Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ré-inventer le réel

 | 
Thomas Dutoit
, 
Trevor Harris

Avant-propos

Trevor Harris

Texte intégral

1Au mieux, une définition nous apprend que le réel est ce qui précède le langage. Celui-ci invente le réel. Depuis le structuralisme, au moins, les sciences humaines, face à cette situation, s'y résignent de manière implicite ou explicite. Le réel n'est plus : il est définitivement enfoui sous la triple détermination de la culture, de l'histoire, de l'idéologie. Pourtant, certains contemporains — artistes, écrivains, penseurs — tentent de ressusciter le réel. L'entreprise est nécessairement teintée de pathos et souligne la persistance d'une nostalgie pour le réel. On est préoccupé par la primauté du banal, l'attrait de la quiddité...

2Le colloque a tenté de cerner ces différentes ré-inventions du réel. Dans quel sens et dans quelle mesure sont-elles gouvernées par le pathos, la douleur, par le sentiment qu'il est urgent de regagner un tenant-lieu du réel ?

3L'ordre des articles dans ce volume reprend l'ordre des communications présentées au colloque. Les textes d'Ineke Bockting, Thomas Pughe, Kathie Birat et Max Vega-Ritter, s'adressent à la réinvention du réel dans le cadre de la littérature et de la théorie contemporaines. C. Jon Delogu, Divina Frau-Meigs et Pierre Guerlain, tout en se penchant sur l'époque contemporaine, écrivent plutôt dans une perspective civilisationniste. Anne Tomiche, Claudia Desblaches et Marie-Christine Lecomte nous ramènent à une approche plus linguistique, étudiant la ré-invention du réel à travers la fonction poétique du langage. Les quatre derniers textes — Jed Rasula, J. Hillis Miller, Cornelius Crowley et John Pier — sont à la fois une synthèse et un élargissement des approches précédentes : Crowley se penche sur l'histoire intellectuelle du réel ; Rasula et Miller s'adressent aux théories du "réel" littéraire, tandis que Pier s'occupe de la relation entre le réel et l'icône. Dans son essai, écrit après le colloque, Thomas Dutoit aborde la question du réel du point de vue de la philosophie, discussion qui trouve son prolongement logique dans les propos de Régis Debray qui clorent ce volume.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter