Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

Femmes maghrébines dans la ville

Insertion sociale et appropriation de l’espace public. Deux facettes de l’émancipation féminine ?

Katia Nigaud et Fabrice Ripoll

Texte intégral

1Une fois de plus, en ce début de millénaire l’actualité médiatique et politique fait de l’immigration, des étrangers et de leur présence en France un « problème » aux facettes multiples : « intégration », « communautarisme », « intégrisme », « insécurité »... Dans les représentations sociales, les Maghrébins assimilés aux arabo-musulmans voire aux islamistes-intégristes semblent avoir une position à part. Les événements sur-médiatisés du 11 septembre 2001 et ses suites n’ont pas amélioré la situation et ont participé à cristalliser toutes sortes de représentations et de généralisations simplistes. Il paraît donc important de poursuivre des recherches aux plus près des vécus de ces populations en France. Qu’en est-il en réalité de leur « intégration » ou au contraire de leur tendance au « repli communautaire » ? Les pratiques observables sont-elles les mêmes quelles que soient les caractéristiques sociales (sexe, âge, niveau scolaire, situation professionnelle... ) ?

2Les propos qui suivent sont ainsi les premiers éléments d’une enquête en cours sur le cas particulier des femmes maghrébines en France. D’une part, les travaux scientifiques français sur la question du genre et des femmes restent encore minoritaires et ceci malgré les évolutions récentes. D’autre part, les femmes maghrébines combinent les deux angles de la question de « l’intégration », celle du genre et celle de l’origine étrangère. Dans l’imaginaire français, les femmes maghrébines symbolisent l’enfermement et l’infériorité du sexe féminin. Il est vrai que les valeurs traditionnelles dominantes – assignant les femmes à domicile et réservant l’espace public, c’est-à-dire la ville, aux hommes – ont tendance à changer plus lentement dans ces sociétés qu’en France et qui plus est avec un décalage de plusieurs décennies. De là à parler d’opposition radicale entre deux cultures, il y a beaucoup plus qu’un pas.

3Quoiqu’il en soit, ces questions montrent toute l’importance de l’articulation des pratiques spatiales et des rapports sociaux, problématique de cette recherche. Les pratiques socio-spatiales des femmes maghrébines en France peuvent-elles être caractérisées en terme d’assignation domestique et de repli communautaire ? Y a-t-il une reproduction, au moins partielle, des logiques socio-spatiales, villageoises ou de quartiers, héritées du pays d’origine ? Le contexte national et surtout local des sociétés d’accueil a-t-il une influence sur leurs pratiques actuelles ? L’insertion professionnelle n’est-elle pas un facteur déterminant ?

  • 1 Le questionnaire mêle à la fois une série de questions fermées sur l’identité de l’enquêtée, sa si (...)
  • 2 Profils sociaux des femmes, voir note méthodologique en annexe.

4Cette recherche tente de répondre à ces questions au travers d’enquêtes par entretiens1 individuels semi-directifs menés auprès de femmes maghrébines2 habitantes d’Hérouville-Saint-Clair. Les biographies comme les profils sociaux des femmes interrogées ont été volontairement diversifiées. Si elles sont toutes originaires d’un pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), certaines viennent des grandes villes, Alger ou Marrakech, alors que d’autres ont vécu, jusqu’à la migration, dans de petits villages ruraux. De même, si certaines trajectoires de vie sont marquées par un cumul de « handicaps » sociaux (faible niveau de scolarisation et de formation, analphabétisme prononcé qui conditionnent des trajectoires professionnelles tournées vers des emplois peu qualifiés), à l’inverse, certaines femmes ont de très bons niveaux de formation, mais leurs parcours professionnels ne sont pas à la hauteur de leurs aspirations.

  • 3 Située en région Basse-Normandie, elle est la seconde commune numérique du Calvados (23 992 habita (...)
  • 4 Ce chiffre est relativement faible comparé à d’autres communes françaises, mais sans équivalent da (...)
  • 5 Le type de logement le plus fréquent est le logement en immeubles collectifs (78 % du parc des rés (...)

5Quant à Hérouville-Saint-Clair, cadre de cette étude, c’est une commune de la périphérie caennaise3 accueillant au dernier recensement 1497 personnes de nationalité étrangère, soit 6 % de sa population4, dont près de la moitié sont des femmes, auxquelles il faudrait ajouter toutes celles qui ont obtenu la nationalité française. L’histoire de la ville, en tant que telle, commence en 1960 avec la création d’une ZUP (Zone d’Urbanisation Prioritaire) qui répond à une demande de logements impulsée par la croissance du secteur industriel dans la région. Les usines de Citroën, RVI, Moulinex et bien d’autres attirent de nombreux jeunes ouvriers et ouvrières de la région, mais aussi de l’étranger. La municipalité, soucieuse de leur devenir, a mis en place une politique volontariste d’intégration. Si la fonction résidentielle5 est prédominante, Hérouville-Saint-Clair est aujourd’hui une ville « nouvelle » qui a su diversifier ses activités, développer un réseau d’associations dense au sein de ses quartiers. Elle offre donc un contexte bien particulier dont il faudra interroger les influences sur les pratiques observées.

LE POIDS DE L’HERITAGE

Division sexuée en société maghrébine : la ville émancipatrice ?

6Les entretiens confirment ce que rapportent les recherches sur les sociétés du Maghreb. Celles-ci offrent une vision fragmentée de l’espace socio-spatial où hommes et femmes vivent dans des mondes parallèles et séparés. Les rôles sociaux des femmes s’organisent essentiellement autour de la fonction domestique, c’est-à-dire autour des activités liées à la maison et à l’éducation des enfants. Leurs pratiques s’organisent autour de l’espace de la maison, du village ou du quartier. Les rôles sociaux des hommes, en charge d’assurer la protection et la subsistance de la famille par le travail, sont davantage centrés sur l’extérieur : le travail, la rue, les commerces, les cafés... Pratiques sexuées de l’espace et organisation sociale et symbolique (c’est-à-dire les images et représentations des genres en même temps que les rôles sociaux qui leur sont assignés) vont de pair. L’organisation de l’espace tend bel et bien à entériner et légitimer les structurations du social. Toutefois, des évolutions se font jour dont les villes semblent être les foyers principaux et qui tendent à distinguer les expériences vécues par les femmes selon leur lieu de résidence : grandes villes ou villages.

7Dans le système villageois, l’activité quotidienne des femmes s’organise autour de la cellule familiale et des tâches liées à l’entretien de la maison. Les hommes organisent leurs activités autour des travaux dans les champs et des déplacements vers les villages et les villes avoisinantes, lieux d’échanges et de commerce. La division sexuée du travail conditionne les déplacements dans le village comme à l’extérieur, ces derniers étant du reste peu nombreux. Mais l’organisation de l’espace a sa part dans la production des inégalités socio-spatiales, ne serait-ce qu’en tant qu’ensemble de contraintes matérielles, économiques, symboliques, politiques, etc. L’éloignement géographique et la difficulté du travail de la terre font émerger des solidarités fortes au sein de l’espace du village. Les sociabilités qui s’exercent en ce lieu s’appuient sur la famille élargie. Dans ce système, chacun et chacune assume une tâche, trouve une place et un rôle qui participent au maintien d’un ordre social qui tend à fonctionner en système clos et autonome.

  • 6 « Y en a qui travaillent ! Eh puis elles font de tout ! C’est dans les usines, les médecins, des p (...)
  • 7 Fatima : « Ma mère n’est pas allée à l’école. Maintenant l’école est obligatoire, depuis des année (...)

8Dans les villes, les femmes ont un périmètre d’actions plus larges que dans les villages. Les contraintes économiques, l’ouverture du marché du travail au salariat féminin6 et la scolarisation des filles7 amènent les jeunes femmes à sortir de leur espace de naissance, le village ou le quartier, et à fréquenter d’autres espaces aux fonctions diversifiées. Les femmes sont ainsi plus visibles dans l’espace public, à l’école ou sur le lieu de travail. La ville est donc un réel vecteur d’émancipation. Cependant, les femmes maghrébines n’ont pas encore accès à tous les espaces de la ville ni à tous les emplois. Le fait qu’elles symbolisent l’intégrité et l’honneur de la famille est incompatible avec la fréquentation de certains lieux. Les cafés notamment leur restent interdits. De même, la majorité des emplois qu’elles occupent sont dans les secteurs de l’enseignement et de la santé, à connotation positive et valorisante mais en continuité avec les activités traditionnellement féminines. La dimension du genre persiste donc à conditionner les pratiques et introduit, de fait, une segmentation de l’espace. L’espace public, de plus en plus partagé mais de fait morcelé, donne l’impression d’une mosaïque d’espaces féminins et masculins juxtaposés, entre lesquels s’intercalent quelques espaces mixtes, où les rapports entre les sexes sont extrêmement complexifiés.

La reproduction des modèles de comportement

9Le fait est que l’espace de la maison reste le lieu privilégié des pratiques sociales des femmes maghrébines interrogées. L’essentiel de leur sociabilité est centrée sur la famille et les relations amicales, principalement entre femmes de même origine. Les liens avec la famille restée au pays passent d’abord par le téléphone : les appels, un ou deux par semaine, parfois plus en fonction des événements politiques survenus au pays, permettent une certaine proximité en même temps que l’instantanéité. Les interactions et intonations entretiennent le lien affectif et rétablissent, l’espace d’un instant, une continuité physique interrompue par la migration. De même, une part importante des relations amicales ont lieu dans l’espace domestique, soit par conversations téléphoniques, soit par invitations et visites de pure convivialité. Pour ces femmes qui n’ont souvent pas choisi leur migration, l’espace d’origine est le dénominateur commun qui favorise les affinités comme l’entraide. L’entre-soi, qu’il ne faut pas considérer comme repli communautaire, sécurise et rassure, en même temps qu’il est un autre moyen de conserver un lien avec le pays natal.

  • 8 Les établissements scolaires sont nombreux de la maternelle au lycée et sont implantés, au sein de (...)
  • 9 « Tu devrais venir un après-midi, on sort les enfants... On sort... les sorties en bas dans le qua (...)

10Loin de se cantonner à leur logement, elles se sont sans réelle difficulté approprié leur quartier, des établissements scolaires8 aux jardins d’enfants9 en passant par les espaces commerciaux. Ces sortes d’« espaces publics domestiques » (où s’exerce le travail domestique pour être plus précis) sont le plus fréquemment investis par les femmes, elles y trouvent une nouvelle occasion d’échanger. L’espace du commerce, l’hypermarché Carrefour et les petites unités commerciales existant au sein de chaque quartier d’habitation, est intéressant par son caractère mixte, fréquenté à la fois par les hommes et les femmes. Or, cette mixité est plus ou moins respectée en fonction des moments de la journée. Les femmes maghrébines qui ne travaillent pas font leur marché le matin, à l’heure où les hommes sont parti travailler.

11En revanche, la plupart d’entre elles utilisent peu le centre ville d’Hérouville-Saint-Clair, où se concentrent les activités administratives et culturelles. De même, l’immense complexe commercial de Mondeville, en périphérie de l’agglomération, ou le centre de la ville Caen, ne sont pratiqués que très occasionnellement. En fait, cela dépend pour une large part des itinéraires socio-spatiaux. Si le poids de la division sexuée reste important pour toutes ces femmes (les cafés restent inaccessibles), leur origine villageoise ou urbaine conditionne le degré d’ouverture de leurs pratiques spatiales. Les femmes d’origine villageoise ont tendance à se concentrer sur leur nouveau quartier de résidence, alors que les « citadines » osent davantage s’aventurer dans la ville. Ainsi, les femmes maghrébines semblent avoir importé les modèles de comportements appris dans leur pays d’origine, leurs frontières intériorisées.

EFFET DE LIEU ET INSERTION SOCIALE

12Il reste à déterminer si la migration et le nouveau contexte socio-spatial d’existence ont eu un effet (positif ou non) sur les pratiques des femmes maghrébines, et à dégager les facteurs qui ont pu conditionner le plus fortement leur « degré d’intégration » au sein du nouvel espace de vie.

L’ambivalence de l’organisation urbaine

  • 10 Hérouville-Saint-Clair est organisée en cinq quartiers principaux séparés les uns des autres par d (...)
  • 11 Entretien avec Dalila.

13Les pratiques socio-spatiales des femmes maghrébines à Hérouville-Saint-Clair montrent qu’il y a eu, en partie, transfert de celles héritées du Maghreb. Les femmes se regroupent entre elles dans des espaces publics fortement féminins : le jardin d’enfants, l’association « La Voix des femmes », l’école, etc. Mais il faut souligner que cette continuité est rendue possible par la structuration spatiale de la ville. Sa fragmentation en quartiers bien distincts voire cloisonnés10 n’est pas sans rappeler les espaces villageois, les quartiers pratiqués par les femmes au Maghreb. De plus, la ville a été conçue et produite dans un souci d’autonomie vis-à-vis de Caen. Hérouville-Saint-Clair offre ainsi l’ensemble des services et des activités nécessaires à ses habitants. Il est possible d’y vivre sans presque jamais en sortir. C’est bien ce qu’exprime Dalila : « Ils vivent enfermés dans leur coin euh !... Bon... euh ! Comme ici à Hérouville ! Je connais des gens qui ne quittent jamais Hérouville, hein... C’est effrayant... Voilà !... C’est effrayant, ces gens-là qui finalement... Ils finissent par s’habituer... c’est ce qui... on habite ici, on dort ici, on mange ici. Bon, y a pas besoin... en fait la mentalité, on reproduit la mentalité du village qu’on a quitté, il y a 30 ans. Finalement, ces gens-là, structurellement, ils n’ont pas... pas évolué... c’est assez triste »11. Hérouville-Saint-Clair offre paradoxalement les conditions nécessaires à la reproduction des logiques socio-spatiales d’origine.

  • 12 « C’est ça oui, c’est que j’ai gagné en liberté, y a le travail, pour sortir, pour ça je suis libr (...)

14Cependant, il n’y a pas de reproduction à l’identique. Les pratiques sont sans cesse en évolution en fonction des nouvelles conditions d’existence. L’utilisation de l’espace urbain marque ainsi à la fois une rupture et une continuité avec les pratiques antérieures. Les femmes maghrébines trouvent peu à peu leur place dans leur nouvel espace de vie. Une place négociée qui prend en considération à la fois les pratiques héritées du pays d’origine et les nouvelles contraintes socio-économiques, culturelles, politiques. Cette place est négociée puisqu’il y a à la fois reproduction et incorporation de nouvelles pratiques, appropriation de nouvelles parcelles de l’espace hérouvillais. On peut considérer que la migration, situation de rupture dans la vie des femmes, a eu un effet positif sur leurs pratiques de l’espace. À Hérouville-Saint-Clair, elle a permis l’accès à de nouveaux espaces, que les femmes ne fréquentaient pas au Maghreb, comme les espaces de commerce12.

15Ces remarques vont à l’encontre d’une image figée, essentialiste, de la femme maghrébine infériorisée et domestiquée. Il convient davantage de s’interroger sur la question de l’adéquation de ces « pesanteurs culturelles » avec les constructions symboliques propres à la société française, notamment les divisions sexuées, qui ne sont pas si contradictoires que cela... Finalement, l’organisation spatiale d’Hérouville-Saint-Clair a des conséquences ambivalentes sur les pratiques : elle favorise les relations sociales de proximité tout en freinant leur insertion à d’autres échelles. Pour autant, il faut faire attention à ne pas tomber dans une vision spatialiste du social. Les facteurs les plus déterminants relèvent en effet sans conteste de ce que l’on pourrait appeler l’insertion sociale, associative et surtout professionnelle.

Activité et insertion associatives, scolaires et professionnelles : nouveaux horizons, nouveaux obstacles

  • 13 Lefèvre Blandine (présidente de l’association), Le 10e anniversaire de « La Voix des femmes » fêté (...)
  • 14 Entretien avec Rachida.

16Les femmes enquêtées ont été rencontrées dans un cadre associatif. L’association « La Voix des femmes », située en plein cœur du quartier, se veut un espace de promotion de développement de la vie sociale à l’intérieur du quartier, un relais, un lieu de rencontre pour l’ensemble des personnes d’origines culturelles diverses. Pour beaucoup de femmes étrangères, l’association est un moyen de sortir de chez elles et de rompre avec l’isolement social. « Certaines femmes n’ont pas le droit de sortir, sauf pour aller à l’association »13. Les femmes maghrébines, comme d’autres femmes étrangères, souffrent de la solitude et du déracinement socio-spatial. « La famille, c’est ça comme tu dis, c’est ça, c’est que je suis une étrangère, tout le temps... »14. L’association est un lieu de ressourcement.

17Plus encore : l’action associative est une activité nouvelle pour ces femmes qui n’étaient pas adhérentes à une association dans leur pays d’origine. La proximité mais surtout la vocation même de l’association ainsi que la nature des activités proposées a favorisé cette adhésion, reconnue comme légitime par les femmes comme par leur famille. Il s’agit d’une association de femmes, à l’intérieur du quartier où des professionnel(le)s et des bénévoles connu(e)s de tous proposent des activités de loisirs comme la couture, la cuisine, la lecture sans oublier la formation, l’apprentissage du français. Elle vient également en aide aux familles grâce à son « épicerie sociale ». En définitive, on peut considérer que l’association est un espace d’émancipation des femmes maghrébines tout en respectant leurs valeurs traditionnelles. Autre ambivalence : si l’association permet une sortie hors du logement, parfois la seule, elle concentre l’essentiel des activités et besoins de base des femmes, qui du même coup, ne sont pas poussées à les chercher plus loin, hors du quartier.

  • 15 Ainsi, Dalila a poursuivi des études d’architecture puis de géographie dans plusieurs villes de Fr (...)

18En terme d’émancipation ou « d’intégration », la « Voix des femmes » n’a pas la même importance pour toutes les femmes : son existence est d’autant plus cruciale que celles-ci sont plus démunies. En particulier, les maghrébines qui ont pu faire des études ou trouver un travail ont d’autres opportunités de pratiquer d’autres espaces, de faire d’autres rencontres, de multiplier les échanges, voire de décentrer le travail domestique. Car les femmes immigrées étudient et travaillent de plus en plus. Sur les neuf femmes enquêtées, trois ont pu faire des études supérieures. Deux sont assistantes maternelles agréées, employées par la Mairie et travaillent chez elles. Une troisième est médiatrice sociale et culturelle au sein de la « Voix des femmes ». Les autres sont mères au foyer ou en recherche d’emploi. Pour autant, on voit que pour ces femmes, les activités professionnelles sont encore centrées sur la fonction domestique et familiale, dans les espaces de la maison et des quartiers. Ce sont surtout les études supérieures qui ont permis une ouverture sur l’agglomération (l’Université étant située au nord de la ville de Caen) voire sur l’extérieur de la région et qui peuvent enfin ouvrir sur d’autres horizons professionnels15.

  • 16 Entretien avec Zhor.

19Néanmoins, il faut souligner qu’alors même qu’elles sont plus nombreuses à chercher un emploi, les femmes maghrébines immigrées y accèdent encore très difficilement. La situation économique nationale, la massification du chômage et le développement de la précarité, leur statut de femme et de femme immigrée, jouent en leur défaveur par rapport aux Françaises et Français. Les statistiques nationales des inégalités face au chômage le montrent. De plus, le contexte économique de la région et les faibles niveaux de formation de certaines d’entre elles les mettent en réelle difficulté. « J’ai dit enfin je vais pouvoir chercher du travail, c’est pas facile, hein ! ? Je croyais vraiment que ça allait être facile. Tu vas rigoler ! Je me présente à l’ANPE, je dis : j’ai envie de travailler, naïvement tu vois »16. Nouvelle ambivalence de leur nouvelle vie...

CONCLUSION

20Les premiers éléments de cette recherche permettent de formuler quelques hypothèses qu’il reste à vérifier par des enquêtes plus approfondies. Tout d’abord, il est toujours bon de souligner que rien ne permet de parler d’un « repli communautaire ». Tout au plus la fréquentation préférentielle des femmes de même origine assure une fonction de sociabilité, d’entraide, de sécurisation et de compensation face à la rupture que représente la migration, c’est-à-dire le déracinement. Par ailleurs, comme beaucoup d’autres femmes françaises, leurs activités sont centrées sur le domicile et le travail domestique. En fait, les femmes maghrébines tendent à reproduire les schémas comportementaux hérités de leur socialisation primaire et leur expérience spatiale antérieure à la migration, mais elles le font d’autant plus facilement que les valeurs dominantes, l’organisation spatiale et la structuration symbolique de la ville d’accueil ne leur sont pas réellement contradictoires. Comme pour les femmes françaises, avec certes des difficultés supplémentaires, leur émancipation et leur insertion sociale (termes que l’on préférera à celui d’intégration), de même que leur appropriation de l’espace public et leur échelle de pratique, sont avant tout dépendantes des possibilités de poursuivre des études et d’avoir un emploi.

ANNEXE MÉTHODOLOGIQUE : LES PROFILS SOCIAUX DES FEMMES MAGHREBINES INTERROGEES

  • 17 Dans le souci de préserver l’anonymat de celles qui ont bien volontiers partagé leur histoire de v (...)

Yasmina17, 33 ans, née à Alger, s’est installée en 1990 à Hérouville-Saint-Clair avec son époux. Actuellement Yasmina, mère de quatre jeunes enfants, est à la recherche d’un emploi.
Rachida, née en 1956 à Sursef (Tunisie), est arrivée en France en 1972 après son mariage. Avant cette date, elle travaillait dans une usine de confection de Sursef pour venir en aide à sa famille. Depuis sa migration, elle est sans profession et sa faible qualification ne lui permet pas de trouver facilement une activité durable. Elle effectue donc quelques travaux de couture à l’association « La Voix des Femmes ». Par ailleurs, son conjoint est demandeur d’emploi depuis 1990.
Fatima, née en 1963 à Bizerte (Tunisie), est venue en France en 1982 pour suivre son conjoint, ouvrier du BTP. Elle est actuellement assistante maternelle et aussi, mère de trois enfants scolarisés à Hérouville-Saint-Clair.
Nassima, née en 1955 en Algérie et mariée en 1977, est arrivée en France en 1981 pour suivre son conjoint, aujourd’hui retraité de la SMN. N’ayant jamais travaillé, elle est mère au foyer de trois enfants. L’arrêt très précoce de sa scolarité (dès la fin du primaire), se traduit par un manque d’aisance en français et ce en dépit des nombreuses années passées en France, ces lacunes ne lui permettent, malheureusement, pas d’accéder à l’emploi durable.
Dalila, née en 1964 à Alger, s’est mariée en 1990, date à partir de laquelle le couple, aujourd’hui parents d’un enfant, a émigré afin de poursuivre des études supérieures. Outre un parcours universitaire brillant, elle cumule les petits boulots, son statut d’étudiante étrangère étant un frein à son insertion professionnelle.
En 1988, Fella, jeune marocaine, est arrivée en France afin de poursuivre ses études. Après avoir effectué un séjour à Paris chez son frère et sa belle-sœur où elle logeait, elle est venue s’installer dans le département du Calvados où elle a été, tour à tour, serveuse puis garde malade pendant une dizaine d’années. En 1997, elle s’est mariée avec un français dont elle se sépare aujourd’hui. Parallèlement, elle a acquis la nationalité française en 1998, date à laquelle, elle a également interrompu ses études après avoir obtenu un DEUG AES à l’Université de Caen. Pour autant, Fella est actuellement à la recherche d’un emploi.
Karima, marocaine de 50 ans, s’est mariée et a émigré vers la France en 1972 pour suivre son conjoint, immigré (sous-entendu travailleur immigré) depuis plusieurs années. Karima, sans profession, est mère de neuf enfants.
Nabila, 46 ans, venue d’un village de la Grande Kabylie, est un cas un peu à part. Généralement les femmes enquêtées ont migré pour suivre leur conjoint. Or Nabila est venue en France dans le cadre de la migration de ses parents survenue en 1963. Mariée depuis 1974, mère de quatre enfants, elle exerce le métier d’assistante maternelle.
Zhor, née en 1963 à Tizi-Ouzou, est une femme dynamique, arrivée en France dans le cadre du regroupement familial. Ces étudiants algériens, lui bénéficiant d’une bourse d’étude de doctorat de troisième cycle, elle, étudiante et mère de deux enfants, ont migré vers la France en 1984. Longtemps abusée et désabusée par son statut d’étudiante étrangère elle vient enfin d’obtenir une carte de résidence (10 ans). Zhor est actuellement médiatrice sociale et culturelle au sein de l’association « La Voix des femmes ».
NB : Le critère de sélection était la naissance dans un pays du Maghreb et non la nationalité étrangère. De façon involontaire, il se trouve qu’aucune de ces femmes n’a la nationalité française à l’exception de Fella.

Bibliographie

BIBLIOGAPHIE

Lefevre Blandine (présidente de l’association) [2002], Le 10e anniversaire de « La Voix des femmes » fêté hier à Hérouville, Ouest-France, 16-17 février.

Notes

1 Le questionnaire mêle à la fois une série de questions fermées sur l’identité de l’enquêtée, sa situation matrimoniale, sa composition familiale, son capital scolaire, ses pratiques linguistiques et sa situation professionnelle. Par ailleurs, une série de questions porte sur le statut de la femme maghrébine, la culture, les pratiques religieuses et l’interculturalité vécue au sein de la cellule familiale. La dernière phase de l’entretien se concentre sur les sociabilités des femmes et leurs pratiques spatiales. Les relations entretenues avec la famille restreinte, la famille élargie, les amies, le voisinage, les établissements scolaires, les collègues de travail, les services administratifs, les solidarités existantes, la participation à des activités de loisirs et de culture, de voyage.

2 Profils sociaux des femmes, voir note méthodologique en annexe.

3 Située en région Basse-Normandie, elle est la seconde commune numérique du Calvados (23 992 habitants au recensement de 1999) derrière Caen (114 007 habitants).

4 Ce chiffre est relativement faible comparé à d’autres communes françaises, mais sans équivalent dans la région. La population étrangère la plus présente à Hérouville-Saint-Clair est la population turque (290 personnes), puis les Algériens (261 personnes) et les Marocains (228 personnes), les Portugais (109 individus) et enfin les Tunisiens (78). Le groupe de Maghrébins (Algériens, Tunisiens, Marocains) représente 38,1 % de la population étrangère de la commune.

5 Le type de logement le plus fréquent est le logement en immeubles collectifs (78 % du parc des résidences principales), en location pour 70 % des cas.

6 « Y en a qui travaillent ! Eh puis elles font de tout ! C’est dans les usines, les médecins, des pharmaciennes, dans les bureaux, des infirmières, on a de tout comme ici... Y en a qui sont à la maison aussi. » (Entretien avec Fatima).
« Bon ça c’est bien ! Je pense que ça fait du bien parce que la vie maintenant, c’est cher là-bas aussi » (Entretien avec Rachida).

7 Fatima : « Ma mère n’est pas allée à l’école. Maintenant l’école est obligatoire, depuis des années... depuis l’indépendance, l’école est devenue obligatoire ».

8 Les établissements scolaires sont nombreux de la maternelle au lycée et sont implantés, au sein des quartiers, en fonction des besoins de la population.

9 « Tu devrais venir un après-midi, on sort les enfants... On sort... les sorties en bas dans le quartier » (Entretien avec Dalila).

10 Hérouville-Saint-Clair est organisée en cinq quartiers principaux séparés les uns des autres par des boulevards.

11 Entretien avec Dalila.

12 « C’est ça oui, c’est que j’ai gagné en liberté, y a le travail, pour sortir, pour ça je suis libre. Parce que le jour que je venue ici... Y a beaucoup de choses qui ont... Bah !... Mon mari aussi, y veut pas me laisser pour sortir beaucoup. Mais maintenant... je sors, je... promener, je viens ici (à l’association), je veux aller à Caen, je veux à ça et puis j’ai rien du tout. C’est pas comme avant... Il comprend lui... parce que avant je peux pas sortir » (Entretien avec Rachida).

13 Lefèvre Blandine (présidente de l’association), Le 10e anniversaire de « La Voix des femmes » fêté hier à Hérouville, Ouest-France, 16-17 février 2002.

14 Entretien avec Rachida.

15 Ainsi, Dalila a poursuivi des études d’architecture puis de géographie dans plusieurs villes de France, dont Paris.

16 Entretien avec Zhor.

17 Dans le souci de préserver l’anonymat de celles qui ont bien volontiers partagé leur histoire de vie, souvent avec beaucoup d’émotion et quelques larmes, les prénoms des femmes enquêtées sont des prénoms d’emprunt.

Auteurs

Université de Caen

Université de Caen

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540