Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur les Afro-Américains

 | 
Claude Julien

Social concerns

La « nouvelle renaissance de Harlem » : entre mise en fiction et référent

Claude Julien

Texte intégral

1L’expression Nouvelle Renaissance de Harlem fleurit dans la presse de grande diffusion vers 1998 à travers de nombreux articles pesant le pour et le contre, voire la réalité de ce renouveau dont l’idée même remontait alors à environ six ans puisqu’elle avait mûri dans l’entourage du vice-président Gore avant d’être présentée devant la Chambre des Représentants par Charles B. Rangel, élu harlémien du parti Démocrate, en 1994.

2Dès 1995, soit une année avant le terme de son cheminement législatif, l’idée d’une renaissance économique de Harlem donnait le jour à un roman décapant qui s’inscrivait en faux contre la possibilité même qu’elle devienne réalité.

  • 1 II s’agissait d’un premier roman. Depuis, R. K. Byers a publié Horny en 2001. Uptown Heads est à ma (...)

3L’essai à venir se donne deux buts. D’abord, débusquer le pessimisme iconoclaste de Uptown Heads1, en montrer les rouages satiriques pétris dans la culture noire et qui construisent un propos désabusé. Ensuite, préciser les cadres législatif et socio-économique du renouveau, puis en prendre la mesure. Nous verrons que l’opinion critique qui structure le roman trouve un écho dans les prises de position ultérieures à la fiction, motivées par le bilan

  • 2 Le néologisme buppie est formé sur « yuppie » (young upwardly mobile professional) et désigne de je (...)

4mitigé de l’opération et les craintes des résidents qui se sentent tenus à l’écart de la promotion sociale, voire chassés de chez eux par l’arrivée de buppies2 fortunés et ambitieux, et de commerces tournés vers le tourisme plutôt que vers leurs besoins quotidiens

5Uptown Heads s’ouvre sur une boutique de coiffeurs, lieu d’échange communautaire noir privilégié. Les trois coiffeurs, Supreme, Mike et Riff, sont installés 126e rue où ils coupent les cheveux des anonymes du quartier, d’amis et d’amies, et aussi de nombreuses célébrités noires. Supreme et Mike sont amis d’enfance, des fils du peuple. Vince, le troisième membre de leur groupe d’autrefois, a mal tourné puisque le voilà devenu le caïd local de la drogue.

6Supreme vit en père célibataire car il a arraché son fils à une mère qu’il juge indigne d’élever le petit Born. Supreme est dur à la besogne, affable et plein d’humour. Dans la boutique, chaque partenaire module les coupes selon son propre style nettement reconnaissable et, dans ce respect de la diversité, chacun a ses clients attitrés. L’équipe est exemplaire et tout un microcosme gravite autour du salon, en particulier des créateurs inventifs en pleine ascension sociale comme Sharon (étudiante en architecture qui a inventé un ciment révolutionnaire) ; ou encore Slick, le petit ami de Stephanie, la sœur de Supreme, qui a conçu une voiture de rêve et qui, grâce à l’aide d’un mécène inconnu, a fondé une entreprise florissante.

7Du côté du sentiment, Mike s’éprend d’Andréa. Attirance improbable car Andrea est une buppie qui paraît intouchable à l’enfant de la rue, amoureux transi qui, au bout d’un an et demi, décide de se faire passer pour gay afin de pouvoir l’approcher... et lui présente Supreme comme son compagnon. Andrea arrange une rencontre au Zimbabwe (le restaurant noir à la mode) où elle vient accompagnée de Vanessa pour qui Supreme, censément homosexuel, a le coup de foudre. Les chances de Supreme paraissent d’autant plus minces que Vanessa, fille d’un banquier, est éprise de Rhineholt Dunn III, mystérieux homme d’affaires noir, la coqueluche de Wall Street depuis deux ans mais que personne n’a jamais vu.

8Le célèbre financier invisible réussit un coup fabuleux en bourse contre un certain Donald Ace, richissime investisseur blanc, et cette affaire lui permet d’acheter un riche et vaste domaine pétrolifère au Wisconsin où, mêlant la philosophie du Pouvoir Noir au Garveyisme, il ambitionne de fonder une colonie noire indépendante (cela va de soi) du pouvoir blanc. De surprise en imbroglio, tout est bien qui finit bien dans ce conte de fées new yorkais. Supreme et Rhineholt Dunn III, comme on pouvait s’en douter, sont la même personne. Un règlement de comptes balaie Vince le mauvais garçon de la scène. Les amoureux convolent tandis qu’un bel avenir se dessine pour tous, mais loin de Harlem où les noirs n’ont rien à attendre de la vie.

9Sommes nous en plein wishful thinking racial ou en plein signifying ? On peut s’aviser de saisir la diversité des styles des trois amis coiffeurs comme une façon de recommander une plus grande tolérance ; et le ciment révolutionnaire de la jeune Sharon s’offre lui aussi comme une critique métaphorique d’une société éclatée. D’autre part, le livre surfe sur la réalité boursière par jeu de cartes interposé car Donald Ace est susceptible de renvoyer à Donald Trump. Cet ironique contact avec le monde réel ne débouche pas sur une grande richesse interprétative. En revanche, le nom de Rhineholt Dunn accroche davantage l’esprit : dun, c’est d’abord une couleur, un brun-gris terne (peut-on lire là une allusion au statut social inférieur des noirs — shoe Shine?) ; c’est ensuite un créancier insistant (le monde blanc serait-il devenu débiteur ?). Le prénom Rhineholt peut évoquer le Rhinehart d’Invisible Man, être aux personnalités multiples, et dont les évanescences sont partout. Pareil jeu onomastique ouvre bien sûr des perspectives sur une lecture d’Uptown Heads décalée vers une satire impitoyable des Etats-Unis.

10Une instance narrative omnisciente très dirigiste prend toute l’information en charge et s’introduit dans la tête des personnages pour décrire ce qui s’y passe. En bref, au niveau littéraire, les rouages infiniment grossiers invitent à lire Uptown Heads au second degré comme un pastiche de la littérature rose ; et, au niveau social, l’éclat de rire est évident parce que tout est utopique, parce que les noms (celui du révérend Needabuck [31] par exemple) et les situations jouent avec les stéréotypes. Les liaisons amoureuses en apportent la preuve : que Mike avance sous le masque de l’homosexualité par timidité dément le machisme noir (les allusions à Michèle Wallace ne laissent aucun doute à ce propos). Ici ce sont les femmes qui, habitées d’un franc désir sexuel, provoquent les rencontres [125, 129]... quitte à prendre la fuite quand leur attente risque de réussir [141-142], Pour finir, homme parfait, amant trompé qui arrache son fils à une mère déchue [6, 7] pour l’élever selon les meilleurs principes américains [23, 47], Supreme fait du livre un brûlot anti-Farrakhan. Supreme le coiffeur, alias Rhineholt le financier, est un double de Frère Lapin à l’aise dans un roncier (Harlem et Wall Street) inhabituel. Il porte les masques qui conviennent à ses entreprises et sa double personnalité [91] le situe parmi les authentiques noirs, dont Vanessa (frangine autant que fille de banquier [102]) dit qu’ils doivent tous être bilingues [173].

11Il n’est pas besoin d’être familier de la culture noire pour percevoir l’intention comique car personne n’a jamais entendu parler de gisements pétrolifères au Wisconsin. Le seul choix de cet Etat rural, le cœur des Etats-Unis blancs (jouxtant le Minnesota où Louis Malle tourna “God’s Country”) est porteur d’intention critique. Qui connaît un tant soit peu l’histoire des Afro-Américains saura en outre que le Wisconsin fut le second état à les priver du droit de vote en 1849 (le Connecticut l’avait devancé en 1819), ce qui en fait le lieu idéal, à condition de le penser avec le grain de sel du signifying, pour fonder une colonie noire !

12La critique n’épargne pas la communauté noire elle-même. A preuve le dégoût qu’inspirent à Supreme l’argent facile des malfrats les ivrognes ou bien les paresseux qui se satisfont de vivre au jour le jour de la charité publique ou de subsides. Les noirs sont également objets de satire intracommunautaire. A preuve l’attirance de Vanessa, la jeune bourgeoise assimilée, pour Supreme qu’elle prend pour un fils de la rue mal dégrossi. Sa démarche tient de ces blancs qui vinrent flirter avec le soufre, le primitivisme noir dans les cabarets des années folles. Vanessa, tel est son plan, souhaite fréquenter un “bad boy” [165] pour voir ce que cela lui fait avant de se ranger du côté des nantis [125]. S’encanailler... Mais pas trop, car l’argent de Rhineholt Dunn III, le financier charmant qu’elle n’a jamais rencontré, l’attire plus que tout.

  • 3 Il s’agit d’un rituel du ghetto. Le plus souvent, les compétiteurs échangent des insultes (par pare (...)
  • 4 Exode. XX-5.

13Le chèque sans provision rédigé par les Etats-Unis blancs est au cœur de la satire raciale, car la réussite fulgurante de Supreme se donne à voir comme un rêve plus américain que le rêve américain. En accédant au pinacle de Wall Street en deux ans, Supreme et son double (n’oublions pas le coiffeur, artiste au coup de ciseau génial) sont un seul et même héros ultra positif, un ail-American boy/man qui travaille dur et ruse pour battre les blancs à leur propre jeu. Coiffeur en jeans et T-shirt le soir et le week-end, authentique gamin de la rue capable de jouer au basket ball aussi bien qu’aux dozens3 ; habile investisseur en costume trois pièces les jours ouvrables à la bourse, Supreme le démiurge est à la fois le ciment et (secrètement) le bailleur de fonds de la communauté — à condition que l’emprunteur soit méritant et le risque financier bon. Excellent et fidèle ami, parfait amant et père accompli, il donne à son fils l’étrange prénom de Born dans la vie courante et Born Supreme à l’état civil. Ainsi, avec Born Supreme Rhineholt Dunn IV, une dynastie noire va-t-elle se perpétuer. On ne manquera pas de prononcer le quantième the fourth afin de mieux entrer dans la dérision car on peut y lire une allusion à la malédiction divine prononcée jusqu’à la troisième et quatrième génération4. Le rire s’impose d’autant plus que c’est le petit Born (déjà pourvu, à cinq ans, d’un sens aigu des affaires) qui permet à Supreme de réaliser l’opération du Wisconsin en lui prêtant à huit pour cent une forte somme gagnée au loto clandestin avec sa bande de copains.

14Le délire comique subvertit également les attentes en matière de délinquance : un certain Breeze (la première gâchette de Vince) se révèle en fait être aussi un militant imaginatif puisqu’il conçoit le plan de réorganiser le trafic de drogue au bénéfice des noirs en développant la clientèle des banlieues : la logique en est simple : ce commerce-là serait plus lucratif et contribuerait donc au développement du pouvoir d’achat du ghetto plutôt qu’à sa déchéance [37-40],

15Upton Heads ne tient pas du chef d’œuvre impérissable mais caricature la société américaine en représentant comme crédible un conte de fées teinté de rêve américain. Mais ce rêve américain implanté à New York, censée être la ville de tous les possibles, ne peut se réaliser qu’ailleurs — un ailleurs au demeurant improbable.

16Ce rêve d’une revitalisation économique de la communauté noire (par New York interposé) n’est recevable que par le lecteur oublieux de situations désopilantes, et, surtout, de ce que le prologue lui a donné à lire sur Harlem. Car cette page et demie d’italiques serrées (il pourrait s’agir d’une disposition typographique délibérée puisque la compacité rend la lecture rebutante) donne à voir une tout autre vérité quant à l’avenir du ghetto : que les (rares) nouvelles constructions abritent les mêmes turpitudes et que les nouvelles poubelles accueillent toujours les mêmes détritus. Que le bon vieux smack a été remplacé par le crack plus nocif. Que les citoyens en vue et les fripons de haut vol préfèrent désormais rouler en BMW plutôt qu’en Cadillac. Que les rats, les cafards, les délinquants, les gogos, le loto, les pickpockets, les marchands de politique, de chair, de drogue et de religion sont toujours en quête de clients au même coin de la même rue. Que ceux qui croient à la Nouvelle Renaissance de Harlem coexistent avec les reliquats de l’ancienne. Bref, que rien ne changera jamais ; et qu’un mystère reste inexpliqué : les raisons pour lesquelles les noirs aiment tant Harlem et y restent... Peut-être est-ce parce que, à l’instar de ce roman qu’il convient de lire à rebours, Harlem piège l’esprit — comme celui de James W, Johnson ou de l’Homme Invisible sortant du métro, tout ébaubi de voir les automobilistes blancs obtempérer aux signaux d’un sergent de ville noir.

  • 5 Voir “Coming up Harlem”. Smithsonian Magazine, nov. 2002, 74-86. Le locataire le plus célèbre est B (...)
  • 6 WC : Johnson, Charles R, 1998 [1990]. Being and Race. Black Writing since 1970, Bloomington : India (...)
  • 7 The Smithsonian, p. 83 : on y donne l’exemple de loyers mensuels de 650 dollars devenus 2000 en l’e (...)

17Il convient d’emboîter le pas à Uptown Heads afin de lever l’ambiguïté des termes Nouvelle Renaissance de Harlem car le mouvement actuel est de nature nettement économique. Même si des artistes s’installent à Harlem et des galeries d’art s’ouvrent (surtout à compter de 1997)5 le phénomène n’est pas de la même nature que la Renaissance des années vingt qui témoignèrent d’une affirmation culturelle et identitaire sans précédent. Cela dit, il ne faudrait pas grandir cette Renaissance d’autrefois au-delà de ses mérites car, quelques fortunes spectaculaires mises à part, l’économie afro-américaine resta en panne, de même que l’intégration. N’oublions pas que le fameux Apollo Theater n’accueillait que des spectateurs blancs et que, au niveau du quotidien, Adam Clayton Powell organisa en 1938 un boycott (“Don’t buy where you can’t work”) qui contraignit la Chambre de Commerce à un quota d’embauche d’au moins un tiers d’employés noirs. La Renaissance de Harlem fut humainement décalée (alors que l’Amérique venait de découvrir Freud) par l’engouement de libéraux et de mécènes blancs pour le primitivisme et la vie libre des noirs6 ; mais là n’est pas le vrai débat. La Nouvelle Renaissance de Harlem devrait plutôt s’appeler autre que nouvelle — terme qui fleure le slogan médiatique ou politique racoleur. Le quartier (337 000 habitants au recensement de 2000) bouge, cela est certain. Beaucoup de jeunes viennent, ou reviennent, s’installer. Des noirs mais aussi des asiatiques, des Hispano-Américains et des blancs qui, pour la première fois en 2002, représentent environ la moitié des arrivants ; tandis que les prix de l’immobilier et les loyers flambent7.

18Derrière la médiatisation de la transformation de Harlem se cache un programme fédéral plus vaste ; donc, si l’on s’en tient au discours critique de Uptown Heads, une situation suscitée de l’extérieur a priori défavorable aux noirs. De fait, il y a paradoxe. A première vue, la loi cadre vise à promouvoir l’intégration économique de citoyens défavorisés, mais le moyen choisi pour promouvoir le standing du quartier s’apparente avant tout à un marchandisage appuyé sur l’investissement privé, l’argent des nantis.

  • 8 Un long article de l’hebdomadaire Time (6 juin 1975) attira l’attention sur le coût des services à (...)
  • 9 New York n’était pas la seule visée. On dénommait alors la situation des grandes villes “the nation (...)

19Expliquer le cadre législatif et économique du renouveau harlémien oblige à se référer au passé, au rapport Kerner que commandita le gouvernement Johnson consécutivement aux émeutes urbaines de 1967. Résumé brièvement, le rapport exprimait l’inquiétude de la commission devant la polarisation de l’Amérique (autrement dit l’exclusion sociale se déclinant en raciale, spatiale et économique) et concluait à l’urgence d’une intervention visant à enrayer la dégradation d’un tissu urbain responsable de dislocations familiales et de comportements asociaux. Publié en pleine tourmente politique, le livre ne fut suivi d’aucun effet. Au contraire, les circonstances portèrent le pays à se replier vers sa traditionnelle phobie du monde urbain envisagé comme le lieu de tous les dangers qui draine l’argent public en pure perte. Les ennuis financiers de la ville de New York étalés au grand jour à partir de 1975 vinrent confirmer les Etasuniens dans cette disposition8. Le gouvernement Carter annonça en 1977 l’intention d’aider la ville à éponger son endettement et, tout en améliorant l’habitat, d’instaurer un programme de résorption du chômage. En fait, la crise financière ne fut résolue qu’en 1981 au moyen d’une aide fédérale dont les modalités furent conçues par Felix Rohatyn9, mais qui n’enraya pas un mal harlémien qui paraissait incurable. L’intégration raciale déclenchée tant bien que vaille par la « Grande Société » appauvrissait les recettes fiscales du quartier en permettant aux noirs les plus aisés de quitter le centre ville pour s’installer alentour, à Brooklyn, à Queens, à Yonkers ou White Plains — là où chacun pouvait espérer cultiver son carré de verdure.

  • 10 Membre du parti Républicain, co-listier de Robert Dole lors de la présidentielle de 1996.
  • 11 American Community Renewal Act (ACRA). Le Congrès créa neuf zones en 1996, trois rurales (Kentucky (...)

20Au cours des années 80, avant même d’être nommé Secrétaire à la tête de HUD, Jack Kemp10 proposa de lutter contre les poches de pauvreté en conjuguant les ressources des secteurs public et privé, le premier devant, à terme, se retirer afin de laisser le second prendre le relais. La relance économique de Harlem (cette fois proposée par le camp Démocrate au début des années 90) démontre l’existence d’une sorte de consensus quant aux bienfaits attendus d’une association entre l’argent public et l’argent privé. Les projets reformulés par le vice-président Gore vers 1994 (à temps pour les élections de mi-mandat) aboutirent en 1996 sous la forme d’une loi sur le renouveau des communautés11 offrant une incitation fiscale et des prêts à moyen terme (cinq ans) à taux réduit dans le cadre de projets concernant des aires géographiques défavorisées. Une fois validé par les instances locales, le projet était présenté au niveau fédéral, HUD puis OMB, pour être enfin approuvé en commission du Congrès.

  • 12 Les sommes allouées varient entre 550 et 300 millions de dollars selon les différentes sources (écr (...)

21Le renouveau de l’agglomération new yorkaise concerne le nord de Manhattan (Central Harlem, Inwood et Washington Heights constituent la Upper Manhattan Empowerment Zone — UMEZ) et la partie Sud du Bronx (Bronx Overall). Le processus d’incitation et de sélection est localement confié à deux associations distinctes (Development Corporations) à but non lucratif. La mise en application de l’ACRA à New York est particulière en ce que les 300 millions de dollars de crédits ouverts (entre 1996 et 2006) proviennent par parts égales du gouvernement fédéral, de l’état et de la ville.12

  • 13 (1) New York City Housing Partnership, (2) Local Initiatives Support Corporation et (3) Community P (...)
  • 14 David Dinkins fut, de 1990 à 1993, le premier maire noir de la ville. Le Washington Post, rapporté (...)

22Le mécanisme incitatif repose sur un montage financier réalisé entre les aides publiques et le secteur privé lors de l’élaboration des projets. Le conseil de l’UMEZ mit en avant trois facteurs de développement pour attirer les capitaux vers Harlem. Premièrement le fort potentiel commercial du quartier : quoique totalisant la même population que Seattle intra muros, un Harlem dépourvu de centres de grande distribution voyait entre 60 et 70 % de ses résidents dépenser leur argent à l’extérieur. Cet argument était de poids : dès 1974 (cette tendance s’accélérant à compter de 1990), incapable de remettre en état des milliers d’immeubles insalubres saisis pour cause d’impôts impayés, la ville de New York en fit don pour un dollar symbolique à des associations à but non lucratif13 qui mirent leurs ressources en commun pour construire ou rénover environ 30 000 logements qui firent refluer un pouvoir d’achat significatif vers le centre ville. Secondement, l’UMEZ insista sur un solide potentiel touristique qu’il était facile d’estimer à travers la clientèle (plus nombreuse que les visiteurs de l’Empire State building) des compagnies d’autocars circulant dans les hauts lieux des années vingt, précisément là où les grandes réalisations sont concentrées. Troisièmement, l’UMEZ mit en avant la baisse constante de la délinquance et la criminalité à partir de 1993 sous le mandat de David Dinkins14.

23De 1996 à janvier 2002 furent consentis, entre UMEZ et BO, 161,7 millions de prêts, soit un peu plus de la moitié des fonds prévus, à quoi il convient d’ajouter 356 millions venus du secteur privé — moins enthousiaste qu’escompté dans un premier temps. Ces investissements ont généré la création d’environ 13 000 emplois dans le secteur. Du côté de l’immobilier, les sommes engagées pour la restauration de brownstones depuis 1994 s’élèvent à 1,2 billion. Parmi les lieux célèbres, l’Apollo Theater a rouvert ses portes sous le contrôle de la société Time Warner. En revanche, la réouverture de Minton’s (projet comportant un restaurant susceptible d’accueillir 225 couverts) n’est pas venue à terme en dépit d’un investissement de 3,1 millions engagé par Robert de Niro et ses deux associés.

  • 15 Magic Johnson est connu pour soutenir beaucoup d’initiatives communautaires. Il est tard venu à Har (...)
  • 16 L’UMEZ a investi 11, 2 millions, environ le sixième d’un projet se montant à 65 millions.

24On ne parle guère dans la presse, et même sur le site de l’UMEZ, que de deux réalisations majeures en matière de commerce de grande distribution. L’énorme complexe Harlem USA placé au cœur des lieux touristiques, au coin de la 125e rue et de l’avenue Lenox est le fleuron le plus vanté. Il est vrai que Harlem USA a dynamisé le renouveau du quartier. Si l’accord ne s’était pas fait sur ce projet, grâce à l’engagement de Disney qui impliquait l’accord des banques, il est vraisemblable que l’UMEZ n’aurait pu prendre le même essor. La galerie comporte un point de vente Disney (modeste par la dimension mais important pour les relations publiques — raciales — de l’entreprise), The Gap, Old Navy, Polo Ralph Lauren, HMV Records, le cinéma multiplexe Magic Johnson Theater qui a ouvert ses portes en 200015, Modell’s Sporting Goods et, bien sûr, une succursale de la Chase Manhattan qui a parrainé le montage financier16. Vient ensuite, pour la notoriété, l’hypermarché Pathmark (au coin de la 125e rue Est et de l’avenue Lexington) qui occupe une place particulière parce qu’il s’y vend avant tout des denrées de première nécessité et parce qu’il s’agit d’une entreprise conçue par l’Abyssinian Development Corporation créée en 1987 au sein de l’Eglise Baptiste Abyssinienne (autrefois la paroisse d’Adam Clayton Powell, Jr.). L’ADC gère un patrimoine immobilier offert à la location, de même que des associations de quartier œuvrant en matière d’assistance sociale, d’éducation et de loisirs. Son conseil a accompagné le projet Pathmark de bout en bout jusqu’à l’ouverture en 1999 du complexe dont le succès a dépassé toutes les espérances, de même que celui des franchises Rite Aid, Blockbuster ou Papa John’s Pizza qu’il abrite.

  • 17 Le ressentiment racial couvait depuis 1995, notamment à travers le soutien tonitruant du Révérend S (...)
  • 18 Rapporté dans Vocable, 5 mars 1998 : “Harlem’s Next Renaissance”.

25Quoique le voisinage ait accueilli favorablement l’ouverture de ces commerces, cette revitalisation n’alla pas sans rancœurs, voire des actes de violence. Le plus souvent cité se produisit en 1997 : un tireur ouvrit le feu sur les clients de Freddy’s Fashion Mart (huit morts) puis incendia le magasin dont l’extension prévue allait chasser un petit commerce de disques implanté depuis un quart de siècle17. Au delà de ce fait divers tragique révélateur de tensions antisémites, US News and World Report rapporte des frictions entre habitants de West Harlem (majoritairement noir) et de East Harlem (fortement hispanique)18.

26La question se pose de l’adéquation de cet essor aux besoins des Harlémiens eux-mêmes. Qu’apportent aux résidents ces disquaires, ces cinémas, ces cabarets et ces restaurants qui (comme Sylvia’s, lequel fut établi au cours des années folles) font le plein de clients venus d’ailleurs ? Avec quel argent les Harlémiens vont-ils consommer des produits de luxe ? D’autre part, ce développement commercial s’articule-t-il avec une véritable offre de travail ? L’hypermarché Pathmark a créé 250 emplois permanents (dont 75 % réservés aux résidents locaux) ; Harlem USA environ 500. Mais s’agit-il d’emplois qualifiés et bien rétribués ou de postes de vendeurs ou manutentionnaires à cinq dollars de l’heure ? Sans se rallier aux déclarations incendiaires du Révérend Sharpton, il faut reconnaître qu’il pose de bonnes questions à propos de l’emploi — “Harlem’s on the rise, but who’s riding the wave ?”, “Are the people of Harlem surfing, or being drowned?”. Une fois débarrassé de ses outrances, son discours se résume à critiquer l’UMEZ pour n’avoir pas fait coucher l’obligation d’embaucher localement dans les contrats. En rapportant les paroles de Wilbert Tatum, le propriétaire de The Amsterdam News, l’article du Wahington Post déjà cité tient des propos voisins, à savoir que la Nouvelle Renaissance de Harlem est une opération d’appropriation du quartier par et pour la finance blanche et les noirs aisés. Un article du Monde du 30-31 janvier 2000 évoque le cas d’un chirurgien aux multiples ambitions commerciales (il est également agent immobilier et engagé dans un partenariat dans la restauration) qui a rénové une brownstone à Sugar Hill : 600 mètres carrés pour un couple sans enfant là où vivaient auparavant, plus ou moins clandestinement, neuf familles expulsées vers des destinations non spécifiées. La lutte entre l’argent et la compassion est peut-être plus inégale aux Etats-Unis qu’ailleurs, et il est clair que le renouveau du quartier ne peut s’accomplir sans douleur humaine. Les résidents les moins argentés sont menacés de départ, ne serait-ce qu’en raison de l’augmentation générale des prix et des services. D’autant plus que seulement 6 % des habitants de Harlem possèdent leur logis, par rapport à 66 % des Américains au niveau national.

27Nous manquons de recul pour trancher. Grosso modo, l’ACRA est à mi-parcours. Que vont apporter les quatre années restantes ? La conjoncture n’est guère favorable car les ressources fiscales de la ville ont été amenuisées (l’actuel maire, Mike Bloomberg, estime le déficit à 4,8 milliards) par la relocalisation des sièges sociaux naguère installés dans le World Trade Center. Certes, les sommes inscrites au titre de l’ACRA ne représentent qu’une faible part du budget d’une ville comme New York, mais on peut penser que le deuil de la ville va déplacer les priorités dans les esprits — en particulier du côté de l’argent privé dont la loi exige qu’il vienne abonder les projets.

28Le bilan actuel est partagé. Certaines réalisations sont spectaculaires. Par exemple, la 140e rue Ouest : le pire des lieux en 1994 avec ses immeubles abandonnés au commerce de la drogue et son cortège de malheur est méconnaissable aujourd’hui après un investissement de 33 millions engagé par le City Reconstruction Fund. Les maisons rénovées sont d’autant plus visibles qu’elles sont achetées ou louées par des célébrités du sport ou des arts et des spectacles. La relance du commerce est également sensible. L’argumentation développée dans le numéro du 23 août 1999 de The New Republic, à savoir que bien des projets ont échoué faute d’un vivier suffisant d’hommes d’affaires et de commerçants noirs, semble devoir être remise en cause du fait de l’accélération des réalisations que suggère le tableau ci-dessous élaboré à partir des statistiques (les chiffres sont arrondis) figurant sur le site de l’UMEZ :

Périodes

Projets approuvés

Investissement UMEZ en millions

Autres financements (privés et publics) en millions

1996-ler trim 2002

152

133

695

2001-1er trim 2002

54

41

323

2001-1er trim 2002 : en % du total

35,5 %

31 %

46,5 %

  • 19 Pour simplifier : (1) LDCDB représente Harlem Est, majoritairement hispanique ; (2) BID représente (...)

29On constate qu’environ un tiers des projets furent approuvés au cours de la seule année 2001 et du premier trimestre 2002, et, surtout, que l’investissement propre de UMEZ a décru tandis qu’augmentait l’argent venu d’autres sources publiques et privées. Il est clair que l’intérêt des investisseurs est allé croissant. On dénombre en outre récemment l’aboutissement de plus d’une trentaine d’initiatives émanant du commerce de proximité dans des domaines aussi divers que l’épicerie, l’habillement, les livres et journaux, la restauration, la construction, les voyages et le déménagement et garde meubles. La lunetterie de luxe est même concernée avec le magasin franchisé Sterling Optical (au coin de la 125e rue et de l’Avenue Lenox) spécialisé dans les montures de marque qui résulte d’un partenariat entre l’Abyssinian Development Corporation impliquant six hommes d’affaires harlémiens et Bankers Trust. L’élan contemporain est indéniable : on remarque (là où Barnes & Noble avait renoncé en 1999) l’ouverture en août 2002 de Hue-Man Bookstore qui prétend être la plus grande librairie spécialisée dans le domaine afro-américain, et dont le propriétaire exerçait autrefois à Denver. Des boutiques plus modestes, fondées ou modernisées, sont bien visibles. De même qu’un commerce de bouche comme le Sugar Hill Bistro établi dans une brownstone qui comporte un bar au rez-de-chaussée, un restaurant au premier et une salle culturelle (inspirée de la pratique de A’Lelia Walker dans les années vingt) au dernier étage. La vie culturelle, c’est aussi le Classical Theater of Harlem qui ouvrit en 1999 avec une adaptation de King Lear transposée en Afrique. C’est aussi le Performing Arts Complex (deux théâtres et une bibliothèque) établi dans une ancienne caserne de pompiers, de même que la galerie Fire Patrol n° 5 Art. Tout n’est pas succès, cependant. Le nouveau Cotton Club n’est pas implanté sur les lieux de l’ancien et n’est jamais qu’un établissement pour touristes où est servi un Sunday Gospel Brunch. La réouverture du Savoy Ballroom n’est pas envisagée. L’Apollo Theater stagne et l’ambitieux projet d’englober l’immeuble mitoyen du Victoria Theater dans une extension a été retardé en septembre 2002 par crainte du climat économique. Là est le nœud du problème, ou la clé de l’avenir. Car une certaine fragilité du projet ne peut échapper à l’esprit en cette année où le tourisme new yorkais a subi un tassement important. La clientèle, le moteur du renouveau commercial, a-t-elle été bien ciblée ? La réponse est affirmative pour l’hypermarché Pathmark où les produits de consommation quotidienne sont offerts à la vente ; et il en va de même pour les initiatives du Business Resource and Investment Service Center (BRISC) créé dès 1996 au sein de l’UMEZ et doté d’une provision de 2,2 millions dont plus de la moitié ont été engagés à ce jour. Reposant sur cinq aires commerciales chapeautées par trois organisations19 la structure de BRISC montre le souci de répondre aux besoins et aux sensibilités locales et raciales, bref de prendre en compte le tissu humain. En revanche, le salon Starbucks (au coin de la 125e rue et de l’avenue Lenox) de même que Harlem USA reposent sur le postulat de l’existence d’un Harlem majoritairement bourgeois qui ne paraît pas susceptible de surgir à court terme.

30Quel sera le bilan de l’UMEZ en 2006 ? Vraisemblablement positif puisqu’elle a d’ores et déjà triomphé de circonstances politiques qui ont failli hypothéquer son développement. Car le devenir de cette Nouvelle Renaissance dépend peut-être moins de la tradition harlémienne de résistance à l’emprise blanche et/ou juive que des tiraillements entre les décideurs et les élus : à preuve l’affrontement entre le gouverneur Pataki et la municipalité de Giuliani qui provoqua en 1999 la démission de Deborah Wright qui prit la direction de l’UMEZ en 1996 et à qui est due la création de BRISC.

31Tout en percevant les limites et les dangers d’une philosophie interventionniste naguère qualifiée de « troisième voie » par le gouvernement Clinton, l’apport de l’ACRA se révèle plus bénéfique que l’injonction pure et simple, à partir des années 70, de crédits publics (100 millions en un peu moins de vingt ans) par la Harlem Urban Development Corporation (HUDC). Toutes choses égales par ailleurs, il est clair que le devenir de Harlem, devenu zone d’exode depuis une vingtaine d’années, exigeait une intervention. Ne serait-ce que parce que les marchés ne sauraient surgir spontanément dans des lieux aussi délaissés que ceux que vise l’American Community Renewal Act de 1996.

32Un Uptown Heads tenant le même discours négatif à l’égard du renouveau de Harlem pourrait-il encore s’écrire à présent qu’un élan économique semble prendre tournure ? Peut-être bien si l’on ne veut envisager l’essor du commerce et de l’immobilier que comme un phénomène de mode attirant les nantis et chassant les miséreux. Au-delà du surgissement d’un discours fictionnel plutôt que d’un autre, processus insaisissable, on constatera pour terminer que Uptown Heads est bien de son temps pour être, d’une certaine façon, en phase avec la philosophie économique de l’ACRA. Il est vrai, le livre s’inscrit en faux contre la possibilité même d’une Nouvelle Renaissance à Harlem et, en véritable pince sans rire, invite les noirs à quitter New York parce qu’on ne peut plus y cultiver la terre ni construire [170], Mais il ne demande pas de manne, fédérale ou autre. Rhineholt, le type même du fils de ses œuvres, met son argent astucieusement arraché au monde blanc au service de l’initiative communautaire. Son projet est d’investir dans les inventions et les projets porteurs conçus par des noirs. Il est temps, dit-il, que la communauté prenne son destin en mains — qu’elle se réveille enfin comme Martin Luther King l’avait fait... et aille implanter ailleurs, mais aux Etats-Unis, une véritable alternative noire. Rêve fou. Envisageable seulement dans le franc parler moderne d’une fiction goguenarde. D’une comédie des erreurs qui ne se dénoue que dans l’intellect du lecteur qui ne croit pas aux contes de fées et s’amuse des rebondissements ingénieux de cette parodie sévère du fameux rêve américain.

Copyright © 2002 Upper Manhattan Empowerment zone Development Corporation.
Webmaster : webmaster@umez.org
http://www.umez.org/​data nycez.htm
26/08/02

Bibliographie

Ouvrages cités :

Byers, R. K., 1995. Uptown Heads. London : The X Press.

Harris, F. R, and Curtis Lynn A, 1998. Locked in the Poorhouse. Cities, Race and Poverty in the United States. Boulder : Rowman and Littlefield. [“Policy for the New Millenium”, 129-150, n’évoque pas le cas de New York en particulier mais offre un riche débat d’idées].

Jacoby, Tama, and Siegel Fred, août 1999. “Harlem’s experience with the ‘third way’ antipoverty approach. Growing the inner city?”. In The New Republic, 23 août 1999.

National Advisory Commission on Civil Disorders (Kerner Commission), 1968. N. Y : Pantheon, 1988).

Sites internet :

Abyssinian Development Corporation : <adcorp.org>

ACRA : <urich.edu> (site de l’université de Richmond à interroger à partir de « EZgazette ».)

BRISC (site officiel) : <brisc.umez.org>

Budget : Independent Budget Office : <ibo.nyc.ny.us>
Ville de New York : <nyc.gov/html/omb/pdf/sum4/02.pdf>

Harlem Live : <harlemlive.org/community/orgs/umez>

New York City (site officiel) : <nyc.gov/html/om/html/nyez.html>

Upper Manhattan Empowerment Zone (site officiel) : <umez.org>

Notes

1 II s’agissait d’un premier roman. Depuis, R. K. Byers a publié Horny en 2001. Uptown Heads est à ma connaissance la seule fiction Afro-Américaine s’exprimant au sujet du renouveau économique de Harlem. Au demeurant, New York n’est pas un lieu privilégié de la littérature noire. (Voir : Claude Julien, « Harlem dans la fiction noire, 1960-1995 : ‘usine à douleurs et à rêves brisés’ » in Etats de New York, 1999. Rouen : PUR.)

2 Le néologisme buppie est formé sur « yuppie » (young upwardly mobile professional) et désigne de jeunes noirs intégrés en pleine ascension sociale.

3 Il s’agit d’un rituel du ghetto. Le plus souvent, les compétiteurs échangent des insultes (par parents interposés) jusqu’à ce qu’un d’entre eux perde pied. Ce jeu exige mémoire verbale et habileté dans le maniement de la rime. (Voir : Rainwater, Lee, 1970. Behind Ghetto Walls. Chicago : Aldine Publishing C°.)

4 Exode. XX-5.

5 Voir “Coming up Harlem”. Smithsonian Magazine, nov. 2002, 74-86. Le locataire le plus célèbre est Bill Clinton que Charles Rangel avait tenté d’attirer vers Harlem alors qu’il était encore à la Maison Blanche. Après avoir dans un premier temps préféré installer ses bureaux 57e rue Ouest dont la cherté lui valut des critiques acerbes, l’ancien président se replia sur Harlem où les autorités et les élus s’arrangèrent pour que soit oubliée une promesse de location antérieure au n° 55. 125e rue Ouest. Il s’implique dans la vie locale principalement par le biais de programmes éducatifs et un service gratuit de conseil aux entreprises.

6 WC : Johnson, Charles R, 1998 [1990]. Being and Race. Black Writing since 1970, Bloomington : Indiana University Press.

7 The Smithsonian, p. 83 : on y donne l’exemple de loyers mensuels de 650 dollars devenus 2000 en l’espace de deux ans. L’emménagement de célébrités accentue la tendance.

8 Un long article de l’hebdomadaire Time (6 juin 1975) attira l’attention sur le coût des services à New York, 1461 dollars par habitant, alors que les dépenses de Chicago, Los Angeles, Philadelphie et Detroit étaient comprises entre 450 et 306 dollars seulement.

9 New York n’était pas la seule visée. On dénommait alors la situation des grandes villes “the nation’s arc of crisis” et la presse insistait beaucoup (pour la dénoncer, car on était alors au début de l’ère Reagan) sur la participation fédérale au budget des agglomérations, comprise entre 32 % à Cleveland et 8,5 % à New York en chiffres ronds. [Voir : “Mr. Fixit for the Cities” Newsweek, 4 mai 1981.]

10 Membre du parti Républicain, co-listier de Robert Dole lors de la présidentielle de 1996.

11 American Community Renewal Act (ACRA). Le Congrès créa neuf zones en 1996, trois rurales (Kentucky Highlands, Mid-Delta [au Mississippi] et Rio Grande Valley [au Texas]) et six urbaines : Atlanta, Baltimore, Chicago, Detroit, New York, Philadelphia-Camden. Deux zones urbaines s’ajoutèrent en 1997 : Cleveland et Los Angeles.

12 Les sommes allouées varient entre 550 et 300 millions de dollars selon les différentes sources (écrites et informatiques) consultées. J’ai opté pour les chiffres figurant sur le site officiel de New York.

13 (1) New York City Housing Partnership, (2) Local Initiatives Support Corporation et (3) Community Preservation Corporation furent les principaux agents de l’opération.

14 David Dinkins fut, de 1990 à 1993, le premier maire noir de la ville. Le Washington Post, rapporté dans Vocable, 2-15 décembre 1999, “Riding the economy’s ‘A’ train”, fait état d’une chute de 83 % des meurtres, de 84 % pour les fusillades et 60 % pour les vols.

15 Magic Johnson est connu pour soutenir beaucoup d’initiatives communautaires. Il est tard venu à Harlem par rapport à Los Angeles (1995), Atlanta (1996), Houston (1998), Cleveland (1999). 13 autres projets sont en négociation dont, à New York, Jamaica (Queens).

16 L’UMEZ a investi 11, 2 millions, environ le sixième d’un projet se montant à 65 millions.

17 Le ressentiment racial couvait depuis 1995, notamment à travers le soutien tonitruant du Révérend Sharpton aux associations 125th Street Business et 125th Street Vendor qui défendaient les commerces de proximité et faisaient campagne sur le thème « achetez noir ».

18 Rapporté dans Vocable, 5 mars 1998 : “Harlem’s Next Renaissance”.

19 Pour simplifier : (1) LDCDB représente Harlem Est, majoritairement hispanique ; (2) BID représente Harlem Centre, majoritairement noir ; (3) APED représente Harlem Nord, aire davantage résidentielle.

Table des illustrations

Crédits Copyright © 2002 Upper Manhattan Empowerment zone Development Corporation.Webmaster : webmaster@umez.orghttp://www.umez.org/​data nycez.htm26/08/02
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/4210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

Auteur

Université François-Rabelais de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter