Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

Le centre de Mexico, lieu d’émancipation des femmes mexicaines ?

Claire Hancock

Texte intégral

  • 1 Le DF accueillait en 2000 8,6 M de personnes environ dans une agglomération de 18,3 M d’habitants (...)
  • 2 Selon la base de données Géopolis élaborée par F. Moriconi-Ebrard, Mexico arrivait en 2000 au quat (...)

1Mexico est encore un nom qui cristallise beaucoup d’images négatives, dans la mesure où la capitale a symbolisé, au cours des années 1970, une expansion démographique galopante qui effrayait les analystes européens par sa vigueur et ses formes. A noter, pour caractériser rapidement une ville sur laquelle circulent énormément d’idées fausses, que sa croissance est fort ralentie et son solde migratoire négatif, que les parties centrales de l’agglomération perdent de la population depuis plusieurs décennies et que dans son ensemble Mexico a vu son poids démographique relatif s’atténuer par rapport à l’ensemble du pays et du réseau urbain1. Mexico est loin d’avoir atteint la trentaine de millions d’habitants qu’on lui prédisait encore dans les années 1980 ; elle n’est pas la plus grande ville du monde, même si elle fait partie des plus étendues2.

2Or ce milieu de la très grande ville, qu’on caricature volontiers comme celui de l’anomie et de la dissolution du lien social, s’avère aussi être, pour des milliers de femmes mexicaines, une chance d’accéder à plus d’indépendance que dans le reste du pays, et d’échapper à des rôles sociaux contraignants. Comme l’a illustré récemment un film comme Amours chiennes, les distances entre classes restent considérables dans la mégapole mexicaine et il y a peu en commun entre le destin d’une muchacha et d’une femme de la bonne société, alors même qu’elles vivent sous le même toit ou dans des quartiers voisins, et il est donc certain que cette indépendance prend des formes très différentes pour l’une et l’autre. Faute d’avoir pu encore procéder à une approche qualitative de ces processus d’émancipation, je vais ici m’attacher à cerner leur traduction quantitative dans les statistiques publiques, puis m’attacher à l’exemple d’une politique publique mise en œuvre dans le secteur des transports qui paraît susceptible de faciliter la vie quotidienne et l’insertion sur le marché du travail de ces habitantes de Mexico.

  • 3 Rappelons que la population mexicaine est urbaine pour près des trois quarts.

3Je me fonde dans cette étude sur les données du recensement 2000 concernant le District Fédéral (DF), qui est l’entité de la fédération mexicaine qui accueille le centre de l’agglomération de Mexico. Ce territoire, qui est le moins étendu de la fédération, permet d’isoler des phénomènes qui se retrouvent dans la plupart des grandes villes mexicaines3, mais qu’on peut observer ici grâce aux statistiques à l’échelle des entités fédérées : le DF n’est pas urbanisé dans sa totalité, mais la quasi-totalité de sa population appartient à l’agglomération-capitale.

  • 4 A noter qu’au Mexique on calcule le taux d’activité par rapport à la population de 12 ans et plus, (...)
  • 5 INEGI, XII Censo General de Poblacion y Vivienda 2000. México, 2001.

4La population féminine du District Fédéral présente un certain nombre de spécificités par rapport à celle du Mexique dans son ensemble : les femmes analphabètes ou sans instruction y représentent un pourcentage beaucoup plus faible (moins de la moitié de la moyenne nationale, 4 % contre 11 % et 14 % contre 30 %, respectivement), et leur taux d’activité est bien supérieur à la moyenne nationale (plus de 40 % contre 30 % dans l’ensemble du pays4). On ne s’étonnera pas non plus que la natalité et le taux de fécondité y soient les plus faibles de toutes les entités fédérées du Mexique (1,72 % contre 2,17 % en moyenne dans le pays et 2 contre 2,9, respectivement)5. Jusque là, rien qui paraisse inhabituel en regard de la situation des femmes dans les capitales ou grandes métropoles d’autres pays émergents : on sait qu’elles offrent un accès aux soins et au contrôle des naissances bien supérieur à celui des zones rurales, ainsi que des possibilités d’éducation et d’emploi salarié bien plus développées, et que la position des femmes s’y améliore donc d’autant.

  • 6 On appelle délégations (delegaciones) les 16 subdivisions administratives du District Fédéral.
  • 7 Soulignons quand même que les délégations de l’ouest se caractérisent à la fois par une surreprése (...)

5Ce qui frappe plus, à l’étude des données démographiques du DF, c’est la très forte surreprésentation des femmes : l’indice de masculinité du Mexique déjà faible (95,4 hommes pour 100 femmes en 2000) y atteint son niveau plancher (91,5 hommes pour 100 femmes). Le phénomène est particulièrement sensible dans les délégations centrales6, comme Benito Juarez (indice de 79,5) et Miguel Hidalgo (82,5). L’indice reste inférieur à 90 dans toutes les délégations du centre et de l’ouest du DF, de même que dans le municipe de l’État de Mexico limitrophe, Huixquilucan, donc dans les parties les plus aisées de l’agglomération7.

6Cette surreprésentation féminine s’explique bien sûr en partie par un vieillissement plus marqué de la population du cœur de la capitale par rapport à l’ensemble de l’agglomération et du pays, mais pas totalement : en effet, une distribution par âge de la population du DF montre que les garçons sont plus nombreux que les filles dans les classes d’âge de 0 à 14 ans, mais que les femmes sont déjà plus nombreuses dans la classe d’âge 15-19 ans. Ce n’est en fait pas parmi les classes les plus âgées que le sureffectif est le plus frappant (même si on a dans le DF environ 300 000 femmes de 65 ans et plus contre seulement 203 000 hommes, soit un écart de 77 000), mais parmi les adultes en âge d’exercer une activité : l’écart maximal est de 41 000 pour la classe d’âge 35-39 ans, et il est de plus de 30 000 pour tous les groupes quinquennaux compris entre 20 et 54 ans.

7Cet écart correspond très certainement à des attitudes migratoires différentes des deux sexes : on pense immédiatement à la propension des hommes à aller chercher un travail à l’étranger (États-Unis notamment), mais celle-ci n’est pas seule en cause. On constate dans le DF un afflux bien plus grand de femmes en âge d’entrer sur le marché du travail que d’hommes ; dans la classe d’âge 15-24 ans, 17,8 % des femmes recensées dans le DF n’en étaient pas originaires, alors que c’était le cas de seulement 12,2 % des hommes. Les pourcentages féminins sont également supérieurs parmi les classes d’âge entre 25 ans et plus, mais c’est bien parmi ce groupe pivot que la différence est la plus sensible (pour les jeunes de 14 ans et moins l’écart n’est pas significatif). Il y a donc une attractivité migratoire spécifique de la capitale mexicaine pour les femmes.

  • 8 INEGI, Encuesta Nacional de Empleo 2000, México, 2001.
  • 9 Notons toutefois qu’on trouve traditionnellement un certain nombre de femmes parmi les « lideres » (...)

8Pour la comprendre, on peut s’intéresser aux spécialisations professionnelles de celles qui travaillent dans le DF8. La plus forte proportion (près du quart) sont employées de bureau (oficinistas), alors que chez les hommes c’est la catégorie ouvriers et artisans qui regroupe le pourcentage le plus important (17 %) ; ainsi, on peut postuler que l’emploi de bureau, féminisé, se développe avec la tertiarisation de l’économie du DF, qui connaît également une désindustrialisation qui comprime un secteur d’emploi typiquement masculin. Les femmes sont également bien représentées dans le secteur commercial (près d’une femme active sur cinq y est employée, si l’on additionne secteur formel et secteur informel), mais leur participation n’est pas significativement plus importante que celle des hommes9.

9En revanche, on trouve un écart significatif entre hommes et femmes pour la proportion employée dans le travail domestique : 12,8 % des femmes actives, contre seulement 1,5 % des hommes. Une bonne part de ces jeunes filles venues de province trouve à s’employer dans ce travail à domicile qui suppose souvent, à Mexico, une résidence chez l’employeur, donc une vie privée très réduite. La coïncidence entre quartiers à forte surreprésentation féminine et quartiers aisés s’explique sans doute en partie par ce phénomène, de même que par l’espérance de vie plus élevée des femmes de catégories de population plus favorisées.

10Mais d’autres indices tendent à montrer que la vie que viennent trouver les femmes dans la capitale mexicaine peut aussi être une vie plus indépendante que celle qu’elles connaissent ailleurs dans le pays : en témoigne la proportion élevée de foyers dont le chef de famille est une femme (un foyer sur quatre dans le DF contre un sur cinq dans l’ensemble du pays). En 2000, plus de la moitié des femmes du DF n’étaient ni mariées ni en couple : plus de 36 % étaient célibataires, mais également plus de 15 % séparées, divorcées ou veuves. Il faut relativiser la signification de ces statistiques qui se rapportent à la population à partir de 12 ans, mais cette proportion se retrouve pour la classe d’âge 20-29 ans (près de 48 % de célibataires, plus de 4 % divorcées, séparées ou veuves, soit encore 52 % de femmes « seules »). Le taux de nuptialité du DF est parmi les plus faibles du pays, alors que la divorcialité est parmi les plus élevées, reflétant un moindre poids des conventions sociales ainsi que sans doute la surreprésentation des catégories aisées de la population dans la capitale.

11On sait que beaucoup de ces femmes « seules » au sens où elles ne vivent pas en couple sont sans doute incluses dans une famille élargie, mais l’importance de la « jefatura feminina », c’est-à-dire des foyers dont la personne de référence est une femme, montre bien qu’on a également affaire à des femmes indépendantes (qu’elles aient ou non des enfants ou d’autres membres de leur famille vivant avec elles). Dans les classes d’âge 30-39 ans, on trouve encore près d’un cinquième de célibataires et plus de 10 % de séparées, divorcées ou veuves soit environ 30 % de femmes « seules », et le pourcentage reste stable pour la classe d’âge 40-49 ans (avec une augmentation sensible de la deuxième catégorie). La proportion augmente de nouveau après 50 ans, et plus encore après 60 ans, comme on pourrait s’y attendre, avec le développement du veuvage.

12Ainsi des femmes qui se sont mises à l’écart des conventions de la société mexicaine en choisissant de rester célibataires ou en se séparant de leur conjoint peuvent trouver dans les quartiers centraux de Mexico un milieu où non seulement elles n’attireront pas l’attention, mais où elles sont susceptibles de rencontrer d’autres femmes partageant leur choix de vie. Une enquête qualitative auprès de ces femmes permettrait de déterminer dans quelle mesure cette concentration dans certains quartiers relève de choix conscients, d’une identification de la forte présence numérique des femmes, ou résulte de structures du marché immobilier ou d’autres caractéristiques des quartiers (proximité des pôles d’emploi tertiaire, par exemple).

  • 10 J. Coutras, « La mobilité des femmes au quotidien », p. 162 et 169.

13Dans une agglomération aussi démesurément étendue que celle de Mexico, la question de la mobilité est une question vitale, et une condition sine qua non de l’accès des femmes au marché du travail. J. Coutras a montré, dans le cas de la région parisienne, à quel point les femmes ont pu traditionnellement être associées à l’espace de « proximité résidentielle », comme les classes sociales défavorisées dans leur ensemble, et comment le développement de leur mobilité « contribue précisément à remettre en cause le statut spatial des femmes » et à « repositionner les rapports que les sexes entretiennent avec la ville »10.

  • 11 B. Navarro, p. 76.
  • 12 « aproximadamente 75 % de los usuarios del sistema de transporte colectivo son hombres », p. 27.
  • 13 P. Ward, México, una megaciudad, p. 139.

14B. Navarro, dans son ouvrage de 1993, cite une enquête selon laquelle 75 % des usagers du métro de Mexico seraient de sexe masculin11 ; N. Garcia Canclini reprend ces mêmes données dans son livre de 199612, citant P. Ward pour qui « il existe une division par sexe du transport dans la ville de Mexico qui n’a pas encore été étudiée ». Pourtant, un rapport de la Gerencia des Estaciones y Transporte de 1986 rapporte que seulement 60 % des usagers du métro sont de sexe masculin, et les données fournies par les responsables d’Ingenieria y Desarrollo à la fin des années 1990 indiquent que cette proportion serait descendue aux alentours de 57 % - et qu’en conséquence, les femmes représentent près de 43 % des usagers. Ces chiffres semblent plus conformes à ce qu’on sait du taux d’activité des femmes (41,6 % selon l’enquête INEGI de 2000) et donc de leur part dans le nombre global d’actifs de la ville (environ 39 % étant donné leur surreprésentation dans les classes d’âge adulte). On ne peut en tout cas plus conclure comme le faisait P. Ward sur la base des chiffres des années 1980 que « les coûts sociaux et émotionnels des déplacements quotidiens (...) sont supportés de manière disproportionnée par les hommes »13.

15Il semble que les pouvoirs publics mexicains aient œuvré à faciliter la mobilité des habitantes de Mexico en leur ménageant des espaces réservés dans le réseau du métro, aux heures de pointe. Cela peut se traduire par des files d’accès séparées aux stations les plus congestionnées, un double système de circulation à l’intérieur des stations (des couloirs « femmes et enfants » et des couloirs « hommes »), un filtrage pour l’accès à certaines parties des quais, et des wagons (les trois premiers ou derniers du convoi) réservés aux femmes.

16Ce système est en vigueur depuis 1977 et sa géographie a suivi l’extension des lignes du métro : obligatoire sur les plus chargées depuis plus de vingt ans, il fait l’objet de mesures incitatives, mais guère suivies, sur l’intégralité des lignes depuis ces dernières années. Dans celles des stations où il est obligatoire, un nombre considérable de vigiles en surveille l’application, parfois postés au côté de barrières divisant les quais, parfois bloquant l’accès aux wagons « féminins » et enjoignant aux hommes de « circuler » vers ceux auxquels ils ont le droit d’accéder. C’est au sens le plus littéral une « place » qui est ménagée aux femmes, afin de leur permettre de voyager dans des conditions meilleures que les autres usagers : l’espace concrètement réservé aux femmes, aux heures et dans les stations concernées représente le tiers des quais et des convois, les trois wagons de tête ou de queue des trains (sur un total de 9 wagons).

  • 14 « los Mexicanos somos muy groseros », m’a-t-elle dit (« Nous les Mexicains sommes très grossiers » (...)

17Selon les responsables du STC (Sistema de Transporte Colectivo, qui chapeaute le métro) interrogés, il s’agissait de « protéger » les femmes, de leur assurer un traitement de faveur, et de leur permettre de voyager dans des conditions légèrement moins inconfortables que le commun des usagers ; dans les cohues qui se formaient dans les stations de métro, elles étaient, avec les enfants et les personnes âgées, les plus susceptibles d’être gênées, et à cause de leur moindre taille et force physique, elles avaient moins de chances dans la lutte pour aborder les convois. Un autre son de cloche s’est fait entendre auprès d’une jeune femme responsable de station, pour qui, à l’évidence, c’était la probabilité, dans les situations de promiscuité engendrées par la surcharge, que les femmes soient physiquement harcelées et soumises à divers désagréments, qui rendait compte d’une telle décision14.

18Il ne semble pas en tout cas que ce choix ait fait l’objet d’une consultation avec les usagers, ni même qu’il ait correspondu à des plaintes ou à une campagne. La voix qu’on entendait le moins, à l’époque de l’institution de la séparation des hommes et des femmes dans le métro, c’est bien celle des femmes, concernées au premier chef. Leur présence était toujours masquée, dans les commentaires parus dans la presse, par leur inclusion dans un groupe familial, un couple, ou elles s’effaçaient derrière les enfants ou les personnes âgées ; elles n’étaient jamais prises en compte comme individus susceptibles d’utiliser seules un moyen de transport collectif. Cependant, c’était bien aux femmes, bien plus nombreuses à emprunter le métro aux heures de pointe que les autres populations « vulnérables », que la mesure bénéficiait directement : elles en retiraient un surcroît de liberté, les femmes gardant la faculté d’aller dans les wagons « masculins » si elles le souhaitaient, tandis que les hommes se voyaient interdire les espaces « féminins ». De là sans doute nombre de protestations qui se sont faites entendre dans la presse sur les « désordres » engendrés par ces dispositions.

  • 15 El Nacional, 14 juillet 1977, p. 1.

19La place de la femme dans l’économie et la société mexicaine, dans la deuxième moitié des années 70, était pour le moins disputée : le Mexique avait reçu en 1976 le Congrès Mondial des Femmes, et, dans cette perspective, beaucoup avait été fait au niveau gouvernemental pour que le Mexique n’ait pas à rougir de sa législation ou de pratiques machistes. Dans les années suivantes, le président Lôpez Portillo continuait à prêcher en ce sens ; ses déclarations sont ainsi commentées dans un éditorial de El Nacional, juste quelques jours après la mise en place de la séparation des sexes dans la métro : « En accord avec les normes qui nous régissent, l’ancienne disparité entre hommes et femmes a disparu. Celles-ci ne sont plus, désormais, objets de discrimination ou d’une fausse protection. Elles jouent sur le même terrain que leurs compagnons... »15.

20La métaphore spatiale, qui se retrouve fréquemment dans de tels commentaires, incite naturellement au rapprochement avec la gestion des stations du métro, où, précisément, les femmes ne sont pas sur le même terrain que les hommes et font l’objet d’une protection : le parallèle n’est pas fait pas les commentateurs de l’époque, mais il s’impose tout de même à l’esprit en lisant ces lignes – et ce d’autant plus que cet appel à la reconnaissance de l’égalité n’était pas le seul son de cloche à se faire entendre à l’époque. Depuis, la séparation entre hommes et femmes aux heures de pointe est entrée dans les mœurs au point que l’inquisitrice chercheuse étrangère qui vient demander aux femmes leur avis sur cette pratique s’entend souvent demander en retour pourquoi elle n’existe pas dans le métro parisien.

  • 16 A. Massolo, « Politicas urbanas y mujer : una aproximaciôn » M. L. Tanés (comp), La voluntad de se (...)
  • 17 id., p. 301.

21Cette mesure constitue en tout cas une exception notable à ce qu’A. Massolo désigne comme l’« invisibilité » de la femme dans les politiques urbaines menées au Mexique : « le travail de détective pour trouver quelque chose qui se rapporte à la femme dans ce type de politiques et de programmes donne comme résultat ce que les chercheuses d’autres pays rapportent de leur travail et de leurs analyses, c’est-à-dire : on ne trouve rien parce qu’il n’y a rien »16. De même, cette place réservée dans le métro paraît un démenti à son affirmation, sans doute vérifiée par ailleurs, que « la complexité et la diversité des rôles, des tâches, des temporalités et des déplacements des femmes pauvres habitant la ville sont méconnues dans les pratiques institutionnelles »17. Il semble que les autorités du métro aient été plus promptes que l’opinion en général à admettre les femmes comme agents indépendants de leur strict rôle familial, susceptibles de se déplacer seules pour se rendre à leur travail : le métro serait alors, à Mexico, un des moyens privilégiés de leur émancipation.

22Dans une ville dont le centre est volontiers dépeint par la presse mexicaine comme un des hauts lieux de l’insécurité, des femmes se sont donc paradoxalement ménagé un espace relativement préservé qui leur assure en tout cas un certain degré d’indépendance : dans un milieu qu’on suppose brutal, la population féminine peut trouver un abri contre la violence moins visible produite par une société où le machisme reste ancré, notamment parmi les couches les plus modestes de la population. Les pouvoirs publics semblent prêter la main à cette émancipation par des mesures qu’on peut juger paternalistes ou trouver trop peu concertées, à son goût, mais dont il faut bien reconnaître l’efficacité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Coutras J. [1993], « La mobilité des femmes au quotidien. Un enjeu des rapports sociaux de sexes ? », Annales de la Recherche Urbaine n° 59-60, p. 162-169.

Fernandez Poncela A. M. (comp.) [1995], Participaciôn politica : las mujeres en México al final del milenio, PIEM, Colegio de México.

Garcia Canclini N. – Castellano A. – Rosas Mantecon A. [1996], La ciudad de los viajeros. Travesias e imaginarios urbanos : México, 1940-2000. UAM, Grijalbo.

Hancock C. – Monnet J. [2001], « Mexico : vers l’abandon de la rente de situation nationale ? », p. 73-92 Jalabert G. (dir.), Portraits de très grandes villes. Société, pouvoirs, territoires, Presses Universitaires du Mirail, collection Villes et territoires.

Hancock C. – Hiernaux D. [2000], « Mexico : vers un aménagement à l’échelle métropolitaine », Villes en parallèle, n° 30-31, p. 297-315, décembre.

Massolo A. (comp.) [1991], Mujeres y ciudades. Participaciôn social, vivienda y vida cotidiana, PIEM, Colegio de México.

Massolo A. [1992], Por amor y coraje. Mujeres en movimientos urbanos de la ciudad de México, México, Colegio de México.

Navarro Benitez B. [1993], El Metroy sus usuarios, UAM-DDF.

Oliveira O. (de) – Pepin Lehalleur M. [1997], « Femmes venues à la ville et autres mobilités. Ruptures et inflexions culturelles dans des récits autobiographiques (Mérida-México-Tijuana) », Cahier des Amériques Latines n°25, p. 149-169.

Oliveira O. (de) – Garcia B. [1994], Trabajo feminino y vida familiar en México, México, Colegio de México.

Tanes M.L. (comp.) [1992], La voluntad de ser. Mujeres en los noventa, Programa Interdisciplinario de Estudios de la Mujer, Colegio de México.

Ward P. M. [1991], México : una megaciudad. Producciôn y reproducciôn de un medio ambiente urbano, CNCA, Alianza editorial, Los Noventa.

Notes

1 Le DF accueillait en 2000 8,6 M de personnes environ dans une agglomération de 18,3 M d’habitants (soit un peu moins de 19 % de la population du pays). La majorité de la population de l’agglomération se trouve dans les municipes conurbés de l’État de Mexico, autre entité qui entoure le District Fédéral à l’ouest, au nord et à l’est. INEGI, XII Censo General de Poblaciôn y Vivienda 2000. México, 2001.

2 Selon la base de données Géopolis élaborée par F. Moriconi-Ebrard, Mexico arrivait en 2000 au quatrième rang mondial derrière Tokyo, New York et Séoul, mais sa superficie urbanisée n’était que légèrement moins importante que celle de Tolyo qui a une population plus nombreuse d’un tiers.

3 Rappelons que la population mexicaine est urbaine pour près des trois quarts.

4 A noter qu’au Mexique on calcule le taux d’activité par rapport à la population de 12 ans et plus, ce qui relativise l’écart qui peut exister avec les pays européens.

5 INEGI, XII Censo General de Poblacion y Vivienda 2000. México, 2001.

6 On appelle délégations (delegaciones) les 16 subdivisions administratives du District Fédéral.

7 Soulignons quand même que les délégations de l’ouest se caractérisent à la fois par une surreprésentation des populations riches et une surreprésentation des populations pauvres, renvoyant bien au caractère très mêlé des parties urbanisées le plus récemment, comme Santa Fé, qui juxtapose quartiers d’habitat précaire et secteurs de logement de prestige.

8 INEGI, Encuesta Nacional de Empleo 2000, México, 2001.

9 Notons toutefois qu’on trouve traditionnellement un certain nombre de femmes parmi les « lideres » ou dirigeantes de groupes de commerçants ambulants du secteur informel du centre de México ou de quartiers populaires proches comme Tepito et qu’elle peuvent être extrêmement influentes. Voir l’article de F. Tomas, « Tepitenos », p. 25-29 Trace, n° 17, 1990.

10 J. Coutras, « La mobilité des femmes au quotidien », p. 162 et 169.

11 B. Navarro, p. 76.

12 « aproximadamente 75 % de los usuarios del sistema de transporte colectivo son hombres », p. 27.

13 P. Ward, México, una megaciudad, p. 139.

14 « los Mexicanos somos muy groseros », m’a-t-elle dit (« Nous les Mexicains sommes très grossiers »).

15 El Nacional, 14 juillet 1977, p. 1.

16 A. Massolo, « Politicas urbanas y mujer : una aproximaciôn » M. L. Tanés (comp), La voluntad de ser. Mujeres en los noventa, PIEM, Colegio de México, 1992, p. 296.

17 id., p. 301.

Auteur

Université Paris-XII-Val-de-Marne

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable