Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

Ex-paysannes dans la ville systématisée : économie domestique et réseaux d’échange parmi les cours d’Ostrov (Bucarest)

Maria-Rosaria Spano-Draft

Texte intégral

POST-SOCIALISME, GENRE ET INVESTISSEMENT DE L’ESPACE

  • 1 Borzeda A., 1999 ; Brown D. L. – Kulcsar L., 2000 ; Nemenyi A., 2000.
  • 2 Voir, à titre d’exemple, Moghadam V. M, 1995 ; Heinen J, 1995 – Cahier du Gedisst, numéro spécial  (...)

1Les bouleversements politiques et la « démocratisation » des structures de pouvoir, intervenus dans les Pays de l’Europe Centrale et Orientale (PECO) avec la chute des régimes communistes, ont entraîné des transformations profondes des rapports économiques et sociaux et une redéfinition du rôle de l’État. La population connaît une différentiation hâtive et des nouvelles hiérarchies sociales se définissent. Ainsi, dans le cadre de la récession économique et de l’ouverture à l’économie de marché, de nouveaux clivages se dessinent et, en particulier, entre les sexes, laissant émerger une claire tendance à la féminisation de la pauvreté. En réduisant la sécurité sociale, la « transition » affecte le fonctionnement social et économique des foyers et détermine des changements dramatiques, relatifs aux rôles de la famille dans la production économique. Ce qui se traduit, entre autres, par des changements dans les relations de production, de genre et d’âge en son sein. En effet, pour combler la baisse drastique de leurs moyens de subsistance, les ménages des PECO ont recours à l’exercice d’activités différentiées, stimulant de la sorte une nette augmentation des économies de survie et une croissance généralisée de l’autoconsommation1. Ce type d’économie est essentiellement féminin. Ainsi, prenant sur elles la surcharge de travail que la « transition » demande, les femmes sauvent les foyers de la crise et permettent l’alignement des PECO à l’ordre occidental. Mais, les lourdes conséquences des restructurations post-socialistes pesant sur les femmes, ne sont pas le prix inéluctable de la période s’ouvrant en 1989. Elles ne constituent pas un fait inévitable, mais le produit de choix sexués en matière de politique sociale et économique. L’hypothèse qui se profile dans les Études sur le Genre2 sur la « transition » veut que les relations entre les sexes soient intrinsèquement impliquées dans les processus de transformation des PECO ; et encore plus, que la discrimination contre les femmes, en Roumanie, soit constitutive des nouvelles démocraties des pays ex-socialistes. La « transition » déclenche donc des changements importants. La tendance laisse deviner une reconstitution des rapports de genre dans une forme inédite, à nouveau défavorable aux femmes.

  • 3 Selim M., 1992 ; Althabe G., Enquête, 1996.
  • 4 Choron-Baix C., « L’objet « ville ». Entretien avec Colette Pétonnet », Enquête, 1996, p. 11-12.

2Dans ce texte, nous traiterons cette question et nous verrons comment un groupe spécifique de femmes arrive à tirer avantage d’une organisation particulière de l’espace. En décrivant un quartier périphérique de Bucarest, nous verrons comment l’espace intervient sur les rapports de genre, en permettant ou enrayant certaines organisations sociales. Nous verrons, dans des formes inédites, que les activités qui se déroulent en ville produisent des scénarios genrés, mais permettent aussi l’élaboration de stratégies pour les contrer ou y résister. Déjà « ville miroir »3 du projet national-communiste, lieu central de la mise en scène de la Dictature, Bucarest demeure un point de vue privilégié pour appréhender la contemporanéité et le changement. Car, « La ville est l’émanation et la manifestation la plus concentrée, donc la plus visible, de l’instauration continue de nouveaux modes de production, de nouvelles technologies, de nouveaux rapports sociaux »4 et, bien sûr, de nouveaux rapports de genre déclenchés par l’entrée en « transition ».

3Notre recherche se situe à Ostrov, – péninsule de Pantelimon, quartier de Bucarest –, une zone de la capitale qui ne subit pas la systématisation directement, tout en se situant dans un des quartiers les plus touchés par l’architecture de Régime. L’étude de terrain concerne les stratégies spécifiques de réponse à la crise de « transition ». Dans une perspective anthropologique, nous approcherons les pratiques sociales et les systèmes économiques mis en place par les habitantes de la zone « rur-urbaine » d’Ostrov. La spécificité de l’organisation sociale et économique des femmes d’Ostrov, par rapport à l’organisation des quartiers systématisés de la ville, sera appréhendée à partir de la forme particulière de l’habitat, la cour, et du sentiment d’appartenance qui y est attaché. Zone limite entre le rural et l’urbain, au croisement de formes différentes d’économie et de styles de vie, en Roumanie, encore largement agricole, ce milieu rur-urbain a des caractéristiques particulières quant à l’organisation de l’habitat, aux systèmes de production et d’échange, à la division socio-sexuelle du travail.

  • 5 Zdravomyslova, Cahier du Gedisst, numéro spécial, 1995.

4A Ostrov, l’architecture de l’habitation et sa distribution par cour définit des espaces genrés. Ainsi, dans le flou des processus de changement, des femmes peuvent profiter de l’espace des cours pour en tirer une source d’empowerment. Nous verrons que d’autres voies de gestion de la « transition » sont possibles et que l’investissement de l’espace peut jouer un rôle important afin que la direction de ces changements soit moins défavorable aux femmes. Nous verrons aussi que l’augmentation de la production à laquelle les foyers sont forcés, détermine sûrement une surcharge de travail pour les femmes. Mais, là où un projet collectif de l’espace le permet, cette surcharge n’amène pas nécessairement une dégradation du statut des femmes. Le travail que la « transition » demande aux femmes, leur centralité économique – quoique jamais reconnue par le législateur et encore moins par le comptable – peut constituer une source d’émancipation, à condition que les femmes puissent travailler dans des espaces qui se soustraient au contrôle des hommes. Nous montrerons comment la structure de l’habitat non urbain, facilite des formes d’organisation, de coopération et d’échange à l’intérieur et entre les différentes cours, ce qui donne aux femmes des espaces d’action plus larges que dans les appartements des blocs. Cependant, cette prise de pouvoir des femmes ne se fait pas sans déclencher de forts conflits au sein de la famille et du quartier. Ainsi, le rôle central de la production féminine se fait dans un contexte de forte recrudescence de la violence envers les femmes, marquant l’ambiguïté entre cette centralité et l’autonomie économique et l’avancée de structures de genre conservatrices, l’affirmation d’un « néo-patriarcat » et d’une idéologie de la transition qui clame le « retour à la normalité »5.

UNE ILE DANS BUCAREST : MORPHOLOGIE D’UN QUARTIER RUR-URBAIN

  • 6 L’« effroyable » Pantelimon, secteur « 2 » (sud-est) de Bucarest (le territoire de la ville est pa (...)

5Dès sa prise de pouvoir, l’aménagement du territoire urbain, fut une priorité du Régime. La ville était un symbole central de la mise en œuvre du projet totalitaire : elle devait représenter la Nouvelle Société et la Modernité Socialiste. Ainsi, des plans de systématisation du territoire (urbain, mais aussi paysan) furent lancés à plusieurs reprises. Alors que Bucarest reconstituait une centralité nouvelle de son territoire, des quartiers entiers d’HLM (dont Pantelimon6) étaient bâtis, le but déclaré étant l’homogénéisation. Dans ce contexte, Ostrov constitue une unité d’analyse privilégiée, puisque non simplement elle échappe aux systématisations communistes mais, de plus, elle est aménagée par ses habitant-es de façon tout à fait originale et même, ouvertement contraire à l’ordre imposé.

  • 7 Je me référerai à Ostrov en reprenant indifféremment les dénominations les plus fréquemment utilis (...)

6Ostrov, comme le stipule son nom (« île » en roumain), est une île artificielle allongée sur le lac de Fundeni. Plus exactement, Ostrov7 est une presqu’île. Mais, étant donné le niveau assez variable du fleuve, les eaux submergent souvent la bande de terre reliant la presqu’île à la terre ferme : elle devient alors une île. Seul le pont d’accès, tout au sud du quartier, la relie au reste du territoire de Pantelimon.

  • 8 Ce terme d’origine slave désigne, dans son sens originel, la domus, la res du seigneur. Dans la li (...)

7Dépourvues du tout service urbain (sauf l’électricité), les maisons, le plus souvent des baraques en matériaux de fortune, sont bâties sur le modèle architectural et spatial paysan et sont disposées autour de cours communes. Similaires aux gospodâri (households) rurales8, les cours se composent de différents foyers, souvent constitués d’une seule pièce. Suivant principalement le réseau parental, plusieurs familles (2 à 12) y cohabitent.

  • 9 « Rur-urbain » est une catégorie d’analyse utilisée dans les études européanistes pour appréhender (...)

8Dans le no man’s land séparant l’île des blocs, des jardins potagers (souvent illégaux) s’étagent vers le lac en se partageant la place avec l’énorme décharge (elle aussi illégale) et les restes d’une ancienne entreprise d’État. En raison de son architecture reproduisant néanmoins un style paysan, le paysage rur-urbain9 d’Ostrov contraste fortement avec la perspective des gigantesques blocs ceaucistes de Pantelimon. Passage obligé entre l’île et le quartier, le grand marché de Piata Delfinului anime le paysage avec sa foule de vendeuses. Une fois franchi le pont menant à Ostrov, les rues portent toutes des noms de poissons et ne sont plus goudronnées. Les eaux usées s’y écoulent, faute d’un véritable système d’égouts souterrains.

9Composé essentiellement de trois allées principales, grosso modo parallèles, et de rues plus petites les croisant transversalement, ce quartier compte environ 500 familles, pour un total de 2 600 à 3 000 personnes.

10La spécificité de l’habitat est l’aspect revendiqué par ses habitantes comme distinctif par rapport à la vie dans les appartements des blocs communistes, les termes cour/HLM exprimant deux systèmes de vie opposés. Nous verrons que l’architecture de la cour est créatrice d’un espace permettant aux femmes certaines formes de solidarité et de relations sociales et se construisant autour de réseaux de différentes sortes. Cette architecture, soustraite à l’ordre de la ville, rend compte d’une vision du monde propre à sa population de « déplacé-es », provenant de tout le pays et de sa position périphérique par rapport à Bucarest et à son style de vie urbaine. Une remarque revient sans cesse : le sentiment de non-implication dans la ville et la marginalité dans laquelle les Ostrovien-nes se sentent plongé-es.

MÉMOIRE D’UNE ILE SANS HISTOIRE : PEUPLEMENT ET AMENAGEMENT DU QUARTIER

11L’histoire de la formation et du développement d’Ostrov est une histoire clandestine car, l’île, comme une partie de ses habitant-es, n’existe pas pour les autorités de la ville. Avant la Deuxième Guerre mondiale, Ostrov faisait partie d’un latifundium. Les premiers résident-es, les paysan-nes du latifundium, remontent seulement aux années 1920-30. A l’époque communiste le terrain fut exproprié et, la terre collectivisée, distribuée à la rare population résidente et à celle qui s’apprêtait à s’installer. Il s’agissait des personnes qui bientôt allaient être occupées dans l’imposant appareil industriel rapidement mis en place. Ainsi, au fur et à mesure que les gens arrivaient à Ostrov, ils bâtissaient leur maison et le faisaient selon une architecture rappelant celle des maisons villageoises qu’ils venaient de quitter. Pour une partie des constructions, des permis furent accordés ; les autres maisons furent construites sans autorisation – et plusieurs le sont encore aujourd’hui. Dans les années 70, Ostrov entre dans le territoire de Bucarest : un des plans de systématisation de la ville prévoit de récupérer cette partie de la zone agricole de la capitale pour en faire un parc sportif aquatique. C’était en 1976 : une partie des installations fut aménagée et les premiers travaux pour la construction d’un port entamés. Quant aux habitant-es, il était prévu de les reloger dans les nouvelles HLM. Le projet était dirigé par le prof. Victor Fulicea (Faculté d’Architecture, Université de Bucarest), l’un des grands architectes du Régime. Le projet a échoué.

  • 10 Paradoxe du national-communisme à la roumaine, ce système économique, qui abhorrait la propriété p (...)

12C’est ainsi qu’actuellement les habitant-es les plus âgé-es d’Ostrov viennent surtout de la campagne roumaine. Cependant, à côté de cette composante majoritaire, il y a aussi quelques familles de migrants bulgares et moldaves, issus des migrations entre les différents pays ex-communistes. Enfin, quelques familles se définissant explicitement rom (tziganes) partagent la presqu’île avec une population en bonne partie mixte rom-roumaine, mais se définissant comme roumaine. Aujourd’hui, beaucoup de personnes à la retraite et surtout des veuves habitent à Ostrov. Elles sont toutes d’anciennes ouvrières des industries du Régime. Ici, comme dans tous les PECO, les femmes ont une espérance de vie bien plus longue que celle des hommes. Pour cette raison surtout, mais également à cause des divorces ou d’abandons, beaucoup de femmes sont cheffes de famille et la majorité des personnes âgées de la première vague d’immigration est désormais féminine. Ostrov serait destinée au vieillissement si, de nos jours, de nouvelles personnes n’étaient pas venues s’installer dans le village. Car, les conjonctures économiques poussent les gens à louer ou à bâtir une maison dans ce quartier. Déplacées dans les appartements des HLM, certaines personnes essayent de les quitter parce qu’ils sont devenus trop chers, les frais d’entretien étant souvent plus élevés que les salaires, même en étant propriétaire10. Les jeunes générations aussi reviennent chez les vieux parents ou oncles et tantes et s’installent dans la cour de la famille. Ainsi la cour s’élargit grâce aux jeunes gens de la famille mais aussi grâce aux nombreuses nouvelles familles de locataires. Tout à fait étrangères aux liens parentaux des premièr-es habitant-es, elles louent rarement des cours entières. Le plus souvent, elles prennent une chambre dans la cour, ou alors, celles qui ont vendu leurs appartements d’HLM, achètent du terrain dans le quartier et y construisent une maison « à l’américaine » (à deux ou trois étages, avec fondations).

13Aujourd’hui, les vicissitudes communistes semblent lointaines. Mais, sans trêve pour les Ostrovien-nes, le passé revient cycliquement comme un destin de démolitions et de déplacements auquel on n’échappe pas. Car, sur l’île pèse actuellement un projet de réhabilitation du territoire (Projet de la zone des lacs du Colentina. Etude analytique et perspective de consolidation du Projet Urbaniste Général de Bucarest, PUG, 1999) pour en faire un parc sauvegardé du cheval roumain en voie de disparition. Financé par la Banque Mondiale, dans le cadre du PUG, visant à réparer les dégâts de l’architecture du Régime et de ses Plans de systématisation, le Projet de la zone des lacs est dirigé par le prof. Victor Fulicea ! Il prévoit de démolir les habitations et déplacer les gens dans les campagnes limitrophes.

LES COURS, LA PRODUCTION ET LES MODES DE VIE

14A Ostrov, les maisons indépendantes sont rares. Le plus souvent, les gens habitent dans les cours. Ressemblant aux gospodâri (households) rurales, les cours se composent de différentes maisons. Celles-ci peuvent être constituées d’une seule pièce ou bien de plusieurs, d’après le statut (propriétaire ou locataire, appartenant à la première génération arrivée ou à la dernière) et la richesse de ses habitant-es. Démarquées par des enceintes, les maisons sont donc disposées autour d’un espace commun (la cour, justement) où toutes sortes d’activités ménagères collectives et de prestations de services se déroulent.

15Dans les cours, les femmes s’activent à combler les vides laissés par le démembrement du système de garanties sociales. De la sorte, à l’intérieur de chaque gospodãrie, toutes les femmes de la famille, ainsi que les femmes locataires garantissent, pour tous les membres de la cour, la survie des malades qui ne sont plus pris en charge par le système sanitaire public, des personnes âgées aux retraites inconsistantes, et la prise en charge des très nombreux enfants, faute d’accès aux méthodes contraceptives, et des chômeurs issus de la vague de privatisations et de restructurations de l’économie roumaine. A l’extérieur de la cour aussi, les femmes s’organisent en réseaux de production et/ou d’échange de produits et de services et coopèrent avec les femmes des autres cours.

  • 11 Borzeda A., 1999.
  • 12 Il est certain que ces pourcentages nationaux sont faussés par les difficultés de comptabiliser le (...)

16Comme nous l’avons dit en présentant le cadre du post-socialisme, les ménages incrémentent leur rôle de producteurs. En Roumanie, l’auto-production est estimée à 50 % des budgets des ménages11, alors que l’économie informelle représente d’un tiers à presque la moitié du PIB roumain12. Tout en étant un phénomène éminemment agricole, l’augmentation de l’autoproduction intéresse aussi les ménages urbains et, d’une façon encore plus complexe, les insulaires d’Ostrov avec leur statut hybride de rur-urbains. Ici, les stratégies de survie s’articulent autour des échanges avec les campagnes, des échanges internes parmi les gospodãri, des échanges sur le marché économique « légal », sur les marchés « noir » et « gris », mais aussi autour de pratiques véritablement agricoles, les gospodãri relativement plus aisées disposant d’un potager et même, parfois, de quelques animaux. A Ostrov, la composante la plus remarquable et généralisée de cette économie de l’autoproduction concerne la préparation de conserves. Cependant, elle dépasse largement le domaine de la production alimentaire. Prises dans les contradictions et les misères de la réorganisation économique, les femmes d’Ostrov récupèrent et transforment d’anciens systèmes de coopération et d’échange antérieurs à la nationalisation et revitalisent les économies « parallèles » qui l’avaient accompagnée. C’est comme si l’entrée de la Roumanie dans le marché global néo-libéral stimulait la récupération de systèmes traditionnels de production et d’échange.

  • 13 Adamesteanu G., 1999 ; Surugiu R., 1999.
    Les recherches menées sur la condition des femmes dans l’e (...)
  • 14 L’expression Bãietii de Bãieti signifie littéralement « les garçons faits en garçon » ou bien, « l (...)

17Nous verrons plus tard quelques exemples de cette production et de réseaux d’échange féminins. Nous nous arrêterons aussi sur les conflits de pouvoir qui opposent les femmes aux hommes à l’intérieur de la cour. Pour l’instant, pour en rester au niveau descriptif, il est de rigueur de remarquer un autre aspect distinctif de la vie des Ostroviennes : la menace de la violence et la violence affichée qu’elles subissent au quotidien dans la cour. En effet, cette forte recrudescence de la violence envers les femmes13 va de paire avec la position centrale qu’elles occupent dans l’économie laborieuse de la gospodãrie rur-ubaine. La violence domestique est le trait commun de la vie de toutes les femmes que j’ai interviewées et que j’ai connues. Dans le cadre des relations familiales, les femmes de tout âge sont soumises à toutes sortes d’abus, qui non seulement mettent leur vie en danger, mais compromettent aussi leurs capacités à participer à la vie familiale – et publique – sur une base d’égalité avec les hommes. A ceci s’ajoute la contrainte à la prostitution imposée par les hommes de la famille ou alors par quelques-uns des Bãietii de Bãieti14 de Pantelimon. Nombreuses sont les femmes d’Ostrov qui connaissent l’exploitation sexuelle (parfois que de façon ponctuelle) sur le florissant marché du quartier.

18Violence à part, ce qui n’est pas spécifique à Ostrov, l’île est perçue par ses habitant-es comme étant un village, un village sans église. Les Ostrovien-nes se définissent toujours en opposition à la ville, lointaine physiquement et indifférente à leur exigence. Leur fierté découle de leur extranéité, de leur marginalité à une ville pas aimée. Dans la construction du couple binaire identité/extranéité plusieurs niveaux (selon les stratégies) interviennent pour définir les Ostrovien-nes : le pays, la campagne et la région linguistique d’origine, la race et l’île... jusqu’à la rue qu’on habite, le voisinage immédiat et enfin la cour. C’est ici un élément central et unanime de l’identité du quartier : la cour. Les habitant-es s’accordent pour dire que la particularité du quartier réside dans l’organisation de l’habitat par cour. Plus généralement, le sentiment d’appartenance à une communauté villageoise apparaît chez toutes mes interlocutrices, qui se sentent Bucarestoises d’une façon tout à fait spéciale. Contre l’anonymat de la ville, à Ostrov tout le monde connaît tout le monde, et les bonnes relations de voisinage sont les liens sociaux les plus recherchés et soignés. Toutefois, quand les cercles d’appartenance se restreignent, la personne qui habite quelques rues plus loin est déjà une étrangère dont il faut se méfier. Dans les termes de l’opposition cour/HLM (dont découlent celles de village/ville, solidarité/individualisme) se construit toute la rhétorique identitaire en faisant de ses deux termes les emblèmes de deux styles de vies, de deux systèmes économiques et sociaux antinomiques. La cour demeure l’expression réitérée d’une identité irréductible à laquelle personne ne veut renoncer.

LES ECHANGES : LA GOSPODARIE MIXTE DIFFUSE

  • 15 Mihailescu V., 1999.

19Pour rendre compte de la spécificité de cette organisation collective de l’habitation, nous empruntons la notion de « gospodărie mixte diffuse »15. Nous l’entendons comme le résultat des mutations historiques de la gospodărie traditionnelle de village, en tant que forme d’établissement caractéristique de toutes les campagnes roumaines (et, en général, de toute l’aire slave). Ainsi, par cette définition faut-il entendre une unité résidentielle de consommation et de production à base fondamentalement – mais pas exclusivement – familiale. Mixte, quant aux systèmes économiques qui sont adoptés ; diffuse, quant à la localisation spatiale, dispersée entre une partie qui reste dans le village d’origine à la campagne et une (ou plusieurs) qui se déplace en ville.

  • 16 Une anthropologie qui opposerait public et privé ne pourrait pas tenir compte de la multiplicité d (...)

20Il est possible de considérer les cours d’Ostrov comme la partie diffuse des gospodãri des campagnes que les gens quittèrent pour aller travailler dans les usines de Bucarest. Les cours d’Ostrov sont alors le résultat des démembrements des gospodări de village. Mais il ne s’agit pas d’un phénomène historique révolu une fois pour toutes, puisque le rapport avec la partie de la gospodãrie restant à la campagne est constamment entretenu et recherché. Cela concerne tout le monde à Ostrov, originaires et nouveaux arrivé-es, mais davantage la première génération d’immigré-es. Ainsi, périodiquement, ce sont surtout des femmes âgées qui se rendent à leur village de provenance pour s’approvisionner en produits agricoles. Parfois, elles s’y rendent pour de longues périodes et aident la famille à travailler les champs16.

21Ces réseaux se tissent souvent autour de la parenté biologique, mais ce n’est pas toujours le cas. Les parrainages (ou plus exactement, les marrainages) et les amitiés constituent autant de nouvelles et anciennes stratégies de solidarités et d’entraide. Les enfants occupent une place particulière dans ces réseaux. Filles et garçons sont échangé-es entre les membres de la famille diffuse, selon les contingences économiques. Cette pratique n’est pas particulièrement récente. Parmi la génération des anciennes habitantes, nombreuses sont celles qui sont arrivées à Ostrov encore petites, pour être logées et élevées par des tantes, des grands-mères ou d’autres membres de la famille déjà établis en ville. Les enfants avaient ici plus de possibilités de suivre une formation et de trouver un travail dans les entreprises d’État. Aujourd’hui, la trajectoire est tendanciellement inversée, puisque souvent, les femmes de la seconde génération arrivée envoient un ou plusieurs enfants dans la famille à la campagne, lorsqu’elles sont trop pauvres ou lorsqu’elles en ont trop. Comme nous le verrons pour l’école maternelle et pour la surveillance collective, les enfants d’Ostrov sont au cœur de systèmes d’échange et de solidarité riches et complexes.

Les réseaux d’échange à l’intérieur du « village sans église »

22Plongées dans la crise économique et dans la pénurie alimentaire, les familles diversifient leurs stratégies de survie, en combinant des formes différentes d’économies. Elles récupèrent principalement d’anciennes formes traditionnelles de collaboration et d’échange parmi les membres de la communauté d’appartenance. Toutefois, cette récupération n’est pas un simple retour en arrière mais plutôt un phénomène complexe qui articule les exigences et les conséquences de la restructuration économique avec celles de la survie de la famille ; des formes de solidarité historiquement antérieures avec les nouvelles possibilités ouvertes par l’économie de marché. Nous avons mentionné les échanges qui se produisent entre Ostrov et les campagnes, mais les systèmes d’échange à l’intérieur du village, parmi les gospodãri et les cours sont aussi très importants.

23Ce type d’échange n’est pas nouveau et il avait déjà un rôle considérable dans les économies socialistes de tous les PECO. Les échanges intra-maisons formaient une « deuxième économie », déjà sous les Régimes communistes. Tout étant illégal, les autorités laissaient se développer cette sorte d’économie « grise » et étaient permissives tant qu’elle était fonctionnelle pour l’économie communiste. Mais, une fois dépassés certains seuils de productivité, les sanctions devenaient lourdes et les gens étaient taxés d’antipatriotisme. Aujourd’hui, ce type d’économie s’élargit parce que la crise du marché du travail salarié impose la recherche de nouvelles entrées pécuniaires, mais aussi parce que de nouveaux membres s’ajoutent aux réseaux. Dans la cour, la solidarité familiale, l’intensification de l’exploitation du travail féminin et, justement, la participation aux réseaux rend plus simple la survie. Remarquons aussi que les échanges s’intensifient non seulement à cause de l’ouverture à l’économie de marché, mais aussi grâce à cette ouverture. Car, celle-ci permet toutes sortes d’activités auparavant interdites ou tout simplement non réalisables. Pensons aux petits commerces qui ont été implantés sur l’île : quatre « magasins mixtes », un atelier de chaussures, plusieurs ateliers de réparation de voitures et, bien évidemment, les commerces agro-alimentaires du marché de Piatã Delfinului. Ce sont les principales activités qui font interagir la communauté d’Ostrov avec l’économie de marché plus large. Elles produisent des revenus qui sont réinsérés dans les échanges entre les habitant-es des cours.

24D’autres sortes d’échanges, disons, non capitalistes et souvent non marchands, ont lieu sur l’île : on échange des services contre des services, des produits contre des services, du travail contre de la reconnaissance et, surtout, on construit des réseaux « d’amitié ». Ces échanges se passent « Sans argent, nous nous aidons comme ça sufleteste vraiment sans argent ! » (D.L.). Sufleteste (lit. : moralement, spirituellement) : voilà comment les échanges parmi les gospodãri sont décrits. Dans le champ sémantique de ce mot – dont mes interlocutrices estiment qu’il caractérise la sphère de l’action féminine – rentre tout ce qui a trait à l’âme, la morale et le spirituel. Tout en n’ignorant pas les règles du marché, ce sont ces critères qui établissent la valeur de ce type de prestations entre les cours.

25Les enfants sont au centre d’importants rapports communautaires. Arrêtons-nous donc un instant sur le fonctionnement de la Gradinita (école maternelle) n° 150. Car, autour d’elle ont lieu des activités de collaboration qui, à de rares exceptions près, concernent les 500 familles du village. Alors que l’ancienne école primaire, aujourd’hui dépôt privé, est fermée depuis plusieurs années, la maternelle, seule institution publique d’Ostrov, continue d’accueillir les nombreux enfants du quartier. Le soutien financier de la commune étant limité aux seuls frais de gestion ordinaire et ne prenant même pas en charge le matériel didactique, cet édifice spartiate continue d’exister et de fonctionner grâce aux travaux d’entretien, à la gestion administrative, et aux cotisations des habitant-es – et des mères, prioritairement. Grâce aux travaux bénévoles, l’école est le seul bâtiment de l’île équipé de toilettes modernes, d’eau courante et même d’un chauffage avec des radiateurs. Les jouets, ainsi que le matériel didactique, quoique modestes, sont aussi offerts par l’ensemble du quartier. Mais, même au-delà du cas particulier de l’école, les enfants sont souvent le biais par lequel se consolident les relations entre les adultes et surtout entre les mères. Elles peuvent ainsi travailler tranquillement, également en dehors des horaires scolaires, tout en sachant que les femmes restant dans le quartier surveilleront leurs enfants.

26Les bonnes relations d’amitié et de voisinage sont les voies pour entretenir de tels échanges. La participation à ce type de relations est réglée par des critères de réciprocité. Ceci dit, les individu-es occupent des positions non égalitaires dans les réseaux, selon leur statut, leur capital économique, selon leur sexe et leur appartenance ethnique, facteurs qui font partie du capital social qui établit la position de chacun-e dans le réseau, et des réseaux entre eux. De plus, dans le réseau, la valeur des biens produits et échangés ne dépend pas des critères qui règlent les contrats de l’économie capitaliste – même si une connivence entre les échanges de redistribution et de marché existe toujours. La valeur des biens dépend de la valeur sociale des sujets humains qui les produisent. C’est ainsi que la négation de la valeur économique du travail des femmes dans la gospodãrie, correspond à la négation de leur statut de sujets autonomes.

SA TRÃIASCà MÃMà: MATRILINEARITÉ ET ECHANGES ECONOMIQUES

27Un exemple de ces réseaux est celui auquel participe Doamna Maria (Madame Maria, 67 ans). Elle est « l’informatrice privilégiée » de ma recherche et c’est à l’intérieur de son réseau communautaire féminin que j’ai eu accès aux informatrices. Dans ce réseau, les femmes échangent des services, des prestations, des produits. Chez ses amies, Doamna Maria accomplit toutes sortes de tâches ménagères, du nettoyage aux courses, de la préparation des conserves aux enterrements. Elle aide à faire la lessive, à nettoyer les tapis, à peindre les maisons et, surtout, elle passe beaucoup de temps à discuter avec ses copines. Ses services s’adressent particulièrement à d’autres femmes âgées. Ainsi, prend-elle soin des morts des femmes malades et fatiguées, elle soigne les tombes des morts de ses amies, des siens et, parfois, celles d’inconnus qui ont l’air abandonnées. Maria s’occupe aussi de la préparation du corps des morts. Elle aide à organiser la maison pour la veillée funèbre et pour le parastas – un repas rituel – qui suivra l’enterrement.

28Dans ce réseau, les femmes se positionnent selon les termes d’une parentèle matrilinéaire. Mères, filles, sœurs, tantes : chacune, selon son âge et sa proximité, est investie d’un nouveau statut. La solidarité et les échanges suivent la linéarité mère/fille. Le caractère des relations affectives parmi les femmes est établi à partir du lien mère/fille, considéré comme le sommet de l’amour et de la complicité, à partir duquel toutes les autres relations se construisent. Maria me présente ses sœurs, ses tantes et ses mères mythiques, tandis qu’avec le temps je deviens moi-même sa fille.

29Au début, les gens étaient méfiants et craignaient ma présence, ils me saluaient avec la formule respectueuse sãramâna : « je vous baise les mains ». Plus tard, les femmes ont commencé à me saluer avec l’expression : sã trãiascã mãma ! : « que ta mère vive de longues années ! » (Expression rare, difficile à entendre en dehors du village). Sã trãiascã mãma, elles me le disent aussi chaque fois qu’elles veulent me remercier de quelque chose ou, simplement, lorsqu’elles expriment des vœux pour moi, mon futur et ma recherche. Ce souhait, que les femmes énoncent lorsque je rencontre leur approbation, présuppose une continuité entre l’Ego (féminin) et sa mère. Le bien le plus grand que ces femmes puissent me souhaiter ne m’est donc pas adressé personnellement mais se dirige vers ma mère – au sujet de laquelle, bien sûr, elles me posent beaucoup de questions.

30Le lien mère/fille, biologique ou symbolique, a une puissance affichée parmi les cours d’Ostrov. Les avis des Ostroviennes sur la maternité montrent l’extrême importance et valeur qui y sont accordées. Mais la réciprocité du sentiment d’amour mère/enfant n’est garantie qu’en cas de descendance féminine. Seule une fille peut ressentir la même intensité d’amour. Seule une fille peut comprendre une mère et l’aider. Seule une fille pourrait « traiter sa mère de sœur » (D.F.). Chez les garçons, au contraire, rien ne reviendra en retour du sacrifice obstiné des mères. Avoir une mère et être à son tour mère d’une fille est le plus puissant des dons : une espèce de pouvoir magique qui sauve la vie des femmes et se transmet directement par la chaleur du sang - que les femmes ont chaud et les hommes froid.

31Cette continuité mère/fille est physique et spirituelle. Comme je le disais, le rapport qui me lie à Doamna Maria est maternel. Elle se proclame ma mère putative, tant lui semble nécessaire que j’en aie une alors que la mienne est loin. Cette matri-parentalité est donc perçue en tant que rapport qui dépasse largement la maternité biologique. L’adoption, de même, n’est en aucun cas vue comme une diminution du rôle maternel. Au contraire, adopter une fille pourrait être la voie pour combler les déficiences de la parenté biologique.

32Notre hypothèse est que l’ensemble de ces liens mère/fille forme une structure d’action qui, seule, échappe au contrôle masculin et permet la formation de groupes de solidarité. Les cours sont les espaces où cela est rendu possible. Elles définissent des espaces collectifs dans lesquels les femmes peuvent librement circuler et agir relativement au repère des interdictions que les hommes posent. Nous pensons qu’à Ostrov l’avancée des économies et des systèmes de genre d’Occident, ne met pas en danger le lien mère/fille. Contrairement à ce qui est advenu dans d’autres pays, sous l’impact de structures parentales provenant de l’Occident avancé (cf. Nader, 1989), à Ostrov les réseaux mère/fille ne sont pas mis en discussion par l’affirmation de la famille nucléaire et l’abandon de la structure parentale élargie. Si dans d’autres situations de « transition », (de développement ou de révolution) les réseaux mère/fille, caractéristiques de la situation précédente, sont interrompus, pour laisser la place à la relation épouse/mari, sur l’île la situation apparaît inverse : le lien mère/fille en sort renforcé. L’occidentalisation tendancielle de l’économie et des institutions sollicite ici le maintien et la consolidation d’une structure élargie et, dans ce sens, traditionnelle, des relations familiales. Dans cette structure élargie, les Ostroviennes arrivent à tisser leurs réseaux et en faire une source de pouvoir.

33En termes anthropologiques, une matrilinéarité proclamée comme celle du réseau de Doamna Maria a l’allure d’un mythe libérateur, un appel à une sorte de non nommée sisterhood. Car, c’est justement à l’intérieur de cette parenté non biologique que les femmes trouvent un espace d’action économique et sociale impossible autrement (nous pensons, à titre d’exemple, à la possibilité d’accéder à des petits crédits, et formes d’emprunts réciproques). Aux hommes, de plus en plus démunis sous leur joug de la débrouille quotidienne, les femmes opposent leurs voix et prennent des décisions. Leur autorité (quoique rarement reconnue en tant que telle par les hommes) leur vient de la maîtrise de l’économie domestique. Mais, alors que nous reconnaissons cet empowerment des femmes, nous ne pouvons pas oublier que cette sphère d’autonomie féminine se trouve dans le cadre de la gospodărie, où les rapports familiaux et de production sont de type patriarcal. C’est pour cela que nous envisageons la famille, et la cour dans son ensemble, comme espace de lutte entre les tenants d’une structure de genre patriarcale et l’autonomie que les femmes s’autorisent grâce à la cour mais aussi, nonobstant la cour.

LA COMMUNAUTÉ DES FEMMES CONTRE LA COMMUNAUTÉ DES HOMMES : LUTTES POUR LE POUVOIR ET RETOUR A LA NORMALITÉ

  • 17 Delphy C., 1998.

34Nous sommes amenée, maintenant, à mettre en discussion la notion de devãlamsie. Largement répandue dans l’ethnologie roumaine, elle définit l’unité familiale comme étant une communauté solidaire et égalitaire. A notre sens, les gospodãri sont à penser en tant qu’espaces de conflit entre les différentes instances de pouvoir, selon l’âge, le sexe, la race, la classe et la place dans les rapports de production. Elles sont le résultat de la lutte et de la négociation entre les différents membres plutôt qu’un lieu d’unité et de complémentarité. Inversement aux prétentions de l’ethnologie classique roumaine, la communauté familiale semble se partager de façon hiérarchique entre une « communauté des femmes » et une « communauté des hommes ». Les notions de « production collective » et de « consommation partagée », qui caractériserait la devãlamsie, se révèlent non seulement des instruments d’analyse inefficaces ; elles sont aussi fallacieuses qu’idéologiquement ambiguës : elles détournent le regard de la distribution des pouvoirs et cachent les hiérarchies. Dans la condition particulière de transformation des rapports de force à l’intérieur de la gospodãrie, le conflit entre les deux « classes » de sexe17 apparaît évident : la misère des conditions matérielles mettant à nu la lutte pour le contrôle du pouvoir et le maintien de la domination. Nous considérons que les stratégies par lesquelles les femmes s’organisent en réseaux et investissent l’espace, participent consciemment de cette lutte pour la reconnaissance et l’affirmation d’une place féminine dans la répartition des pouvoirs. La recrudescence de la violence contre les femmes peut alors nous apparaître comme une stratégie de « classe » – celle des hommes – face à la déstabilisation de leur pouvoir.

  • 18 Guillaumin C., 1992.
  • 19 Miroiu M., « Conditia femeilor din România – între traditie §i modernizare » in Gen şi politica. F (...)

35Ce qu’on observe dans les cours d’Ostrov, avec la spécificité de son organisation spatiale et économique et la mise en place de liens de solidarité mère/fille, est un aspect local des bouleversements macrosociaux des rôles de genre, portés par la « transition ». Car, un changement du système de genre est en œuvre aujourd’hui en Roumanie. Et les signes du changement in fieri laissent deviner un retour conservateur. L’entrée des PECO dans l’ordre occidental entraîne la naissance d’une nouvelle forme de « sexage »18, caractérisée par la coexistence d’un système de genre héritage du patriarcat étatique communiste et d’un patriarcat rural pré-communiste, dans le cadre d’un système institutionnel s’approchant des démocraties occidentales. A ce double joug, s’ajoute la propagation des modèles de féminité venant de l’Occident. Diffusés sélectivement par les médias, ces modèles de la new woman des sociétés de consommation (son système de genre, sa technologie et ses capitaux) contribuent à créer (du moins en Roumanie) ce que Miroiu appelle un double patriarcat, ou un néo-patriarcat « à la roumaine » : « alimenté fondamentalement par les micropolotiques de survie réalisées par des moyens très insuffisants »19.

36Nous l’observons à Ostrov : des relations familiales de type patriarcal se renforcent sous la contrainte d’une production domestique faite par des moyens de production pauvres. Ainsi, Ostrov nous montre les signes d’un paradoxe seulement apparent : plus l’économie se globalise, plus la gospodărie, son économie domestique et ses rapports de genre se traditionnalisent. Les gens survivent à la périphérie de l’économie de marché grâce à la récupération de systèmes d’échange « traditionnels ». La récupération d’un style de vie rural patriarcal est la réponse locale à l’invasion des multinationales. De même, nous pensons que comme la réorganisation économique de la gospodãrie est la forme locale de réponse à la crise économique et institutionnelle, l’exploitation des femmes en son sein est la condition de la survie de la gospodãrie, l’idéologie de genre permettant le maintien et la naturalisation de la division socio-sexuelle du travail.

  • 20 Kligman G., 1998.

37Dans la spécificité de leur vécu, les hommes rétablissent leur pouvoir sur les femmes, après en avoir été en partie exproprié par le Régime. Car, Le Père-dictateur avait ôté aux hommes un instrument clé de domination sur les femmes : le contrôle de leurs capacités reproductives. Kligman20 montre que grâce aux lois anti-avortement et à la politique pro-nataliste, Ceauşescu non seulement imposait un contrôle total sur le corps et la vie des femmes mais, parallèlement, il féminisait le statut des hommes, en réduisant leur pouvoir de chefs de famille. Les femmes de leur côté, recouvrent une position ambiguë : d’un côté, elles ne veulent pas renoncer à certains acquis des politiques communistes d’émancipation féminine, de l’autre, elles aussi assument l’idéologie du « retour à la normalité ».

  • 21 Voir Pelissier N., 1996.
  • 22 Conte E. – Gordano C. (s.l.d.), « Sentiers de la ruralité perdue. Réflexions sur le post-socialism (...)

38Tous les pays en « transition » connaissent cette idéologie. Or, dans la diversité des acceptions21, la formule synthétique de « transition » relève d’une vision linéaire et évolutionniste des sociétés, une vision entretenue par l’idée de progrès. Elle se caractérise donc par sa « prémice téléologique qui déclare acquise d’avance l’adaptation structurelle des économies et des sociétés ex-socialistes à celle de l’Europe occidentale »22. Et c’est justement en raison de leur linéarité que les discours sur la « transition » ne voient pas que le temps mythique de référence, le temps à rejoindre et celui où se situent les critères d’identification sont inscrits dans le passé (pour la Roumanie, les années qui précèdent l’ère de Ceauçescu). Nous croyons que la trajectoire de la « transition », comme elle est vécue par les autochtones, ne se dessine pas comme linéaire. La vision du parcours à accomplir vers la normalisation est circulaire. La norme vers laquelle on transite se réalise dans le passé, plutôt que dans le futur. Le « retour à la normalité » antérieure implique toute une série de conséquences majeures sur la redéfinition des rapports de genre et il est aussi à comprendre à l’intérieur du discours des nouvelles identités nationales. En particulier, le retour se réalise dans les termes d’une réactivation d’un modèle féminin « traditionnel », fictivement posé dans une norme (aussi fictive) du passé historique. Les instances conservatrices de la société et de la politique s’affirmant de plus en plus, le modèle de femme qui s’impose puise dans la réinvention d’un système de genre antérieur. Cette femme est alors épurée de la corruption historique, purgée en même temps des séquelles de la politique communiste d’émancipation féminine comme des valeurs perverties de la new woman occidentale.

CONCLUSION

  • 23 Voir Roncayolo M., Enquête, 1996.

39Passant par Ostrov, nous avons vu que l’architecture n’est pas dissociable d’un certain dessin social et d’une vision du monde spécifique. Nous avons vu que l’architecture définit, dans sa conception et son usage, des espaces genrés. A Ostrov, elle est le produit collectif d’un projet d’habitation commun, résultat de la maîtrise des éléments de construction, produit original de l’intervention des ex-paysan-nes déplacé-es sur l’espace23, différent des allées systématisées de Bucarest, mais aussi différent de l’organisation dispersée de l’habitat des campagnes (souvent organisé par cours plurifamiliales mais, jamais avec une telle concentration que celle de l’île). Quelle que soit la conception originaire du projet et la contribution des femmes à la conception et à la réalisation du quartier, il est sûr que son utilisation aujourd’hui leur offre dans la forme de la cour un espace d’action et de solidarité féminin.

40Nous avons vu comment dans le contexte post-socialiste de changement des rapports de genre, une architecture et un certain aménagement de l’espace à l’intérieur et à l’extérieur de la maison, peuvent faire une différence dans la définition conflictuelle des rôles de genre. Ce texte nous a présenté un cas urbain de stratégies de gestion de la crise de « transition » mis en acte par des femmes selon un style rur-urbain. Nous avons vu que la forme de l’habitat définit l’espace et les relations sociales et donne des possibilités d’action spécifiques. La cour et les modes d’économie domestique qu’y sont attachées, les liens mère/fille tissés contre les liens épouse/mari, donnent à ces femmes un pouvoir d’action plus grand de celui qui est possible dans un mode d’habitation plus atomisé, comme celui des appartements des blocs.

41Mais, parce qu’il ne nous semble pas être allée sur une île de bonheur, nous devons rappeler que ce ne sont pas toutes les Ostroviennes qui participent à des réseaux, et que les femmes « fortes » – comme elles le disent –, celles qui arrivent à s’affirmer ou simplement à contenir la violence des hommes ne sont pas la totalité des femmes en réseau. Beaucoup d’autres conditions interviennent pour casser tout déterminisme entre émancipation et participation à un réseau. Mais il est sûr qu’être en réseau rend la vie plus facile.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Adamesteanu G. (s.l.d.) [1999], Violenta în familie, (compte-rendu du VII Forum de informare asura politicilor nationale în domeniu egalităţii dintre femei şi bărbati), « 22 », suplément.

Adamesteanu G. (s.l.d.) [1999], Violenta contra femeilor şi mass-media (compte rendu du colloque « De la traumă la integritate : femeile din România îşi regăsesc identitatea »), « 22 », suplément.

Agier M. [1996], Les savoirs urbains de l’anthropologie, Enquête.

Althabe G. [1996], Le centre civique de Bucarest. De l’idée à la mémoire, Enquête.

Borzeda A. [1999], « Coups de projecteur sur la consommation des ménages en Europe centrale et orientale », Le courrier des pays de l’Est, n° 442, novembre.

Brown D. L. – Kulcsar L. [2000], « Rural families and Rural Development in Central and Eastern Europe », Eastern European Countryside.

Choron-Baix C. [1996], L’objet « ville ». Entretien avec Colette Pétonnet, Enquête.

Conte E. – Giordano C. [1995], « Sentiers de la ruralité perdue. Réflexions sur le post-socialisme », Paysans au-delà du Mur, Études Rurales n° 138-139-140, avril-décembre.

Costecu J. [1991], Bucarest à la recherche de son âme, Carouge-Genève, éd. Zoé.

Delphy C. [1998], L’ennemi principal. Économie politique du patriarcat, Paris, Éd. Syllepse, Collection Nouvelles Questions Féministes,.

Durandin C. – Tomescu D. [1988], « La systématisation au service de l’homogénéisation », La Roumanie de Ceauşescu, Durandin C., Epaud G., Paris.

Funk N. – Mueller M. (éd.) [1993], Gender Politics and Post-Communism. Reflections from Eastern Europe and the Former Soviet Union, New York, London, Routledge.

Gautier A. – Heinen J. [1993], Le sexe des politiques sociales, Paris, Côté-femmes Editions.

Grunberg L. [1999], « România : o ţară discret sexistă », Sfera Politicii, Bucarest, anul VII.

Grunberg L. – Miroiu M. [1997], Gen şi societate, Bucarest, éd. Societatea de Analise Feministe, ANA.

Grunberg L. – Miroiu M. [1998], Gen şi educaţe, Bucarest, éd. Societatea de Analise Feministe, ANA.

Grunberg L. – Miroiu M. [1999], Gen şi politica. Femeile din România în viaţa publică, Bucarest, éd. Societatea de Analise Feministe, ANA.

Guillaumin C. [1992], Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes Éditions.

Harhoiu D. [1997], Bucarest, une ville entre Orient et Occident, Bucarest, Simetria.

Hasdeu I. – Spano M. R. [1999], D’une appropriation autre de l’espace. L’exemple de Bucarest, Lyon, (manuscrit).

Heinen J. [1995], Chômage et devenir de la main-d’œuvre féminine en Pologne. Le coût de la transition, Paris, L’Harmattan.

Hooks B. [1998], « Casa : un sito di resistenza » Elogio del margine. Razza, sesso e mercato culturale, Milano, Feltrinelli.

Kligman G. [1998], The Politics of Duplicity. Controlling Reproduction in Ceauşescu’s Romania, Berkeley, Los Angeles, London, University of California Press.

Lhomel E. [1996], « Le tissu industriel roumain », Le courrier des pays de l’Est, n° 407, mars.

Liceanu A [1999]., « Privat-public în viata femeilor în România. O perspectivă istoricà » Gen şi politica, Bucureşti, ANA éd., ianuarie.

Littlefield A. – Gates H. (ed.) [1991], Marxist Approaches in Economic Anthropology, Monographs in Economic Anthropology.

Manole C. [1999], « Sfîntul Pantelimon », Dilema. Saptamânul de transiţie, Anul VII.

Mihailescu V. [1999], Réseaux sociaux et stratégie économique dans la « transition » roumaine. Propos pour économie politique de la maisnie, Lyon, novembre.

Mihailescu V. [1999], Alternative metodologice ale transiţie, Bucarest, octombrie.

Mihailescu V. – Nicolau V. – Gheoghiu M. – Drinovan G. [1993], « Snagov. Trois mises en perspective au sujet de la "systématisation" », Romanian Journal of Sociolgy, IV, Bucarest.

Mihailescu V. – Popescu I. – Panzaru I. [1992], Paysans de l’histoire : approche ethnologiques de la culture roumaine, Bucarest, DAR.

Miroiu M. [1999], « Conditia femeilor din România – între tradiţie şi modernizare » Gen şi politica. Femeile din România în viaţa publică, Bucureşti, ANA éd., ianuarie.

Moghadam V. M. [1995], « Restructuration économique, politiques identitaires et rapports sociaux de sexe en Europe centrale et de l’Est et au Moyen-Orient-Afrique du Nord », Recherches féministes, n° 8.

Nader L. [1989], « Orientalisme, Occidentalism and the Control of Women », Cultural Dynamics, II/ (3).

Nemenyi A. [2000], « Rural Households in Romania. Structure, Income, Consumption », Eastern European Contryside.

Nicolaescu M. [1999], « Globalizarea şi femeile din România », Sfera Politicii, Istitutul de Cercetări Politice şi Economice şi Fundaţia « Societatea Civilă », (Bucarest) anul VII.

Pelissier N. [1996], La Roumanie contemporaine : approches de la transition, Paris, L’Harmattan.

Predosanu G.-A. [1995], Problematica şomajul feminin în România, în perioada de transiţie şi metode de combatere a lui, Bucarest.

Predosanu G.-A. [1995], Ocuparea şi utilizarea forţei de munca feminine în activitatea economico-sociala in condiţiile economiei de piata, Bucarest, Ministerul Invatementului, Academia De Studii economice, Facultatea de Menagement.

Renne T. [1997], Ana’s Land. Sisterhood in Eastern Europe, Bulder, Colorado.

Roncayolo M. [1996], Conceptions, structures matérielles, pratiques. Réflexions autour du « projet urbain », Enquête.

Selim M. [1992], « La ville miroir de l’État : Bucarest. Entretien avec Gérard Althabe », Journal des Anthropologues.

Spano M. R. [2000], « Entre Est et Ouest : paroles de femmes sur la "transition" », Séminaire d’Ethnologie, DSPG en Ethnologie et Anthropologie 1998/2000, Université de Fribourg.

Spano M. R. [2001], Le « retour à la normalité » : néo-patriarcat et système de genre en transition. Une ethnologie des cours d’Ostrov (Bucarest). Neuchâtel, Lausanne, Mémoire de DSPG en Ethnologie et Anthropologie 1998/2000, Universités de Fribourg.

Stoica G. [1984], La maison et la maisonnée du paysan roumain, Bucarest, Meridiane.

Surugiu R. [1999], « Violenta domestică. Pledoarie pentru ridicarea cortinei », Sfera Politicii, Bucarest, anul VII.

Tabet P. [1998], « Des outils et des corps », La construction sociale de l’inégalité des sexes, Paris, L’Harmattan.

Todorova M. [1990], « Myth-Making in European Family History : the Zadruga Revisited », EEPS, East European Politics and Societies, n° 4, Winter.

Van Der Lippe T. - Fodor E. [1998], « Changes in Gender Inequality in six Eastern European Countries », Acta Sociologica, n° 4.

Zerilli F. [1998], « Identité et propriété en milieu urbain : locataires et propriétaires dans la Roumanie contemporaine », Annuaire de la société d’anthropologie culturelle de Roumanie.

Gen şi politică. Femeile din România în viaţa publică, Bucarest, éd. Societatea de Analise Feministe, ANA, 1999.

Women in transition. Regional monitoring report, Unicef (éd), 1999.

Analize. Revistă de studii feministe, Bucarest, 1996.

Cahier du Gedisst, numéro spécial : « Transition » en Europe de l’Est : main-d’œuvre et citoyennes de seconde zone, 1995.

Notes

1 Borzeda A., 1999 ; Brown D. L. – Kulcsar L., 2000 ; Nemenyi A., 2000.

2 Voir, à titre d’exemple, Moghadam V. M, 1995 ; Heinen J, 1995 – Cahier du Gedisst, numéro spécial : « transition » en Europe de l’Est : main-d’œuvre et citoyennes de seconde zone, 1995 ; Van Der Lippe T. – Fodor E., 1998 ; Funk N. – Mueller M. (éd.), 1993 - Analize. Revistâ de studii feministe, Bucarest, 1996 ; Grunberg L., 1999 ; Grunberg L. – Miroiu M., 1997 ; Grunberg L. – Miroiu M., 1998 ; Liceanu A., 1999 ; Miroiu M., 1999 ; Renne T. (éd), 1997.

3 Selim M., 1992 ; Althabe G., Enquête, 1996.

4 Choron-Baix C., « L’objet « ville ». Entretien avec Colette Pétonnet », Enquête, 1996, p. 11-12.

5 Zdravomyslova, Cahier du Gedisst, numéro spécial, 1995.

6 L’« effroyable » Pantelimon, secteur « 2 » (sud-est) de Bucarest (le territoire de la ville est partagé en 6 secteurs administratifs, gérés par autant de mairies), offre une des images les plus dures de la systématisation du territoire urbain, qui a débuté dans les années 1970. C’est un immense quartier-ghetto populaire : la population s’ethnicise et les blocs communistes sont plus nombreux et délabrés qu’ailleurs, du moins le long des artères principales. Mais, derrière l’agglomération des blocs délabrés et insalubres, les maisons paysannes en ruine apparaissent.

7 Je me référerai à Ostrov en reprenant indifféremment les dénominations les plus fréquemment utilisées par ses habitant-es : île, presqu’île, quartier, village – et plus précisément village sans église.

8 Ce terme d’origine slave désigne, dans son sens originel, la domus, la res du seigneur. Dans la littérature ethnologique roumaine, la gospodãrie désigne la maison abritant la famille élargie, répandue partout dans les campagnes du pays. Tout en me démarquant de son sens folklorique, j’utilise le terme dans son signe original roumain parce qu’aucune traduction française ne semble convenir. Lorsque j’ai recours à ce terme, j’entends faire référence au système hiérarchique de genre qui y trouve place, mais aussi aux valeurs que les femmes interviewées réclament pour elles et pour leur travail.

9 « Rur-urbain » est une catégorie d’analyse utilisée dans les études européanistes pour appréhender une organisation de l’espace hybride entre le rural et l’urbain. Elle met à l’épreuve la distinction classique village/ville et en défie la portée heuristique. Ostrov n’est pas un quartier de paysan-nes mais d’ex-paysan-nes. Alors que dans une agro-town le style de vie est urbain dans un milieu rural, ici le style est résolument rural en pleine ville. Comme une agro-town, Ostrov manque de services tertiaires et les habitant-es partagent un même niveau socio-économique. Contrairement aux gens d’une agro-town, les rur-urbain-es d’Ostrov travaillent (ou ont travaillé) dans l’industrie et le tertiaire de la capitale. A quelques centaines de mètres du pont d’accès, le fantôme d’une grande entreprise d’État désormais rouillée et abandonnée comme toutes les autres, montre sa façade aux habitant-es d’Ostrov, qui en nombre important y ont travaillé, avant d’être licencié-es en masse après 1990.

10 Paradoxe du national-communisme à la roumaine, ce système économique, qui abhorrait la propriété privée, était dans les faits mixte, public et privé. Même si la rhétorique du Parti passait sous silence ce point, le rejet de la propriété privée fut loin d’être total. A la fin des années 1970, la nationalisation des propriétés immobilières et foncières étant achevée, l’État prit une mesure qui permettait l’association entre propriété privée et habitation. Invalidant la norme constitutionnelle qui prévoyait que les biens et les moyens de production appartenaient « au peuple », l’État mit en vente les appartements des HLM. Ainsi, beaucoup de locataires ont pu racheter leurs appartements selon un système de retenue salariale à la source. Le processus a continué aussi après 1989. C’est une raison pour laquelle Bucarest, ainsi que d’autres villes roumaines, compte aujourd’hui un très grand nombre de propriétaires. Une situation encore plus particulière est celle qui oppose les ancien-nes propriétaires exproprié-es pendant la nationalisation (qui demandent la restitution) et les locataires attribué-es par le Régime (qui demandent de rester, le soin de la maison – îngrijit – étant prioritaire par rapport aux titres de propriété).
Pour une analyse de ce conflit, voir Zerilli F., 1998.

11 Borzeda A., 1999.

12 Il est certain que ces pourcentages nationaux sont faussés par les difficultés de comptabiliser les économies informelles. Mais, les statistiques sont faussées encore davantage par les choix en matière d’économie politique qui nient toute valeur économique au travail domestique. Les données officielles sur le niveau de vie ne comptabilisent pas toutes les économies engendrées par l’autoconsommation et l’auto-production (tant le Législateur et le Comptable considèrent ces activités comme naturellement féminines). Ces données de type quantitatif permettent de cerner l’ampleur de la production ménagère. Par contre, elles ne laissent pas transparaître que cette économie est produite presque exclusivement par des femmes. Pourtant, ignoré par la comptabilité nationale, le travail des femmes perd sa valeur économique, confirmant et soutenant une fois de plus la dégradation de leur statut de citoyennes.

13 Adamesteanu G., 1999 ; Surugiu R., 1999.
Les recherches menées sur la condition des femmes dans l’ex-bloc communiste, en période de « transition », partagent largement l’idée d’une augmentation de la violence contre les femmes. Cependant des données fiables ne sont pas disponibles. La connaissance de cet ample phénomène reste entravée par des pouvoirs politiques conservateurs qui en nient même l’existence.

14 L’expression Bãietii de Bãieti signifie littéralement « les garçons faits en garçon » ou bien, « les garçons des garçons » et définit des jeunes hommes organisés en brigades, toujours en lutte entre elles, qui contrôlent et gèrent le marché de la drogue et de la prostitution de Pantelimon.

15 Mihailescu V., 1999.

16 Une anthropologie qui opposerait public et privé ne pourrait pas tenir compte de la multiplicité des espaces d’action des femmes, qui sont loin d’être réduits au seul espace de la maison. Comme le dit Agier pour les réseaux féminins de Bahia, « tout en étant déterminée par les contraintes de l’univers domestique, la sociabilité des femmes n’est pas moins circulante que celle des hommes [...]. Cette différence d’attitudes urbaines – plus ouvertes et centrifuges pour les femmes, plus fermées et localisées pour les hommes – renvoie à quelques normes et rôles familiaux qui impliquent tout autant hommes que femmes [...]. C’est le rôle domestique et médiateur des femmes dans l’organisation familiale qui explique un rôle urbain marqué par la recherche de solutions de survie économique et par l’activation de réseaux ouverts. » Agier M., Les savoirs urbains de l’anthropologie, Enquête, 1996.

17 Delphy C., 1998.

18 Guillaumin C., 1992.

19 Miroiu M., « Conditia femeilor din România – între traditie §i modernizare » in Gen şi politica. Femeile din România în viaţa publică, Bucureşti, ANA éd., ianuarie 1999.

20 Kligman G., 1998.

21 Voir Pelissier N., 1996.

22 Conte E. – Gordano C. (s.l.d.), « Sentiers de la ruralité perdue. Réflexions sur le post-socialisme », Paysans au-delà du Mur, Études Rurales n° 138-139-140, avril-décembre, 1995, p. 11.

23 Voir Roncayolo M., Enquête, 1996.

Auteur

Université de Fribourg

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable