Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ré-inventer le réel

 | 
Thomas Dutoit
, 
Trevor Harris

La réalité : un consensus temporaire ? Négociations branchées dans Wired

Divina Frau-Meigs

Texte intégral

  • 1 Cette analyse s'inscrit dans le cadre d'une réflexion socio-sémiotique plus large sur l'impact des (...)

1Dans sa double version, papier et en-ligne, Wired est considéré comme le chef de file des magazines sur l'informatique grand public et les questions de société qu'elle soulève. Le discours véhiculé par ce pionnier influent cherche à donner une réalité à l'utopie virtuelle de démocratie technique. Les tentatives de légitimation de ce discours peuvent se suivre à travers l'analyse des éditoriaux et des articles d'intervenants sollicités par le magazine (ingénieurs, inventeurs et hommes d'affaires surtout) ainsi qu'à travers les pages publicitaires qui, par leur promotion de la thématique de l'innovation, ont partie liée avec le projet de société promu par Wired. En replaçant ce discours dans son contexte socio-sémiotique, il est possible d'en comprendre les fondements et d'en analyser les ambivalences1.

2La nouvelle réalité que recherchent les éditeurs de Wired s'articule autour de deux notions qui sont constamment mentionnées dans la plupart des numéros, à savoir "identity" et "community". L'identité qu'ils revendiquent est un statut politique mental à conquérir (sous prétexte que les frontières physiques ont disparu), grâce à l'utilisation de la communication comme science, technique et fin de toutes choses. Elle s'exprime et s'épanouit dans des communautés virtuelles et c'est dans ce cadre que s'élabore leur vision des relations entre espace privé et espace public, sphère de l'intimité ("privacy") et sphère de la visibilité politique ("netizen"). Ils utilisent un discours emprunté au langage démocratique et à la société civile classique mais la présentation formelle du magazine (de type fortement promotionnelle) et sa vision du monde (dont les enjeux sont apparents autour de la polémique sur la cryptographie et son contrôle) révèlent une volonté de banalisation sociale du modèle marchand propre au secteur privé, avec la communication pour interface.

  • 2 Premier numéro non-daté, sans doute publié en janvier 1993, puis bimensuel à partir de juillet/août (...)
  • 3 Laurence Buell (1995) développe la puissance de l'imaginaire de l'Ouest comme lieu de la frontière, (...)

3Le premier numéro de Wired paraît début 1993, ce qui est relativement tardif pour cm magazine socio-culturel sur l'informatique2. Créé et financé en partie par le "Media Lab" du "Massachussets Institute of Technology", sur la côte Est des Etats-Unis, il est publié à San Francisco, sur la côte Ouest – l'Ouest étant le lieu privilégié de la projection de soi dans la culture américaine3. L'élaboration même de Wired se prête donc symboliquement à la ré-invention de la réalité et de l'identité et il est la preuve matérielle que le fonctionnement en réseau est viable à travers tout un continent.

4Le magazine paraît alors que les Etats-Unis vivent en état de crise sociale (polémiques sur le système de santé, violences urbaines, écarts sociaux, politisation des intégrismes religieux, etc.) et son optimisme tranche sur les doutes entretenus par les autres médias dits de masse. Ils n'ont pas un discours de crise mais un discours de mutation, voire de révolution, anticipant la période d'euphorie économique actuelle.

5Dès le premier numéro Wired se déclare comme le pionnier de la communication en réseau ("networking"), en opposition à la communication de masse ("broadcasting"), ce qui à son tour implique une aspiration différente à la communauté, non rattachée au rituel de l'être-ensemble-en-même-temps. L'éditorial de Louis Rossetto, le chef de rédaction, positionne son magazine en opposition aux médias traditionnels :

"Why Wired? Because the Digital Revolution is whipping through our lives like a Bengali typhoon — while the mainstream media is still groping for the snooze button .... Wired is about the most powerful people on the planet today — the Digital Generation. These are the people who not only foresaw how the merger of computers, telecommunications and the media is transforming life at the cusp of the new millenium, they are making it happen.... If you're looking for the soul of our new society in wild metamorphosis, our advice is simple. Get Wired". (Rossetto, 1993)

6Le but annoncé est donc de changer la société et de suivre ses métamorphoses, la génération digitale étant celle qui se charge de renégocier les relations entre l'individu et ses congénères. Le thème de la singularité en opposition à la majorité est amorcé par Nicholas Negroponte, dès sa première colonne mensuelle, dans laquelle il annonce le triomphe de l'ordinateur, qui remplira des fonctions de contenu et de programmation que la télévision, passive, ne peut pas remplir. Il entérine ainsi par avance, par préemption, l'emprise technologique de l'ordinateur (outil singulier) sur la télévision (outil de masse).

  • 4 Voir Brand, 1993.

7En outre, ce premier numéro se place sous le patronage de Marshall McLuhan, – "patron saint of Wired magazine"4 – dont l'œuvre avait fait sensation dans les années 60 et qui depuis avait été ignoré, surtout des milieux industriels.

  • 5 Marshall McLuhan, The Medium is the Message, 1967, cité en première page, édition de Wired.

The medium, or process, of our time — electric — technology is reshaping and restructuring patterns of social interdependence and every aspect of our personal life. It is forcing us to reconsider and re-evaluate practially every thought, every action, and every institution formerly taken for granted. Everything is changing : you, your family, your education, your neighborhood, your job, your government, your relation to "the others". And everything is changing dramatically5.

  • 6 Camille Paglia l'affirme dans Wired 1.1. Un parallèle peut ici être fait avec Mondo 2000 dont le pr (...)
  • 7 Voir Mazlish, 1993.

