Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sexualités américaines

 | 
Claudine Raynaud

D'un antinaturalisme à un a-sociologisme : comment penser les catégories de sexe et la sexualité ?

Brigitte Lhomond

Texte intégral

1Je travaille depuis une quinzaine d'années sur un thème que je nommerais, pour faire bref, la sexualité. L'avortement, la gestion médicale de la sexualité par la sexologie, la construction de l'homosexualité comme entre deux sexes au XIXe siècle, les modes de formalisation de la sexualité, des catégories de sexe et de choix sexuel dans les enquêtes quantitatives sur les comportements sexuels depuis Kinsey, l'histoire du mouvement de libération des femmes, les comportements sexuels des jeunes de 15 à 18 ans face au sida, constituent l'essentiel des sujets que j'ai abordés et continue de travailler.

2Ce parcours, comme tout parcours de recherche, tient autant à la ténacité intellectuelle qu'à des rencontres théoriques, personnelles et politiques, à des opportunités de travail collectif qu'à la poursuite d'interrogations personnelles, sans parler de la réalité sociale qui oriente parfois brutalement les préoccupations scientifiques. Ce parcours qui m'est propre n'est en rien un parcours singulier et c'est pourquoi j'en ai donné les grandes lignes. Il s'articule à et rend compte de divers moments historiques, de la transformation de nos sociétés, de l'émergence, du développement et de la réorganisation de mouvements sociaux (plus précisément ici le mouvement féministe et le mouvement homosexuel), de la naissance et de la difficile institutionnalisation de nouvelles perspectives théoriques et thématiques (les études féministes, les études gaies et lesbiennes, si tant est que ces dernières aient en France une quelconque institution).

  • 1 Je signale seulement les premiers textes collectifs à large diffusion produits en France par ces m (...)

3La manière de penser les catégories de sexe et les rapports entre les sexes, objets constants de l'organisation et du contrôle social, constitue un prodigieux enjeu entre différentes fractions du corps social. Le refus du naturalisme et de l'essentialisme qui lui est associé, quant à la définition de ce qu'est le sexe et la sexualité, marque profondément les dernières décennies. Ce travail de dénaturalisation du sexe, de mise en cause des positions sociales de sexe et de l'oppression des femmes, de critique de l'hétérosexualité comme institution sociale de contrainte et institution de domination des femmes a été développé essentiellement au sein des mouvements féministes puis homosexuels1 Retracer l'histoire intellectuelle et politique de ces courants dépasse largement le cadre de cet exposé.

  • 2 Le Harrap's donne d'ailleurs comme traduction de gender, genre en ce qui concerne la grammaire, et (...)
  • 3 Petit Robert. Dictionnaire de la langue française, 1986, 1138 et 768.

4Si donc le sexe, au sens biologique, est construit dans la pratique et le discours social, avec une variabilité historique et géographique, mais toujours construit, que recouvre le terme genre? Tel qu'il apparaît depuis quelques années en sciences sociales, (en excluant la linguistique où il est d'acception courante et désigne, entre autre, l'arbitraire de l'attribution d'un genre, masculin, féminin voire neutre, aux mots) le terme genre est un anglicisme2 Son usage pose problème dans une langue comme le français dans laquelle, contrairement à l'anglais, les termes mâle et femelle (comme nom ou adjectif) sont utilisés communément pour les animaux mais ont un sens limité appliqués aux humains. Le Robert de la langue française, en dehors d'un usage juridique, considère ces termes comme familiers ou populaires (dans l'expression "un beau mâle") et donne de surcroit au terme femelle seul un sens péjoratif ("un démon-femelle")3 Regardons néanmoins divers usages de ce terme dans les domaines qui nous intéressent. Je ne parlerai pas ici de l'utilisation par la psychologie du terme genre, depuis la proposition de John Money en 1955 de parler de genre pour désigner le processus psychologique par lequel un sujet se sent et se comporte comme une femme ou un homme (Money and Hampson, 1955) jusqu'à son usage actuel dans la clinique des ambiguïtés sexuelles, de la "disphorie de genre" (pour reprendre l'expression du Diagnostic and Statistical Manual III) ou du transsexualisme (Mercader, 1994).

5En sociologie, histoire ou anthropologie, dans son acception récente, le terme genre désigne ce qui, par construction est intervention sociale, fait des mâles et des femelles humains des hommes et des femmes, ce qu'il y a de social dans le sexe (Daune-Richard, Hurtig, Pichevin, 1989 ; Hurtig, Kail, Rouch, 1991). Nicole-Claude Mathieu proposait, dès 1971, d'utiliser le terme sexe social (Mathieu, 1971, 19-39 ; Mathieu, 1991).

6L'usage, immodéré et confus, ces dernières années du terme genre a pour effet d'embrouiller le débat. J'en donnerais quelques exemples.

7Dans certains travaux d'histoire, ou de critique littéraire, parler de genre pour désigner les "rôles socio-sexuels" entraine une confusion entre les femmes et le féminin, les hommes et le masculin, c'est à dire entre des rapports sociaux et le système symbolique qui les enveloppe. En ce sens, le genre fait disparaître les relations concrètes au profit d'un système de représentations, affirmant dans le même mouvement que le sexe et le genre fonctionnent en parfaite harmonie, le second dérivant du premier et qu'ainsi on peut prendre le second pour parler du tout.

8Une autre source de confusion me semble provenir de l'usage de genre pour parler de ce qui relevait "auparavant" du sexe. J'ai choisi deux exemples dans des travaux américains récents, tous deux fort intéressants. Ce n'est donc pas une critique de ces textes mais un questionnement sur l'usage par les auteurs du terme genre.

9Dans l'ouvrage édité par Gilbert Herdt, Third Sex, Third Gender, Randolph Trumbach, dans son article "London's Sapphist : from Three Sexes to Four Genders in the Making of Modern Culture" (Trumbach, 1994, 111-136), parle de male et female gender : "In almost all modern western discussions of the relationship of biological sex to gender, and of female gender to the male, the presumption is made that there are two biological sexes, man and woman, and two genders, female and male" (C'est moi qui souligne. Trumbach, 1994, 111).

10J'étais, et je suis encore perdue. Dans ce texte, les hommes et les femmes seraient définis par leur sexe biologique et les femelles et les mâles par leur genre (social). Le modèle proposé par Trumbach, le passage de trois sexes biologiques : homme, femme et hermaphrodite (paradigme qui caractérise le 17e siècle) à quatre genres "deux légitimes, les hommes et les femmes" — et non ici les mâles et les femelles — et "deux stigmatisés, les sodomites et les sapphistes" (caractérisant l'entrée dans la modernité en Occident), ce modèle donc, malgré son intérêt certain pour la compréhension historique, n'éclaire pas ce qui est défini comme sexe et genre. La distinction entre sexe et genre est bien maintenue, mais leur définition est inversée, ce qui brouille la compréhension. Ce, malgré la conclusion de Trumbach, que je partage, de proposer un modèle dans lequel "... it is never presumed that there is a biological reality that exists outside of the culture produced by our minds" (Trumbach, 1994, 136).

11La sexualité (l'usage des organes génitaux et la mise en acte du sexe social) est une pratique qui met en jeu le sexe et le genre, une pratique où les organes génitaux sont socialement investis de sens, où les organes génitaux concrets et les "organes génitaux culturels", pour reprendre l'expression d'Harold Garfinkel (1967, chap. V), sont ensemble utilisés. Le choix sexuel, l'orientation sexuelle introduit une nouvelle dichotomie, une autre bicatégorisation. C'est ce paradigme qui est d'ailleurs utilisé, même s'il n'est guère explicité dans les enquêtes sur les comportements sexuels (Lhomond, 1991, 41-51). On retrouve ici un modèle à quatre cases proche de celui proposé par Trumbach.

12Ceci m'amène à une autre "surprise", dans l'ouvrage récent de Edward Laumann, John Gagnon, Robert Michael et Stuart Michaels, The Social Organization of Sexuality, (1994) qui rend compte des résultats de l'enquête sur les comportements sexuels aux USA. Dans cet ouvrage les auteurs parlent de "gender of sex partners", "same gender sex", "same — or other — gender sexual desire and behavior". La sexualité, ici, est décrite comme une pratique appuyée sur le genre des partenaires, comme si le sexe anatomique des individus concernés n'était pas en cause, à moins d'identifier totalement leur sexe et leur genre, ce qui ne semble nullement la position des auteurs.

13Le genre deviendrait-il alors une nouvelle façon de dire sexe, une façon qui dirait en même temps que le sexe est lui aussi construit? Dans ce cas, d'une part on abolit la distinction, utile pour l'analyse, entre sexe et genre, ou entre sexe anatomo-physiologique et sexe social, d'autre part on prend le risque de naturaliser le genre.

  • 4 "On observe que le plus souvent ethnie fonctionne aujourd'hui comme une variante euphémisée de la (...)
  • 5 Signalons d'ailleurs que, en français, (XIIe siècle) le sens ancien de genre est race. Petit Rober (...)

14Ce risque est visible dans un autre domaine : l'analyse et la critique de la notion de "race" a pu entraîner une cécité aux relations sociales où le racisme est à l'œuvre (même si l'on pense que les "races" n'existent pas : Guillaumin, 1972). Dans le même temps, l'introduction du terme ethnie, apparemment plus "sophistiqué" ou plus sociologique, tend à remplacer purement et simplement le terme race, sans aucun changement de problématique4 Si le genre devient au sexe5 ce que l'ethnie est à la race, le travail de dénaturalisation est de fait abandonné ainsi que l'analyse des relations de domination.

15Pour conclure, rapidement, que propose le mouvement queer, dans sa volonté de déconstruire le sexe, le genre et les catégories de choix sexuel? Cette "déconstruction" entraîne une méconnaissance, voire un refus, du fait que des groupes sociaux, fondés qu'ils le veuillent ou non sur le sexe et le choix sexuel, sont des réalités opérantes dans les rapports sociaux. J'entends par là que ces groupes sont construits par les rapports qu'ils entretiennent entre eux, par leurs positions respectives dans l'ensemble social, par la domination que les uns exercent sur les autres.

16Ils ne sont pas de pures catégories mentales aliénantes, des "identités" personnelles ou collectives déracinées de leur substrat social, pouvant ainsi être abolis ou transformés par un pur effet de wishful thinking.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Daune-Richard, Anne Marie, Marie-Claude Hurtig, Marie-France Pichevin, eds., 1989. Catégorisation de sexe et constructions scientifiques. Aix en Provence : CEFUP Université de Provence.

Diagnostic and Statistical Manual, troisième édition, édité par l'American Psychiatric Association.

Garfinkel, Harold, 1967. Studies in Ethnomethodology. New Jersey : Prentice Hall, en particulier le chapitre V, "Passing and the Managed Achievement of Sex Status in an 'Intersexed' Person".

Guillaumin, Colette, 1972. L'idéologie raciste. Genèse et langage actuel. Paris-La Haye : Mouton.

Hurtig, Marie-Claude, Michèle Kail, Hélène Rouch, eds., 1991. Sexe et genre, de la hiérarchie entre les sexes. Paris : Editions du CNRS.

Laumann, Edward, John Gagnon, Robert Michael, et Stuart Michaels, 1994. The Social Organization of Sexuality, Sexual Practices in the United States. Chicago and London : The University of Chicago Press.

Lhomond Brigitte, 1991. "Les enquêtes sur les comportements sexuels, de Kinsey au Rapport Gay". Actes du colloque Homosexalités et Sida. Lille : Cahiers GKC, Université 4.

Mathieu, Nicole Claude, 1971. "Notes pour une définition sociologique des catégories de sexe". Epistémologie sociologique, n° 11, 1er semestre ; republié avec d'autres articles fondamentaux sur cette question dans Mathieu, 1991. L'anatomie politique. Paris : côté-femmes.

Mercader, Patricia, 1994. L'illusion transexuelle. Paris : L'Harmattan.

Money, J., et J. G. et J. L. Hampson, 1955. "Hermaphroditism : Recommendations Concerning Assignement of Sex, Change of Sex, and Psychologic Management". Bulletin of the Johns Hopkins Hospital.

Simon, Jean-Pierre, 1994. entrée ethnie, Vocabulaire historique et critique des relations inter-ethniques. Pluriel recherches, Cahier n°l, L'Harmattan.

Trumbach, Randolph, 1994. "London's Sapphist : from Three Sexes to Four Genders in the Making of Modern Culture", in Gilbert Herdt, ed., Third Sex, Third Gender, Beyond Sexual Dimorphism in Culture and History. NY : Zone Books.

Notes

1 Je signale seulement les premiers textes collectifs à large diffusion produits en France par ces mouvements : "Libération des femmes, année zéro", Partisans (54/55), octobre 1970 et Front Homosexuel d'Action Révolutionnaire, Rapport contre la normalité, Paris, Champ libre, 1971.

2 Le Harrap's donne d'ailleurs comme traduction de gender, genre en ce qui concerne la grammaire, et sexe dans un usage familier. Harrap's Shorter French and English Dictionary, 1982, 338.

3 Petit Robert. Dictionnaire de la langue française, 1986, 1138 et 768.

4 "On observe que le plus souvent ethnie fonctionne aujourd'hui comme une variante euphémisée de la race ou, si l'on veut, son statut' civilisé'" (Simon, 1994, 51).

5 Signalons d'ailleurs que, en français, (XIIe siècle) le sens ancien de genre est race. Petit Robert, Dictionnaire de la langue française, 1986, 861.

Auteur

Sociologue (CNRS, Lyon). Depuis plusieurs années elle travaille sur les constructions sociales de la sexualité. Elle est le co-auteur de L'entrée dans la sexualité. Les comportements des jeunes dans le contexte du sida. La Découverte, 1997.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable