Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

D’un lieu a un autre : les femmes dans le processus migratoire

Constance De Gourcy

Texte intégral

  • 1 De Gourcy C. « La migration urbaine volontaire entre itinéraires biographiques et inscription spat (...)

1Phénomène migratoire parmi d’autres, la migration que nous avons qualifiée de volontaire a décliné ses caractéristiques et ses particularités au fil d’une série d’entretiens1, effectués auprès de migrants originaires de différents pays. Bénéficiant d’assises littéraires et poétiques davantage que scientifiques, ce type de migration délivre progressivement ses spécificités. Émerge alors la présence des femmes au sein de cette population de migrants volontaires. Significative et, semble-t-il spécifique, cette présence attire l’attention et suscite le questionnement.

  • 2 Il s’agit de Marseille, Aix-en-Provence et Montpellier. La pertinence de ce choix se justifiait à (...)
  • 3 Selon l’expression de Roulleau-Berger L. et de Fabre G., « Identités, altérités et blessures socia (...)

2Originaires de différents pays d’Europe, d’Asie, d’Amérique et d’Océanie, ces migrants et migrantes sont venus s’inscrire pour une période plus ou moins longue dans une des trois villes du midi de la France2 retenues dans le cadre de cette étude. Des récits de vie et de villes3 ont alors permis d’aborder autrement la question de groupe migratoire en le fondant sur les récurrences qui traversent les parcours plutôt que sur des critères administrativement définis.

3En privilégiant, dans la recherche, les déterminants économiques, politiques ou familiaux qui président au déplacement de groupes de migrants et en déterminent le profil, les migrations individuelles ont pu être occultées. Aussi nous a-t-il semblé intéressant de nous pencher sur ces déplacements dont le ressort n’est pas la contrainte (hétéronomie de l’action) mais l’obligation (autonomie de l’action). Dès lors cette recherche s’est inscrite dans une perspective de compréhension d’une pratique qui se glisse dans les interstices statistiques.

4Pour autant, notre objectif, dans ces quelques pages, n’est pas de souligner la représentativité de cette population migrante. Il nous semble davantage opportun en effet de présenter quelques pistes d’analyse de façon à « désinvisibiliser » autant que possible ce phénomène social « clandestin », de façon à en souligner également l’importance dans la compréhension des vecteurs d’émancipation. Dans cette perspective, nous nous attacherons, dans un premier temps, à décrire le contexte qui prélude au départ en mettant l’accent sur les configurations familiales et relationnelles dans lesquelles sont engagées, plus particulièrement, les migrantes. Replacées dans une perspective historique, les histoires biographiques permettront d’aborder, dans un second temps, la question de l’entrée dans la vie familiale et professionnelle au regard de la mise en œuvre de la migration. Nous tenterons en particulier de montrer combien ces modes traditionnels de réalisation de soi échouent ou ne suffisent plus, dans le cas des migrantes, à satisfaire leurs attentes. Enfin, nous mesurerons au terme de cette réflexion les bénéfices et les coûts qu’engage ce type de démarche qui, rappelons-le, s’affirme comme étant volontaire.

LE CONTEXTE QUI PRESIDE AU DEPART

  • 4 Dans un article, Thompson avait attiré l’attention sur le fait que l’on néglige trop souvent de pr (...)

5Rares sont les travaux portant sur la migration des femmes4. Ces dernières apparaissent principalement dans des études traitant du regroupement familial ; leur rôle est alors plus passif qu’actif. Pourtant la femme peut, elle aussi, décider des migrations à mettre en œuvre. Aussi c’est sur la dimension actancielle de la décision envisagée à travers différents contextes que nous allons mettre l’accent. Tout se passe en effet comme si les migrantes construisaient la décision de partir et le déplacement qui s’ensuit comme une réponse à un environnement social et familial perçu négativement ou en proie à une reconfiguration. Le déplacement, en tant que catégorie d’action, vient alors conclure une série d’événements construits comme un préalable à la décision de partir. Trois types de configuration que nous examinerons successivement concourent effectivement à cette prise de décision.

Les secrets de famille

6Prendre en compte l’histoire biographique de la personne en tant qu’elle est intégrée dans un groupe familial et relationnel a permis de développer une approche diachronique. Cette approche présente le double avantage de saisir, d’une part, la migration dans une perspective biographique, de replacer, d’autre part, les différents types de configuration dans une perspective historique. Un bon exemple de ce double cadrage nous est donné à travers les secrets de famille.

7Ces derniers engagent, sur le mode de la distanciation, le refus de l’individu de perpétuer le non-dit familial. La construction de l’individualité passe en effet par une représentation de sa position au sein d’une lignée. L’éloignement est alors le moyen le plus radical pour signifier la mise à l’écart d’une mémoire perçue comme étant honteuse ou douloureuse. L’exemple de Stéphie (32 ans, éducatrice pour enfants), d’origine allemande, éclairera nos propos. Celle-ci se heurte au silence de son père allemand et de sa mère suisse qui taisent l’implication du grand-père paternel dans le régime politique allemand durant la seconde guerre mondiale. Le principal mot traduisant le déplacement est le verbe « bouger » (cinq fois dans le texte) qui semble moins rendre compte du déplacement opéré que de l’ébranlement ressenti par la locutrice face au refus de réponse : « Moi ce qui m’a fait bouger c’est le fait de ne pas trouver les réponses que j’ai cherchées au sein même de la famille. Je crois que ce qui fait bouger c’est le silence qui m’a fait bouger. Le silence qui fait bouger. Voilà ce qui m’a fait bouger, c’est le silence. Le non-dit face aux questions que je me suis posé. Le non-dit qui appelle le fait que je suis allée chercher des réponses. J’avais envie de chercher des réponses à des questions que je posais, auxquelles personne ne voulait répondre. »

  • 5 Nous empruntons les catégories constitutives de cette pragmatique de la mémoire à Ricoeur P., « L’ (...)

8Ainsi migrer volontairement vers d’autres contrées implique, dans les cas observés, l’éloignement des réseaux de proximité familiale et/ou relationnelle. La mémoire empêchée et/ou la mémoire manipulée5 donnent lieu à l’interdit de dire, à la censure de dire. En effet l’héritage historique de la faute définit une mémoire « souterraine » chez les membres des groupes familiaux concernés. Le déplacement vers un autre pays, vers d’autres villes traduit une distanciation physique et affective par rapport au legs familial d’une histoire à la fois douloureuse mais aussi et surtout honteuse.

Des configurations familiales modifiées

9Les secrets de famille ainsi que les décès modifiant les configurations familiales instituent pour le migrant un rapport particulier avec son histoire. En effet, si les secrets engagent l’individu dans un rapport de filiation douloureux avec ses prédécesseurs, la perte d’un proche transforme, chez ce dernier, la relation qu’il a avec sa descendance ou avec ses contemporains. La migration apparaît alors comme une solution qui permet de chercher dans l’ailleurs les conditions d’une existence meilleure.

10Chez la majorité des personnes rencontrées, ces ruptures atteignent la sphère des intimes. Il s’agit principalement de la perte d’un proche, par décès ou par divorce ; cette perte vient précipiter le départ en le rendant nécessaire. L’installation dans une autre ville devient alors une ressource mobilisée par les migrantes pour traverser une étape difficile de leur itinéraire biographique. L’exemple de Sara (62 ans, ethnologue) illustrera ces propos. En effet, si celle-ci a décidé de partir, elle ne sait comment rendre cette décision effective. Il faudra une série d’événements (chagrin causé par la mort d’un fils, discussion avec des amis qui lui suggèrent de venir à Marseille) pour que le départ soit effectif. En outre, le décès de son fils ordonne dans l’espace et le temps de Sara la nécessité du départ. Pourtant le choix de Marseille comme territoire d’ancrage relève d’une perception affective placée sous le sceau de l’adoration et de l’immédiateté du sentiment (une journée) : « J’avais une envie de Midi mais je voyais pas comment faire pour articuler avec Paris et en fait je ne faisais rien parce que c’est toujours plus simple de ne rien faire. Et puis j’ai un fils qui est tombé malade du sida et donc il y a eu deux années affreuses à la fin desquelles il est mort. Et un peu avant sa mort des amis qui habitent Marseille et qui y habitaient eux-mêmes depuis deux ans, m’ont dit : « Mais venez voir à Marseille, vous verrez comme on y est bien. » Parce qu’on avait parlé avec eux du fait que je voulais changer de vie parce que je sais... très peu de temps avant sa mort parce que sans ça je m’en sortirais jamais quoi.(...) Et il se trouve que j’ai adoré Marseille d’emblée. C’est-à-dire au bout de vingt-quatre heures j’ai dit : « Oui, oui je viens. ».

11Les recompositions familiales impliquent la réorganisation des espaces de vie. Chez les migrantes qui subissent des pertes par décès ou divorce, cette réorganisation passe par la mobilisation des capitaux sociaux et des réseaux relationnels dont elles disposent. Le départ apparaît non contraint mais rendu nécessaire par un faisceau de circonstances qui convergent vers la migration effective. Dès lors, le choix de se réinscrire ailleurs, dans un autre cadre de vie, ouvre sur les conditions d’un renouveau car ces lieux sont dépourvus de la mémoire douloureuse associée aux espaces de départ.

La violence symbolique

  • 6 Nous empruntons cette terminologie à Bourdieu P., La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

12La violence symbolique6 constitue la troisième atteinte à la sphère intime de la femme migrante. Elle renvoie à l’emprise masculine s’exerçant dans le cadre privé du couple et/ou dans le cadre professionnel. La migration, comme réponse à cette atteinte, définit sur le mode de la distanciation le refus de perpétuer ces rapports asymétriques.

  • 7 Concept emprunté à Koselleck R., Le futur passé ; Contribution à la sémantique des temps historiqu (...)
  • 8 La ville apparaît ainsi comme une scène, un espace d’exposition, où se jouent ces modèles de compo (...)

13La migration telle qu’elle est mise en œuvre apparaît alors comme le point de départ d’une période de vie où l’individu s’affirme comme objet et sujet de son propre épanouissement. Et, si le migrant « s’affaiblit » en se désengageant de son groupe familial ou de son milieu professionnel, il élargit cependant son « horizon d’attente »7 en rompant avec des formes d’enfermement. L’exemple d’Hélène (50 ans), Française née en Algérie, exerçant son métier d’enseignante en Turquie, illustrera les rapports de domination qu’exerce sur elle son conjoint. Mariée très jeune, elle s’est pliée aux attentes maritales jusqu’au moment où le départ de ses deux filles du foyer lui révélera ses attentes déçues, ses espoirs déchus. La violence symbolique trouve en effet son efficace dans le fait que le ou la victime intériorise les modèles de comportements attendus par celui ou celle qui exerce l’ascendant comme étant des modèles légitimes : « Et alors pour que ça passe inaperçu8 tu vois j’étais tout le temps souriante quand on allait faire les courses, en train de faire machin, en train de faire truc. Patrick [le conjoint] il était là, il bougeait pas : « Va me chercher ceci, fais-moi cela. » Et moi je faisais, je faisais comme une petite fourmi. Tu vois j’allais chercher les pièces de la voiture, il fallait que j’aille chez Nissan, chez machin, chez truc et tout. Est-ce que je sais ? Je t’en passe et des meilleures. Donc bon ben voilà, j’ai fonctionné comme ça si tu veux bon en donnant, donnant sans compter. Mais de temps en temps quand même je me disais : « Bon, heureusement que j’ai les filles pour recevoir », tu vois. Et ce qui s’est passé, c’est quand mes filles sont parties d’Istanbul, eh ben je recevais plus tellement. Et là je me suis dit : « Mais qu’est-ce que je fous moi ici. Pourquoi faire ? Pourquoi faire je vais rester là ? » Et donc c’est à ce moment-là que j’ai pris la décision de partir d’Istanbul. »

  • 9 Dans la thèse déjà citée, il a été montré que trois dimensions concourent à la décision de migrer  (...)

14Les rapports asymétriques au sein d’un couple trouvent parfois comme seule issue le départ effectif de celui ou celle qui a trop longtemps subi la domination de l’autre. L’émancipation se traduit alors d’abord par la prise de conscience de sa servitude, suivie ensuite par l’éloignement géographique. De façon générale, ces exemples illustrent ainsi la dimension intime9 qui participe de la décision de migrer. Que ce soit en effet les secrets de famille, les recompositions familiales ou encore la violence symbolique, il s’agit dans tous ces cas d’une atteinte à la sphère intime de l’individu. Cela étant vu, il nous reste à examiner maintenant les principaux modèles de réalisation de soi au regard de ce que nous apprend la migration sur la construction des identités.

LES MODELES TRADITIONNELS DE REALISATION DE SOI

15Sans prétendre épuiser la totalité de ces modèles, nous nous pencherons plus particulièrement sur les modes de réalisation procurés, d’une part, par la famille et, d’autre part, par le travail car ils apparaissent régulièrement dans les dires des migrantes. Ces modèles sont-ils toujours d’actualité ou bien sont-ils concurrencés par d’autres modes de réalisation ? Autrement dit, il s’agira de penser la migration volontaire comme un vecteur possible d’émancipation. Deux modèles seront donc présentés comme des modes possibles de réalisation pour les migrantes. Nous essaierons ensuite de voir en quoi et comment ces modèles ne suffisent pas à la visée émancipatrice de ces dernières.

La famille

  • 10 Dubet F. – Martucelli D., Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil, 1998.

16Les rôles conjugaux peuvent se traduire, comme nous venons de le voir, par des rapports asymétriques et inégalitaires au sein du couple. Cependant nous voudrions ici envisager le rapport à la famille sous un autre aspect. En effet fonder une famille organise le mode d’accès à la parentalité. F. Dubet et D. Martuccelli ont montré que l’entrée dans la vie parentale est aujourd’hui moins définie par la conformité à des règles générales que par la construction d’expériences propres combinant les passions et les intérêts10. On peut ainsi penser que ces passions et intérêts traduisent les attentes investies dans le cadre d’un projet de couple ; projet dont la finalité serait un accomplissement personnel. Qu’en est-il pour les migrantes rencontrées ?

17D’emblée précisons que différents cas de figures se sont présentés. Fonder une famille apparaissait pour un certain nombre de migrantes comme une norme dont elles voulaient se démarquer, comme une entrave à leur projet : c’est donc en célibataire qu’elles ont décidé de migrer. Pour d’autres, cependant, la migration est intervenue après la constitution de la famille. Interrompant leur vie de couple, elles sont parties vers d’autres horizons afin de se mesurer à d’autres défis. Remarquons d’ailleurs que ces dernières migrent vers un autre pays ou une autre ville en emmenant les enfants.

18En effet contrairement aux hommes qui partent seuls, laissant généralement la garde des enfants à leur compagne, nous avons rencontré des migrantes installées avec leurs enfants dans une des trois villes retenues dans le corpus. Nous prendrons, pour illustrer ce cas de figure, le parcours d’Ikuko (38 ans, d’origine japonaise), installée à Montpellier depuis presque dix ans avec ses deux enfants alors en bas âge. Remarquons, dans ce cas précis, que ni l’investissement professionnel au Japon, ni l’implication familiale ne suffisent à entraver son projet de départ et cela malgré les difficultés de toute sorte que cela pose. Parmi ces difficultés, mentionnons le fait qu’Ikuko n’avait, au moment du départ, que des rudiments de langue française alors même qu’elle devait s’engager dans une série de démarches administratives : « Et puis mon mari d’abord faisait de mon travail un problème personnel. Je sentais. Et puis en plus avec mon mari, c’est vrai que lui travaillait toujours. A ce moment-là, j’avais deux enfants mais il était toujours au bureau. Il y passait ses samedi et dimanche, la nuit jusqu’au milieu de la nuit il restait au bureau. Et puis j’étais quand même innocente (rires), donc si il me dit : « Je dois faire le travail ». Je ne dois pas en douter. « Ah bon je ne suis pas contente mais tant pis ». Je ne peux pas dire non parce qu’il dit que c’est son travail. Mais j’ai pensé plus tard que ce n’était pas vrai. Parce que même au Japon on travaille beaucoup mais pas jusqu’à minuit le dimanche, samedi et dimanche, c’est pas vrai. (...) Mais quand même pour moi, il ne me dit pas mais je peux imaginer facilement maintenant, mais pour moi quand même qu’est-ce que ma vie ? Moi je travaille au bureau, je m’occupe des enfants mais mon mari ne participe pas à faire la famille. Moi je ne suis pas contente. (...) Moi je le cachais mais j’étais pas du tout contente non plus. Donc ma vie était un petit peu.... (...) J’ai plein de choses obligatoires. Mais au fond de mon cœur toujours il y avait quelque chose qui n’allait pas. »

19L’insatisfaction, terme qui nous permettra de signifier et de révéler les attentes déçues, apparaît comme le point commun fédérant ces parcours migratoires. Le projet de couple dont les enfants résultent s’est soldé par l’abandon du foyer sans que les migrantes renoncent pour autant à leurs responsabilités familiales. De façon générale, le scénario d’une vie devenue trop prévisible, sans surprise a simplement fait place à l’aléa, à l’incertitude mais aussi à l’aventure.

Le professionnel

  • 11 Daune-Richard A.M., « Hommes et femmes devant le travail et l’emploi », Blöss T., La dialectique d (...)

20« Les femmes apparaissent aujourd’hui très attachées au fait d’avoir un emploi autant pour préserver leur autonomie que parce qu’elles en attendent un épanouissement personnel. Ayant acquis des droits (civils autant que civiques) dans la sphère publique, elles souhaitent accéder à l’ensemble des espaces du social et n’arrivent plus à se définir par le seul statut de mère de famille »11.

  • 12 Koselleck R., op. cit., 1990.

21L’obtention d’un emploi participe de l’autonomie de la femme et préfigure un mode de réalisation possible. Cela se juxtapose d’ailleurs, dans un certain nombre de cas, à la constitution de la famille. Toutefois, dans le cas des migrantes rencontrées, la participation aux activités productives, comme la constitution de la famille, n’excluent pas d’autres formes de réalisation. Même non contrainte par des raisons professionnelles et malgré les sacrifices que cela implique, la migration apparaît alors comme l’ouverture et l’élargissement de l’« horizon d’attente »12 de ces migrantes.

  • 13 Notons que dans les entretiens de couples ou de personnes parties en couple dont nous disposons, c (...)

22Le parcours de Paquie (41 ans, enseignante) d’origine espagnole nous paraît représentatif de ce type d’arbitrage entre épanouissement professionnel et épanouissement personnel. C’est en effet en famille13 qu’elle migrera depuis Orléans vers Montpellier, ville qui réunit les qualités recherchées du pays d’origine. Malgré les nombreuses contraintes entraînées par la mise en œuvre de ce projet et la nécessité de convaincre son conjoint, le choix résidentiel l’emportera sur tout autre considération. La satisfaction que lui procure son travail à Orléans est reléguée au second plan. Ainsi raconte-t-elle : « C’est quand vraiment on a décidé il y a deux ans de demander une mutation, en pesant le pour et le contre, c’était un peu… enfin pour moi, ça a toujours été très douloureux parce que bon j’étais dans un lycée de centre-ville, donc ça se passait bien quoi. J’avais les BTS, ça faisait des années que je les voulais et ça faisait trois-quatre ans que je les avais. J’étais à la fac, j’étais chargée de cours à la fac, ça se passait bien. Ça s’est bien passé avec les étudiants, j’ai eu de bons rapports avec eux. Ils m’ont demandé, il y en a sept qui m’ont demandé d’être leur tutrice pour leurs stages. Donc... disons que j’avais obtenu ce que je voulais professionnellement mais j’avais toujours pas envie de rester quoi. »

  • 14 Dubet F. – Martucelli D., op. cit., p. 110.
  • 15 Sontag S., En Amérique, Paris, Christian Bourgois, 2000.

23L’insatisfaction semble constituer le ressort de la migration et le moteur de la découverte vers d’autres horizons. En effet si l’épanouissement de la femme passe bien par l’entrée dans la parentalité et par l’accès au champ professionnel, ces deux dimensions ne sauraient être envisagées comme les conditions nécessaires et suffisantes à leur bien-être. Comme le soulignaient déjà F. Dubet et D. Martuccelli « les individus cessent de se définir massivement et exclusivement par leur rapport au travail et se tournent vers un champ pluriel où ils revendiquent de nouvelles compétences ou d’autres appartenances identitaires »14. Ainsi d’autres quêtes existent qui ont comme vecteur la migration volontaire et cela est particulièrement prégnant en ce qui concerne les femmes. Pensons, dans cette perspective, à l’exemple romanesque de cette célèbre actrice polonaise qui, déjà au xixe siècle, renonçait à sa carrière d’artiste pour migrer aux États-Unis afin de se mesurer à d’autres défis15.

  • 16 Parmi les difficultés couramment rencontrées, il faut noter l’obstacle linguistique, la difficulté (...)

24En somme, il est apparu que les modèles traditionnels de réalisation féminine trouvent ici leur limite. Ni l’entrée dans la parentalité, ni l’accession à un emploi ne remplissent les attentes des femmes. Ces attentes apparaissent d’autant plus fortes qu’elles renvoient d’une part à l’exigence de s’affranchir d’un destin social dont les paramètres semblent connus d’avance et traduisent d’autre part la question du sens de l’existence (cf. Ikuko qui se pose la question : « qu’est-ce que ma vie ? »). La migration non contrainte apparaît alors comme un défi dans la mise en confrontation de soi par rapport à un environnement qui reste pour une large part dominé par l’inconnu16. Cependant migrer volontairement ne se réalise pas sans un certain nombre de difficultés. Intéressons-nous donc de plus près aux pertes et gains obtenus dans la mise en œuvre de la migration.

LA MIGRATION VOLONTAIRE ENTRE PERTES ET PROFITS

  • 17 Timur S., « Évolution et enjeux majeurs des migrations internationales : une vue d’ensemble des pr (...)

25Nombreuses sont les femmes qui migrent. A titre indicatif en 1990, le nombre total des femmes vivant hors de leur pays d’origine était estimé, à l’échelle mondiale à 57 millions, soit 48 % de la totalité des immigrants dans le monde entier ; leur motivation n’étant pas forcément d’ordre économique mais davantage liée à la recherche d’un mieux-être17. Pourtant il n’est pas facile de migrer, surtout quand on est femme, car la migration implique souvent la perte des solidarités affectives et, de façon plus générale, l’éloignement des réseaux de proximité. Aussi peut-il être intéressant de brosser un bref tableau des principales difficultés auxquelles se heurte la migrante dans la mise en œuvre de la migration. Il existe cependant des gains liés au déplacement et nous essaierons de voir à partir de là comment ce bilan nuancé introduit à la question de l’autonomie.

Les pertes

26L’équivoque du mot « perte » nous conduit à relativiser notre propos. En effet comment mettre en œuvre la migration si la personne estime que les aléas et les risques encourus seront supérieurs aux gains escomptés ? C’est pourquoi nous entendrons ce terme au sens large en essayant de voir comment les difficultés auxquelles sera confrontée la migrante débouchent finalement sur les conditions qui vont rendre possible la migration et valide la démarche d’inscription. L’éloignement et les épreuves rencontrées révèlent en effet les déplacements affectifs, cognitifs du migrant à l’égard de son pays ou de sa ville d’origine.

27Quels sont les éléments qui nous semblent caractériser les pertes du migrant ? Nous les avons appréhendées comme étant liées à la démarche migratoire elle-même et aux obstacles qui résultent de la mise en œuvre du projet. De façon générale, les difficultés rencontrées se scindent en deux groupes : certaines, comme nous le verrons, sont conjoncturelles, d’autres plus structurelles.

28Parmi les aléas qualifiés de conjoncturels, on peut noter par exemple la difficulté à se faire muter dans les villes choisies. Ce cas de figure est particulièrement prégnant quand les scènes professionnelles et les scènes résidentielles ne peuvent être dissociées. Ainsi reprendrons-nous, pour éclairer nos propos, le parcours de Paquie qui a décidé de quitter Orléans où elle exerçait son métier d’enseignante pour la ville de Montpellier qui lui rappelle son pays d’origine, l’Espagne. La ressemblance entre cette région et le pays d’origine a convaincu Paquie que c’était là selon ses propres mots la « solution » résidentielle qui lui permettrait de combiner son désir de vivre dans le pays d’adoption et l’impression d’être encore un peu dans son pays natal. Le couple étant fonctionnaire, Paquie et son mari décident de demander une mutation pour le Midi sachant toutefois qu’ils ne pourraient obtenir directement la destination souhaitée et que partir signifiait renoncer à un certain niveau de vie. Ce choix a donc été raisonné du fait des sacrifices et des contraintes qu’il impliquait (perte de la proximité d’un réseau d’amis, renonciation à des activités professionnelles jugées valorisantes, etc.). L’installation à Montpellier n’a finalement été effective que deux ans après la demande de mutation et après avoir « subi » un passage en Lozère jugé difficile. Installé à Montpellier le couple souhaite désormais acquérir une maison afin que les enfants aient un lieu de référence.

29Cet exemple qui traduit la difficulté à concilier les scènes professionnelles et résidentielles dans la ville élue se complique dès lors que la migration s’effectue à partir d’un autre pays. Outre les difficultés qui résultent de l’éloignement des réseaux de proximité familiale, d’autres renoncements sont à mettre sur le compte des pertes entraînées par la migration. Pour illustrer ce type de situation, nous reprendrons le parcours d’Ikuko qui, avant son départ, parvient à négocier, auprès de son employeur un congé sabbatique d’environ une année. Cette négociation lui garantit une certaine sécurité professionnelle à son retour. Pourtant lorsque le délai en France sera écoulé il n’est plus question qu’elle rentre au Japon et cette décision lui fait perdre du même coup le bénéfice de retrouver son emploi. Cela fait maintenant environ dix ans qu’elle est installée à Montpellier où elle a repris ses études au niveau DEA (Diplôme d’Etudes Approfondies) de façon à pouvoir effectuer un doctorat alors en cours au moment de l’entretien. Les retours au Japon se font pendant les vacances d’été. Le mari vient les voir de temps en temps, c’est d’ailleurs lui qui assure les conditions financières de sa petite famille. Ikuko se consacre désormais à des études longues, souvent interrompues par ses devoirs familiaux. Sa sécurité financière est maintenue jusqu’à la majorité des enfants mais la question reste ouverte après cette période. L’arrêt de son travail l’a mise en situation de dépendance financière par rapport à son mari. En effet, il lui est très difficile de trouver en France un emploi équivalent à celui qu’elle avait au Japon dans la mesure où elle ne maîtrise pas assez la langue et où l’âge avance. Un retour au pays ne lui assurerait pas non plus la garantie de retrouver ce qu’elle a laissé.

30En somme, ces deux exemples ont permis de souligner la difficulté inhérente au projet migratoire et à sa mise en œuvre. Difficultés dont l’amplitude varie d’ailleurs selon la nationalité du migrant et sa situation professionnelle. Pourtant, malgré ces épreuves, toutes les personnes rencontrées désirent rester car c’est à ce prix qu’elles ont conquis une certaine tranquillité. Penchons-nous donc sur les satisfactions, les gains obtenus dans la réalisation de la migration.

Les gains

  • 18 Au sens où l’entendait Stendhal.

31L’installation dans une des trois villes constitue la phase d’aboutissement d’un long processus entre la découverte de la ville, la « cristallisation »18 et la mise en œuvre effective du déplacement. Toutes ces étapes par lesquelles le migrant va mettre à l’épreuve sa décision de partir s’étendent sur des temporalités propres à chacun des individus. Mais il est un trait commun à tous : une fois installé, personne ne regrette les épreuves subies. Aussi malgré les difficultés que rencontre cette démarche, la satisfaction est manifeste et c’est sous l’angle symbolique bien plus que matériel que nous considérerons les gains obtenus.

  • 19 Huston N., Sebbar L., Lettres parisiennes ; Autopsie de l’exil, Paris, J’ai lu, p. 28.

32La décision de migrer place en effet d’emblée l’individu dans une position actancielle dans la mesure où il quitte des configurations familiales, maritales et s’affranchit des pesanteurs du lieu de départ. Cette position actancielle renvoie aussi au fait que l’individu ne subit plus, il entre dans l’agir. Pensons dans cette perspective au récit que nous livre L. Sebbar de son expérience de l’exil en France : « C’est ma conscience de l’exil qui m’a fait comprendre et vivre la division, dans le mouvement des femmes en particulier, où j’ai su que je suis une femme dans l’exil, c’est-à-dire toujours à la lisière, frontalière, en position de franc-tireur, à l’écart, au bord toujours, d’un côté et de l’autre, en déséquilibre permanent. Un déséquilibre qui aujourd’hui, après des passages, des initiations amoureuses et politiques, me fait exister, me fait écrire »19.

33L’exil, la migration volontaire permettent d’acquérir un regard éloigné sur son expérience, sur son vécu. Nombreuses sont les migrantes qui ont tenu à raconter le déplacement cognitif qui fut le leur dans cet entre-deux qui caractérise leur position. Le retour au pays, même momentané, donne aussi la possibilité de mesurer le décalage avec celui qui est resté, sédentaire. Mais il est un autre bénéfice obtenu dans la migration qui valide la démarche en tant que telle : l’expérience du corps habitant. Car, au-delà des difficultés endurées par la migrante, la satisfaction éprouvée permet d’apprécier l’expérience vécue. Tel est le cas de Nadia (44 ans, comédienne), installée à Montpellier, pour qui le temps présent est la mesure du bien-être éprouvé, du bien-être qui s’exprime quotidiennement. On retiendra de son témoignage la libération du corps (« je respire... ») et l’entrée dans l’agir (« je concrétise... ») : « Et vraiment je me sens bien ici, je respire, on a le soleil et puis là je rencontre des gens, je fais un petit peu de boulot. Mais enfin beaucoup de solitude quand même, tout à gérer toute seule, c’est pas évident quoi. Mais je concrétise des choses que je pense qu’à Paris j’aurais pas faites. Tu vois c’est reculer, prendre du recul, se reconstruire un peu pour plein de choses, tu vois ».

34L’expérience de la migration renvoie à l’ouverture du champ des possibles pour ces femmes migrantes. La position actancielle qui est désormais la leur, ainsi que les arts de faire dont elles font preuve, témoignent de l’autonomie acquise, de l’autonomie conquise. Les gains obtenus l’emportent alors sur les difficultés endurées, la solitude mais aussi la précarité. En effet l’obligation n’est pas la contrainte et migrer vers d’autres ailleurs procure une expérience qui s’apprécie en mesurant le chemin accompli.

35Pour conclure ces quelques pages sur la dimension sexuée de la migration nous voudrions revenir sur notre objectif de départ. Rappelons, dans cette perspective, que loin de vouloir souligner la représentativité de cette population migrante, notre intention, plus modeste, était de dégager quelques pistes d’analyse de façon à mettre en lumière ce fait social « clandestin ». Que peut-on dire au terme de cette réflexion ? Il nous paraît intéressant de préciser combien le rapport à la ville se transforme après la migration et l’installation dans la ville élue. Ce changement, désormais possible, s’explique par le fait que les migrantes vivent d’autres expériences, investissent d’autres sphères que celles de la famille et du professionnel. Certes ces dernières renvoient à des réalités pour ces migrantes mais elles ne suffisent plus à combler leurs attentes. Dès lors se profile la nécessité d’élargir leur horizon d’attente en entrant dans l’agir. Laissons donc pour terminer la parole à Harumi (36 ans, traductrice), japonaise d’origine, montpelliéraine d’adoption dont le témoignage nous semble traduire le sens tragique de l’existence : « A mon avis celui qui fait ce parcours c’est quelqu’un qui ne peut pas se satisfaire des choses, comment dire, des choses...je peux pas dire ordinaires, oui normales mais quelque chose que beaucoup de gens pratiquent, que beaucoup de gens trouvent simple d’avoir, un travail stable et créer une famille ou alors s’installer dans un endroit que l’on aime dans le pays natal. Ça c’est... beaucoup de gens font cela, mais moi, ça ne m’intéresse pas beaucoup de suivre ce schéma. Parce que je ne sais pas pourquoi, je le sens tout le temps... il y a autre chose à faire ».

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bourdieu P. [1998], La domination masculine, Paris, Seuil.

Daune-Richard A.M. [2001], « Hommes et femmes devant le travail et l’emploi », in BLÔSS T., La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, PUF, p. 127-150.

De Gourcy C. [2002], « La migration urbaine volontaire entre itinéraires biographiques et inscription spatiale. De la dimension mémorielle dans l’habiter », Thèse de doctorat, Aix-Marseille III.

Dubet F. – Martuccelli D. [1998], Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil.

Huston N. – Sebbar L. [1986], Lettres parisiennes ; Autopsie de l’exil, Paris, J’ai lu.

Koselleck R. [1990], Le futur passé ; Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, éditions de l’E.H.E.S.S.

Ricoeur P. [2000], « L’écriture de l’histoire et la représentation du passé », Annales HSS, juillet-août, n°4, p. 731-747.

Roulleau-Berger L. – Fabre G. [1999], « Identités, altérités et blessures sociales : quelle posture pour le sociologue ? », L’Homme et la Société, n°131, janvier-mars, p. 121-133.

Sontag S. [2000], En Amérique, Paris, Christian Bourgois, 2000.

Timur S. [2000], « Evolution et enjeux majeurs des migrations internationales : une vue d’ensemble des programmes de l’UNESCO », Revue Internationale des Sciences Sociales, Sept., n° 165, UNESCO/érès, p. 297-311.

Thompson P. [1980], « Des récits de vie à l’analyse du changement social », Cahiers internationaux de Sociologie, vol. LXIX, p. 249-268.

Notes

1 De Gourcy C. « La migration urbaine volontaire entre itinéraires biographiques et inscription spatiale. De la dimension mémorielle dans l’habiter », Thèse de doctorat, Aix-Marseille III, 2002.

2 Il s’agit de Marseille, Aix-en-Provence et Montpellier. La pertinence de ce choix se justifiait à partir de l’hypothèse selon laquelle l’apparente proximité géographique, climatique, culturelle, etc. des terrains ne devait pas pour autant masquer ou réduire la diversité, l’imaginaire différencié, la symbolique relative à ces différents territoires. En outre, ces villes offraient une configuration (inter et intra) complexe par les relations d’ambivalence (proximité/éloignement) qui méritaient d’être mises à jour et analysées, par exemple à partir des stratégies différenciées d’installation. Enfin, il nous semblait intéressant et pertinent de questionner l’importance grandissante accordée généralement au climat comme un des principaux critères d’attractivité.

3 Selon l’expression de Roulleau-Berger L. et de Fabre G., « Identités, altérités et blessures sociales : quelle posture pour le sociologue ? », L’Homme et la Société, n° 131, janvier-mars 1999, p. 121-133.

4 Dans un article, Thompson avait attiré l’attention sur le fait que l’on néglige trop souvent de prendre en compte les femmes ce qui conduit à des méprises et des erreurs d’interprétation des phénomènes sociaux. Cf. Thompson P., « Des récits de vie à l’analyse du changement social », Cahiers internationaux de Sociologie, vol. LXIX, 1980, p. 249-268.

5 Nous empruntons les catégories constitutives de cette pragmatique de la mémoire à Ricoeur P., « L’écriture de l’histoire et la représentation du passé », Annales HSS, juillet-août 2000, n° 4, p. 731-747.

6 Nous empruntons cette terminologie à Bourdieu P., La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

7 Concept emprunté à Koselleck R., Le futur passé ; Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, éditions de l’E.H.E.S.S., 1990.

8 La ville apparaît ainsi comme une scène, un espace d’exposition, où se jouent ces modèles de comportements, en l’occurrence celui de l’épouse dévouée et toujours disponible.

9 Dans la thèse déjà citée, il a été montré que trois dimensions concourent à la décision de migrer : les dimensions matérielle, historique et intime.

10 Dubet F. – Martucelli D., Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Seuil, 1998.

11 Daune-Richard A.M., « Hommes et femmes devant le travail et l’emploi », Blöss T., La dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, PUF, 2001, p. 127-150.

12 Koselleck R., op. cit., 1990.

13 Notons que dans les entretiens de couples ou de personnes parties en couple dont nous disposons, c’est la femme qui prend le plus souvent l’initiative du départ.

14 Dubet F. – Martucelli D., op. cit., p. 110.

15 Sontag S., En Amérique, Paris, Christian Bourgois, 2000.

16 Parmi les difficultés couramment rencontrées, il faut noter l’obstacle linguistique, la difficulté à obtenir un permis de séjour lequel est conditionné par l’obtention d’un permis de travail. Le simple accès au logement devient aussi parfois un véritable parcours du combattant.

17 Timur S., « Évolution et enjeux majeurs des migrations internationales : une vue d’ensemble des programmes de l’UNESCO », Revue Internationale des Sciences Sociales, Sept. 2000, n° 165, UNESCO/érès, p. 297-311.

18 Au sens où l’entendait Stendhal.

19 Huston N., Sebbar L., Lettres parisiennes ; Autopsie de l’exil, Paris, J’ai lu, p. 28.

Auteur

Université de Provence

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540