Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'excès dans la culture anglo-américaine

 | 
Claudine Raynaud

Exclamation et excès

Gérard Deléchelle

Texte intégral

1On se propose d'examiner ici certaines formes linguistiques de l'excès, en particulier les caractéristiques syntaxiques et énonciatives des énoncés exclamatifs et interjectifs et le problème de l'expression du haut degré, dont le lien avec la notion d'excès apparaît déjà dans l'emploi de l'adverbe excessivement (au sens de très).

  • 1 Cet article reprenant ma communication au colloque GRAAT-CERCA de 1994 n'a pas pu bénéficier des tr (...)

2Les constructions qualifiées d’”exclamatives” sont de nature assez hétérogène et de plus elles laissent une large part à l'implicite. On s'est même parfois demandé, notamment dans le cas des interjections, ces réactions proches du cri arrachées par une situation, si elles relevaient bien encore de la grammaire d'une langue. Il est donc utile de préciser par quels moyens linguistiques et par quelles opérations on construit l'effet de sens interprété comme exclamatif ou interjectif1

1. EXCLAMATION : STRUCTURE ET INTERPRETATION

1.1. Dans son article sur les exclamatives, A. Culioli pose clairement le problème

[les exclamatives] ont en effet un statut mal défini. Il s'agit bien d'assertives, mais avec un quelque chose en plus qui se marque par des procédés divers, lexicaux, prosodiques, syntaxiques. On les rapproche des emphatiques, des interrogatives, sans plus. On parle à leur propos de syntaxe affective, de sentiment vif devant un événement, d'expressivité, on dit qu'elles expriment le haut degré. En grammaire on les tient un peu à l'écart entre les interjections et les phrases. (Culioli, 1974, 6)

3Il faut tout d'abord faire une distinction entre des structures linguistiques spécifiques, qu'on désigne sous le nom d'énoncés exclamatifs, et l'interprétation dite “exclamative” d'énoncés de structure très diverse. Une nouvelle fois il importe de ne pas confondre la forme (types d'énoncés) et la fonction sémantique ou pragmatique.

1.2. Même si nous pensons intuitivement avoir une image assez claire de la notion sémantique d'exclamation, il n'est pas inutile de s'y arrêter un instant

4Les définitions de l'exclamation données par les grammaires sont très variables et elles privilégient souvent l'effet produit plutôt que l'analyse formelle du problème, se contentant d'une vague caractérisation de la notion d'exclamation et de quelques indications sommaires sur les structures concernées (par exemple la présence d'un point d'exclamation en fin de phrase et le recours à une intonation spécifique). La grammaire Collins Cobuild à visée communicative définit l'exclamation de la manière suivante : "exclamations are words and structures that express something emphatically. You usually show this in speech by your intonation and in Writing by the use of an exclamation mark at the end of the sentence" (1990, 431).

5On précise parfois cette notion d'emphase en insistant sur le fait que les exclamatives expriment un haut degré. Après avoir distingué deux types d'exclamatives selon qu'elles comportent ou non un mot exclamatif La grammaire d'aujourd'hui (1986, s.v. exclamation) ajoute qu'elles ont pour trait commun “d'avoir pour support référentiel un degré élevé de la quantité (que d'eau ! comme il pleut !) ou de la qualité (il est d'un bête ! comme elle est intelligente !). C. Berthelon voit dans l'exclamation “la rencontre de l'affectif et de l'intensif au stade le plus immédiat de l'expression linguistique : la proposition traduit, comme un cri, la première impulsion émotive” (Berthelon, 1955, 73). Enfin, pour J.C. Milner : "en fait, c'est l'interprétation qui rassemble les exclamatives : toute phrase qu'on désigne de ce nom implique l'expression d'un haut degré, soit dans l'ordre de la qualité (quand il s'agit d'un adjectif), soit dans l'ordre de la quantité" (Milner, 1978, 253).

6Si l'on s'en tenait à la définition de la grammaire Collins Cobuild, la gamme des énoncés qu'on pourrait qualifier d'exclamatifs serait très vaste et très hétérogène. C'est pourquoi certains auteurs préfèrent pour l'anglais restreindre la classe des exclamatives aux énoncés comportant des morphèmes spécifiques comme how et what ou encore so et such. C'est l'existence de ces marques formelles qui explique que dans les grands types d'énoncés reconnus en syntaxe figurent en général les énoncés exclamatifs que l'on oppose aux énoncés déclaratifs, interrogatifs et impératifs. Mais il existe bien sûr d'autres manières d'exprimer l'affectif et l'intensif enjeu dans les exclamatives.

2. LES MARQUES DE L'EXCLAMATION

7Il ne s'agit pas ici de faire un inventaire des moyens propres à exprimer l'exclamation, mais de mettre l'accent sur quelques fonctionnements caractéristiques.

8Pour prendre un exemple très élémentaire on comparera :

(1a) How beautiful a book!
(1b) (It's) so beautiful a book!
(1c) What a beautiful book!
(1d) (It's) such a beautiful book!

9L'ordre même de la présentation suggère un rapprochement entre how et so, qui portent sur des adjectifs (ici beautiful) ou des adverbes, tandis que what et such portent sur un groupe nominal entier (a beautiful book). Si on veut privilégier des critères morphologiques, on devra plutôt rapprocher les deux morphèmes en WH (what et how) d'une part et so et such de l'autre, such étant issu de la fusion de swa (= so) +like.

2.1. Les exclamatives en WH (What et how)

10Pour Quirk et al. ainsi que pour R. Huddleston (1984, 375) : "Exclamatives as a formal category of sentence are restricted to the type of exclamative utterance introduced by what or how" (Quirk et al., (1985, 833). How peut porter sur un adjectif (How pretty you look !), sur un adverbe (How terribly wrong you are !) ou encore modifier l'ensemble de la relation sujet/prédicat (How I dislike that man !). La portée de what exclamatif (sauf bien entendu dans le cas du connecteur exclamatif-interjectif what ? !) est limitée au groupe nominal, avec ou sans article (what weather we are having this year ! what rubbish !, what a pity !, what funny stories she tells !), le nom pouvant être précédé d'un adjectif : (what a beautiful book !)

11How et what faisant partie des morphèmes en WH, on ne manquera pas d'établir un rapprochement entre les exclamatives et les interrogatives. On peut en général distinguer dans les principales l'exclamative de l'interrogative en what et how par la syntaxe et la prosodie de la phrase :

(2a) How beautiful she i!
(2h) How beautiful is she?

12En (a), l'ordre des mots (sujet-verbe) suggère que l'exclamative est un énoncé de type déclaratif, alors que l'ordre auxiliaire-sujet en b) implique un débat sur la validité de la relation sujet/prédicat.

13Pourtant, comme le signale R. Huddleston (1984, 374), les constructions pourraient parfois être considérées soit comme interrogatives soit comme exclamatives, en particulier quand le syntagme en WH occupe la fonction de sujet, construction qui ne donne pas lieu à inversion :

(3) How much remains to be done!/?
(4)What foolish ideas filled his mind!/?
(exemples de R. Huddleston)

14Mais c'est également le cas en (5), (6) et (7) :

(5)How often have I regretted not accepting his offer!
(6)How great had been her surprise when she read the will!
(
Huddleston, 373)
(7) How green was my valley (
titre d'un roman célèbre)

  • 2 Il suffirait de remplacer know par ask pour qu'il n'y ait plus d'ambiguïté, ask privilégiant une in (...)

15Etant donné l'ordre des mots dans les interrogatives indirectes, on ne s'étonnera pas qu'en subordonnée il soit parfois bien difficile, comme en (8), de les distinguer des exclamatives indirectes uniquement à partir de critères syntaxiques :2

(8) I know how much you love her.

16Comment expliquer que, malgré l'ordre auxiliaire-sujet-verbe en (5-7), on obtienne une assertion véritable ? Précisons tout d'abord que, contrairement aux interrogatives, l'intonation des exclamatives est descendante, c'est à dire assertive. D'autre part, on sait bien que l'ordre auxiliaire-sujet-verbe n'est pas réservé aux interrogatives (cf. should anyone phone, tell them I'm busy). En (5) et (6), l'ordre des mots est assez voisin de celui qu'on obtient quand on focalise en tête d'énoncé certains adverbiaux : (cf. Little did I know,... ; Hardly had I said that, ...). En outre, comme on le verra en (23a) et (23b), l'ajout d'une négation ne modifie pas toujours radicalement le sens de l'énoncé, ce qui étonne Quirk et al. : "it seems odd that pairs of sentences which contrast in positive-negative polarity should have roughly the same effect" (Quirk et al., 1985, 825).

17Ces exemples soulignent l'une des particularités des énoncés exclamatifs. Il s'agit bien d'assertions, mais l'accent est mis sur la notion elle-même, dont on peut envisager aussi bien la valeur positive que négative pour exprimer le haut degré (cf. A. Culioli, 1974, 13). En (5),(6) et (7), le marquage exclamatif est double : le marqueur spécifique how et le jeu sur l'assertion qu'on retrouvera en (21-24).

18Avec what on notera aussi une différence de déterminant entre l'emploi exclamatif et l'emploi interrogatif :

(9a) What a face he made when he took the medecine!
(9b) What 0 face did he make when he took the medecine?
(10a) What a hen!
(10b) A hen? What hen?

19distinction qu'on ne retrouverait pas dans les traductions en français de ces exemples : (quelle mine il faisait !/quelle mine faisait-il ? ; quelle poule !/quelle poule ?).

  • 3 Pour une analyse des différences entre les opérations de détermination dans les énoncés interrogati (...)

20Poser le problème du statut des exclamatives à partir des énoncés en WH, et en particulier en comparaison avec les interrogatives en how et what, permet de mettre l'accent sur ce qui rapproche et distingue ces deux types d'énoncés3 On retrouve dans l'emploi exclamatif de how et what la mobilité propre aux morphèmes en WH. L'énoncé résulterait donc d'une transformation de mouvement portant en tête l'élément WH immédiatement suivi du terme dont il qualifie le degré (adjectif, adverbe ou relation S/P pour how, GN pour what). On observera encore que what et how sont les seuls marqueurs de cette catégorie à pouvoir constituer des exclamatives canoniques. Ni who, which, whose, where, when, why, n'ont ce type d'emploi. Ceci s'explique par le fait que how et what portent sur des qualités, ce qui entraîne des contraintes sur le type de GN pouvant être précédé de what. On dira facilement what a glorious day !, mais pas what a wooden table !, la propriété marquée par wooden n'impliquant pas un degré (* it's very wooden). Même un énoncé comme what a day ! comporte une modalité appréciative, ce qui le distingue d'une interrogative partielle comme what day ?.

21Reste enfin à déterminer comment se calcule la valeur à attribuer au WH. On sait que cet élément implique un appel à une complémentation sémique (cf. Adamczewski & Delmas, 1982), une opération de parcours pour A. Culioli. Plus généralement, on fait aussi parfois du *K indo-européen le signe de l’”ignoratif”. Alors que dans les relatives on instancie une valeur par identification avec un antécédent, dans les interrogatives c'est au co-énonciateur qu'est laissé le soin de spécifier une valeur dans la classe dont le WH constitue l'image. Qu'en est-il des exclamatives ?

  • 4 Dans certains cas, comme What a time we've had today ! (Quirk et al., 1985, 833), c'est seulement l (...)

22Dans un article consacré en 1974 à ce sujet, A. Culioli insistait sur les notions de repérage circulaire, d'auto-repérage, de parcours et de centrage sur la notion. L'auto-repérage permet de formuler une appréciation sur les propriétés du terme concerné sans avoir à assigner une valeur particulière, tandis que l'opération de parcours engendre la classe de toutes les valeurs possibles. On obtient alors un centrage sur la notion, opération modale de l'énonciateur, qui explique l'effet de sens de haut degré caractéristique des exclamatives.4 On comparera ainsi :

(11a) What a fool he is!
(11b) How foolish he is!
(11c) The fool!

23où ce sont à chaque fois les propriétés associées à la notion fool qui sont mises en avant, sans pour autant qu'elles soient explicitement quantifiées. C'est ce caractère implicite dû au repérage circulaire déjà évoqué qui caractérise les exclamatives. Plus le haut degré sera explicité dans l'énoncé, plus on se rapprochera d'une structure assertive ordinaire.

2.2. So et such

24Bien que Quirk ne place pas les énoncés en so et such parmi les formes canoniques d'exclamatives, on a vu dans les exemples (1) les rapprochements qu'on pouvait faire entre how et so d'une part et what et such d'autre part.

25So et such peuvent se trouver dans des structures corrélatives comme :

(12) He was so ashamed that he wanted to cry.
(13) a loss so vast as to be almost incomprehensible (CC)
(14) It was such a nice day that we decided to go for a picnic.

26On a alors affaire à une structure dans laquelle c'est la conséquence introduite par that (ou as) qui permet d'identifier la valeur à attribuer au degré marqué par so et such dans la principale. Il existe cependant d'autres constructions voisines qui peuvent, elles, être considérées comme de véritables exclamatives, puisque la valeur intensive de so et such résulte d'un repérage circulaire. C'est le cas par exemple dans :

(15) I've never been so sad in my life!
(16) I do so love you ! (Collins Cobuild)
(17) She's ever so nice!
(17) I don't know why you must always fuss so! (Collins
Cobuild)
(18) She is such a nice girl!

  • 5 Sur ever, voir les travaux de A.M. Santin-Guettier, 1989.

27où divers éléments peuvent venir renforcer l'opération (présence de do en (16), du marqueur de parcours-itération ever en (17) par exemple).5 Il n'y a plus ici de corrélatif fournissant le repère externe qui permettait d'attribuer une valeur à so et such. Ajoutons que, comme avec how et what, les emplois de so et de such les plus aptes à former des exclamatives sont ceux qui aboutissent à une thématisation de l'élément qualitatif (adjectif ou GN) :

(19a) How beautiful a book!
(19b) So beautiful a book!
(19c) Such a beautiful book!
(20) They were like angels, she told herself, so beautiful they were!

28La valeur exclamative prise par ces énoncés provient donc d'opérations où sont associés l'intensif (so), le qualitatif (such) et la focalisation (cf. M.L. Groussier, 1995).

2.3. Autres énoncés pouvant prendre une valeur exclamative

29-les interro-négatives et les "exclamatives par inversion" (cf. Nicoloff, 1993, 37) :

(21) Boy! isn't she clever ! (+ intonation descendante)
(22) Wasn't it a marvellous day!
(23a) Has she grown!
(23b) Hasn't she grown ! (Quirk et al.)
(24) Boy! is syntax easy! (N. Mc Cawley)

30Dans les interro-négatives, la présence de la négation indique que l'énonciateur a déjà envisagé une valeur. Il s'agit plutôt d'une demande de confirmation, ce qui rapproche ces énoncés des assertions, comme le montre l'intonation descendante marquée. Malgré l'inversion, (23a) et (24) ont aussi une valeur exclamative. Il s'agit moins cette fois d'une demande de confirmation que d'une prise à témoin du coénonciateur. Voici un exemple supplémentaire qui montre le rôle de la négation dans les énoncés exclamatifs. Malgré la présence de not et de if, c'est bien la présence et non l'absence de Mrs Blenkensop qui étonne le locuteur :

(25) If it is not Mrs Blenkensop! (A. Christie)

31Dans ces énoncés exclamatifs qui reposent sur un jeu sur l'assertion (rôle de l'inversion), l'expression du haut degré s'accompagne de rapports intersubjectifs intéressants.

32- Some :

(26) That was some meal we had last night!
(27) On a fait un de ces repas hier soir!
(28) Boy oh boy, was that some party! (Collins Cobuild)

33Cet emploi de some relève lui aussi d'une forme de repérage circulaire. On sait que some est un quantifieur indéfini, mais quand il s'applique comme ici à une notion discontinue avec renvoi par l'énonciateur aux propriétés de cette notion, on obtient la valeur exclamative, qu'on pourrait gloser par : that was what I call a party !. On retrouve ici encore le recours à l'implicite pour exprimer le haut degré. Notons toutefois que, comme le signale le Dictionnaire Collins Cobuild, l'appréciation marquée par some n'est pas toujours positive. Ainsi, Some people ! peut exprimer l'irritation (cf. supra, note 5).

34- Rôle de certains adverbes :

35Soit les exemples suivants :

(29) She's just (simply, really) perfect!
(30) The water is incredibly hot!

36Les adverbes just, simply, really (cf. Deléchelle, 1988 et 1996) permettent tous un centrage sur les propriétés typiques de la notion, d'où la valeur exclamative de ces énoncés. On peut toutefois remarquer qu'ici le caractère appréciatif de cette notion (perfect) contribue largement à donner à l'énoncé sa valeur exclamative. Quant à incredibly, il exprime de façon transparente une des caractéristiques des exclamatives : le degré atteint est tel qu'on a peine à y croire.

37Pour revenir au problème de l'excès, on notera que too indique non seulement un haut degré, mais aussi qu'une norme a été franchie. Elle reste d'ailleurs implicite et l'on peut se demander avec Vance Packard "how much is too much ?". Comme so et such, too peut également être associé à des schémas consécutifs. Il est d'ailleurs intéressant de voir qu'il suffit d'introduire une négation dans la consécutive en (31b) pour pouvoir substituer so à too :

(31a) It was too late to turn them out with decency.
(31b) It was so late that we could not turn them out with
decency.

38Cependant, cela ne suffit pas à rendre exclamatifs les énoncés en too. Sauf intonation spéciale, It was too late ou it was very late restent des énoncés déclaratifs ordinaires.

39-Autres énoncés exclamatifs :

40En raison de leur forte coloration émotive et de leur caractère "elliptique", on classe en général des expressions comme The fool !, Ah the gloom of it ! Fancy meeting you here ! To think that I was there only yesterday ! parmi les exclamatives. L'effet de sens est bien réel, mais encore faut-il l'expliquer.

41The fool ! par exemple comporte une qualification appréciative impliquant un préconstruit qui explique l'emploi de the. Il s'agit d'énoncés fortement modalisés, où fool, gloom, fancy et to think marquent le jugement ou la réaction de l'énonciateur face à la situation. Bien qu'on regroupe en général tous ces exemples, il serait sans doute préférable de traiter à part les deux premiers (the fool !, the gloom of it !), qui relèvent plus directement des énoncés exclamatifs (cf. what a fool !, how gloomy !), tandis que les deux derniers indiquent plutôt une réaction de surprise de l'énonciateur marquée par fancy et to think à une situation verbalisée sous forme subordonnée.

42- Reprises en écho exclamatives :

(32)- A: 'Eat this!’
-
Β: I, eat this!? Never!

43Ces reprises en écho sont fortement émotives ou expressives. En effet, l'énonciateur mentionne des termes de l'énoncé précédent qu'il affecte d'une intonation descendante, mais sans les reprendre à son compte. Il ne s'agit pas vraiment d'exclamations construites évoquant le haut degré du ou des termes repris, mais plutôt de réactions de type interjectif exprimant la surprise, le rejet, etc. L'exclamation naît ici de l'impossibilité de comprendre ou d'accepter les termes utilisés.

44- Enoncés emphatiques :

45On désigne ainsi des énoncés dans lesquels l'opérateur du noeud prédicationnel fait l'objet d'un accent contrastif et d'une assertion polémique. On y retrouve certes le caractère intensif des exclamatives, mais l'assertion est ici très explicite. Si les énoncés exclamatifs sont bien emphatiques, la réciproque n'est pas nécessairement vraie. Cependant, il suffit souvent de peu de chose pour rendre exclamatif l'énoncé emphatique (cf. exemple (16)).

*

46Au terme de cet examen non exhaustif des énoncés exclamatifs on peut résumer certaines de leurs caractéristiques. Dans les constructions les plus grammaticalisées, on évoque sans l'expliciter le haut degré par un repérage circulaire portant sur les propriétés d'une notion soumise à focalisation. Sont aussi considérés comme exclamatifs des énoncés où par divers moyens prosodiques, lexicaux ou syntaxiques, on évoque implicitement une réaction affective qui semble arrachée par la situation. Dans les deux cas l'exclamation est liée au non dit, voire à l'indicible. Les effets de sens qu'on peut associer à ces constructions sont multiples et rapprochent l'exclamation du souhait, de l'interjection, de l'injonction, pour ne citer que quelques exemples.

3. EXCLAMATIFS, INTERJECTIONS ET ICONICITÉ

3.1. Remarques sur l'interjection

47Il suffît de se reporter aux définitions des grammaires pour voir que les interjections et les exclamatives ont de nombreux points communs. Pour J. Dubois et al.,

On appelle interjection un mot invariable, isolé, formant une phrase à lui seul, sans relation avec les autres propositions et exprimant une réaction affective vive : onomatopées (.chut, eh, oh, ah, etc.), syntagmes nominaux (bonté divine, ma parole, etc.), noms (ciel, Dieu, diable etc.) verbes (dis donc, allons etc.), adverbes (bien, eh bien, etc.) etc." (Dictionnaire Larousse de linguistique, 1973, s. v. interjection)

  • 6 Il serait utile de comparer la prosodie des énoncés exclamatifs avec celle des interjections et des (...)

48Or leur définition de l'exclamation fait aussi référence à l'interjection : "On appelle exclamation un type de phrases parfois réduit à une interjection, qui exprime une émotion vive ou un jugement affectif" (ibid., s. v. exclamation). On trouve une interprétation sémantique assez voisine comportant un affect de l'énonciateur : expression d'une émotion ou d un jugement indiquant un haut degré et à l'écrit souvent une ponctuation commune : le point d'exclamation.6

49Plus encore que pour les exclamatives, le traitement des interjections s'est longtemps limité à un inventaire de formes et une vague caractérisation sémantique. Le statut de l'interjection comme catégorie grammaticale est même parfois remis en question parce qu'il s'agit d'une partie du discours non intégrée au reste de la phrase. On en fait des mots-phrases, plus proches de la profération ou du cri que de l'expression explicite d un affect. Curme ajoute même une sorte de justification diachronique à ce traitement, puisque pour lui : "In general, interjections belong to the oldest forms of speech and represent the most primitive type of sentence. Thus they are not words but sentences" (Curme, 1947, 30).

50Il faudrait distinguer plusieurs types d'interjections, certaines proches des onomatopées, d'autres ayant une valeur argumentative plus marquée. Loin de considérer l'étude des interjections comme une partie négligeable, nous pensons, comme C. Sirdar-Iskandar dans son article consacré à Eh bien, que "l'interjection ne peut être considérée comme un phénomène marginal ou insignifiant" (Ducrot, 1980, 161). Ainsi, nous avons montré ailleurs (Deléchelle, 1989, chap. XI) que le why ! que l'on appelle indifféremment "exclamatif" ou "interjectif" méritait l'examen pour plusieurs raisons. Tout d'abord parce que, contrairement à oh ! ou ouch ! par exemple, il ne constitue pas un terme isolé et doit être étudié en relation avec les autres emplois de why en anglais. D'autre part, on peut ramener la diversité des effets de sens qu'on lui attribue à une opération sous-jacente.

51La parenté entre l'exclamation et l'interjection est évidente et il est parfois difficile de les distinguer. Malgré la diversité des types, on peut dire que l'interjection se caractérise par son caractère indiciel, tandis que l'exclamation relèverait plutôt de la modalité appréciative.

3.2. Le problème de l'iconicité

52Peut-on considérer, comme le suggère F. Nicoloff dans un article récent (1993), que la construction des exclamatives et le bouleversement de l'ordre des mots qu'on y observe reflète un désarroi de l'énonciateur ? Le problème de l'inversion dans les interrogatives et de la thématisation dans les exclamatives est ainsi abordé avant tout sous l'angle de la motivation des signes et de l'iconicité. Parlant des exclamatives en WH, F. Nicoloff soutient que “l'émotion est trop forte pour la grammaticalité” (1993, 43), tout en reconnaissant plus loin (1993, 44) qu'elles signifient iconiquement mais de manière conventionnelle et qu'il s'agit d'un schéma productif, contrairement à des interjections comme well, I never !.

53Même si l'on accepte l'intuition que dans les exclamatives l'émotion est trop forte pour pouvoir s'exprimer de façon rationnelle, il ne faut pas oublier qu'il est utile de rattacher le mode de signification des exclamatives à des opérations énonciatives plus générales. Parler de “syntaxe bizarre” (1993, 48) ne fait pas avancer notre compréhension des phénomènes. Si nous sommes prêt à concéder une part d'iconicité dans les énoncés interjectifs, n'oublions pas qu'il s'agit encore d'une représentation. Ceci est encore plus vrai dans certaines exclamatives dont la syntaxe nous paraît plus facile à expliquer.

*

54Notre examen des énoncés exclamatifs puis interjectifs a montré un passage progressif d'une syntaxe de l'expression du haut degré dont les valeurs référentielles se construisent de façon en grande partie circulaire et implicite à une réaction émotive vive pouvant se ramener à une profération hors phrase. Le débat concernant la valeur iconique de l'exclamation a montré què si l'on ne peut exclure une certaine motivation des signes associés à l'exclamation et aux interjections, il est bon cependant de ne pas négliger la capacité des langues à signifier, à représenter, par des systèmes complexes d'opérations.

55La notion d'excès, qui constituait le thème de ce colloque, ne s'insère pas directement dans des considérations linguistiques sur l'exclamation. On a vu pourtant que dans les exclamatives se combinent l'intensif et l'affectif. On peut rattacher ces énoncés à une rhétorique de l'excès par le fait que l'expression du haut degré, qui fait appel au nondit, semble arrachée à l'énonciateur par la situation. Le caractère circulaire du repérage renforce encore cette impression.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Adamczewski, Henri & Claude Delmas, 1982. Grammaire linguistique de l'anglais. Paris : A Colin.

Arrivé, Michel et al., 1986. La Grammaire d'aujourd'hui. Paris : Flammarion.

Berthelon, Christine, 1955. L'Expression du haut degré en français contemporain. Berne : A. Franke.

Chatras, Marie Pierre, 1984. “L'Exclamation et la prédication de propriété”, Cahiers Charles V, 6, 83-109.

Culioli, Antoine, 1974. "A propos des énoncés exclamatifs", Langue Française, 22, 6-15

---- 1990. Pour une linguistique de l'énonciation, opérations et représentations I. Gap : Ophrys.

Collins, 1990. Cobuild English Grammar. Londres : Collins.

Curme, George, 1947. English Grammar. Barnes & Noble.

Danon-Boileau, Laurent & Marie Annick Morel, eds. 1995. Faits de Langues, VI, L'exclamation. Paris : P.U.F.

Deléchelle, Gérard, 1988. "Really ? !, réel et discours", GRAAT, IV, 25-38.

---- 1989. L’Expression de la cause en anglais contemporain. Thèse, Université de Paris III.

---- 1996 (à paraître). "Simply, un adverbe pas si simple". Sigma, XVII.

Delmas, Claude, 1987. Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain. Paris : CEDEL.

Dubois, Jean et al., 1973. Dictionnaire Larousse de linguistique. Paris : Larousse.

Ducrot, Oswald, 1980. Les mots du discours. Paris : ed. du Seuil.

Groussier, Marie Line, 1995. "L'Exclamatif, l'intensif et le focalisé," Faits de langue, VI.

Huddleston, Rodney, 1984. Introduction to the Grammar of English. Cambridge : Cambridge U.P.

Le Querler, Nicole, 1994. "Interrogation et exclamation". Travaux linguistiques du Cerlico, VIII.

Mc Cawley, Noriko, 1973. “Boy ! Is syntax easy !” Chicago Linguistic Society IX, 369-377.

Milner, Jean Claude, De la syntaxe à l'interprétation. Paris : ed. du Seuil 1978.

Nicoloff, Frédéric, 1993. “Désordre et désarroi : l'iconicité émotive des exclamatives”, Travaux LXXXI, L'ordre des mots II, CIEREC St Etienne, 35-51

Quirk, Randolph et al., 1985. A Comprehensive Grammar of the English language, Longman.

Notes

1 Cet article reprenant ma communication au colloque GRAAT-CERCA de 1994 n'a pas pu bénéficier des travaux présentés au cours du mini colloque sur l'exclamation tenu à Paris ΙΠ et réunis par L. Danon-Boileau et M.A. Morel dans le N°6 de la revue Faits de Langues (1995).

2 Il suffirait de remplacer know par ask pour qu'il n'y ait plus d'ambiguïté, ask privilégiant une interprétation interrogative de how much.

3 Pour une analyse des différences entre les opérations de détermination dans les énoncés interrogatifs et exclamatifs en français, voir N. Le Querler, 1994.

4 Dans certains cas, comme What a time we've had today ! (Quirk et al., 1985, 833), c'est seulement le contexte qui nous indiquera si l'on se situe en haut ou en bas de l'échelle des valeurs.

5 Sur ever, voir les travaux de A.M. Santin-Guettier, 1989.

6 Il serait utile de comparer la prosodie des énoncés exclamatifs avec celle des interjections et des contextes où elles s'insèrent.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable