Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sexualités américaines

 | 
Claudine Raynaud

Abus sexuels dans les Églises catholiques et protestantes traditionnelles aux États-Unis

Hilary Kaiser

Texte intégral

1C'est ainsi que commence un article paru dans le U. S. News and World Report de novembre 1992. Cet article, comme d'autres, situe le début de la crise aux États-Unis dans les années 85. On peut se demander pourquoi il a fallu attendre une dizaine d'années pour que ces abus connaissent un tel retentissement alors que le problème est très ancien. On peut aussi se demander comment les principales Églises catholiques et protestantes traditionnelles (mainstream) ont été touchées ; comment elles ont réagi ; comment la société américaine dans son ensemble a réagi, et, enfin, dans quelle mesure il s'agit d'un phénomène spécifiquement américain.

2Au sens large, d'après les spécialistes, l'abus sexuel est reconnu dès que quelqu'un investi d'une fonction religieuse a des contacts sexuels ou une attitude à connotation sexuelle avec un membre de sa paroisse, un élève, un étudiant, ou un employé. Dans le cas particulier du clergé, comme dans le cas général, il faut distinguer trois sortes de violences sexuelles : l'abus sexuel, le harcèlement sexuel et l'exploitation sexuelle. Nous ne traiterons pas dans cet article du problème du harcèlement sexuel au sein de l'Église comme lieu de travail, mais plutôt des abus et de l'exploitation que nous qualifierons indistinctement d'abus ou de sévices sexuels.

3Quelle est la différence entre abus sexuel et exploitation sexuelle ? L'abus sexuel clérical est généralement caractérisé par un contact ou une relation sexuelle entre le dirigeant d'une église et un mineur ou un individu qui est juridiquement incapable de donner son consentement. On utilise souvent le terme pédophilie (parfois à tort) pour désigner un abus sexuel à l'encontre d'un mineur. Ce terme, emprunté à la psychiatrie, signifie une attirance sexuelle envers un enfant - généralement âgé de 12 ans ou moins - qui n'a pas encore atteint la puberté. Les cas de relations sexuelles avec des adolescents post-pubères - de 13, 14 à 17 ans - sont appelés "éphébophilie." L'abus sexuel envers un mineur est un délit. C'est aussi une maladie grave, semblable à l'alcoolisme ou à la toxicomanie. Beaucoup de spécialistes s'accordent à dire que, bien qu'on puisse la traiter et la contrôler, on ne peut pas la guérir ; le risque de récidive demeure. Le terme exploitation sexuelle cléricale décrit la tentative ou le développement d'une relation sexuelle ou amoureuse entre un responsable d'église et un adulte qui reçoit son aide. Cette aide peut être dispensée sous différentes formes. Le conseil, l'orientation spirituelle, ou l'écoute d'une confession ou d'une information confidentielle font partie de cette relation pastorale.

4Selon les spécialistes, et d'après la documentation dont nous disposons, les abus sexuels relèvent plus d'une question de pouvoir et de vulnérabilité que de rapport sexuel. Dans ce contexte, l'agresseur détient l'autorité et le pouvoir alors que la victime est vulnérable. Pouvoir et vulnérabilité peuvent provenir de la fonction, de l'âge, du sexe, de la race, des circonstances, de l'apparence physique, des ressources économiques, intellectuelles, psychologiques ou sociales de la personne.

  • 1 Ces définitions sont tirées de : Clergy Misconduct : Sexual Abuse in the Relationship, manuel d'ate (...)

5D'une certaine façon, l'abus sexuel dans le cadre d'une relation pastorale peut être comparé à l'inceste. Dans ces deux cas, l'acte se produit dans l'intimité. L'abus est commis par une personne qui détient l'autorité et qui par sa fonction et son rôle est à l'abri des soupçons. La victime est une personne fragile que l'on a souvent du mal à croire et que l'on accuse parfois lorsque le cas est découvert. Des pressions et des menaces sont quelquefois exercées à l'encontre de la victime pour obtenir son silence. D'autre part, elle peut se sentir contrainte de garder le secret dans l'intérêt de l'ordre public et de sa réputation1.

6Le Centre de Prévention de la Violence Sexuelle et Domestique (CPSDV) et la documentation idoine fournie par les églises soulignent que tout contact sexuel dans le cadre de la relation avec un pasteur ou un prêtre est une violation de l'éthique professionnelle. Le responsable d’église doit délimiter la frontière entre une attitude professionnelle normale et anormale. Ceci est également vrai si le paroissien ou la paroissienne est à l'origine de la relation sexuelle.

7L'exploitation sexuelle cléricale est considérée comme une grave violation de confiance, comme c'est le cas pour tous ceux qui travaillent dans le secteur social (enseignants, docteurs, psychothérapeutes,...). Cet abus de confiance est encore plus destructeur lorsqu'il s'agit d'un prêtre ou d'un pasteur, puisque pour la plupart des croyants, c'est un représentant de Dieu. La spiritualité et la foi de la victime peuvent souffrir de cette trahison. L'expression vol d'âme est parfois utilisée pour définir cette forme d'abus.

8En ce qui concerne l'Église catholique, les pratiquants et l'opinion publique ont accusé le célibat des prêtres d'être à l'origine du problème des perversions sexuelles perpétrées sur des enfants. Cet argument étaye leurs thèses en faveur de l'ordination des femmes et des hommes mariés. Par contre, les défenseurs du célibat, comme Andrew Greeley et Canice Connors, soutiennent que la pédophilie et l'éphébophilie sont des syndromes acquis très tôt dans la vie, sans rapport aucun avec le célibat. Le Père Greeley, éminent sociologue et écrivain, souligne également que la plupart des pédophiles sont des hommes mariés et que le problème se retrouve dans toutes les professions qui impliquent un rapport à l'enfant (Greeley, 1994, 11). De façon générale, les pédophiles sont attirés par les professions sociales, l'enseignement, le sport, l'Église, et les métiers de santé. Selon le Père Connors, psychologue et directeur de l'Institut St Luke : Le célibat n'est pas à l'origine du problème des abus sexuels. Il n'est pas non plus démontré que la difficulté à vivre chastement exacerbe le problème (Connors, 1992, 401). Néanmoins, Greenley et Connors, ainsi que d'autres dirigeants de l'Église catholique, sont aujourd'hui d'accord avec la déclaration suivante de Glen Gabbard, médecin psychiatre : il se peut que certains hommes dont les instincts sexuels sont dirigés vers les enfants entrent au séminaire pensant que la structure de l'église et le célibat les empêcheront de donner libre cours à leurs pulsions.

Est-ce un phénomène courant dans la société américaine ?

9Les sévices sexuels au sein de l'Église sont-ils répandus dans la société américaine ? Examinons d'abord le cas de l'Église catholique. Citant les travaux de la Commission de l'Archidiocèse de Chicago sur les Abus Sexuels du Clergé, le Père Greeley note dans un article de la revue America que sur une communauté de 53 000 prêtres catholiques aux États-Unis, entre 2 000 et 4 000 pourraient être coupables de tels actes sur environ 100 000 victimes mineures (Greeley, 1993, 7).

10Les auteurs de L'Évangile de la honte : les abus sexuels et l'Église catholique estiment, pour leur part, que 2% de l'ensemble des prêtres aux États-Unis sont attirés par les enfants et passent à l'acte de manière régulière et que 4% font preuve d'un intérêt sexuel occasionnel ou secondaire (Burkett et Bruni, 1993, 38, citant Richard Sipe). Le cardinal Joseph Bernardin, Archevêque de Chicago, déclare consacrer au moins 30% de son temps à l'examen de cas d'abus sexuels.

11Bien que des femmes et des jeunes filles aient été victimes de prêtres catholiques dans la majorité des cas ce sont des garçons et plus particulièrement de jeunes hommes. Sur 100 prêtres accusés d'abus sexuels sur mineurs et ensuite soignés, 91 seraient éphébophiles (Connors, 1992, 401).

12Bien que l'attention des médias se porte surtout vers les agissements pédophiles ou éphébophiles des prêtres catholiques, beaucoup de spécialistes supposent que de telles pratiques sont aussi fréquentes chez les protestants que chez les catholiques. Les abus sexuels existent dans toutes les confessions et des pasteurs protestants ont également été accusés de tels actes envers des enfants ou des adolescents. Une étude réalisée par Lloyd Rediger portant sur 1 000 membres du clergé protestant a révélé que 2 à 3% de pasteurs sont attirés sexuellement par des jeunes gens.

13Cependant, la majorité des victimes des Églises protestantes seraient des femmes. Une étude nationale réalisée par le Graduate Theological Union (l'École Supérieure de Théologie) de Berkeley en Californie en 1993, a estimé que la proportion de membres du clergé qui a eu des contacts sexuels avec un paroissien ou une paroisienne est de un sur quatre et que un sur dix a eu une liaison (Sheler, 1992, 94).

Profil des agresseurs

14Qui sont-ils ? Bien que les religieuses et pasteurs femmes en fassent partie, la majorité d'entre eux sont des hommes. Le Père Andrew Greeley décrit certains prêtres agresseurs comme des hommes atteints de troubles graves, animés de pulsions fortes et souvent irrésistibles, et dont le développement sexuel fut perturbé, ce qui entraîne la perversion de leur cible amoureuse. Ils ont souvent été eux-mêmes victimes de violence sexuelle dans leur enfance. Selon le Père Connors : Il y a un point commun à tous les agresseurs, c'est la haine de soi. Ils sont capables d'aimer, mais leur amour est auto-dépendant. Pour eux, l'acte sexuel est une stratégie de pouvoir pour atteindre l'inacessible et un remède à la douleur de la solitude (Connors, 1994, 16).

15Dans des entretiens ainsi que dans son livre N'y a-t-il rien de sacré ? le révérend Marie Fortune, pasteur de l'Église du Christ Unifiée et fondatrice du Centre de Prévention de la Violence Sexuelle et Domestique, déclare que, dans le milieu religieux, l'agresseur est souvent un personnage charismatique, un pasteur compétent et un bon prédicateur. Cependant, d'après elle, malgré les apparences,

il aime manipuler, contraindre, contrôler. C'est un prédateur, parfois violent. Il est attiré par l'impuissance et la vulnérabilité. Il n'est pas atteint de psychose, mais souffre d'un comportement souvent socialement inadapté. Il se sent peu ou pas coupable de son comportement offensif. Confronté au problème, il aura tendance à le minimiser, à mentir et à nier. (Fortune, 1989, 47)

16On a souvent décrit l'auteur de tels actes comme une personne d'âge moyen, qui a perdu toute illusion sur sa vocation. Il néglige son propre mariage. C'est un solitaire, isolé de ses collègues (Woodward, 1989, 48).

Conséquence des abus sexuels

17Qu'en est-il des conséquences ? Des études médicales récentes ont montré que les sévices sexuels pratiqués par des membres du clergé, comme tout abus sexuel, peuvent avoir de graves conséquences. Tout d'abord, pour les victimes qui souffrent de la perte du respect de soi, d'un sentiment de culpabilité, d'un désordre sur le plan sexuel et d'un conflit intérieur mais aussi d'une perte de confiance en autrui et souvent même perdent la foi. Les abus sexuels sur les enfants peuvent avoir des conséquences très graves à long terme, telles que l'alcoolisme, la toxicomanie, la prostitution, les troubles psychiques, et la dépression pouvant conduire au suicide. Dans la plupart des cas, il faut des années de thérapie pour réparer de tels dommages.

18L'abus sexuel a également des effets néfastes sur les paroisses et les communautés religieuses. Il peut entraîner la discorde entre les fidèles, selon qu'ils soutiennent ou condamnent l'agresseur ou la victime. Ils peuvent douter de leur faculté à juger leurs dirigeants. Ces abus peuvent entraîner des poursuites judiciaires. Or, si l'agresseur n'est pas tenu pour responsable, il peut rejoindre d'autres paroisses ou communautés, et donc continuer d'abuser d'autres victimes.

19Quant à l'agresseur, il peut ressentir de la honte, de la culpabilité. Il peut y perdre sa réputation et sa crédibilité, son statut et ses amis, et dans certains cas, il peut être reconnu juridiquement responsable. Ces pratiques sexuelles et, malheureusement, mêmes les fausses accusations brisent la confiance entre les Églises et leurs fidèles.

20Ces pratiques peuvent avoir un effet néfaste sur le clergé en général. La grande majorité des prêtres catholiques américains sont des individus loyaux, travailleurs, mais leur image a été ternie et ils sont devenus prudents. Ils ont souvent dû changer leurs rapports avec les fidèles, y compris s'abstenir de tout geste symbolique de pardon, comme, par exemple, poser la main sur la tête d'un enfant après la confession.

Contexte historique de la crise aux États-Unis

21La presse et les autres médias aux États-Unis ont commencé à réagir vivement à l'annonce de telles pratiques vers 1985, lorsque Jason Berry, journaliste catholique de La Nouvelle-Orléans, écrivit un article sur la pédophilie des prêtres dans le Diocèse de La Fayette en Louisiane pour le magazine National Catholic Reporter. Berry poursuivit ses recherches et publia ensuite un livre en 1992 intitulé Fall from Temptation : Catholic Priests and the Sexual Abuse of Children dans lequel il décrit 400 cas de prêtres catholiques dénoncés aux autorités religieuses ou civiles pour abus sexuels envers des mineurs. La couverture médiatique a continué jusqu'à la fin des années 1980, atteignant son paroxysme en 1992 et 1993 pour s'atténuer en 1994. Dans le même temps, de nombreux articles de réflexion et d'analyse ont été publiés chaque mois dans des revues religieuses comme : Christian Century, Christianity Today, America, US Catholic and Commonwealth.

22Mais des articles tels que Lorsqu’un pasteur devient séducteur et Les prêtres et l'abus sexuel parus dans Newsweek (Priests and Abuse, 16 août, 1993, 45-48) — ce dernier à la veille de la visite du Pape aux États-Unis en aôut 1993 — et Le péché impardonnable dans US News and World Report (Sheler, 1992, 94-96) ont sans doute davantage alerté l'opinion publique et se sont fait l'écho de la préoccupation générale. De petits articles dans la presse locale ou régionale dont beaucoup à sensation— ont aussi tenu les gens informés de ces derniers cas.

23La presse écrite a entraîné la télévision dans son sillage alors que de plus en plus de cas se déclaraient. Tout comme les frasques sexuelles des Télé-Évangélistes faisaient la une des magazines à la fin des années 1980, les accusations d'abus sexuels par des prêtres catholiques ont pris le relais en 1992 et 1993. Parmi ces cas, le plus connu d’entre eux à ce jour, est celui de James R. Porter, qui fut arrêté et ensuite jugé. Prêtre catholique, il quitta les ordres en 1974. Marié depuis, et ayant eu quatre enfants, il a été finalement condamné à 20 ans de prison en décembre 1993 pour agression sexuelle, coups et blessures, sodomie, sévices sur de nombreux enfants catholiques, garçons et filles, dès le début des années 1960. Plus de cent hommes et femmes dans cinq états ont affirmé avoir subi des sévices de sa part (Victims Settle Case with Church, 1993, 47).

24En 1992 et 1993 des talk shows vinrent compléter les actualités. Dans ces émissions de nombreux rescapés de sévices sexuels étaient interrogés. Il y eut aussi beaucoup de reportages spéciaux sur des cas particuliers de sévices, le plus retentissant était celui concernant les accusations contre l'Archevêque de Chicago, le très estimé Cardinal Joseph Bernardin, diffusé par CNN en 1994. Les accusations se sont révélées infondées et ont été retirées par la suite, fournissant ainsi à l'Église catholique une période de répit en la mettant à l'abri des enquêtes des médias.

25Le recours en justice, est une autre conséquence des révélations d’abus sexuels dans les Églises. La première victime à témoigner devant la justice américaine fut un garçon de 12 ans, Scott Gastal, le 6 février 1986 à Abbeville en Louisiane. Des centaines d'autres procès ont suivi. Aux États-Unis les sévices sexuels sur mineurs, les coups et blessures et le viol constituent des délits et les agresseurs sont passibles de peines d’emprisonnement. Dans plusieurs états, les avocats peuvent demander des peines civiles et pénales à l'encontre des dirigeants des Églises, s'il y a eu exploitation sexuelle. De nombreuses victimes ont demandé des dommages et intérêts aux tribunaux en réparation des préjudices subis, et, de plus en plus, la responsabilité légale des institutions religieuses est reconnue.

26En 1992, les procès contre l'Église catholique auraient coûté environ 400 millions de dollars et pourraient atteindre un milliard de dollars d'ici la fin du siècle (Sheler, 1992, 94). Une femme, victime d'un pasteur au Colorado, a touché 1,2 million de dollars en 1992 dans un tribunal civil contre un diocèse épiscopalien et son pasteur (Clark, 1993, 396). En juin 1994, les Assemblées de Dieu ont versé 1,75 million de dollars dans un règlement à l'amiable lorsque 5 hommes ont porté plainte pour sévices sexuels subis dans leur enfance (Kennedy, 1994, 56).

27La gravité de la situation amène de nombreuses compagnies d'assurance à limiter ou à supprimer toute couverture pour les églises dans de tels cas. Il en résulte parfois que ce sont les paroisses et communautés qui doivent assurer elles-mêmes le coût des réparations financières versées aux victimes. En décembre 1993 par exemple, à la suite de dommages et intérêts d'un montant de 50 millions de dollars réclamés par les victimes, l'archevêque Michael Sheehan du Nouveau Mexique, pour éviter la faillite, a dû demander l'aide financière des membres des 91 paroisses de son diocèse (Margolick, 1993, Al).

28On pourrait penser que ces recours en justice impliquent non seulement une compensation financière pour les victimes, mais comprennent aussi des salaires élevés pour les avocats. Il est évident que les diocèses et Églises aux États-Unis, tout comme la profession médicale et les grandes entreprises, sont des cibles extrêmement lucratives. D'autre part, les avocats et les cabinets juridiques américains ont tendance à encourager un nombre croissant de clients à demander réparation. Faire un procès pour dommages et intérêts est une pratique courante en Amérique, et dans bien des cas poussée à l'extrême. Aux États-Unis, un citoyen peut demander, et bien souvent obtenir, justice à tout moment de sa vie. Il faut signaler aussi que dans vingt-trois des cinquante États de l'Union (dont ceux de Washington et de Californie) des plaintes fondées sur des faits ayant trait à des souvenirs dûs à la mémoire recouvrée sont recevables pendant une période de trois ans suivant laquelle un tel souvenir a été recouvré pour la première fois (Behr, 1995, 64). Ironiquement, à l'inverse, on constate qu'aucune législation ne protège le clergé, les professeurs et les assistants sociaux victimes de fausses accusations.

29Des voix commencent à s'élever pour critiquer une situation juridique devenue incontrôlable. John Deese affirme :

Je remets en cause les quantités d'argent énormes qui sont demandées aux Églises pour dédommager les victimes.... Si l'objectif est de retrouver santé et intégrité, est-ce vraiment guérir que d'assouvir un désir de vengeance et d'enteriner un ressentiment ? Un réglement financier paraît une solution simpliste et illusoire à un problème émotionnel complexe. (Deese, 1994, 13)

30Edward Behr, dans son livre Une Amérique qui fait peur, et d'autres, dénoncent le recours de plus en plus fréquent au souvenir recouvré de l'enfance qui ressurgit au cours de séances de thérapie. Dans un article intitulé Le facteur Bernardin : souvenir recouvré et épreuve d'un Cardinal James Wall écrit : Au tribunal, l'utilisation de tels souvenirs, s'ils ne sont pas étayés par d'autres preuves, représente une menace pour notre système judiciaire proche de celle illustrée par les preuves fantomatiques utilisées dans le procès des sorcières de Salem (Wall, 1993, 1195). Dans un autre article, Wall développe des arguments pour que soit établie une limite d'âge au-delà de laquelle une allégation de molestation n'est plus recevable. Behr et Wall citent tous les deux le cas de cet homme atteint du Sida qui a poursuivi le Cardinal Bernardin en justice. Il avait accusé le cardinal de l'avoir abusé sexuellement dix-sept ans auparavant et a réclamé dix millions de dollars. L'homme s'est ensuite rétracté, avouant que les accusations, provoquées pendant une séance d'hypnose, étaient fausses.

31Néanmoins, la vaste majorité de victimes sont des personnes démunies qui ont souvent du mal à parler de leurs souvenirs douloureux. Elles doivent surmonter de nombreux obstacles pour se faire entendre et pour qu'on les croie. C'est pourquoi certaines victimes se sont constituées en associations, dont certaines sont très efficaces lorsqu'il s'agit de trouver des avocats, de faire accélérer les procédures et de faire pression sur les églises. Parmi les plus connues aux États-Unis, on distingue VOCAL (Association de soutien aux victimes de sévices sexuels par le clergé) récemment rebaptisée The Link-Up (le Lien), et SNAP (Réseau de rescapés de sévices sexuels par les prêtres).

32Même si certains psychologues et professionnels de la santé ont parfois abusé de l'utilisation de souvenir recouvré, c'est souvent grâce à eux que le problème des abus sexuels a pu éclater au grand jour. Depuis les années 1970, dans certains états des États-Unis on leur demande de porter à la connaissance des autorités civiles tout cas d'abus sexuel sur enfants. En effet, les psychologues sont souvent les premiers à entendre les récits d'enfance et les évocations d'abus sexuels. Ils encouragent les victimes à parler, pensant que cela fait partie intégrante du processus de guérison. Grâce aux efforts des spécialistes de la santé mentale, on sait de plus en plus de choses sur les sévices sexuels et leurs douloureuses conséquences. Ces spécialistes étudient les causes et les effets de telles pratiques et les chances de guérison. Ils traitent à la fois les victimes et les agresseurs, soit par le biais d'une thérapie individuelle, soit en ayant recours à des thérapies pratiquées dans des centres spécialisés. Ils sont aussi membres de commissions et de groupes de travail étudiant le sujet et sa prévention.

33L'Église catholique a ses propres équipes soignantes et ses centres de traitement pour les prêtres, le plus important étant le St Luke's Institute dans le Maryland, The Institute of Living (l'Institut de la vie) dans le Connecticut et le centre Paraclete au Nouveau-Mexique. Depuis mai 1994, St Luke a soigné 137 prêtres pédophiles et éphébophiles et le centre du Nouveau-Mexique environ 400 durant ces 12 dernières années. A St Luke le traitement implique la reconnaissance de l'acte et fait appel à des méthodes similaires à celles des Alcooliques Anonymes pour maîtriser une dépendance sexuelle. Des médicaments sont parfois utilisés pour atténuer les pulsions sexuelles (Chua-Eoan, 1994, 57-58).

34Quelle a été la réaction des institutions religieuses ? Les Églises catholiques et protestantes ont tout d'abord nié, puis étouffé les affaires. Pendant des années, les hiérarchies à travers tout le pays ont minimisé le problème, une fois celui-ci rendu public, au lieu de s'y attaquer. Elles ont muté les agresseurs dans d'autres paroisses où ils pouvaient continuer de s'adonner à leurs pratiques en toute liberté, ou les ont envoyé suivre une psychothérapie pour les remettre ensuite dans le circuit. Les victimes ont souvent été discréditées ou contraintes de jurer de garder le silence.

35Dans les églises protestantes on a longemps invoqué l'adage il faut que jeunesse se passe au sujet des relations avec les paroissiennes, et les fidèles ont souvent accusé les victimes de perturber leur Église lorsque des accusations étaient rendues publiques. On a aussi constamment nié la pédophilie et autres déviations sexuelles. De plus, les Églises ont souvent manqué de compétences et de structures adéquates pour traiter ces problèmes. Selon le Révérend Margo Mavis, femme pasteur de l'Église épiscopalienne (anglicane), des changements sont intervenus dans les Églises protestantes grâce à l'ordination croissante de femmes. Elle nous a confié dans un récent entretien : Les changements sont venus des femmes. Nous ressentons de la colère et nous sommes maintenant investies d'un pouvoir. Nous voulons faire le ménage. Les attitudes du passé et la façon d'appréhender le problème n'étaient pas correctes. Elle plaide pour un travail collectif avec les pasteurs hommes dans les différentes communautés religieuses pour faire en sorte que le sanctuaire soit un lieu sûr et ce, en éduquant le clergé et en donnant aux femmes et aux enfants les moyens de ne pas être agressés.

36En ce qui concerne l'Église catholique aux États-Unis, ses premières réactions face au problème furent vivement critiquées. Pendant longtemps, l'Église a considéré l'abus sexuel comme un péché — non comme une maladie — et s'est reposée sur la prière et la pénitence pour l'éradiquer. Lorsque la crise a éclaté, l'Église a paru plus concernée par la protection de ses prêtres que par le sort des victimes. Les prêtres étaient mis à l'abri des poursuites judiciaires et n'étaient pas dénoncés publiquement. Ils pouvaient continuer à exercer leur ministère et restaient en contact avec des enfants en dépit du risque encouru. Selon les auteurs de L'Évangile de la honte, des victimes et leurs parents furent incités à garder le silence. On leur a même offert de l'argent dans certains cas. On a également accusé l'Église d'influencer la justice, de refuser de remettre les archives personnelles des agresseurs aux autorités et de tenter de se réfugier derrière son statut d'institution religieuse afin d'être exemptée de poursuites judiciaires.

37Des changements dans l'attitude de l'Église sont apparus vers 1992 lorsque certains évêques américains ont fini par comprendre la gravité de la situation et ont commencé à faire preuve de plus de compassion envers les victimes. Le Cardinal Bernardin de l'Archidiocèse de Chicago convoqua une commission pour étudier les erreurs commises dans le passé par son diocèse pour répondre aux accusations de sévices sexuels. L'Archidiocèse mit en place un numéro vert, disponible 24 heures sur 24 pour recevoir les appels des victimes de sévices sexuels commis par des prêtres ou des employés. La Conférence Nationale des Evêques Catholiques a traité du problème des abus sexuel d'enfants et a invité la presse à participer à certains de ses débats. Cependant, en raison de la décentralisation de l'Église aux États-Unis —3 2 archidiocèses, 105 diocèses — de tels problèmes ne peuvent être traités qu'au cas par cas, diocèse par diocèse. Il n'y a pas de politique nationale et les paroisses peuvent toujours ignorer les directives du diocèse.

38De plus, un grand nombre d'évêques américains se plaint du manque d'aide et de compréhension de Rome. Le Père Canice Connors a déclaré que tant que le Vatican considère les abus sexuels comme une violation morale du célibat, peu de choses changeront. La règle du Vatican — prêtre un jour, prêtre toujours — représente aussi un obstacle. Le Pape a apparemment refusé que les évêques américains révoquent les coupables.

Réactions positives

39Reconnaissant la gravité de la situation, beaucoup d'Églises traditionnelles aux États-Unis ont pris ces dernières années des mesures concrètes. Les diocèses catholiques et les confessions protestantes à travers le pays ont tous mis en œuvre des politiques, des procédures et dicté des directives pour traiter le problème des abus sexuels. En effet, dès 1987, L'Église Luthérienne américaine a mis au point un document qui a ensuite servi de référence à d'autres confessions protestantes. En 1988, l'Archidiocèse de St Paul et Minneapolis a publié un ensemble de mesures très complètes sur le sujet qui a servi de base en 1992 pour les directives de l'Archidiocèse de Chicago et d'autres diocèses catholiques dans le pays.

40De façon générale les règles et procédures édictées par l'Église comprennent : une définition des abus sexuels, des recommandations pour la démarche d'enquête préliminaire, des directives pour évaluer les cas, les réactions possibles face aux victimes et aux paroissiens, les procédures de sélection et d'embauche des ecclésiastiques, et enfin les différentes façons de réhabiliter les prêtres et pasteurs si les plaintes se révèlent infondées (voir note 1).

41La plupart des directives des Archidiocèses Catholiques américains prévoient, en plus, de suspendre les prêtres coupables et de les faire examiner et soigner, d'améliorer les examens psychologiques avant l'entrée au séminaire, de former les séminaristes sur les questions de sexualité, de centraliser le système d'archives pour pouvoir suivre la carrière des prêtres, de dénoncer ces abus aux autorités civiles et de coopérer lors des enquêtes officielles (Archdiocese of Chicago, 1992b).

42Parallèlement à ces directives, de nombreuses organisations religieuses ont fait de réels efforts en matière d'éducation et de prévention. Elles proposent des séminaires et ateliers non seulement pour les prêtres ou pasteurs, mais pour l'ensemble de la communauté, fournissent de la documentation écrite et des cassettes vidéo sur les abus sexuels dans l'Église. Au niveau local, les Églises ont créé des commissions et des groupes de travail toutes confessions confondues — pour beaucoup d'entre elles avec des laïcs et des professionnels pour travailler ensemble sur ce sujet.

  • 2 Ten Guidelines for Maintaining Ministerial Boundaries, Ve Section de Prevention Before the Pact, Cl (...)

43Des conseils pratiques sont actuellement donnés au clergé : ils devraient établir des limites de temps, de lieu et de circonstances dans leurs consultations et visites pastorales. Ils devraient éviter le contact physique et veiller à ce que les portes ne soient pas fermées, reconnaître qu'ils sont devenus trop dépendants du travail ou sont usés, et maintenir des contacts permanents avec leurs collègues et leurs supérieurs.2

44Deux centres indépendants qui travaillent avec des communautés religieuses se sont aussi attelés au problème des abus sexuels dans l'Église. Le plus ancien et le plus important est le Centre de Prévention de la Violence Sexuelle et Domestique à Seattle, dans l'état de Washington, fondé par le Révérend Marie Fortune en 1977. Ce centre travaille avec des dirigeants religieux et laïcs aux États-Unis et au Canada dans le but de mettre un terme à la violence sexuelle et domestique. Ses principes sont fondés sur une éthique de thérapie féministe. (Le centre a déjà traité plus de 1500 cas.) Son personnel, en majorité féminin, a formé plus de 3000 personnes pour permettre à celles-ci d'affronter le problème des abus sexuels. Le centre organise aussi des ateliers de travail à Seattle et à travers tout le pays. Il soutient, aide, fournit une assistance juridique aux victimes et accueille également les rescapés. Il produit des cassettes vidéo, des programmes de formation, des manuels et des brochures d'information.

45La seconde organisation est The Interfaith Sexual Trauma Institute (l'Institut des Traumatismes Sexuels Inter-Croyances) créé en Octobre 1994 à Minneapolis. Il conseille les victimes, propose des orientations, et aide à la guérison et à la prise en charge des victimes, des communautés religieuses, des agresseurs et de ceux qui les entourent. Les membres du conseil d'administration sont des prêtres catholiques, des pasteurs des Églises protestantes et anglicanes, des professionnels de la santé mentale et des représentants d'organisations de victimes.

CONCLUSION

46Les Églises ne sont pas dissociées du reste de la société. Les accusations d'abus et d'exploitation sexuels ainsi que les efforts déployés pour trouver une solution se sont multipliés aux États-Unis ces dix dernières années. Les abus sexuels dans les Eglises américaines réflètent sans doute ce qui se passe dans la société dans son ensemble mais de façon plus aiguë cependant, car la trahison d'un responsable d'Église peut être qualifiée de vol d'âme.

47D'autres facteurs sont à souligner dans cette crise que traversent les Églises traditionnelles aux États-Unis : l'étendue de la pratique religieuse, le recours exagéré aux thérapeutes et, lors des procès, l'attention des médias (parfois trop à sensation), et le déballage du linge sale en public. Ils font tous partie du paysage américain. Mais la transparence et la façon pragmatique et bienveillante dont ont réagi un bon nombre de hiérarchies ecclésiastiques, de membres du clergé, de paroissiens et d'autres personnes impliquées, sont également typiquement américaines. Une fois le problème identifié, on essaie de le résoudre (publication de directives, programmes d'éducation et de prévention, comités de réflexion,...). De même, les victimes s'organisent et se soutiennent moralement.

48Il n'en demeure pas moins que de récents articles parus dans la presse internationale — la démission forcée de l'Archevêque de Vienne, Hans Groer, suite à des accusations de sévices sexuels sur mineurs, les abus sexuels d'enfants par des prêtres irlandais, ou l'exploitation sexuelle de femmes par un moine bouddhiste en Thaïlande — tendent à démontrer, s il en est besoin, que le problème dépasse les frontières géographiques et confessionnelles.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Archdiocese of Chicago, 1992a. The Cardinal's Commission on Clerical Sexual Misconduct with Minors. Report to Joseph Cardinal Bernardin, Chicago : Archdiocese of Chicago.

— 1992b. Clerical Sexual Misconduct with Minors : Policies for Education, Prevention, Assistance to Victims and Procedures for Determination of Fitness for Ministry. Chicago : Archdiocese of Chicago.

Archdiocese of Saint Paul and Minneapolis, 1992. Understanding Sexual Issues in Ministry. Saint Paul.

Behr, Edward, 1995. Une Amérique qui fait peur. Paris : Plon.

Burkett, Elinor, et Frank Bruni, 1993. A Gospel of Shame. New York : Viking.

Center for the Prevention of Sexual and Domestic Violence, 1992. Clergy Misconduct : Sexual Abuse in the Ministerial Relationship. manuel d'atelier. Seattle : CPSDV.

Connors, Canice, 1992. Priests and Pedophilia : A Silence that Needs Breaking ?. America, 166, 9 May.

1994. The Moment after Suffering : Lessons from the Pedophilia Scandal. Commonweal, 21 Oct.

Clark, Donald, 1993. Sexual Abuse in the Church : The Law Steps In. Christian Century, 110, 14 April.

Chua-Eoan, Howard, 1994. After the Fall. Time, May 9.

Deese, John, 1994. The Other Victims of Pedophilia. Commonweal, 22 April.

The Domestic and Foreign Missionary Society of the Protestant Episcopal Church in the USA, 1994. Respecting the Dignity of Every Human Being : A Manual for the Health of the Church and its People in Response to the Possible Sexual Misconduct of its Leaders.

Fortune, Marie M., 1989. Is Nothing Sacred ? : The Story of a Pastor, the Women He Sexually Abused, and the Congregation he Nearly Destroyed. San Francisco : Harper Collins.

Greeley, Andrew M., 1993. How Serious Is the Problem of Sexual Abuse by Clergy ?. America, 168, 20-20 March.

— 1994. In Defense of Celibacy ?. America, 171, 10 Sept.

Kennedy, John, 1994. 1. 75 Million Paid to Abuse Victims. Christianity Today, 38, 20 June.

Margolick, David, 1993. Sex Abuse Cases Threaten to Bankrupt an Archdiocese. New York Times, 22 Dec.

Priests and Abuse. 1993. Newsweek, 16 August.

Sheler, Jeffery, 1992. The Unpardonable Sin. U. S. News & World Report, 113, 16 Nov.

Victims Settle Case with Church. Christianity Today, 11 Jan., 1993.

Wall, James M., 1993. The Bernardin Factor : Alleged Memories and a Cardinal's Ordeal. Christian Century, 1 Dec.

Woodward, Kenneth L., 1989. When a Pastor Turns Seducer. Newsweek, 114, 28 August.

Notes

1 Ces définitions sont tirées de : Clergy Misconduct : Sexual Abuse in the Relationship, manuel d'atelier (Seattle : Center for the Prevention of Sexual and Domestic Violence, 1992) ; The Cardinal's Commission on Clerical Sexual Misconduct with Minors (Chicago : Report to Joseph Cardinal Bernardin, Archdiocese of Chicago, 1992) ; Respecting the Dignity of Every Human Being : A Manual for the Health of the Church and its People in Response to the Possible Sexual Misconduct of its Leaders (The Domestic and Foreign Missionary Society of the Protestant Episcopal Church in the USA, 1994) ; and Understanding Sexual Issues in Ministry (Saint Paul : Archdiocese of Saint Paul and Minneapolis, 1992).

2 Ten Guidelines for Maintaining Ministerial Boundaries, Ve Section de Prevention Before the Pact, Clergy Misconduct, CPSDV Workshop Manual, 58-59.

Auteur

Maître de conférences d'anglais à l'IUT de Sceaux (Université de Paris Sud). Sa thèse analyse la fonction sociale et le rôle culturel des églises anglophones de Paris. Elle a fait des communications et a écrit des articles sur des groupes religieux américains en France (Revue Française des Études Américaines, février 1994). Ses recherches portent également sur l'histoire orale. Dans ce domaine, elle est l'auteur de : "Le Centre d'Histoire Orale d'Ellis Island" (Plein Sud-Spécial Recherche 1996) et de : Veteran Recall : Americans in France Remember the War (GGF, Paris, 1994).

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable