Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais perdu

Les employées à Bruxelles (xixe s.-1960) ou la victoire de la travailleuse indésirable

Eliane Gubin et Valérie Piette

Texte intégral

1Ce sujet touche à plusieurs thèmes distincts : il concerne à la fois la tertiarisation d’une grande ville comme Bruxelles, la place des employées dans le tertiaire bruxellois, et le difficile accès des femmes au travail du bureau. Cet accès se révèle pourtant fondamental pour l’évolution de l’émancipation féminine ; tout comme l’essor des services l’est pour l’évolution de la ville. Croiser les deux thèmes, « femmes » et « villes » – trop souvent étudiés séparément – constitue donc une approche intéressante. Nos recherches ont ciblé l’accès des femmes au travail de bureau, qui, en dépit des fortes résistances qui lui ont été opposées, devint progressivement une caractéristique spécifique du travail féminin en ville.

BRUXELLES, UNE VILLE « VOUÉE » AUX SERVICES

  • 1 Nicolaï H., « L’évolution du secteur tertiaire », La région de Bruxelles. Des villages d’autrefois (...)
  • 2 De Beule M., « Bruxelles, une ville industrielle méconnue », Dossiers de la Fonderie, n° 1, 1994 ; (...)

2Toutes les synthèses sur l’histoire de Bruxelles insistent sur la vocation tertiaire de la ville depuis l’indépendance du pays en 18301, vocation qui découle presque naturellement de sa fonction de capitale et de siège des principales institutions financières - au point d’occulter parfois la vocation industrielle de la ville qui fut longtemps la région la plus pourvoyeuse d’emplois dans le secteur secondaire.2

  • 3 Kurgan G., « Économie et transports », Bruxelles, croissance d’une capitale, Bruxelles, 1979, p. 2 (...)
  • 4 Hannes J., De economische bedrijvidheid te Brussel 1846-1947, Paris-Louvain, 1975 ; Kurgan G. – Vi (...)

3Par ailleurs, l’essor des services est décrit comme une évolution en deux temps : essor du commerce avant la Première Guerre Mondiale ; « explosion » des bureaux et constitution d’une « city » après 1950. La ville serait ainsi passée d’un tertiaire commercial à un tertiaire administratif3. Avant 1914 en effet, des études fouillées menées à partir des registres de patentes4 montrent que, dans l’ensemble, la part des patentes du secteur tertiaire passa de 63 % à 82 % en un demi-siècle.

  • 5 Souligné par Pierre Gourou dès 1958 : Gourou P., « L’agglomération bruxelloise. Elément d’une géog (...)

4A ce développement commercial succèdent le développement administratif et la formation d’une « city » dans la partie orientale de la ville. Capitale de l’État, placée au centre du pouvoir politique, administratif, financier, économique et culturel, Bruxelles voit en effet ses infrastructures se développer au rythme des domaines d’intervention des pouvoirs publics et de la croissance économique du pays. Après la Seconde Guerre, ce rythme s’emballe et s’accélère en raison des fonctions internationales conférées à Bruxelles (siège de l’OTAN, siège de la Commission de l’Union européenne) puis des réformes institutionnelles (Bruxelles demeure capitale de l’État fédéral, mais devient en outre celle de la Région flamande). A tous ces titres, la ville développe une infrastructure particulière et une concentration inégalée de bureaux : le phénomène marque profondément la seconde moitié du xxe siècle5.

5Curieusement les prémices de ces transformations sont peu étudiées, sans doute parce que les bouleversements du paysage urbain sont surtout spectaculaires après 1960. Même s’ils témoignent d’emblée d’une localisation particulière (dans le quartier du Parc où se font face, de manière significative, les ministères et le siège de la Société Générale), les bureaux et les administrations furent en effet longtemps logés dans des maisons bourgeoises, cossues (« hôtels de maître », « palais » ou résidences) qui ne déparaient pas dans l’ensemble urbain. Ce n’est que peu avant 1940 que surgissent les premiers immeubles modernes à usage de bureaux, caractéristiques des années 50, et plus encore des années 1960 qui inaugurent l’ère des « tours administratives ».

  • 6 Ville de Bruxelles, Recensements de 1910, Bruxelles, 1912, p. 27-28.
  • 7 Ville de Bruxelles, op.cit., p. 34.

6Cet essor des emplois de bureaux pose désormais la question de leur localisation et parallèlement de la désertification de certains quartiers. Avant 1914, l’affaiblissement progressif du nombre d’habitants dans le centre-ville n’est encore mis en relation qu’avec le développement commercial, voire avec la démolition de rues pour raison de grande voirie ou d’assainissement. Un recensement spécial des habitations, effectué par la Ville de Bruxelles en 1910, se révèle attentif à la perte de 16 % d’habitants en dix ans dans 11 artères du centre6, mais ce phénomène n’entraîne encore aucune inquiétude : il est au contraire considéré comme un dégorgement « naturel » vers des quartiers plus aérés : « La dépopulation du centre des grandes villes est [...] un criterium sûr de leur prospérité économique et de l’amélioration générale des conditions d’existence »7. Si la valeur commerciale croissante des emplacements au cœur de la ville suscite quelques réflexions, en revanche, on ne note rien de pareil pour l’implantation des administrations, des bureaux, des institutions de crédit. Le relevé des immeubles selon leur destination n’en fait même pas mention – à la différence des maisons de commerce, des lieux de culte et des salles de spectacles – et même dans les rues qui abritent des ministères, le recensement est plus préoccupé de dénombrer « les balcons, les loggias et les marquises fixes » que les bureaux.

  • 8 Constituée à ce moment de 19 communes, formant la Région de Bruxelles-capitale. Jusqu’au milieu du (...)
  • 9 Ville de Bruxelles, op.cit., p. 29-33.

7On est encore très loin des constats alarmants de la fin du siècle sur la désertification des quartiers de bureaux. En 1981, 17 % de la population active belge travaille dans l’agglomération bruxelloise8 alors que seulement 10 % y réside. La situation du début du siècle s’est inversée : avant 1914, les « navettes » entre le centre et la périphérie participent d’une circulation normale dans l’espace urbain et, sur les 10 831 employés des deux sexes travaillant à Bruxelles-ville en 1910, 90 % habitent l’agglomération. Les 10 % restants viennent de la banlieue proche ou de la province de Brabant. Le taux est analogue pour le personnel des administrations publiques9.

  • 10 Gourou P., op.cit., p. 405 et 406.
  • 11 Ville de Bruxelles, op.cit., p. 447.

8Dans l’entre-deux-guerres, ce phénomène de « navette » s’accentue. En 1957, 57 % des abonnements de travail du chemin de fer ont Bruxelles comme destination. L’essor considérable des services administratifs et la centralisation importante de la vie économique s’accompagnent d’une concentration spectaculaire des bureaux ; 58 % des employés des banques belges travaillent désormais dans la capitale, 66 % des employés des compagnies d’assurances, 70 % des employés des bureaux de direction des différentes entreprises10. L’affaiblissement de la fonction résidentielle de Bruxelles et la formation de la « city » deviennent une réalité préoccupante : à la fin des années 1950, la perte d’habitants est évaluée à plus de 50 00011. Les quartiers de la city n’abritent plus désormais que des concierges et des gardiens.

UNE PROLIFÉRATION D’EMPLOYÉS EN VILLE...