8La volonté de s'associer à McLuhan est liée à la volonté de faire partie de sa prophétie. Elle signale également l'arrivée au pouvoir d'une génération formée par les mouvements de protestation sociale des années soixante et qui regroupe le spectre entier de la longue génération du baby-boom américain, ce que confirme un passage en revue des participants : Stewart Brand, Camille Paglia, Brenda Laurel, Seymour Papert, Steven Levy, Alvin Toffler, etc. Toutefois c'est une génération qui ne veut pas commettre les erreurs des années soixante, dues, selon elle, au manque de suivi politique et à une indifférence coupable vis-à-vis des exigences de la culture populaire. Elle veut prendre en charge l'interprétation de la culture populaire américaine6, en la faisant transiter d'une nostalgie romantique de la nature à un culte de la "machine dans le jardin" pour reprendre l'expression de Leo Marx, où homme et machine sont en co-évolution7.

I. Des techno-utopistes organisés en lobby

9La grande majorité des personnalités intervenant à titres divers pour Wired semble être affiliée à l'"Electronic Frontier Foundation" (EFF), fondée en 1990. Certains sont des conseillers très proches du viceprésident Al Gore et lui ont fourni son discours sur les autoroutes de l'information ; ils se sont constitués en lobby pour défendre les libertés civiques dans le cyberespace, au nom de l'identité individuelle et contre ce qu'ils perçoivent comme une trop grande centralisation étatique.

10Wired peut donc être considéré comme l'organe d'expression du lobby techno-utopiste américain. Mitch Kapor, créateur de Lotus, et cofondateur de l'EFF, y met en avant (2.6) l'idée d'un programme politique à accès ouvert (Open Platform) :

The idea is to reclaim Washington.... We have evolved this into a combination of tactics, from down-and-dirty lobbying — which we do, I would say, in an extraordinarily principled way — with a high-minded evangelism. Creating a better future is a question of getting all the details right. John (Perry Barlow) and I are refugees from the 1960s, trying to make it as adults in the 1990s, understanding that transforming consciousness takes some doing.

11Et Stewart Brand (ibid.) de renchérir : "One advantage of working with survivors of the 60s is, we've had experience in creating utopias. We've had our noses rubbed in our fondest fantasies". Fondé sur une idéologie de la transparence qui se présente comme non-idéologique, ce programme ambigu qui apparaît comme radical et démocratique repose néanmoins sur la prise de pouvoir par un groupe d'individus armés d'ordinateurs et non élus.

  • 8 Quelques noms, à titre indicatif : John Perry Barlow, parolier des "Grateful Dead" et cofondateur d (...)

12Nous avons donc affaire à une génération qui recoupe à la fois des pionniers, c'est-à-dire des individus qui ont façonné et domestiqué la technologie à ses débuts, et des premiers adoptants, qui n'ont aucun problème avec la gestion de l'informatique. Pour la plupart, ils travaillent de jour dans l'industrie multimédia et de nuit sur des consoles de leur propre configuration. Ils sont souvent au pouvoir dans leurs entreprises et pour eux, le changement de réalité est déjà intervenu8.

13Ce qui frappe à propos de ces individus, c'est leur peu d'intérêt pour les conséquences actuelles de la technologie sur la réalité, que ce soit celle du travail, du loisir, de la consommation ou de la politique. Ceux qui ne peuvent pas suivre sont à leurs yeux condamnés et il ne s'agit surtout pas d'éprouver de la sollicitude ou du regret, voire de trouver des moyens pour leur insertion.

  • 9 Voir Frau-Meigs, 1994.

14Ils emploient pourtant un "nous" collectif très communicatif dans leur enthousiasme, qui englobe semble-t-il à la fois les bénéficiaires de la technologie et surtout eux-mêmes — qui en contrôlent le développement. Wired est ainsi le site d'une tentative de contrôle social de la technologie par la technologie, au travail sous nos yeux, mise en place par ceux qui font partie de la communauté responsable de cette évolution — des ingénieurs ou inventeurs particulièrement labiles contrairement à la coutume qui veut que cette catégorie particulière d'acteurs sociaux reste discrètement enfermée dans ses laboratoires, comme ce fut le cas lors de l'élaboration de la technologie télévisuelle9.

  • 10 Voir Tichi, 1991 ; voir aussi Frau-Meigs, 1996a.

15Ce sont des individus qui sont complètement immergés dans les médias, notamment la télévision, même s'ils la dénigrent et veulent en venir à des médias "sans masse", immatériaux. Ils pensent et s'expriment en termes publicitaires et les titres de leurs articles, dès les premiers numéros, donnent une idée de leur ton et de leur état d'esprit : "If Your Toaster Had a Brain" ; "Cellular Phreaks and Code Dudes" ; "Libraries Without Walls for Books Without Pages" (Wired, 1.1) ; "Obsolete Skill Set : the 3 R's" ; "The Cursor Cowboy" (Wired, 1.2). La Wired generation est en fait la génération issue de l'immersion dans l'univers télévisuel américain, lequel a déjà préparé le brouillage des rapports entre réalité et authenticité, en favorisant, à travers la publicité, l'hyper-réel visuel, et la valeur de ce qui est vu à l'écran au détriment de ce qui est vécu au quotidien. Le transfert du statut de la réalité s'est donc opéré en amont de l'informatique actuelle, dans le transfert effectué par la télévision de l'ensemble des intérêts humains (identité, communauté, action, etc.) du réel vers le virtuel, par le biais initial de la publicité commerciale10.

II. Un discours entre auto-promotion et auto-discipline

16Les valeurs du lobby que Wired représente peuvent se retracer dans deux dimensions différentes du magazine, l'une formelle et visuelle (la publicité) l'autre discursive et idéologique (le débat sur la cryptographie). En vérité, les deux sont liées par une logique promotionnelle multiforme qui est le mur de soutènement du rapport à la réalité médiatée que le magazine relaie.

II. 1. L'innovation virtuelle comme stratégie promotionnelle de l'identité

17L'analyse de la publicité, qui révèle la niche de marketing que l'on attribue aux lecteurs de Wired, se caractérise par une évolution de produits quasi confidentiels "high-tech" à des produits vantant des styles de vie "high-life". C'est la marque de l'accession du magazine à la culture grand public mais peut-être aussi la preuve d'une perte d'identité spécifique.

  • 11 Contrairement à Mondo 2000, qui montre des produits rappellent les années 60 par leur côté psychédé (...)

18L'évolution des publicités proposées dans Wired du début de la publication à nos jours montre que d'abord elles ont surtout offert des images relevant de la logique de l'innovation (avec presqu'exclusivement des publicités de produits informatiques), mais que désormais c'est la logique du réalisme de synthèse qui domine, avec la proposition de produits traditionnels sur fond de virtuel. Les premiers annonceurs, selon Nicholas Negroponte (Wired, 3.11) lui-même, étaient des entreprises encore peu connues, relevant presque toutes du monde de l'informatique et de la téléphonie. A présent, si celles-ci demeurent très présentes, l'éventail s'est toutefois élargi à des sponsors de produits plus banalisés (boissons, tourisme, etc.), toujours dans une présentation de luxe11. Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur les produits, Wired a créé une section "Adlinks" qui donne les adresses électroniques des compagnies dont la publicité est parue dans le numéro et qui, par cette vitrine télématique, justifient de leur présence dans le magazine.

19Outre le poids croissant de la publicité dans Wired, ce qui frappe, c'est l'usage des images de synthèse et des effets spéciaux qu'elles produisent dans la mise en page même du produit. Cette présentation permet de jouer sur les aspects inédits de l'image et de mettre en avant non pas tant le produit (banal, comme une certaine bouteille de vodka) que la différence offerte par la technologie de synthèse par rapport à une image traditionnelle (la même bouteille de vodka, plaquée de circuits électroniques, par exemple).

  • 12 Le magazine se calque en cela sur des modes de promotion semblables à ceux utilisés par Hollywood. (...)

20Il s'agit de mettre en avant une innovation technique tout en l'inscrivant dans des trames de continuité (destinées à minimiser le risque commercial ?). De ce point de vue, dans Wired, "les avancées du marketing dans sa version culturelle procèdent d'une visée d'intériorisation actualisée des normes qui est au cœur du procès de reproduction néo-fordiste"12.

21La valeur des produits promus dans Wired se fonde sur leur capacité à projeter des images (de savoir-faire technologique, de savoir-vivre, d'identification, de statut, etc.) auxquelles les lecteurs pourront adhérer par-delà leur identité culturelle d'origine. Cette construction du public se fonde sur "la transnationalisation de l'exploitation des produits" (Miège, 1997, tome 2, 74). L'usage publicitaire des images de technologie, elles-mêmes produites par des outils technologiques de pointe, tente de créer une identité internationale, voire supra-nationale, du lectorat en majorité américain de Wired. Dans cette perspective, les images virtuelles promeuvent l'existence d'un langage universel, adoptable par tous les utilisateurs de la planète. Par delà une publicité particulière, ce qui est mis en avant c'est la valeur marchande de la technologie et de ses produits dérivés.

  • 13 Ceci est apparent, par exemple, dans l'article de Stephen Levy (Wired, 1.2) sur les deux cypher-pun (...)

22Le modèle éditorial de Wired tout entier se trouve largement influencé par cet argumentaire marchand qui se manifeste dans d'autres aspects du magazine, pourtant a priori moins concernés par la sphère promotionnelle. C'est le modèle éditorial de Wired dans son ensemble qui est affecté, formellement tout comme discursivement. Ainsi les articles de fond ont une mise en page (papier) simulant l'hypertexte ; les couleurs et le graphisme tendent à les faire se confondre avec des publicités et il est difficile parfois de distinguer l'information de l'infomercial. Le contenu, quant à lui, présente une forte tendance à l'auto-promotion ou à l'autocélébration, qui s'accompagne d'un déni de l'autre, présenté comme nonintégré. Sous prétexte d'être là quand l'histoire s'écrit, les journalistes font des autobiographies des personnalités qu'ils interviewent, quand ils ne se racontent pas eux-mêmes. Wired se fait le reflet d'une immense egomania, bon enfant, corrigée par une transparence à l'américaine où tout le monde s'appelle par son prénom, mais où le nom de famille est sans cesse repris car c'est après tout un argument de vente, pour les connaisseurs13.

23Souvent aussi l'éthique journalistique le cède à la collusion d'intérêts : les individus qui écrivent leurs articles sont d'accord avec les personnes qu'ils interviewent ou dont ils représentent les idées. Les articles ne cherchent pas à éveiller le sens critique interne chez le lecteur, mais plutôt à créer le consensus par rapport aux idées annoncées, parce qu'elles sont innovantes et parce qu'elles ont un sous-bassement technologique. De fait, les articles se conforment à la logique publicitaire, avec une idée-phare pour place de produit.

II. 2 La cryptographie comme test identitaire et citoyen

24Le débat sur la cryptographie est utilisé un peu comme un produit d'appel pour propager les positions de Wired sur la réalité virtuelle, sa promotion et sa préservation. Le débat très actif et les prises de position virulentes du magazine sur le contrôle de la cryptographie sont révélatrices de sa stratégie de revendication de l'identité comme "privacy", dans un espace privé (de type marchand) plutôt que public (de type étatique). Comme le dit Stephen Levy en paraphrasant Phil Zimmermann, "There's nothing wrong with asserting your privacy. Privacy is as apple-pie as the Constitution" (Wired, 1.2).

25Il s'agit de retirer tout contrôle de l'Internet des mains du gouvernement pour le donner, voire le vendre, aux personnes privées. "Though the battleground seems remote, the stakes are not : the outcome of this struggle may determine the amount of freedom our society will grant us in the 21st century" (Levy, Wired, 1.2). L'idéal démocratique des cypher-punks, relayé par Wired, est de libérer l'information, globalement.

It (information) can flatten organizations, globalize society, decentralize control and help harmonize people in ways beyond not knowing whether you are a dog.... The nationstate may go away. And the world benefits when people are able to compete with imagination rather than rank. (Negroponte, Wired, 3.2)

26Ils s'en prennent aux formes de gouvernement constituées et classiques et le débat sur la cryptographie leur permet d'avancer le bienfondé de l'auto-discipline. Selon eux, le secret des données informatiques devrait être sous contrôle des individus et l'état ne devrait pas pouvoir y faire ingérence, même pour des raisons d'exception comme l'espionnage, le terrorisme, la sécurité nationale, etc. Ils en appellent au premier amendement de la constitution américaine (garantissant la liberté d'expression de la presse) pour refuser toute tentative de censure en ce qui concerne l'information.

  • 14 Voir Frau-Meigs, 1996c.

27Les cypher-punks, comme Phil Zimmermann (inventeur du logiciel "Pretty Good Privacy"), proposent de donner ou vendre aux individus des clés de cryptage (sous forme de programmes informatiques) plutôt que d'autoriser leur emploi par des instances gouvernementales. Ils sont dans une course contre la montre avec la "National Security Agency" pour la production de ces clés, pour les rendre inviolables, ce qui les mène parfois à produire des virus pour manifester leur activisme. Au nom de la lutte contre la censure, ils proposent une auto-censure librement consentie par les personnes, comme mode de régulation alternative à celle de l'état, en affirmant la responsabilité des individus vis-à-vis des consommateurs et de la communauté14.

28Les cypher-punks se posent ainsi en défenseurs de la société civile contre l'état oppresseur. Pour eux, la bureaucratie et la réglementation d'état s'opposent au libre fonctionnement des individus, présentés comme capables de s'auto-discipliner. Ce positionnement s'accompagne d'une dépolitisation des débats, sous prétexte que la politique ne prend pas en compte le caractère spécifique de la technologie et des solutions qu'elle propose. Il y a dépolitisation car ils se situent de plain-pied dans une réalité virtuelle dans laquelle tout le monde aurait adopté leur position et dans laquelle les problèmes sociaux posés notamment par le nécessaire temps d'adaptation aux nouvelles technologies seraient dépassés. Vivian Sobchack (1993) parle, à propos de ces mutants de l'extrême, d'"extase a-politique".

29Les acteurs que Wired choisit de mettre en avant, qui appartiennent pourtant à la périphérie de l'univers virtuel, rejoignent le discours central du magazine, celui selon lequel les transformations techniques entraînent elles-mêmes des transformations sociales présentées comme inévitables — et qui consistent en une généralisation des principes éthiques d'auto-discipline appliqués dans le secteur privé.

30Dès mars 1996, la légitimation par l'auto-discipline prend une nouvelle forme, très concrète et citoyenne : Wired crée un néologisme (et une nouvelle rubrique), appelant ses lecteurs "netizens", c'est-à-dire citoyens d'Internet, rendant par là claire leur volonté de présenter une alternative politique.

  • 15 John Heilemann y intitule son premier article : "It's the new economy, stupid".

The Netizen is not about standard "horse race" coverage, it's about politics in a revolutionary context — one that questions whether politics itself isn't obsolete in the digital age, when the majority of the voting population doesn't even bother to vote. We're sending John Heilemann, late of The Economist and now Wired's national affairs editor on the road to cover the circus from the point of view of those actually building the digital civilization. (Wired, 4.3: 67)15

31Il s'agit bien d'un affrontement entre technologie et politique, pour le contrôle de la réalité et du pouvoir, sous-tendu par une vision du monde où la technologie l'emporte sur la démocratie politique, sous prétexte de créer le changement. Tim May, crypto-anarchiste, le présente comme un état de fait inévitable : "I don't see any chance that it will be done politically (but) it will be done technologically. It's already happening" (cité par Levy, Wired, 1.2).

  • 16 Voir Sennett, 1974, et Loneux (à paraître).
  • 17 Voir l'analyse d'Alain Etchegoyen (1991) reprise et approfondie par Loneux (à paraître).

32L'appel à la citoyenneté par le biais de la technologie permet aux Netizens d'exercer ce qu'on a pu appeler des pressions "privatisantes"16, qui ont pour visée de déstabiliser les pouvoirs publics en brouillant les notions de "public" et de "privé", afin d'imposer leur propre jeu. Ainsi Wired peut s'instituer comme l'organe central fournissant des représentations de la communauté virtuelle dans la vie réelle tout comme dans l'imaginaire social des lecteurs. Par son entremise, les valeurs éthiques de la cité sont remises au goût du jour, pour introduire dans la sphère publique démocratique les logiques de la sphère industrielle en ce qui concerne les rapports humains et leur gestion17.

33L'expertise (qui n'est plus à démontrer) des figures de proue qui s'expriment dans Wired les place à égalité avec les pouvoirs publics, avec l'avantage supplémentaire qu'elles ne se sont pas discréditées dans les affaires politiques. En outre, et grâce à l'informatique, elles tablent sur l'atout des technologies du savoir, comme clés du pouvoir dans le monde contemporain ; cela leur permet de dire que les sciences et techniques qui les régissent doivent avoir le pouvoir. Là se trouve l'enjeu du débat sur la cryptographie.

34Ainsi l'imbrication de textes technicistes avec les images de synthèse promotionnelles en combinatoire avec les pratiques sociales des intervenants sollicités par le magazine (tous pionniers dans leur domaine) tend à produire un discours idéologique sur l'informatique et l'inévitabilité de l'ascension au pouvoir de ceux qui la maîtrisent.

III. Un projet culturel à consensus temporaires multiples

35Cette stratégie se fonde sur une réalité sociale et politique découpée en deux sphères séparées et cloisonnées : Etat d'une part, individus constitués en communauté virtuelle fluide de l'autre. Elle passe par une redéfinition de l'identité politique, éclatée de l'intérieur par une remise en cause de la corporéité.

III. 1 "Being digital" : le brouillage des repères de l'identité virtuelle

  • 18 Le titre de l'article fait allusion à son dernier livre, Being Digital, qui est une compilation de (...)

36Pas de voix dissidentes en la matière dans Wired, comme le fait apparaître, par exemple, le numéro spécial fêtant les dix ans du "Media Lab", qui couronne l'action de Nicholas Negroponte, son directeur, avec une interview célébratoire intitulée "Being Nicholas" Wired, 3.11)18. Pour Negroponte Wired, 1.1), l'identité numérique est "a licence to grow". Il fait en cela écho à Brenda Laurel Wired, 1.2), qui dit de la réalité virtuelle : "[it's] the chance to discover parts of yourself that you wouldn't have found in the course of everyday life. It's like shining a flashlight around the dark part of your brain".

37Les définitions de l'identité virtuelle sont nombreuses dans les articles du magazine. Elles tendent à montrer que l'identité est à la fois séparée du corps physique et resserrée sur le cerveau comme seul organe valant la peine d'être sauvegardé. Cet idéal de désincarnation conforte l'"extase a-politique" d'autant qu'il est soutenu par une technologie informatique dite "intelligente", l'ordinateur et le cerveau devenant deux entités complémentaires et a-corporelles. Pour Steven Levy Wired, 1.2), "true digital persona (is) – an 'identity' permanently disembodied from one's physical being".

38Derrick de Kerckhove Wired, 4.10), héritier présomptif de la pensée de McLuhan, pousse plus loin la désincarnation puisqu'elle se transforme en l'éclatement de l'identité, devenue, au-delà d'un point de vue, un point de vie (a point of being) :

As you eliminate your body on the Web, you recuperate it in your physical location. Sometimes you have a body, sometimes you don't. If you don't have a body, you're not there. If you have a body, you are so there that your relationship with the world is what I call proprioceptive. It's tactile. It's not visual as it was during the Renaissance. In the Renaissance, what was your identity? It was the outer limit of your skin, a head that processed information, a dumb universe shown as a spectacle. Identity became a point of view. Today, identity is a point of being. We add the new possibilities of mixed identities; collective identities; just-intime identities, fabricated identities. There's great flexibility, but the core business of self remains, just extended all over the planet by electronic extensions.

39Loyautés multiples à l'égard de l'identité dont les éditeurs de Wired ne semblent pas s'inquiéter et qui révèle leur sentiment de privilège et de liberté suprême, ayant eux-mêmes changé de peau plusieurs fois dans leur vie, en quête d'expériences ultimes et extrêmes.

40Les identités multiples dont parlent les uns et les autres ont une conséquence non dénuée d'importance dans la réalité : elles poussent à la consommation et à une consommation compartimentée, pour satisfaire les besoins de tel ou tel aspect de la personnalité qui s'élabore ou que l'on veut projeter, ce qui est exploité et relayé de manière flagrante dans les images publicitaires.

  • 19 Voir Frau-Meigs, 1996b.

41C'est que l'"incroyable légèreté de l'être" digital est bonne pour le commerce. L'absence de poids pousse à la quête de ballast, sous la forme de produits aux vertus virtuelles, mais aussi pousse à l'échange des identités, aux expérimentations et aux options multiples offertes par la machine. Le modèle publicitaire s'apparente en cela au modèle pornographique : fondé sur un désir constamment suscité, temporairement satisfait, il fonctionne sur le principe de l'anonymat, de la relation intime mais distancée et de la substitution possible d'un objet par un autre19.

42La vision de l'individu dans Wired, à identités multiples, à personnalités dissociées, présente donc une certaine cohérence, qui n'est pas incompatible par ailleurs avec le modèle économique et social nord-américain. Comment cette construction identitaire a-t-elle pu se produire ?

43Par une déstabilisation de l'identité de la communauté civile, qui n'est pas le seul fait de Wired, certes, mais dont le magazine récolte les fruits et les formalise dans son discours, les réinjectant ensuite dans la société réelle. Le rôle du modèle marchand à dominante nord-américaine, ne peut être négligé car son discours prône la liberté totale de la société civile, et fait la part belle à la dérégulation. Ce modèle pose comme essentiel que le consensus social s'installe à partir de la négociation librement consentie entre individus ayant des intérêts privés à promouvoir. C'est ce modèle d'échanges entre personnes ou entreprises privées qui est étendu à la sphère publique et qui déplace la relation symbiotique entre sphère politique et sphère publique. Du coup, la délégation des pouvoirs à des personnes élues qui veillent au fonctionnement de la vie publique n'est plus de mise, quand elle n'est pas suspecte.

  • 20 Je reprends dans les paragraphes ci-dessus, en l'adaptant, la logique développée dans l'article de (...)

44C'est dans la société civile représentée comme une "community" (à prendre au sens branché d'un agrégat d'individus isolés derrière une console) que se trouve l'identité, le sens de l'initiative, voire la capacité à la régulation. La communauté devient valorisée, prend un sens révolutionnaire, innovant, même s'il s'agit en fait d'une révolution individualiste. La société civile classique — combinatoire d'associations publiques et privées d'individus, où l'intérêt du groupe prime sur celui de l'individu, avec recours à l'arbitrage de l'Etat en cas de besoin — est balayée d'un revers de manchette virtuelle20.

45D'où aussi l'impression persistante que laisse la lecture de Wired, celle de voir l'idéologie libérale se vider de tout contenu politique alors même que l'enjeu des débats, comme l'illustre la polémique à propos de la cryptographie, consiste souvent à déterminer laquelle des deux sphères (la publique ou la privée) établira son contrôle sur la vie politique.

46La revendication de l'identité virtuelle va donc de pair avec un individualisme forcené que l'on retrouve dans Wired sous des formes diverses : apologie de la mise en scène de soi ; survie des "branchés", considérés comme les plus aptes (y compris à gouverner) ; justification des réalités économiques actuelles, notamment de la rationalité marchande, de la globalisation et de l'inéluctabilité technologique.

47Or, à en croire Jurgens Habermas, l'idée qu'une organisation peut s'auto-réguler donne de fait le primat au pouvoir technologique dans la société, sous couvert de rationalité. Dans l'imaginaire social répercuté par Wired, la révolution informatique permet justement de relier rationalité scientifique, rationalité technique et rationalité de la production, comme l'illustrent l'analyse des produits proposés par la publicité et l'insistance sur les normes et les procédures qui caractérisent le débat sur la cryptographie. Il en résulte un risque de détournement de l'idée de société civile, par la confusion entretenue sur l'équivalence instituée entre communauté et réseau, caractéristique de Wired. Or, le réseau virtuel est-il une communauté civile ?

III. 2 "Netizens" : le réseau virtuel contre la communauté civile ?

48Dès le prologue de la troisième édition de Wired, Mitchell Kapor propose une définition de la communauté virtuelle :

Life in cyberspace is more egalitarian than elitist, more decentralized than hierarchical .... It serves individuals and communities, not mass audiences .... We might think of cyberspace as shaping up exactly like Thomas Jefferson would have wanted it : founded on the primacy of individual liberty and a commitment to pluralism, diversity and community" (Wired, 1.3).

49La référence à Jefferson (dont l'idéal est réinterprété pour les besoins de la cause), par delà une recherche évidente de légitimation, indique qu'il faut voir dans la définition de communauté une spécificité américaine qui n'est pas née avec cette technologie mais que celle-ci sert admirablement : une communauté à l'américaine est en état de flux, composée de migrants de l'extérieur comme de l'intérieur, réunie au mieux autour d'un projet mobilisateur, sans autre cohérence que celle d'un consensus temporaire qui peut se défaire à tout moment.

50Dans Wired, les membres s'auto-sélectionnent selon leur capacité à communiquer, à manipuler les images et les textes informatiques. En vérité, il s'agit d'une mise en réseau d'acteurs privés, liés avant tout par leur compétence professionnelle. L'idéologie du réseau n'est donc pas en directe équivalence avec celle de la communauté civile classique. Le réseau fait apparaître certains choix et règles comme étant issus d'une mise en relation d'individus au statut identique, dans une situation de communication égalitaire dont la transparence, si souvent revendiquée, apparaît comme de la neutralité. Or, il s'agit tout de même de viser le pouvoir dans la réalité et d'imposer sa vision du monde.

51Ce que note l'historien Mark Poster (Wired, 3.11), de l'université de Irvine en Californie, qui propose une nouvelle approche de la sphère publique dans le cyberespace, dans laquelle il articule les relations entre identité individuelle et communauté :

Disembodied exchange of video text is not a substitute for face-to-face meeting — it has its own logic, its own ways of forming opinion.... The Net allows people to talk as equals. But traditional argument rarely prevails; and achieving consensus is widely seeen as impossible. These are symptoms of the fundamentally different ways identity is defined in the public sphere and on the Net. Traditionally, a person's identity is defined by contact. Identity is rooted in the physical body. This stability forces individuals to be accountable for their positions and allows trust to build up between people. The Internet, however, allows individuals to define their own identities and change them at will .... Dissent on the Net does not lead to consensus: it creates the profusion of different views. Without embodied copresence, the charisma and status of individuals have no force. The conditions that encourage compromise, the hallmark of the democratic political process, are lacking online .... The technology of the Internet shouldn't be viewed as a new form of public sphere.

52Et c'est bien là le cœur du problème : peut-on continuer à employer les termes d'identité et de communauté, si les définitions à partir desquelles ils opèrent diffèrent autant entre réalité et virtualité ?

53Les communautés de notre pauvre vie humaine que par nécessité nous vivons comme linéaire peuvent-elles opérer selon d'autres critères ? L'optimisme des netizens de Wired relève d'une philosophie quasi constructiviste, qui remet en question les notions éthiques de responsabilité et de représentation physique et politique que les communautés réelles se sont évertuées à mettre en place depuis la nuit des temps.

54La communauté réelle génère de l'ancrage et du contexte, dans l'espace et dans le temps, dans la vie et dans la mort. La société civile exige de porter des jugements, d'équilibrer des opinions et des pressions diverses, voire opposées. D'où ses difficultés de fonctionnement dans certaines périodes dites de crise des valeurs, comme la nôtre.

  • 21 Voir Frau-Meigs, 1996b.

55Si l'on examine les communautés virtuelles et leur fonctionnement, ce qui frappe c'est qu'elles sont à l'antithèse de l'ancrage : elles fonctionnent sur l'anonymat, et sur la substitution d'un partenaire par un autre21. La communication peut s'y établir par signe iconique mais la responsabilité que l'on peut ressentir pour l'autre n'existe pas, ne peut être perpétuée, reste contingente, soumise au hasard de la rencontre. Le renouvellement organique qui caractérise les communautés traditionnelles ne peut être reproduit sur Internet, la déconnexion du réseau pouvant intervenir à tout moment, par des stratégies d'évitement ou de remplacement de l'autre.

56En termes de démocratie, cette communauté virtuelle à consensus temporaires multiples pose la démocratie directe comme palliatif et résolution de tous les problèmes de la démocratie représentative. C'est l'idée, très présente dans les articles de Wired comme dans les débats sur Internet, de personal empowerment : il s'agit de redonner le pouvoir à l'individu par accès direct à l'information, de préférence l'information perçue comme une donnée brute. La foi dans le système est ainsi déplacée de l'individu à son produit, l'information, et pas n'importe quel type d'information puisqu'il faut qu'elle soit de type informatique, technologique.

  • 22 Voir Poster, Wired, 3.11. Voir aussi Mc Chesney, 1996.

57Ce point de vue essentiellement marchand où l'accès à la démocratie est assuré par empowerment commercial est l'équation du succès que propose Wired. La participation consumériste est assimilée à la participation électorale. Pour voter on ne dépend plus du droit de propriété comme au début de l'histoire des Etats-Unis, mais de la propriété d'un ordinateur équipé d'un modem pour accéder à Internet. La frontière entre intérêt public et intérêt privé est définitivement effacée. Et d'ailleurs, Wired se pose la question, l'espace d'un article, du bien fondé de la notion de service public pour mieux la renvoyer aux oubliettes de l'histoire22.

58Pour certains critiques de la cyber-culture, cette solution est une espèce de fuite en avant, qui ne résout pas les problèmes de la réalité, qu'elle a en partie créés, si l'on considère le rôle du développement de l'informatique dans l'expansion de la globalisation (urgences boursières, délocalisations, etc.). Ziauddin Sardar ne manque pas de le souligner :

The Western democracies are not lacking public feedback; what people lack is faith in politics, politicians and political institutions.... Citizens become no more responsible simply because they give instant opinion through cyberspace than when they decide to join a lynch mob. Cyberdemocracy is lynch law. (1996, 31-32)

  • 23 De ce point de vue, Wired a suivi la même trajectoire que Mondo 2000. Voir l'article de Vivian Sobc (...)

59Avec le lynchage virtuel et ses renvois implicites à l'esprit de la frontière se trouve revitalisée, et déplacée, la tentation américaine de revendiquer comme centrale la place de la marge, qui convient si bien à la volonté de la mise en réseau (networking), laquelle sert mieux l'individu que la masse de la société civile23. Vivian Sobchack y voit quant à elle l'abandon de l'utopie sociale des années soixante et l'adoption d'une position de cynisme utopique ("making cynicism itself Utopian"). "This bumpersticker libertarianism is neither progressive nor democratic. And, despite the rhetoric of'networking', it is hardly communitarian" (Sobchack, n.d.).

60Le point de vue de Wired est donc déterminé socio-historiquement, même si ses éditeurs le présentent comme une prolongation naturelle de la montée en puissance technologique. Il procède d'une vision critique des institutions actuelles et de la perception de leur faillite. Cette critique est nécessaire ainsi que la reconnaissance d'un changement épistémique de certaines catégories de la réflexion sociale et politique. Ce qui pose problème, c'est l'angle de résolution choisi. Ici l'individu et la communauté sont réduits à une équation où réalité = information, identité = promotion/production de soi. Le modèle social avancé par Wired est donc un modèle de plein emploi, où tout est travail, où tout est transformable en marchandise, soi y compris. La société digitale propose une vision du monde où tout est à cent pour cent fiable, cloisonnable, infiniment transférable et commercialisable, mais sans émotion, corporéité, histoire ou culture (au sens anthropologique du terme).

61Or, tout analyste de l’évolution des nouvelles technologies sait qu'il est difficile de les planifier par simple ingénierie sociale. Pour les optimistes de Wired, la réussite de leur version de la réalité ne fait aucun doute mais la technologie peut mener à des avancées sociales inattendues. Leur plus gros défaut : croire que toutes les transformations culturelles à venir vont émaner de la technologie, en inspiration directe, infuse (comme on disait la science infuse). La transparence qu'ils maintiennent comme leur credo ne mène pas automatiquement à l'adoption, encore moins à la compréhension, peut-être moins encore à une vision optimiste et progressiste des choses. Ils écrivent pour un public acquis, même s'ils ont le mérite de nous poser de plain-pied dans la mutation actuelle.

62Sans retomber dans l'opposition entre "intégrés" et "apocalyptiques" de Umberto Eco (1978), — les branchés de Wired, étant les intégrés, le reste de la planète des apocalyptiques —, il est possible de faire un procès de personnalisation et d'individualisation à la postérité de McLuhan. Du point de vue de la réalité, il est aussi possible de leur faire un procès pour vision dystopique d'une fin de la démocratie, voire d'une fin du politique. Certes la démocratie libérale n'apparaît plus comme le seul horizon indépassable et il faut en faire le deuil, mais fautil leur laisser à eux seuls le choix du processus de remplacement ?

Bibliographie

Ouvrages cités

Brand, Stewart, 1993. "Paglia. Brash, Self-Promoting and Possibly the Next Marshall McLuhan." Wired 1.1.

Buell, Laurence, 1995. The Environmental Imagination. Harvard : Harvard University Press.

Creton, Laurent, 1997. Cinéma et Marché. Paris : Armand Colin.

—— (à paraître). "Innovation technologique et stratégies promotionnelles dans l'industrie cinématographique : l'image de synthèse en question." In Actes du Congrès de la SFSIC 1998.

Eco, Umberto, 1978. Apocallitici e integrate : communicazioni di massa et teorie delle cultura di massa. Milano : Bompiani

Etchegoyen, Alain, 1991. La Valse des éthiquees. Paris : F. Bourin.

Frau-Meigs, Divina, 1994. "Une memo-technique : l'écran de télévision 1923-1945. Chronique d'une technologie annoncée." Annales de Savoie 18.

—— 1996a. "L'écran : statut socio-sémiotique d'un support-surface." In Ecrit, Image, Oral et Nouvelles Technologies. Université Paris 7 : Teckhnê.

—— 1996b. "Le Vice et la virtuelle : les relations pornographiques sur Internet." Revue Française d'Etudes Américaines 68.

—— 1996c. "Technologie et pornographie dans l'espace cybernétique." Réseaux 77.

Habermas, Jurgens. La Technique et la science comme idéologie. Paris : Gallimard.

Kerckhove, Derrick de, n. d. "What Would McLuhan Say?" Wired 4.10.

Laurel, Brenda, n.d. "Electrosphere : Techno-soaps and Virtual Theater." Wired 1.2.

Levy, Stephen, n.d. "Crypto-Rebels." Wired 1.2.

Loneux, Catherine, à paraître. "Pénétration dans les médiations sociales des codes de déontologie et d'éthique en matière de publicité et de marketing." In Actes du Congrés de la SFSIC 1998.

Mazlish, Bruce, 1993. The Fourth Discontinuity : The Co-Evolution of Humans and Machines. New Haven : Yale University Press.

McChesney, Robert, W., 1996. "The Internet and U.S. Communication Policy-Making in Historical and Critical Perspective." Journal of Communication 46.1 : 98-124.

Miège, Bernard, 1997. La Société conquise par la communication. La Communication entre l'industrie et l'espace public. 2 tomes. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble.

Negroponte, Nicholas, n.d. "Being Nicholas." Wired 3.11.

Poster, Mark, n.d. "The Net as a Public Sphere ?" Wired 3.11.

Rossetto, Louis, 1993. "Why Wired?" Wired 1.1.

Sennett, Richard, 1974. The Fall of Public Man. New York: Alfred A. Knopf.

Sobchack, Vivian, 1993. "New Age Mutant Ninja Hackers : Reading Mondo 2000." South Atlantic Quarterly 92.4 : 569-84.

—— n.d. "Democratic Franchise and the Electronic Frontier." Cyberfutures 85.

Tichi, Cecilia, 1991. Electronic Hearth : Creating an American Television Culture. Oxford : Oxford University Press.

Ziauddin, Sardar, 1996. "alt. civilizations, faq. Cyberspace as the Darker Side of the West." In Ziauddin, Sardar et J.R. Ravetz, eds. Cyberfutures. Culture and Politics on the Information Superhighway. New York: New York University Press.

Notes

1 Cette analyse s'inscrit dans le cadre d'une réflexion socio-sémiotique plus large sur l'impact des nouvelles technologies de la communication sur la société américaine (et globale). Elle consiste en un suivi de l'évolution du magazine, de ses premiers numéros à nos jours, avec une insistance particulière sur l'agenda éditorial de départ et ses modifications ultérieures.

2 Premier numéro non-daté, sans doute publié en janvier 1993, puis bimensuel à partir de juillet/août. Mondo 2000, l'autre magazine exemplaire du domaine quoique volontairement plus marginal, paraît sporadiquement dès 1989, lui-même un hybride de deux autres magazines "underground" et californiens, High Frontiers et Reality Hackers.

3 Laurence Buell (1995) développe la puissance de l'imaginaire de l'Ouest comme lieu de la frontière, de la nature à l'état brut ("wildnerness"), de la moralité et de la conscience sociale américaine. Ces thématiques se retrouvent dans Wired.

4 Voir Brand, 1993.

5 Marshall McLuhan, The Medium is the Message, 1967, cité en première page, édition de Wired.

6 Camille Paglia l'affirme dans Wired 1.1. Un parallèle peut ici être fait avec Mondo 2000 dont le premier éditorial fait également écho aux propos de McLuhan. Voir l'interview de Derrick de Kerckhove, Wired, 4.10.

7 Voir Mazlish, 1993.

8 Quelques noms, à titre indicatif : John Perry Barlow, parolier des "Grateful Dead" et cofondateur de EFF ; Bill Joy, fondateur de "Sun Microsystems" ; Bruce Katz (the Well) ; Doug Carlson, fondateur de "Broderbund" (logiciels) ; Jane Metcalfe, présidente de Wired magazine ; David Liddle, président de "Interval Research Corp" (think tank) ; Andy Herzfeld, un des architectes de "Apple Macintosh" et co-fondateur de "General Magic" (logiciels) ; Stewart Brand du "Whole Earth Catalog"; Jaron Lanier, un des fondateurs de la réalité virtuelle ; Paul Saffo du "Institute for the Future" (think tank) ; John Gilmore, de "Sun Microsystems" ; Jerry Berman, avocat des droits civils, etc. Multi-millionnaires pour la plupart, liés à la Californie, membres de l'EFF, ils sont souvent mentionnés dans Wired, quand ils n'y font pas des contributions.

9 Voir Frau-Meigs, 1994.

10 Voir Tichi, 1991 ; voir aussi Frau-Meigs, 1996a.

11 Contrairement à Mondo 2000, qui montre des produits rappellent les années 60 par leur côté psychédélique et "new age".

12 Le magazine se calque en cela sur des modes de promotion semblables à ceux utilisés par Hollywood. Voir l'analyse de Laurent Creton (à paraître), dont j'utilise ici la structure du raisonnement ; voir aussi Creton, 1997.

13 Ceci est apparent, par exemple, dans l'article de Stephen Levy (Wired, 1.2) sur les deux cypher-punks Whitfield Diffie et Phil Zimmermann, "Crypto-rebels".

14 Voir Frau-Meigs, 1996c.

15 John Heilemann y intitule son premier article : "It's the new economy, stupid".

16 Voir Sennett, 1974, et Loneux (à paraître).

17 Voir l'analyse d'Alain Etchegoyen (1991) reprise et approfondie par Loneux (à paraître).

18 Le titre de l'article fait allusion à son dernier livre, Being Digital, qui est une compilation de ses articles publiés dans... Wired.

19 Voir Frau-Meigs, 1996b.

20 Je reprends dans les paragraphes ci-dessus, en l'adaptant, la logique développée dans l'article de Loneux (à paraître).

21 Voir Frau-Meigs, 1996b.

22 Voir Poster, Wired, 3.11. Voir aussi Mc Chesney, 1996.

23 De ce point de vue, Wired a suivi la même trajectoire que Mondo 2000. Voir l'article de Vivian Sobchack, 1993.

Auteur

Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter