Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

Femmes et stratégies résidentielles à Rabat (Maroc)

Safaâ Monqid

Texte intégral

  • 1 Navez Bouchanine F. – Dansereau F., « L’informel comme facteur d’intégration à la ville », communi (...)

1Parler des stratégies résidentielles féminines, c’est considérer, tout en tenant compte des réalités objectives, les femmes citoyennes et résidentes urbaines comme des individus agissants ayant un pouvoir de décision et un certain nombre d’objectifs et de résolutions en matière de logement, malgré les contraintes ou les difficultés. Elles ont des ressources, des capacités d’action, des stratégies conscientes et « réussies » et des stratégies inspiratrices, selon les termes de F. Navez-Bouchanine et F. Dansereau.1

  • 2 Gotman A., « Stratégie résidentielles, stratégies de la recherche », Bonvalet C. – Fribourg M. (di (...)

2Les femmes des différents milieux sociaux ont des stratégies en terme de choix de quartier. Même si on pense qu’il y a des couches sociales qui sont plus significatives en terme de stratégies résidentielles, sujettes à des déterminismes économiques par exemple, la notion de stratégies résidentielles suppose l’existence de choix comme l’a noté A. Gotman2 : « Si la notion de stratégie suppose l’existence de choix, l’emprise des contraintes fortes suppose-t-elle aussi le recours à des stratégies spécifiques destinées précisément à desserrer ces contraintes. L’étude des stratégies résidentielles s’applique donc tout particulièrement aux situations résidentielles les plus captives et aux groupes les plus exposés à la précarisation. »

  • 3 Le concept de stratégie serait un compromis acceptable entre les contraintes (du marché du logemen (...)

3L’objectif de mon étude est d’expliquer les stratégies résidentielles des femmes des différents milieux sociaux, même des femmes les plus démunies. Il s’agit de montrer l’implication des femmes dans le choix du quartier, leurs intentions, leurs souhaits ainsi que leurs limites. Il s’agit aussi de mieux cerner leur rôle dans le logement de leur famille, de mieux appréhender leurs pratiques et orientations personnelles, leur mobilisation : donc de montrer que les femmes ont une certaine liberté d’action dans leurs pratiques résidentielles3.

4Ainsi, les femmes jouent-elles un rôle dans la ville ? Sont-elles passives et subissent-elles l’urbain ? Ou au contraire sont-elles autonomes dans le choix de leur quartier de vie et de leur logement. Agissent-elles sur l’espace de la ville dans une relation dynamique et dialectique avec l’espace ? Sont-elles actrices et citoyennes à part entière dans la ville ? Quelles sont leurs aspirations, leurs attentes, comment s’identifient-elles à l’espace public ? A quelle logique obéit leur choix ? Enfin, peut-on parler de réelles stratégies, ou y a t-il d’autres déterminants qui entrent en ligne de compte dans les choix résidentiels ? Y a-t-il pour les femmes interrogées une différence dans les parcours résidentiels ? Quels sont leurs choix ? L’espace résidentiel est-il un espace subi ou choisi ?

5Les résultats avancés sont le fruit d’une cinquantaine d’entretiens, menés auprès des femmes de Rabat, de différentes générations. Elles sont âgées de 21 à 70 ans, sont issues de différents milieux sociaux, elles ont des profils différents (salariées ou au foyer, mariées ou non, instruites ou analphabètes) et habitent différents quartiers de la ville : des quartiers populaires et des bidonvilles de Yacoub El Mansour, aux quartiers moyens comme l’Océan, Diour Jamaâ et aux quartiers résidentiels comme Hassan, Agdal, et Hay Riad. Ceci nous permettra de mettre en lumière les différentes stratégies résidentielles des femmes interrogées en termes de choix de quartier et de mode d’habiter.

6L’organisation et le choix du lieu de résidence sont l’apanage des femmes, c’est ce que confirme plus d’une trentaine de femmes interrogées, surtout lorsque ces dernières sont salariées. Pour 18 femmes, le foyer est considéré comme un espace féminin par excellence, contrairement au « dehors » qui reste un espace masculin. Ceci n’empêche pas qu’elles tiennent compte de l’avis de leur mari, mais ce sont généralement les femmes qui décident du lieu où elles veulent vivre et qui impriment leur volonté dans le choix du lieu de résidence. Dans ce choix, elles tiennent comptent de plusieurs paramètres : les contraintes financières, les conditions matérielles comme la proximité du centre, des parents ou du lieu de travail. Des considérations d’ordre affectif et sentimental ainsi que les désirs et les rêves des femmes entrent en ligne de compte.

LES STRATEGIES RESIDENTIELLES FEMININES EN TERMES DE CHOIX DU QUARTIER ET DU MODE D’HABITER.

Les contraintes financières

7Les femmes bénéficient d’une marge de manœuvre plus ou moins importante dans le choix de l’habitat, suivant les revenus dont elles disposent, si elles sont actives ou non et suivant les revenus de leurs maris. Mais leur champ d’action est limité par les contraintes financières (le prix du foncier, le marché du logement) qui les obligent à recourir à une série de compromis dans le choix du quartier de vie. Pour 20 femmes sur 53, l’aspect financier est le premier facteur qui détermine le choix du quartier de vie, ainsi que le choix du mode d’habiter. Le choix du logement revient aussi aux femmes, sauf si le mari était déjà propriétaire avant le mariage, dans ce cas c’est le mariage qui impose le modèle d’habiter.

8Certains couples qui n’ont pas suffisamment de revenus pour avoir une location, ou qui attendent d’acheter un logement, se voient contraints, même s’ils tendent à préserver leur intimité et à se détacher du noyau familial, de vivre au départ avec leur famille, chez leurs parents ou beaux-parents pour une période que l’on désire courte, il s’agit d’une situation de transit dans l’attente d’une amélioration de leur situation (achat de leur propre logement), surtout pour les femmes salariées.

9« On savait qu’on allait acheter et que la banque allait nous donner un crédit c’est pour cela qu’entre temps, on a habité quelque mois chez mes parents. Lui, il n’était pas à l’aise, je n’avais pas de frère garçon. »

10Wassima (32 ans, fonctionnaire, appartement, Agdal).

11Habiter chez les parents pour le couple, une fois marié, est une pratique courante. Même c’est une solution provisoire, elle constitue une stratégie en soi. Très peu de femmes vivent avec les beaux-parents (4 personnes sur 53 interrogées). Il s’agit souvent de femmes au foyer, dépendantes financièrement de leur conjoint et dont les revenus de leur mari ne leur permettent pas de vivre dans un logement de location. 7 femmes ayant vécu avec leur belle-famille sont toutes parties après des disputes. Il s’agit de femmes de milieu défavorisé qui n’ont pas eu d’autre possibilité que de se faire loger gratuitement dans leur propre famille de manière transitoire.

12Par ailleurs, les moyens financiers déterminent le quartier de vie, puisqu’en changeant de niveau de vie, certaines changent de quartier. En effet, on cherche aussi à faire correspondre le résidentiel au niveau de vie dans la mesure où les moyens financiers d’un ménage le permettent. C’est le cas de personnes qui ont vu leur condition de vie s’améliorer et pour qui habiter dans un quartier de villa symbolise la réussite sociale. Les parcours social et spatial sont, dans ce cas, analogues.

13« Après la naissance des enfants, j’étais obligée de chercher un espace plus grand, d’autant plus que le niveau social nous imposait de changer de quartier. En effet, notre niveau de vie a changé, on cherchait soit à l’Agdal, soit à Riad, et Riad était un quartier nouveau. On a donc acheté un bout de terrain et on a construit une villa. »

14Rahma (49 ans, cadre, villa, Hay Riad).

Les contraintes liées à l’organisation de la vie quotidienne

La recherche de la centralité

1520 femmes sur 53 cherchent la proximité du centre-ville. Il s’agit le plus souvent de femmes salariées qui cherchent à être proches de la ville-nouvelle où sont situés les magasins, les différents services, les loisirs mais surtout leur lieu de travail et la ville ancienne : la Médina (pour les achats et les promenades). La localisation dans le centre-ville est ainsi très valorisée dans leurs discours, à cause des avantages qu’elle présente. Ce sont des femmes piétonnes qui ne disposent pas, dans la majorité des cas, de moyen de transport individuel. Le problème de la mobilité est pour elles essentiel.

16« L’océan je l’ai voulu, parce qu’il est presque le centre ville, il est près de tout, du collège de mon fils, près de l’imprimerie de mon mari et tu peux tout faire le même jour. »

17Halima (46 ans, fonctionnaire, appartement, l’Océan).

  • 4 Bonvalet C. – Fribourg M., op.cit., p. 5.

18Pour ces raisons, les femmes préfèrent les quartiers de l’Océan et de Diour Jamâa, car ils sont proches du centre-ville. Ils présentent le type de logement favori : l’appartement et englobent différents services et des équipements divers (scolaires, sociaux, commerciaux). D’autre part, il est « bien vu » d’habiter dans le centre contrairement aux quartiers périphériques qui ont mauvaise réputation puisqu’à leurs yeux, ils contiennent une population issue de l’exode rural. Il y règne chômage, pauvreté et délinquance, ce qui montre l’importance de l’image du lieu de résidence. Car, comme l’a exprimé O. Benoît-Guilbot : « la mobilité résidentielle serait donc le moyen d’accéder non pas à un logement plus confortable, mais à un quartier plus acceptable »4.

19Certaines femmes des quartiers populaires, souvent issues de la migration rurale, tendent aussi à valoriser, malgré leur attachement à leur quartier de vie, les quartiers proches du centre. La proximité du centre est un privilège surtout pour les plus jeunes d’entre-elles, encore célibataires, puisque le centre regroupe les lieux de loisirs et tout ce dont elles ont besoin.

  • 5 Elles sont séparées par le fleuve Bou Regreg.

20La proximité du centre est tellement valorisée que des femmes travaillant à Rabat, après avoir acheté un logement à Salé et s’y être installées (c’est le cas de 5 femmes interrogées) ont vendu leur logement ou l’ont loué car il était trop loin du centre de Rabat. Le déplacement entre les deux villes leur paraît compliqué, même si les deux villes sont limitrophes5. Ce qui montre l’importance de la centralité est que certaines, accédant à la propriété, ont préféré louer leur logement et venir à leur tour louer et s’installer à Rabat dans des quartiers proches du centre. L’éloignement de la famille, le caractère typique et l’ambiance particulière de la ville de Salé comme ville « fermée », ainsi que le manque de repères des femmes, fait d’elle un terrain hostile, les poussant à retourner à Rabat. Malgré cela, dans leurs stratégies d’accès à la propriété, certaines ont investi à Salé, car le prix du foncier y est moins cher. Les prix sont abordables et ils sont à la portée des couples de fonctionnaires (c’est le cas de 7 femmes de mon échantillon). Il s’agit d’un logement qu’elles vendent par la suite pour en acquérir un plus grand à Rabat ou qu’elles louent. Salé constitue donc une ville de passage ou de transit correspondant à un moment bien particulier du cycle de vie, dans l’attente d’accéder à la propriété à Rabat. Dans ce cadre précis, accéder à un logement à Salé n’est pas un élément de fixation dans le quartier.

La proximité du travail

21Les femmes salariées cherchent, dans le choix de leur logement, à être proches de leur lieu de travail. Elles veulent ainsi gagner du temps et de l’argent en dépensant moins dans les transports, faire face à leurs responsabilités familiales, pouvoir s’occuper correctement de leur foyer et des tâches domestiques qui leur incombent et s’occuper de leurs enfants. Les femmes insistent dans le choix du quartier sur les trajets travail-école-domicile-logement des parents qui doivent être les plus courts possibles.

22Elles cherchent, en plus de la proximité de leur lieu travail, la proximité du lieu de travail de leurs maris et de l’école de leurs enfants. Il faut que le quartier de vie réponde à ces différentes attentes. Les couples semblent avoir accordé la priorité aux besoins exprimés par les femmes qui réussissent à faire prévaloir leurs arguments, compte tenu de leurs obligations familiales et professionnelles, surtout lorsqu’il s’agit de femmes salariées.

La proximité des parents

23Etre proche de ses parents permet surtout aux femmes salariées de régler les problèmes liés à la garde des enfants. C’est une tâche qui revient donc à la grand-mère qui est souvent pour les enfants, un substitut de la mère. Il y a donc une certaine mobilisation des solidarités familiales.

24« J’ai choisi de vivre dans ce quartier, pour les enfants, car il est proche de la maison des parents. Les enfants je dois les ramener à ma mère, c’est plus une question de proximité c’est pour cela. »

25Latifa (32 ans, fonctionnaire, appartement, l’Océan).

26Parmi les femmes interrogées, ce sont surtout les femmes fonctionnaires qui cherchent la proximité des parents à cause du problème de garde des enfants qui se pose à elles. C’est toujours aux femmes que reviennent l’entretien et l’éducation des enfants, ce qui reflète la division sexuelle du travail.

27Les femmes cherchent également la proximité des parents et de leur famille d’une manière générale car la famille est sacrée, c’est une question de tradition. Les liens familiaux sont encore forts. Les femmes parlent de leur famille en terme de besoin, d’autant plus que la réception d’invités ou membres de la famille est importante : rendre visite à quelqu’un est le loisir favori des femmes. Les femmes cherchent également à être proches du lieu d’habitat des parents pour qu’elles puissent veiller sur eux surtout s’ils vivent seuls, ce qui montre l’importance et la présence de fortes solidarités familiales. Il est aussi important pour les femmes de se sentir entourées et soutenues par les proches, surtout en cas de problème. Les valeurs familiales sont sacrées et la visite des proches est même considérée comme un devoir quasi religieux. C’est pourquoi certaines ont quitté leurs quartiers, même s’il présente des avantages, à la recherche de la proximité de leurs parents. Elles ne supportent pas d’être seules et isolées.

28« Je n’aimerais pas vivre dans les autres quartiers, je ne suis pas habituée à eux car je n’y connais personne... Je suis bien dans mon quartier car il y a ma famille qui est toujours présente et mes voisins. Je ne peux pas vivre seule sans voisin ni famille. »

29Wafaa (41 ans, fonctionnaire, appartement, Qbibat).

L’attachement au quartier d’origine

30Les femmes sont majoritairement attachées à leur quartier (30 femmes sur 53 sont satisfaites de leur quartier et ne désirent pas changer), ce qui constitue une stratégie résidentielle en soi. C’est le cas de femmes de tous milieux, femmes des bidonvilles qui privilégient le relationnel, comme les relations de voisinages et les relations familiales, femmes des quartiers de classes moyennes qui sont plus sensibles aux aspects fonctionnels comme la présence des services et la proximité du centre, ou femmes des quartiers résidentiels qui, elles, tendent à vouloir préserver un niveau de vie auquel elles sont habituées. Dans les choix résidentiels, les femmes sont en quête de la reproduction de leur milieu d’origine, pour des raisons de repères, de sécurité et d’habitude.

31Plusieurs éléments sont donc à l’origine de l’attachement des femmes à leur quartier d’origine. Il s’agit surtout de l’habitude ; c’est le cas de 20 femmes sur 53, mais aussi sentiment d’être chez soi dans un quartier et le côté relationnel sont importants, ainsi que le sentiment d’être en sécurité. Le lieu de naissance est également très important. Les femmes cherchent à vivre dans le même quartier où elles ont vécu et auquel elles sont habituées et attachées. Elles y disposent de repères, savent où aller et venir, ont des lieux qui leur sont familiers, connaissent « du monde ». C’est particulièrement le cas des personnes âgées. Elles ont le sentiment d’être en sécurité, d’être « chez elles ». Elles ont un rapport qu’on peut qualifier « d’intime » avec leur quartier car elles y disposent de réseaux de connaissances. Les quartiers regroupent généralement des personnes du même niveau socio-économique, ce qui facilite leur intégration. C’est ce qui explique l’attachement des femmes des quartiers populaires et des bidonvilles à leur quartier de vie. En effet, 8 femmes de ces quartiers sur 10 interrogées affirment ne pas vouloir changer de quartier, même si dans leur discours elles ont tendance à valoriser les autres quartiers qui se distinguent par un résidentiel plus important et supérieur au leur. Elles ne cherchent pas l’ascension sociale par le spatial. Pour elles, le plus important est le côté relationnel : un quartier où les gens partagent les mêmes valeurs et les mêmes préoccupations qu’elles.

32« Nwayel est bien comme quartier, les gens qui y habitent sont biens et tu connais les gens, ce n’est pas comme un endroit nouveau où tu ne connais personne. Là, j’ai grandi avec eux, tu les connais, ils te connaissent, connaissent tes parents, tes frères. Ce n’est pas comme un endroit où les gens ne savent pas qui tu es ni connaissent ta vraie valeur, il leur faudra du temps avant de te connaître. »

33Sabah (29 ans, au foyer, bidonville, Yacoub El Mansour).

34Ces femmes aspirent à un bidonville dans le même quartier qui leur soit propre pour les accueillir avec leurs enfants, et ceci malgré les conditions de vie difficiles (problèmes de l’eau, WC, égouts), ce qui constitue une stratégie résidentielle en soi. Certaines de ces femmes auraient pu louer une pièce chez l’habitant ou se résigner à vivre avec leur belle-famille. Mais, pour elles, vivre dans un bidonville leur permettra de disposer plus tard d’un lot lors de la vente à bas prix des terres par l’État : vivre dans un bidonville leur évite de payer un loyer et des charges locatives (d’eau et d’électricité). L’État, dans sa politique urbaine de résorption des bidonvilles, octroie des maisons à faible prix. Les gens ont pu ainsi acquérir des propriétés, en échange de petites mensualités. Il s’agit de maisons individuelles, de maisons basses avec terrasse qu’on rehausse par la suite d’un étage ou deux, en fonction des moyens financiers, ceci est significatif d’une promotion sociale.

35La maison individuelle basse avec terrasse, caractéristique des quartiers populaires, est un mode d’habiter qui est choisi par 27 femmes sur les 53 interrogées. Il s’agit principalement de femmes issues des quartiers populaires, périphériques, dont les femmes des bidonvilles. C’est également le cas de femmes issues du milieu rural, de femmes issues de petites villes et de femmes nouvellement installées à Rabat.

36Pour elles, habiter dans les quartiers populaires leur permet de garder le lien social basé sur l’échange, les gens y sont solidaires les uns envers les autres, elles se sentent chez elles, en famille. Dans ce cas, apparaît le rôle important du voisinage et des communautés de proximité spatiale, dans le choix du quartier de vie pour les femmes. Ceci montre également leur enracinement dans un quartier donné. Le voisinage est une source d’équilibre pour les femmes, particulièrement les femmes des bidonvilles qui se retrouvent avec des personnes du même niveau social qu’elles et avec lesquelles elles peuvent avoir des contacts. Au-delà de l’habiter, ces femmes cherchent la solidarité et la sociabilité que permet la vie dans une maison indépendante, car cela signifie habiter dans un quartier populaire où il y a plus d’échanges et de solidarité entre les habitants. Souvent, elles opposent l’appartement à la maison individuelle et évoquent l’ennui, l’individualisme, voire l’égoïsme de ses habitants. Dans l’immeuble, les gens sont froids et isolés car chacun s’enferme chez lui. Dans ce dernier, elles se sentent isolées, même si l’appartement offre un confort plus important.

37« Dans l’appartement il y a le potager (l’évier), le lavabo, la baignoire. Mais c’est une question d’habitude. Je m’ennuie dans l’appartement. En maison, on voit les gens. »

38Aïcha (68 ans, au foyer, maison individuelle, Yacoub El Mansour).

39Les femmes évoquent également les problèmes qui peuvent surgir (problème de voisinage, bruit, le fait de jeter des saletés n’importe où, les claquements des portes, le manque de considération pour les autres). La promiscuité et l’étroitesse des logements, le manque d’espace, surtout de terrasse qui est essentielle pour le linge, le ménage et lors des cérémonies pour la réception des invités et la préparation des repas.

40« Je ne veux pas d’appartement, car j’ai besoin de terrasse pour le ménage pour pouvoir y monter des choses. La terrasse de l’immeuble n’est pas comme la tienne à toi toute seule, où tes affaires seront en sécurité et où je monterai les matelas et le tapis car ces problèmes je les vis dans l’appartement. Le problème se pose aussi pendant la fête du mouton, puisqu’en appartement il n’y a pas où mettre le mouton. On est obligé d’aller chez ma belle-mère, il y a beaucoup d’inconvénients, en plus, tu risques de faire du bruit sur les gens. Mon fils une fois grand, il va jouer aux billes donc beaucoup de problèmes qu’il faut éviter, on est contraint. J’ai vécu dans l’appartement et je connais ses inconvénients. Je pense acheter une maison individuelle, pas une villa car je n’ai pas les moyens, le plus important c’est qu’elle soit une maison basse et je continuerai la construction. »

41Layla H. (31 ans, fonctionnaire, appartement, Hay El Fath).

  • 6 Madani M, « L’habiter : contrainte ou liberté ? Une recherche sur la maison individuelle oranaise  (...)

42Le choix de la maison individuelle se justifie également par la propriété du sol. En effet, les femmes peuvent l’agrandir par la suite et faire des transformations, contrairement à la copropriété dans un immeuble qui est considérée comme non sécurisante car « on vit en l’air ». Ceci montre leur attachement à la terre. La maison individuelle est le fruit de celui qui la façonne et permet de situer sa place sur la terre et d’être chez soi6.

43Les femmes s’attachent ainsi à un quartier donné, car il présente le mode d’habiter qui convient le plus à une personne. C’est aussi le cas des femmes de quartiers de moyen standing où le mode d’habiter le plus répandu est l’immeuble. Les femmes habitant dans ces quartiers les ont choisis, à cause du type d’habiter qu’ils offrent : les appartements qui représentent la modernité selon elles.

44Ce type de logement est désiré par 34 femmes interrogées. Il s’agit de femmes fonctionnaires, instruites, de culture citadine, cherchant la proximité du centre-ville, pour des raisons de travail ou autres, ou parce qu’elles ont déjà été initiées à ce type de logement. L’appartement représente le cadre de référence pour les femmes salariées de classe moyenne, malgré certains de ses inconvénients comme les problèmes de voisinage, le bruit, etc. Il doit être spacieux, il doit comporter trois à quatre pièces : une chambre à coucher, un salon et une ou deux chambres pour les enfants, sans oublier la cuisine et la salle de bain. Certaines qui ont un appartement de 3 pièces souhaitent en changer pour un logement de 4 pièces pour que chaque enfant puisse avoir sa propre chambre. Le choix de l’appartement implique un nombre limité d’occupants, la famille nucléaire, avec au maximum deux enfants, c’est du moins comme cela que les jeunes femmes célibataires justifient leur choix et se représentent ce type de logement. Le choix de l’appartement est aussi justifié par les différents avantages qu’il présente : l’entretien qui revient moins cher que dans une villa (pas de gardien, ni de jardinier), ce qui fait de lui un logement plus économique. L’appartement permet également la sécurité en cas de départ en voyage, car il est gardé par les voisins.

  • 7 Les grandes maisons traditionnelles situées dans la ville ancienne, la Médina n’ont pas la faveur (...)

45D’un autre côté, choisir de vivre dans une villa, signifie l’éloignement du centre-ville, chose que les femmes ne désirent pas. L’appartement est considéré comme confortable, pratique surtout lorsqu’il s’agit de faire les travaux ménagers, il demande moins d’entretien, par opposition aux grandes maisons traditionnelles où les tâches ménagères sont très lourdes7.

46Après leur mariage, les femmes choisissent généralement de vivre dans le même quartier où elles vivaient auparavant ou dans un quartier proche et généralement du même « standing » (elles y ont leurs repères), affirmant par-là leur volonté et imposant leurs choix à leur mari, surtout si ces femmes sont salariées. Dans ce cadre, on peut parler de stratégies d’immobilité des femmes par le désir de rester dans leur quartier d’origine ou de vie. Ceci étant, certaines acceptent de changer de quartier après leur mariage, si le quartier de vie du mari est de standing plus élevé que le leur, c’est le cas de 2 femmes interrogées.

47La décision de quitter le milieu d’origine et par conséquent le lieu de résidence se pose souvent pour les femmes non actives, particulièrement lors de leur mariage puisqu’elles accompagnent le chef de famille qui a déjà son logement. Elles représentent 9 femmes sur 53 dans mon échantillon. Le mariage est donc parfois à l’origine de la mobilité des femmes. Dans ce cas, soit les femmes sont satisfaites car le quartier leur convient « puisqu’elles n’auraient pas souhaité mieux », surtout si le quartier répond à leur attente et est d’un niveau plus élevé que leur propre quartier d’origine, soit elles se résignent. C’est surtout le cas de femmes analphabètes, néo-arrivantes, rurales qui se résignent souvent à suivre le choix de leur mari car elles en sont totalement dépendantes financièrement. Mais il arrive aussi qu’elles agissent et impriment leur volonté si le cadre ne leur convient pas.

48Seules les plus jeunes femmes, encore célibataires, désirent habiter des quartiers qui sont beaucoup plus significatifs d’une ascension sociale mais essentiellement par le mariage qui, espèrent-elles, leur permettra d’accéder à un résidentiel meilleur que celui qu’elles ont connu avec leurs parents. Pour elles, habiter dans une villa symbolise la réussite sociale et la réussite de leur mariage, même si elles sont conscientes que c’est une question de moyens avant tout. Il est à signaler dans ce cadre que les jeunes filles interrogées sont également très peu mobiles, puisqu’elles restent chez leurs parents jusqu’à leur mariage. Elles ont toujours habité chez leurs parents et continuent d’y vivre, comme le veut la tradition.

49Les femmes des classes favorisées sont également attachées à leur quartier de vie, car disposant d’un résidentiel socialement significatif, ne désirent pas changer d’environnement résidentiel, puisque le quartier correspond à leur attente et à leur représentation sociale. Il n’y a pas de changements à l’intérieur d’un même quartier. La stratégie ou les stratégies résidentielles qui pourraient exister seraient le maintien de leur quartier ou l’investissement dans d’autres projets immobiliers (maisons secondaires pour les vacances, propriété d’un ou de plusieurs logements qui sont loués et qui constituent une source de revenus supplémentaires).

PERCEPTION DES QUARTIERS ET STRATÉGIES POUR L’AVENIR

La valorisation des quartiers résidentiels

50Malgré l’attachement des femmes à leur quartier de naissance, les femmes de différents quartiers, environ une trentaine sur 53, valorisent dans leurs discours les quartiers dits résidentiels, comme l’Agdal, plus précisément le haut-Agdal qui est une zone de villa et Hay Riad. Elles les considèrent comme deux quartiers « bourgeois ». Elles les valorisent, pour leur tranquillité, la propreté, la sécurité, la nature, le calme mais aussi, pour le standing. Ce sont des quartiers habités par des personnes riches qui se distinguent par leur bonne réputation et par le respect de l’intimité des autres et de leur vie privée. Dans la même position, viennent des quartiers comme Souissi, les Orangers, Harhoura, qui sont des quartiers riches situés à la sortie de la ville et très peu peuplés, contrairement aux quartiers de moyen standing comme l’Océan et Diour Jamaâ qui sont devenus surpeuplés et qui se sont « popularisés », voire « taudifiés ». C’est ce qui explique la volonté de certaines de quitter ces quartiers.

51En effet, les femmes résidant dans les quartiers de moyen standing à proximité du centre aspirent à des endroits calmes, loin du bruit du centre-ville. Elles veulent vivre dans des zones moins peuplées et avec des espaces verts, à la recherche du calme et de l’intimité qui, selon elles, se perdent dans leur quartier, elles cherchent un cadre de vie plus agréable en matière d’environnement. Elles parlent de l’évolution négative de leur quartier de vie, à cause des néo-arrivants et du phénomène « d’envahissement » du quartier. Or, même si elles le quittent pour des endroits plus calmes, elles y restent attachées puisqu’elles y gardent leur logement.

52« Dans ce nouveau quartier de Guich Loudaya, on s’est habitué au calme. Dans le quartier de l’Océan, il y a trop de bruit quand on y vient, on remonte avec nos oreilles pleines de bruit à un point que la nuit tu ne peux dormir. Ici non, c’est le calme mais malgré tout, j’adore l’Océan, tu t’y sens chez toi ici non tu es quelque part une étrangère, d’autant plus qu’on y a gardé notre appartement. »

53Hind (22 ans, salariée, appartement, l’Océan).

54Seul le quartier de Hassan a pu garder son authenticité et ses habitants d’origine comme en attestent la plupart de ses habitants mais aussi des personnes extérieures interrogées. Ceci fait de lui un quartier bien considéré, surtout des femmes de quartiers moyens et résidentiels.

55D’autres raisons peuvent expliquer la valorisation de quartiers dits résidentiels, à savoir la recherche de l’anonymat. C’est le cas de filles habitant seules pour leurs d’études ou leur travail et dont la famille habite dans une autre ville. Elles se voient mal jugées et peu respectées dans les quartiers populaires. En effet, la société marocaine ne tolère pas encore qu’une fille puisse habiter seule. C’est une pratique qui n’est pas très répandue. Ceci pousse des femmes habitants seules à choisir des quartiers de moyen standing ou résidentiels comme lieu de vie, à la recherche de l’anonymat et de la tranquillité comme l’exprime cette personne interrogée qui en a fait l’expérience :

56« Dans des quartiers comme Yakoub El Mansour, on ne respecte pas les filles célibataires vivant et louant seules. On les regarde de travers, comme des filles faciles, on ne voit pas qu’elles peuvent être fonctionnaires, qu’elles travaillent et après reviennent chez elles. C’est différent d’ici, du quartier de l’Océan où je réside maintenant. Ici, tu rentres chez toi et tu t’enfermes, personne ne se mêle des affaires des autres. »

57Rachida (29 ans, au chômage, appartement, l’Océan).

58Même si la majorité des femmes valorisent les quartiers résidentiels et admettent qu’ils offrent les meilleures conditions de vie, un nombre important d’entre elles (20 femmes sur 53) ne souhaitent pas y vivre. C’est le cas des femmes des quartiers populaires et les femmes des quartiers de moyen standing, ces dernières leur reprochent leur éloignement du centre-ville), ainsi que l’individualisme qui caractérise leurs résidants et le manque de sociabilité, de solidarité et d’entraide entre les habitants.

59« Même si on me donne une voiture, je n’habiterais ni à l’Agdal ni à Hay Riad, je n’aime pas les endroits vides, on est habitué aux gens, dans ces quartiers, il n’y a pas d’échange entre voisins. »

60Latifa (32 ans, fonctionnaire, appartement, l’Océan).

61Valoriser un quartier donné ne signifie pas pour autant la volonté des femmes d’y vivre ou d’y habiter, à part les femmes célibataires qui rêvent d’un cadre meilleur et d’un résidentiel plus important que celui des parents qu’elles connaissent par le biais du mariage, ou les femmes cadres qui cherchent à ce que leur résidentiel corresponde à leur niveau social.

62Les femmes ont deux niveaux d’analyse dans le choix du quartier de vie. Le première est le désir utopique d’habiter dans des quartiers « bourgeois » et dans un mode d’habiter de « type villa » avec un beau cadre de vie (le calme, la nature, etc.). La deuxième vision est beaucoup plus réaliste, les femmes s’adaptent à leur réalité sociale en tenant compte de leurs moyens financiers. Leur but est d’améliorer leur quotidien sans se changer elles-mêmes et sans changer leurs repères, comme c’est le cas surtout des femmes des bidonvilles et des quartiers populaires qui ne cherchent qu’à améliorer l’habiter sans pour autant changer de quartier.

La valorisation de la propriété de l’habitat

63Au Maroc, on note la forte présence d’une culture d’accès à la propriété de l’habitat initiée et défendue plus particulièrement par les femmes. Aujourd’hui, posséder une maison représente beaucoup pour les marocains.

6433 femmes sur les 53 interrogées sont propriétaires dont 8 sont accédantes à la propriété. 21 femmes sont en location et 16 femmes sont logées gratuitement. Toutes les personnes interrogées veulent accéder à la propriété d’un logement, c’est une sorte de tradition. 15 femmes optent pour l’achat d’un terrain sur lequel elles désirent construire une maison. Il s’agit dans la plupart du temps de femmes de milieux populaires et non actives. 18 femmes, majoritairement salariées, optent quant à elles pour l’achat d’un appartement. 9 d’entre elles sont déjà accédantes à la propriété d’un appartement.

65Posséder une propriété est une sorte de sécurité. C’est une façon d’assurer sa retraite et d’assurer l’avenir des enfants. C’est selon un adage marocain « la tombe de la vie ». En effet, les loyers sont chers et l’avenir est considéré comme incertain. D’autant plus que vivre dans un logement de location est frustrant, car on ne peut effectuer de travaux (cela est considéré comme une perte d’argent). On comprend dès lors pourquoi toutes les personnes interrogées ont exprimé la volonté d’acquérir leur logement soit par l’achat d’un terrain et la construction d’une maison (c’est ce que l’on préfère), soit par l’achat d’un appartement. Ceci est encouragé par le développement des crédits bancaires et la facilité des conditions du crédit qui poussent certaines à investir dans le foncier.

66Les jeunes femmes actives, encore célibataires, investissent aussi dans l’immobilier par l’achat d’un petit appartement qu’elles louent par la suite, encouragées par les facilités des prêts immobiliers. C’est une manière pour elles de faire des économies. Certaines femmes sont même aidées par leurs parents qui sont déjà propriétaires pour acheter un logement (prêt d’argent). Il arrive qu’elles investissent en famille pour acheter un logement, elles investissent souvent dans le logement parental soit en l’agrandissant ou en faisant des modifications ou en s’associant avec leurs parents dans l’achat ou la construction d’un nouveau logement. Des femmes achètent et investissent dans le foncier ou désirent le faire lorsqu’elles sont célibataires pour économiser de l’argent et « s’aider à vivre », selon leurs propres mots.

67« J’ai loué ma maison que j’ai construite avec mon père quand j’étais célibataire et je prends son argent. On construit une villa au bord de la mer pour économiser de l’argent, c’est moi qui force mon mari dans ces choses-là. Moi, j’avais ma maison à moi, et lui il fallait qu’il fasse sa maison à lui pour ses enfants, car moi je ne l’avais pas faite pour les enfants, mais pour moi. Peut-être que s’il n’avait pas les moyens, on se serait contenté de la mienne. »

68Samira (41 ans, institutrice, appartement, Hay Riad).

69Elles parlent toutes de garantir leur avenir et de leur volonté de léguer un patrimoine à leurs enfants, et surtout de préparer leur retraite. Elles s’y préparent par l’achat d’un logement ou de plusieurs qu’elles louent pour avoir un revenu supplémentaire.

707 femmes salariées ont pris la décision d’acheter au début de leur mariage par fonds propres, s’aidant de prêts émanant d’une décision commune du couple. D’autres femmes sont propriétaires par héritage (elles sont 7) soit par leur propre famille ou par leur mari. La majorité des femmes sont propriétaires dans le cadre du mariage. On peut dire que l’accès à la propriété est lié au statut matrimonial.

71Même les femmes des bidonvilles peuvent accéder à la propriété et elles ont des stratégies dans ce sens. En effet, par le biais de la politique de recasement, elles peuvent acquérir des lots de terre à bas prix et elles ont la possibilité de construire une maison individuelle et d’être propriétaire à leur tour de leur logement. Certaines d’entre elles achètent des bidonvilles dans des endroits comme Témara ou Salé, car ils coûtent moins chers qu’à Rabat. Ceci leur permet d’avoir un lot de terre qu’elles pourront revendre par la suite pour acheter un bidonville à Rabat. Certaines n’ont d’autre choix que de rester dans le bidonville où elles vivent, malgré leur souhait de bénéficier du recasement, par manque de moyens. Elles ne disposent pas de l’argent nécessaire pour payer le lot de terre attribué et y investir, ce qui les poussent à spéculer en le revendant.

72Afin d’accéder à la propriété d’une maison individuelle, les migrants ruraux en ville investissent à plusieurs dans l’achat d’un bidonville qu’ils se partagent par la suite, que cela soit entre les membres d’une même famille ou non. Ceci leur permet ensuite d’acquérir des lots de terre que l’État attribue par nombre de ménage dans le bidonville. Ainsi, pour un seul bidonville de deux baraques (2 pièces) on peut trouver plusieurs colocataires.

73« Mon mari avec ses frères ont acheté un bidonville à Douar doum, j’ai vendu mon or, on était 3 familles à y vivre, mais après des problèmes entre les femmes, on a acheté la moitié d’un bidonville pour avoir une parcelle de terre. »

74Khadija (35, au foyer, bidonville, Yacoub El Mansour).

75Toutes les femmes interrogées ont formulé le désir d’être propriétaires pour les raisons déjà citées mais aussi pour le prestige que donne le fait d’être propriétaire. C’est une sorte de promotion sociale. Des femmes déjà propriétaires continuent d’investir dans l’immobilier, soit dans des maisons secondaires pour les vacances ou dans des logements qu’elles peuvent louer. Il s’agit de femmes de milieux favorisés qui sont dans des stratégies d’accumulation du capital foncier.

76« Quoi qu’on fasse, il y a toujours cette tendance à avoir peur pour les enfants et la volonté de leur laisser quelque chose. C’est vrai qu’ils vont faire leur vie, mais c’est la nature humaine, et pour moi surtout, parce que j’ai des filles qui étudient et je les aide pour qu’elles comptent sur elles-même. Mon père disait que c’est mieux de laisser le diplôme aux enfants et de ne pas laisser la richesse, car cette dernière est éphémère, mais malgré cela, tu penses à leur laisser quelque chose. »

77Rahma (49 ans, cadre, villa, Hay Riad).

  • 8 Monqid S., L’intériorisation des normes chez les jeunes filles issues de l’immigration, l’exemple (...)

78Dans ce cadre, les bijoux jouent un rôle important comme stratégie d’épargne8. La plupart du temps, ce sont les femmes qui s’achètent elles-mêmes leurs bijoux en or, avec leurs propres moyens si elles ont une activité professionnelle ou avec l’argent qu’elles économisent chaque mois sur le budget que leur donnent leurs maris si elles sont au foyer.

79« L’or c’est comme une économie. Je ne sais pas, plutôt que de mettre de l’argent en banque, c’est plus dans les bijoux, c’est une épargne je dirais moi. La femme peut rassembler de l’or petit à petit puis le revendre après et acheter une maison. L’or reste. Si tu as de l’argent dans la banque chaque fois tu la retires, ce n’est pas comme l’or. »

80Samira (41 ans, institutrice, appartement, Hay Riad).

CONCLUSION

81Les femmes interrogées, ayant une activité salariée, décident ainsi du choix du quartier de vie et les maris tiennent compte des priorités et des besoins des femmes. Il en est de même des femmes au foyer qui, même si elles s’affirment moins que les femmes salariées, ont leur mot à dire, exception faite des femmes qui arrivent d’une autre ville ou d’un milieu rural, ou dans le cas où le mari est déjà propriétaire. Ceci montre l’implication des femmes dans la désignation de l’espace de vie. Les femmes jouent un rôle important direct ou indirect dans le choix du quartier et du mode d’habiter, agissant ainsi sur l’espace public.

82L’analyse des stratégies résidentielles des femmes de Rabat aboutit donc à une série de constats qui montrent l’implication des femmes dans l’espace urbain et dans les projets familiaux de manière générale. Les femmes ont des aspirations et des attentes, elles ont une relation dynamique et dialectique avec l’espace. Malgré les contraintes familiales et surtout financières, le choix du mode d’habiter et du quartier de vie leur revient essentiellement et il tient compte de leurs priorités (proximité du centre, attachement au quartier d’origine, recherche d’un certain standing). Le constat le plus important est le désir d’accéder à la propriété. Ceci montre que l’espace urbain est un objet potentiel de stratégies féminines.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bonvalet C. – Fribourg M. (dir.) [1990], Stratégies résidentielles, Paris, INED.

Boughali M. [1974], La représentation de l’espace chez le marocain illettré, Casablanca, Afrique-Orient.

Bourqia R. – Charrad M. – Gallagher N. [1996], Femmes, culture et société au Maghreb. I. Culture, femme et famille, Paris, Afrique-Orient.

Cherifati-Merabtine D. [1998], « Le sexe brouillé », Femmes et hommes au Maghreb et en immigration. La frontière des genres en question, Lacoste-Dujardin C. – Virolle M. (dir.), Paris, Publisud, p. 213-219.

Gotman A. [1990], « Stratégie résidentielles, stratégies de la recherche », Bonvalet C. – Fribourg M. (dir.), Stratégies résidentielles, Paris, INED, p. 31.

Madani M. [1997], « L’habiter : contrainte ou liberté ? Une recherche sur la maison individuelle oranaise », Insaniyat, n° 2, automne, p. 105-130.

Monqid S. [2001], « Les femmes marocaines et la ville : entre espace privé/public », Villes en Parallèle, n° 32-33-34, La ville aujourd’hui, entre public et privé, décembre, p. 398-405.

Monqid S. [1998], L’intériorisation des normes chez les jeunes filles issues de l’immigration, l’exemple des bijoux, Diplôme d’études approfondis en Sociologie, Université de Nantes.

Navez Bouchanine F. – Dansereau F. [1993], « L’informel comme facteur d’intégration à la ville », communication présentée au colloque Les politiques d’appui au secteur informel dans les pays en développement de l’ACFAS, Rimouski, p. 73-87.

Safar-Zitoun M. [1996], Stratégies patrimoniales et urbanisation, Alger 1962-1992, Paris, L’Harmattan.

Zannad T. [1984], Symboliques corporelles et espaces musulmans, Tunis, Cérès.

Notes

1 Navez Bouchanine F. – Dansereau F., « L’informel comme facteur d’intégration à la ville », communication présentée au colloque Les politiques d’appui au secteur informel dans les pays en développement de l’ACFAS, Rimouski, 1993, p. 74.

2 Gotman A., « Stratégie résidentielles, stratégies de la recherche », Bonvalet C. – Fribourg M. (dir.), Stratégies résidentielles, Paris, INED, 1990, p. 31.

3 Le concept de stratégie serait un compromis acceptable entre les contraintes (du marché du logement, contraintes économiques et financières) et les fins fixées ou encore l’agencement des moyens mis en œuvre pour atteindre un objectif précis dans un système de contrainte. Pour plus de précisions sur le concept de stratégies résidentielles : Bonvalet C. – Fribourg M. (dir.), op.cit., p. 1.

4 Bonvalet C. – Fribourg M., op.cit., p. 5.

5 Elles sont séparées par le fleuve Bou Regreg.

6 Madani M, « L’habiter : contrainte ou liberté ? Une recherche sur la maison individuelle oranaise », Insaniyat, n° 2, automne 1997, p. 105-130.

7 Les grandes maisons traditionnelles situées dans la ville ancienne, la Médina n’ont pas la faveur des femmes interrogées. Aucune n’a manifesté la volonté d’y habiter. Même les femmes qui en ont la possibilité grâce à un héritage familial. Elles considèrent que c’est un type d’habiter qui ne convient plus aux familles actuelles qui sont nucléaires. Ces maisons sont humides et demandent beaucoup d’entretien que cela soit financier (travaux permanents de peinture) ou même en terme de ménage. Sans oublier le phénomène de la dégradation de la médina et le départ de ses habitants d’origine pour des quartiers plus significatifs en terme résidentiel. Ce type d’habiter était conçu au départ pour contenir la famille large (les parents avec leurs enfants mariés), chose qui se fait moins maintenant à cause de la recherche de l’intimité. Actuellement, des familles les louent tout ou partie, lors des cérémonies, surtout celle du mariage, vu leur grand espace et la beauté de leur architecture.

8 Monqid S., L’intériorisation des normes chez les jeunes filles issues de l’immigration, l’exemple des bijoux, Diplôme d’études approfondis en Sociologie, Université de Nantes, 1998.

Auteur

Université François Rabelais, Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540