Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liberté / Libertés

 | 
Sylvia Ullmo

I. L'histoire et l'idée de liberté

« Liberty and Power » : libéralisme et democratie dans la jeune République Américaine

Naomi Wulf

Texte intégral

1Tout au long des années 1980, les historiens ont débattu de la nature idéologique du mouvement révolutionnaire qui a donné naissance aux Etats-Unis d'Amérique à la fin du Dix-huitième siècle (Baylin, 1967 ; Pocock, 1975 ; Wood, 1969 ; Appleby, 1984 ; Krainnick, 1989, parmi les principaux). En réaction à l'ouvrage de Louis Hartz (1955) qui fit de la tradition « libérale » l'idéologie maîtresse de l'histoire américaine, ces échanges historiographiques portaient justement sur le rôle du libéralisme dans l'interprétation de la Révolution américaine et de l'idéologie de la jeune république : la motivation révolutionnaire provenait-elle de la nécessité de défendre les droits des individus pris séparément, selon la tradition libérale lockienne, ou au contraire d'oeu-vrer, dans l'intérêt collectif, pour la participation de tous à la république, selon la thèse dite « républicaniste » héritée de Machiavel, de J. Harrington, et reprise par les Whigs anglais ? On retrouve dans cette opposition historiographique, la célèbre distinction établie par Isaiah Berlin, entre liberté négative et liberté positive (soit, ici, la liberté lockienne à la base du libéralisme, de préserver ses droits, ses biens et ses intérêts privés contre l'ingérence d'autrui, par contraste avec la liberté politique qui permet la participation du plus grand nombre à la vie de la cité, en réaction au système monarchique)(Berlin, 1958) On peut également rapprocher cette distinction de celle effectuée par Benjamin Constant en 1819, entre la liberté selon les anciens (la liberté collective d'exercer un pouvoir souverain aux dépens des libertés de l'individu) et selon les modernes, c'est-à-dire la sécurité des jouissances privées garantie par des institutions représentatives (Constant, 1980).

2Cinquante ans après la Déclaration d'Indépendance, au cours de la période jacksonienne qui est celle qui m'intéresse ici, la question se pose-t-elle dans les mêmes termes ? L'extension progressive, de 1802 à 1828, du suffrage à tous les hommes blancs en age de voter voit naître ce que les contemporains appellent une démocratie politique, matérialisée pour la première fois par l'élection au suffrage populaire du Président Andrew Jackson, mais où continuent de s'affronter différentes conceptions de la liberté. Car, loin de déboucher sur un accord concernant la nature de la liberté de l'individu vis à vis de la société et vis à vis de l'Etat, l'émergence d'un nouveau système politique fondé sur la représentation politique égale des citoyens blancs pose de manière aiguë la question de la nature de la liberté, qu'elle soit politique, sociale ou économique. La démocratie jacksonienne, par sa nature novatrice, et traversée comme elle le fut par des enjeux politiques, économiques et sociaux fondamentaux qui mettent en question la nature de la liberté dans une démocratie, est donc le lieu par excellence d'une réflexion sur les différentes acceptions du concept de liberté.

3C'est précisément autour de conceptions rivales de la liberté que le « second bipartisme » oppose, à la fin des années 1820, les démocrates aux whigs (McCormick, 1966 ; Formisano, 1983 ; Hofstadter, 1969). Il est généralement classique d'opposer au plan économique les whigs partisans d'un Etat fort aux démocrates jacksoniens qui se font les chantres de la liberté économique pour protéger « le peuple » contre un Etat tyrannique et injuste.

4Au cœur du conflit partisan comme de la plupart des débats de l'ère jacksonienne, les mêmes questions se posent quant au degré de liberté que laisse subsister l'Etat et à celui qu'il garantit aux citoyens. C'est cette question qui est posée lorsqu'il s'agit du droit des états face à l'ingérence du pouvoir fédéral, par exemple lors du procès Cherokee Nation v. Georgia (1830) ou lors de la crise dite de « nullification » en 1832-33, ou encore à propos de l'esclavage dans la période du conflit sur l'abolition dès le début des années trente. C'est aussi le problème que pose, aux libertés individuelles, l'interventionnisme des mouvements réformistes religieux en matière de morale publique et privée. C'est enfin, et plus largement, le sujet soulevé déjà par James Madison dans le Federalist, du droit des « minorités » face à la « tyrannie de la majorité ». Or, si les deux partis majeurs de l'époque s'opposent sur la question du rôle de l'Etat fédéral, ils s'accordent, comme je le montrerai d'abord, sur une même conception du rôle du libéralisme en démocratie. Il y a là un consensus qui s'effrite rapidement avec la naissance, dès la fin des années vingt, de mouvements critiques du libéralisme jacksonien. Je soulignerai, dans une deuxième partie, la manière dont les nouvelles théories, proches des idées qui émergent au même moment en France et en Angleterre face au ferment démocratique, offrent une alternative originale au libéralisme jacksonien en renouvelant la pensée sur la liberté en démocratie.

1. Opposition partisane, consensus libéral

5Du fait qu'elle commence cinquante ans après la Révolution et qu'elle succède à la période jeffersonnienne de la jeune république, la démocratie jacksonienne propose en quelque sorte un bilan-anniversaire des espoirs nés en 1776, en ce qu'elle permet la réalisation apparente d'une démocratie politique. Cette période d'innovation politique pose simultanément des problèmes liés à la croissance, tant économique que territoriale, de la jeune république (dans ses visées continentales, voire impériales) et présente un cas d'étude intéressant à tout spécialiste de la démocratie comme système émergent. Mais elle provoque également une certaine frustration face à la carence de débats théoriques sur la question de la démocratie et de la place accordée à la liberté. Ainsi c'est davantage sur des cas pratiques précis que les deux partis principaux de la période se sont rapidement positionnés, autour de conceptions apparemment opposées de la démocratie et du libéralisme.

6Le bipartisme, qui renaît en 1824 à la faveur de l'adoption du suffrage universel masculin blanc (McCormick, 1966, 30) oppose au départ deux partis, les « nationaux-républicains » et les « démocrates-républicains », qui par leur nom respectif se réclament tous deux de l'héritage républicain ; mais afin de défendre des options divergentes dès le milieu des années 1830, ils prennent les appellations de « whigs » et « démocrates ». Qui sont les whigs ; qui sont les démocrates ? Les historiens en ont longuement débattu, depuis l'interprétation progressiste de M. Schlesinger Jr, qui fait des démocrates les défenseurs du peuple, soit essentiellement les petits producteurs et entrepreneurs de la cote Est ou du Middle West, contre les whigs patriciens de la Nouvelle Angleterre. A cette opposition de classe, se substitue dans les années 1970, une lecture « ethno-culturelle » qui souligne l'origine des whigs issus des vieilles familles protestantes de la Nouvelle-Angleterre soutenues par des démocrates du Sud et de l'Ouest, et par des Allemands, des Irlandais, immigrants récents et essentiellement catholiques (benson, 1961, 81 et chap. 7 ; Howe, 1979, 17). Symbole par excellence de leur lutte partisane, la fameuse « guerre bancaire » de 1832-34 met à jour les conflits entre les démocrates opposés au renouvellement de la Banque Centrale au profit des banques commerciales des Etats, et les whigs, partisans d'un contrôle monétaire national. Cette lutte résume à elle seule ce qui semble faire leurs différences : on trouve, d'une part, le parti démocrate au pouvoir de 1828 à 1840 qui affectionne l'autonomie au niveau local des états, contre le pouvoir fédéral qui s'oppose aux monopoles et aux privilèges de classe, qui promeut le libre-échange et privilégie la liberté individuelle dans la société. En face, les Whigs, qui gagnent les élections de 1840, préconisent depuis les années 1820 un programme national : « The American System » propose une construction politique, sociale et économique planifiée sur l'ensemble du pays, afin de favoriser la croissance interne de la jeune nation ; la banque centrale sera garante d'une unité monétaire ; l'industrie sera protégée par des tarifs protectionnistes ; un réseau de grands travaux financés par le gouvernement fédéral est en projet et une aide morale sera apportée aux individus par l'intermédiaire d'un réseau associatif national à base religieuse et à visée réformatrice (voir Watson, 1990).

7Les deux groupements politiques représentent donc deux facettes apparemment opposées du rôle de l'Etat dans la société et de la liberté qui en résulte, et leurs partisans respectifs ne font qu'appuyer ces différences. L'éditorialiste John O'Sullivan, véritable porte-parole du parti démocrate et l'un des rares théoriciens politiques de la période, s'exprime sans réserve, dans l'article introductif de la Democratic Review sur le rôle du parti démocrate dans la défense de la liberté : « We are opposed to all self-styled ‘wholesome restraints’ on the free action of the popular opinion and will... » (O'Sullivan, 1837, 2). Il clame haut et fort ce qui deviendra le slogan de sa revue : « The best government is that which governs least ». A un gouvernement trop présent, il préfère « a free voluntary principle » fondé sur une juste application des lois de nature (O'Sullivan, 1837, 6, 7-9). Fidèle aux révolutionnaires en lutte cinquante ans plus tôt contre une monarchie anglaise jugée « tyrannique », un vrai gouvernement démocratique doit exercer une autorité minimale qui permet de respecter les lois de la nature qui régnent entre les hommes. Le président Jackson lui-même n'a de cesse de saluer ou défendre la liberté des Américains dans tous ses discours, en insistant sur l'exception libérale américaine et son rôle vis-à-vis du reste du monde : « [F]rom the earliest ages of history to the present day, there never have been thirteen millions of people associated in one political body who enjoyed so much freedom and happiness as the people of the United States (Jackson in Richardson, 1879-1914, 1526) ». « What a salutary influence would not such an exhibition exercise upon the cause of liberal principles and free government throughout the world » (Jackson in Richardson, 1053). En réponse à la formule de Thomas Paine, qui en 1776 défend un gouvernement minimal (government is a necessary evil), Jackson rétorque : « There are no necessary evils in government. Its evils exist only in its abuses » (Paine in Foot, 1987, 66 et Jackson in Richardson, 1153). Ainsi dans les années 1830, la démocratie telle qu'elle se développe sous les deux mandats de Jackson serait celle d'un gouvernement restreint qui donnerait libre-cours à la liberté des individus en société.

8Au « laissez-faire » jacksonien, les Whigs répondent par un programme qui donne par contraste un rôle « positif » au gouvernement dans ses initiatives économiques ou sociales, tout en maintenant ce qui est perçu par les démocrates comme un paternalisme suspect (Ashworth, 1987, 56), qui prend appui sur l'important fondement moral de la lutte contre l'esclavage, de la défense des Indiens déportés et d'une politique cohérente en matière éducative (Howe, 1990, 121-145). Mais, lorsque le réformateur whig Horace Mann projette de centraliser l'éducation, les démocrates dénoncent la menace qui se profile d'une mainmise de l'Etat sur l'éducation et la formation des enseignants : « In a free government, there can be no teaching by authority, and all attempts to teach by authority are so many blows struck at its freedom » (Mann, 1839, 409).

9Pourtant, au-delà des divergences affichées, ces partis sont tous deux issus de la même culture politique libérale : née de la Révolution américaine et de sa conquête de la liberté politique contre la monarchie, l'émergence d'une opposition partisane, d'une politique des partis, est libérale dans son essence même (Manin, 1986, 14-15). Les tiers partis, tel l'éphémère parti des Travailleurs de New York, Boston ou Philadelphie, acceptent eux-mêmes « le jeu politique bourgeois » (Manin, 1986, 18), malgré leur critique des partis principaux et leur conception de la démocratie. Tous ces partis se réclament explicitement de la Révolution et de la liberté qu'elle a conquise, un des droits fondamentaux inscrits entre autres, dans la Déclaration d'Indépendance. Il s'agirait donc, plutôt que d'une opposition irréductible, d'une divergence entre deux types de libéralisme, l'un à tendance « positive », l'autre « négative », pour reprendre la terminologie de Benson : les whigs défendraient la participation libérale du gouvernement aux affaires économiques ; les démocrates, partisans du laissez-faire, se protégeraient d'une intervention du gouvernement dans l'économie (Benson, 86-87). Cette hypothèse rejoint celle formulée par la célèbre école historiographique du consensus dans les années 1950 (et reprise en d'autres termes par certains historiens radicaux des années 1970) qui voyaient les démocrates et les whigs comme des hommes animés par une même recherche du profit dans la libre entreprise, plus ou moins assistée par l'Etat (Hofstadter, 1974 ; Pessen, 1985, c'est moi qui souligne).

10Cette hypothèse du consensus semble se confirmer lorsqu'on distingue les programmes des partis de la politique effective des gouvernements dans les années 1830-40 : lorsque Jackson fait opposition à la Banque nationale, son cheval de bataille (« Is there no danger to our liberty and independence in a bank that in its nature has so little to bind it to our country ? » (Jackson, 1832, in Richarson, 1144), il donne l'impression de vouloir défendre la liberté économique des états et du peuple contre l'oppression d'un gouvernement central (qui est décrit dans les termes même qui ont servi à attaquer la monarchie britannique). Or, sa conception du peuple est celle de petits entrepreneurs partisans du laisserfaire économique et donc du libéralisme qu'il semble vouloir dénoncer, sous couvert de protéger ce même peuple. Certains historiens se sont justement employés à dénoncer le mythe du laissez-faire Jacksonien Gunn, 1988 ; Wulf 2000, 53-74). En effet, peut-on réellement dire que la politique de Jackson est cohérente en matière de défense du droit des états ? S'il prend bien la défense de l'état de Géorgie contre les Indiens Cherokee et la Cour Suprême en 1831, sa politique de grands travaux ou de tarifs douaniers est autrement plus contradictoire : n'a-t-il pas menacé d'envoyer les troupes fédérales contre l'état de Caroline du Sud qui risquait de faire sécession en affirmant le droit pour un état d'annuler un vote fédéral pris à la majorité ? N'a-t-il pas refusé dans un veto célèbre, d'allouer les fonds nécessaires à la construction de la route de Maysville dans l'Ohio, projet qu'il jugeait, paradoxalement, d'une nature trop peu fédérale ? De même, sous leurs apparences paternalistes et antidémagogiques, les whigs n'ont-ils pas finalement adopté le langage démagogique de leurs opposants en jouant le jeu des élections populaires (libérales par excellence) dans la fameuse campagne de 1840 où ils remportèrent finalement la victoire (McCormick, 49, 341) ; Formisano, 255-56) ?

11Opposition partisane, ou consensus ? De ce vaste débat historiographique, on en est aujourd'hui à un retour à l'interprétation d'une position différenciée des deux partis (Ascroft,), ainsi qu'au questionnement sur la participation réelle des citoyens dans la nouvelle démocratie (Altschuler and Blumin, 1997, 885-886 ; Watson, 1997, 886-893 ; Baker, 1997, ; Basch ; Althushler and Blumin, 1997, b). Ne faudrait-il pas plutôt parler de « culture politique jacksonienne libérale » qui engloberait, avec des variantes, les deux grands partis de la période ?

2. La critique du libéralisme jacksonien au nom des vraies libertés

12Le libéralisme démocratique jacksonien, au sens large du terme, est loin d'avoir fait l'unanimité, comme l'indiquent les nombreuses voix critiques qui s'élèvent à la même époque et qui expriment de manières diverses leur désaccord avec l'interprétation que donne la classe politique de la liberté héritée de la Révolution. La période dite jacksonienne se caractérise en effet par une relative ouverture sociale et voit éclore toutes sortes d'initiatives novatrices : c'est une période de ferment politique et social, un véritable laboratoire d'idées nouvelles où les mouvements naissent au gré des événements, que ce soit les expériences communautaires de Brook Farm ou d'Oneida, les partis de Travailleurs dans les premiers centres industriels, ou le foisonnement religieux évangélique à l'origine de mouvements associatifs réformateurs. Or la plupart de ces mouvements novateurs expriment des réserves sur le modèle libéral hégémonique et dénonce la trahison de la promesse contenue dans le projet révolutionnaire, celle de la liberté.

13Ce qui ressort du débat, c'est la difficile cohabitation entre le nouveau système démocratique et l'idéal de liberté ; ce sont, en d'autres termes, les carences de la liberté politique tant célébrée sous Jackson, qui sont dénoncées. Car si pour les hommes blancs en age de voter, cette liberté politique semble acquise, qu'en est-il des droits sociaux et des libertés individuelles ?

14En effet, ce que Jackson appelle le « vrai peuple » exclut de fait toute une partie de la population, même blanche. C'est ce que dénoncent les partis de Travailleurs qui se forment à la fin des années 1820. En réclamant la journée de dix heures, la fin de l'emprisonnement pour dettes et un système d'éducation publique, ils expriment le désarroi d'une classe croissante de non-propriétaires, loin de la promesse jeffersonnienne d'une Amérique peuplée de petits fermiers indépendants (Wilentz, 1984 ; Sumner 1918-1935). Selon le Free Enquirer et le Workingman's Advocate, il était certes important d'aller voter et d'exercer ses nouveaux devoirs de citoyens, sans que ceux-là soient assujettis au paiement d'un quelconque cens ou d'une taxe foncière (Owen, and Wright, 1829-1830 ; Evans, 1830-1833). Mais il importe de savoir pour qui voter. Car le libéralisme jacksonien a ses limites : il ne prend pas suffisamment en compte la dimension sociale du citoyen. Ainsi le « peuple » tant salué par Jackson n'existerait que dans sa dimension politique et ne tiendrait pas compte des différences sociales, aux antipodes du mythe tocquevillien contemporain de « l'égalité des conditions » (Tocqueville, 1881,1,91 ; Wulf, 1996, 51-57). Ces petits artisans urbains menacés pour la première fois dans leur indépendance économique dénoncent une liberté politique qui n'est que mensongère lorsqu'elle n'est pas accompagnée de son corollaire social, l'égalité. Car le peuple n'est pas libre lorsqu'il n'est pas indépendant d'un point de vue économique, et lorsqu'il travaille pour un salaire qui n'est qu'un « wage slave », un « esclave des salaires », selon la terminologie en usage à l'époque (Foner, 1998, 58-60) Sans pour autant provoquer un mouvement social d'une ampleur comparable à celle que connaîtront certains pays d'Europe au cours du XIXième siècle, ces critiques rejoignent parfois une réflexion pré-marxiste menée en Europe par des théoriciens sociaux comme Fourier ou St. Simon.

15Parallèlement s'est posée la question de savoir quelles garanties le nouveau système offrait pour la défense des droits individuels. Issus du renouveau protestant qui touche au début du siècle les évangélistes enthousiastes comme les unitariens plus rationnels (ou plus intellectuels comme les transcendentalistes), bon nombre de réformateurs distinguent les libertés individuelles des libertés politiques récemment acquises et se concentrent ainsi sur l'amélioration du statut de l'individu dans la société, hors du champ politique. C'est alors la dimension morale et humaine de l'individu et non son identité politique qui est mise en avant, comme chez les réformateurs de l'éducation, pour qui l'éducation confère la liberté, la lutte contre « l'esclavage de l'ignorance ». L'accent est mis sur la recherche d'une culture de soi, loin de la culture de masse démocratique, comme Henry David Thoreau l'explique dans une lettre à un contemporain :

I could make an education a pleasant thing both to the teacher and the scholar... But I am not blind to the difficulties of the case; it supposes a degree of freedom, which rarely exists. It has not entered into the heart of man to conceive the full import of that word – Freedom – not a paltry republican freedom...but a freedom proportionate to the dignity of his nature – a freedom that shall make him feel that he is a man among men... (Thoreau to Brownson, December 30, 1837)

16Or, il est intéressant de souligner la manière dont la croisade morale menée par les associations, essentiellement Evangélistes, pour la défense des individus en démocratie, fut justement rejetée comme antidémocratique par les démocrates et certains travailleurs. Ceux-ci avaient en effet le sentiment que les sectes évangélistes exerçaient un contrôle sur la société, qu'elles régulaient les comportements individuels, sans développer auprès de ces individus la critique rationaliste nécessaire à une action effective. « Associations, sectarian and moral espionage are fast swallowing up individual freedom » dénonce une revue proche des démocrates :

Matters have come to such a pass that a peaceable man can hardly venture to eat or drink, to go to bed or to get up, to correct his children or to kiss his wife, without obtaining the permission of some moral or other reform society.(Abolition Proceedings, BQR, 1838,498; “Ultraism”, BQR 1838,108).

17On retrouve ici une formulation extrême de la traditionnelle méfiance démocrate à l'égard du projet whig, interprété comme une mainmise de l'Etat sur la vie privée par les associations réformatrices. Cette ingérence est perçue comme contraire à la liberté que ces actions prétendaient défendre. De manière plus générale, la définition même de ce qu'on entend par démocratie est mise en cause, lorsque le système qui trouve son fondement dans la liberté ne semble pas donner naissance à la liberté correspondante chez les individus ; c'est l'essence de la critique formulée par certains penseurs américains, proches des Français ou des Anglais, qui tentent d'analyser la difficile conciliation des aspirations populaires et égalitaires avec ce qui est perçu comme une déperdition en termes de liberté pour l'homme.

18Ainsi, la base même du système démocratique se trouve remise en question par la dénonciation de la « tyrannie de la majorité » chère à Tocqueville (Tocqueville 1,1835) – et reprise, entre autres par John Stuart Mill (1861). Le principe selon lequel la décision appartient à la majorité (...The first principle of our system, that the majority is to govern »), dit Jackson dans son premier discours à la nation (Jackson, 1829, in Richardson, 1011), principe purement arithmétique et utilitariste (Bentham, 1776), chargé de donner une voix politique à tout un chacun, est paradoxalement rejeté comme tyrannique et provoquant l'effet contraire de ce qui est effectivement voulu. Tocqueville le premier, (et sa critique trouve des échos chez des libéraux de part et d'autre de la Manche et de l'Atlantique) dénonce la dérive démocratique, commune à toutes les démocraties de « l'omnipotence de la majorité ». Dans un système démocratique, « l'empire de la majorité » est absolu, la majorité impose sa « tyrannie » aux dépens de la liberté (Tocqueville, I, 343 et 348ff). De même, Guizot en France « accepte la démocratie en tant qu'elle qualifie un état social où les libertés sont garanties et l'égalité civile respectée, mais la repousse en tant qu'elle renvoie à la souveraineté du nombre » (Rosanvallon, 1985, 46) ou selon Stuart Mill : « The ‘tyranny of the majority’ is now generally included among the evils against which society requires to be on its guard » (Mill, 1859 in Warnock, 1962, 129).

19Chez les démocrates américains, on trouve des échos partiels de cette conception de la majorité tyrannique ; elle prend un sens tout particulier dans le contexte fédéral américain, au sein duquel les états fédérés revendiquent des droits à la souveraineté. La lutte pour la reconnaissance du droit des états, de la liberté souveraine des états face aux décisions fédérales prises à la majorité du Congrès ou émanant d'un exécutif élu à la majorité prend un tour bien spécifique dans les années 1820-1840. En effet, que ce soit la question des tarifs douaniers protectionnistes qui desservent le Sud ou celle du droit à pratiquer l'esclavage dans ces mêmes états, ces revendications sont formulées, voire théorisées par le Sénateur de Caroline du Sud, J.C. Calhoun, en termes de droits ou de liberté des minorités (ici les états du Sud), contre la majorité que représente le gouvernement fédéral, ce que résume son célèbre toast de 1830 : « The Union, next to our liberties, the most dear ».

20Comme nous pouvons le voir, la liberté est associée, à « un moins d'Etat » dans l'ensemble des critiques émanant des jacksoniens démocrates, des réformateurs, des Travailleurs et des « sécessionnistes » potentiels du Sud. On trouve néanmoins, mais elle est rarissime aux EtatsUnis dans la période, l'expression d'une critique du libéralisme jacksonien qui condamne le laissez-faire sans pour autant se réclamer du parti whig. Cette dénonciation du laissez-faire au sens le plus général du terme, au-delà du libéralisme économique, rejoint celle des libéraux français et anglais. Ainsi, dans un langage original et prophétique en faveur d'un Etat garant de la liberté, le réformateur et essayiste Orestes Brownson s'élève au nom de la liberté, contre le principe de méfiance à l'égard du gouvernement prôné par les jacksoniens. Brownson associe la liberté au pouvoir et à l'autorité : « The great end with all men in their religious, their political and their individual actions, is FREEDOM. The perfection of our nature is in being able to ‘look into the perfect law of liberty’, for liberty is only another name for power » (Brownson, 1843a, 270).

21En effet il s'agit, selon lui, de bien distinguer la liberté de la « licence ». Loin du refus de tout gouvernement par les réformateurs unitariens parmi d'autres (« All we want government for is simply to undo what government has done » (Channing in Brownson 1843a, 263)), il prend le contre-pied de la critique libérale à la mode qui consiste à supporter le gouvernement comme un « mal nécessaire » (necessary evil). Il revendique au contraire le gouvernement comme un « bien positif » (positive good) (Brownson, 1841, 83). Plutôt que de cantonner gouvernement et société dans des sphères séparées et étanches (ce qui faisait l'originalité des libéraux), il les associe à nouveau, et ce faisant, élabore un lien entre liberté et pouvoir, liberté et gouvernement, liberté et autorité : « We want government, not to limit our freedom, but to guarantee it » (Brownson, 1843b, 371). « Freedom does not consist in the absence of government, but in the presence of a government that ordains and secures it. Liberty is always the result of authority, the creature of civil society, and impossible without it » (Brownson, 1842, 486).

22La liberté uniquement « négative » héritée de la Révolution américaine est rejetée comme rétrograde et naïve, et donc contraire à la vraie liberté qui doit savoir coexister avec le pouvoir, l'Etat protecteur, lui-même protégé par la Constitution. Cette critique anachronique parce qu'en avance sur son temps fut dénoncée comme conservatrice par ses contemporains qui la disaient associée au paternalisme des Whigs, voire à un retour à la monarchie organiciste. Le caractère novateur que représentait sa conception du gouvernement, chargé non pas de réprimer mais au contraire de défendre les libertés individuelles et collectives, annonçait un libéralisme d'un genre nouveau, qui ne naîtra qu'un siècle plus tard aux Etats-Unis.

Bibliographie

Ouvrages cités

« Abolition Proceedings ». 1838. Boston Quaterly Review (October).

Altschuler, Glenn C. and Stuart M. Blumin, 1997a. « Limits of Political Engagement in Antebellum America : A New Look at the Golden Age of Participatory Democracy ». Journal of American History 84 (December) 885-886.,

—, 1997b. « Politics, Society and the Narrative of American Democracy ». JAH 84 (December) 904-909.

Ashworth, John, 1887. « Agrarians » and « Aristocrats » : Party Political Ideology in the United States, 1837-1846. Cambridge : Cambridge University Press. 56.

Appleby, Joyce, 1984. Capitalism and a New Social Order : Republican Vision of thee 1790s. New York : New York University Press.

Baker, Jean Harvey, 1997. « Politics, Paradigms and Public Culture ». JAH 84 (December) 894-899.

Basch, Norma, 1997. « A Challenge to the Story of Popular Politics », JAH 84 (December) 900-903

Baylin, Bernard, 1967. The Ideologiccal Origins of the American Revolution. Cambridge : Harvard University Press.

Benson, Lee, 1961. The Concept of Jacksonian Democracy : New York as a Test Case. Princeton : Princeton University Press.

Berlin, Isaiah, 1958. Two Concepts of Liberty. New York : Oxford University Press.

Bentham, Jeremy, [1776], 1977 « A Fragment on Government », A Comment on the Commentaries, Eds. Burna and Hart. London : The Athlone Press.

Brownson 1841. « Our Future Policy », Boston Quaterly Review, (January).

—, 1842. « Brook Farm », Democratic Review (November).

—, 1843a. « Origin and Ground of Government », Democratic Review (April).

—, 1843b. « Democracy and Liberty », Democratic Review (April).

Constant, Benjamin, [1819] 1980. De la Liberté des anciens comparée à celle des modernes. In Marcel Gauchet Ed. De la Liberté chez les modernes. Paris : Hachette. 595

« Education of the People, 1839.Boston Quaterly Review, (October)

Evans, George, 1830-1833.The Workingman's Advocate. New York.

Foner, Eric, 1998. The Story of American Freedom. New York : Norton, 58-60.

Formisano, Ronald, 1983. The Transformation of Political Culture : Massachusetts Parties, 1790s-1840s. New York : Oxford University Press.

Hartz, Louis, 1955. The Liberal Tradition in America : An Interpretation of American Political Thought Since the Revolution. New York : Harvest.

Hofstadter, Richard, 1969. The Idea of a Party System : The Rise of a Legitimate Opposition, 1780-1840. Berkeley and Los Angeles : University of California Press.

—, [1948] 1974. The American Political Tradition and the Men Who Made It. New York : Vintage Books.

Gunn, L. Ray, 1988. The Decline of Authority : Public Economy Policy and Political Developement in New York State, 1800-1860. Ithaca, NY : Cornell University Press.

Howe, Daniel Walker, 1979. The Political Culture of the American Whigs. Chicago : University of Chicago Press.

—, 1990. « Religion and Politics in the Antebellum North », Religion and American Politics, From the Colonial Period to the 1980s. Mark A. Noll Ed. New York : Oxford University Press,121,145.

Jackson, Andrew, « First Annual Message »[1829], « Bank Veto »[1832], « Farewell Address »[1837], 1879-1914, A Compilation of the Messages and Papers of the Presidents, Ed. James D. Richardson. New York : Bureau of National Literature, Inc.

Kranmick, Isaac, 1982. « Republican Revisionism Revisited”, American Historical Review 87 (June) 629-64.

Manin, Pierre, 1986. « Introduction ».Les Libéraux, 2 vols. Paris, Hachette

Mann, Horace, 1839. « Education of the People », Boston Quaterly Review (October).

.McCormick, Richard P, 1966. The Second Party System Formation in the Jacksonian Era. Chapel Hill : University of North Carolina Press.

Mill, Stuart John, [1859] 1962. « On Liberty » in Mary Warnock Ed. Utilitarianism. London : William Collins Sons.

—, [1861] 1975. Representative Government, Three Essays. London : Oxford University Press.

O'Sullivan, John, 1837. « Introduction », The United States and Democratic Review (October).

Owen, Robert Dale and Wright Frances, 1829-1830, The Free Enquirer, New York.

Paine, Thomas, [1776] 1987. Common Sense. In The Thomas Paine Reader, Eds. Michael Foot and Isaac Kranmick. London : Penguin.

Pessen, Edward, [1969] 1985. Jacksonian America : Society, Personality and Politics. Urbana : University of Illinois Press.

Pocock, John G.A, 1975. The Macchiavellian Moment t : Florentine Political Thought and the Atlantic Republican Tradition. Princeton : Princeton University Press.

Rosanvallon, Pierre, 1985. Le Moment Guizot. Paris : Gallimard.

Schlesinger, Arthur M. Jr, 1945. The Age of Jackson. Boston : Little, Brown.

Sumner, Helen, 1918-1935. « Citizenship » History of Labour in the United States, Ed. John R. Commons. New York : Macmillan.

Tocqueville, Alexis de. [1835] 1981. De la Démocratie Américaine, 2 Vols. Paris : Garnier Flammarion.

« Ultraism ». 1838. Boston Quaterly Review (October).

Watson, Harry L., 1980. Liberty and Power ; the Politics of Jacksonian America. New York : The Noonday Press.

—,1997, “Humbug ? Bah, Altschuler and Blumin and the Riddle of the Antebellum electorate”. JAH, (Dec, 886-893)

Wilentz, Sean, 1984. Chants Democratic : New York City and the Rise of the American Working-Class, 1788-1850. New York : Oxford University Press.

—, 1997. « Humbug ? Bah ! Altschuler and Blumin and the Riddle of the Antebellum Electorate », JAH 84 (December) 886-893.

Wright, Frances, 1989. « To the Intelligent among the Working-Classes » Free Enquirer (December 5) 47.

Wood, Gordon, 1969. The Creation of the American Republic, 1776-1787. Chapel Hill : North Carolina University Press.

Wulf, Naomi, 1996. « La Démocratie, exception américaine : Orestes Brownson (1803-1876) répond à Tocqueville », « L'Exception américaine », Annales du Monde Anglophone 3 (Avril) 45-63.

—, 2000. « 'The Greates General Good' : Road Construction, National Interest and Federal Funding in Jacksonian America », Federalism, Citizenship, and Collective Identities in US History, Eds. Cornells A. Van Minnen and Sylvia L. Hilton. Amsterdam : VU University Press. 53-72

Auteur

Naomi Wulf est Maître de Conférences à l'université Paris-XII-Val de Marne où elle enseigne l'histoire américaine. Elle est l'auteur d'une thèse sur l'idée de démocratie dans la période Jacksonienne, et collabore actuellement à un numéro de la RFEA (Revue Française d'Études américaines) sur les « Lumières Américaines ».

© Presses universitaires François-Rabelais, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable