Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur les Afro-Américains

 | 
Claude Julien

Social concerns

De lieu en lieu, de place en place : le parcours des domestiques1 africaines-americaines

Hélène Le Dantec-Lowry

Texte intégral

  • 1 Le terme ‘domestique’ est peu usité aujourd’hui et il est d’ailleurs intéressant de noter l’évolut (...)
  • 2 Je pense ici aux images représentant une domestique noire sur des produits de consommation courant (...)
  • 3 Pour un essai synthétique sur les causes et conséquences de la migration, lire Loïc Wacquant (2000 (...)

1Les femmes africaines-américaines aux Etats-Unis ont souvent été associées au travail domestique, et ce depuis l’esclavage, mais l’image des bonnes noires a aussi été fréquemment utilisée dans la culture populaire, que ce soit dans la fiction, le cinéma, ou bien encore la publicité2 Il est vrai que nombre d’entre elles ont eu à travailler au service de familles blanches comme bonnes, cuisinières, ou nourrices. Le taux de femmes de ménage noires est en diminution depuis les années soixante, nous y reviendrons, mais elles furent particulièrement nombreuses, d’abord dans le Sud bien sûr, mais aussi dans le Nord, dès lors que les Africaines-Américaines participèrent au mouvement de migration hors des anciens Etats esclavagistes pour rejoindre les centres industriels du Nord. Nous nous intéresserons tout particulièrement à cette période, qui commença après l’esclavage dès les années 1870-1880, et se termina dans les années 1960, quand le nombre de personnes migrant vers le Nord devint pour la première fois inférieur à celui des Noirs retournant dans le Sud3.

  • 4 Voir à ce sujet les remarques de Brenda Clegg-Gray, 6). L’éminent sociologue noir W. E. B. DuBois (...)
  • 5 Ce terme est de Toni Morrison. Voir Clark-Lewis, 168).

2On a longtemps laissé de côté la place et le rôle des femmes pendant cette période déterminante de l’histoire africaine-américaine. Les domestiques qui représentaient pourtant une proportion importante des travailleuses noires n’ont été vraiment étudiées qu’à partir des années soixante-dix quand des historiens et sociologues, et beaucoup de femmes parmi eux, se sont intéressés à ce groupe en particulier4. Il ne s’agira pas ici de faire une simple mise à plat du travail domestique noir mais plutôt de s’intéresser à l’itinéraire de femmes qui, depuis le démantèlement de l’Institution Particulière, sont allées d’une place dans une famille blanche à une autre, non seulement pour participer à la survie économique de leur famille, mais aussi comme médiatrices entre des mondes différents (leur foyer et celui dans lequel elles travaillaient et parfois habitaient, leur quartier de résidence et celui de leurs employeurs blancs), et enfin, dans des parcours personnels qui les ont souvent conduites à affirmer leur indépendance par rapport à leurs employeurs et à redéfinir le travail domestique selon leurs propres termes. Les employées noires partageaient de nombreuses caractéristiques avec les bonnes issues de l’immigration pendant l’époque considérée et nous examinerons celles-ci, mais leur appartenance au groupe noir les mettaient dans une position particulière dans la société américaine comme dans les maisons où elles travaillaient. Finalement, ce qui semble important ici n’est pas seulement le statut de ces femmes (de ces enfants parfois) depuis leur premier emploi jusqu’au dernier mais plutôt le parcours suivi d’une place à l’autre, parcours qui les aida à se définir, à ‘s’inventer’5, à résister. Ces femmes eurent des expériences singulières de par leur âge, leur lieu d’origine et d’installation, leur histoire familiale, et leurs rapports avec leurs employeurs, mais leur appartenance au groupe noir pendant la migration dans une société raciste et ségrégationniste, de même que leur pouvoir de résister individuellement ou collectivement à leur sort font sens commun et permettent de tirer, je crois, quelques conclusions sur ce groupe de travailleuses en général.

I. De l’esclavage à la migration : la domestique comme représentative de la travailleuse africaine-américaine

  • 6 Elizabeth Fox-Genovese fournit un travail très documenté sur la vie quotidienne des femmes pendant (...)

3Dès le début de l’histoire africaine-américaine, le service domestique fut déterminant. La majorité des esclaves travaillaient dans les champs mais une partie non négligeable d’entre eux devaient assurer le quotidien de leurs propriétaires blancs ; ainsi les servantes noires furent-elles partie prenante de la vie dans les plantations du Sud. Au Nord, les Noirs libres travaillaient aussi parfois comme domestiques dans des familles blanches. Nous devons noter ici que les hommes comme les femmes pouvaient être serviteurs même si leurs tâches étaient distinctes, les femmes travaillant plus couramment comme cuisinières ou nourrices, par exemple, et, en général, autour des enfants ou de la nourriture (non seulement la préparation des repas mais aussi la culture des fruits et des légumes et leur conservation). Les enfants aussi pouvaient avoir des tâches diverses dans la maison de leurs propriétaires et commençaient à servir ces derniers dès l’âge de huit ou neuf ans6.

  • 7 Sur la période suivant la Reconstruction et la mise en place du système de ségrégation dans le Sud (...)

4A la fin de l’esclavage, les emplois disponibles pour les Africains-Américains en général, et les femmes en particulier, étaient rares et les femmes continuèrent non seulement à travailler dans les maisons des Blancs, mais nombre d’entre elles devinrent domestiques pour la première fois. Le système de métayage mis en place après la Guerre de Sécession ne permettait pas à de nombreux Noirs de vivre décemment car les lopins de terre étaient trop petits pour nourrir des familles encore nombreuses, en raison d’un endettement très fort de certains métayers, ou encore à cause de changements climatiques défavorables pendant cette période. Les Noirs récemment libérés préféraient travailler la terre qu’ils louaient que d’être directement sous les ordres de leurs anciens propriétaires et, surtout, les hommes acceptaient mal que leurs compagnes continuent à s’occuper des enfants et de la maison des Blancs. Le travail de la terre rappelait bien sûr celui de l’esclavage mais le système de métayage semblait leur donner un certain degré d’autonomie, illusoire souvent, alors même que les Blancs cherchaient à maintenir à tout prix la dépendance de leurs anciens esclaves7. Toutefois, les conditions économiques difficiles dans le Sud, et surtout dans les zones rurales, poussèrent de nombreuses familles à placer malgré tout les femmes et jeunes filles comme domestiques, parfois temporairement. Dans les zones urbaines, les emplois étaient rares pour les femmes en dehors du service domestique et les salaires masculins si bas que le système de parenté devait compter sur le labeur du plus grand nombre de personnes possible ; les femmes durent travailler dans les foyers blancs, qu’elles l’aient choisi ou non. Ainsi, « la femme afro-américaine se trouva confinée à ce type de labeur en vertu de son appartenance sexuelle et raciale » (Jones, 12).

5Comme pendant l’esclavage, certains serviteurs émancipés avaient des tâches précises ; c’était le cas pour les cuisinières, les nourrices, ou les jeunes filles qui s’occupaient des enfants et des jeunes adolescents, mais, dans l’ensemble, les servantes noires devaient accomplir des besognes multiples et infinies. Les domestiques se plaignaient souvent du labeur trop lourd et diversifié qu’on leur imposait sauf peut-être dans les maisons riches où le nombre de serviteurs était important et le travail plus spécialisé.

6Les heures de travail étaient très longues pendant l’esclavage et le furent aussi après. Elles variaient d’un employeur à l’autre, mais la majorité des domestiques avaient peu de temps libre. Comme leurs prédécesseurs, les domestiques dans le Sud libéré, puis dans le Nord pendant la migration avaient peu de repos (le plus souvent le dimanche, le jour de Noël, parfois une autre fête nationale ou religieuse), et surtout, elles déploraient le fait de devoir être toujours à la disponibilité de leurs employeurs. Comme certaines esclaves, de nombreuses bonnes noires habitaient dans la maison des blancs pour lesquels elles travaillaient (live-in work) et pouvaient être dérangées à tout moment pour répondre à des demandes diverses, y compris la nuit. C’est en partie pourquoi elles firent en sorte, dès que possible, de trouver des emplois leur permettant de rentrer chez elles le soir et parfois le dimanche (day work), nous y reviendrons.

  • 8 Plusieurs ouvrages reproduisent des entretiens avec des domestiques noires en activité ou retraité (...)

7Comme les esclaves hélas, de nombreuses domestiques durent aussi faire face à l’exploitation par des Blancs peu enclins à considérer leurs employées comme des êtres humains à part entière. Leur fonction primait avant tout et de nombreux témoignages attestent des difficultés rencontrées par ces femmes noires ; il en est deux en particulier qui semblent avoir beaucoup marqué les domestiques : le manque d’attention reçue en tant qu’individu et l’exploitation sexuelle8.

  • 9 Voir Dudden, 119 et Sutherland, 34). Relire aussi le témoignage poignant de Richard Wright dans Bl (...)
  • 10 Ces visites étaient davantage possibles dans le Sud, mais souvent aussi peu appréciées qu’ailleurs (...)

8De nombreuses domestiques soulignèrent le manque de respect de leurs employeurs qui, souvent, les appelaient par un prénom couramment utilisé pour désigner une bonne noire, quelle qu’elle fut, ou par un qualificatif désignant sa fonction (Mary Jane, cook, nurse, Mammy, (Litwack, 169)) ; on les baptisait ‘Miss’ même quand elles étaient mariées : les domestiques étaient interchangeables aux yeux de nombreux Blancs. Combien regrettaient également avoir à entrer chez leur employeur uniquement par la porte de derrière ou devoir utiliser un escalier de service réservé à la domesticité. Dans ce cas, les noires émancipées étaient parfois davantage restreintes que ne l’avaient été les esclaves. Dans le Sud post-esclavagiste, les Noires apprirent les règles imposées par un système classiste et racial rigide ; elles furent aussi confinées dans les cuisines et devaient souvent utiliser des toilettes différentes et une vaisselle réservée à leur seul usage (Litwack, 19). Dans le Nord tout particulièrement, l’architecture refléta ces changements. Une maison plus grande et une domesticité plus nombreuse devinrent des symboles forts du statut social dans les villes nordistes en pleine expansion ; les architectes ajoutèrent force détails séparant maîtres et serviteurs (une cuisine reléguée au sous-sol, un escalier de service, et des chambres, souvent sous les combles, réservées aux domestiques)9. Dans les maisons où travaillaient peu de domestiques, et souvent une seule, la séparation forcée entre maîtres et serviteurs renforçait l’impression d’isolement, de solitude de ces femmes qui, fréquemment, devaient de plus restreindre les contacts avec les autres domestiques. Les employeurs déconseillaient les relations avec les serviteurs des maisons voisines, et dans le cas des mères de familles, ils décourageaient fortement les visites des enfants qui pourtant aimaient, quand c’était possible, passer voir leur mère sur son lieu de travail10.

9L’uniforme imposé à certaines bonnes eut un effet semblable à celui de l’architecture ; il servait de symbole social puissant pour les employeurs mais exprimait tout autant l’exploitation et le statut souvent stigmatisé des domestiques. Elles firent d’ailleurs beaucoup pour ne plus avoir à porter ces vêtements représentatifs de leur condition inférieure dans la société, nous le verrons.

  • 11 Il est à noter que ce problème, comme le manque de respect de l’individu mentionné plus haut, n’ét (...)
  • 12 Jones, 150) et Litwack 344). Ces auteurs montrent les dangers de se révolter dans le contexte du S (...)

10Nombreuses également furent les domestiques qui eurent à se plaindre de harcèlement sexuel. Ceci faisait partie du lot réservé à de nombreuses bonnes, noires ou non11. Les immigrantes arrivées aux Etats-Unis à la fin du dix-neuvième et au début du vingtième siècles qui travaillèrent comme domestiques, eurent à faire face à des situations semblables et certaines se retrouvèrent enceintes contre leur gré et sans grand recours contre un employeur responsable. Toutefois, dans le cas des Noires, la ségrégation dans le Sud et les pratiques discriminatoires dans le Nord rendaient difficiles toute plainte envers l’homme blanc. De nombreux maris noirs venus demander des comptes à un employeur blanc se virent accuser de mensonge et même poursuivis par la justice !12 La société américaine accordait alors peu de crédit à ses citoyens de couleur.

  • 13 Voir Steinberg, 160-165). Outre les Irlandaises, il y eut de nombreuses bonnes allemandes ou Scand (...)

11Les domestiques employées par des familles blanches après la Guerre de Sécession, dans le Sud comme dans le Nord, travaillaient dans un continuum qui semblait ininterrompu depuis l’esclavage. En même temps, elles partageaient beaucoup avec les bonnes immigrantes qui travaillaient dans les centres urbains du Nord mais ces dernières pouvaient envisager un avenir différent pour elles-mêmes et pour leurs filles, ce qui, malheureusement, était plus rarement le cas pour les femmes noires. Tout d’abord, toutes les immigrantes n’eurent pas à devenir domestiques ; certaines participèrent à l’économie familiale en travaillant dans leur propre maison comme mère au foyer, couturière à domicile, blanchisseuse, ou en dirigeant des pensions de famille ou des commerces. La période d’arrivée aux Etats-Unis comme la composition des groupes d’immigrants doivent être prises en compte. Ainsi, il y eut davantage de bonnes irlandaises que juives ou italiennes ; les premières arrivaient plus souvent seules et célibataires et ne pouvaient compter autant sur le réseau de parenté pour assurer leur quotidien. Un emploi de domestique était facile à trouver et elles pouvaient plus aisément habiter chez leurs employeurs que les immigrantes mariées plus nombreuses dans d’autres groupes. De plus, le service domestique était souvent considéré comme un choix ultime, peu estimé, souvent stigmatisé ; les immigrantes les plus appauvries et isolées y avaient recours. Pour ces femmes, toutefois, ce genre d’emploi était perçu comme temporaire et de nombreuses bonnes irlandaises, par exemple, le quittèrent dès que possible, quand elles se marièrent ou dès qu’elles eurent des emplois dans l’industrie. Ainsi, le taux de domestiques irlandaises diminua après les années 1850 quand le nombre de nouvelles arrivantes commença à décroître et quand elles tirèrent avantage de l’accès des femmes aux emplois industriels13.

12A leur arrivée dans les villes du Nord au tournant du vingtième siècle, les Noires eurent à faire face à la concurrence accrue avec les immigrantes pour trouver un emploi, concurrence qui avait déjà affecté les Africaines-Américaines nées dans le Nord. Déjà, dans les années 1830-1840, les femmes noires, comme leurs compagnons d’ailleurs, s’étaient vues reléguées à un nombre réduit d’activités. L’arrivée massive d’immigrants dans les décennies suivantes contribua à restreindre davantage l’accès à l’emploi pour les Noirs, notamment les femmes. Les tensions croissantes entre Blancs et Noirs pendant la période de forte migration des Africains-Américains vers les centres urbains au Nord concourut à une séparation accrue des travailleurs des deux groupes. Les Noirs trouvèrent plus difficilement des emplois de serveur, vendeur, etc., les Blancs refusant d’être servis par eux (Bair, 290). Dans les maisons privées à la domesticité nombreuse, les relations entre serviteurs des deux groupes se détériorèrent ; certains refusaient de manger à la même table, de travailler ensemble, et, éventuellement, de dormir dans la même chambre (Dudden, 63). C’est à cette époque que les femmes noires commencèrent à travailler à la journée et non plus à résider chez leurs employeurs.

  • 14 En outre, dans les villes du Nord, le nombre de maris potentiels était réduit, et les Noires ne po (...)

13A partir du début du vingtième siècle, les Noires eurent peu d’occasions de trouver une activité différente, et l’accès à l’emploi de leurs maris et compagnons ne permettait pas aux femmes noires de quitter le service domestique14. Etre bonne était une nécessité, très rarement un choix, et pourtant, les femmes noires devinrent quasiment les seules représentantes de cette profession si mal considérée, non seulement dans le Sud, où l’immigration ne représentait aucunement une concurrence pour les Noires, mais aussi dans le Nord où les immigrantes purent trouver d’autres voies que le service domestique.

II. Les domestiques africaines-américaines : passeurs et interprètes

  • 15 Orlando Patterson, 20-22, note la tendance encore aujourd’hui de membres de la communauté noire co (...)

14Jusqu’à présent, le service domestique a surtout été présenté comme producteur d’exploitation et d’isolement, et on ne peut que déplorer les conditions de travail des bonnes noires et les schémas racistes qui enfermaient les Noires dans ce type d’emploi. En même temps, il serait injuste et erroné de penser que les domestiques noires acceptaient aveuglément leur sort sans jamais y trouver ou y organiser des échappatoires. Le groupe noir dans son ensemble a toujours su tirer parti des conditions défavorables dans lequel il se trouvait et les domestiques surent elles aussi repenser et réinventer leur emploi pour y trouver des avantages. Il serait inexact aussi de ne pas prendre en considération les quelques points positifs inhérents à la fonction domestique15.

  • 16 Nous l’avons mentionné plus haut, il y eut aussi des employés masculins dans les maisons blanches (...)
  • 17 Jusqu’aux années soixante, quand furent passées les lois en faveur de l’intégration des Noirs, les (...)

15De par leurs allées et venues entre deux quartiers différents et deux communautés souvent opposées, les bonnes noires occupaient une position unique dans la société américaine16 : elles étaient pratiquement les seules à se déplacer du quartier réservé aux Africains-Américains vers les zones occupées par les Blancs dans des villes de plus en plus ségréguées par groupes raciaux. Elles avaient, grâce au travail dans les maisons des Blancs, une connaissance, unique jusqu’à récemment, des domaines intimes des deux communautés17. Elles surent utiliser ce savoir à bon escient et en faire profiter leurs familles et leurs communautés.

16Parallèlement, les femmes participaient à une économie familiale servant le réseau de parenté dans son ensemble et leur entrée dans la domesticité se faisait grâce au système d’entraide inhérent aux familles noires. Le premier emploi comme bonne était souvent organisé par les membres de la famille et participait de l’auto assistance pratiquée dans la communauté africaine-américaine. Les jeunes filles (très jeunes parfois) prirent part activement à la survie économique de leur parenté. En un sens, elles connaissaient déjà certaines modalités du travail domestique puisque les aînées, entre autres, avaient l’habitude de tenir la maison et de s’occuper des plus jeunes lorsque leur mère travaillait à l’extérieur, dans les champs où en ville. Les places se transmettaient aussi au sein d’une même famille, les jeunes filles rejoignant parfois une mère, une tante, ou une sœur plus âgée.

  • 18 Je rejoins ici les conclusions sur la migration, en France cette fois, de Bourdieu et al. qui envi (...)

17Pendant les années de migration vers le Nord, une chaîne s’organisa autour de ces jeunes filles et de ces femmes. Elles rejoignirent des parents déjà installés dans un centre urbain et participèrent activement à l’économie du réseau de parenté au delà des distances géographiques. Elles envoyaient de l’argent dans le Sud dès qu’elles en gagnaient suffisamment et aidaient aussi leur famille d’installation. Combien de jeunes Noires arrivées en ville n’ont-elles pas gardé leurs cousins et neveux autorisant ainsi les adultes, femmes comprises, à travailler à l’extérieur et permettant ainsi d’accroître les ressources collectives ? Le passage du rural à l’urbain, du Sud au Nord, fut largement expérimenté par les femmes qui furent parfois plus nombreuses que les hommes à quitter leur terre d’origine. Les femmes, et les domestiques en particulier, faisaient partie intégrante de la migration ; leur mobilité était au cœur du fonctionnement familial et social dans des espaces d’échanges variés18.

  • 19 Les personnes rencontrées par Tucker et Clark-Lewis expriment leur appréhension devant ces départs (...)

18Le départ des jeunes migrantes était souvent organisé autour de rituels précis : les parents installés au Nord envoyaient billet de train et robe pour le transport tandis que ceux du Sud offraient conseils et cadeaux d’adieu aux partantes. Les jeunes filles étaient parfois formées à leur voyage en une sorte d’apprentissage en vue de la séparation d’avec leur famille et d’une occupation dans le Nord. Toutefois, des témoignages d’anciennes migrantes montrent que les jeunes Noires avaient peu de choix en ce domaine ; les besoins du réseau de parenté primaient sur les désirs individuels19.

  • 20 Lire Tucker et Jones, 133. Les immigrants introduisirent aussi leurs parents dans les maisons ou u (...)

19Les migrantes déjà installées interprétaient pour les nouvelles arrivantes la vie dans une grande ville du Nord et le travail qui les attendait. Ici aussi les domestiques étaient des passeurs qui rendaient plus aisée l’installation des migrantes. C’est également grâce aux membres de la parenté et surtout aux domestiques que les nouvelles venues trouvaient du travail. Il y eut des agences de placement destinées aux Africaines-Américaines mais celles-ci fonctionnaient principalement pendant les périodes de moindre emploi (notamment durant la Grande Dépression) et beaucoup de femmes préféraient trouver des offres de travail par ellesmêmes. Elles permettaient aux membres de la parentèle d’entrer dans la même maison qu’elles si une place était disponible. Un réseau informel d’informations sur les emplois disponibles mais aussi sur les conditions de travail et l’attitude des employeurs dans telle ou telle maison fut ainsi mis en place20.

20Les Noires profitaient autant que possible de leur placement comme domestiques. Elles apprenaient et transmettaient des informations sur la vie dans un quartier blanc, dans une famille aisée. Elles étaient les seules à avoir accès au domaine privé des Blancs et pouvaient faire des comparaisons avec leur propre culture et manière de vivre. Ces informations étaient utiles pour leurs familles : pour les enfants et adultes qui devaient comprendre le monde de leurs futurs employeurs potentiels et le groupe dominant en général.

21Elles transportaient aussi des biens matériels. Elles pouvaient profiter des vêtements usagés ou passés de mode offerts par leurs employeurs et nombre d’entre elles comptaient sur le surplus de nourriture qu’elles pouvaient ramener chez elles. Certaines domestiques étaient d’ailleurs moins bien payées car ces avantages étaient pris en compte dans leur rémunération. Sans cet apport supplémentaire de nourriture, couramment appelé ‘Service Pan’, de nombreux enfants noirs auraient eu bien peu à manger.

22Certaines Noires appréciaient l’environnement dans lequel elles travaillaient : par exemple, de beaux meubles, des tables joliment dressées, et des manières et usages différents. Certaines d’entre elles s’efforcèrent de transmettre ces façons de vivre à leur famille. Elles imitaient ainsi les classes plus aisées et le groupe dominant Blanc. D’anciennes domestiques rencontrées par Tucker et Clark-Lewis exprimèrent leur fierté devant leur foyer empli de souvenirs de leur passage dans les maisons bourgeoises et insistaient sur des règles de politesse et de courtoisies inspirées de la culture blanche et pas toujours en rapport avec les usages africains-américains. Les domestiques servirent dans ce cas à maintenir et à disperser les valeurs des classes dirigeantes auxquelles elles adhéraient au moins en partie puisque beaucoup avaient foi, par exemple, dans l’éthique du travail ou la notion de mobilité sociale (Thornton Dill, 17). Parallèlement, « le service domestique renforçait et perpétuait les stéréotypes ethniques et les usages sociaux de déférence et de condescendance » (Coontz, 256). Toutefois, il ne s’agissait pas de simple mimétisme, mais parfois aussi d’une manière de résister à l’image des domestiques noires comme des femmes ignorantes et peu raffinées. D’autres, au contraire, se réjouissaient de retrouver un environnement qui leur était propre et qui était distinct de celui de leurs employeurs par le décor de leur logement, leur cuisine, ou leur manière de parler. Chez elles, elles pouvaient tomber le masque mis en place lors de leurs rapports avec les Blancs.

23En fait, les domestiques noires apprenaient à fonctionner entre deux cultures et à passer plus ou moins aisément de l’une à l’autre. Leurs compagnons n’avaient pas souvent cette possibilité et se trouvaient parfois plus démunis quand il leur était nécessaire d’avoir des contacts avec des Blancs : lors d’entretiens à l’embauche, dans des agences gouvernementales diverses, dans certains commerces.

24Le passage n’était pas unidirectionnel toutefois et les domestiques noires apportaient aussi leur culture sur leur lieu de travail. Lorsqu’elles s’occupaient des enfants de la famille blanche, elles échangeaient avec eux des éléments de leur culture : chansons, histoires, vocabulaire, même si les employeurs cherchaient en général à réduire, voire à proscrire, l’influence des domestiques sur leur progéniture. Les Africaines-Américaines profitaient de leur temps avec les enfants pour leur enseigner le respect de leur personne et de la culture noire. Elles usaient de leur autorité pour être appelées par leur nom et non Betty, May, girl, ou Mammy, par exemple. Dans certains cas, les heures de travail étaient organisées de manière à laisser du temps à la bonne pour passer chez elle ; les enfants à sa charge découvraient alors le quartier noir et une réalité autre que celle de leur communauté.

25Les domestiques noires apportaient aussi des manières de travailler, de cuisiner dans la maison de leurs employeurs qui pouvaient alors les intégrer à leur façon de faire. Concernant la cuisine, les familles sudistes, noires et blanches, partageaient davantage que celles du Nord aux cultures plus diversifiées. Ces échanges et apports divers existaient bel et bien mais doivent sans doute être considérés comme limités en vue du mépris assez généralisé envers la culture noire dans une société raciste.

26On ne peut négliger toutefois cette fonction de passeur des domestiques noires qui devenaient des médiatrices entre deux cultures et qui jouaient ici un rôle privilégié. Les immigrantes travaillant dans des familles d’un autre groupe ethnique remplissaient aussi cette fonction dans une certaine mesure et elles apprenaient, par exemple, à mieux parler anglais, à s’habiller différemment, comme elles utilisaient leurs propres caractéristiques culturelles dans la maison de leurs employeurs. Toutefois, la position singulière du groupe africain-américain dans la société américaine et le peu de contacts familiers entre communautés noire et blanche exacerbèrent la fonction d’interprète, de ‘go-between’ des domestiques noires. De par leur fonction, celles-ci franchissaient les barrières socio-économiques et légales qui étaient attribuées à chacun aux Etats-Unis, barrières qui semblèrent longtemps immuables. Elles travaillaient avec les Blancs, et surtout des femmes, au cœur de relations intimes qui dépassaient les divergences entre différentes ethnies, religions et classes (Thornton Dill, 3).

27D’un lieu à l’autre (du Sud au Nord, du quartier noir au quartier blanc) et d’une place à une autre (comme aide dans la famille d’arrivée à une place dans un foyer blanc), ces dernières parcoururent l’espace géographique et social américain par nécessité mais aussi en réinventant la fonction du service domestique. De dominées elles devinrent créatrices et responsables. Elles arrivèrent souvent à se déprendre de circonstances défavorables, à améliorer leur sort, et doivent être considérées aussi comme des agents de leur propre destinée et non seulement comme des sujets passifs dans une situation délétère.

III. Réinventer le service domestique : résistances individuelle et collective

28Les femmes noires employées de maison surent trouver des avantages pour elles-mêmes, leurs familles, et leur communauté dans des emplois peu rémunérés, difficiles, et souvent dénigrés. Dans une sphère privée qui n’était pas la leur en propre, elles surent aussi résister à l’exploitation.

29Nous l’avons vu, de nombreux employeurs payaient peu leurs domestiques et les conditions de travail étaient le plus souvent difficiles. Dans certains cas, les domestiques avaient affaire à des patronnes autoritaires ou abusives. Elles n’étaient toutefois pas sans ressources. Elles pouvaient ‘rendre leur tablier’ et chercher une autre place et, ici, les informations données par les autres employées de maison sur les habitudes et travers des employeurs blancs s’avéraient fort utiles. Quitter sa place « ne garantissait pas nécessairement une meilleure situation ailleurs (...), mais renforçait le désir des travailleuses pour l’autodétermination et privait les employeurs de l’ascendant auquel ils étaient accoutumés » (Hunter, 346).

  • 21 La littérature, et surtout celles des femmes africaines-américaines, rend bien compte de ces quere (...)

30Elles pouvaient aussi résister de l’intérieur et affirmer leur propre autorité, leur personnalité. Avec l’expérience, ces femmes apprenaient à répondre aux remarques qui leur étaient faites, à négliger des ordres considérés injustes ou irréalisables, et à détourner l’attention de leur employeur21. Elles pouvaient prendre un jour de congé contre l’avis de leur employeur mais aussi travailler moins vite ou moins bien. Certaines bonnes allaient jusqu’à ‘gâcher’ un repas ou ‘bâcler’ toute autre tâche précise pour exprimer leur mécontentement. Elles utilisaient aussi efficacement les stéréotypes qui leur étaient appliqués et pouvaient feindre la stupidité (“to act the nigger”), ou faire preuve « d’obséquiosité, de duplicité, d’humilité, de flatterie et de dérobade » comme l’avaient fait, avant elles, les Noirs pendant l’esclavage (Litwack, 39). Les Noires étaient conscientes de l’impuissance de leurs employeurs dans la vie quotidienne, ce qui leur donnait une certaine liberté d’action dans leurs transactions avec les Blancs (Litwack, 118).

31Les domestiques détournaient aussi à leur avantage leur position dans une maison bourgeoise. Elles réussissaient notamment à mieux nourrir leur famille, non seulement en profitant du Service Pan donné par l’employeur, mais aussi en s’appropriant des provisions ou en achetant davantage de viande ou de légumes si elles étaient chargées de faire les courses. Cette pratique répandue, qualifiée parfois de ‘toting’ par les bonnes, fut un bon moyen d’augmenter le maigre salaire offert par les Blancs (Tucker, 49). Les patrons avaient peu de contrôle sur ces agissements et la cuisine, symbole de la mise à l’écart et de l’isolement des domestiques, devenait ici un espace de liberté et d’indépendance. Bien sûr, les domestiques en général, et non pas seulement les Africaines-Américaines, usèrent de ces conduites qui s’apparentaient à un conflit entre une bonne et sa patronne mais aussi entre deux personnes représentatives de deux classes sociales opposées.

  • 22 Dans le Sud, pendant la période post-esclavagiste, il était courant que les hommes supervisent le (...)

32Malgré tout, certaines femmes noires réussirent à créer des relations satisfaisantes, et parfois même proches, avec leurs employeurs et leur famille. Elles restaient parfois plusieurs années de suite dans la même maison, élevant, dans certains cas, des enfants de leur naissance jusqu’à l’âge adulte. Des liens d’interdépendance furent ainsi conçus. Les bonnes noires fonctionnaient parfois comme mères de substitution et participaient activement à l’éducation des enfants à leur charge. Elles comptaient aussi sur les conseils et les appuis apportés par les employeurs qui pouvaient aider leurs domestiques à trouver un logement, un emploi pour un membre de la famille noire, ou une bourse pour l’éducation d’un enfant. L’entraide et les contacts entre bonne et employeurs perduraient fréquemment après le départ à la retraite de la femme noire et expriment clairement les liens tangibles qui pouvaient se créer dans ces circonstances. Ces liens persistaient davantage par l’intermédiaire des femmes blanches (mères ou filles), bien moins grâce aux hommes, ceux-ci travaillant le plus souvent à l’extérieur tandis que leurs compagnes étaient principalement femmes au foyer jusqu’aux années soixante, période considérée ici22.

  • 23 Les paroles d’une domestique noire de 82 ans, divorcée et sans enfants, rencontrée en entretien en (...)
  • 24 Toutes les employeuses n’appartenaient pas à des classes aisées et des ouvrières blanches purent p (...)

33Ceci n’enlève rien au poids de contradictions qui entachaient les rapports entre bonnes et employeurs, et surtout entre la domestique noire et sa patronne. Si des relations duraient de nombreuses années et étaient fondées sur une affection réelle, beaucoup ne dépassaient pas le cadre des relations entre travailleuse et employeur23. Dans tous les cas, les liens étaient définis par l’appartenance à des groupes raciaux différents, à des classes antagonistes, et ils rappelaient parfois les relations entre maîtres et esclaves. A cela, il faut ajouter l’ambivalence du lien entre les deux femmes en présence, l’une blanche et riche24 et l’autre pauvre et noire. Le labeur de la femme noire offrait à sa patronne une certaine liberté par rapport aux tâches domestiques et à l’éducation des enfants, tâches qui lui avaient été dévolues en priorité à la fin du dix-neuvième siècle lors de la mise en place d’un ‘culte de la domesticité’ et dont les valeurs étaient encore pertinentes pour les femmes de la classe moyenne au début du vingtième siècle (Dudden, 7). La bonne et sa patronne se retrouvaient pour partager le même foyer. Elle se reconnaissaient aussi dans les relations entre les sexes : la domestique noire était spectatrice de la dépendance financière et affective de la femme blanche et connaissait parfois elle-même l’exploitation sexuelle chez elle. La femme noire pouvait éventuellement utiliser ces analogies pour promouvoir des relations avec sa patronne au-delà des différences de classe et de race et rendre son travail moins difficile.

34Malgré les avantages évoqués ici, les femmes noires ne restaient domestiques que par obligation et firent tout pour quitter ces positions peu enviées comme pour éviter à leurs propres filles un avenir similaire. Nous l’avons vu, les circonstances ne permettaient pas facilement aux Africaines-Américaines d’abandonner leurs places dans les maisons blanches mais elles usèrent de stratégies leur permettant de les contrôler au mieux. L’une des plus marquantes, car individuelle d’abord mais collective ensuite, fut de quitter les emplois qui requéraient leur présence la nuit (live-in work) pour des postes qui leur permettaient de passer davantage de temps chez elles et avec leurs familles (day work). A partir des années vingt, en raison du coût prohibitif des serviteurs et de la mécanisation de certains travaux, les domestiques habitant chez leurs maîtres devinrent moins nombreux et sont par exemple très rares aujourd’hui. Mais c’est aussi la résistance des employées, et surtout des femmes noires, qui conduisit à un changement vers des emplois plus spécialisés et sélectifs.

  • 25 Clark-Lewis, 140-145, Hunter, 345 et Grossman, 354-55. Travailler à domicile permettait aussi aux (...)
  • 26 Les jeunes enfants devaient être pris en charge par la famille étendue car, longtemps, il exista p (...)

35Les immigrantes, nous l’avons vu, choisirent des places à la journée assez rapidement alors que les femmes noires durent se contenter des places disponibles et eurent moins de choix. Mais dès la fin du dix-neuvième siècle, elles résistèrent et insistèrent pour rentrer chez elles à la fin de leur journée de travail. Grâce au réseau d’entraide parmi les domestiques, elles rassemblaient aussi des informations sur les emplois de blanchisseuses qui leur permettaient de travailler depuis leur domicile et, à la première occasion, elles quittaient leur place de bonne. Laver le linge était un labeur dur et souvent encore moins bien rémunéré que celui de domestique, mais l’urgence avec laquelle les Noires l’élurent prouve leur volonté de dominer leur travail et leur temps25. L’éducation de leurs enfants se révéla une motivation très forte pour ces femmes qui pouvaient enfin passer du temps avec ces derniers et les surveiller, et ne devaient plus autant dépendre de parents et amis26.

36Avec le temps, les emplois de nuit se firent plus rares et les femmes noires commencèrent à réclamer de meilleurs salaires et des conditions de travail moins difficiles (horaires réduits, tâches moins disparates). Elles le firent individuellement en réclamant des changements directement à leur employeur, mais aussi collectivement, en organisant des grèves. Celles-ci furent rares car il était difficile pour elles de se concerter : elles étaient dispersées dans des activités et des quartiers différents et la concurrence entre elles était forte. Plusieurs mouvements de protestation émergèrent, mais le plus emblématique est sans doute celui des blanchisseuses à Atlanta en 1881 qui cessèrent de travailler pour réclamer une hausse de leurs tarifs. Leurs revendications ne furent pas entendues mais ce mouvement prouva aux femmes noires qu’elles pouvaient donner vie à un mouvement collectif et qu’elles détenaient un certain pouvoir malgré tout (Bair, 293 ; Jones, 148-149 ; Dudden, 232).

37Plus tard, les employées de maison demandèrent leur incorporation dans les syndicats nationaux et elle fut possible à partir des années vingt mais limitée. Des prestations sociales ne leur furent attribuées que difficilement à partir des années quarante. C’est seulement en 1951 que les employés de maison eurent droit à la retraite (Social Security) et en 1974 que fut instauré un salaire minimum (Clegg-Gray, 96, 161). Il était difficile de réunir ces travailleuses aux prestations et aux besoins si diversifiés mais, surtout, le racisme des syndicats américains et des lois discriminatoires empêchèrent longtemps la reconnaissance des domestiques noires.

Conclusion

38Pendant la Première Guerre Mondiale, puis durant la Deuxième, les femmes noires purent enfin travailler ailleurs que dans les maisons des Blancs et beaucoup choisirent de rentrer dans l’industrie ou dans des bureaux désertés par les soldats américains pendant des années de moindre immigration. Les femmes blanches furent recrutées en priorité et laissèrent aux Noires des emplois souvent subalternes et moins rémunérés, mais qu’importe ; ceux-ci payaient mieux que le service domestique et éloignaient les Africaines-Américaines de tâches de plus en plus dénigrées et déconsidérées. Les guerres finies, cependant, les Noires durent rentrer chez elles et reprendre les emplois si vite délaissés. Il leur fallut attendre les années soixante et les lois contre la ségrégation et la discrimination de même que les programmes en faveur des pauvres sous Johnson pour enfin avoir accès à l’éducation et à des emplois de cols blancs. Surtout, ces mesures permirent aux Noires d’accomplir ce qu’elles s’étaient promis depuis des années : éviter le service domestique à leurs filles. Les Noires dominèrent ce type de travail depuis la première guerre mondiale jusqu’aux années soixante ; elles ont été depuis souvent remplacées par des femmes issues de l’immigration (les Hispaniques en particulier) même si elles travaillent encore dans les villes à faibles taux d’immigration.

39Beaucoup d’entre elles refusent aujourd’hui ces emplois difficiles et ‘dégradants’ et ne reconnaissent pas certains des avantages examinés ici. En même temps, la demande pour les domestiques, dans le privé du moins, a diminué et le chômage fait partie de la réalité de nombreuses femmes noires, surtout dans les ghettos urbains. Les passages entre cultures et quartiers différents sont alors quasi inexistants. Mais, il est vrai, les médiations entre Noirs et Blancs sont aussi plus courantes dans la classe moyenne.

  • 27 Les discussions de Morris Boling, et Bethke Elshtain autour du public et du privé et l’utilisation (...)

40Le rôle des domestiques noires dans l’histoire africaine-américaine ne peut être ignoré et leur itinéraire singulier doit être noté. De la jeune migrante envoyée dans une famille blanche du Sud, puis dans le Nord, pour aider à la survie de sa famille élargie, à la mère de famille travaillant nuit et jour pour nourrir les siens ; de la domestique employée uniquement à la journée à la blanchisseuse, ou à celle qui choisit de travailler seulement en institution (hôpital, immeuble administratif, bureaux), le parcours de ces femmes est finalement ce que l’on soulignera. Elles purent affirmer leur indépendance et leur pouvoir d’une étape à l’autre : l’indépendance par rapport aux obligations familiales et aux employeurs blancs, la possibilité de choisir son lieu et son mode de travail, pouvoir s’occuper de ses enfants et de sa famille (nucléaire ou non), avoir du temps pour aller à l’église ou participer à des activités de loisir (soirées dansantes, fêtes religieuses, familiales ou communautaires) furent des motifs puissants pour redéfinir le travail de ces femmes. Elles réorganisèrent leur vie mais surent aussi ‘ré-interpréter’ le domaine privé de leurs patrons à leur avantage, le transformant autant que possible en un abri par rapport au contrôle social imposé par leur fonction et leurs employeurs27.

  • 28 Marie-Christine Bureau et Emma Mbia notent l’importance du processus de transformation dans toute (...)

41Les domestiques noires eurent le courage de partir d’un lieu familier, de quitter un emploi, pour toujours améliorer leur sort et celui de leurs proches. Pour reprendre les mots de Michel Serres, on peut dire qu’elles furent des messagères qui appartenaient à différents mondes parce qu’elles les mettaient en communication. C’est ce passage multiple d’un lieu à l’autre qui fut « source et échangeur de sens » (Serres, 245 puis 27) et l’on retiendra en priorité le « processus de transformation,... nourri de confrontations successives »28, qui amena ces femmes à construire leur propre identité.

Bibliographie

Ouvrages cites

Bair, Barbara, 2000. “Though Justice Sleeps. 1880-1900”, 281-344, in Kelley, Robin D. G. & Earl Lewis, eds., To Make Our World Anew. A History of African Americans. New York : Oxford University Press.

Bourdieu, J. et al., 2000. «  Migrations et transmissions inter-générationnelles dans la France du XIXe et du début du XXe siècle ». Annales HSS, juillet-août 2000, IV, 749-789.

Clark-Lewis, Elizabeth, 1994. Living In, Living Out. African American Domestics and the Great Migration. New York : Kodansha International.

Clegg-Gray, Brenda, 1993. Black Female Domestics During the Depression in New York City, 1930-1940. New York : Garland Publishing, Inc.

Coontz, Stephanie, 1988. The Social Origins of Private Life. A History of American Families, 1600-1900. London, New York : Verson.

Dudden, Faye E., 1983. Serving Women. Household Service in Nineteenth-Century America Hanover, New Hampshire : Wesleyan U. P.

Early, Gerald, ed., 1998. ‘Ain’t I But A Place’. An Anthology of African-American Writings About St. Louis. St. Louis : Missouri Historical Society Press.

Fox-Genovese, Elizabeth, 1988. Within the Plantation Household. Black And White Women of the Old South. Chapel Hill : The University of North Carolina Press.

Fraisse, Geneviève, 1979. Femmes toutes mains. Essai sur le service domestique. Paris : Seuil.

Grossman, James R., 2000. “A Chance to Make Good : 1900-1929” 345-408 in Robin D. G. Kelley & Earl Lewis, eds., To Make Our World Anew. A History of African Americans. New York : Oxford University Press.

Hamburger, Robert, 1978. A Stranger in the House. New York : MacMillan Publishing.

Hareven, Tamara Κ., 1983. Family Time and Industrial Time. The Relationship Between the Family and Work in a New England Industrial Community. Cambridge, Massachusetts : Cambridge U. P.

Hunter, Tera W., 1995. “Domination and Resistance : The Politics of Wage Household Labor in New South Atlanta”, 343-357 in Clark Hine, Darlene et al., eds., 1995,’We Specialize in the Wholly Impossible’. A Reader in Black Women’s History. Brooklyn, New York : Carlson.

Jones, Jacqueline, 1985. Labor of Love, Labor of Sorrow. Black Women, Work and the Family from Slavery to the Present. New York : Basic Books.

Kelley, Robin, & Lewis, Earl, eds. (Voir : Bair, Barbara.) Litwack, Leon F., 1998. Trouble in Mind, Black Southerners in the Age of Jim Crow. New York : Vintage Books.

Massey, Douglas S. & Nancy A. Denton, 1993. American Apartheid. Segregation and the Making of the Underclass. Cambridge, Massachusetts : Harvard University Press.

Patterson, Orlando, 1999. Rituals of Blood. Consequences of Slavery in Two American Centuries. New York : Basic Books.

Serres, Michel, 1991. Le Tiers instruit. Paris : Gallimard.

Steinberg, Stephen, 2001 (-1981). The Ethnic Myth. Race, Ethnicity, and Class in America. Boston : Beacon Press.

Sutherland, Daniel E., 1981. Americans and Their Servants. Domestic Service in the United States from 1800 to 1920. Baton Rouge : Louisiana State University.

Thornton Dill, Bonnie, 1994. Across the Boundaries of Race and Class. An Exploration of Work and Family Among Black Female Domestic Servants. New York : Garland Publishing, Inc.

Tucker, Susan, 1988. Telling Memories Among Southern Women. Domestic Workers and Their Employers in the Segregated South. Baton Rouge : Louisiana State University Press.

Wacquant, Loïc, 2000. « De la ‘Terre Promise’ au ghetto. La Grande Migration noire américaine, 1916-1930. », 25-41 in Kekeh-Dika, Andrée-Anne & Hélène Le Dantec-Lowry, Formes et écritures du départ : Incursions dans les Amériques noires. Paris : L’Harmattan.

Notes

1 Le terme ‘domestique’ est peu usité aujourd’hui et il est d’ailleurs intéressant de noter l’évolution des qualificatifs utilisés pour parler de cette catégorie de travailleurs, qualificatifs qui ont changé au vu de la fonction, de la nature et des personnes concernées. A ce propos, lire l’étude de Geneviève Fraisse (1979). Elle s’y intéresse à l’évolution du travail domestique en France mais ses remarques sont souvent pertinentes sur les Etats-Unis également. Comme je m’intéresse dans cet article aux femmes noires travaillant pour des familles blanches pendant la période de migration des Etats du Sud vers le Nord, j’utiliserai ce terme qui était alors le plus courant même si je suis consciente que les changements depuis ‘domestic’ jusqu’à ‘household worker’ sont à forte charge politique et idéologique.

2 Je pense ici aux images représentant une domestique noire sur des produits de consommation courante ; voir, par exemple, le dessin d’une ‘mammy’sur les flacons de sirop d’érable et autres produits alimentaires, souvent associés au Sud, et connus sous la marque Aunt Jemima. Sur les domestiques dans la littérature américaine, voir par exemple Trudier Harris, From Mammies to Militants : Domestics in Black American Literature (Philadelphia, 1982).

3 Pour un essai synthétique sur les causes et conséquences de la migration, lire Loïc Wacquant (2000).

4 Voir à ce sujet les remarques de Brenda Clegg-Gray, 6). L’éminent sociologue noir W. E. B. DuBois écrivit sur les domestiques noires dans les années vingt (voir par exemple “The Servant in the House”, 109-121, in Darkwater. Voices From Within the Veil (New York : Harcourt, Brace & Co. : 1921)), mais c’est, entre autres, l’influence des mouvements noir et féministe sur la recherche universitaire qui contribua à l’intérêt pour les femmes en général et les Africaines-Américaines en particulier. Le service domestique a été étudié depuis deux pôles, les études sur la communauté noire d’une part, et celles sur le travail féminin de l’autre.

5 Ce terme est de Toni Morrison. Voir Clark-Lewis, 168).

6 Elizabeth Fox-Genovese fournit un travail très documenté sur la vie quotidienne des femmes pendant l’esclavage et s’intéresse bien sûr aux servantes (enfants et adultes).

7 Sur la période suivant la Reconstruction et la mise en place du système de ségrégation dans le Sud, lire Leon F. Litwack.

8 Plusieurs ouvrages reproduisent des entretiens avec des domestiques noires en activité ou retraitées, et beaucoup d’entre eux concernent des migrantes ayant quitté un des Etats du Sud pour s’établir dans une ville industrielle du Nord. Voir notamment Clark-Lewis ; Bonnie Thornton Dill, Susan Tucker et Robert Hamburger.

9 Voir Dudden, 119 et Sutherland, 34). Relire aussi le témoignage poignant de Richard Wright dans Black Boy (1945) quand il narre sa recherche d’un premier emploi dans un quartier blanc et, notamment, quand on lui fait remarquer qu’il ne doit pas se présenter à la porte d’entrée mais à celle située à l’arrière de la maison.

10 Ces visites étaient davantage possibles dans le Sud, mais souvent aussi peu appréciées qu’ailleurs. Certaines maisons blanches y étaient parfois à proximité des quartiers noirs où résidaient les employés. Dans le Nord, la taille des villes et l’arrangement de différents quartiers prescrivaient davantage ce genre de contacts. Malgré tout, les domestiques trouvaient parfois le moyen d’aller au-delà de ces interdits.

11 Il est à noter que ce problème, comme le manque de respect de l’individu mentionné plus haut, n’était pas réservé aux domestiques américaines mais semble avoir été partagé par les employées de maison en général. Sur la situation en France à la même époque, voir les observations de Geneviève Fraisse).

12 Jones, 150) et Litwack 344). Ces auteurs montrent les dangers de se révolter dans le contexte du Sud ségrégationniste, mais ceux-ci étaient bien présents dans le Nord également.

13 Voir Steinberg, 160-165). Outre les Irlandaises, il y eut de nombreuses bonnes allemandes ou Scandinaves mais elles travaillaient dans les zones rurales, ou dans des quartiers restreints, et souvent dans des familles de leur groupe d’origine, ce qui n’était le cas ni pour les Irlandaises, ni pour les Noires. Voir Dudden, 61).

14 En outre, dans les villes du Nord, le nombre de maris potentiels était réduit, et les Noires ne pouvaient trouver une échappatoire à leur condition dans la conjugalité. Dudden, 124.

15 Orlando Patterson, 20-22, note la tendance encore aujourd’hui de membres de la communauté noire comme de certains analystes à mépriser ou sous-estimer la domesticité chez les femmes noires. Il insiste au contraire, comme d’autres auteurs sur lesquels nous reviendrons, sur le rôle et le pouvoir relatif de ces femmes.

16 Nous l’avons mentionné plus haut, il y eut aussi des employés masculins dans les maisons blanches mais leur nombre diminua fortement après la Première Guerre Mondiale quand la mécanisation du travail domestique et le coût des serviteurs augmentèrent. La domesticité fut ensuite presque exclusivement féminine. Les hommes eurent eux aussi accès aux quartiers blancs mais leurs emplois impliquaient davantage des tâches à l’extérieur (chauffeur, jardinier, coursier) que ceux des femmes. C’est pourquoi nous parlons ici des domestiques femmes uniquement. Pour une vision ‘masculine’ des gens de maison, consulter, par exemple, les témoignages recueillis par Gerald Early.

17 Jusqu’aux années soixante, quand furent passées les lois en faveur de l’intégration des Noirs, les contacts entre les Africains-Américains et les Blancs étaient en effet restreints ; la ségrégation pérenne des quartiers résidentiels – légalement dans le Sud, puis de plus en plus présente dans les pratiques urbaines au Nord – excluait les rencontres familières entre les deux groupes. Depuis, bien évidemment, les relations entre Noirs et Blancs se sont améliorées, et les passages d’un quartier à un autre sont aujourd’hui plus fréquents pour les deux entités. Toutefois, on pourrait arguer du fait que ceux-ci sont limités et qu’une partie des Noirs, et surtout les pauvres enfermés dans les ghettos urbains, n’a toujours pas ou très peu de contacts avec les Blancs et vice versa. Voir l’analyse de Massey & Denton.

18 Je rejoins ici les conclusions sur la migration, en France cette fois, de Bourdieu et al. qui envisagent ce phénomène au sein de stratégies coopératives utilisant les ressources familiales et non plus comme opérant sur la seule base de motivations extérieures (‘push and pull factors’).

19 Les personnes rencontrées par Tucker et Clark-Lewis expriment leur appréhension devant ces départs loin d’environnements familiers.

20 Lire Tucker et Jones, 133. Les immigrants introduisirent aussi leurs parents dans les maisons ou usines qui les employaient. (Voir ici l’étude fondatrice faite par Hareven. Malgré ces ressemblances dans la recherche d’un travail entre Noirs et immigrants, les divergences persistent : les hommes issus de l’immigration, notamment, pouvaient plus facilement utiliser leurs réseaux de relations que les Noirs bloqués à la fois dans l’accès à l’emploi et dans des activités subalternes et peu rémunérées. Les domestiques noires, seules, purent utiliser au mieux ces systèmes d’assistance quand la concurrence avec les immigrantes régressait (pendant la Première Guerre Mondiale, par exemple). Parallèlement, les immigrantes purent compter davantage sur les agences de placement.

21 La littérature, et surtout celles des femmes africaines-américaines, rend bien compte de ces querelles entre bonnes noires et patronnes blanches. L’abus d’autorité des employeurs mais aussi le pouvoir de résistance des domestiques par l’humour, l’ironie, et la ruse y sont courants. Voir notamment les nouvelles de Alice Childress, toutes centrées autour de la même femme de ménage : Like One of the Family. Conversations From A Domestic’s Life (Boston : Beacon Press, 1986 (-1956)). Zora Neale Hurston et Toni Morrison, entre autres, ont aussi exploré le personnage de la domestique noire, par exemple dans Their Eyes Were Watching God ou dans Tar Baby.

22 Dans le Sud, pendant la période post-esclavagiste, il était courant que les hommes supervisent le travail du personnel de maison, ce qui était extrêmement rare dans le Nord. Dans tous les cas cependant, les contacts entre bonne et patron restèrent superficiels et n’atteignirent jamais le degré potentiel de grande intimité entre femmes. (Clark-Lewis, 107).

23 Les paroles d’une domestique noire de 82 ans, divorcée et sans enfants, rencontrée en entretien en août 2000, illustrent bien mes propos. Elle avait quitté le Sud au début des années soixante pour s’installer à Saint Louis (Missouri) et après divers placements dans des familles différentes, avait commencé à travailler pour une famille blanche plus de trente ans plus tôt. Elle travaillait encore malgré son âge (à des tâches allégées me dit-elle), passait la semaine chez son employeur, mais les samedis et dimanches dans une maison de retraite pour Africains-Américains où je la rencontrai. Elle insista beaucoup sur ses bonnes relations avec ses patrons et répéta à plusieurs reprises : ‘I love them’ ‘they love me’ ‘they are my family’. Elle me montra des photos du mariage de la fille aînée de son employeur qui témoignaient de sa présence à cette cérémonie familiale et privée. Malgré tout, et alors qu’elle m’indiquait les bibelots et photos qui ornaient son studio, elle me fit remarquer que, si ses employeurs la conduisaient le plus souvent entre leur résidence en banlieue et la maison de retraite située en centre ville pour lui éviter les avatars des transports en commun, ils la déposaient dans la cour et n’étaient jamais entrés dans son appartement. Il s’agissait peut-être pour mon interlocutrice de délimiter son territoire intime, mais cette situation exprimait plutôt, je crois, les barrières persistantes entre bonne et patrons.

24 Toutes les employeuses n’appartenaient pas à des classes aisées et des ouvrières blanches purent parfois utiliser des bonnes noires ; ce fut notamment le cas pendant la Grande Dépression des années trente, quand la concurrence féroce pour les emplois fit chuter les salaires des domestiques de façon vertigineuse. Toutefois, ces patronnes, même ouvrières, se trouvaient dans une situation économique largement supérieure à celle de leurs homologues noires. Joe William Trotter, “‘From A Raw Deal to a New Deal ?’ 1929-1945”, in Kelley & Lewis, 409-444.

25 Clark-Lewis, 140-145, Hunter, 345 et Grossman, 354-55. Travailler à domicile permettait aussi aux Noires de ne plus porter d’uniforme, ce qui était grandement apprécié. Les emplois ‘de jour’ les autorisaient à emporter leurs vêtements de travail avec elle dans un sac qu’elles appelèrent ‘freedom bag’, expression hautement symbolique !

26 Les jeunes enfants devaient être pris en charge par la famille étendue car, longtemps, il exista peu de modes de garde institutionnalisés, surtout dans les quartiers noirs. Par exemple, en 1923 à Washington D. C., on ne trouvait qu’une seule crèche alors que le District comptait 21444 serviteurs et serveurs, en majorité noirs. (Ross Haynes, Elizabeth. “Negroes in Domestic Service in the United States”, The Journal of Negro History, VIII. 4, October 1923, reproduit dans la collection dirigée par Henry Louis Gates, 1997. African-American Women Writers, 1910-1940. New York : G. K. Hall & Co., 545). Les jeunes adolescents et ceux qui ne travaillaient pas encore posaient un problème à leurs mères qui, absentes, ne contrôlaient ni leurs mouvements ni leurs actions, malgré une surveillance plus ou moins active dans le voisinage. Voir Clegg-Gray, 147.

27 Les discussions de Morris Boling, et Bethke Elshtain autour du public et du privé et l’utilisation du privé à des fins défensives et créatrices par rapport au public sont intéressantes ici : Debra Morris. “Privacy, Privation, Perversity : Toward New Representations of the Personal”, 323-351, et les réponses et commentaires de Patricia Boling et Jean Bethke Elshtain, 353-363, Signs, Winter 2000, XXV. 2.

28 Marie-Christine Bureau et Emma Mbia notent l’importance du processus de transformation dans toute discussion sur une construction théorique du métissage et il me semble que l’on peut adopter ce point de vue pour parler de l’itinéraire intime et politique des domestiques noires : « Travail et coopération dans le secteur culturel : la question du métissage », rapport pour le Centre d’Etudes de l’Emploi / CNRS (Noisy le Grand), mars 2001 (26 pages), 3.

Auteur

Université Paris III — Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires François-Rabelais, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable