Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

Travail, mobilités et espace de vie au féminin dans une petite ville industrielle du Sud de l’Inde

Kamala Marius-Gnanou

Texte intégral

INTRODUCTION : CONTEXTE DE L’ETUDE

  • 1 Ce programme pluridisciplinaire réunissant trois chercheurs (L. Kennedy, X. Amelot et K. Marius-Gn (...)
  • 2 Dans ces usines, sont fabriquées les chaussures des marques Salamander, Gabor.
  • 3 Cadène Ph. – Holmström M. (éds.), Decentralized production in India, French Institute of Pondicher (...)

1La décennie 1990 aura été marquée en Inde par son intégration dans une économie mondialisée grâce à une politique de libéralisation. J’ai choisi de focaliser mes recherches dans le cadre d’un programme collectif1 sur un exemple d’industrialisation décentralisée située dans la moyenne vallée de la Palar (district de Vellore dans le Tamil Nadu) et sur un axe routier reliant deux grandes métropoles économiques Chennai (Madras) et Bangalore. Cette région d’étude a connu un développement rapide de l’industrie dans les 25 dernières années, principalement dans le secteur du cuir. Elle reste l’un de plus importants centres indiens de production de cuir fini et de chaussures destinées aux marchés européen, australien et nord-américain2. Environ 800 tanneries et plusieurs usines de chaussures sont situées dans et autour de cinq petites villes dont les populations avoisinent les 100 000 habitants. A partir des années 1980, l’industrie locale franchit la dernière étape d’une intégration verticale avec l’ouverture des premières usines manufacturières. Dans cette vallée de la Palar, on a donc l’illustration d’un district industriel3, du fait de cette spécialisation et de cette concentration d’entreprises liées au cuir. Par ailleurs, notre ville d’étude – Ranipet – doit aussi son industrialisation à des organismes de promotion industrielle dont le but est de favoriser une politique d’industrialisation dans des secteurs différents (chimie, mécanique, jouets, cuir). L’essor de ces usines de chaussures dont la production est tournée vers les marchés d’exportation a facilité l’émergence du salariat industriel féminin non seulement en milieu urbain mais aussi en milieu rural. Aujourd’hui, les femmes représentent la grande majorité des ouvrières du cuir, tandis que les hommes occupent plutôt les postes d’encadrement de la production. On estime que les usines de chaussures de la vallée de la Palar emploient près de 15 000 femmes, près de 80 % des ouvriers de la chaussure sont des femmes. Rien que dans la ville de Ranipet, c’est plus de 5 000 femmes qui sont employées dans les usines traitant le cuir (gants, chaussures), sans compter les femmes travaillant dans les tanneries et relevant exclusivement du secteur informel.

  • 4 Dupont V. – Dureau F., « Le rôle des mobilités circulaires dans les dynamiques urbaines », Revue T (...)
  • 5 Racine J.L., 1995.
  • 6 Dupont V., Decentralized Industrialization and Urban Dynamics. The Case of Jetpur in West India, S (...)
  • 7 Les migrations féminines sont des migrations liées au mariage et la majorité des migrants (51 %) t (...)

2Ces interactions entre zones rurales et zones urbaines à travers les déplacements circulaires de populations conduisent à réévaluer la dichotomie urbain/rural et induire de ce fait un continuum entre le centre urbain et son espace environnant4. Dans notre région d’étude, les mobilités temporaires ou saisonnières des hommes, qui quittent leur village et leur famille pour quelques semaines pour trouver un emploi dans la construction et les services est une réalité que l’on retrouve dans de nombreuses régions indiennes. Ces différentes formes de mobilité masculine (circulaire et temporaire voire définitive) ont été largement étudiées par J.-L. Racine5, Dupont6. En ce qui concerne les mobilités de femmes, quelques études ont été consacrées aux mobilités de mariage – cause essentielle de la migration féminine voire de la migration en général7 –. En revanche, peu de travaux ont porté pour le moment sur les mobilités féminines de travail notamment, dans le contexte rural indien. C’est dans cette perspective que se situe ma contribution.

CADRE ANALYTIQUE

Mondialisation et féminisation du travail industriel

3La mondialisation en favorisant un processus de développement des industries d’exportation et de délocalisations a permis d’accroître incontestablement le volume d’emplois féminins dans la majorité des pays du Sud, notamment en Inde. Cependant, le revers de la médaille aura été l’application des PAS imposée par les acteurs de la mondialisation (FMI, BM) impliquant une réduction des budgets d’éducation, de santé, d’équipements... dont les femmes seront les premières à faire les frais.

4Il est certain que dans cette société rurale patriarcale où l’on donne la priorité aux garçons, les femmes ont subi de plein fouet la baisse des dépenses en matière sociale (éducation, santé). La mondialisation renforce donc la vulnérabilité du genre féminin, d’autant que les femmes ont une triple charge de travail – quotidien des enfants, entretien de la maison et activités de subsistance. Mais il faut savoir que dans un pays comme l’Inde, bon nombre de femmes, notamment les ouvrières agricoles de castes défavorisées ont toujours été dans l’obligation de travailler, en dépit de salaires dérisoires, non pas par volonté d’indépendance mais dans un besoin de survie. En milieu rural et semi-urbain, leur situation est rendue plus pénible par leur isolement et par l’absence du soutien du conjoint obligé de migrer vers les villes. La mondialisation a ainsi remis en selle un concept déjà ancien de féminisation de la pauvreté. A l’exception des femmes éduquées, rares sont les femmes ayant bénéficié des avantages de la mondialisation.

5Certes de nombreuses études établissent une corrélation forte entre l’émergence d’un salariat féminin et le processus de mondialisation, mais elles attirent aussi l’attention sur le fait que les femmes se retrouvent en masse dans des emplois précaires (contrat temporaire, travail à domicile...) des secteurs formels et informels. Cette mondialisation a favorisé sans aucun doute l’informalisation de la vie économique, notamment à travers la sous-traitance de travaux d’artisanes à domicile (panier, broderie, objets d’artisanat...) favorisant ainsi les intermédiaires. Afin de compléter les revenus familiaux, les femmes qui commencent à travailler de plus en plus jeunes se retrouvent dans des activités informelles sous-payées. En Inde, c’est moins d’une femme sur sept qui travaille dans le secteur organisé.

  • 8 Elson D., – Peason R., « The subordination of women and the internationalization of factory produc (...)
  • 9 Breman J., The informal sector in Research : theory and practise CASP III, Erasmus University, Rot (...)

6La flexibilisation de la production industrielle et du travail qui accompagne le processus de mondialisation et qui a profondément marqué les formes locales n’a pas eu les mêmes conséquences sur les femmes que sur les hommes. Dans le contexte de compétitivité internationale, les employeurs préfèrent installer leurs usines en zone rurale ou semi-urbaine afin d’optimiser les coûts de production et de bénéficier des économies d’échelle. Comme l’ont montré depuis longtemps D. Elson et R. Pearson8, l’emploi des femmes répond aux besoins des capitalistes en main d’œuvre disciplinée et de faible coût, il est le résultat logique de la fragmentation croissante de la production capitaliste qui permet aux industriels via la technologie, de délocaliser vers les pays du Tiers-Monde les processus de productions à forte intensité de main d’œuvre. Les femmes, dont le travail coûte généralement moins cher, moins encore en milieu rural qu’en milieu urbain, sont très recherchées par les employeurs. Par ailleurs, les femmes préfèrent une certaine flexibilité dans l’emploi afin de pouvoir s’occuper de leur famille. Enfin, leur dextérité et leur participation marginale dans les syndicats favorisant de bas salaires, voire leur docilité, expliquent le fait que les entreprises les préfèrent aux hommes. Leur faible niveau d’éducation et de qualification les incite à accepter des emplois précaires et peu rémunérateurs dans le secteur informel. On est en présence d’un marché du travail fragmenté9 et non dual, car le travail est très fluide, se déplaçant entre et à l’intérieur de divers sous-marchés du travail.

7Même s’il est difficile de transposer ces modèles théoriques et ces apports conceptuels, notamment en Inde rurale où le système des castes et la division sexuelle du travail exercent encore une forte influence sur les occupations socioprofessionnelles, on peut considérer que l’industrialisation, le développement de nouvelles activités génératrices de revenus et l’urbanisation sont des vecteurs du processus de modernisation et de changement social.

Les mobilités : un analyseur pertinent des dynamiques urbaines

  • 10 Rares sont les chercheur(e)s en France à travailler sur ces questions à l’exception du groupe de r (...)

8Pour constituer un analyseur pertinent et pour comprendre les recompositions sociales et territoriales qu’elles entraînent, les mobilités doivent être appréhendées dans leurs différentes échelles spatio-temporelles et sociales. La mobilité spatiale et sociale est au cœur des recherches qui traitent de l’urbanisation, de la circulation des biens, des services, de flux monétaires (revenus salariés pour les femmes), de la diffusion des modèles culturels, de nouvelles conceptions sur la place de la femme. Cependant, quel que soit leur type, spatial ou social, les mobilités féminines restent encore trop peu questionnées. Jusqu’à présent, les catégories d’analyse dont nous avons hérité en sciences sociales ont été forgées pour appréhender la mobilité à partir d’une population masculine et de son statut professionnel. En sciences sociales en général, la construction des données est soumise à ce codage social qui semble aller de soi, mais qu’il est de notre ressort de déconstruire10.

9Certes si on insiste sur la mobilité comme facteur de changement, on ne doit pas négliger les autres possibilités. Autant la mobilité spatiale peut être une cause de mobilités sociales, le contraire n’en est pas moins vrai. Bien entendu, des mobilités verticales (ascendantes comme descendantes) peuvent intervenir sans déclencher une mobilité (horizontale) tout comme on peut migrer sans changer de statut social. Sociales ou professionnelles, les différentes mobilités s’inscrivent toujours dans un espace dont les effets ne sont jamais neutres.

  • 11 Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université, coll. Fac Géographie, 1998

10L’intérêt d’une étude des mobilités, c’est qu’elle peut s’accompagner d’une analyse des perceptions, des vécus, des représentations que les femmes développent avec les espaces urbains. Tout espace est porteur de valeurs positives ou négatives, il est plus ou moins hostile ou attirant selon qu’il est perçu, vécu par des hommes ou par des femmes. Une attention particulière peut être accordée aux liens que les femmes font entre leur espace de vie et leur espace vécu, si l’on part du principe que « l’espace de vie se confond pour chaque individu avec l’aire de ses pratiques spatiales (dans notre cas les mobilités géographiques) (...) ; dans la mesure où toute pratique humaine comporte sa dimension imaginaire, l’espace de vie, en tant qu’étendue où se déplacent les Hommes, n’échappent pas aux représentations qu’ils s’en font. Déformé de la sorte, il devient un espace vécu »11.

11Comment interpréter les effets de la mondialisation sur la mobilité des femmes ? En effet, dans un mouvement de délocalisation des usines manufacturières (textile, cuir, agriculture...), la main d’œuvre féminine bon marché adroite et flexible constitue un enjeu majeur de la mondialisation. Ces nouveaux espaces de travail localisés dans les zones les plus reculées présentent des nouvelles possibilités de libération, d’autonomie, tout en créant de nouvelles formes de dépendance (rémunération dérisoire, temps de travail abusif, augmentation de la charge de travail...). Cette forme moderne de mobilité liée à la mondialisation illustre bien la complexité de ce phénomène, surtout lorsqu’il se conjugue au féminin.

12Parler des mobilités ne signifie donc pas seulement connaître le déplacement comme événement concret. Il s’agit davantage de restituer un processus qui s’inscrit dans des temps hétérogènes, professionnel, familial, personnel et fait intervenir l’histoire de vie de chacun.

13Il nous paraît intéressant également de prendre en compte les représentations spatiales et sociales dans ces processus de mobilité : le mode de vie urbain peut être un facteur d’attraction déterminant pour les femmes dans la mesure où la ville représente un lieu d’émancipation et de modernité.

14Les femmes circulent certes, mais, comment le font-elles ? Quelles significations donnent-elles à ces mobilités par rapport à celles de leur conjoint ? Comment s’articulent-elles avec les représentations traditionnelles d’une sédentarité féminine ? En quoi des formes spécifiques de mobilités affectent-elles les relations de genre ?

15Notre analyse est ciblée sur les différentes formes de mobilité féminine de travail : spatiale, intersectorielle, professionnelle et sociale. Une attention particulière est portée sur les salariées industrielles et les impacts de ce salariat industriel sur leur statut au sein de la famille et de la société, selon les communautés et les castes.

ILLUSTRATION A PARTIR DU CAS D’UNE PETITE VILLE INDUSTRIELLE DE LA VALLEE DE LA PALAR

L’usine : vecteur de mobilités circulaires et d’un nouvel espace de vie

16A l’issue d’une première mission exploratoire effectuée en juillet-août 1999 dans toute la zone industrialisée et d’une seconde mission effectuée en juillet-août 2001 plus spécifiquement dans la ville de Ranipet, au cours desquelles j’ai mené des enquêtes auprès d’une centaine de femmes travaillant dans l’industrie et dans d’autres secteurs, je suis en mesure de mettre en avant quelques résultats empiriques.

17On peut préciser que dans la société indienne traditionnelle, exercer une activité professionnelle à part entière pour une femme est souvent un déshonneur. Nombre de femmes interrogées pensent que travailler à l’extérieur de chez soi n’est pas respectable du fait qu’elles n’assument plus leurs rôles traditionnels de mère, d’épouse et de belle-fille... Pourtant, la limite entre travail domestique et travail « réel » est parfois difficile à définir surtout en milieu rural : les femmes n’arrivent pas vraiment à faire la différence entre les deux. Si le travail est effectué dans la sphère domestique (travaux agricoles sur les terres de la famille, travaux à domicile – household industry –...), elles le différencient rarement de leurs travaux domestiques quotidiens qui s’effectuent en continu. Pourtant, il s’agit bel et bien d’une activité à part entière.

18Cependant, ce n’est pas parce que le travail « non-domestique » – ou plutôt ne s’effectuant pas dans l’espace domestique – est « mal vu », notamment dans la société rurale, qu’aucune femme ne travaille en dehors de son foyer. En effet, parmi les castes les plus basses, beaucoup de femmes, en raison de leurs situations précaires, sont obligées de travailler à l’extérieur pour pouvoir subvenir aux besoins de leur famille. Certes, les basses castes ne sont pas les seules à être touchées par ce phénomène (on peut très bien rencontrer des femmes brahmanes exerçant une activité professionnelle, mais à des postes plus prestigieux – enseignement, professions médicales). Si ces femmes brisent le caractère sédentaire traditionnel de leur quotidien, c’est par obligation, pour pouvoir nourrir leurs familles quand le salaire du mari ne suffit plus ou quand celui-ci est inexistant (maladie, handicap physique ou mental de l’époux, veuvage très important lié à alcoolisme des époux, mais aussi chômage).

  • 12 Breman J., op.cit.

19Dans le contexte de cette société indienne marquée par la prédominance de ses origines rurales, la force des structures familiales élargies et de ses réseaux de castes, le village natal reste le centre de gravité de l’espace de vie des migrants, notamment des femmes, à l’exception notable des migrations de mariage. Les déplacements circulaires, temporaires voire définitifs des individus s’inscrivent souvent dans des stratégies de survie de la famille élargie. En envoyant les hommes célibataires ou sans leur épouse, la famille élargie n’est pas trop affectée, dès lors que l’épouse assure une cohésion familiale. Comme le note J. Breman12, de nombreux ménages ruraux ont un ou plusieurs membres occupés dans des activités non agricoles en dehors de leur village, dans les villes de la région et ces membres ou segments de la famille vivant et/ou travaillant en ville contribuent au maintien économique de l’ensemble de la famille.

20Deux types de mobilités semblent pouvoir être distingués : le premier touche les hommes et a un caractère nettement saisonnier. Durant les périodes sèches de l’année, beaucoup d’hommes partent vers Chennai ou Bangalore pour travailler dans le secteur du bâtiment puis reviennent éventuellement au village pour les périodes de pointe agricole. En revanche, les femmes travaillant dans les usines sont plus susceptibles de pratiquer des navettes quotidiennes dans les petites villes industrielles de la vallée de la Palar, grâce à des réseaux de communication relativement bien développés et à des moyens de transport qui leur sont, dans certains cas réservés. Ces navettes – c’est-à-dire des déplacements quotidiens entre lieu de résidence et lieu de travail des travailleuses habitant dans les localités avoisinantes – concernent exclusivement des femmes jeunes. Certes, il est peu habituel dans les villages, que des femmes célibataires et jeunes (à l’exception des chrétiennes) migrent pour trouver un travail en ville. Pour les hommes comme pour les femmes, les raisons invoquées pour justifier leur attachement à la résidence villageoise tiennent au coût de la vie, jugé trop élevé en ville, et à la volonté de maintenir des solidarités familiales qui ne peuvent s’exprimer pleinement loin du village.

21Les navettes ne représentent pas seulement des mobilités de travail (domicile-travail), elles peuvent aussi définir des déplacements vers des lieux d’achat, en vue de cérémonies religieuses, de rassemblements politiques ou associatifs, de visites familiales ou amicales, etc., qui se répètent souvent et dont l’aller-retour se fait généralement sur 24 heures. Dans le cas de l’Inde, il s’agit essentiellement pour le migrant d’explorer le marché économique que constitue la ville. Lorsque la distance à la ville et le coût de transport le permettent, la navette est préférée à la migration définitive tant sur le plan économique (économie d’un logement en ville) que sur le plan social : il n’y a pas de coupure avec la famille – dont le poids est très important dans les décisions individuelles – et la communauté villageoise à laquelle le migrant appartient. Mais ce phénomène de navette peut aussi être observé dans des régions faiblement urbanisées et des navettes peuvent s’instaurer non seulement entre la ville et les villages, mais entre les villages eux-mêmes. L’avantage des navettes, du point de vue d’une société patriarcale, c’est de pouvoir maintenir la femme dans son foyer d’origine.

  • 13 Les femmes musulmanes ont la possibilité de travailler dans ces usines, car la majorité des chefs (...)

22Ces navettes permettent donc de préserver une vie familiale et privée, d’autant qu’une partie de ce salariat industriel se compose de femmes musulmanes13 qui n’ont pas l’habitude de sortir seules de leur quartier, d’où leur priorité donnée aux facilités de transport. En effet, l’extrême pauvreté parmi certains membres de la communauté musulmane a contraint des familles à envoyer leurs filles en usines de chaussures, alors que ces femmes sont en principe soumises au purdah (claustration). Ainsi, afin d’éviter le regard des hommes, les femmes de cette région portent le burquah (cape noire recouvrant le corps de la tête au pied) dès qu’elles sortent de leur quartier pour aller à l’usine. Afin de respecter d’une certaine manière le purdah, des bus de ramassage réservés exclusivement aux femmes sont prévus. Ce burquah, selon elles, leur permettent de pénétrer l’espace public masculin qui leur est en principe inaccessible. Ces femmes qui circulent dans ces espaces publics ne se sentiraient pas à l’aise si elles ne portaient pas le burquah. Ce burquah contribue à donner à ces femmes le sentiment d’être respectables et décentes. Paradoxalement, le port du burquah peut créer une plus grande mobilité. Certaines hindoues me disent que les musulmanes peuvent pénétrer plus facilement les espaces publics (marchés, banques... ) ou rencontrer des amis grâce au burquah. A l’usine, en revanche, elles se dévoilent car elles se sentent en sécurité, d’autant que les chaînes de travail sont généralement féminines. Par ailleurs, bon nombre de patrons sont des musulmans qui ont le devoir de maintenir une division sexuelle du travail « politiquement correcte ». Cela n’a pas pour autant empêché les aventures amoureuses inter-castes ou inter-communautaires qui provoquent beaucoup d’émoi quelle que soit la communauté. En dépit du niveau d’éducation minimal requis pour être embauché (équivalent grosso modo du brevet), les femmes musulmanes qui ont rarement dépassé le niveau de l’école primaire peuvent travailler dans ces usines grâce à la solidarité communautaire. Cependant elles ne peuvent pas prétendre à une mobilité professionnelle, d’autant qu’elles s’arrêteront de travailler dès leur mariage qui a lieu plus tôt que dans les autres communautés, même si bon nombre d’entre elles ont commencé dès l’âge de 10-12 ans. En dépit des conditions de travail difficiles, certaines femmes musulmanes auraient souhaité continuer à travailler après leur mariage, mais rares sont les conjoints qui acceptent, même ceux qui sont au chômage.

23Même si dans la communauté hindoue, notamment parmi les moins basses castes, on observe une certaine réticence à travailler en usine en raison des risques invoqués ci-dessus, la possibilité de constituer la dot avant le mariage reste un avantage majeur pour les familles. Par ailleurs, dans un contexte de chômage saisonnier important, il n’est pas rare de trouver tous les membres féminins de la même famille en usine. Le fait que leurs salaires constituent souvent l’unique revenu du foyer peut retarder l’âge du mariage. Aussi n’est-il pas rare de rencontrer des femmes hindoues et chrétiennes de plus de 25 ans non mariées, ce qui était exceptionnel avant l’implantation de ces usines dans ces zones traditionnelles. Certes, certaines d’entre elles tirent parti de cette situation pour retarder l’échéance du mariage, même si elles donnent presque l’intégralité de leur salaire à leur père. L’indépendance relative acquise au sein du foyer et les quelques loisirs possibles, leur font redouter le mariage et les nombreuses contraintes imposées par la belle-famille. En revanche, les femmes de familles de castes moins défavorisées qui aspirent à une ascension sociale par le mariage arrêtent de travailler sans regret.

24Quant aux femmes de basses castes de la communauté chrétienne, bon nombre d’entre elles, notamment les plus pauvres préfèrent travailler en usine parce que la seule alternative qu’elles ont est soit de rester enfermées à la maison et s’occuper des tâches domestiques, soit de travailler dans des secteurs encore plus mal payés.

25Il est rare de voir des femmes faire le trajet vers leur lieu de travail seules. Elles se déplacent le plus souvent en groupe (voisines devenues collègues de travail). Il ne faut pas oublier que dans bien des cas, c’est la première fois que ces femmes sortent de leur espace domestique quotidien sans leur famille et surtout sans leur mari. Il est certain que les bus de ramassage mis en place par les industriels et un bon réseau de transport favorisent incontestablement ces mobilités circulaires de travail. A contrario, on imagine que des emplois qui nécessiteraient une migration en ville (avec changement de résidence) excluraient bon nombre de femmes des villages.

26Il semblerait que ces navettes de travail soient à l’origine d’autres mobilités pendulaires. En effet, nous avons constaté que les femmes qui effectuaient des mobilités quotidiennes de travail se déplaçaient davantage pour aller faire leurs achats, aller au temple, voir des amis, que des femmes effectuant un travail sédentaire. Ces nouvelles mobilités féminines et ce processus cumulatif de mobilités engendrent un nouvel espace de vie pour ces femmes : les navettes de travail commencent par élargir l’espace de vie en ouvrant l’espace domestique à l’espace de l’usine et de la ville où se trouve l’usine, et donc à un nouveau réseau de relations à un nouveau groupe de solidarité en dehors de la famille. Les navettes de travail semblent ensuite également favoriser d’autres types de déplacements autonomes, cette fois hebdomadaires (visites à des amies du nouveau réseau de relations, au temple, pour emplettes) et ponctuelles (de deuil, mariage, naissance...).

27Ces femmes passent d’un espace de vie restreint au cadre domestique et familial à un cadre beaucoup plus élargi aux autres villes et villages. L’espace de vie ne se résume donc plus au quartier, espace domestique où elles ont leurs principales relations sociales de voisinage, où elles font leurs achats, etc., voire à la ville, mais dépasse les limites communales et par-là, modifie l’espace vécu des femmes. L’observation de ces pratiques spatiales montre à quel point villes et villages sont des espaces mêlés du fait des navettes quotidiennes car la mobilité circulaire organise un espace de vie qui relativise les contraintes de la distance.

  • 14 Voir à ce propos l’article de Venou F., « Le mariage à l’épreuve du travail en usines : ouvrières (...)

28Le milieu de l’usine combiné avec l’environnement urbain a aussi favorisé d’une certaine manière les contacts inter-communautaires et inter-castes et a affaibli les règles plus rigides de la société traditionnelle d’où sont issues une bonne partie des salariées ; ces recompositions sociales à travers la mise en place d’espace de solidarités, de réseaux de relations sociales sous l’impact du travail industriel sont une nouvelle réalité dans cette société traditionnelle. Cependant, même si l’usine permet des contacts entre collègues de castes et de religions différentes, les relations amicales dépassent rarement le cadre de l’usine ou du trajet ou des pauses d’autant que les familles craignent la mixité qui favorise des rencontres amoureuses absolument bannies dans ce contexte traditionnel. Même si les familles redoutent tant cette mixité, la garantie d’un salaire régulier l’emporte sur les tabous14. Il n’empêche que l’usine a créé des occasions de rencontres d’amoureux comme le prouvent les quelques exemples de femmes que nous avons rencontrées et qui ont fait un « mariage d’amour » même si bon nombre d’entre elles renoncent à faire un mariage d’amour pour ne pas subir le rejet de leur famille, car en cas de migration du conjoint, séparation ou veuvage, elles n’auront plus aucun soutien familial, si minime soit-il.

Informalisation du travail et mobilité sociale limitée

29D’après les enquêtes préliminaires, les usines de chaussures appliquent des critères variables de recrutement : l’accès à un travail dans les usines de chaussures repose exclusivement sur différents réseaux de relations de parenté, de voisinage, de communautés et dans une moindre mesure de castes. De plus, elles n’emploient le plus souvent que sur recommandation et seules les femmes pouvant faire état d’un niveau d’instruction minimum peuvent prétendre à un poste (niveau brevet) ; ce qui était moins le cas au début de l’installation de ces usines de chaussures.

  • 15 Des enquêtes quantitatives actuellement en cours sur les mobilités nous renseigneront de manière p (...)

30Ces différents réseaux de relations permettent d’expliquer que certaines communautés (musulmanes notamment) et certains villages ou quartiers sont privilégiés alors que d’autres situés plus près des usines ne semblent pas concernés par cette industrialisation. En effet, la zone industrielle importante de Ranipet semble recruter des femmes jusqu’à 25-30 kms à la ronde mais de manière cloisonnée. Dans les villages des environs, il est fréquent de trouver des familles dont tous les membres féminins vont travailler dans les usines de la région, alors que d’autres villages ne semblent pas du tout être concernés par ce phénomène. Une personne d’un quartier ou d’un village dans un rayon de 20 km embauchée dans une usine de chaussures favorise le recrutement de ses voisines et parentes par le biais de ses relations au sein de l’usine. Pour toutes ces navetteuses, les possibilités offertes par le marché du travail industriel sont le moteur direct d’une mobilité circulaire qui favorise l’ouverture des communautés villageoises sur le monde urbain15.

31Les femmes travaillent également dans les tanneries, l’accès au travail des peaux dans les tanneries est plus transparent, car cette occupation particulièrement déconsidérée ne touche que les plus basses castes. Les femmes de ces basses castes s’occupent généralement de la tonte des peaux et de la préparation des agents tannants. Elles sont considérées comme des « helpers » (aides des hommes) ou des « coolies » et ne travaillent que sur contrat temporaire. A l’inverse des ouvrières permanentes des usines de chaussures, elles ne bénéficient d’aucun avantage social (assurance sociales, congés divers, horaires irréguliers...). Ce type de contrat précaire exclut toute mobilité professionnelle. Les emplois d’ouvriers spécialisés, de techniciens permettant une mobilité verticale ne concernent que les hommes.

32En dépit de cette industrialisation en principe facteur de modernisation, force est de constater la pérennisation du travail manuel effectué par les femmes de basses castes les plus pauvres comme nous avons pu l’observer lors de nos premières enquêtes dans des quartiers d’intouchables. Par ailleurs, suite à la fermeture de plus de 200 tanneries de la vallée, dans les années 1995-96 (mesures prises pour lutter contre la pollution) les femmes comme les hommes ont été touchées de plein fouet par le chômage, d’où des perspectives d’emploi dans la région de plus en plus limitées, d’autant que ces femmes sont toutes illettrées. La question est de savoir si ces femmes envisagent de trouver d’autres emplois dans les petites villes, voire en métropole aussi bien dans le bâtiment que dans le tertiaire informel ?

33Dans un contexte rural où l’industrialisation n’est pas si ancienne, il n’est pas surprenant que l’entrée sur le marché du travail industriel s’accompagne le plus souvent d’une mobilité sectorielle de l’agriculture vers l’industrie. On a pu observer une coïncidence temporelle entre l’accroissement des emplois féminins dans le secteur industriel et la diminution des cultures intensives nécessitant une main d’œuvre féminine. On peut rappeler qu’en pays tamoul, les opérations culturales (repiquage, désherbage...) ont toujours été effectuées par les femmes de basses castes. Ces dernières se situent donc par leur statut et leurs conditions de travail au plus bas de l’échelle sociale. Est-il pour autant possible d’affirmer que l’industrie prend à l’agriculture les effectifs nécessaires aux cultures intensives en travail comme la riziculture ? D’après mes enquêtes, on observe plutôt une mobilité intersectorielle et sociale de type inter-générationnel. En effet, certaines salariées de l’industrie appartiennent à des familles engagées dans l’agriculture. Leurs mères voire leurs grand-mères sont – ou étaient – des ouvrières agricoles sans-terre. Les ouvrières agricoles interrogées sont fières de dire que leurs filles n’ont jamais mis les pieds dans une rizière. En fait, le travail dans les usines de chaussures, est très recherché, pas tant pour le niveau de salaire (bas) mais parce que les conditions apparaissent meilleures – à l’abri du soleil, dans un cadre « propre », horaires réguliers - et surtout parce qu’il est prestigieux socialement. En ce sens, l’usine est perçue comme un lieu de modernité et d’émancipation. Toutefois, il n’est pas rare de trouver des femmes de castes défavorisées travaillant alternativement dans les tanneries et les champs selon les opportunités d’emplois.

34Comme nous l’avons noté plus haut, la flexibilisation de la production industrielle et du travail n’a pas eu les mêmes conséquences sur les femmes que sur les hommes. A l’exception d’une minorité de femmes éduquées pouvant prétendre à une certaine mobilité professionnelle au sein de l’entreprise, la majorité d’entre elles sont sous contrat temporaire, soit parce les contrats de travail sont à durée déterminée, soit parce qu’il existe un turnover important. On assiste ainsi à une informalisation de l’emploi d’un secteur formel. Cette instabilité de l’emploi permet aux entreprises de faire des économies considérables sur les augmentations de salaires dues à l’ancienneté, ainsi que sur les prestations maternité, maladie, et sur les retraites. Cela empêche d’une certaine manière les ouvrières de s’organiser afin de réclamer de meilleures conditions de travail. Et le mariage, principale aspiration des femmes dans ce milieu traditionnel ne fait que renforcer ce phénomène.

  • 16 Par ailleurs, sous prétexte que les animaux étaient tués cruellement (pour leurs peaux), des multi (...)

35Dans ce secteur de la chaussure, on peut constater une grande volatilité de la charge de travail : il suffit de modifications infimes de coûts, d’une main d’œuvre féminine encore moins chère ailleurs, ou de malfaçons pour faire fuir les commandes16. Constatant la fermeture de nombreuses usines lors de notre dernier passage dans la vallée, j’ai interrogé les managers qui m’ont rétorqué qu’ils ne pouvaient plus faire face au coût de la main d’œuvre meilleur marché de Chine, du Pakistan et du Bangladesh. Or, il faut préciser que dans le secteur du cuir, il n’a jamais existé de salaire minimum comme dans le secteur du textile et d’après l’inspecteur du travail, imposer un salaire minimum conduirait à la faillite définitive du secteur du cuir dans toute la vallée.

  • 17 A Pinji (banlieue de Ranipet), les femmes gagnent moins de 40 paisa/paire semi-finie (1 ct) et arr (...)

36Les femmes que nous avons interrogées ne voudraient en aucun cas abandonner ce travail en usine, ou lutter pour de meilleures conditions salariales, car selon elles, « l’exploitation » en usine reste dérisoire par rapport à celle qu’elles subissent au sein de la sphère familiale. Dans ce contexte rural et semi-urbain où certains conjoints ne remplissent pas leur responsabilité de chef de famille, les femmes perçoivent leurs employeurs comme des bienfaiteurs dès lors qu’ils leur fournissent la possibilité de disposer d’un revenu aussi faible soit-il. Dans ces zones traditionnelles fortement imprégnées d’idéologie patriarcale, l’augmentation du salariat féminin, même avec l’exploitation accrue qu’elle implique est perçue comme un facteur d’émancipation économique par ces femmes. Elles sont parfois devenues les seules au sein de la famille à bénéficier d’un emploi régulier dans le secteur formel. Cependant, après leur mariage, certaines sont contraintes par leur conjoint d’abandonner leur travail en usine pour s’occuper des enfants. D’autres arrivent à travailler à domicile, le temps que les enfants grandissent (quitte à reprendre par la suite), mais pour des salaires dérisoires (à la pièce) et sans bénéficier des avantages sociaux (primes, congés maternité, retraites...). En fait, les managers des usines (dans lesquelles elles travaillaient) via des intermédiaires livrent les matériaux chez elles et viennent récupérer les chaussures semi-finies17. Cette informalisation du travail favorise des mobilités de type horizontal et non vertical, d’autant que les ouvrières restent rarement dans la même usine plusieurs années de suite.

37Ces nouvelles opportunités économiques peuvent-elles offrir à ces femmes une reconnaissance nouvelle et des espaces de liberté qu’elles peuvent négocier au sein du ménage. Réfléchir aux rapports entre mobilités socio-spatiales d’une part, et négociation du pouvoir au sein de la famille d’autre part, peut être une autre approche intéressante pour approfondir la question de la construction sociale du genre. Finalement, travailler sur les mobilités féminines du travail en Inde nous contraint à prendre en compte la problématique du genre qui permettra des avancées sur le plan théorique, en intégrant notamment la dimension spatiale, non comme simple cadre physique préexistant, mais dans la dynamique d’une relation au monde économique, social et politique.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Badgett M.V.L. – Folbre N. [1999], « Responsabilités familiales et sociales : les normes du comportement masculin et féminin et leurs incidences économiques », Revue internationale du travail, n° spécial, femmes, genre et travail, vol. 138, n° 3, p. 343-363.

Banerjee N. (éd.) [1991], Indian women in a changing industrial scenario, New-Delhi, Sage.

Baud I.S.A. – de Bruijne G.A. [1993], Gender, Small-Scale Industry and Development Policy, Londres, IT Publications.

Baud I.S.A. [1992], Forms of production and women’s labour, Gender aspects for industrialisation in India and Mexico, New-Delhi, Sage.

Bissiliat J. [1992], Relations de genre et développement, Femmes et sociétés, Paris, Orstom.

Bissiliat J. [1997], Face aux changements : les femmes du Sud, Paris, L’Harmattan, 350 pages.

Bissiliat J. [1996], Femmes du Sud, chefs de famille, Bruxelles, Karthala, 408 pages.

Bissiliat J. [2000], « Le genre : un outil nécessaire, introduction à une problématique », Cahiers genre et développement, n° 1, L’Harmattan.

Bissiliat J. [2002], « Genre et économie, un premier éclairage », Cahiers genre et développement, n° 2, L’Harmattan.

Breman J. [1980], The informal sector in Research : theory andpractise CASP III, Erasmus University, Rotterdam, citée par Dupont V. au séminaire de l’équipe « circulation et territoire » du CEIAS, 94 pages.

Cadene Ph. [1993], « Réseaux économiques et territoires de l’identité : les migrations de travail et les relations de mariage d’une communauté marchande dans une petite ville indienne », Cahiers de l’ORSTOM, vol. 29, n° 2-3.

Cadene Ph. – Holmström M. (éds.) [1998], Decentralized production in India, New-Delhi, French Institute of Pondicherry et Sage.

Coutras J. [1993], « La mobilité des femmes au quotidien », Les Annales de la Recherche Urbaine, n° 59-60, juin-septembre.

Custers P. [1997], Capital accumulation and women’s labour in Asian countries, New-Delhi, Sage, 395 pages.

Di Méo G. [1998], Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université, coll. Fac Géographie.

Dorin B. et al. [2000], Le patronat en Inde, contours sociologique des acteurs et des pratiques, New-Delhi, Centre des Sciences humaine.

Dupont V. [1993], Les mobilités de travail en Inde. Itinéraires des travailleurs de la petite industrie textile en Inde de l’Ouest, Purusharta, n° 14.

Dupont V. [1995], Decentralized Industrialization and Urban Dynamics. The Case of Jetpur in West India, New-Delhi, Sage.

Dupont V. – Duréau F. [1994], « Le rôle des mobilités circulaires dans les dynamiques urbaines », Revue Tiers-Monde, tome XXXV, n° 140.

Dupont V. – Lelievre E. [1993], « De la navette à la migration en ville », Cahiers de sciences humaines, ORSTOM, vol. 29, n° 2-3, 1993, p. 465-483.

Elson D., [1999], « Labor markets as gendered institutions : Equality, efficiency and empowerment issues », World development, vol. 27, n° 3, p. 611-627.

Elson D., – Péason R. [1997], « The subordination of women and the internationalization of factory production », The women, gender and development reader, Visvanathan N. et al. (éds.), London, Zed Books, p. 191-229.

Gulati L. [1993], In the absence of their men, the impact of male migration on women, New-Delhi, Sage, 175 pages.

Jacquet I. [1995], Développement au masculin, féminin – le genre, outils d’un nouveau concept, L’Harmattan, Paris.

Kabeer N. [1999], « Resources, agency, achievements : reflections on measurement of women’s empowerment », Development and Change, vol. 30, p.435-464.

Kabeer N. [2001], Bangladesh women workers and labour market decisions, the power to choose, New-Delhi, Vistaar Publications.

Kalpagam U. [1994], Labour and gender, survival in Urban India, New-Delhi, Sage, 295 pages.

Kapadia K. [1996], Siva and her sisters, gender, caste and class in rural South India, New-Delhi, Sage, 270 pages.

Kennedy L. [2001], « Cooperating for Survival. Tannery Pollution and Joint Action in the Palar Valley (India) », World Development, vol. 27, n° 9, septembre 2001.

Nihila M [1999], « Marginalisation of women workers, leather tanning industry in Tamil Nadu », Economic and Political Weekly, 17-24 avril.

Papola T.S, – Sharma Alakh N. [1999], Gender and employment in India, Vikas Publishing house, 439 pages.

Racine J.L. [1995], Les attaches de l’homme, Paris, MSH, 400 p.

Razavi S. [1999], « Export-oriented employement, poverty and gender : contested accounts », Development and change, vol. 30, n° 3, p. 653-683.

Schenk-Sandbergen [1995], Women and seasonnal labour migration, New-Delhi, Sage.

Venou F. [1999], « Le mariage à l’épreuve du travail en usines : ouvrières de l’industrie de la chaussure en Inde du Sud », Journal des anthropologues, n° 77-78, p. 123-139.

Wichterich C. [1999], La femme mondialisée, Paris, Actes Sud, 262 pages.

Notes

1 Ce programme pluridisciplinaire réunissant trois chercheurs (L. Kennedy, X. Amelot et K. Marius-Gnanou) et plusieurs étudiants (de Montpellier III et Bordeaux III) et bénéficiant d’une APN du CNRS (aide à projets nouveaux) et du soutien de l’Institut Français de Pondichéry depuis juillet 2000, s’appuie sur un exemple d’industrialisation décentralisée située dans la moyenne vallée de la Palar au Tamil Nadu (carte). Il s’agit pour l’heure d’un travail en cours dont les données ne sont pas encore toutes rassemblées. Je voudrais aussi remercier Véronique Dupont qui suit mon travail de recherches et qui me fait part régulièrement de ses réflexions qui m’aident à avancer dans ma réflexion.

2 Dans ces usines, sont fabriquées les chaussures des marques Salamander, Gabor.

3 Cadène Ph. – Holmström M. (éds.), Decentralized production in India, French Institute of Pondicherry et Sage, 1998.

4 Dupont V. – Dureau F., « Le rôle des mobilités circulaires dans les dynamiques urbaines », Revue Tiers-Monde, tome XXXV, n° 140, 1994.

5 Racine J.L., 1995.

6 Dupont V., Decentralized Industrialization and Urban Dynamics. The Case of Jetpur in West India, Sage, New Delhi, 1995.

7 Les migrations féminines sont des migrations liées au mariage et la majorité des migrants (51 %) tous sexes confondus est constituée par des jeunes mariées. Voir Cadène Ph., « Réseaux économiques et territoires de l’identité : les migrations de travail et les relations de mariage d’une communauté marchande dans une petite ville indienne », Cahiers de l’ORSTOM, vol. 29, n° 2-3, 1993.

8 Elson D., – Peason R., « The subordination of women and the internationalization of factory production », The women, gender and development reader, Visvanathan N. et al. (éds.), London, Zed Books., 1997, p. 191-229.

9 Breman J., The informal sector in Research : theory and practise CASP III, Erasmus University, Rotterdam, citée par Dupont V. au séminaire de l’équipe « circulation et territoire » du CEIAS, 1980, 94 pages.

10 Rares sont les chercheur(e)s en France à travailler sur ces questions à l’exception du groupe de recherche CNRS Marché du Travail et Genre (composé pour l’essentiel de sociologues, d’historiens et d’économistes) qui a consacré une journée d’études en juin 2000 aux mobilités des femmes dans les pays du Nord (Document de travail MAGE n° 3). Certains éléments concernant la mobilité sont tirés de ce document.

11 Di Méo G., Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan Université, coll. Fac Géographie, 1998.

12 Breman J., op.cit.

13 Les femmes musulmanes ont la possibilité de travailler dans ces usines, car la majorité des chefs d’entreprise appartient à la communauté musulmane.

14 Voir à ce propos l’article de Venou F., « Le mariage à l’épreuve du travail en usines : ouvrières de l’industrie de la chaussure en Inde du Sud », Journal des anthropologues, n° 77-78, 1999, p. 123-139.

15 Des enquêtes quantitatives actuellement en cours sur les mobilités nous renseigneront de manière plus précise sur les facteurs – distance, facilités de transport, réseaux divers de relation... – déterminant dans la recherche d’un emploi en usine.

16 Par ailleurs, sous prétexte que les animaux étaient tués cruellement (pour leurs peaux), des multinationales ont refusé de passer leurs commandes.

17 A Pinji (banlieue de Ranipet), les femmes gagnent moins de 40 paisa/paire semi-finie (1 ct) et arrivent à réaliser une cinquantaine de paires par jour.

Auteur

Université de Bordeaux III

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540