  • 12 Van Themsche G., « Travail », Les années trente en Belgique. La séduction des masses, Bruxelles, 1 (...)
  • 13 Recensement des industries et des métiers au 31 octobre 1896, tome IV, Bruxelles, 1902, p. 524.
  • 14 Recensement général de la population au 31 déc. 1910, tome II, p. 1414 (82 365 employés et 3 667 e (...)

9La prolifération des employés constitue le volet social qui accompagne ces mutations. Depuis 1910, le nombre d’employés (secteurs privé et public) ne cesse de croître dans l’ensemble de la population active : 12 % en 1910, 20 % en 1930, 27 % en 1947, 36 % en 196112. Pourtant les historiens ont longtemps ignoré cette catégorie socio-professionnelle, inconfortablement à cheval sur les trois secteurs économiques – et donc difficilement identifiable sinon identifiée. Les sources elles-mêmes sont longtemps avares de renseignements. Il faut attendre l’extrême fin du siècle et le début du 20e siècle pour obtenir des informations plus précises. Le Recensement des industries et des métiers du 31 octobre 1896 dénombre 39.103 employés (dont seulement 1.750 femmes, soit à peine 4,5 %)13. Le Recensement général de la Population de 1910 permet d’estimer leur place dans le commerce où, d’emblée, à la différence de l’industrie, les femmes forment plus du quart des effectifs (28 %)14. Le tournant du siècle s’est en effet caractérisé par une multiplication de vendeuses et de demoiselles de magasins qui se détachent désormais de la condition qui avait été la leur jusque-là – celle de domestique – pour rejoindre le monde des « employés ».

  • 15 Plasky E., « Crise économique et travail féminin », Revue du Travail, 1935, p. 60.

10Dès le début du xxe siècle, Bruxelles fait figure de haut lieu du travail employé, la ville regroupant à elle seule près de la moitié des employés du commerce du pays (43 %) et plus du quart des employés de l’industrie (26 %). Mêmes proportions en 1930 : 44 % des employés (industrie et commerce confondus) travaillent dans la province de Brabant15.

  • 16 La première enquête à s’y intéresser est l’Enquête sur la petite bourgeoisie, 7 volumes, Ministère (...)
  • 17 Lagasse de Locht, « La situation des employés », Revue du travail, 1er octobre 1919.
  • 18 Fauconnier M., « La formation des employés », Revue du travail, nov. 1933, p. 1241-1247 ; Plasky E (...)
  • 19 « Enquête sur la situation des employés privés », Revue du travail, juillet 1923, p. 1420-1436 ; a (...)
  • 20 Archives de la Porte Ouverte, Fonds De Craene-van Dueren (Bruxelles, Carhif).

11Par leur multiplication, la diversité de leurs prestations et l’hétérogénéité de leur condition, les employés commencent à poser problème : il devient urgent de les doter d’un statut. Les premières réflexions naissent avant-guerre16 en même temps que les premières lois sociales qui obligent à préciser les catégories de travailleurs bénéficiaires. Ces réflexions ne sortent leurs effets que dans les années 2017, quand les enquêtes se multiplient : enquête sur le degré d’instruction des employés en 192018, vaste enquête sur les employés du secteur privé en 192319, relevé des employés d’industrie au 31 octobre 192620.

  • 21 Sur ces difficultés statistiques : Moreau G., Les employés du commerce et de l’industrie en Belgiq (...)
  • 22 Par exemple Ducpetiaux E., « Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique », Bulletin de (...)
  • 23 Pour l’Allemagne, Kocka J., Les employés en Allemagne 1850-1980. Histoire d’un groupe social, Pari (...)

12Mais la catégorie des employés est suffisamment ambiguë pour brouiller les pistes et handicaper l’étude statistique21. Longtemps le terme fut réservé au personnel subalterne de bureau des administrations publiques, qu’il distinguait clairement du « fonctionnaire » par une différence de niveau hiérarchique. Il ne visait donc que le secteur public. Puis par une série d’extensions de sens, il désigna peu à peu des commis du commerce et de l’industrie – soit des employés du privé. A la fin du siècle, il englobe indistinctement tous les travailleurs qui ne participent pas à un processus productif. Une nouvelle extension de sens tentera, mais sans succès, de rebaptiser les domestiques en « employé(e) de maison ». Durant tout le xixe siècle, on ne trouve d’information à leur propos que de manière disparate et incidente22 et, à la différence d’autres pays européens23, il n’y a pas de recherches systématiques pour la Belgique.

Une profession médiocre et longtemps exclusivement masculine

  • 24 Archives générales du Royaume, Ministère des Finances, Secrétariat général, 239. Doc. 5/61-46.
  • 25 Moreau G., « Entre classe ouvrière et petite bourgeoisie : les premières tentatives de syndicalism (...)
  • 26 Bouree A., Les conditions de travail en Belgique, Rapport adressé au Ministre des Affaires Étrangè (...)

13Avant 1914, les employés présentent au moins trois traits spécifiques : ce sont presque exclusivement des hommes, ils vivent dans des conditions proches de la gêne et sont victimes d’un net discrédit. Ce discrédit social fait d’ailleurs naître le stéréotype du « rond-de-cuir » : l’employé est censé accomplir un travail répétitif, subalterne, sans aucune initiative personnelle, impliquant le plus souvent la médiocrité. En Belgique, dans le secteur public, l’employé peut même être un travailleur sans salaire car l’État libéral du xixe siècle soucieux de gouvernement à bon marché, recourt abondamment à une catégorie particulière d’employés, les surnuméraires, intérimaires recrutés par concours et placés au gré des besoins dans les différents départements, qui ne jouissent que d’indemnités accordées par A.R., tous les trimestres ou tous les ans24. « Misère en habit noir », « prolétariat en redingote »25... la gêne des employés est proverbiale. Leurs obligations vestimentaires constituent, avec leurs frais de logement, les principales sources de leurs difficultés financières. On le souligne aussi pour les demoiselles de magasin, astreintes à être correctement vêtues, voire avec élégance. La nécessité de se loger dans des quartiers « non-ouvriers » grève leur budget et suscite même une initiative dans un faubourg de Bruxelles vers 1890 pour fournir aux employé(e)s de commerce un logement décent à un prix abordable26.

  • 27 Pasinomie, Bruxelles, 1905, p. 256-257.

14Coincés entre la classe ouvrière et la bourgeoisie, les employés oscillent sans cesse entre protection et liberté, mais si la loi du 15 mai 1910 leur donne accès aux Conseils des prud’hommes en cas de litige avec leur employeur, ils sont exclus de la loi sur le contrat de travail de 1900. Enfin certaines sont spécifiques aux femmes : la « loi sur les sièges » (1905) permet aux employées de commerce de s’asseoir lorsque « leur besogne ne s’y oppose pas »27. Réclamée à cor et à cris par les féministes (également en France), cette loi est saluée à l’époque comme une grande victoire sociale.

LA PERCÉE FÉMININE

15Avant 1914, la majorité des employées féminines travaillent dans le commerce et sont affectées à des postes de vente. Leur présence dans le travail de bureau est encore très faible même si elles font une percée à la fin du xixe siècle. De 1.517 en 1890 (pour 26 090 employés de bureau masculins, soit 5,5 % de femmes), elles passent à 3 125 en 1900 (7,5 %). Il s’agit d’une avancée modeste mais comme elle s’opère dans un bastion traditionnellement masculin, elle est ressentie en termes « d’invasion ».

  • 28 Cordelier S., Femmes au travail. Etude pratique sur 17 carrières féminines, Paris, 1935, p. 146.
  • 29 Diplômées des nouvelles écoles, privées et publiques, formant aux emplois de bureaux.
  • 30 Plasky E., op.cit., p. 11.

16Après la première guerre mondiale, le changement est brutal : le bureau devient un espace de prédilection des femmes actives28. Il génère rapidement sa propre hiérarchie interne, poussant les hommes vers les emplois supérieurs et créant une distinction entre les femmes elles-mêmes : au bas de l’échelle, les téléphonistes, les sténo-dactylos, les employées affectées aux tâches de classement... au haut, les secrétaires spécialisées ou diplômées (secrétariat industriel, commercial, juridique, médical, de direction)29. L’extension du travail féminin dans les bureaux est sensible partout, dans le secteur privé comme dans le secteur public : l’employée de bureau est bientôt considérée comme le prototype même de la citadine au travail, issue des classes moyennes, investissant en force les administrations, les banques, les compagnies d’assurances. Le stéréotype succède ainsi à celui de l’ouvrière pour le xixe siècle ; il se charge d’une symbolique analogue, dictée par la crainte des contemporains de voir les femmes se déployer sur le marché du travail dans des emplois qualifiés. Avec la montée du chômage masculin dans les années trente, leur présence interpelle directement le ministre du Travail qui cherche à savoir si leur présence répond « à une nécessité, une utilité, une concurrence ? »30.

L’EXEMPLE DE BRUXELLES

Un secteur public où l’on part presque de zéro...

  • 31 En l’an XIII, la France tente les premiers essais au sein du service des postes. Elle est bientôt (...)
  • 32 Grootaers D. – Tillman F., Histoire de l’enseignement technique et professionnel en Belgique, Brux (...)
  • 33 Peemans F., « L’employée de l’État. Espace de travail et espace sociologique (fin xixe siècle-anné (...)

17Si le commis fut longtemps un homme (le mot n’a pas de féminin), l’accès des femmes dans les administrations publiques se posa dès le xixe siècle. Vitales à l’économie du royaume, quelques administrations doivent néanmoins être développées comme celles de la poste et des chemins de fer. La question de l’emploi des femmes s’y pose assez rapidement, mais alors qu’on observe leur accès presque partout en Europe31, la Belgique reste à la traîne. L’exclusion générale de l’emploi des femmes n’est levée que dans les années 1870. Même si dès 1873 l’école professionnelle pour filles Funck à Bruxelles avait inscrit au programme de sa section commerciale un cours intitulé « Chemins de fer, postes et télégraphes »32, l’engagement de femmes à l’administration des postes resta limité à quelques femmes et filles de percepteurs de postes, uniquement dans les petits bureaux et pour des fonctions accessoires et subalternes33. Dans les faits, aucune femme ne fut jamais nommée.

18Quelques ministres libéraux tentèrent ensuite d’ouvrir ou plutôt d’entrouvrir l’administration aux femmes. En 1876, le poste d’auxiliaire des postes et des télégraphes, nouvellement créé, est ouvert aux hommes comme aux femmes. En 1881 on rendit accessible aux femmes l’emploi de percepteur des bureaux de poste de 4e et 5e classe et, toujours la même année, on crée l’emploi de « surveillante des télégraphes ». En 1881, l’administration des postes comprend 103 femmes et celle des télégraphes, 106. Les chemins de fer résistèrent plus : en 1884 on dénombre 37 femmes sur un total de 7 000 personnes ! Le débat sur l’accès des femmes à la fonction publique s’envenime, de nombreuses discussions surgissent au Parlement. L’attitude de la Belgique détonne : en 1887, au Congrès international des Chemins de fer à Milan, l’économiste et ancien ministre français Léon Say critique la politique de la Belgique en cette matière. Le retour au pouvoir des catholiques en 1884 s’accompagne d’un nouveau recul : dès son arrivée au ministère des Postes, Télégraphes et Chemins de fer, Jules Vandenpeereboom décide de ne plus nommer aucun agent féminin.

  • 34 Frank L., La femme dans les emplois publics, Bruxelles, s.d., p. 18. (Les femmes ne jouissent d’au (...)
  • 35 Frank L., op.cit., p. 8.
  • 36 Frank L., op.cit., p. 10.

19Le rachat de compagnies privées de téléphones par l’État entraîne de vives discussions. Le 1er janvier 1893, l’État belge prend possession des réseaux téléphoniques d’Anvers, de Bruxelles, Charleroi, Gand, Liège, Louvain et Verviers, auxquels sont attachés 209 employés et ouvriers dont 109 téléphonistes – en grande majorité des femmes. L’État ne souhaite pas les reprendre toutes et leur impose un examen draconien. Les « demoiselles » du téléphone seront interrogées sur l’orthographe, la rédaction, l’écriture, l’arithmétique, la géographie de la Belgique, la géographie générale, la connaissance de l’autre langue nationale, l’allemand, l’anglais, les matières d’administration, l’algèbre et la géométrie ainsi que la physique et la chimie ! Dans les rangs féministes, c’est le tollé : les examens sont dénoncés comme la manière détournée pour écarter les anciennes téléphonistes, « malheureuses sans défense, ne jouissant d’aucune influence électorale »34. Et l’avocat Frank de se lancer dans un vibrant plaidoyer pour l’emploi des femmes dans l’administration afin de fournir aux femmes célibataires « qu’aucun mari ne protège » un travail décent35. Frank tente aussi de rassurer les hommes qui ne doivent pas redouter de concurrence : on ne confiera aux femmes que « des occupations secondaires qui rebutent l’homme et dans lesquelles les femmes apporteront plus d’ordre, des soins plus minutieux, une ponctualité plus grande [...] La femme n’occupera que des emplois inférieurs, n’exigeant aucune initiative et n’imposant aucune responsabilité »36. Précédemment, l’ancien ministre libéral Olin avait justifié de la même manière le recrutement féminin dans l’administration des chemins de fer, en raison d’un salaire inférieur, puisque « la femme a moins de besoins que l’homme ».

20Quoi qu’il en soit, l’emploi des femmes dans l’administration reste faible (mise à part la régie des téléphones) et limité à quatre départements (Chemins de Fer et PTT, Justice, Science et Arts, Défense nationale).

Tabl. 1. Bruxelles 1910. Répartition sexuée des employés (Chemins de fer, Postes, Télégraphes)

Tabl. 1. Bruxelles 1910. Répartition sexuée des employés (Chemins de fer, Postes, Télégraphes)

Source : Rec. pop. 1910, t. IV, p. 344-348 et 438-439.

  • 37 Le Moniteur des Employés, 24 janvier 1886.

21Pour le reste, toujours en 1910 et à Bruxelles, seules 47 femmes (et 1 281 hommes) apparaissent dans la catégorie « Fonctions et emplois dépendant de l’État, provinces et communes » ! A tous les niveaux, les administrations publiques leur restent donc fermées, alors que les premières mises en garde fusent pourtant : « L’administration est devenue une vaste agence matrimoniale »37.

Un secteur privé plus accueillant ?

  • 38 Rapport sur la situation de l’enseignement industriel et professionnel, 1884-1886, p. xv.
  • 39 Bulletin de la Ligue de l’Enseignement, 1873-74, p. 47.

22En revanche, le secteur privé engage plus volontiers une main-d’œuvre féminine qui coûte moins cher. L’enseignement professionnel pour filles, encore balbutiant mais plus développé à Bruxelles que dans le reste du pays, est attentif à ce nouveau débouché, considéré comme honorable pour les filles d’employés, de petits commerçants, voire même « les enfants de la bourgeoisie »38. En dernière année d’études professionnelles, un cours de commerce est proposé qui porte sur la tenue des livres, l’arithmétique, la géographie commerciale, l’anglais, l’allemand39.

23En 1910, les entreprises commerciales et industrielles du centre-ville occupent 2 493 hommes employés et 2 382 femmes (49 %). Ce quasi équilibre sexué s’observe aussi dans l’agglomération (5 668 hommes et 4 719 femmes, soit 45 %). Toutefois la situation varie fortement selon les branches d’activités : les femmes sont très présentes dans la vente, surtout dans les grandes magasins. A la différence de la France, par exemple, où les commis restent dominants, les demoiselles de magasin furent d’emblée majoritaires en Belgique : en 1910, les six grands magasins du centre de Bruxelles emploient 56 % de femmes (631 femmes, 492 hommes).

  • 40 Ville de Bruxelles, Recensements de 1910, op.cit., p. 30-31.

24A l’inverse, les banques et les compagnies d’assurances, les sociétés de transport ne les engagent qu’au compte-gouttes. Un personnel exclusivement masculin semble même être une marque de « standing » : les trois premières banques de la capitale et les deux plus grosses compagnies d’assurances emploient 841 hommes mais « aucune » femme !40

Tabl. 2. Bruxelles 1910. Répartition sexuée des employé dans les banques, assurances et transports

Tabl. 2. Bruxelles 1910. Répartition sexuée des employé dans les banques, assurances et transports

Source : Rec. pop. 1910, t. IV, p. 344-348 et 438-439.

25La situation change brutalement après la première guerre mondiale. Les femmes font alors une percée dans le tertiaire, plus particulièrement dans le travail de bureau, où l’emploi de la machine à écrire sonne le glas du commis et de l’écriture manuelle. Cet essor des employées se produit en même temps qu’une augmentation sensible du nombre de fonctionnaires avec l’avènement d’un État de plus en plus interventionniste, démultipliant les tâches administratives et de contrôle. Mais si la prolifération des employés est indéniable dans l’entre-deux-guerres, elle se traduit différemment selon les secteurs et le secteur public affiche toujours les mêmes réticences.

  • 41 Ville de Bruxelles, Recensements de 1910, op.cit., tome III, p. 254-255.
  • 42 Peemans F., op.cit., p. 888.
  • 43 Le Droit de l’Employé, 1er décembre 1932.
  • 44 Cordelier S., op.cit., p. 143.
  • 45 Peemans F., op.cit., p. 890-892.

26En 1920, les administrations publiques du pays comptent 8 005 femmes employées (« Fonctions de l’État, provinces, communes »), ce qui est plus qu’avant guerre en chiffres absolus mais pas en chiffres relatifs (7 % des effectifs)41. Dix ans plus tard, leur nombre subit même un léger fléchissement en raison d’une politique de restriction d’engagement féminin en raison de la crise (7 346 employées en 1930, soit 6,7 %). Comme précédemment, les femmes se maintiennent surtout à la régie des téléphones : 66 % parmi les téléphonistes en 1910, 55 % en 1920, 63 % en 1930. Dans les autres administrations, leur taux diminue : (Postes : 7,7 % en 1920 mais 6 % en 1930). La question de leur recrutement est régulièrement posée, mais toujours tranchée arbitrairement : la jurisprudence « exclut les femmes des emplois administratifs à l’exception des cas nettement déterminés »42, ce qui signifie en clair que les ministres admettent ou non les candidates aux concours, selon les « intérêts » du service. Les protestations véhémentes des associations féministes restent sans effet. L’opposition à l’engagement de femmes repose toujours sur les mêmes arguments : son rôle est au foyer, et sa présence est dangereuse pour la moralité des bureaux43. Elle serait de surcroît incompétente ; plus habile « à manier le bâton de rouge qu’à appliquer exactement les règles de grammaire »44. Et de fait, peu de femmes travaillent dans les administrations publiques à l’exception des dactylos, regroupées dans des bureaux séparés de ceux de leurs collègues masculins. Dans l’administration centrale, on ne compte que trois femmes à des postes de direction : une inspectrice de l’enseignement technique et professionnel et deux inspectrices du travail45.

  • 46 Moniteur belge, 1933, p. 3482.
  • 47 Moniteur belge, 1934, p. 6507.
  • 48 Pasinomie, Bruxelles, 1934, p. 446-449.
  • 49 Egalité, mars 1932, p. 11.
  • 50 La Tribune des Services publics, mai 1934.
  • 51 Proposition du socialiste Barnich à la Chambre des Représentants en 1930, relayée par le libéral M (...)
  • 52 Bulletin social des industriels, août-septembre 1932, p. 37.

27Elles sont donc loin, très loin, d’envahir le secteur public. Pourtant des mesures draconiennes sont prises dès la fin des années vingt pour limiter encore leur accès, mesures qui s’amplifient avec la crise des années trente. Plusieurs circulaires et arrêtés ministériels « découragent » coup sur coup le travail des employées, en réduisant leur rémunération, en bloquant leur engagement, en freinant la progression de leur carrière. Le 31 mai 1933, un arrêté-loi pris dans le cadre des pouvoirs spéciaux prévoit une réduction de traitement de 25 % pour les femmes fonctionnaires, épouses de fonctionnaires ou d’instituteurs46. Le 12 avril 1934, le Conseil des ministres décide de réserver aux hommes tous les emplois de l’État, y compris ceux de sténo-dactylos47. Le 8 décembre enfin un arrêté royal autorise le ministre du Travail et de la Prévoyance sociale à contingenter le nombre de femmes employées dans les entreprises industrielles et commerciales et à les remplacer par des chômeurs masculins48. Les réactions ne se font pas attendre, l’indignation est d’autant plus forte que la circulaire ministérielle du 12 avril 1934 confirme que la fonction de nettoyeuse, elle, restait réservée aux femmes : « ... elles seraient admises à laver les parquets dans les bureaux où travaillent les employés. On continuerait à leur réserver exclusivement, dans les trains internationaux, les gares et autres emplois publics, les postes de préposées au lavatory »49. Même le syndicat de la fonction publique fait chorus : « Récurer à quatre pattes, laver le linge en restant debout pendant des heures pour les autres, comme c’est plus reposant pour une femme que taper à la machine ! »50. En dépit de ces protestations, on envisage aussi de freiner l’accès des femmes au travail de bureau en privilégiant dans l’enseignement des filles les métiers traditionnels de l’aiguille (en plein déclin !) ou les « sciences ménagères »51, tandis qu’il est question « de réorganiser l’enseignement professionnel des garçons pour préparer des jeunes gens à prendre la place des femmes »52. La fin de la crise, jointe à une mobilisation féminine et féministe particulièrement forte met néanmoins un terme à cette offensive contre le travail des femmes dans les bureaux.

  • 53 Sur cet aspect : Gardey D., « Du veston au bas de soie : identité et évolution du groupe des emplo (...)

28En revanche, c’est dans le secteur privé que s’opère la révolution de l’emploi féminin, en même temps que la réorganisation en profondeur du travail de bureau. Avec la diffusion des machines à écrire, à estampiller, des timbreuses et des multiples systèmes de classement, le secteur privé associe de plus en plus étroitement les femmes à la révolution bureautique. De nouveaux outils médiatisent désormais le travail administratif, d’emblée connotés de « féminins ». Dans le prolongement des réformes tayloriennes, la rencontre de la machine à écrire et d’un espace de travail en mutation fait naître un nouveau type de travailleuse – la sténo-dactylo53.

  • 54 Revue du travail, décembre 1933, p. 1459.
  • 55 Hubeau F., L’éducation professionnelle et culturelle de l’employé, Bruxelles, s. d.
  • 56 Grootaers D. – Tillman F., op.cit., p. 163.

29La dactylographie est considérée d’emblée comme une tâche exclusivement féminine, par un aspect répétitif qui « ne peut pas être suffisamment rémunéré pour que l’employé puisse admettre de faire sa carrière complète dans cette fonction »54. Les témoignages sont nombreux : la dactylographie est un art qui échappe aux hommes55, tandis qu’il exerce un formidable attrait sur les jeunes filles, surtout sur les jeunes citadines56.

  • 57 Revue du travail, 1934, p. 723.
  • 58 Recensement économique et social de 1937, t. III, Établissements commerciaux, tableau XV.
  • 59 Recensement économique et social de 1937, op.cit., p. 56.
  • 60 Lagrave R.M., « Éducation et travail des femmes au xxe siècle », Histoire des femmes en Occident, (...)
  • 61 7 118 employées dans l’agglomération anversoise, 4 598 dans l’agglomération liégeoise, 2 873 dans (...)

30En 1930, on dénombre en Belgique 118 986 employés dans le commerce dont 32 % de femmes. Elles demeurent moins représentées dans l’industrie (14 % des effectifs)57. Mais cette fois, la grande innovation est leur entrée dans les banques, les compagnies d’assurances et les institutions de crédit, qui, en plein essor, engagent un nombre significatif de femmes. Si bien qu’en 1937 elles représentent 22 % des employés de banques et de compagnies d’assurances. Dans le commerce de détail, elles représentent près de la moitié des effectifs (48 %)58. Mais bien plus que leur nombre (relatif ou absolu), les contemporains sont sensibles aux changements dans les choix de carrières : sur 100 personnes occupées désormais dans le commerce (toutes branches confondues) on relève 19 employés, 11 employées, 20 ouvriers, 6 ouvrières, 9 aidants et 34 aidantes59. Bien que les femmes soient encore très nombreuses à travailler sans rémunération (aidantes), elles s’orientent vers le salariat en prenant le chemin des « cols roses » ou des « bas de soie ». Ce phénomène s’observe également dans les pays voisins. Le travail des femmes est désormais perçu comme « une longue marche vers les bureaux... L’Europe du salariat féminin n’est qu’un vaste dédale de bureaux »60. Dans les communes de l’agglomération bruxelloise en 1930, 15.238 femmes sont employées dans le commerce et 7.430 dans l’industrie. Le total (22 668 employées) est réellement écrasant par rapport aux autres villes du pays61 : la capitale concentre à elle seule 61 % des employées du secteur privé travaillant dans les quatre plus grandes villes belges.

  • 62 Revue du travail, juin 1932, p. 618.
  • 63 Grootaers D. – Tillman F., op.cit., p. 194-195.

31L’engouement féminin pour les emplois de bureau répond aussi à une nouvelle nécessité sociale née de la guerre62. La longueur du conflit, le poids des privations ont laminé les classes moyennes dont les ressources se sont épuisées. Les patrimoines se sont effondrés. Désormais les filles ou les femmes de la petite et moyenne bourgeoisie doivent travailler et le secrétariat apparaît comme une profession qui permet de ne pas « déchoir ». Le travail de bureau attire une nouvelle catégorie de travailleuses, jeunes filles de la petite et moyenne bourgeoisie qui recherchent un travail propre, aux horaires prévisibles. L’enseignement professionnel s’adapte rapidement à la demande, les sections commerciales, naguère parentes pauvres des établissements pour filles, acquièrent une nouvelle légitimité, les formations se multiplient63. Les écoles privées prolifèrent. La formation dispensée vise désormais à permettre aux diplômées d’accéder aux postes de secrétaires de direction.

  • 64 Plasky E., op.cit., p. 63.
  • 65 Plasky E., op.cit., p. 119.
  • 66 Sur cette question : Fauconnier M., op.cit. ; et Plasky E., op.cit., p. 118-126.
  • 67 Les inégalités de salaires demeurent très fortes. Voir Revue du travail, 1923, p. 2103.
  • 68 Revue du travail, 1923, p. 83.

32Le succès de la profession réside aussi – du moins du point de vue patronal – dans la faiblesse de sa rémunération. C’est bien ce critère économique qui détermine la sexuation de l’emploi et son rapide essor. En dépit des nouvelles qualifications, les femmes restent cantonnées aux postes de classement, de rangement et de dactylographie ; elles remplissent une multitude des tâches subalternes « dans lesquelles elles ont acquis, grâce à des aptitudes professionnelles spécialisées et à un taux de salaire inférieur, une priorité définitive sur l’élément employé masculin ».64 A la différence d’avant 1914, leurs aptitudes professionnelles ne sont plus contestées, les enquêtes soulignent au contraire le meilleur rendement des femmes et une formation générale souvent supérieure à celle des hommes. Une enquête souligne déjà dès 1920 que 61 % des femmes employées ont une instruction moyenne (et seulement 54 % des hommes), que 68 % des femmes ont suivi un enseignement technique spécial (pour 54 % des employés). Cet écart est surtout important dans les banques où 71 % des femmes engagées ont suivi des cours techniques65. L’écart s’approfondit dans les années trente, en raison d’une pléthore de jeunes diplômées des écoles de secrétariat sur le marché de l’emploi66. Si leur recrutement se fonde désormais sur leur qualification (assimilée très vite comme une « qualité » féminine, innée – ce qui permet de ne pas la rémunérer au taux d’une qualification acquise)67, les sociétés d’assurances ajoutent une motivation particulière : la crainte que l’employé masculin, une fois formé au métier, ne s’installe comme courtier indépendant et ne se mue en concurrent – un scénario qui ne se produit guère avec les employées68.

  • 69 Recensement économique et social de 1937, op.cit., p. 56.

33Toutefois, si la percée des femmes dans les bureaux est bien une réalité de l’entre-deux-guerres, le développement des tâches administratives bénéficie aussi aux hommes. Le recensement économique et social de 1937 le confirme : « l’examen du sexe dans chaque état social nous montre la grande supériorité numérique des hommes parmi les employés »69 Les hommes demeurent largement majoritaires avant 1940.

  • 70 Respectivement 63,6 % et 36,4 %.
  • 71 De 1880 à 1947, le secteur public n’occupait que 5 % de la population active. En 1961, il en occup (...)

34Après la seconde guerre mondiale, c’est bien le développement du tertiaire à Bruxelles qui masque les premiers signes de fléchissement de l’emploi, perceptibles dans les autres secteurs. Il explique en partie que le taux d’activité à Bruxelles ne subit pas la courbe descendante observée dans le reste du pays. Désormais, l’essentiel des emplois y relève des services : près de la moitié des travailleurs (45 %) a un statut d’employé (45 %) et parmi eux, deux tiers d’hommes et un tiers de femmes70. Toutefois, lorsqu’elles travaillent, les femmes choisissent l’état d’employée plus massivement que les hommes (41 % des femmes actives résidant à Bruxelles). En outre, les femmes accèdent plus aisément au secteur public après la seconde guerre, à un moment où celui-ci prend réellement son essor71. Si la part relative des hommes demeure néanmoins toujours plus importante que celle des femmes, celles-ci ont opéré un fameux « rattrapage » (16 % de la population active masculine et 14 % de la population active féminine).

CONCLUSION

35Le développement du secteur tertiaire entraîne donc à Bruxelles des conséquences à tous les niveaux : travail, logement, usage sexué de la ville. Pour les femmes, la tertiarisation de l’économie urbaine a été une lame de fond majeure, à la fois quantitative et qualitative. Fournissant des débouchés nouveaux à une génération confrontée après la première guerre mondiale à la nécessité de travailler, elle a élargi considérablement la panoplie des emplois féminins. Mais surtout elle a largement généralisé le salariat féminin, instaurant par là même la notion de « carrière féminine ». Cette évolution bouleverse totalement le rapport des femmes au travail et rompt avec le cycle ancien, basé sur un rapport intermittent à l’emploi, en fonction des besoins familiaux ou du cycle de vie. La tertiarisation des emplois est intimement liée à l’émancipation féminine – qui est avant tout un fait urbain. Le fait que la « révolution » féminine du xxe siècle ait été ressentie et dénoncée par les contemporains comme une longue marche vers les bureaux est indicative des bouleversements sociaux nés de cette rencontre entre l’essor du tertiaire et l’essor de nouvelles formes de travail féminin.

36Or l’économie urbaine marque profondément l’aménagement de la ville. Par touches successives, la physionomie et l’espace urbains se sont modifiés : non seulement les lieux de travail mais aussi les lieux de vie. La foule des commerçants et d’habitants cède peu à peu le pas à celle des employés salariés, population active qui travaille en ville mais habite généralement au-dehors. Les aspects urbanistiques et architecturaux, rappelés au début de cet article, forment sans aucun doute la conséquence la plus visible et la plus spectaculaire de cette évolution. Elle se répercute aussi directement sur la démographie urbaine, un aspect qui a retenu également l’attention des géographes, des urbanistes, des statisticiens, des sociologues.

  • 72 Terme de Coutras J. comprenant les courses, démarches administratives, soins aux parents âgés, gén (...)
  • 73 Ruddick S., « Constructing Difference in the Public Spaces. Race, Class and Gender as Interlocking (...)

37Mais d’autres aspects demeurent nettement moins explorés, et l’histoire du travail des femmes en fournit un exemple. Comme le travail féminin salarié s’est généralisé, surtout en ville, le double salaire a permis aux couples des classes moyennes de se loger dans des quartiers plus agréables, ce qui a contribué à la fois à désengorger le centre mais aussi à susciter de nouveaux besoins en termes de déplacements. Chargées de tâches multiformes à effectuer dans des endroits différents (travail, enfants, tâches familiales), amenées à gérer ce que l’on a appelé « la mobilité domestique »72 (J. Coutras), les femmes actives sont confrontées à jongler avec les distances accrues entre les zones urbanisées, les horaires décalés, la diversité des tâches éducatives, la réduction des temps scolaires. Or le découpage de la ville en zones monofonctionnelles, selon un modèle qui persiste en dépit des changements, suppose au contraire une mobilité plus masculine que féminine, une organisation où les femmes seraient toujours majoritairement au foyer, « away from the city and the public sphère »73. Le travail généralisé des femmes est alors un bon révélateur des déficiences des politiques urbaines actuelles et de la nécessité d’une planification qui tienne compte des besoins spécifiques des deux sexes.

38La généralisation du travail féminin en ville renvoie encore à de nombreuses questions, ayant trait à la famille, au logement. Les grandes villes ont toujours été des réservoirs de femmes seules, parfois avec charge familiale. Cette caractéristique s’observe à Bruxelles sur le long terme : en 1920, un quart des chefs de ménages (25 %) sont des femmes seules et parmi elles, la moitié (50,5 %) ont charge de famille et par conséquent, travaillent. Or le logement répond, lui aussi, à une conception « classique » de la famille, en porte à faux avec la diversification croissante des activités féminines et des modèles familiaux.

39Espace, temps, famille, logement... : autant de pistes suggérées par l’usage différencié des hommes et des femmes de la ville, directement influencées par l’évolution du travail des femmes dans la cité.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bouree A. [1984], Les conditions de travail en Belgique, Rapport adressé au Ministre des Affaires Etrangères, Paris, 1890, p. 7, cité dans Moreau G., Les employés du commerce et de l’industrie en Belgique à la fin du xixe siècle. Aperçu de leur condition et naissance du mouvement associatif, mém. lic., Histoire, Université libre de Bruxelles, p. 86-87.

Bulletin de la Ligue de l’Enseignement, 1873-74, p. 47.

Chenu A. [1994], Les employés, Paris, La Découverte.

Cordelier S. [1935], Femmes au travail. Etude pratique sur 17 carrières féminines, Paris.

Crozier M. [1965], Le monde des employés de bureau, Paris, Le Seuil.

De Belder J [1979]., « Structures socio-professionnelles », Bruxelles, croissance d’une capitale, Bruxelles, p. 227-234.

De Beule M. [1994], « Bruxelles, une ville industrielle méconnue », Dossiers de la Fonderie, n° 1.

De Beule M. – Puissant J. [1989], « La première région industrielle belge », in La région de Bruxelles. Des villages d’autrefois à la ville d’aujourd’hui, Bruxelles, p. 262-291.

De Quecker Ch. [1898], Les salaires usuels à Bruxelles de 1892 à 1897, Bruxelles.

Ducpetiaux E. [1855], « Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique », Bulletin de la Commission centrale de Statistique, VI, p. 315-317.

Fauconnier M. [1933], « La formation des employés », Revue du travail, nov., p. 1241.

Frank L. [s.d.], La femme dans les emplois publics, Bruxelles.

Gardey D. [1996], « Du veston au bas de soie : identité et évolution du groupe des employés de bureau 1890-1930 », Le Mouvement social, n° 175, avril-juin, p. 55-77.

Gardey D. [1999], « Mécaniser l’écriture et photographier la parole. Utopies, monde du bureau et histoires de genre et de techniques », Annales Histoire, Sciences Sociales, mai-juin, p. 587-614.

Gardey D. [2002], La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau 1890-1930, Paris, Belin.

Gourou P. [1969], « L’agglomération bruxelloise. Elément d’une géographie urbaine », Recueils d’articles. Hommage de la société Royale belge de Géographie au professeur Pierre Gourou, I-III, p. 371-450.

Grootaers D. – Tillman F. [s.d.], Histoire de l’enseignement technique et professionnel en Belgique, Bruxelles, EVO.

Hannes J. [1975], De economische bedrijvidheid te Brussel 1846-1947, Paris-Louvain.

Hubeau F. [s.d.], L’éducation professionnelle et culturelle de l’employé, Bruxelles.

Jouin-Lambert O. [2002], Le receveur des postes entre l’état et l’usage 1944-1973, Paris, Belin.

Kocka J. [1989], Les employés en Allemagne 1850-1980. Histoire d’un groupe social, Paris.

Kurgan G. [1979], « Economie et transports », Bruxelles, croissance d’une capitale, Bruxelles, p. 222-226.

Kurgan G. – Vire G. [1981], « Les registres des patentables, source de l’histoire de Bruxelles à la fin du xixe siècle », Histoire et Méthode, Bruxelles, Ed. ULB, p. 367-415.

Lagasse de Locht, [1919], « La situation des employés », Revue du travail, 1er octobre.

Lagrave R.M. [1992], « Éducation et travail des femmes au xxe siècle », in Histoire des femmes en Occident, Duby G. – Perrot M. (dir.), tome V, Paris, Plon, p. 444.

Moreau G [1984]., Les employés du commerce et de l’industrie en Belgique à la fin du xixe siècle. Aperçu de leur condition et naissance du mouvement associatif, mém. lic., Histoire, Université libre de Bruxelles.

Moreau G. [1992], « Entre classe ouvrière et petite bourgeoisie : les premières tentatives de syndicalisme des employés », Aux frontières des classes moyennes, Kurgan G. - Jaumain S. (ed.), Bruxelles, Ed. ULB, p. 115-137.

Nicolaï H. [1989], « L’évolution du secteur tertiaire », La région de Bruxelles. Des villages d’autrefois à la ville d’aujourd’hui, Bruxelles, p. 292-313.

Peemans F. [1980], « L’employée de l’État. Espace de travail et espace sociologique (fin xixe siècle-années 1950) », Revue belge de philologie et d’histoire, tome LVIII, p. 864-893.

Plasky E. [1935], « Crise économique et travail féminin », Revue du Travail, p. 60.

Ruddick S. [1996-2], « Constructing Difference in the Public Spaces. Race, Class and Gender as Interlocking Systems », Urban Geography, n° 17, p. 135.

Van Themsche G. [1994], « Travail », Les années trente en Belgique. La séduction des masses, Bruxelles, p. 157.

Autres références

- Bulletin de la Ligue de l’Enseignement, 1873-74, p. 47.

- Bulletin social des industriels, août-septembre 1932, p. 37.

- Egalité, mars 1932, p. 11.

- « Enquête sur la situation des employés privés », Revue du travail, juillet 1923, p. 1420-1436 ; août 1923, pp. 1596-1613 ; septembre 1923, pp. 1846-1867 ; octobre 1923, pp. 2092-2154 ; novembre 1923, pp. 2357-2362 ; décembre 1923, pp. 2533-2536.

- La Tribune des Services publics, mai 1934.

- Le Droit de l’Employé, 1er décembre 1932.

- Le Moniteur des Employés, 24 janvier 1886.

- Moniteur belge, 1933, p. 3482.

- Moniteur belge, 1934, p. 6507.

- Pasinomie, Bruxelles, 1905, p. 256-257.

- Pasinomie, Bruxelles, 1934, p. 446-449.

- Rapport sur la situation de l’enseignement industriel et professionnel, 1884-1886, p. xv.

- Recensement des industries et des métiers au 31 octobre 1896, tome IV, Bruxelles, 1902.

- Recensement économique et social de 1937, t. III, Établissements commerciaux, tableau XV.

- Recensement général de la population au 31 déc. 1910, tome II, p. 1414.

- Recensement général de la population au 31 déc. 1961, tome 8, vol. II.

- Revue du travail, 1923, p. 2103.

- Revue du travail, juin 1932, p. 618.

- Revue du travail, décembre 1933, p. 1459.

- Revue du travail, 1934, p. 723.

- Ville de Bruxelles, Recensements de 1910, Bruxelles, 1912.

Notes

1 Nicolaï H., « L’évolution du secteur tertiaire », La région de Bruxelles. Des villages d’autrefois à la ville d’aujourd’hui, Bruxelles, 1989, p. 292-313.

2 De Beule M., « Bruxelles, une ville industrielle méconnue », Dossiers de la Fonderie, n° 1, 1994 ; De Beule M. – Puissant J., « La première région industrielle belge », La région de Bruxelles. Des villages d’autrefois à la ville d’aujourd’hui, Bruxelles, 1989, p. 262-291.

3 Kurgan G., « Économie et transports », Bruxelles, croissance d’une capitale, Bruxelles, 1979, p. 222-226 ; De Belder J., « Structures socio-professionnelles », Bruxelles, croissance d’une capitale, Bruxelles, 1979, p. 227-234.

4 Hannes J., De economische bedrijvidheid te Brussel 1846-1947, Paris-Louvain, 1975 ; Kurgan G. – Vire G., « Les registres des patentables, source de l’histoire de Bruxelles à la fin du xixe siècle », Histoire et Méthode, Bruxelles, Ed. ULB, 1981, p. 367-415.

5 Souligné par Pierre Gourou dès 1958 : Gourou P., « L’agglomération bruxelloise. Elément d’une géographie urbaine », Recueils d’articles. Hommage de la société Royale belge de Géographie au professeur Pierre Gourou, I-III, 1969, p. 371-450. Pour la bibliographie et l’implantation des bureaux dans Bruxelles : Nicolaï H., op.cit.

6 Ville de Bruxelles, Recensements de 1910, Bruxelles, 1912, p. 27-28.

7 Ville de Bruxelles, op.cit., p. 34.

8 Constituée à ce moment de 19 communes, formant la Région de Bruxelles-capitale. Jusqu’au milieu du 20e siècle, l’agglomération ne comptait que 14 communes.

9 Ville de Bruxelles, op.cit., p. 29-33.

10 Gourou P., op.cit., p. 405 et 406.

11 Ville de Bruxelles, op.cit., p. 447.

12 Van Themsche G., « Travail », Les années trente en Belgique. La séduction des masses, Bruxelles, 1994, p. 157.

13 Recensement des industries et des métiers au 31 octobre 1896, tome IV, Bruxelles, 1902, p. 524.

14 Recensement général de la population au 31 déc. 1910, tome II, p. 1414 (82 365 employés et 3 667 employées dans l’industrie soit 4 % de femmes ; 35.194 employés et 13.628 employées dans le commerce, soit 28 % de femmes).

15 Plasky E., « Crise économique et travail féminin », Revue du Travail, 1935, p. 60.

16 La première enquête à s’y intéresser est l’Enquête sur la petite bourgeoisie, 7 volumes, Ministère du Travail, 1903-1905.

17 Lagasse de Locht, « La situation des employés », Revue du travail, 1er octobre 1919.

18 Fauconnier M., « La formation des employés », Revue du travail, nov. 1933, p. 1241-1247 ; Plasky E., op.cit. p. 118-126.

19 « Enquête sur la situation des employés privés », Revue du travail, juillet 1923, p. 1420-1436 ; août 1923, p. 1596-1613 ; septembre 1923, p. 1846-1867 ; octobre 1923, p. 2092-2154 ; novembre 1923, p. 2357-2362 ; décembre 1923, p. 2533-2536.

20 Archives de la Porte Ouverte, Fonds De Craene-van Dueren (Bruxelles, Carhif).

21 Sur ces difficultés statistiques : Moreau G., Les employés du commerce et de l’industrie en Belgique à la fin du xixe siècle. Aperçu de leur condition et naissance du mouvement associatif, mém. lic., Histoire, Université libre de Bruxelles, 1984, p. 23-27.

22 Par exemple Ducpetiaux E., « Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique », Bulletin de la Commission centrale de Statistique, VI, 1855, p. 315-317 ; De Quecker Ch., Les salaires usuels à Bruxelles de 1892 à 1897, Bruxelles, 1898 ; ou encore des monographies sur quelques employés et fonctionnaires dans la série des Ouvriers des Deux Mondes de Frédéric Le Play.

23 Pour l’Allemagne, Kocka J., Les employés en Allemagne 1850-1980. Histoire d’un groupe social, Paris, 1989 ; pour la France : Crozier M., Le monde des employés de bureau, Paris, Le Seuil, 1965 ; Chenu A., Les employés, Paris, La Découverte, 1994. Et récemment sur des aspects plus précis : Gardey D, La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau 1890-1930, Paris, Belin, 2002 ; Jouin-Lambert O., Le receveur des postes entre l’état et l’usage 1944-1973, Paris, Belin, 2002. Pour la Belgique on dispose seulement du mémoire inédit de Moreau G., op.cit., et d’un article : Moreau G., « Entre classe ouvrière et petite bourgeoisie : les premières tentatives de syndicalisme des employés », Aux frontières des classes moyennes, Kurgan G. - Jaumain S. (ed.), Bruxelles, Ed. ULB, 1992, p. 115-137.

24 Archives générales du Royaume, Ministère des Finances, Secrétariat général, 239. Doc. 5/61-46.

25 Moreau G., « Entre classe ouvrière et petite bourgeoisie : les premières tentatives de syndicalisme des employés », op.cit., p. 122-123.

26 Bouree A., Les conditions de travail en Belgique, Rapport adressé au Ministre des Affaires Étrangères, Paris, 1890, p. 7, cité dans Moreau G., Les employés du commerce et de l’industrie en Belgique à la fin du xix siècle. Aperçu de leur condition et naissance du mouvement associatif op.cit., p. 86-87. D’autres entreprises de logement coopératif pour employés verront le jour dans la banlieue de Bruxelles.

27 Pasinomie, Bruxelles, 1905, p. 256-257.

28 Cordelier S., Femmes au travail. Etude pratique sur 17 carrières féminines, Paris, 1935, p. 146.

29 Diplômées des nouvelles écoles, privées et publiques, formant aux emplois de bureaux.

30 Plasky E., op.cit., p. 11.

31 En l’an XIII, la France tente les premiers essais au sein du service des postes. Elle est bientôt suivie par l’Angleterre (1837), la Norvège (1857), les États-Unis (1862), la Russie (1864), la Suisse (1870), l’Autriche et la Hongrie (1871).

32 Grootaers D. – Tillman F., Histoire de l’enseignement technique et professionnel en Belgique, Bruxelles, EVO, s.d., p. 74.

33 Peemans F., « L’employée de l’État. Espace de travail et espace sociologique (fin xixe siècle-années 1950) », Revue belge de philologie et d’histoire, tome LVIII, 1980, p. 864-893.

34 Frank L., La femme dans les emplois publics, Bruxelles, s.d., p. 18. (Les femmes ne jouissent d’aucun droit politique avant 1921).

35 Frank L., op.cit., p. 8.

36 Frank L., op.cit., p. 10.

37 Le Moniteur des Employés, 24 janvier 1886.

38 Rapport sur la situation de l’enseignement industriel et professionnel, 1884-1886, p. xv.

39 Bulletin de la Ligue de l’Enseignement, 1873-74, p. 47.

40 Ville de Bruxelles, Recensements de 1910, op.cit., p. 30-31.

41 Ville de Bruxelles, Recensements de 1910, op.cit., tome III, p. 254-255.

42 Peemans F., op.cit., p. 888.

43 Le Droit de l’Employé, 1er décembre 1932.

44 Cordelier S., op.cit., p. 143.

45 Peemans F., op.cit., p. 890-892.

46 Moniteur belge, 1933, p. 3482.

47 Moniteur belge, 1934, p. 6507.

48 Pasinomie, Bruxelles, 1934, p. 446-449.

49 Egalité, mars 1932, p. 11.

50 La Tribune des Services publics, mai 1934.

51 Proposition du socialiste Barnich à la Chambre des Représentants en 1930, relayée par le libéral Masson au Sénat la même année.

52 Bulletin social des industriels, août-septembre 1932, p. 37.

53 Sur cet aspect : Gardey D., « Du veston au bas de soie : identité et évolution du groupe des employés de bureau 1890-1930 », Le Mouvement social, n° 175, avril-juin 1996, p. 55-77 ; et « Mécaniser l’écriture et photographier la parole. Utopies, monde du bureau et histoires de genre et de techniques », Annales Histoire, Sciences Sociales, mai-juin 1999, p. 587-614.

54 Revue du travail, décembre 1933, p. 1459.

55 Hubeau F., L’éducation professionnelle et culturelle de l’employé, Bruxelles, s. d.

56 Grootaers D. – Tillman F., op.cit., p. 163.

57 Revue du travail, 1934, p. 723.

58 Recensement économique et social de 1937, t. III, Établissements commerciaux, tableau XV.

59 Recensement économique et social de 1937, op.cit., p. 56.

60 Lagrave R.M., « Éducation et travail des femmes au xxe siècle », Histoire des femmes en Occident, Duby G. – Perrot M. (dir.), tome V, Paris, Plon, 1992, p. 444.

61 7 118 employées dans l’agglomération anversoise, 4 598 dans l’agglomération liégeoise, 2 873 dans l’agglomération gantoise.

62 Revue du travail, juin 1932, p. 618.

63 Grootaers D. – Tillman F., op.cit., p. 194-195.

64 Plasky E., op.cit., p. 63.

65 Plasky E., op.cit., p. 119.

66 Sur cette question : Fauconnier M., op.cit. ; et Plasky E., op.cit., p. 118-126.

67 Les inégalités de salaires demeurent très fortes. Voir Revue du travail, 1923, p. 2103.

68 Revue du travail, 1923, p. 83.

69 Recensement économique et social de 1937, op.cit., p. 56.

70 Respectivement 63,6 % et 36,4 %.

71 De 1880 à 1947, le secteur public n’occupait que 5 % de la population active. En 1961, il en occupe 15 % (552 091 sur 3 512 463) : Recensement général de la population au 31 déc. 1961, tome 8, vol. II, p. 111.

72 Terme de Coutras J. comprenant les courses, démarches administratives, soins aux parents âgés, généralement non comptabilisés.

73 Ruddick S., « Constructing Difference in the Public Spaces. Race, Class and Gender as Interlocking Systems », Urban Geography, n° 17, 1996-2, p. 135.

Table des illustrations

Titre Tabl. 1. Bruxelles 1910. Répartition sexuée des employés (Chemins de fer, Postes, Télégraphes)
Légende Source : Rec. pop. 1910, t. IV, p. 344-348 et 438-439.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Tabl. 2. Bruxelles 1910. Répartition sexuée des employé dans les banques, assurances et transports
Légende Source : Rec. pop. 1910, t. IV, p. 344-348 et 438-439.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 95k

Auteurs

Université libre de Bruxelles

Université libre de Bruxelles

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540