signataires de la déclaration d'indépendance, qui déclarait : "America was designed by Providence for the theater on which man was to make his true figure..."(Baylin, 1967). Cette affirmation résume parfaitement les deux tendances que nous venons de dégager, à savoir le dilemme entre, d'un côté, ce qui relève du divin, ce qui dépasse les hommes, et, d'un autre côté, ce qui est du ressort propre des hommes : Adams nous dit en effet que, d'une part, c'est la providence qui guide les hommes, et que, d'autre part, c'est aux hommes d'établir leur réelle stature.

Le marbre et l'intime : les Sujets du texte

22C'est maintenant avec le regard et les outils du linguiste que l'on passera à l'examen de l'une des divergences formelles des plus flagrantes en s'efforçant de voir quelles différences politiques elle révèle. Cette approche repose sur l'idée benvenistienne que pensée et parole sont consubstantielles, ce qui implique qu'une différence de formulation correspondra nécessairement à une différence de pensée, aussi minime puisse-t-elle paraître. Or, les différences constatées ici sont loin d'être minimes.

23Lorsque, dans l'article précédemment cité, Derrida s'était déjà attelé à l'analyse des signatures de la déclaration d'indépendance en tentant de définir les statuts respectifs du rédacteur et des signataires, il écrivait que ce qui pose problème est le choix de la signature et le statut du rédacteur : "(...) qui signe, et de quel nom soi-disant propre, l'acte déclaratif qui fonde une institution ?" (Derrida, 16). Au-delà de cette problématique qui est, entre autres, celle des sources du texte, j'ai déjà dit que je m'intéressais au texte comme source du mythe fondateur d'une nation. Or, la force d'un mythe tient évidemment pour beaucoup à sa capacité à s'ancrer dans les esprits, à laisser les membres de la communauté se l'approprier. Pour ce qui nous occupe ici, c'est l'écart entre les sujets grammaticaux que l'on considérera : là où le texte américain utilise la première personne du pluriel en disant “we hold these truths to be selfevident..." les Constituants français, eux, choisissent la troisième personne pour écrire : “Les représentants du peuple français, constitués en Assemblée Nationale..." Pour saisir l'importance de ce choix rhétorique il faut garder présent à l'esprit ce que les théories de l'énonciation disent du système de la personne. Culioli considère par exemple que, par rapport à l'instance d'énonciation, la première personne se situe dans un repérage d'identification, la deuxième personne est repérée par différenciation (c'est-à-dire que, tout en étant différente de l'énonciateur, elle se situe toujours dans la sphère d'énonciation). C'est ce jeu entre le je et le tu, entre les deux premières personnes qui fait que, en conversation, les interlocuteurs ne cessent d'échanger leurs pronoms tandis que la troisième personne, ni identifiée ni différenciée, est en rupture d'avec la sphère d'énonciation et peut donc recevoir un pronom qui sera le même dans la bouche des deux interlocuteurs : il ou elle.

24Dès lors que l'énonciation est celle d'un texte officiel, le choix du sujet grammatical va revêtir une importance capitale, puisqu'il amènera forcément à préciser d'où vient la parole et donc au nom de quelle autorité, de quelle légitimité se fait le décret. Parce que we inclut nécessairement l'énonciateur (qu'il y a donc identification du sujet grammatical à l'énonciateur), toute personne lisant ou disant ce paragraphe (sans doute le plus célèbre de toute la déclaration) se trouvera, de par ce fait même, placé dans une position en apparence identique à celle de ses auteurs originaux ; il a ainsi en quelque sorte la possibilité de devenir à son tour sujet-énonciateur et de s'approprier plus facilement le contenu de la déclaration.

25Il faut ici faire une nouvelle remarque à caractère linguistique : les pronoms "nous" et "we" sont susceptibles (si l'on ne tient pas compte du "nous" royal) de recouvrir au moins deux références différentes. Il existe en effet un "nous" inclusif, qui comprend le co-énonciateur (celui à qui s'adresse l'énonciateur) et fait que l'énonciateur s'adresse ainsi à un groupe qui se trouve alors dans la même position que lui, mais aussi un "nous" exclusif, qui fait que l'énonciateur agit alors en qualité de porte-parole d'un groupe qui ne comprend pas celui ou ceux à qui il s'adresse. Cette distinction amènera forcément le destinataire à se positionner différemment face au contenu du message selon qu'il aura ou non l'impression de faire partie de ceux qui l'ont produit. A cet égard, il n'est pas facile de déterminer si le we original était un pronom exclusif ou inclusif : les auteurs étaient identifiés par la présence de leur signature (ce qui semble favoriser l'hypothèse d'un "we" exclusif en même temps que le destinataire du message n'était pas spécifié autrement que par la phrase introduisant la liste de doléances : "... let facts be submitted to a candid world..." qui laisse entendre que, au moins de manière rhétorique, les Founding Fathers s'adressaient, sinon au monde entier, du moins à un public plus large que la seule population américaine, par ailleurs censée connaître les exactions dont George III s'était rendu coupable (c'est moi qui souligne). Ce "candid world" auquel s'adressent les signataires américains est très différent du destinataire explicite de la déclaration française, qui précise bien dans son préambule : "...afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et devoirs." Il est à noter que la célèbre formule "we, the people" qui ouvre le texte de la constitution vient, bien naturellement, lever l'ambiguïté de la nature du pronom : la constitution s'adresse nécessairement aux membres de la nation.

  • 5 Entre autres exemples : "He has kept among us (...) Standing Armies without the Consent of our leg (...)

26En lisant la Déclaration d'Indépendance (ou plus précisément en la "parcourant", ce verbe étant pris ici dans son sens fort impliquant un déplacement d'un point à un autre) on est frappé par le fait que, si, à sa première mention, le pronom "we" est donné sans référence, s'il réapparaît sous cette même forme (We have appealed to their (our British brethren) native justice and magnanimity...), peu de temps avant la fin du texte, le tout dernier paragraphe s'ouvre avec : "We, therefore, the Representatives of the United States of America, in Congress Assembled, (...) solemnly publish and declare, That these United Colonies are, and of Right ought to be, Free and Independent States..."À la question de savoir pourquoi la référence du pronom n'est explicitée qu'en un second temps, on peut répondre qu'il faut y voir la trace rhétorique de ce que le texte recouvre un cheminement : celui qui permet à un groupe d'individus de devenir, véritablement, une fois l'énonciation achevée, les représentants du peuple, exactement comme si c'était le texte lui-même qui finissait par fonder leur statut, leur conférer leur existence politique ; au début, ils sont "simplement" un sujet pluriel, la liste des doléances qui suit répète le pronom objet "us" dont la référence dépasse manifestement les seuls délégués pour englober l'ensemble de la population5, et, une fois ce travail accompli, ils sont enfin devenus les délégués d'un peuple nouveau. En d'autres termes, la déclaration d'indépendance crée la nation en même temps qu'elle crée ses délégués.

27La troisième personne utilisée dans le texte français ne trompe bien sûr personne et nul n'irait imaginer qu'il s'agit en fait du récit des délibérations de l'Assemblée nationale fait par une personne extérieure. Outre le fait qu'elle serve à rappeler le contexte politique qui a permis la naissance de la république tout en affirmant la légitimité dont les Constituants se déclarent investis, elle semble surtout impliquer que, en se dégageant de la position d'énonciateur, les rédacteurs entendaient accoucher d'un texte historique" pour donner à leur résolution une valeur plus universelle. Le lecteur de la déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, se trouve ainsi automatiquement placé devant un texte qui, adoptant une posture historique, se présente comme figé dans le temps et devient un objet de référence plus qu'un discours qui, par sa formulation même appellerait le lecteur à se l'approprier. Là où la déclaration américaine travaille dans l'intime en incluant le lecteur, la déclaration française œuvre dans le marbre en s'efforçant à l'éternité.

28Cette divergence d'attitude s'articule avec les conditions politiques respectives des deux pays à l'époque : schématiquement, on a, d'un côté, un pays anciennement constitué où la bourgeoisie entend trouver les outils de sa libération de la tutelle monarchique et, de l'autre, des provinces coloniales plus récemment établies, au peuplement assez hétérogène et il ne fait guère de doute que pouvoir dire "we" ou, mieux encore, "we the people" ne peut que constituer un facteur de cohésion visant à gommer cette hétérogénéité.

29Une fois reconnue l'importance de ces choix énonciatifs, on ne peut alors que faire le parallèle avec les structures politiques dont les deux pays se sont dotés, la France évoluant vers un état jacobin fortement centralisé tandis que les Etats-Unis optaient pour un système fédéral. Je ne prétends pas que ces textes fondateurs sont les seules sources d'un tel écart entre les formes de gouvernement choisies de part et d'autre de l'Atlantique, mais il ne fait guère de doute qu'il existe une forte corrélation entre la position centrale que se sont donnés les représentants et la volonté de concentrer le pouvoir en un même lieu, autour d'institutions rigides. A l'inverse, la possibilité offerte à tous de s'approprier la déclaration d'indépendance américaine ouvrait la voie au fonctionnement du pouvoir plus éclaté que constitue le système fédéral.

30Pour continuer sur les structures politiques mises en place, je voudrais faire remarquer que la déclaration française est la trace, par son intitulé même, d'un projet d'une nature assez différente de ce que les Pères Fondateurs avaient en tête. La présence, dans le titre, de l'expression "droits de l'homme et du citoyen" manifeste en effet que l'"Homme" visé par ce texte ne saurait être un individu pris en tant que tel, pour ses seules qualités d'individu, mais est plutôt conçu en fonction de ce que, individu social, il appartient à une nation (qui est, précise l'article 3, "le principe de toute souveraineté".)

31Le concept même de citoyenneté n'est pas central au débat qui nous occupe ici, mais cette mention du citoyen renforce encore l'idée que les droits de l'homme étaient bien envisagés en France comme des droits sociaux, des droits créés (ou arrachés par la lutte) et non des droits octroyés par une puissance extérieure à l'homme comme à la société.

32Il s'agit là, bien sûr, d'un débat d'une toute autre ampleur, tant la question des différences de conception de la citoyenneté dans les deux pays mériterait à elle seule une analyse particulièrement fouillée prenant en compte les aspects symboliques autant que politiques ou juridiques.

Bibliographie

Ouvrages cités

Aptheker, Herbert, 1960. The American Revolution. New York: International Publishers.

Baylin, Bernard, 1967. The Ideological Origins of the American Revolution.. Cambridge: Harvard University Press.

Derrida, Jacques, 1976. Otobiographies. Paris : Galilée.

Marienstrass Elise et Wulf Naomi, 1999. The Journal of American History, vol. 85, N°4, French Translations and Reception of the Declaration of Independence. Louisiana: Louisiana State University Press.

Notes

1 On notera ici que les auteurs de la chanson ont fait le choix d'interrompre la citation après "...whenever it becomes destructive of those ends, it is the right of the people to alter or abolish it," manifestant par-là une lecture biaisée du texte : en le sortant ainsi de son cotexte on amène l'auditeur à retenir essentiellement son caractère insurrectionnel.

2 On remarquera en passant que les Founding Fathers n'ont pas voulu aller trop loin en ne revendiquant pas le droit au bonheur, mais celui de la recherche du bonheur…

3 Marienstras, E. et Wulf, Ν. French Translations and Reception of the Declaration of Independence, The Journal of American History, vol. 85, N°4, mars 1999, Louisiana State University Press.

4 "In this way we are reaffirming the transcendence of religious faith in America's heritage and future; (...) we shall constantly strengthen those spiritual weapons which forever will be our country's most powerful resource in peace and war.

5 Entre autres exemples : "He has kept among us (...) Standing Armies without the Consent of our legislature... For imposing taxes on us without our Consent... For depriving us (...) of the benefits of Trial by Jury...

Auteur

CAPES et Agrégation d'Anglais, Éric Rambeau occupe un poste de PRAG à l'université Français Rabelais de Tours. Il y assure un C2 de Maîtrise en collaboration avec Stephen ROMER., et il prépare une thèse de Doctorat sur « L'utilisation rhétorique de la parataxe chez Raymond Carver ».

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter