Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'excès dans la culture anglo-américaine

 | 
Claudine Raynaud

L'excès langagier

Jean-Paul Régis

Texte intégral

1Au cours du mois d'août 1994, un fait divers a retenu l'attention de plusieurs journaux, qui pose un problème sociolinguistique intéressant. Le vicar de Freckleton, Lancashire, a en effet refusé à Mr et Mrs Brown d'inscrire sur la pierre tombale de Mr Brown père "Devoted and much-loved Dad and Grandad". Selon lui ce texte devrait être remplacé par "devoted and much loved father and grandfather" pour les raisons suivantes (je cite l'article du 10 août du Daily Express) : "dad and grandad are "not appropriate"... familiar terms are not necessary to express feelings and affections... it is a good decision for all who care about the quality and dignity of our churchyards... I'm not being fuddy duddy, but it will not be long before we have Cuddles and Squidgy being asked for." Un lecteur commentait ainsi la décision de Rev. Brian : "He has stopped us on that slippery slope which leads to the Continental habit of colour snaps on tombs. And yes, I am going to quote Thomas Gray's Elegy Written in a Country Churchyard. He's the national authority on the place where "the rude forefathers sleep". And he didn't write foredads, did he" (Daily Express, 13 août 1994).

2Mr & Mrs Brown, qui envisagent de faire exhumer leur père et beau-père pour l'enterrer dans un cimetière public où l'on acceptera leur inscription, déclarent "we are not seeking to put anything unworthy on the stone... but we are not prepared to call him something on his tombstone which he wasn't called when he was alive", point de vue soutenu par d'autres personnes, telles Mrs S. Kay : "Father is only a word - anybody can be a father. But it takes a special man to be a dad", ou encore Mr R. Branson "Relatives should be allowed to express their grief as they wish".

3Cette querelle à propos d'un mot qui a su si bien éveiller des passions voit deux points de vue s'opposer : les uns considèrent comme excessif un emploi familier dans un cadre qui devrait être empreint de dignité, où donc seule une langue formelle conviendrait, les autres perçoivent comme excessive l'attitude qui consiste à imposer une expression formelle et impersonnelle à la douleur et l'émotion individuelle.

4Cet exemple nous montre qu'il n'y a pas d'excès en soi, qu'un objet, un événement qualifiés d'excessifs ne le sont pas dans l'absolu - qui aurait pensé que "dad" pourrait paraître inconvenant ? Un effet d'excès se mesure toujours relativement à quelque chose. Quelles sont donc les conditions à réunir pour produire un tel effet ?

5Pour qu'il y ait excès, il faut d'une part qu'une norme soit reconnue et que d'autre part un événement, un objet (un énoncé par exemple) semble la menacer. M. Douglas (1966, 1973) décrit très clairement ce phénomène en montrant comment nous percevons la saleté, la souillure (dirt), et quels sont les facteurs psycho-sociaux déterminant cette perception. Citant Lord Chesterfield qui affirmait "dirt is matter out of place", Douglas énonce le principe suivant : la saleté implique un compartimentage de notre expérience ; aucun objet n'est sale en soi, il ne l'est qu'en rapport à l'endroit où il se trouve. Un objet est sale comme une remarque est déplacée : cela suppose deux lieux, l'un où il devrait être et l'autre où il se trouve indûment. Les perceptions de saleté ou de souillure impliquent l'existence d'un système classificatoire de l'expérience qui a son fondement non pas dans la nature des choses mais dans la structure sociale. La saleté sert d'indicateur des frontières entre des champs d'expérience socialement différents. Parallèlement, elle assure une adhésion forte des individus à ce découpage en produisant des réactions de dégoût, de honte, etc. ; ainsi les infractions aux règles sociales qui se manifestent comme des souillures sont ressenties par les individus de façon personnelle et émotive.

6L'excès langagier participe de cette logique : il met en évidence, par le choc qu'il produit, l'existence d'une structure symbolique qui met en rapport d'une part des unités langagières hiérarchisées, ordonnées sur une échelle de prestige, et d'autre part un corps social, lui-même ordonné. Ainsi se trouvent définies des catégories, signalées par la variation linguistique, qui organisent la vie sociale en sphères d'activité différenciées : le public s'oppose au privé ; l'officiel, le formel au familier ; la proximité, le contact physique s'opposent à la distance, à la solennité.

7Je voudrais décrire quelques aspects de ce système symbolique en étudiant deux types de variation :

  • la variation sociolinguistique individuelle, à savoir l'éventail de registres dont un locuteur dispose pour s'exprimer et les implications psycho-sociales de l'existence de cet éventail.
  • la variation de classe, qu'on appelle parfois dialectale, et qui concerne la façon dont des groupes sociaux sont repérés, marqués par des modes d'expression spécifiques.
  • 1 Je remercie Fabienne Toupin et Jean-Michel Fournier qui m'ont aidé à clarifier cet exposé. Les imp (...)

8Ces variations seront abordées de deux points de vue différents. En premier lieu nous examinerons le point de vue des locuteurs : jusqu'à quel point et comment se représentent-ils un système symbolique qui coordonne les catégories hétérogènes que sont la tension et le relâchement, la distinction et la vulgarité, le contrôle et le défoulement, la solennité et la familiarité, le raffinement et la grossièreté, le supérieur et l'inférieur ? Ensuite nous poserons la question, délicate du point de vue du sociolinguiste, du rapport entre le chercheur en sciences sociales et les stéréotypes produits par le milieu qu'il observe : quel crédit accorder aux locuteurs, quel statut donner à l'observateur (toujours et nécessairement) participant1

1- Le point de vue des locuteurs

Les émotions

9Examinons tout d'abord l'hypocorrection, c'est-à-dire l'excès langagier qui entraîne le locuteur vers les zones symboliques du relâchement et de la vulgarité. Il paraît évident pour tous les locuteurs que cet excès langagier (insulte, blasphème, etc.) sert à exprimer un sentiment, une émotion inhabituellement intense. Une gradation des émotions se traduirait par un paradigme linguistique lui-même ordonné. Ainsi les locuteurs anglophones semblent partager l'opinion stéréotypée (Régis, 1986) qu'en anglais le paradigme qui suit sert à représenter des sentiments, émotions, douleurs de plus en plus intenses : Golly- gosh - Christ - shit - fuck.

  • 2 en fait obscène vient de obscaenus, obscenus composé de ob (en composition obs) = "devant" et caen (...)

10L'intensité varie avec la forme choisie, mais le même principe symbolique est à l'oeuvre dans tous les cas : celui d'un télescopage, d'une annulation des frontières qui quadrillent habituellement l'expérience. Prenons les cas extrêmes. Avec l'insulte ou l'interjection obscène, il se produit un déplacement, une irruption de la sphère privée dans la sphère publique. L'évocation de parties du corps habituellement cachées, de leurs fonctions ou de leurs produits fait scandale en public parce qu'elle institue une proximité, force le contact entre des interlocuteurs, ramène "au devant de la scène" l'objet qui aurait dû rester en coulisse comme nous le donne à penser une étymologie erronée du mot "obscène"2 L'insulte ou le juron équivalent à une gifle parce qu'ils représentent le contact des corps en même temps qu'ils abolissent les frontières entre les catégories (public/privé) qui organisent le jeu social.

  • 3 cf. Freud sur les stratégies d'évitement de l'objet tabou grâce aux déplacements par similitude et(...)

11Le blasphème ou la vaine invocation de la divinité choquent aussi parce qu'ils provoquent dans le quotidien, dans le domaine du profane, l'irruption du sacré, et le choc est de même nature qu'avec l'obscénité parce qu'ils représentent un contact interdit (ici avec la divinité) et l'effondrement de frontières majeures sur la carte symbolique du jeu social. Rappelons ici que le tabou primitif confond, peut-être pour les mêmes relisons, le sacré et l'impur (N.B. Les anglais ont inventé un cocktail explosif en combinant sacré et impur dans l'interjection fucking hell). Golly et Gosh évitent le contact direct avec la divinité grâce à la légère modification du nom de Dieu et sont par conséquent moins violents que God3 L'excès langagier est-il nécessairement lié à des sentiments violents ? Ou, autrement dit, est-on d'autant plus vulgaire que l'émotion est forte ? Cette idée se retrouve chez R. Lakoff par exemple, qui considère que l'énoncé "* Oh fudge, my hair is on fire !" est impossible parce que fudge ! n'est pas à la mesure de l'événement (R. Lakoff 1975, 10) ; une interjection beaucoup plus vulgaire s'imposerait pour rendre compte de l'émotion ressentie. La remarque n'est pas fausse mais insuffisante. J'ai poussé plus loin l'analyse avec des locuteurs anglophones et il apparaît que le degré de vulgarité dépend non seulement de la violence des sentiments, mais aussi de la situation sociale d'énonciation.

Les situations

12L'expression langagière excessive obéit à des règles sociales et non pas seulement psychologiques, elle n'est pas proférée n'importe où et vient bousculer des frontières symboliques dans les lieux où cet apparent chambardement ne fait pas trop de dégats.

13Prenons un exemple. Pendant une réunion de conseil d'administration, l'indignation d'un des membres peut prendre la forme suivante : "Monsieur le Président, j'ai le regret de vous dire que votre attitude est absolument inacceptable". A la sortie de la réunion, devant un ami, la même indignation peut s'exprimer ainsi : "Non mais quel con !"

14Ce qui a changé, c'est la définition de la situation. Dans le premier cas, la situation était formelle et exigeait par conséquent que le locuteur y "mette les formes". Dans le deuxième cas, la situation est plus conviviale - la proximité physique des interlocuteurs en est un indice (Hall, 1966) - et l'expression familière, qui évoque une partie du corps habituellement cachée, peut convenir : le registre linguistique choisi atteste d'abord du type de situation sociale où l'énoncé est produit, et l'état émotif du locuteur ne trouvera de moyen d'expression qu'en second lieu, quand les limites de variations langagières possibles ou négociables auront été prises en compte.

15L'expression de l'émotion passe donc par le filtre du jeu social. A titre indicatif, je peux dire que jamais, au cours de mes observations de vulgarités ou jurons produits dans des conditions naturelles, je n'ai été témoin de véritable scandale, c'est-à-dire d'un comportement si excessif qu'il mette en cause le contrat social lui-même.

  • 4 Il va de soi que le sentiment de plus grande liberté dans ce contexte est illusoire : là aussi la (...)

16Au bout du compte, pour peu qu'on prenne le temps de le lui faire exhumer, tout locuteur peut produire un modèle symbolique complexe (Régis 1986, 1989) dont il maîtrise parfaitement la mise en pratique (la praxis disent Culioli et Bourdieu), même s'il ne l'explicite pas habituellement et s'il confond parfois, quand on l'interroge, les niveaux de son expérience. Ce modèle se construit dès la petite enfance d'après les études récentes sur la question (Slosberg 1990) et peut se représenter comme une échelle qui assigne des valeurs aux divers types d'interaction sociale. A une extrémité de l'échelle, on a des contextes sociaux empreints de gravité où l'expression langagière paraît très, voire trop contrôlée, tandis qu'à l'autre extrémité se trouvent des contextes où règne une certaine effervescence, où l'expression paraît plus directe, où l'émotion peut se dire plus librement4

Les groupes sociaux

17Le locuteur possède donc un système lui permettant de repérer des degrés de tension psychologique ainsi que des degrés de formalité de la situation. Ainsi les modes d'expression "excessifs" n'apparaissent que là où il est licite de les utiliser. Ce système s'applique à un troisième domaine : la représentation des groupes sociaux.

18L'imbrication des dimensions psychologique, situationnelle et sociale est telle qu'elle s'impose avec la force de l'évidence et conduit même ces observateurs privilégiés de la langue que sont les lexicographes à y adhérer de façon aveugle. Les dictionnaires nous proposent en effet une confusion totale des domaines avec le concept de niveau de langue qui classe le lexique sous les rubriques suivantes : archaïque, littéraire, correct (jamais spécifié : l'absence de marque désigne la normalité), familier, populaire, vulgaire.

  • 5 On rejoint ici les études psycho-sociales faites sur la représentation des accents en G.B. et qui (...)

19Ici se trouvent confondus des champs d'expérience hétérogènes et de cette confusion jaillissent des évidences : au moment où je me laisse aller à une expression familière, ou vulgaire, je rejoins le mode d'expression normal du peuple5 Le peuple est par essence direct, chaleureux, mais aussi grossier (mal poli), livré à ses instincts. J'emploie le vocabulaire populaire quand je me laisse aller ou quand, emporté par la colère, je ne suis plus moi-même.

20Ainsi les traits langagiers qui servaient à repérer chez l'individu un état excessif servent maintenant à désigner l'état permanent d'un groupe social. L'échelle qui hiérarchisait les émotions et les degrés de tension sociale sert ici à justifier sans arguments un ordre social. Au peuple la vulgarité, l'effervescence, le manque de contrôle, aux "strates" les plus élevées l'euphémie, la noblesse, la distinction, la classe - toutes les métaphores concordent.

21A cela il faut ajouter la dimension, absente des niveaux de langue mais cohérente avec ceux-ci, qui situe les femmes par rapport aux hommes. La violence de la vulgarité, substitut du corps à corps, indice de virilité, est l'apanage des hommes tandis que le contrôle excessif, la recherche de la respectabilité et l'euphémisme sont surtout cultivés par les femmes.

22L'hypercorrection de la femme bourgeoise se trouve ainsi opposée à cet autre excès qu'est l'hypocorrection de l'homme du peuple comme s'opposent la "fine bouche" et la "grande gueule" (Bourdieu, 1982, 89-95).

23Nous avons ici un problème de taille. Que les locuteurs anglophones (et les dictionnaires), en pensant décrire les variations des discours de groupes ou d'individus, reproduisent une idéologie conservatrice qui prend ses racines les plus récentes dans l'imagerie victorienne avec la peur du peuple en révolte (the mob) ou la représentation de la femme potiche, futile, et toujours menacée par l'hystérie, tout cela peut s'expliquer. Après tout, la théorie marxiste pose qu'une superstructure peut survivre un certain temps après que la structure sociale qui l'a engendrée a disparu. Ce qui est troublant, c'est que les observations sociolinguistiques des 30 dernières années semblent confirmer 1 essentiel de la vision stéréotypée que je viens de décrire.

2. Le point de vue sociolinguistique

24Les études quantitatives menées sur les dialectes sociaux urbains montrent toutes que les femmes emploient plus de formes standard que les hommes. Un sociolinguiste a même affirmé que la différenciation sexuelle est telle en Europe occidentale qu'il suffit d'écouter le discours féminin pour savoir quelles sont les formes les plus prestigieuses dans une communauté donnée, et inversement d'écouter le discours masculin pour savoir quelles sont les formes stigmatisées (cf. Romaine 1994, 99).

25Hypercorrection féminine et hypocorrection masculine seraient à la fois causes et symptômes d'un problème commun : l'un et l'autre comportement ont un effet dévalorisant par rapport au locuteur normal, non marqué, qu'est le bourgeois de sexe masculin. Par ailleurs, l'un et l'autre excès langagier viennent vainement compenser une insécurité psychologique.

  • 6 Sur la différence entre marché local et marché global, voir Bourdieu 1982, pp.60-68.

26L'insécurité psychologique des hommes appartenant à des groupes sociaux défavorisés se traduit souvent par une culture de l'agression verbale dont les Noirs américains des ghettos offrent un modèle évident (Labov 1966, Wolfram 1974). Le manque de reconnaissance par l'ensemble de la société est compensé par l'affirmation de soi devant le groupe des pairs. La recherche de prestige au niveau local entre alors en contradiction avec le prestige à un niveau plus général : cette attitude peut provoquer l'admiration des autres membres du groupe, mais interdire de trouver un emploi intéressant, par exemple6.

27L'insécurité psychologique de certaines femmes (et dans la littérature sociolinguistique ce sont surtout les femmes de la petite bourgeoisie) s'explique par le fait qu'elles ne se sentent pas socialement reconnues, et c'est vrai qu'elles ne le sont pas, aussi bien en termes de représentation dans des emplois valorisants, d'égalité des salaires, de droit à la parole ou à être écoutées. L'une des illustrations les plus parlantes de cet état de fait, c'est le syntagme "working mother" que l'on peut gloser ainsi : mother who works outside her home, ce qui implique que les dizaines d'heures faites à la maison ne sont pas du travail - housework is not work, QED. Les femmes tentent donc de se faire reconnaître et apprécier en donnant à leur discours une forme à la fois distinguée et non agressive. Selon les auteurs (particulièrement R. Lakoff), l'hypercorrection féminine se traduirait par une extrême abondance de tags, d'appels à l'auditeur, d'ornements adjectivaux, de tournures très modalisées, tout cela étant produit avec une intonation montante, proche de l'interrogation, qui pousse la voix vers le suraigü. Pour compenser l'impression de fragilité psychologique induite par ce dernier trait, Mme Thatcher a dû apprendre à poser sa voix dans les graves pour s'exprimer au Parlement.

28La vision souvent simpliste des locuteurs semble donc se vérifier mais plusieurs raisons nous mènent à penser que les faits rapportés sont moins fiables qu'il n'y paraît. Tout d'abord il est maintenant acquis que les locuteurs ont une conscience assez claire de leur comportement langagier mais que, lorsqu'on les interroge, ils exagèrent certaines caractéristiques de leur groupe. Ce phénomène est décrit par les sociolinguistes anglo-saxons sous le nom de under- et over-reporting : over-reporting des femmes qui, d'une façon générale, affirment employer plus de formes prestigieuses qu'elles ne le font vraiment, et under-reporting des hommes qui prétendent employer moins de formes correctes qu'ils ne le font vraiment (Trudgill 1974, 1983, Macauley 1977).

29Il semblerait de surcroît que certains auteurs, et particulièrement les féministes des années 70, aient trop facilement cédé au stéréotype en forçant les traits du discours féminin - c'est la thèse de Romaine qui conteste la réalité de l'hypercorrection féminine en s'appuyant sur les arguments suivants :

Some of the early research claimed that women used more tag questions because they were characteristic of the greater hesitancy of women, who were afraid to assert things without qualification. Another feature which has been associated with women is the use of a high rising tone at the end of an utterance, especially when making statements, which make it sound as if a question is being asked. This too was seen as an indication of women's tentativeness and lack of confidence in putting forward their views.
Such arguments are, however, circular : women were labelled as lacking in confidence because they used more tag questions and tag questions were thought to indicate a lack of confidence because they were used by women. Unfortunately, a great deal of the research on language and sex has suffered from this kind of circularity or has been anecdotal or flawed in other respects. When empirical studies were actually conducted to test some of these claims, some found that men actually used more tag questions than women. Nevertheless, this discovery was not accompanied by any suggestion that men might be lacking in confidence. (Romaine 1994, 100)

30Romaine ne rejette pourtant pas l'ensemble des observations. Elle refuse de reconnaître l'existence d'un discours spécifiquement féminin, mais n'exclut pas, par exemple, que certains des traits langagiers décrits soient associés à une position sociale dominée, auquel cas nous aurions affaire à une question de pouvoir plutôt qu'à une question de sexe.

3. Le stéréotype

31Cette mise au point relativise les descriptions trop caricaturales de certains auteurs, néanmoins une question demeure, qu'aucun sociolinguiste ne peut éluder : il faut, certes, faire la part de la fiction et de la réalité dans ces visions du discours que nous offrent les uns et les autres, locuteurs naïfs ou chercheurs exigeants ; mais les stéréotypes sont si présents dans toutes nos observations qu'il est nécessaire de leur accorder une place théorique. On doit poser qu'il y a une corrélation (à mesurer) entre la vision stéréotypée des locuteurs et la réalité observable des discours, corrélation que l'on peut aborder suivant deux logiques complémentaires bien connues des linguistes : en reconnaissance et en production.

32En reconnaissance, le stéréotype a une fonction cognitive. Il sert à décoder l'expérience. En proposant des formes simples il permet de reconnaître des objets qui font sens dans le foisonnement du réel. Or, pour reconnaître une forme, il faut rejeter de son champ perceptuel ce qui n'est pas conforme au schéma stéréotypé. Toute discordance avec le modèle, qui pourrait amener à le modifier, est rejetée comme non pertinente, à la limite elle n'est même pas perçue. Ainsi toutes les occurences de femmes au volant conduisant bien sont systématiquement effacées de ma mémoire de sorte que je peux dire une fois encore en voyant une femme commettre une erreur de conduite : "Ah ! les femmes au volant !". Le stéréotype est créateur de réalité puisqu'il efface de la perception collective ce qui est incompatible avec lui et ne fait retenir que les événements qui le vérifient (Goffman 1959, 1968).

33En production, on peut considérer le stéréotype comme un mode d'emploi : l'individu qui a intégré le stéréotype qui définit son groupe agit en accord avec lui et ainsi lui donne une existence, une base objective selon le principe de la self-fulfilling prophecy (Laing & Esterson 1964, Watzlavic 1976).

34Si on ajoute à cela que les individus qui poussent la mise en scène du stéréotype à l'excès sont, dans tous les groupes, les plus voyants, on aura un élément supplémentaire expliquant pourquoi, en reconnaissance à nouveau, le stéréotype fonctionne si bien. La boucle est bouclée.

35D'un point de vue sociolinguistique, le stéréotype ne peut pas être rejeté sans autre forme de procès. Le chercheur doit s'en méfier sous peine de ne voir que la réalité que le stéréotype donne à voir, de ne pas percevoir les points aveugles qu'il implique nécessairement. Mais il faut aussi admettre que les stéréotypes sont présents à fleur de conscience des locuteurs, et donc producteurs d'énoncés, de réalité. Il faut donc les considérer comme des objets d'étude à part entière, les répertorier, les décrire, examiner en particulier leur rôle dans la tension jamais abolie entre changement et stabilité dans l'histoire de la langue.

36On se gardera aussi, en effectuant ce travail, de poser qu'il y aurait d'un côté le stéréotype et de l'autre la réalité, qu'il existerait une réalité en soi, hors représentation.

Afterthought

  • 7 Anne Dufourmantelle évoque ainsi la plainte du patient devant laquelle le psychanalyste se trouve (...)

37Dans le cas d'une émotion violente pour laquelle il n'y a pas de discours tout prêt, de lieu, de rituel social prévu, comme souvent devant la mort, l'excès qui voudrait s'exprimer ne passe pas par le langage7 Les mots ne conviennent pas, ils appartiennent à la collectivité, sont trop bavards, ou trop faibles ou impropres à dire la douleur individuelle. Indication que le langage est sur le versant social de l'individu, du côté de la persona, mal adapté à l'expression du moi profond qui, refusant d'effectuer le travail de mise en forme, de transposition, de symbolisation, exprimera l'émotion excessive par le hurlement, la plainte ou le silence.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Bourdieu P., 1982. Ce que parler veut dire. L'économie des échanges linguistiques, Paris : Fayard.

Culioli Α., Prieto L, 1967. "La communication verbale", Encyclopédie des Sciences de l'Homme, Tome 4. Paris : Grange Batelière.

Douglas M., 1966. Purity and Danger, an Analysis of the Concepts of Pollution and Taboo. Londres : Routledge & Kegan Paul.

---- 1973. Natural Symbols, Explorations in Cosmology. Londres : Barrie & Jenkins.

Dufourmantelle Α., 1996. "La rumeur et la plainte", Conférence, n°2, printemps, 109-111.

Freud S., 1965. Totem et Tabou. Paris : Payot.

Goffman E., 1959. The Presentation of Self in Everyday Life. New York : Doubleday Anchor Books.

---- 1968. Stigma. Notes on the Management of Spoiled Identity. Harmondsworth : Penguin Books.

Hall E.T., 1966. The Hidden Dimension. New York : Doubleday & Co.

Honey J., 1989. Does Accent Matter ? The Pygmalion Factor. London : Faber & Faber.

Labov W., 1966. The Social Stratification of English in New York City. Washington DC : Center for Applied Linguistics.

---- 1972. Sociolinguistic Patterns. Philadelphia : University of Pensylvania Press.

Laing R.D., Esterson Α., 1964. Sanity, Madness and the Family. Harmondsworth : Penguin Books.

Lakoff R., 1975. Language and Woman's Place. New York : Harper & Row.

Macaulay R.K.S., 1977. Language, Social Class, and Education : A Glasgow Study. Edinburgh : University of Edinburgh Press.

Régis J.P., 1986. Etude sociolinguistique des tabous en anglais contemporain. Thèse de doctorat d'Etat, Paris 7.

---- 1989. "L'opinion publique et les tabous", L'opinion publique dans le monde anglo-américain. GRAAT n°5, 79-96.

Romaine S., 1994. Language in Society. An Introduction to Sociolinguistics. New York: Oxford University Press.

Slosberg Andersen E., 1990. Speaking with Style. The Sociolinguistic Skills of Children. London & New York: Routledge.

Trudgill P., 1974. The Social Differenciation of English in Norwich. Cambridge: Cambridge University Press.

---- 1983. Sociolinguistics. An Introduction to Language and Society. Londres : Penguin Books (revised ed.).

Watzlavic P., 1976. How Real is Real? Communication, Disinformation, Confusion. New York: Random House.

Notes

1 Je remercie Fabienne Toupin et Jean-Michel Fournier qui m'ont aidé à clarifier cet exposé. Les imperfections et le caractère inachevé de certaines réflexions ne sont imputables qu'à moi-même, ainsi qu'à l'inadéquation entre l'ambition du propos et le format du présent article.

2 en fait obscène vient de obscaenus, obscenus composé de ob (en composition obs) = "devant" et caenum, cenum = "excrément, fange, ordure". Est donc obscène un acte aussi répugnant que celui de montrer ses excréments, ce qui n'est pas contradictoire avec l'analyse proposée ci-dessus.

3 cf. Freud sur les stratégies d'évitement de l'objet tabou grâce aux déplacements par similitude et contiguïté, fondements de la métaphore et de la métonymie (Totem et Tabou p. 100).

4 Il va de soi que le sentiment de plus grande liberté dans ce contexte est illusoire : là aussi la symbolique sociale contrôle les langues et les corps.

5 On rejoint ici les études psycho-sociales faites sur la représentation des accents en G.B. et qui donnent les résultats suivants : les locuteurs ayant un accent R.P. sont perçus comme "intelligent, competent", les locuteurs ayant un accent non standard sont souvent vus comme "humourous and friendly". Cf J. Honey 1989.

6 Sur la différence entre marché local et marché global, voir Bourdieu 1982, pp.60-68.

7 Anne Dufourmantelle évoque ainsi la plainte du patient devant laquelle le psychanalyste se trouve désarmé :
Tout d'un coup, la parole du patient s'arrête et s'élève une plainte, très loin en-deçà des pleurs. Elle ressemble au gémissement d'un très jeune enfant et son effraction entre les mots nous rappelle qu'à cette frontière si ténue entre le corps et l'autre, entre l'intime et le dehors, il a manqué une respiration. Comme s'il n'existait plus de trace humaine pour signifier la douleur. (Conférence, n°2, 1996, p. 110).

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter