Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

Les mobilités quotidiennes des femmes à Teheran : réalités et enjeux

Mina Saïdi-Sharouz

Texte intégral

L’IRRUPTION DES FEMMES DANS L’ESPACE PUBLIC A TEHERAN : LE PARADOXE DE L’HISTOIRE

1Lors de la révolution iranienne de 1979, la population de Téhéran a pris possession de sa ville en manifestant massivement dans les rues. Ce mouvement a été particulièrement important pour les femmes, qui ont pu alors s’approprier l’espace public. Les médias avaient d’ailleurs largement relayé cette appropriation en diffusant les images marquantes de ces milliers de femmes arpentant les axes principaux de la ville pour protester contre le régime du Shah. L’Ayatollah Khomeyni, comprenant l’importance de cette implication, a appuyé dès le début son pouvoir sur les femmes. Il leur a permis de jouer un rôle politique et a légitimé leur présence dans l’espace public (à la condition toutefois de respecter le « comportement islamique », notamment par le port obligatoire du Hijab).

2C’est avec la guerre Iran-Iraq (1981-1989) que cette présence des femmes dans l’espace public a été rendue plus spectaculaire. Par leur statut de « mères de martyrs », elles ont été soudain omniprésentes dans la ville, leur image symbolisant l’union du peuple contre l’ennemi Saddam Hussein et contre les impérialistes. Le cimetière de Béhechté-Zahra, où étaient enterrés des milliers de jeunes soldats, a représenté un lieu de culte incontournable. Les femmes se sont rendues massivement sur les tombes des martyrs, mais aussi dans les mosquées, à l’Université, et sont restées des nuits entières à l’extérieur du foyer suite à l’appel des autorités religieuses. Cette nouveauté a bouleversé plus particulièrement la vie des femmes issues de la classe religieuse populaire, qui auparavant ne pouvaient sortir qu’avec l’autorisation des maris et des pères et en respectant des conditions très strictes. Les longues queues nocturnes pour acheter des produits alimentaires lors des pénuries ont légitimé davantage encore leur présence en dehors de l’espace privé à toute heure.

3La période de la reconstruction, après la guerre (1989) fut également déterminante pour la visibilité publique des femmes, leur participation étant sollicitée tant par le secteur public que privé. Les veuves de guerre ou les filles de martyrs, souvent issues des couches traditionnelles et religieuses de la société, ont ainsi pu accéder à la sphère publique et occuper des postes plus ou moins prestigieux.

4Les femmes ont su conserver ce rôle offert par un contexte historique très douloureux qui leur a été paradoxalement favorable. Il a été renforcé et revendiqué depuis la moitié des années 90 et l’élection du président Khatami. Leur participation aux élections, en tant qu’électrices et parfois même candidates, a démontré leur volonté de participer au processus de démocratisation. Cette implication se retrouve également dans la ville où leur présence dans les rues constitue désormais une nouvelle réalité sociale hautement visible dans le paysage urbain. Selon les recensements, on estime qu’elles effectuent chaque jour 4 millions de déplacements dans Téhéran.

5L’accès à la plupart des lieux publics leur a été permis dès la révolution islamique. Cependant, elles ne sont, d’après les statistiques, que moins de 10 % à exercer officiellement un emploi, ce qui nous amène à nous interroger sur la signification de cette évolution : cette liberté de circuler et d’investir les lieux publics n’est-elle pas tolérée uniquement à condition qu’elles restent invisibles et que l’espace extérieur ne soit qu’une prolongation de l’espace privé ?

  • 1 Digard J.P. – Hourcade B. – Richard Y., L’Iran du xxe siècle, Paris, Fayard, 2000.

6Le débat aujourd’hui oppose ceux qui estiment, avec B. Hourcade1, qu’on assiste à une « révolution silencieuse des femmes », aux visions plus pessimistes de ceux qui ne voient dans cette présence publique qu’une continuité de la relégation des femmes dans l’espace privé, arguant que le corps social féminin reste entièrement contrôlé. Pour comprendre la situation, ne faut-il pas sortir des termes de ce débat et de l’opposition systématique entre femme victime et femme conquérante ? Ne peut-on pas voir dans ces évolutions un passage intermédiaire pour les femmes ? En s’appropriant – certes de manière limitée – la ville, n’utilisent-elles pas des espaces intermédiaires pour atteindre de nouvelles sociabilités et à terme un nouveau statut ? Ne mènent-elles pas chacune, par l’appropriation de l’espace public, de véritables stratégies d’émancipation ? Celles-ci sont-elles l’expression d’une revendication collective, la juxtaposition de quêtes individuelles, ou une combinaison dynamique de ces différents types d’enjeux ?

LA MOBILITE URBAINE DES FEMMES DANS LE TEHERAN D’AUJOURD’HUI

  • 2 Enquête de transport – 1994 – Centre d’étude de circulation et de transport - Municipalité de Téhér (...)

7Les résultats de la dernière enquête de transport2, complétés par nos propres observations de terrain et les entretiens semi-directifs que nous avons menés dans 10 quartiers de Téhéran avec une soixantaine de femmes choisies selon différents critères (âge, niveau scolaire, statut social, tenue vestimentaire – très voilée ou peu couverte), nous apportent des enseignements sur leurs pratiques des espaces et sur leurs mobilités quotidiennes. Nous avons volontairement mis de côté les femmes appartenant à la classe aisée, qui se déplacent essentiellement en automobile personnelle et qui, le plus souvent, ne font que traverser les espaces sans les pratiquer réellement.

8Les premiers résultats démontrent une mobilité à double échelle : Une mobilité dans la proximité, effectuée à pieds, et une mobilité vers les points plus éloignés de la ville, effectuée par des moyens motorisés et, dans la plupart des cas, en transports en commun.

L’APPRENTISSAGE DE L’ESPACE PUBLIC ET DE LA CITOYENNETÉ PAR LE DEVELOPPEMENT DES ESPACES DE PROXIMITÉ

9Les femmes fréquentent particulièrement les parcs, les commerces et les équipements de proximité. Ceux-ci avaient été mis en place dans les années 90 par A. A. Karbastchi, maire de Téhéran, qui a marqué le paysage urbain en menant une double politique de densification et de décentralisation de la ville. C’est ainsi que de nombreux services de proximité « modernes » tels que les équipements socio-culturels, sportifs, supermarchés municipaux, parcs et squares de quartier, ont été mis en place autant dans les quartiers pauvres que dans les quartiers riches de la ville.

10Ces espaces de proximité sont fortement investis par la population locale et plus particulièrement par les personnes âgées et les femmes, dont une grande majorité ne possèdent pas de voiture personnelle. Elles se déplacent essentiellement pour les courses quotidiennes, pour assister aux cours dans les centres culturels (lecture de coran, artisanat, art, gymnastique,...), participer aux réunions ou aux cérémonies traditionnelles, ou simplement sortir du foyer en se promenant au parc ou en faisant du lèche-vitrine.

  • 3 Adelkhah F., Quand les impôts florissent à Téhéran, CERI, 1999.

11Cette politique de décentralisation avait pour but d’améliorer le cadre de vie des habitants, de justifier la perception d’impôts locaux3 et, enfin, d’amener les Téhéranais, en s’appropriant les espaces publics, à s’approcher des autorités réformistes et de l’État. Le slogan affiché partout dans la ville illustre le nouveau concept de citoyenneté : « Shahré ma khanéyé ma » (« notre ville est notre maison »).

12Les femmes se sont beaucoup identifiées à cette politique décentralisatrice et ont investi les espaces publics de proximité, en les considérant comme des espaces semi-privés, une extension de la maison.

13Celles qui appréhendaient les espaces inconnus ou celles qui n’étaient pas autorisées à passer directement de l’espace privé aux espaces publics de la ville, sont sorties à pied (pour la plupart) dans ces lieux semi-publics. Ce phénomène représente une des clefs du passage de l’espace privé à l’espace public.

LA CONQUETE DE NOUVEAUX TERRITOIRES OU L’APPROPRIATION DE LA VILLE GRACE AUX TRANSPORTS URBAINS

14Nous avons constaté que les femmes se déplacent de plus en plus loin pour des raisons qui leurs sont souvent très chères, aussi bien pour satisfaire à des obligations familiales (visites des parents et famille) que par désir personnel (aller au grand bazar, au cimetière pour un recueillement, imamzadeh, etc.).

15Malgré les difficultés liées au déplacement à travers la ville, elles se donnent les moyens pour se rendre sur ces lieux. Elles doivent parfois changer plusieurs fois de moyens de transport, perdre beaucoup de temps et organiser leur absence prolongée de la maison. Ces déplacements lointains leur permettent aussi de surmonter la peur de l’inconnu en pratiquant des espaces nouveaux et en s’appropriant les différentes parties de la ville.

DES MOYENS DIVERSIFIÉS POUR DES DÉPLACEMENTS SEULES OU EN FAMILLE

16Pour quitter l’espace de proximité, les femmes combinent en général plusieurs moyens de déplacement : la marche à pied, le bus, le taxi collectif, le minibus, etc.

17Le bus reste en général le moyen de transport préféré des femmes (36 % des déplacements des femmes par jour). Elles y trouvent des avantages économiques, de sécurité, mais aussi le confort d’un espace non mixte. Les témoignages recueillis lors des entretiens nous montrent que la séparation sexuée du bus n’est pas vécue par les femmes comme une ségrégation, mais au contraire comme le privilège de bénéficier d’un espace réservé. Elles se sentent non pas écartées, mais respectées. Dans l’anonymat, elles peuvent se permettre de faire des confidences parfois très intimes. Certaines trouvent dans le bus l’opportunité d’une sociabilité sans contraintes, tandis que d’autres l’utilisent comme un lieu de transition vers les espaces mixtes.

18Le bus est aussi un espace de transit entre un point de départ et un point d’arrivée. Elles peuvent, sans sentiment de culpabilité par rapport aux responsabilités domestiques, rêver, observer, s’ouvrir à de nouvelles rencontres et accéder aux informations.

19Le métro, bien qu’encore peu développé, est déjà très apprécié par les femmes qui l’utilisent. Il représente pour elles le confort et la modernité. Elles apprécient son esthétique, sa propreté, son calme, sa rapidité. L’espace du métro est un lieu symbolique de civilité, de discipline et de vie citadine. Détail qui a son importance : les wagons sont divisés entre wagons mixtes et non mixtes, et c’est alors aux femmes de choisir leur espace.

20Les avis sur les taxis collectifs sont mitigés. Ils sont appréciés pour leur côté pratique, rapide, relativement bon marché, mais il est nécessaire aux heures de pointe de lutter pour trouver une place et il faut souvent accepter une proximité embarrassante avec des hommes inconnus. Beaucoup de jeunes femmes, en revanche, avouent apprécier cette mixité, qui leur permet de voyager et discuter avec des garçons qu’elles connaissent, sachant que peu d’espaces publics existent pour ce type de sociabilité.

21Dans la famille, la voiture est dans la journée réservée à l’usage de l’homme. Le soir, toutefois, la famille entière se l’approprie, aussi bien pour faire des courses (les magasins ferment très tard à Téhéran) que pour la promenade. Le déplacement constitue donc dans ces moments-là une activité de loisir et un moment fort d’échange au sein de la famille.

UNE MOBILITE ARTICULÉE SELON LES TEMPS DE LA JOURNÉE

22La tradition veut que les femmes soient rentrées avant le coucher du soleil. Cependant, la plupart des femmes que nous avons interrogées prétendent circuler seules jusqu’à 21 heures en été et 22 heures en hiver, sortant souvent tard des réunions, des formations du soir, ou bien encore de leurs visites aux parents. Ainsi, à des heures pourtant tardives, on peut les rencontrer dans les transports en commun ou dans les espaces de proximité.

23D’une manière générale, les femmes parlent du sentiment d’insécurité dans la ville à cause des faits divers diffusés régulièrement dans les médias et des rumeurs plus ou moins fondées sur les agressions dont les femmes sont victimes pendant la nuit. Cette mise en garde entretient souvent un sentiment de culpabilité pour celles qui oseraient s’aventurer ainsi dans la ville après le coucher du soleil.

24Les femmes ne peuvent circuler seules et librement pendant la nuit, qu’au volant d’une voiture personnelle ou dans un taxi privé du quartier.

25Le trottoir et la marche à pied pendant la nuit restent réservés aux professionnelles de la prostitution.

26Les motifs et les temps de déplacement dans la ville sont variés et complexes. Les femmes effectuent plusieurs trajets dans la journée, circulent à des heures variées et empruntent des moyens de transport diversifiés.

27A Téhéran, le secteur privé s’adapte relativement bien à ces pratiques non prévisibles. Les magasins restent ouverts tard dans la soirée et les services de transports s’adaptent aux trajets et aux horaires non classiques des femmes et complètent, dans la plupart des cas, l’offre publique. Néanmoins, cette offre privée présente un coût qui oblige les femmes à certaines négociations dans l’organisation et la fréquence de leurs déplacements.

L’ESPACE DES FEMMES DANS LA VILLE OU LE DEVELOPPEMENT DE LIEUX DE CONCILIATION ENTRE LES INTERDITS COMMUNAUTAIRES ET LES STRATEGIES INDIVIDUELLES

28Les lieux fréquentés par les femmes sont liés à des activités diverses :

29Les activités professionnelles et éducatives : une mobilité importante chez les moins de 30 ans. Les dernières statistiques de 1996 montrent que moins de 10 % des femmes ont des emplois salariés déclarés. Ces chiffres ne tiennent pas compte des activités informelles, occasionnelles et bénévoles. Lors de nos entretiens, nous avons relevé que plus d’un tiers des femmes exercent une activité informelle rémunératrice telle que la confection d’artisanat, la coiffure, la revente de produits importés, etc. Ce type d’activité se réalise entre l’espace privé pour la production, et l’espace public pour l’approvisionnement, la livraison ou la vente.

30Les jeunes femmes en formation universitaire ou professionnelle parcourent souvent de longues distances entre leurs domiciles et leurs lieux de formation et passent en moyenne deux heures dans les transports et la marche à pied.

31Cette mobilité des femmes n’est pas toujours du type pendulaire mais multiple. Elles profitent de cette présence à l’extérieur pour effectuer d’autres activités : sociales, petits métiers, shopping etc. Leur présence est ainsi très diffusée dans l’espace et dans le temps.

32Les relations sociales : visites aux connaissances et relations de voisinage. Les visites aux connaissances ont un double objectif : entretenir le réseau social et honorer le devoir familial.

33Lors de ces visites, les femmes sortent fréquemment de leur quartier. Elles se déplacent majoritairement en autobus quand elles sont seules, sinon en voiture, accompagnées de leurs maris ou parents. Les visites aux connaissances sont pratiquées systématiquement par les femmes de tout âge.

34Les relations de voisinages semblent s’affaiblir sauf dans les vieux quartiers traditionnels. Les femmes ne sont pas très motivées pour fréquenter les voisins et préfèrent pour la plupart, les relations courtoises et distantes sans attirer les curiosités sur leur vie privée.

35Les pratiques sportives culturelles et artistiques : des déplacements encore marginaux. Les jeunes femmes fréquentent les salles de cinéma beaucoup plus que leurs aînées qui parfois ne sont pas allées voir un film depuis plusieurs années. Les sorties aux concerts et théâtre restent marginales et réservées aux étudiantes et aux élites de la ville. Les femmes préfèrent dans l’ensemble des activités culturelles productrices plutôt que des manifestations culturelles passives.

36Nous avons souvent observé une contradiction entre le discours tenu et la réalité observée pour la plupart des femmes interrogées. En effet, celles-ci prétendent souvent ne pas pratiquer un loisir sans la famille, alors qu’on les rencontre fréquemment seules ou en bande sur des lieux de loisirs. Ceci peut être lié à un sentiment de culpabilité et à une représentation sociale basée sur les interdits. Elles préfèrent rester discrètes sur leurs loisirs à l’extérieur du foyer.

37La plupart des femmes déclarent pratiquer des loisirs individuels tels que la lecture et la télévision.

38Les plus jeunes choisissent la montagne comme lieu de détente, de sport mais aussi de liberté et de rencontre avec d’autres jeunes.

39Les plus âgées vont à la piscine, aux cours de gymnastique et font de la marche à pied dans les parcs ou parfois en montagne.

40Les pratiques religieuses et associatives : l’essentiel des déplacements hors sociabilité traditionnelle. D’une manière générale, les femmes ne s’investissent pas dans les activités sociales et citoyennes en dehors des activités à visage religieux. Les plus jeunes font partie des associations d’intérêt collectif (club des étudiants, association touristique...) et les plus âgées se retrouvent essentiellement dans des réunions religieuses telles que les différentes cérémonies liturgiques « moludi », « rowzeh », « Hey’at », ou bien encore dans des associations d’œuvres de charité, ces rencontres étant basées selon les cas sur un rythme hebdomadaire, mensuel ou plus occasionnel.

41L’objectif de ces activités, en dehors de leurs bénéfices sacrés, est d’essence sociale : acquérir une reconnaissance aux yeux de la communauté, faire partie d’un réseau de sociabilité et, plus intrinsèquement, réguler les comportements dans un contexte de mutation métropolitaine où les individualités s’affirment de plus en plus face aux normes communautaires.

42Les femmes pratiquent en toute légitimité les lieux réservés à ces activités et s’en servent pour sortir de l’espace privé de la maison, s’ouvrir sur d’autres catégories de femmes, s’informer, prendre confiance en elles-mêmes et enfin apprendre à prendre la parole et à s’exprimer.

43La consommation individuelle et familiale : une clef de la mobilité des femmes. La responsabilité des courses n’incombe pas uniquement aux femmes. Toute la famille participe aux achats. Cependant, il existe un partage des tâches bien établies. Les femmes s’occupent des denrées quotidiennes (lait, pain, légumes,...) et des ustensiles ; les hommes achètent la viande, le riz, les fruits et les légumes lourds en grande quantité. Ces courses sont souvent effectuées lors des déplacements en voiture, auprès des marchands ambulants ou des magasins situés en bordure de chaussée. Les vêtements, ainsi que les affaires scolaires des enfants et le mobilier sont achetés en famille le soir, dans les quartiers spécialisés tels que Vali’asr (pour les vêtements), ou Djomhouri (les chaussures et le mobilier).

44La plupart des femmes font leurs courses à proximité. En dehors des commerces du quartier, les femmes fréquentent occasionnellement les centres commerciaux « modernes » mais continuent de fréquenter les bazars traditionnels (le grand bazar et le bazar de Tajrish).

45Nous supposons que l’ouverture de la station de métro « grand bazar » facilitera la fréquentation de ce lieu jusqu’alors inaccessible à cause des embouteillages.

46En ce qui concerne les fréquentations du centre géographique de la ville, nous pouvons constater une masculinisation du centre ville historique ; par exemple, la rue Lalehzar située au centre historique de la ville et qui était devenue au fil du temps un lieu d’appropriation par les femmes pour flâner et faire des achats, se spécialise désormais peu à peu en vente de matériaux de plomberie et d’électricité, ré-instaurant ainsi une mixité dans ce quartier.

47La présence accrue des femmes dans la ville ou la négociation perpétuelle. Les femmes négocient en permanence avec les hommes et avec les autorités leur présence dans l’espace public et utilisent une variété de stratégies pour continuer à se mouvoir hors de leur maison. Certaines subissent les interdits, la peur et l’insécurité et se cantonnent à des déplacements de proximité aux heures autorisées tandis que d’autres s’y confrontent, les détournent et profitent de leurs mobilités quotidiennes dans l’espace pour s’insérer dans la ville.

48Cette négociation se fait sous différentes formes :

49la fréquentation des lieux « transgressifs » (stade de foot, coffee shop, montagne, etc.) ;

50le détournement des lieux légitimes pour les femmes comme les centres islamiques de quartier, le cimetière,... pour s’occuper d’elles-mêmes et de leurs corps (développement personnel, des moments à elles) ;

51l’utilisation des lieux publics non mixtes pour légitimer leur présence et pour tisser de nouvelles sociabilités entre elles, autres que le voisinage proche et familial ou le clan d’appartenance.

52Elles s’ouvrent ainsi à la possibilité d’entrer dans d’autres réseaux de relation, associations, groupes d’actions collectives, etc. Au cours de ces déplacements, elles développent également de nouveaux rapports, personnalisés, avec les différents espaces de la ville. Or ces espaces aménagés par les urbanistes, sont conçus pour favoriser la confrontation des individus avec les autres et notamment les hommes.

LA MOBILITÉ DES FEMMES A L’HEURE DE LA METROPOLISATION, ENTRE AFFIRMATION (POLITIQUE) ET DEPENDANCE (SOCIALE) ?

53On le voit, si les femmes sont bien présentes, et de plus en plus, dans la géographie humaine de la ville, cette présence reste complexe et inaboutie, et se fait au prix d’une négociation quotidienne pour maintenir et étendre leur mobilité. Les femmes sont sorties dans la rue mais elles restent dépendantes des politiques mises en place et de l’évolution de la ville.

54Jusque-là, les processus d’urbanisation et les politiques ont permis de transgresser les traditions en cassant la dichotomie du dedans et du dehors, en transitant par des espaces intermédiaires, des entre-deux, des lieux semi-publics et semi-privés. De même, l’observation nous a confrontée au paradoxe de la République Iranienne. En obligeant au port du voile et en instituant des espaces réservés aux femmes, la République Islamique a révélé un véritable paradoxe dans la mobilité des femmes. En effet, ces pratiques ralentissant un mouvement de mixité porté par les plus jeunes en maintenant une division sexuée de la société urbaine permettent aux femmes de s’aventurer hors de l’espace domestique sans danger ni culpabilité en transitant par des espaces intermédiaires, semi-publics et semi-privés dans la proximité. Et cette transition peut servir de tremplin pour s’affirmer dans la sphère publique.

55La mobilité spatiale des femmes peut être considérée comme un facteur majeur de changement qui leur offre dans le quotidien, de nouvelles formes de sociabilité – hors tribu –, de nouveaux rapports aux hommes, l’accès à l’information, à la formation, au travail et à la citoyenneté.

56Parallèlement, l’essor de la ville de Téhéran, offrant une nouvelle réalité urbaine, amène à s’interroger sur l’évolution de la mobilité des femmes. Dans un contexte de métropolisation, où Téhéran se développe autour des axes de transports autoroutiers conçus sur un modèle masculin : homme exerçant une activité professionnelle, étant motorisé et allant de plus en plus vite, on peut se demander comment les femmes vont pouvoir conserver leur présence dans l’espace public.

57Comment vont-elles conjuguer leur double désir d’espace de proximité, porteur d’une plus grande implication dans la vie sociale et politique locale, et leur volonté d’étendre leur mobilité à d’autres parties de la ville, dépassant ainsi le territoire du quotidien ?

58Aujourd’hui comme le précise J.P Bailly « pour réussir, il ne suffit pas de bien travailler à l’école mais dans un monde qui bouge, il convient d’être mobile »4. Les femmes de Téhéran sauront-elles le rester en s’adaptant aux nouvelles réalités urbaines ?

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adelkhah F. [1999], Quand les impôts florissent à Téhéran, CERI.

Bailly J.P. – Heurgon E. [2001], Nouveaux rythmes urbains. Quels transports, rapport du CNT, l’Aube, Paris.

Digard J.P. – Hourcade B. – Richard Y. [2000], L’Iran du xxe siècle, Paris, Fayard.

Notes

1 Digard J.P. – Hourcade B. – Richard Y., L’Iran du xxe siècle, Paris, Fayard, 2000.

2 Enquête de transport – 1994 – Centre d’étude de circulation et de transport - Municipalité de Téhéran.

3 Adelkhah F., Quand les impôts florissent à Téhéran, CERI, 1999.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540