Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ré-inventer le réel

 | 
Thomas Dutoit
, 
Trevor Harris

Injures, jurons et blasphèmes : des performatifs bien ancrés dans le réel

Marie-Christine Lecomte

Texte intégral

1Injures et jurons ont ceci de commun qu'ils sont plus proches du réflexe que de la réflexion, plus proches de l'affect que de la raison tant ils véhiculent le plaisir de transgresser, le pouvoir de catharciser et de "soulager notre cœur", selon les termes d'Austin (1970, 116), tant ils visent à "une expression directe de l'attitude du sujet à l'égard de ce dont il parle", au sens où l'entend R. Jakobson (1984, 214). En revanche, si la simple interjection "aïe !" permet d'expulser verbalement une souffrance physique ou psychique, tel un cri arraché par la situation, celle-ci ne viole aucun tabou d'ordre social ou moral.

2Comment peut-on rapprocher ces phénomènes de celui de la performativité, forme particulière d'acte accompli dans le discours introduit par Austin dans Quand dire, c'est faire ? Il existe par exemple des performatifs primaires tels que "Vas-y donc" ou "je ne resterai pas longtemps" et des performatifs explicites tels que "je te promets" et "je t'avertis". Parmi ces performatifs explicites, le fait de jurer au sens de prêter serment rejoint cette réflexion de Nancy Huston tirée de Dire et Interdire selon laquelle "n'importe quelle affirmation peut prétendre être une description véridique du réel" (1980, 114), jurer étant alors une tentative de "garantir cette véridicité". Employer l'expression contractuelle de type "je jure" constitue donc un moyen de garantir cette véracité et de l'authentifier.

3Précisons que le réel est alors réinventé : qui dit se conformer au réel par le dire, injurier et jurer au sens d'invectiver n'étant pas des actes institutionnels, dit forcément jouer un tour de force au réel. On peut, par exemple, faire de quelqu'un un chevalier par acte institutionnel mais ne pas faire de quelqu'un un idiot par ce même acte. Comme nous le verrons plus loin, lorsque j'affirme : "vous êtes un idiot", l'interlocuteur, lui, peut se voir nommé d'une façon inadéquate, et moi l'injurieur ne pas tenir compte de ma relation à l'autre que je libère de toute contrainte sociale. Le destinataire est remis en question, redéfini par le locuteur comme autre chose que ce qu'il pense être pour l'autre comme pour lui-même. L'autre est donc placé devant une nouvelle définition de lui-même, et l'acte consistant à dire "vous êtes un idiot" revient bien à un faire dans l'ordre de la co-énonciation.

  • 1 Terminologie empruntée à Bourdieu, 1982.

4C'est ainsi que nous nous attacherons plus à la linguistique pragmatique, qui met en jeu des relations inter-sujets, et moins à vérifier si les "conditions de félicité", ou "rites d'institution"1 de tel ou tel performatif seront satisfaits.

5Nous veillerons cependant à bien différencier injures et jurons d'un point de vue pragmatique, c'est-à-dire en tant qu'acte s de langage. En effet, l'injure désigne la personne à laquelle s'adresse le locuteur, par l'intermédiaire d'un nom en apostrophe, qui peut ou non être déterminé (par un article défini ou un adjectif possessif de deuxième ! personne ou d'un adjectif épithète), et a donc un rôle appellatif, ou vocatif, incitant donc l'interlocuteur à répondre. Le juron, en revanche, fonctionne de façon purement interjective : énoncé indépendant, à la syntaxe souvent succincte, parfois commentaire du locuteur sur son énoncé ou bien parole en l'air, il n'implique pas de destinataire direct et privilégie la fonction expressive du langage.

Les injures

6Chez les habitants primitifs de l'Ile Trobriand (au sud-est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée) :

A word means to a native the proper use of the thing for which it stands, exactly as an implement means something when it can be handled. Similarly a verb, a word for an action, receives its meaning through an active participation in this action. (Malinowski, in Ogden and Richards, 1923)

7Mot-ustensile ou mot-outil, le verbe chez ces peuples du bout du monde représente infiniment plus qu'une simple retranscription orale de la pensée. Chez les Wik Monkan, aborigènes australiens de la Péninsule d'York, l'injure obéit à un protocole très particulier : il existe des imprécations et obscénités obligatoires (les "make happy" supposées rendre euphorique), d'autres qui sont autorisées (les "anger make-for" ou incitations à se battre). Cette organisation sociale de l'injure aide à préserver l'équilibre de l'individu au sein de sa tribu grâce à un mécanisme encourageant à décharger ses émotions.

8Dans l'île de Devon, au Canada, l'expression argotique "to heave a brick at someone" signifie littéralement "injurier quelqu'un". Les mots deviennent alors symboliquement de véritables projectiles, comme si l'assignation d'une insulte se devait de toucher physiquement le destinataire.

9Mais qu'est-ce que l'injure ? On se trouve confronté à deux thèses un peu contradictoires :

10(i) pour Le Petit Robert, en droit l'injure est "un délit consistant à proférer à l'encontre de quelqu'un un terme de mépris", et dans la langue courante l'injure est une "parole offensante".

11(ii) pour Le Nouveau Dictionnaire des Injures la définition est la suivante :

Imprécise, excessive, souvent triviale, elle ne vise ni à accuser, ni à terroriser, ni à porter un préjudice d'aucune sorte ; mais seulement à chatouiller l'amour propre de celui ou de celle auquel on la décoche sans autre motif qu'une irritation illogique et momentanée ou le besoin irraisonné d'attirer l'attention. (Edouard, 1983, 15)

12Du latin injuria (in : privatif ; et jus : droit) : sans droit, de façon injuste, c'est-à-dire sans raison, sans mobile, à tort, peut-être même pour le plaisir, et dont l'un des dérivés en latin populaire injuro signifie textuellement, "ne pas jurer" : l'injure ne saurait alors être confondue avec le reproche ou la menace. Ce serait d'une part un acte délictuel et de l'autre une manifestation délibérée qui ne chercherait néanmoins ni à outrager, ni à insulter.

13Prenons l'exemple d'un personnage phare d'Hergé, fanfaron et fort en gueule, Haddock, qui est à lui seul un condensé de Fal staff, Sancho Pança et du Capitaine Crochet. Son nom, à la saveur d'églefin fumé et aux consonances britanniques, le rattache incontestablement à l'espèce marine, et ses deux principaux attributs, le langage et l'alcool, ont suffi à le typer au fil des histoires. Osons ajouter que l'homophonie entre "Haddock" et la locution latine en fait l'homme "ad hoc" (c'est-à-dire expressément destiné à cet usage). Mais ce qui fait la particularité de Haddock, c'est ce vocabulaire, à la fois inépuisable et atypique, élaboré et jamais grossier, souvent entendu comme un chapelet d'obscénités par le lecteur non averti.

14Syntaxiquement, on distingue deux grands types d'injures chez Haddock :

15(i) le vocable isolé : pirate, ectoplasme, coloquinte, rapace...

16(ii) la locution injurieuse : Bougre de phénomène de moule à gaufres de tonnerre de Brest...

17Chacun de ces deux grands types se subdivisant à son tour en deux parties :

18(i) l'injure visant un individu déterminé : Cannibale !

19(ii) l'injure visant l'ensemble d'une collectivité : Espèces de coloquintes à la graisse de hérisson !

20On ne saurait trop s'émerveiller de la diversité du répertoire haddockien.

21Qu'on en juge par ces quelques exemples :

  • l'injure portrait de famille : Bande de zapothèques !, Troglodytes !
  • l'injure "programme" : Attends un peu que je te retrouve, toi, jeune chenapan !
  • l'injure impérative : Ouvrez, ou je fais un malheur !
  • l'injure d'ordre professionnel : Marín d'eau douce !
  • l'injure allusive : Pacte à quatre !
  • l'injure biblique : Judas !
  • l'injure "jugement" : Boit-sans-soif !

22Remarquons également que l'injure du Capitaine Haddock ne vise pas à marquer une différence de classe ou de milieu vis-à-vis de la personne ou de la collectivité injuriée. En effet, si le Capitaine tutoie les animaux (Milou), les enfants (Abdallah, le fils de l'Emir Ben Kalish Ezab), et rarement les adultes (sauf connaissances de longue date appartenant au milieu marin, tel Allan), il vouvoie en revanche Tintin, Tournesol, Nestor et même le très désinvolte Séraphin Lampion (qui, lui, se permet toutes les familiarités, ou encore tous les hypocoristiques, mots affectueux tels que : vieux frère, vieille branche, mon vieux barbu...) ainsi que ses plus farouches adversaires. Signalons que Georges Rémi (Hergé) exécrait la familiarité, fidèle à son principe selon lequel : "Le tutoiement est la fausse monnaie de l'amitié" (Lettre privés, 1974). Cet injurieur ne se considère donc pas appartenir à un "groupe supérieur" souhaitant creuser l'écart social ou culturel avec le destinataire ou l'assistance, mais prétend toutefois créer un système très codifié, où l'emploi de mots rares et d'un langage fleuri font de l'injure un mode d'expression où seule l'imagination est au pouvoir, quitte à ne pas toujours être entendu du grand public.

23Cette petite digression dans le monde particulier de l'invective incarné par Haddock, confirme néanmoins que l'injure, aussi multiple soit-elle, constitue une accusation gratuite de l'homme vis à vis de l'homme, non seulement dans l'attribution d'un autre nom que le sien, mais dans la transgression de prérogatives de type "Je te nomme". Dans le cas de l'offense (étymologiquement, "heurter", "porter un coup"), de l'insulte ("sauter sur") ou de l'affront ("frapper au front") l'homme s'est approprié un acte de nomination, à fonction impressive par rapport à un destinataire, et dont la parole est comme investie d'une force physique.

24D'un point de vue linguistique, il ressort que nous nous trouvons en présence d'un acte de langage qui étymologiquement, comme dans l'expression "ne jurer de rien", invoque précisément une absence de garantie, alors que pragmatiquement, prononcer une injure, c'est, selon O. Ducrot, "présenter ses propres paroles comme induisant immédiatement une transformation juridique de la situation" (1984, 36). En d'autres termes, dans un acte illocutoire (du latin in = dans, et locutio = discours, c'est-à-dire ce que l'on fait en parlant) où le performatif de la formule d'injure à la fois vulgaire et conventionnelle, Je t'emmerde, est un exemple d'activité langagière destinée à transformer la réalité, le mécanisme de l'agression peut bien sûr appeler une réaction ou une réponse, ce qui montre que l'injure relève bien des relations intersubjectives. Il ne s'agit pas dans ce cas du performatif explicite, fidèle au principe selon lequel dire c'est faire : “Je nomme Jean directeur“ ; “Nous vous faisons chevalier“ (où le verbe "faire" est alors un performatif de parole).

25Jean-Claude Milner pose que les noms de qualité remplissant la fonction d'appellatifs (idiot ! imbécile ! salaud !) sont des "performatifs de l'injure" :

On peut les rapprocher des verbes performatifs isolés à la suite d’Austin par Benvéniste "je promets", "je m'engage", etc. ; ils fonctionnent par rapport à l'acte d'insulter comme la première personne du présent "je promets" par rapport à l'acte de promettre. (1978, 296)

26On pourrait avancer que ces insultes nominales ou toute autre forme exclamative calquée sur le modèle d'une base nue de type ØN ! ou parfois Le Ν !, apparaissent comme des résidus d'énoncés performatifs ayant perdu leur forme complète. Idiot ! est alors le vestige de Je te promets que tu es un idiot !, ou bien il revient à sous-entendre je te qualifie d'idiot. Signalons cependant qu'il existe une différence essentielle entre faire de quelqu'un un chevalier ou un ministre par acte de parole (titre ou fonction de la personne) et traiter quelqu'un d'"idiot" (qualificatif de type appréciatif), du fait qu'on ne fait pas de quelqu'un un idiot, on le traite uniquement comme tel.

Les jurons et les blasphèmes

27Plus surprenant encore, dans Le Lévitique de L'Ancien Testament, de caractère pour ainsi dire législatif, la communauté souillée par la malédiction va se purifier du blasphème par la lapidation :

10. Le fils d'une Israélite, mais dont le père était égyptien, sortit de sa maison et, se trouvant au milieu des enfants d'Israël, il se prit de querelle dans le camp avec un homme qui était israélite.
11. Or le fils de l'Israélite blasphéma le Nom et le maudit. On le conduisit alors à Moïse (le nom de la mère était Shelomit, fille de Dibri, de la tribu de Dan).
12. On le mit sous bonne garde pour n'en décider que sur l'ordre de Yahvé.
13. Yahvé parla à Moïse et dit :
14. Fais sortir du camp celui qui a prononcé la malédiction. Tous ceux qui l'ont entendu poseront leurs mains sur sa tête et toute la communauté le lapidera.
15. Puis tu parleras ainsi aux enfants d'Israël : Tout homme qui maudit son Dieu portera le poids de son péché.
16. Qui blasphème le nom de Yahvé devra mourir, toute la communauté le lapidera. Qu'il soit étranger ou citoyen, il mourra s'il blasphème le Nom. (Lév. 24)

28Le point commun à la profanation et au blasphème, c'est naturellement tout ce qui touche de près ou de loin au religieux. Le terme "profane", du latin fanum = temple ou lieu de culte, désigne tout acte de désacralisation et, par conséquent, toute parole irrespectueuse, irrévérencieuse ou méprisante envers les choses sacrées et en particulier Dieu lui-même, acte très voisin du "blasphème", qui constitue un outrage envers le divin, la Bible, l'Eglise ou la religion chrétienne. Le juron est en revanche plus général et n'implique pas forcément d'outrage à la divinité. The Anatomy of Swearing, la contrepartie américaine du Dictionnaire des Injures, distingue douze façons de blasphémer :

  • par le nom de puissances surnaturelles ou inferna les, de dieux, d'anges ou de démons. (Jesus Christ !)
  • par le nom des objets de culte ou par les attributs physiques accordés à Dieu. (God's wounds !)
  • par l'invocation des saints, prêtres, prophètes, personnages bibliques. (Holy Moses !)
  • par l'allusion aux noms de lieux sacrés. (Jerusalem !)
  • par des expressions liées à la vie après la mort. (hell's bells !)
  • par le nom d'ancètres ou de héros. (By the ashes of George Washington)
  • par le nom de souverains ou de symboles d'autorité. (By Augustus Caesar !)
  • par l'interpellation d'objets, de forces ou de phénomènes naturels. (By thunder !)
  • par des mots obscènes ou vulgaires, (holy shit !)
  • par le mot "bloody". (Bloody hell !)
  • par le nom de divinités classiques. (By Jove !)
  • par les noms d'animaux ou de plantes. (Holy mackerel !)

29On remarquera que, quelle que soit la façon de jurer, que ce soit directement par Dieu, ses saints, les prophètes ou métonymiquement par ses plaies, ou bien encore métaphoriquement par le truchement de l'enfer et du paradis — sans oublier tout le grossier, parce qu'il implique une transgression, donc sublimé et très prisé en matière de jurement — le blasphème culpabilise ou déclenche une envie d'enfreindre une prohibition, d'où justement tant d'euphémismes autour du sacré et de ses tabous.

30Il est difficile de trouver une définition linguistique satisfaisante du blasphème, si ce n'est par le biais du jurement, constituant une sous-classe spécifique de l'interjection, et disposant d'une entrée particulière dans La Grammaire d'aujourd'hui :

Ils se caractérisent par le fait qu'ils font intervenir la mention du nom de Dieu. La profération des jurements a longtemps été punie par des peines très graves. De ce fait, les jurements ont fréquemment subi des modifications de leur signifiant, de façon à effacer le mot tabou : par Dieu est atténué en pardi, parbleu. (Arrive et al., 1986, 260)

31Les jurements ont souvent été reconnus comme blasphématoires en raison de l'emploi autonymique du nom de Dieu, mais s'il est vrai qu un jurement ne s'attache qu'à la déformation du signifiant (jarnidieu ! = je renie Dieu), le blasphème peut revêtir de nombreuses formes syntaxiques (ce n'est pas Dieu possible !) où le nom de Dieu ne subit aucune altération.

32Par ailleurs, "jurer", "jurons" et "jurements" tiennent de la même racine latine, contenant l'idée d'un jugement. Nancy Huston compare le serment prêté devant le tribunal au juron profanatoire en ce sens qu'ils sont "une seule et même chose, à savoir la tentative d'attribuer à la parole une force qui l'oblige à porter à conséquence" (1980, 113). Pour rendre un serment infrangible, les Hébreux accompagnaient celui-ci d'un contact avec les parties vitales. Qu'on en juge par cet épisode tiré du mariage d'Isaac :

Abraham dit au plus vieux serviteur de sa maison, le régisseur de tous ses biens : "Mets ta main sous ma cuisse. Je te fais jurer par Yahvé, le Dieu du ciel et le Dieu de la terre, que tu ne prendras pas pour mon fils une femme parmi les filles des Cananéens au milieu desquels j'habite. Mais tu iras dans mon pays, dans ma parenté, et tu choisiras une femme pour mon fils Isaac." (Genèse, 24)

33Ainsi, le geste de toucher les attributs virils de celui auquel on faisait prêter serment accordait aux mots plus de véridicité et décuplait la force de la parole.

34Dans la classification d'Austin, blasphèmes et jurons pourraient appartenir à la catégorie des "promissifs", qui engagent le locuteur à une suite d'actions déterminées comme promettre, s'engager par contrat, garantir, jurer, et éventuellement à celle des "comportatifs". Austin est d'ailleurs le premier à reconnaître l'aspect rébarbatif de ses appellations : "verdictifs" (caractérisés par le fait qu'un verdict est rendu par un jury, un arbitre ou un juge), "exercitifs" (renvoyant à l'exercice de pouvoirs, de droits ou d'influences, tels que voter, commander, conseiller), "promissifs", donc, "comportatifs" (ayant trait aux attitudes et au comportement social comme lorsqu'on s'excuse, félicite, recommande...), et pour finir "expositifs" (qui sont des verbes permettant d'exposer : "Je concède", "Je tiens pour acquis"). Prenons l'exemple de Pardi ! qui signifie "je vous jure par Dieu que c'est la vérité". On remarque que ce juron est lui-même un acte de type promissif, ce qui en fait donc un performatif implicite.

35Analysons pour finir la performativité de quelques jurons trouvés dans quatre romans de David Lodge.

(1) Christ! Bon sang !
[D. Lodge, Therapy, 3]
(2) Oh Jesus ! Oh, nom de Dieu !
[D. Lodge, The British Museum is Falling Down, 15]
(3) Good God! Mon Dieu !
[D. Lodge, The British Museum is Falling Down, 76]
(4) Lord! Bon sang !
[D. Lodge, The British Museum is Falling Down, 94]
(5) Geeze! Mince alors !
[D. Lodge, The British Museum is Falling Down, 150]
(6) For Chrissake! Sacré nom de nom !
[D. Lodge, Changing Places, 31]
(7) For heaven's sake! Grand Dieu non !
[D. Lodge, Changing Places, 105]
(8) For God's sake! Je t'en prie !
[D. Lodge, NiceWork, 163]

36Les cinq premiers énoncés sont des syntagmes nominaux minimaux (Lord !) ou bien des syntagmes précédés d'un adjectif (Good Lord !) sans fonction syntaxique propre, car ils sont indépendants du reste de la phrase et pourraient être supprimés. Ces interjections lancées en début du discours évoquent toutes cinq un cri, marquant une forte surprise, arraché par la situation. Geeze ! évoque bien sûr le nom de Jésus. Ces cinq blasphèmes, en tête d'énoncé, reflètent le point de vue de l'énonciateur qui se fait son propre commentaire (énoncés 1 et 2) ou bien s'adresse au co-énonciateur-interlocuteur, sorte de réflexion ou de critique qu'il laisse échapper de façon à prendre l'autre à témoin, sans pour autant appeler de réaction.

37Par contre les trois derniers jurons s'apposent souvent en fin d'énoncé, ou encore à l'initiale, et Christ, heaven et God constituent alors le premier terme, au génitif, d'une expression quasi figée. Bien qu'indépendants de l'énoncé qu'ils modalisent, ces jurements n'observent plus vraiment une fonction interjective, expression du seul locuteur. Le destinataire, implicite, reçoit alors une incitation à participer émotivement au discours, ou bien à y répondre, mécanisme évoquant la fonction impressive des injures, mais fondamentalement différente de par le signifié du juron. Appuyons nous sur le contexte de l'exemple (7) :

(7) But that's ridiculous, Playboy isn't pornography, for heaven's sake! Why, clergymen read it. Clergymen write for it.

38La présence d'un "why" exclamatif (= allons donc !) de tour polémique (voir Deléchelle, 1989) confirme notre thèse selon laquelle for heaven's sake est bien un juron performatif invoquant indirectement le nom de Dieu, où l'argument introduit par "why" vient étayer la véridicité de "Playboy isn't pornography".

  • 2 Terminologie empruntée à Deléchelle, 1988.

39En résumé, ces interjections-blasphèmes, qu'elles soient mises en valeur à l'initiale ou reléguées en fin d'énoncé comme en (6) cherchent toutes à ancrer, par voie d'une opération extraprédicative2, c'est-à-dire extérieure aux nœuds prédicationnels des énoncés cités, le discours dans un réel de type métadiscursif, où les appels à la divinité servent donc de caution à l'assertion, mais où les effets de sens produits varient selon les contextes. On pourra ainsi leur attribuer diverses interprétations, telles que la justification (Oh Jesus!), la réfutation (Good God!), la critique (for heaven's sake!) ou toute autre variation inhérente aux relations intersubjectives.

40Pour finir, notre tour d'horizon ne serait pas complet sans l'analyse du juron favori des Australiens : bloody, également très courant en Grande-Bretagne. Tantôt adjectif, adverbe ou morphème intersyllabique (abso-bloody-lutely, inde-bloody-pendent), ce mot fourretout peut servir de modifieur à n'importe quel verbe, nom, adjectif ou adverbe de la langue anglaise.

(9) Even the bloody chauffeurs speak better English than I do.
[D. Lodge, Nice Work, 291]

41Lorsque ce mot souffre d'adjectivite chronique, qu'il est utilisé en permanence et sous le moindre prétexte, il cesse d'être un juron, et prend plutôt des valeurs intensives ou appréciatives.

42On pourrait supposer qu'à force d'être utilisé, cet adjectif a subi un phénomène d'affaiblissement sémantique. Vidé de son sens originel (il viendrait de By our Lady!, ou bien serait la traduction de "sanglant", utilisé en France aux XIVe et XVe siècles), il s'insère n'importe où dans le discours. L'histoire suivante, où deux mineurs contemplent une affiche électorale, illustre bien l'emploi de bloody comme particule :

- What's all this mean?
- One man one vote.
- Why, one bloody man one bloody vote!
- Then why the hell don't they bloody well say so?
(Montagu, 1967, 267)

43On retrouve d'ailleurs un des euphémismes de bloody, blistering, dans la bouche de Captain Haddock. Il est intéressant de signaler qu'en français, un sabord est une ouverture quadrangulaire pratiquée dans la muraille des vaisseaux de guerre et servant de passage à la bouche des canons, et qu'en anglais, l'emploi des deux plosives bilabiales /b/ de Blistering barnacles ! (la version britannique de Mille sabords !) permet à cette expression de résonner comme un coup de canon.

44Notre examen des injures, des jurons puis des blasphèmes a montré que malgré une certaine ressemblance de prime abord, ces trois modes d'expression ne sauraient être confondus d'un point de vue linguistique. Ils mettent en scène non seulement des variantes situationnelles — présence d'un destinataire pour l'un qui n'est pas obligatoire pour les autres — mais aussi fonctionnelles : injurier c'est une façon de nommer, alors que jurer c'est prêter serment et blasphémer c'est un acte profane qui revient à renier le divin.

  • * Je souhaite remercier tout particulièrement mon Directeur de thèse Gérard Deléchelle, mais aussi me (...)

45On peut, par ailleurs, rattacher ces énoncés à une rhétorique du réel par le fait qu'éructer des injures ou proférer des jurons, c'est exercer une action sur l'interlocuteur où la parole équivaut à un acte et prend une valeur juridique. Injures et jurons relèvent donc de la fonction d'incitation de tout acte de communication qui transforme ou vise à transformer la réalité*

Exemples cités

46(1) I was... in short, going through the Before You Leave The Flat hit-list that Sally had written out and stuck on the fridge door with magnetic yellow Smileys when I felt it: a sharp, piercing pain, like a red-hot needle thrust into the inside of the right knee and then withdrawn, leaving a quickly fading afterburn. I uttered a sharp, surprised cry and keeled over on to the bed (I was in the bedroom at the time). "Christ!" I said, aloud, although I was alone. "What the fuck was that?"

47[D. Lodge, Therapy, 3]

48(2) "Oh Jesus," he murmured, employing the blasphemy he reserved for special occasions.

49[D. Lodge, The British Museum is Falling Down, 16]

50(3) Apparently when Italian husbands wish to conceive a boy they visit a brothel before repairing to the matrimonial bed. George thought they ought to follow the prescription faithfully, but Sally wasn't having any of that. So they worked out an alternative scheme."

51"The day for the experiment was determined by elaborate calculations performed with the aid of a calendar." "Good God," Adam interrupted. "D'you mean other people go through all that business?"

52[D. Lodge, The British Museum is Falling Down, 76]

53(4) "Lord" he exclaimed. "I'd forgotten all about that cheese sandwich."

54[D. Lodge, The British Museum is Falling Down, 94]

55(5) "Wasn't it you this afternoon on the gallery in the Reading Room?"

56"Geeze, was that you? What were you doing up there?" [D. Lodge, The British Museum is Falling Down, 150]

57(6) "What has Stratford-upon-Avon got to do with it, for Chrissake?"

58[D. Lodge, Changing Places, 31]

59(7) But that s ridiculous, Playboy isn't pornography, for heaven's sake! Why, clergymen read it. Clergymen write for it!"

60[D. Lodge, Changing Places, 105]

61(8) She switched on her bedside lamp and reached for Enjoy Your Menopause.

62"For God's sake, Marjorie!'he grumbled. What are you doing?"

63[D. Lodge, Nice Work, 163]

Bibliographie

Ouvrages cités

Arrive, Michel, Françoise Gadet, Michel Galmiche, 1986. La Grammaire d'Aujourd'hui. Paris : Flammarion.

Austin, John Langshaw, 1970. Quand dire, c'est faire. Paris : Editions du Seuil.

Bourdieu, Pierre, 1982. Ce que parler veut dire. Paris : Fayard.

Deléchelle, Gérard, 1988. "Really ? !, Réel et Discours." Les Fictions du Réel dans le Monde Anglo-Américain de 1960 à 1980, GRAAT 4 : 25-38.

—— 1989. L'expression de la cause en anglais contemporain. Thèse : Université de Paris III.

Ducrot, Oswald, 1984. Le dire et le dit. Paris : Editions de M inuit.

Edouard, Robert, 1983. Nouveau Dictionnaire des Injures. Paris : Sand et Tchou.

Huston, Nancy, 1980. Dire et Interdire. Paris : Payot.

Jakobson, Roman, 1984. Essais de linguistique générale. Paris : Editions de Minuit.

Malinowski, B., 1923. "The Problem of Meaning in Primitive Languages." In Ogden C.K. and I.A. Richards, 1923. The Meaning of Meaning. 8ème édition. New York : Harcourt and Brace.

Milner, Jean-Claude, 1978. De la syntaxe à l'interprétation. Paris : Editions du Seuil.

Montagu, Ashley, 1967. The Anatomy of Swearing. New York : The Macmillan Company.

Rémi, Georges. Lettre. 28 août 1974. Archives de la Fondation Hergé, Bruxelles.

Notes

1 Terminologie empruntée à Bourdieu, 1982.

2 Terminologie empruntée à Deléchelle, 1988.

Notes de fin

* Je souhaite remercier tout particulièrement mon Directeur de thèse Gérard Deléchelle, mais aussi mes collègues de l'Université de Tours : Fabienne Toupin, Trevor Harris, Jean-Michel Fournier et Jean-Paul Régis, sans oublier Wilfrid Rotgé de l'Université de Toulouse pour l'élaboration et la relecture de cet article.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter