Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'excès dans la culture anglo-américaine

 | 
Claudine Raynaud

L'arrogance de la jeunesse ? Ou comment interpréter les premiers excès expansionnistes de la jeune république américaine

Marie-Jeanne Rossignol

Texte intégral

1Depuis le XVIIIe siècle, un schéma dit "libéral" s'est imposé à la pensée politique occidentale et gouverne le fonctionnement des démocraties modernes. Selon ce schéma, en concluant entre eux des pactes sociaux qui permettent la création de sociétés stables, les hommes s'engagent à respecter les lois, normes des sociétés modernes. Ils quittent ainsi l'état de nature mais s'exposent à subir un châtiment s'ils commettent des abus ou excès, c'est-à-dire violent les normes qu'ils se sont eux-mêmes choisies. Lorsqu'elle fut exposée, il était entendu que cette analyse ne s'appliquait cependant qu'aux relations des individus entre eux à l'intérieur d'une société, non aux relations des sociétés entre elles. Rousseau regrettait d'ailleurs qu'en concluant entre eux un pacte social, les hommes n'aient "prévenu les guerres particulières que pour en allumer de générales, qui sont mille fois plus terribles..." et qu'ils restent ainsi sur ce point attachés à l'état de nature (Rousseau, III, 564).

  • 1 "There was a broad similarity between these schemes. All called for an association of states unite (...)

2Ces regrets suscités par les nombreuses guerres qui avaient ensanglanté l'Europe et l'Amérique au XVIIIe siècle donnèrent lieu, à un moment où les théories du pacte social s'imposaient progressivement dans la vie politique, en Angleterre, aux Etats-Unis puis en France, à une prise de conscience et à la publication de nombre d'ouvrages consacrés aux modalités d'instauration d'une paix perpétuelle, comme le "Projet de paix perpétuelle" d'Emmanuel Kant, (Königsberg, 1795) ou le Tableau politique de l'Europe au commencement du XIXe siècle, et moyens d'assurer la paix générale du Baron J. Enchasseriaux (Paris, 1802). Les auteurs envisageaient un code de conduite international qui fixerait les rapports des Etats entre eux, et serait mis en oeuvre par une autorité suprême. Violer ces codes en commettant des excès entraînerait pour le pays coupable peines et sanctions1.

3A leur création, les Etats-Unis cherchèrent à instaurer entre les différents Etats de l'Union un système confédéral inspiré de ces théories. Mais les premiers gouvernants américains adhérèrent surtout aux nobles objectifs des Lumières en croyant fermement à la disparition prochaines des guerres sous l'effet d'une multiplication des liens commerciaux entre les nations (Onuf, 1993, 103-13). Pour cela, ils fixèrent en priorité aux premiers diplomates américains la tâche de conclure avec tous les autres pays des traités commerciaux. Une fois conclus, ces traités assureraient la prospérité mutuelle des pays signataires, et ne pourraient donc être violés. A l'ère du libéralisme naissant, les Américains supposaient qu'aucun pays n'oserait rompre ses liens commerciaux, se condamnant ainsi à l'autarcie, donc à la pauvreté.

  • 2 La pensée diplomatique occidentale ne prenait pas encore en compte les autres régions du monde, à (...)

4Les Lumières avaient ainsi établi de nouvelles normes en matière de relations internationales, ou plutôt intereuropéennes2 : l'accent était mis sur la recherche de la paix à travers le développement du commerce, des alliances et des traités, et l'instauration d'instances d'arbitrage international. Au même moment, les guerres de la fin du dixhuitième siècle soulignèrent bien les limites de ces théories en Europe. Des nobles objectifs pacifistes et internationalistes qu'ils avaient embrassés lors de la fondation des Etats-Unis, les premiers gouvernements américains s'éloignèrent eux aussi bien vite après 1803, violant la souveraineté des pays voisins et bafouant allègrement les traités qu'ils avaient signés avec les nations indigènes ou les puissances européennes.

  • 3 Elle ne devait resurgir qu'à la fin du XIXe siècle pour aboutir à la création de la SDN en 1919. A (...)

5Ces exactions internationales ne furent jamais présentées par leurs auteurs comme la violation de normes internationales admises, mais au contraire comme l'établissement d'un meilleur et nouvel ordre, qu'ils devaient bientôt appeler "Manifest Destiny". Si on leur en tint peu rigueur en Europe, en fait, c'est que sur le Vieux Continent aussi, l'idée d'un code international de paix et d'un arbitrage supranational avait fait long feu, en dépit de l'existence de la Quadruple Alliance, pour laisser la place aux déchaînements des passions nationales et coloniales du XIXe siècle3.

6Les historiens américains condamnent aujourd'hui les exactions accomplies au nom de la "destinée manifeste" des Etats-Unis, mais ils auraient tort de simplement substituer à l'historiographie nationaliste et partiale du début du siècle, une "légende noire", un "destin criminel" d'exception qui ne replacerait pas les excès américains dans le cadre global du développement occidental et ne chercherait pas ainsi à les évaluer par rapport au contexte de l'histoire mondiale.

7Dans cet article, on cherchera à montrer que, dès le début, l'entreprise expansionniste américaine se situa dans le cadre des normes de développement de l'impérialisme européen et que les idéaux des Pères fondateurs en matière de relations internationales ne résistèrent pas longtemps aux ambitions des dirigeants et des citoyens. Pour illustrer cette problématique, on étudiera les premières manifestations spectaculaires des excès américains en matière de relations internationales entre 1803 et 1819. A l'inverse d'événements ultérieurs tels que la guerre contre la Mexique, ils restent mal connus alors qu'ils tracent les grandes lignes de l'expansionnisme américain à venir.

1. 1803-1819 : les débuts méconnus de "Manifest Destiny"

  • 4 L'Espagne avait été contrainte de rétrocéder la Louisiane à la France en 1800, qui l'avait revendu (...)
  • 5 "Traité entre la République française et les Etats-Unis concernant la cession de la Louisiane, sig (...)
  • 6 Brève installation d'un fort français (Fort St Louis) sur la côte du Texas en 1687. Il fut totalem (...)
  • 7 Monroe, le négociateur américain qui acheta la Louisiane, devait à l'origine être prêt à acheter l (...)

8La Louisiane n'était pas acquise en 1803 que les dirigeants américains cherchaient déjà à agrandir un espace qu'ils étaient pourtant loin de contrôler, et que la population américaine n'occupait pas encore4 Ils donnèrent tout d'abord la préférence aux négociations. Les termes du traité entre la France et les Etats-Unis prêtaient à confusion puisque la France donnait aux Etats-Unis "la Colonie ou Province de la Louisiane avec la même étendue qu'elle a entre les mains de l'Espagne, et qu'elle avait, lorsque la France la possédait, et telle qu'elle doit être d'après les traités passés subséquemment entre l'Espagne et les autres Etats..."5 phrase obscure s'il en était puisque la Louisiane française s'étendait en 1762 jusqu'à Mobile, mais que l'Espagne, en l'acquérant par le Traité de Paris en 1763 avait dû céder une partie du territoire aux Anglais, de la rivière Iberville à Mobile, une bande côtière qui englobait également la région de Baton Rouge. La Louisiane espagnole de 1762 à 1800 était donc un territoire plus petit que la Louisiane française d'avant 1762, mais aux yeux des négociateurs français, ce n'est que la plus petite Louisiane espagnole que les Américains avaient obtenue de Bonaparte en 1803. A l'ouest, les frontières étaient également floues, mais les revendications françaises sur le Texas n'avaient que de faibles fondements historiques6 Cependant Thomas Jefferson voulut immédiatement inclure une partie de la Floride occidentale (de l'Iberville à la rivière Perdido) et le Texas dans cette acquisition territoriale. En fait, dès cette époque, ce sont les deux Florides, donc également la Floride péninsulaire qui n'avait jamais appartenu à la France, que Thomas Jefferson ambitionnait d'acquérir7 Ces visions d'un agrandissement du territoire américain ne pouvaient se concrétiser qu'aux dépens des possessions espagnoles sur le continent nord-américain.

9A partir de 1803, se fait donc jour "... une poussée américaine pour acquérir ou contrôler les territoires espagnols dans l'hémisphère ouest" (Weeks, 1992, 22). Cette poussée est rendue possible par l'affaiblissement diplomatique de l'Espagne - déjà entamé depuis 1793-, qui va s'accroître après 1803 en raison de plusieurs facteurs interdépendants, à savoir la déposition du roi d'Espagne Ferdinand, son remplacement par Joseph Bonaparte, l'insurrection espagnole antifrançaise (1808), puis les soulèvements révolutionnaires en Amérique latine (à partir de 1810). Après 1815, et la fin de la guerre entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, les Etats-Unis sortent en outre raffermis d'une épreuve de trois ans - où ils n'ont pourtant guère brillé - et se sentent davantage en mesure de s'opposer aux puissances européennes.

10Il faut dans un premier temps envisager les différentes étapes de cette poussée :

11Avant la chute de Ferdinand : 1803-1808

12A l'est, Thomas Jefferson avait défini les limites de la Louisiane comme allant jusqu'à la rivière Perdido et en 1804, il n'hésita pas à envoyer des troupes dans la région, pour finalement renoncer à toute intervention et s'en remettre à la médiation de Napoléon auprès des Espagnols. Celle-ci ne fut d'aucune utilité, tout au contraire. A l'ouest, Jefferson avait dépêché dès 1803 l'expédition Lewis and Clark qui devait traverser les Rocheuses et s'aventurer jusqu'aux rivages du Pacifique, dans un territoire revendiqué par les Espagnols, le tout sans demander de passeport espagnol. En 1806, militaires espagnols et américains durent définir une zone neutre entre la Sabine et l'Arroyo Hondo et le tracé définitif de la frontière texo-américaine fut confiée à une négociation ultérieure.

13De la chute de Ferdinand à la fin de la guerre anglo-américaine de 1812

  • 8 Rossignol, 64 152-159. I.J Cox, dans "The American Intervention in West Florida", 290-311, révèle (...)

14En septembre 1810, un groupe d'habitants anglo-américains de la Floride occidentale s'emparèrent du fort espagnol de Baton Rouge et demandèrent à ce que la région soit annexée par les Etats-Unis. A l'expansionnisme des dirigeants s'ajoutait l'expansionnisme de ces Anglo-Américains dont l'allégeance envers les autorités espagnoles était mince. Le président Madison répondit en envoyant des troupes et en affirmant que le territoire revenait bien aux Etats-Unis depuis l'achat de la Louisiane8 Désormais détachée du reste de la Floride occidentale, cette zone (allant jusqu'à la Pearl) devait être incorporée à l'Etat de Louisiane, créé en 1812. Une autre portion de la Floride occidentale (la région de Mobile entre la Perdido et la Pearl) fut occupée en avril 1813 par l'armée américaine pour éviter un débarquement anglais dans le port de Mobile. Après la guerre, le territoire ne fut pas rendu aux Espagnols mais incorporé aux territoires du Mississippi et de l'Alabama. Alors que le territoire de la Floride occidentale se réduisait comme une peau de chagrin sans que les Espagnols ne soient même consultés au sujet de ces annexions répétées, le sort de la Floride orientale était toujours au coeur des préoccupations des gouvernants américains, puisqu'à la demande de James Madison le congrès avait passé en 1811 une résolution secrète prévoyant que "les Etats-Unis... ne peuvent..., sans inquiétude sérieuse, voir une quelconque partie dudit territoire passer aux mains d'une puissance étrangère" : on craignait alors une invasion britannique (Perkins, 1993, 152). En 1814, un raid du général Andrew Jackson qui poursuivait des Muskogees hostiles, alliés aux Anglais et réfugiés dans la région, conduisit à la destruction des fortifications de Pensacola. La souveraineté espagnole était ouvertement bafouée. En revanche, une tentative de soulèvement conjointement organisée par des Anglo-Américains et des révolutionnaires mexicains échoua au Texas en 1813.

15De 1815 au traité Adams-Onis de 1819

  • 9 J.Q. Adams, The Writings of John Quincy Adams, vol.VI "Lettre à Albert Gallatin, le 19 mai 1818", (...)
  • 10 "Spain must immediately make her election, either to place a force in Florida adequate at one to t (...)

16La Floride orientale avait été considérablement déstabilisée en 1812-1813 par les agissements d'aventuriers venus de Géorgie, soutenus par l'administration Madison et en particulier par le secrétaire d'Etat James Monroe. Ceux-ci avaient été repoussés en 1812 par les Séminoles. La Floride du Nord fut investie en 1817 par des révolutionnaires et corsaires interlopes qui établirent leur base sur l'île Amélia, profitant des troubles causés par les indépendances latino-américaines (Covington, 1993, 28-33). Les Etats-Unis s'emparèrent de l'île, pour mettre un terme aux activités des pirates, mais ne la rendirent pas, en dépit des protestations espagnoles9 Au printemps 1818, le général Jackson pénétra à nouveau en Floride. Cette expédition avait pour objectif avoué de mettre un terme aux raids frontaliers organisés par les Séminoles en Géorgie. Jackson brûla des villes indiennes et des villages de noirs libres, mais, arguant d'un hypothétique soutien que les Espagnols auraient donné aux Séminoles, il occupa également San Marcos de Apalachee (St Marks) et Pensacola, mit en fuite le gouverneur de ce qui restait de la Floride occidentale espagnole et exécuta deux sujets britanniques, accusés d'avoir suscité les violences indiennes (Curtis, 1976, 68. Rogin, 1975, 196). Les négociations hispanoaméricaines au sujet de la Floride, au coeur des relations entre les deux pays depuis 1804, reprirent alors sous de sombres auspices : dans une dépêche soutenant Jackson et adressée au représentant des Etats-Unis en Espagne, le secrétaire d'Etat John Quincy Adams indique à trois reprises que l'Espagne ne pourra conserver la Floride que si elle y envoie des troupes nombreuses chargées de faire régner l'ordre. Sinon il lui faudra céder la province aux Etats-Unis10 Le 22 février 1819, sans plus protester contre les invasions de son territoire par l'armée américaine, l'Espagne cédait la Floride aux Etats-Unis, acceptait un tracé transcontinental de la frontière hispano-américaine alors que les Américains n'occupaient pas les régions situées au-delà des Rocheuses, et se voyait en échange garantir le Texas.

2. Justes excès ou abus inacceptables : en fonction de quelles normes contemporains et historiens ont-ils jugé les agissements américains ?

17Comme en témoignent les expéditions américaines organisées en territoire espagnol entre 1803 et 1818, de l'expédition Lewis et Clark à celle de Jackson en 1818, l'armée américaine n'hésita pas à pénétrer à de nombreuses reprises sur le territoire d'un pays ami sans autorisation. Elle y brûla même des fortifications et des villes, et y pendit après un simulacre de procès des ressortissants d'autres pays, cela sans que l'opinion nationale, et européenne, ne dénonce les excès américains, si contraires pourtant au respect de la souveraineté des Etats.

  • 11 "What was the number of the Seminole tribe when this war commenced? Was it so great that a nation (...)

18Aux Etats-Unis, l'expédition Jackson suscita néanmoins des protestations nourries chez les congressistes et publicistes d'opposition ainsi que dans l'opinion publique des Etats du Nord. Ils s'indignèrent en déclarant qu'il s'agissait d'une guerre non autorisée par le Congrès, et qu'Andrew Jackson (et le gouvernement Monroe, si elle le soutenait) avait donc violé la Constitution (Boston Columbian Centinel, May 16, 1818). L'exécution des deux sujets britanniques fut considérée comme une violence injustifiée envers des citoyens étrangers qui avaient bien le droit, après tout, de résider en territoire espagnol (BCC, June 6, 1818). Enfin, il se trouva même un lecteur du Boston Columbian Centinel, un certain Philanthropos, pour remettre en question la validité de toute l'expédition : un grand pays de dix millions d'habitants se couvrait-il vraiment de gloire en menant une guerre d'extermination envers quelques centaines d'Indiens ?11.

  • 12 James Monroe vit l'occasion de transformer une affaire délicate (Jackson n'avait pas l'autorisatio (...)

19Pourtant, Jackson ne fut pas désavoué par le gouvernement de James Monroe qui se contenta de promettre l'évacuation des forces américaines dès que les Espagnols se montreraient en mesure d'y suppléer. Ce faux retrait fut promis à seule fin de ne pas donner gain de cause à ceux qui prétendaient qu'il s'agissait d'une guerre non autorisée par le Congrès. James Monroe suggéra d'ailleurs que les excès commis par Jackson et ses troupes étaient imputables aux officiers espagnols qui n'avaient pas su contrôler les populations autochtones et les avaient même incitées à la violence12. Aucune excuse ne fut donc présentée au gouvernement espagnol.

  • 13 "By the ordinary laws and usages of nations, the right of pursuing an enemy, who sees refuge from (...)
  • 14 Laurent Césari, "L'histoire des relations internationales", dans Helfer et Weil, 122.

20Dans un premier temps, ces événements furent donc présentés par les autorités américaines comme parfaitement justifiés, raisonnables et donc normaux. La norme en creux qui sous-tendait leurs affirmations était celle du bon droit et du progrès américains, fondés sur les valeurs universelles des Lumières (droit international et protection des civils) face à la barbarie et à la sauvagerie indiennes et au déclin espagnol. En violant le territoire espagnol, expliqua le secrétaire d'Etat J.Q. Adams, principal allié d'Andrew Jackson, les Américains ne bafouaient pas la souveraineté espagnole, ils venaient défendre leur population menacée par les attaques des Séminoles venus de Floride. Si le gouvernement espagnol était incapable de retenir les Indiens établis sur son territoire (un devoir que lui imposait le traité de Pinckney de 1795, rappela Adams), le droit international permettait alors aux Américains d'intervenir afin de poursuivre un ennemi en territoire neutre13. Face aux protestations du Congrès et des Etats du Nord, les arguments des expansionnistes surent convaincre une majorité d'Américains et fournirent un arsenal de justifications toutes prêtes aux historiens nationalistes de la première moitié du XXe siècle14.

  • 15 Voici un exemple de compte rendu des violences indiennes : "St Marys, March 17. On Friday, one Joh (...)

21Ils reprirent ce thème du bon droit pour nier la gravité des événements perpétrés par soldats et citoyens américains avec le soutien de leur gouvernement. En 1949, l'historien S.F Bemis justifiait l'invasion de la Floride par Jackson en évoquant les attaques des "murderous Seminoles" dont l'hostilité était d'ailleurs l'oeuvre de comploteurs anglais, comme Ambrister, l'officier anglais pendu haut et court par Andrew Jackson (Bemis, 1949, 313/5). Reprenant les arguments avancés par les expansionnistes de 1818, ces historiens en firent les caractéristiques de la politique extérieure des Etats-Unis au XIXe siècle : une violence juste, au service d'une bonne cause, celle de la liberté, du progrès, de la modernité, contre l'obscurantisme et la faiblesse espagnols, puis le désordre mexicain, et toujours la barbarie indienne15. Ils virent en cette période peu connue de l'histoire internationale des Etats-Unis l'amorce de l'expansionnisme triomphant du milieu du siècle, la "manifest destiny", marche vers l'Ouest qui devait se conclure en apothéose par l'annexion du Texas, la guerre contre le Mexique et le contrôle de l'Oregon.

22Quelques francs-tireurs résistèrent à cette interprétation nationaliste : Henry Adams, au tournant du siècle, traitait avec méfiance un expansionnisme selon lui éminemment sudiste et esclavagiste, par conséquent inacceptable ; dans les années 30, l'ouvrage majeur d'Albert Κ. Weinberg, Manifest Destiny. A Study of Nationalist Expansionism in American History, démystifia les justifications avancées par les expansionnistes. Aujourd'hui, une nouvelle école historiographique jette l'opprobre sur ces expéditions et intrusions en territoire espagnol ou autochtone. Elle les considère comme excessifs, abusifs et aberrants, par rapport à une norme moderne, éclairée et morale.

  • 16 Covington, 36-37. De Martens, Nouveau Recueil, 83-84 : Traité de paix et d'amitié entre S.M.B et l (...)

23Les méthodes et les arguments utilisés pour conquérir cet empire sont dans la ligne de mire des nouveaux historiens de l'expansion américaine. David J. Weber dénonce les méthodes brutales, coercition et agression, utilisées par la diplomatie américaine pour obtenir les Florides (Weber, 1992, 291/2/8). William Earl Weeks, auteur d'une monographie récente sur John Quincy Adams et le traité transcontinental de 1819, dissèque les arguments utilisés par le secrétaire d'Etat pour justifier l'expédition Jackson. Il invalide l'argument de l'agression indienne qui aurait justifié l'entrée non autorisée en territoire espagnol au nom du traité hispano-américain de 1795. Selon lui, Jackson et les sudistes n'avaient de cesse de déporter les Indiens à l'ouest du Mississippi. Or, le traité de Gand mettant fin à la guerre de 1812 (24 décembre 1814), en son article 9, prévoyait que les territoires perdus pendant le conflit, seraient restitués à leurs propriétaires antérieurs. Cela remettait en cause les termes du traité de Fort Jackson (10 août 1814), dont le général avait été le principal artisan, et qui dépossédait les Creeks. Ceux-ci (ou les Séminoles réfugiés en Floride) s'estimaient donc en droit de récupérer les terres cédées alors à Jackson16.

24Pour parvenir à leurs fins face à la résistance déterminée des Indiens de la région, les sudistes devaient donc se livrer à des provocations et user de violence, ce que fit le général Gaines en 1817, en brûlant la ville séminole de Fowltown au nord de la Floride. Le 30 novembre, les autochtones commencèrent à lancer des raids de représailles sur le frontière américaine. Jackson utilisa ces raids comme prétexte à l'invasion de la Floride. Il s'agissait bien d'une "agression délibérée" contre les possessions espagnoles et surtout contre les populations autochtones, et non d'une expédition défensive contre des attaques indiennes (Weeks, 1992, 109, 110, 121). Jackson, propriétaire d'esclaves lui-même, cherchait d'autre part une bonne occasion de faire disparaître avec la domination espagnole de la Floride les possibilités de refuge que trouvaient de nombreux esclaves en fuite dans ce territoire.

  • 17 Meinig, 29 : "Clearly, the United States made little attempt to control its borders in the interes (...)

25D.W. Meinig confirme cette analyse en l'élargissant : l'agression était bien d'origine américaine et le désordre frontalier était suscité, non par la vacance du pouvoir espagnol sur la frontière de Floride, mais par l'incapacité (voulue ou subie) du gouvernement fédéral à contrôler les agissements de ses citoyens des Etats du Sud-Est, et surtout les moins recommandables d'entre eux17. Dans le soutien d'Adams, originaire d'une Nouvelle-Angleterre puritaine et fils d'un des Pères fondateurs, à Jackson, tueur d'Indiens et propriétaire d'esclaves, Weeks voit d'autre part l'Amérique vertueuse et républicaine des premiers temps perdre définitivement son âme (Weeks, 1992, 188).

  • 18 Voir les préjugés anti-hispaniques très répandus à l'époque dans Johnson.

26On voit donc, à travers cette confrontation de deux moments de l'historiographie de l'expédition Jackson, s'opposer deux présentations des événements. Pour l'historiographie nationaliste, il n'y eut pas excès, ou infraction à des traités internationaux, mais au contraire affirmation d'un bon droit et même, imposition d'un nouvel ordre américain sur le désordre espagnol. Pour l'historiographie récente en revanche, l'intervention de Jackson bafouait le droit international (c'était également le point de vue des Espagnols, en poste en Floride et à Washington), violant en particulier les droits des autochtones tels que les avait définis l'article 9 du Traité de Gand. Cette différence de lecture résulte d'une transformation radicale des normes de l'idéologie dominante de l'Université américaine. Conscients de l'importance des droits des minorités et des peuples indigènes, du poids du droit international et des institutions internationales aujourd'hui, et doutant maintenant de la bonne foi toujours affirmée de leur pays, les historiens américains savent être critiques et dénoncer pour ce qu'ils furent les excès du début de l'expansionnisme, excès qui allaient, paradoxalement, définir à partir de ce moment les normes du comportement des EtatsUnis sur le continent américain face aux autochtones et aux autres nations non anglo-saxonnes. Dans les années 1830-1840, la doctrine de la "destinée manifeste" allait atteindre son paroxysme, mêlant au racisme anti-indien et au préjugé anti-hispanique l'affirmation d'une destinée providentielle : aux coups de main et proclamations d'indépendance des années 1810-1820 allaient succéder les guerres d'annexion ouvertes18.

3. Une norme occidentale : le partage du monde en zones coloniales

27Cette période de "manifest destiny" a longtemps été présentée par les historiens, nationalistes ou révisionnistes, comme un période hors norme, propre au développement américain. L'histoire de l'expansion américaine est présentée comme exceptionnelle, soit parce qu'elle est supérieure, soit parce qu'elle constitue une légende noire, une "destinée criminelle". Tout en déclarant que la doctrine de "manifest destiny" mérite peu le respect, Bradford Perkins parvient cependant à la conclusion que cette période n'a pas d'équivalent dans une autre histoire nationale et qu'elle est "vraiment "exceptionnelle"" (Perkins, 1993, 177, 233).

  • 19 "The expansion of the United States across the North American continent... was not really surprisi (...)

28On peut pourtant adopter une troisième voie, qui permet de juger cette période par rapport aux critères de l'histoire mondiale en replaçant le développement américain dans le cadre du développement du monde européen : alors, l'expansion américaine n'est plus "exceptionnelle", elle n'est, au fond, pas si surprenante. En deux siècles, les colonies britanniques n'étaient-elles pas progressivement devenues l'exemple le plus réussi d'une expansion européenne en Amérique ?19

  • 20 Voir en particulier la longue lettre d'instructions qu'il adresse à George Washington Campbell, re (...)
  • 21 J.Q Adams, Writings, vol.VI, lettre à Albert Gallatin, 318.

29Il faut tout d'abord noter que les décideurs de l'époque ne pensaient pas se démarquer des pratiques en cours en Europe. Tous les protagonistes des débuts de l'expansionnisme américain avaient commencé leur carrière diplomatique à une époque où les Etats-Unis n'étaient qu'un petit pays, à peine reconnu par les grandes puissances européennes : ce n'est qu'en 1809 en effet que la Russie accueillit le premier ministre plénipotentiaire américain (Saul, 1991, 48-51). Jefferson, Monroe, Madison et John Quincy Adams savaient tous qu'il convenait de composer avec les grandes puissances. Ils avaient même montré leurs capacités à jouer de leurs rivalités. Durant les guerres révolutionnaires et de l'Empire, ils n'avaient pas isolé les Etats-Unis de l'Europe, mais avaient seulement adopté une politique de neutralité pour protéger, et par suite, développer leur jeune économie. Thomas Jefferson, James Madison et James Monroe étaient des vétérans de la guerre d'Indépendance ; Jefferson et Monroe avaient représenté leur pays en Europe et utilisé les troubles européens pour obtenir des avantages pour leur pays. Quant à John Quincy Adams, né en 1767, il avait, en 1819 (à l'âge de 52 ans), passé 26 ans, c'est-à-dire la moitié de sa vie, dans les cours européennes, où sa principale occupation avait été d'avancer la position américaine dans les négociations internationales, en fait intereuropéennes (Bemis, 1949, 157-243). Son plus grand succès avait été le rétablissement de bonnes relations avec la Grande-Bretagne après la signature du Traité de Gand, de 1815 à 1817. Ses dépêches adressées aux diplomates américains en Europe au moment des négociations finales entre l'Espagne et les Etats-Unis laissent d'ailleurs clairement apparaître des années de formation à l'analyse géopolitique et diplomatique traditionnelle20. Une fois devenu secrétaire d'Etat, loin d'envisager la politique extérieure des Etats-Unis comme antithétique à celle des pays européens, il la définit comme complémentaire21. J.Q Adams regrette même que les Etats-Unis ne soient pas davantage consultés par les "alliés européens" sur les projets de ces derniers en ce qui concerne l'Amérique latine révoltée : "It is remarkable that the European allies have hitherto withheld from the governement of the United States all their proceedings on this intended mediation between Spain and her colonies." (Adams, 1913-17, 378) Les dirigeants américains se placent dans une logique de reconnaissance vis-à-vis des puissances européennes, et non dans une logique de séparation hautaine, même s'ils signalent de façon de plus en plus marquée leurs zones d'intérêt particulières à l'attention des Européens.

30De leur côté, les grandes puissances européennes ne virent rien de "vraiment "exceptionnel"" aux agissements des Etats-Unis ; et l'Espagne, en dépit de ses protestations au moment de l'expédition Jackson, ne reçut aucun appui. L'alliance des vainqueurs, qui dominait la vie diplomatique en Europe depuis 1815, veillait essentiellement à empêcher le retour de forces révolutionnaires en Europe (Onuf, 1993, 165-76). Ce concert des vainqueurs de la France ne garantissait en aucune façon un quelconque équilibre international, il instituait même en fait le règne des intérêts particuliers : la norme officieuse en matière de relations internationales était la loi du plus fort. Si la GrandeBretagne ne pleura pas ses deux ressortissants exécutés par Jackson, c'est qu'elle-même participait alors au démembrement de l'empire espagnol : ses marchands et financiers s'emparaient des marchés sudaméricains tandis que des volontaires britanniques aidaient les insurgés dans leur lutte (Johnson, 1990). Plutôt que d'appuyer les demandes de médiation espagnoles, les Anglais préférèrent maintenir leurs bonnes relations avec les Etats-Unis, puissance montante et qui ne cherchait pas à entrer en compétition avec eux sur les marchés d'Amérique latine (Bemis, 1949, 296-9).

  • 22 "In the very years that the United States was declaring and erecting a "permanent Indian frontier" (...)

31Les méthodes brutales employées par les dirigeants américains pour former leur empire ne pouvaient non plus surprendre ou choquer le tsar, principal moteur de la Sainte Alliance. Les dirigeants russes étaient fort conscients des ressemblances entre les deux pays puisqu'ils se lançaient alors également dans la constitution d'un empire continental en Asie aux dépens des autochtones22. Leur désir d'aider l'Espagne n'allait pas jusqu'à leur faire envisager une confrontation avec les Etats-Unis, jeune empire, dans une zone qui ne concernait pas leur propre expansion.

  • 23 Voir les analyses de Meinig, 170, 192-193.

32Au fond, l'indifférence européenne révélait une approbation tacite des actions américaines. Les Etats-Unis, en créant un empire démocratique et républicain, où ils cherchaient davantage à établir leurs citoyens qu'à asservir les autochtones (ils préféraient les déplacer, ou les parquer dans des réserves), n'en créaient pas moins un grand empire23. En posant les bases de "Manifest Destiny" en Floride, ils redonnaient un élan aux constructions impériales de l'Europe à travers le monde, qu'avaient interrompues plus de quinze ans de guerre. Lors de l'expédition Jackson, on lisait dans le Boston Columbian Centinel, à côté d'un compte rendu des opérations contre les Indiens Séminoles, des informations concernant la guerre menée par les Britanniques en Inde. Bientôt la France, puis l'Allemagne, se lanceraient dans la formation de grands empires territoriaux en Afrique et en Asie. Loin d'être hors norme par leurs excès, les Etats-Unis se placèrent au contraire à l'avant-garde de la nouvelle norme des comportements occidentaux en matière de relations internationales et de construction impériale au XIXe siècle. Ils inaugurèrent la logique de l'excès colonial, enterrant au passage durablement les idéaux pacifistes de certains des Pères fondateurs. Le nouvel ordre américain n'était autre que le nouvel ordre international, où les grandes puissances allaient partager le monde en grandes zones d'influence coloniales.

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Adams, Henry, 1986. History of the United States during the Administrations of Thomas Jefferson (1889-1891).

Adams, John Quincy, 1818. Official Correspondence between Don Luis de Onis... and John Quincy Adams, relating to the Floridas and the boundaries of Louisiana. London: E. Wilson.

Anderson, M.S., 1993. The Rise of Modern Diplomacy. Londres : Longman.

Bemis, Samuel Flagg, 1949 repr. 1973. John Quincy Adams and The Foundations of American Foreign Policy. New York : Norton.

Covington, James W., 1993. The Seminoles of Florida. Gainsville : University Press of Florida.

Cox, I.J, 1918. The West Florida Controversy, 1798-1813; A Study in American Diplomacy. Baltimore : The Johns Hopkins University Press.

---- 1912. "The American Intervention in West Florida". Amer. Hist. Rev., XVII, 2, 290-311.

Curtis, James C., 1976. Andrew Jackson and the search for Vindication. Boston : Little, Brown and Company.

Heffer, Jean et Weil, François eds., 1994. Chantiers d'histoire américaine. Paris : Belin.

Johnson, John J., 1990. A Hemisphere Apart: The Foundations of United States Policy Toward Latin America. Baltimore : The Johns Hopkins University Press.

de Martens, Mr., 1800. Recueil des Principaux Traités, Tome 6. Gottingue : Jean Chrétien Dieterich.

---- 1818. Nouveau Recueil de Traités, VI 1814-1815. Gottingue: De Dieterich.

Meinig, D.W., 1993. The Shaping of America. A Geographical perspective on 500 Years of History, Vol.2 Continental America 1800-1867. New Haven : Yale UP.

de Onis, Don Luis, 1818. Official Correspondence between Don Luis de Onis Minister from Spain to the United States of America, and John Quincy Adams, Secretary of State, in relation to The Floridas and the Boundaries of Louisiana, With other matters in Dispute between the Two Governments. London : Effingham Wilson.

Onuf, Nicholas, et Onuf, Peter, 1993. Federal Union, Modern World. The Law of Nations in an Age of Revolutions, 1776-1814. Madison: Madison House.

Perkins, Bradford, 1993. The Creation of a Republican Empire, 1776-1865. Cambridge : Cambridge U.P.

Rogin, Michael Paul, 1975. Fathers and Children. Andrew Jackson and the Subjugation of the American Indian. New York : Knopf.

Rossignol, M-J, 1994. Le ferment nationaliste. Aux origines de la politique extérieure des Etats-Unis : 1789-1812. Paris : Belin.

Rousseau, Jean-Jacques. "Extrait du projet de paix perpétuelle de Monsieur l'Abbé de Saint-Pierre". Oeuvres complètes, 3. Paris : Gallimard.

Saul, Norman E., 1991. Distant Friends. The United States and Russia, 1763-1867. Lawrence, Kansas : U.P of Kansas.

Stanislaus Murray Hamilton ed., 1902. The Writings of James Monroe. New York : Putnam's Sons.

Wall, Bennett H., Ed., 1992, Louisiana A History Second Edition. Arlington Heights, 111. : Forum Press, Inc.

Weber, David J., 1992. The Spanish Frontier in North America. New Haven: Yale U.P.

Weeks, William Earl, 1992. John Quincy Adams and American Global Empire. Lexington, Ky : The University Press of Kentucky.

Weinberg, Albert K., 1935. Manifest Destiny: A Study of National Expansionism in American History. Baltimore : The Johns Hopkins University Press.

Worthington Chauncey Ford ed., 1913-17. The Writings of John Quincy Adams. New York : Macmillan.

Notes

1 "There was a broad similarity between these schemes. All called for an association of states united by some kind of central representative body able to control or coerce recalcitrant members." Anderson, 227.

2 La pensée diplomatique occidentale ne prenait pas encore en compte les autres régions du monde, à l'exception de l'Empire ottoman, qui jouissait d'un statut particulier. Les nations indiennes d'Amérique du Nord étaient souvent présentes à l'esprit des négociateurs internationaux, d'où l'inclusion des traités indiens dans les recueils de traités de l'époque. Cet article se limitera à l'étude des relations entre pays occidentaux, mais le point de vue des autochtones sera également évoqué.

3 Elle ne devait resurgir qu'à la fin du XIXe siècle pour aboutir à la création de la SDN en 1919. Anderson, 248-290.

4 L'Espagne avait été contrainte de rétrocéder la Louisiane à la France en 1800, qui l'avait revendue aux Etats-Unis en 1803. Pour les détails des négociations qui menèrent à l'achat de la Louisiane par les Etats-Unis, voir Rossignol, 241-282.

5 "Traité entre la République française et les Etats-Unis concernant la cession de la Louisiane, signé à Paris le 26 avril 1803, art.1, cité dans Rossignol, 270.

6 Brève installation d'un fort français (Fort St Louis) sur la côte du Texas en 1687. Il fut totalement détruit en 1689. Wall, 17. Ceci n'empêcha cependant pas Louis XIV en 1712 de définir les limites de La Louisiane comme allant jusqu'au Rio Bravo (Rio Grande), alors que l'Espagne occupait la région par un réseau de forts et de missions depuis 1690. On peut, sur ces derniers points, s'en rapporter aux explications de de Onis, 32, 33, 90.

7 Monroe, le négociateur américain qui acheta la Louisiane, devait à l'origine être prêt à acheter les deux Florides, même s'il n'était porteur d'une offre précise que pour La Nouvelle-Orléans et la Floride occidentale. H. Adams, 310.

8 Rossignol, 64 152-159. I.J Cox, dans "The American Intervention in West Florida", 290-311, révèle l'étroite collaboration entre les chefs locaux de l'insurrection et des responsables de l'administration Madison, en particulier le gouverneur du territoire du Mississipi, Holmes.

9 J.Q. Adams, The Writings of John Quincy Adams, vol.VI "Lettre à Albert Gallatin, le 19 mai 1818", 313. De Onis, 60, 61, 64.

10 "Spain must immediately make her election, either to place a force in Florida adequate at one to the protection of her territory, and to the fulfilment of her engagements, or cede to the United States a province, of which she retains nothing but the nominal possession, but which is a derelict, open to the occupancy of every enemy, civilized or savage, of the United States, and serving no earthly purpose than a post of annoyance to them." "Lettre de J.Q Adams à George William Erving le 28 novembre 1818", J.Q. Adams, The Writings, vol.VI, 487-488, 499-500, 502. Pour retracer les différentes étapes des débuts de l'expansionnisme américain, j'ai utilisé le chapitre "Improvisations and Retreats", 291-301 dans Weber.

11 "What was the number of the Seminole tribe when this war commenced? Was it so great that a nation of TEN MILLIONS of people can acquire glory by the war? Is there no way in which a "great nation" can display its justive and magnanimity, in a dispute with a tribe of a few hundreds, better than that of punishing them with a war of revenge and extermination?... In the reports of this war, we are told, on the one hand, how many Indians are "killed" by our people; on the other, how many of our people are "murdered" by the Indians. I have no doubt that it is "murder" for Indians to kill our people; but I wish to see the evidence, if there be any, that it is not "murder" for white people to kill Indians." BCC, May 16,1818.

12 James Monroe vit l'occasion de transformer une affaire délicate (Jackson n'avait pas l'autorisation expresse du secrétaire à la Guerre d'occuper les postes espagnols, ce qui aurait constitué une déclaration de guerre envers l'Espagne) en gain pour l'administration, en faisant porter la responsabilité de toute l'opération sur les officiers espagnols. Citons-le : "The occurrence at Pensacola, has been full of difficulty, but without incurring the charge of committing a breach of the Constitution, or of giving to Spain just cause of war, we have endeavour'd to turn it to the best account of our country, and credit of the commanding General. We shall tell the Spanish Minister, that the posts will be delivered up, but that their attack, was owing to the misconduct of the Spanish officers, whose punishment would be demanded of his government..." Lettre à Thomas Jefferson du 22 juillet 1818, James Monroe, The Writings of James Monroe, 62-63. Voir également le second message annuel de Monroe, 79-81.

13 "By the ordinary laws and usages of nations, the right of pursuing an enemy, who sees refuge from actual conflict within a neutral territory, is incontestable. But, in this case, as far as Indian savages possess territorial right, the territory of Indians, with whom the United States are at war? It was their place of abode, and Spain was bound by treaty to restrain them by force from committing hostilities against the United States - an engagement which the commanding officer of Spain in Florida had acknowledged himself unable to fill." J.Q. Adams, The Writings, vol.VI, "lettre à George Washington Campbell", 390. Voici le texte de l'article 5 du Traité conclu entre le Roi d'Espagne et les Etats-unis d'Amérique, signé le 27 octobre 1795 : "Les deux hautes parties contractantes maintiendront, par tous les moyens en leur pouvoir, la paix et l'harmonie entre les diverses nations indiennes qui habitent les contrées adjacentes aux lignes et rivières qui, par le précédent article, forment les limites des deux Florides. Et afin d'obtenir d'autant mieux ce but, les deux parties s'obligent elles mêmes expressément de réprimer par la force toutes les hostilités de la part des Nations indiennes vivant dans leur enceinte à ; de sorte que l'Espagne ne permettra pas à ses Indiens d'attaquer les citoyens des Etats-Unis, ni les Indiens habitant dans leur territoire; et les Etats-Unis ne permettront pas que ces derniers commencent les hostilités contre les sujets de Sa Majesté Catholique ou ses Indiens de manière quelconque." De Martens, Recueil, Tome 6, 565.

14 Laurent Césari, "L'histoire des relations internationales", dans Helfer et Weil, 122.

15 Voici un exemple de compte rendu des violences indiennes : "St Marys, March 17. On Friday, one Johns was butchered by the Indians, not more than 16 miles from Jefferson Court House; and the depopulation of Camden County is threatened." Boston Columbian Centinel, April 8, 1818. Dans son message d'adieu aux soldats du 29 mai 1818, A.Jackson déclarait "Fellow Soldiers. You were called into the field to punish savages and negroes, who had in a sanguinary manner used the tomahawk and scalping knife, upon our helpless citizens of the frontier" BCC July 8, 1818. Jackson savait par ailleurs attiser les craintes des gens de l'ouest pour justifier ses actes. Dans un lettre écrite depuis St Marks à un habitant du Kentucky, il écrivait le 9 avril : "In the Muckasucky town we discovered evidences of hostility for many years; upwards of 300 scalps were found; - about fifty were found on a pointed war pole in the square, fresh of every description, from the tender infant to the aged mother." BCC, June 24, 1818.

16 Covington, 36-37. De Martens, Nouveau Recueil, 83-84 : Traité de paix et d'amitié entre S.M.B et les Etats-Unis d'Amérique, signé à Gand le 24 décembre 1814. "Article DC : Les Etats-Unis d'Amérique s'engagent à mettre fin immédiatement après la ratification du présent traité, aux hostilités avec toutes les tribus ou nations d'Indiens avec lesquelles ils seraient en guerre à l'époque de ladite ratification, et à rendre immédiatement auxdites tribus et nations respectivement tous les possessions, droits et privilèges dont ils jouissaient et auxquels ils pouvaient avoir droit en 1811, avant le commencement desdites hostilités."

17 Meinig, 29 : "Clearly, the United States made little attempt to control its borders in the interest of good neighborly relations. To some extent, certainly, runaways, renegades, and refugees in Spanish Florida were products of American society." Cette analyse est confirmée en ce qui concerne l'affaire d'Amelia Island : les pirates, que les forces espagnoles n'auraient pas été capables de chasser, selon Washington, étaient en fait des aventuriers américains que les autorités des Etats-Unis auraient pu (si elles l'avaient voulu) intercepter avant même leur départ de Charleston, comme le leur avait demandé Onis. La négligence était avant tout américaine, comme l'expliqua clairement Onis à Adams : "It is my duty to remind you, sir, that the expedition which took possession of Amelia Island, was formed and armed at Charleston and Savannah, under the command of the adventurer Sir Gregor McGregor, and wholly composed of citizens of the republic, in violation of the laws of the United States, the laws of nations, and the existing treaty between Spain and the said states. I denounced this expedition to you at the time, and invoked the efficacious authority of the federal government to prevent it and punish the offenders..." Onis au secrétaire d'Etat, Washington, 6 décembre 1817, de Onis, 7.

18 Voir les préjugés anti-hispaniques très répandus à l'époque dans Johnson.

19 "The expansion of the United States across the North American continent... was not really surprising. After all, the nation was a vigorous outgrowth of a vigorously expanding Europe..." Meinig, 197. Weeks affirme que Adams plaçait son ouevre dans la continuité des efforts expansionnistes e l'Europe : "John Quincy Adams brushed off all criticism of his handiwork. Why should the United States not expand its domain ? The Europeans had been empire-building for three centuries." Weeks, 169. Voir également la conclusion de L.Césari, dans Heffer et Weil, 151.

20 Voir en particulier la longue lettre d'instructions qu'il adresse à George Washington Campbell, représentant des Etats-Unis en Russie le 28 juin 1818 : J.Q. Adams Writings vol.VI, 366-380.

21 J.Q Adams, Writings, vol.VI, lettre à Albert Gallatin, 318.

22 "In the very years that the United States was declaring and erecting a "permanent Indian frontier" drawn longitudinally through the woodland-prairie margins of central north America, the Russian Empire was building an arc of forts from east to west along the northern edge of the Kazakh Steppe in Central Asia in an attempt (equally futile) to stabilize the borderlands between its Siberian settlers and Turkic nomads.":Meinig, 185-186. Voir également Bemis, 302.

23 Voir les analyses de Meinig, 170, 192-193.

Auteur

Université de Paris VII

© Presses universitaires François-Rabelais, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable