Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rhétorique – Rhetoricity

 | 
Jean-Paul Regis

Gertrude Stein méditant la syntaxe

Antoine Cazé

Texte intégral

  • 1 Charles Bernstein, "Inventing Wordness: Gertrude Stein's Philosophical Investigations", in Gertrud (...)

Prose like Stein's will yield only as much as we are willing to give to it. We come to know what she is saying only when we undertake the task of understanding as if trying to make sense of ourselves.
Charles Bernstein1

1Autour de 1930, Gertrude Stein écrit ses œuvres les plus apparemment difficiles, celles qui vont sans doute le plus loin dans l'expérimentation qu'elle n'a cessé de conduire depuis le début de sa carrière sur le sens et sur la matière du langage, sur la façon dont les deux systèmes coexistants du langage — système d'organisation interne en éléments différentiables, système de référentiation — peuvent se combiner pour magnifier la dimension ludique du discours. Nul n'a sans doute su mieux que Marianne Moore décrire l'effet que produit l'opacité de ces écrits sur le lecteur :

  • 2 Marianne Moore, "Perspicuous Opacity", Review of The Geographical History of America, or the Relat (...)

Miss Stein says, "I wish writing need not sound so like writing", and sometimes she has made it sound like writing that one does not see at first what is meant. Looking harder, one is abashed not to have understood instantly; as water may not seem transparent to the observer but has a perspicuous opacity in which the fish swims with ease.2

  • 3 "Stanzas In Meditation" et "More Grammar for a Sentence" (que j'abrégerai dorénavant MGS) ont été (...)

2Parmi de telles œuvres, il faut citer l'immense fresque poétique "Stanzas in Meditation" (1932, d'où j'ai honteusement tiré mon propre titre...), et le curieux texte "More Grammar for a Sentence" (extrait de As Fine As Melanchta, 1930), que je me propose plus modestement d'examiner ici3.

  • 4 Gertrude Stein, How To Write, with a new preface and introduction by Patricia Meyerowitz, New York (...)
  • 5 "Nouns" ou "Names", Stein emploie les deux : selon elle en tout cas, "Poetry is nothing but using (...)

3Notons d'emblée que ce texte peu connu préfigure How To Write (1931), qui développe les mêmes questions, et qu'il est quasiment contemporain d'une des conférences les plus célèbres de Gertrude Stein, "Poetry and Grammar" (1934-35)4. Dans "Poetry and Grammar", Stein tentait d'expliquer (vraiment de déplier sur toute sa longueur) sa conception très particulière des différences entre prose et poésie — savoir, que la poésie consiste en une attention amoureuse portée aux noms5, tandis que la prose doit éliminer les noms et concentrer toute son attention sur le mouvement que lui confèrent verbes et prépositions, ainsi que sur le délicat équilibre à trouver entre paragraphes et phrases.

4MGS est, comme How To Write mais de manière plus ramassée et pour cela plus convaincante, un peu le pendant littéraire (ou créatif) de PG : texte à visée théorique, il n'a cependant rien d'une conférence traditionnelle, où toute une machinerie rhétorique vise à démontrer et convaincre. La rhétorique de ce texte aurait plutôt pour rôle de déstabiliser l'ordre présentationnel convenu, tandis que l'ensemble du propos continue à mettre en jeu, essentiellement, des idées : elle n'aurait ainsi ni vraiment le rôle d'un support argumentatif, ni entièrement celui d'une marque d'un écart stylistique. Voici tout de suite un exemple représentatif de ce curieux mélange :

A natural sentence. A yellow peach may be ripened. There is a kind of a pear that has a rosy center which if felt is not in itself. What is it that made her know with a measure, she said there had been enough.
What is a natural sentence. (MGS, 254)

5Ce style immanquablement steinien, où le concret lui-même devient abstrait ("There is a kind of a pear...") et où, en retour, le propos conceptuel est constamment mis en mouvement de l'intérieur et comme rendu à une fraîcheur première par sa "littérarisation", est on ne peut mieux caractérisé par Donald Sutherland dans sa préface à "Stanzas In Meditation" :

  • 6 Donald Sutherland, "Preface: The Turning Point", préface à Gertrude Stein, Stanzas In Meditation, (...)

It came to GS that after all grammar and rhetoric are in themselves actualizations of ideas and the beginning, perhaps, of a conversion of ideas into poetry, since they are in their way shapes or schemes, aesthetic configurations, even if not commonly felt to be so. [...] In her way GS solved the problem of keeping ideas in their primary life, that is, of making them events in a subjective continuum of writing, of making them completely actual. [...] So the writing is, insofar as it is about anything, about ideas about writing, and this reflexive or so to say circular reference of the ideas is one way of making them self-contained and, while moving, certainly absolute.6

  • 7 Cela pose de façon essentielle — mais je ne vais pas en traiter directement ici — la question de s (...)

6Grammaire, rhétorique, poésie : c'est ce turbulent ménage à trois qui retient ici mon attention. Plutôt que de théoriser, Stein préférait donc souvent les vertus de l'exemple, et MGS n'est résolument pas une conférence sur la poésie et la grammaire, mais bel et bien la mise en œuvre concrète du et qui pourrait les relier — la poésie pénétrant la grammaire, et celle-ci se repliant sur elle-même en un "plus" de grammaire7 : "poetry like grammar" ou "grammar like poetry" — tant MGS travaille à son plus complexe cette arme rhétorique qu'est la comparaison, comme on le verra.

7Dans MGS, en effet, le détour comparatif et/ou métaphorique est la règle : seule une "phrase" se détache distinctement de l'ensemble, surgissant en son centre, pour énoncer ce qu'on pourrait appeler l'argument du texte de façon claire, explicative — et cet argument est fort proche de celui de PG :

Is this a paragraph or are these sentences. Who will know that about them. Sentences are not natural paragraphs are natural and I am desperately trying to find out why. (MGS, 250)

  • 8 Et je m'empresse de repérer ici un anagramme (alike/talkative), qui vient rouvrir l'apparente clôt (...)

8Autour de cette déclaration, Stein construit un texte d'une vingtaine de pages très denses dont les phrases et les paragraphes non seulement ont pour thème constant la question de leur propre nature et de leurs relations en ce qu'elles constituent l'espace du texte (un peu à la manière dont la composition des plans fait un tableau dans le cubisme), mais aussi tentent par cet agencement spatial même de rendre concrète, tangible, l'incertitude constitutive de leur définition. Ainsi par exemple lit-on : "Alike. A sentence which is in one word is talkative." (MGS, 241)8 ; ou encore, à l'inverse : "There can be natural sentences if they are halting which whichever that is with renown that without that waving that if they or through. This is a sentence." (248, où la phrase ne peut que s'excéder, sa syntaxe se dévider en un mouvement incontrôlé...). Dans MGS, Gertrude Stein confère donc aux phrases, aux paragraphes, et à leur articulation toute une dynamique compositionnelle dont elle tente de rendre perceptible le travail dans l'organisation des concepts qui sous-tendent sa vision du langage — et même plus, dans le matériau linguistique lui-même. C'est ce dernier point qui va retenir par la suite mon attention dans l'analyse que je tenterai du texte.

9Pour l'heure, disons qu'on commence à entrevoir ce que cette question de la mise en mouvement, du déplacement, peut avoir d'important dans les processus de composition steiniens ; confirmant d'ailleurs cela, un des autres leitmotive de MGS, comme de PG et de How to Write, est le suivant :

Sentences are not emotional and paragraphs are. I can say that as often as I like and it always remains as it is, something that is. (PG, 131).

10Dans le langage de MGS, une telle déclaration devient :

A natural paragraph is not waiting. (242)
What is a paragraph, no place in which to settle. Because they have been moved. (250)
A paragraph is natural if they walk. It is natural if it has not come. In order. (252)
A sentence is why they like places. He replaces it (252)
What is a paragraph. Who is with to blame. Change meant to mean. A paragraph has been motioned away. (253)

  • 9 Charles Bernstein, art. cit., p. 59.

11Méditant sur de tels exemples, on comprendra aisément qu'un critique et poète ait pu écrire, "Stein composes a "grammatical" exploration of the limits of meaning — of sense and nonsense."9 — ce qu'on pourrait d'ailleurs formuler à l'inverse, "Stein composes a "meaningful" exploration of the limits of grammar — of grammaticality and agrammaticality."... Dé-stabiliser la grammaire, la rendre mobile, telle serait l'entreprise Caldérienne de Gertrude Stein : "Grammar recondite", comme elle la définit dans How to Write.

12Car, cela ne fait guère de doute, ce qui préoccupe Stein dans MGS, comme son titre l'indique, c'est la grammaire — la façon dont ledit de règles détermine la composition d'un texte ; et plus précisément comme je vais tenter de le montrer, détermine sa syntaxe, qui devient littéralement ici sa configuration spatiale : "This is a paragraph in substance. Of course it looks like it in that shape and they always remind it of it." (241). Ou encore, dans How to Write, "Grammar is a conditional expanse".

13De plus, il va de soi qu'un texte comme celui-ci, proposant "Plus de Grammaire" (ce qui est en soi un petit paradoxe théorique puisque, si la grammaire légitime une cohérence linguistique, elle ne saurait se passer de limite sans s'auto-détruire), s'excède et s'autoparodie. Dans How to Write, Stein note que la grammaire doit être "very long or unsatisfactory". Comme le commente avec pertinence Richard Bridgman,

  • 10 Richard Bridgman, Gertrude Stein in Pieces, New York, OUP, 1970, p. 196.

Very long meant infinite, since only in infinity could she systematically account for all the possible relationships existing among words, objects and the mind. The totality of her writing constituted her own grammar.10

14La grammaire steinienne fait de la transgression des règles quelle édicte la règle ultime de son jeu. Ainsi dans MGS :

It is very likely that they tell that they liked when they liked it which was which they have as much as an instance of which it is as well. Known as paragraph. (241)

15Aux sceptiques quant à la validité d'une telle entreprise, il était bon de rappeler par un tel exemple que Stein ne manquait pas d'humour, même (surtout) lorsque le sujet dont elle traite semble enfermé dans son abstraction : cet humour est salvateur, et les jeux de mots sont légion dans MGS — mais peut-être cela va-t-il plus loin, tant le jeu du rapprochement des mots entre eux prend ici une ampleur insoupçonnée et met véritablement la syntaxe du texte en branle.

16Il est bon aussi de s'arrêter à l'auto-référentialité de ce style de Stein auquel appartient MGS, et dont on sent si bien la présence dans l'exemple ci-dessus : c'est dans la perspective d'un tel effet de sens (celui de l'auto-référentialité) que je vais situer mon analyse dans ce texte des rapports entre rhétorique et syntaxe. Mon hypothèse principale est en effet que Stein use de certaines figures clefs (la paronomase, la comparaison) pour métaphoriser les processus compositionnels de sa syntaxe : les réseaux phoniques et sémantiques de son texte s'articulent comme autant de métaphores de la grammaire, voire constituent une grammaire métaphorique. Là serait alors le sens "rhétorique" du mot "More" qui donne ce ton si inattendu au titre du texte, et dans lequel s'engouffre toute l'entreprise : élaborer non pas une autre grammaire, mais bien une grammaire comme déplacée par son propre mouvement rhétorique, agrandie de l'intérieur, travaillée par une mise en œuvre de figures qui la redoublent, en montrent à la fois l'insuffisance et la nécessité.

  • 11 "A Grammarian", in How to Write, op. cit., p. 109.

17Un texte sur la grammaire qui serait à lui-même sa propre grammaire, donc. On voit d'emblée que l'auto-référentialité du texte de Stein offre un exemple complexe de mise en abîme : ce à quoi le sens renvoie, c'est aux processus linguistiques d'organisation du texte. Ce n'est donc plus, comme dans un texte métafictionnel par exemple, le matériau thématique qui reflète l'organisation formelle du texte par une spéculation sur (about) l'écriture, mais bien un repli du matériau linguistique sur lui-même qui s'opère dans la méditation de Gertrude Stein sur la nature de la "phrase" : une spéculation de (of) l'écriture même, la grammaire au miroir ("I am a grammarian", écrit ailleurs Stein. "I believe in duplicates. [...] I think of the differences there are"11). Charles Bernstein repère bien ce qui constitue la caractéristique majeure d'une telle spéculation :

  • 12 Charles Bernstein, art. cit., p. 58 & n9 p. 62.

Stein's focus became the words themselves ; her declaration is that of wordness. The writing has become so dense that the meaning is no longer to be found in what the words represent, or stand for, but in their texture: the repetition, juxtaposition and structures of phrases, sentences, paragraphs. One might say the words refer only to themselves, that there is no disjunction between what the prose refers to and the prose itself. [...] the concreteness of its composition is not separable from its meaning.12

  • 13 Il est intéressant à cet égard de noter qu'un des jeux de mots les plus voyants de MGS porte sur l (...)

18L'analyse de Bernstein commence de façon classique en semblant insister sur l'aspect sémantique de l'auto-référentiation ("the meaning is no longer found...") ; mais par l'entremise du mot "texture" — qui laisse entendre la mise en place de relations entre des mots et des sens -, il met progressivement l'accent sur l'aspect "syntaxique", organisationnel, de l'auto-référence : c'est la "composition" qui est ici en jeu, et la façon dont Stein en fait sentir la concrétude. Le sens tout entier s'absorbe alors dans cette matérialité, il ne tient plus dans les mots, mais s'accroche à leurs interstices, s'épanouit dans leurs intervalles, naît par écho et différentiation le long de leurs enchaînements "syntaxiques"13. Comme le souligne Stein dans How to Write, indiquant implicitement combien le sémantique n'est pas la préoccupation de la grammaire,

  • 14 "A Grammarian", in How to Write, op. cit., p. 109.

To grammar it is the same thing whether they are urgent or whether they are useful. Do you see Grammar leaves repetition to their nouns.14

19Or comment Stein fait-elle sentir cela ? Comment parvient-elle à rendre manifeste dans la matière même des mots qu'elle emploie la question centrale de son texte - savoir, celle de la syntaxe : la problématique union de la phrase et du paragraphe, de la syntaxe interne aux phrases et de la syntaxe des phrases entre elles, syntaxe du texte donc ? Je crois que c'est en utilisant d'une façon rhétorique, certaines figures que Stein rend tangible ce que ses diverses syntaxes cherchent à effectuer. Ces figures s'inscrivent simultanément en deux dimensions du langage, phonique et sémantique.

201. Tout au long de MGS, Stein fait un usage intensif des métathèses, paronomases et anagrammes — des jeux de sons et de lettres. Outre que ces jeux attirent l'oreille et l'œil du lecteur sur la ductilité du signifiant, ils finissent par construire, pour qui y prête suffisamment d'attention (mais n'est-ce pas là le rôle, pragmatique, de leur abondance même ?), des réseaux sémantiques dont l'entrelacement forme une métaphore assez convaincante de l'entreprise syntaxique du texte dans son ensemble. Ces réseaux sont dispersés tout au long du texte, leur articulation se fait d'une manière associative, non chronologique, qui déjoue assez la logique : je vais tenter d'en démêler l'écheveau, et suis obligé d'en passer par un stade descriptif que je vais essayer de garder le plus clair possible.

21a) Tout le début du texte consiste à mettre en relation des mots commençant par wi- ou we- : will, well, with, win, wed (et avec ce mot, wife et le superbe adjectif wifely !), weed (accessoirement, while), auquel il faut adjoindre why et which (D'autres mots, en particulier white et wait, apparaissent ensuite, et leur rôle semble être de refocaliser périodiquement l'attention du lecteur sur le champ sonore mis en place au départ). La première phrase du texte est en effet : "Will you be well will you be well." (240) Plus loin, une phrase (parmi d'autres) regroupe tous ces termes :

Supposing three things a will they be having met and at a time with while and after without not at a time with which to trouble with advising why they weeded without grass.
Because they prefer separating salad. (243).

  • 15 Voir à ce propos Charles Bernstein qui, après avoir cité un passage de The Making of Americans, co (...)
  • 16 "When I wrote The Making of Americans I tried to break down this essential combination by making e (...)

22Parmi ces mots, wed et surtout with sont les plus fréquents, les plus travaillés : on y lit d'emblée un signe (social, linguistique) de l'union, de l'adjonction, de l'addition, de l'accompagnement, pour une écriture accueillante ("It is very beautiful to have the winning language", 241). Comme l'écrit Stein, en une phrase qui laisse entrevoir combien son propos est de conter la saga familiale des mots (comme The Making of Americans en avait si magistralement montré la possibilité15), "Paragraphs they will bequeath weddings" (248). Il s'agit donc de trouver un espace de rencontre entre la dimension de la phrase et celle du paragraphe, où leurs équilibres distincts (dont il est longuement question dans PG) pourraient se fondre16. Plusieurs phrases ultérieures signalent ce désir de créer pour le texte un espace indifférencié qui ne serait pas une succession de "sentences" fixes (Stein rapproche "sentence" de "stance"...) formant des paragraphes en mouvement, mais plutôt un intermédiaire entre ces deux dimensions, montrant le flux et la forme en même temps : "With is noon"(251) ; "A sentence is a hope of a paragraph" (251) ; "A paragraph is of sentences that are reliable" (253) — je reviendrai sur ce dernier terme.

23b) Mais comment alors expliquer la présence de weed dans ce réseau ? Précisément, weed intègre de manière paronomastique ce champ sémantique de l'union dans un paragraphe central du texte :

This is a paragraph in substance.
Of course it looks like it in that shape and they always remind it of it. This may be spoken of why. When they are alike they resume a plant which has that for them that they did which was theirs because of ordinary less than white. Ivy leaves resemble harbors. He harbored added it as in order having had it in detail. This makes a paragraph attached. (241)

  • 17 Bien sûr, l'oreille maintenant exercée de mon lecteur aura aussi entendu, comme la mienne, "Ivy Le (...)

24Par l'entremise de "plant" et de "ivy"17, qui apparaissent en relation forte avec le champ sémantique de l'union que dessinait with et wed ("When they are alike they resume a plant"), weed est en quelque sorte rechargé sémantiquement, acquérant un sens illicite qui le projette vers le motif syntaxique qui domine le texte : le coup de force que constituait la paronomase (welding...) devient le lieu d'une union à son tour ("they weeded without grass" (243) se lira donc aussi bien "they wedded without grace"...). Ce qui est proprement unique dans ce processus, c'est la façon dont la matière phonique même des mots participe du geste d'union syntaxique que cherche à réaliser Stein...

  • 18 On pourrait longuement discuter ici sur le masculin (le paragraphe) et le féminin (la phrase) qui (...)

25c) Dans ce même paragraphe apparaissent des traces supplémentaires de cette union sonore qui progressivement se transforme en métaphore de l'union à la fois conceptuelle (naturel vs non naturel) et rythmique (émotionnel vs non émotionnel) dont Gertrude Stein cherche à percer le secret : celle du paragraphe et de la phrase18. Il s'agit ici d'une part de add, qui va se développer en un jeu sur amount et account (accessoirement sur announce), et dont je laisse de côté les harmoniques ; et d'autre part du mot central alike. Sur ce terme se focalise toute l'attention, tout l'amour de Gertrude Stein, elle qui fait de la comparaison qu'il signale le moteur de sa stratégie rhétorique : ne déclare-t-elle pas en effet, "Why are mainly made in comparison." (242).

262. Like, et l'opération de comparaison dont il est la cheville ouvrière (celle qui non seulement pare le sens mais le répare), apparaît comme l'équivalent sur le plan rhétorique de la réflexion de Stein sur le caractère (re)liant de la syntaxe, et partant sur l'union entre le paragraphe et la phrase pour composer un texte. Je ne peux m'empêcher de citer à ce propos ce que Sherwood Anderson remarquait très tôt de Gertrude Stein quand il parlait de sa tendresse à l'égard de

  • 19 Cité sans référence par Donald Sutherland, loc. cit., p. xix.

the little housekeeping words, the swaggering bullying street-corner words, the honest working, money saving words, and all the other forgotten and neglected citizens of the sacred and half forgotten city [of words].19

27Cette omniprésence de like est liée à plusieurs stratégies figuratives :

  • 20 On n'oubliera pas ici la familiarité de Gertrude Stein avec le français. De plus, la décomposition (...)

28a) Dans la même veine paronomastique que précédemment, like est associé à link, liken, ainsi qu'à rely ; par un jeu de mots bilingue sur l'adjectif re-liable20, le lien (link) implicitement à l'œuvre dans l'opération de comparaison et qu'exprime la présence insistante de la préposition like, devient métaphore du lien syntaxique : "Now that is something not to think but to link", écrit Stein dans How to Write. Il y a une affinité de structure entre la figure de la comparaison et la grammaire syntaxique selon Stein (a liking, si on peut se permettre d'anticiper sur l'autre sens, verbal, de like : "they are alike", mais aussi "they have a like"...).

29A son tour, en un passage très dense, rely se voit re-lié à relished, relight, et delight (dans How to Write, "Grammar. Fills me with delight"). C'est alors dans ce contexte qu'apparaît la phrase déjà citée, "With is noon" (251). La rencontre au sommet, le lien lumineusement zénithal entre paragraphe et phrase se joue là :

  • 21 Je passe sur l'élargissement possible du champ phonique de wait à write (par exemple dans, "A natu (...)

It is easy to sound alike and to diminish with their welcome that they state.
What is a paragraph, no place in which to settle. Because they have been moved.
A paragraph is different that it affects me. That is it it is why they are relished. As for a sentence in what way do they stop. They stop without. And why. With is noon. It is with them it does not make a difference they will wait. (250-251)21

30Il était clair d'emblée, objectera-t-on, que with et like devaient programmatiquement se rejoindre, se rassembler et se ressembler : pourquoi alors compliquer le jeu en passant par la paronomase ? Je crois que le rôle de la paronomase est ici de faire sentir et l'union et son caractère problématique dans la matière même des mots. Car la paronomase signale un coup de force rhétorique qui masque volontairement mal son artificialité : qu'elle soit le véhicule d'une réflexion sur l'équilibre précaire mais naturel des phrases et des paragraphes est symptomatique de l'auto-réflexion du texte steinien, qui n'a de cesse de rouvrir sa pratique textuelle par une mise en question constante de sa stabilité. On voit en outre comment les champs sémantiques transversaux, illicites, que crée la paronomase, dessinent une métaphore de la question de syntaxe à laquelle s'attaque ici Gertrude Stein. Il y a là à mon sens un intéressant déplacement qui fait passer le rhétorique (une de ses figures) dans le syntaxique, qui projette le paradigmatique sur le syntagmatique, créant une para-syntaxe, ou une polysyntaxe. Une autre manière de formuler cela ne serait-elle pas de dire que l'effacement des frontières phoniques dont la paronomase se nourrit pour créer ses effets de sens rejoue l'indécision syntaxique et grammaticale qui caractérise le texte de Stein.

31b) Enfin, et pour poursuivre cette dernière piste de l'indécision, on remarque que la phrase "With is noon" est pour le moins particulière : l'adverbe y devient un substantif. Cette transgression grammaticale est préparée là encore par l'emploi permanent de like. Dans MGS, like est aussi exploité pour sa poly-grammaticalité : le lien qu'effectue la comparaison (préposition), fort parce que toujours in presentia, est redoublé par celui de l'amour/appréciation (verbe). Stein se débrouille pour constamment dissiper la barrière qui sépare le verbe de la préposition (voire du substantif, alike/a like) ; et elle le fait grâce à sa maîtrise des ambiguïtés syntaxiques : de la même manière que paragraphe et phrase se mélangent et se heurtent, se ressemblent (look like est d'un emploi constant) et se comparent. Voici quelques exemples de l'ambiguïté grammaticale de like :

- "Alike. A sentence which is in one word is talkative. They like their moon. Red at night sailor's delight a vegetable garden which is when there is a cage wherein they add with add withheld with string." (241)
- "She liked their coffee but she does not like it now.
A paragraph without words. Why are mainly made in comparison." (242)
- "They will like which they had being alike." (247)
- "It is alike. Everything they show is piled alike. There should be a sentence in some arithmetic. But with fair they had it as may fairly hand it our like. No nor should it be my fish. A fish can be taught as a lake. What is a sentence it used to be that they liked it. Without a notice. That they liked it with that they had to be mine. What is a sentence. Often I will make a paragraph." (255)
- "A cadence does not resemble a sentence it looks like it." (255)

32On ne sera donc pas étonné de lire sous la plume de Stein cette déclaration dans PG : "I like the feeling the everlasting feeling of sentences as they diagram themselves." (op. cit., p. 124) La forme réfléchie est ici d'importance, ainsi que le double sens possible du mot "diagram", à la fois analyse logique et dessin, voire épure. C'est un langage autosuffisant que dessine le repli du paradigmatique sur le syntagmatique dans MGS, et qui épuise son sens dans ce mouvement : ce n'est plus la texture sémantique qui fait sens mais la transformation de la référence en force syntaxique. C'est encore Donald Sutherland qui exprime le mieux ce repli ("Think closely how grammar is a folder", écrit Stein dans How to Write...) de la langue de Stein :

  • 22 Loc. cit., p. xiv-xv.

Gertrude Stein kept, from grade school, a passion for the diagramming of sentences, and in most of her styles she wrote sentences as a kind of diagram of thought. Her superb sense of syntax led her to use it as a kind of draughtsmanship, sometimes as the basis of a more flowing calligraphy, [sometimes] as a "vibrant line" on the order of Picabia's or Exekias'or of that in much Byzantine painting. [...] The line, like the sentence, is conceived as primarily structural, or diagrammatic, as it were spatial and all but static, while the succession of the lines making up the stanza is conceived as temporal.22

33La façon qu'a Gertrude Stein de faire référer le sens et la matière sonore de ses mots à la composition syntaxique dans laquelle elle les articule finit par changer la notion même de sens : ce qui est signifié ici, c'est la spatialité du sens, la direction vers laquelle il tend en vectorisant le discours bien plus que la destination finale qu'il atteint : le mouvement du sens plus que son verdict (sentence) sans appel. Et c'est aussi pour cette raison qu'on peut considérer le texte steinien comme se retrempant au bain d'une rhétorique d'avant la division de sa fonction : il s'agissait alors de rendre tangible dans le discours, par la nouveauté et la variation des angles de présentation, ce qu'Ezra Pound appellera la logopée — la danse de l'intellect parmi les mots, le mouvement de la pensée. Patricia Meyerowitz l'a bien vu dans son introduction à How to Write, elle qui écrit :

  • 23 Patricia Meyerowitz, Introduction à How To Write, op. cit., p. x.

Most writing is a description of thinking that was done before the writing was written and not a realization of the thinking that goes on at the moment of writing. This is the crux of the writing of Gertrude Stein and almost all of it is writing and thinking done at the same time.23

  • 24 Donald Sutherland, loc. cit., p. xviii.

34C'est cette force vive de la pensée se faisant que Stein tente d'écrire en son texte, "the movement of the mind within the poem itself which is positive and active at every syllable."24

Notes

1 Charles Bernstein, "Inventing Wordness: Gertrude Stein's Philosophical Investigations", in Gertrude Stein Advanced: An Anthology of Criticism, ed. by Richard Kostelanetz, Jefferson Nth Carolina, McFarland & Co, Inc., Publishers, 1990, p. 60.

2 Marianne Moore, "Perspicuous Opacity", Review of The Geographical History of America, or the Relation of Human Nature to Human Mind, by Gertrude Stein, The Nation, 143 (24 October 1936), p. 484-5. Reprinted in The Complete Prose of Marianne Moore, ed. and with an introd. by Patricia C. Willis, New York, Viking Penguin Inc., 1986, p. 339-41.

3 "Stanzas In Meditation" et "More Grammar for a Sentence" (que j'abrégerai dorénavant MGS) ont été republiés dans l'inestimable volume présenté par Richard Kostelanetz, The Yale Gertrude Stein, New Haven, Yale U.P. 1980, p. 316-464 pour "Stanzas" et p. 240-257 pour MGS.

4 Gertrude Stein, How To Write, with a new preface and introduction by Patricia Meyerowitz, New York, Dover Publishers Inc., 1975. Gertrude Stein, "Poetry and Grammar", in Writings and Lectures, 1911-1945, ed. by Patricia Meyerowitz, London, Peter Owen, 1967, p. 123-45 (abrégé en PG).

5 "Nouns" ou "Names", Stein emploie les deux : selon elle en tout cas, "Poetry is nothing but using losing refusing and pleasing and betraying and caressing nouns" (PG, 136).

6 Donald Sutherland, "Preface: The Turning Point", préface à Gertrude Stein, Stanzas In Meditation, and Other Poems [1929-1933], Freeport, NY, Books for Libraries Press, 1969, p. ix-xi.

7 Cela pose de façon essentielle — mais je ne vais pas en traiter directement ici — la question de savoir à quel genre appartient MGS, prose ou poésie, surtout dans la mesure où Stein prend dans ce texte un visible plaisir à transgresser les catégories grammaticales qu'elle désigne si commodément à notre attention dans PG...

8 Et je m'empresse de repérer ici un anagramme (alike/talkative), qui vient rouvrir l'apparente clôture de la phrase en un mot, la faisant en quelque sorte "parler" ; comme le note Donald Sutherland, "the device of sentences made of one or two or a few more words is in part a simple brisk staccato but it also breaks down the syntactical structure of the thought or statement into a series of disjunctive events." loc. cit., p. xxii.

9 Charles Bernstein, art. cit., p. 59.

10 Richard Bridgman, Gertrude Stein in Pieces, New York, OUP, 1970, p. 196.

11 "A Grammarian", in How to Write, op. cit., p. 109.

12 Charles Bernstein, art. cit., p. 58 & n9 p. 62.

13 Il est intéressant à cet égard de noter qu'un des jeux de mots les plus voyants de MGS porte sur le mot "arrangement", que Stein éclate en deux mots lourds de sens : "In regard to their fixing habitual arrange meant." (249). Arranger ne fait ici sens qu'en dérangeant le sens — ce qui n'est pas sans ironie dans une phrase où il paraît s'agir de le "fixer". Mais "fix" ne signifie-t-il pas aussi "réparer", et son synonyme n'est-il pas "mend", bien proche de "meant" ?... On aura l'occasion de revenir plus loin sur l'aire sémantique de "repair" : contentons-nous d'observer ici qu'on ne saurait assigner le sens si facilement à demeure.

14 "A Grammarian", in How to Write, op. cit., p. 109.

15 Voir à ce propos Charles Bernstein qui, après avoir cité un passage de The Making of Americans, commente : "And so Stein moved into the twentieth century grounded in the nineteenth. The recurring motif of that century had heen to represent (even allegorize) the family as setting limits that were acknowledged or transgressed; that is, to see family living as a microcosm of initiation into society. Stein's genius was to he able to express this solely in terms of language, by her prose composition." art. cit., p. 58

16 "When I wrote The Making of Americans I tried to break down this essential combination by making enormously long sentences that would he as long as the longest paragraph and so to see if there was really and truly this essential difference between paragraphs and sentences, if one went far enough with this thing with making the sentences long enough to be as long as any paragraph and so producing in them the balance of a paragraph not the balance of a sentence, because of course the balance of a paragraph is not the same as the balance of a sentence. [...]
I did in some sentences in The Making of Americans succeed in doing this thing in creating a balance that was neither the balance of a sentence nor the balance of a paragraph [...].
That is one thing about what I did. There is also another thing and that was a very important thing, in doing this in achieving something that had neither the balance of a sentence nor the balance of a paragraph but a balance a new balance that had to do with a sense of movement of time included in a given space which as I have already said is a definitely American thing." PG p. 131-2.

17 Bien sûr, l'oreille maintenant exercée de mon lecteur aura aussi entendu, comme la mienne, "Ivy Leagues resemble Harvards" dans "ivy leaves resemble harbors " !...

18 On pourrait longuement discuter ici sur le masculin (le paragraphe) et le féminin (la phrase) qui nous offrent, en français, une conception commodément hétérosexuelle de cette union. Il resterait à voir si l'emploi que fait Stein des pronoms "he", "she", et "they" répartit les rôles si clairement. Une telle approche pourrait d'ailleurs, à l'occasion, renouveler la façon bien trop anecdotique dont la critique traite de l'homosexualité de Stein...

19 Cité sans référence par Donald Sutherland, loc. cit., p. xix.

20 On n'oubliera pas ici la familiarité de Gertrude Stein avec le français. De plus, la décomposition du préfixe se fait presque naturellement, tant Gertrude Stein nous y invite avec maint autre mot au long de son texte : re-pair, re-main, re-member, voire re-fuse. l'opération de refonte sémantique implicite dans ce dernier terme est d'ailleurs remarquable par la complexité des chemins qu'elle emprunte. Voici le passage (241) :
"What is in amounting. Who is in power with having find. Now or then there never is a need of having nine or mine in a name, a noun with thinking of currants makes it different alright hut without their say so they will even will with an account so that there is namely that if they turn they will please do with hesitate. Finally they refuse. All this is how they cannot use the name currants after they were women. This whole paragraph is explanatory."
Ce qu'un tel paragraphe "explique", c'est combien sa syntaxe (voire la logique qui la soustend) n'est en rien additionnelle ("What is in amounting"), mais repose sur une diffraction des articulations du sens qui force à repenser la manière dont elles s'arrangent de façon inattendue dans les mots : il s'agit de continuellement demeurer dans "l'hésitation" ("they will please do with hesitate") — mot dont on se souviendra le sens latin d'adhésion, une forme de "collage" avant la lettre dont "re-fuse" (ou doit-on lire "ref-use", puisque le mot est stratégiquement placé entre "hesitate" et "use" ?) illustre l'opération à merveillle...

21 Je passe sur l'élargissement possible du champ phonique de wait à write (par exemple dans, "A natural paragraph is not waiting", 242), et à son homonyme right. Un développement trop long s'imposerait alors sur la contamination de alright par all write. "Nouns are the name of anything and just naming names is alright", lit-on dans PG (op. cit., p. 123)...

22 Loc. cit., p. xiv-xv.

23 Patricia Meyerowitz, Introduction à How To Write, op. cit., p. x.

24 Donald Sutherland, loc. cit., p. xviii.

Auteur

Université d'Orléans

© Presses universitaires François-Rabelais, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter