Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'excès dans la culture anglo-américaine

 | 
Claudine Raynaud

Le thatchérisme : excès ou succès ?

Philippe Chassaigne

Texte intégral

  • 1 Précisons que le titre a depuis été repris par John Major.

1Aucun Premier ministre n'a suscité autant de sentiments excessifs que Margaret Thatcher dans l'histoire anglaise contemporaine. Ses partisans n'hésitaient pas à lui attribuer le mérite d'avoir arrêté à elle seule l'effroyable spirale du déclin qui accablait l'Angleterre depuis la fin des années 40 et révolutionné les mentalités, tandis que ses opposants (apparemment plus nombreux, puisque Mme Thatcher fut gratifiée du titre de "Premier Ministre le plus impopulaire depuis l'invention des sondages"1 la rendaient responsable de tous les maux que pouvait connaître le pays, et n'hésitaient pas à recourir à des méthodes extrêmes dans l'espoir de la pousser à la démission (l'exempletype étant la grève des mineurs de 1984-1985, la première en un demisiècle à revêtir un indiscutable caractère insurrectionnel).

  • 2 "Là où se trouve la discorde, puissions-nous apporter l'harmonie. Là où se trouve l'erreur, puissi (...)

2Ces réactions pourraient pourtant sembler paradoxales : lors de son entrée au 10, Downing Street, le 4 mai 1979, Margaret Thatcher avait consacré ses premières paroles à un appel à la cohésion, à la concorde et la conciliation2 En tant que philosophie politique, le thatchérisme ne dit-il pas reposer sur des idées simples et de "bon sens" (il faut que chacun se prenne en charge, il ne faut pas dépenser plus que l'on ne gagne, il ne faut pas tout le temps compter sur l'Etat), en même temps qu'il dénonce inlassablement les excès des tenants du socialisme, ses adversaires invétérés ? Il n'est pourtant guère contestable qu'au terme de son mandat, M. Thatcher a durablement marqué le débat politique, dont les enjeux ont finalement peu changé depuis 1990. L'élection de Tony Blair comme leader du parti travailliste en juillet 1994 a montré, par les thèmes abordés - ou ceux qui ne l'étaient pas -, combien le Labour avait dû s'aligner sur certains thèmes du thatchérisme (d'autres diront "se moderniser"). Excès, donc, ou succès ? Nous nous bornerons à étudier un épisode circonscrit des onze années de gouvernement de la Dame de Fer : l'instauration de la charge communautaire, plus connue sous son surnom de Poll Tax ; on sait que cette réforme fut dans une large mesure responsable de sa démission forcée du 28 novembre 1990, et qu'elle fut ensuite abandonnée par John Major. Néanmoins, cette "petite difficulté locale" (Thatcher, 1993, 527) nous a paru digne d'intérêt par son aspect de mesure strictement dictée par l'idéologie, soutenue jusqu'à l'extrême et contre toute logique par son auteur. Mais elle traduit également une conception particulière de la démocratie qui a survécu à M. Thatcher et constitue peut-être son plus grand succès.

  • 3 Sur 35 millions d'électeurs locaux, 17 n'étaient pas assujettis aux impôts locaux et 3 étaient non (...)
  • 4 Ironie de l'histoire, la capitation de 1380 avait été particulièrement impopulaire et lut la cause (...)
  • 5 Il avait été ministre de l'Environnement de mai 1979 à juin 1983, et connaissait à ce titre le dos (...)

3Sa troisième victoire électorale (juin 1987) semblait lui donner les coudées franches pour aborder les réformes de société qui devaient être le signe du thatchérisme triomphant, la réforme du financement des collectivités locales venant couronner cet édifice. Il était assuré depuis le XIXe siècle, dans des proportions variables selon les lieux, par la taxe d'habitation, calculée à partir de la valeur locative des propriétés, et par une taxe professionnelle payée par les entreprises. Aux yeux de Margaret Thatcher, la principale carence de ce système était de favoriser l'irresponsabilité financière de certains conseils locaux : ils pouvaient augmenter la taxe professionnelle au détriment de la taxe d'habitation et faire supporter par les entreprises le coût des prestations aux particuliers ; de plus, le corps électoral étant composé pour plus de moitié de non-imposés3 il était facile d'engager des dépenses quand quelqu'un d'autre payait la facture. L'idée de remplacer la taxe d'habitation par une charge communautaire (community charge) à taux unique, payée par chaque adulte résident, germa dès 1985. Un système d'abattement était prévu pour les familles à bas revenus, mais "ceux-ci n'atteindraient jamais 100 % de manière que chacun apporte sa contribution" (id., 530). Parallèlement, les taxes professionnelles étaient maintenues, mais pour être appliquées suivant un taux national unique (Unified Business Rate) et redistribuées en fonction des besoins de chaque collectivité. Les prévisions étaient que cette capitation, surnommée poll Tax par analogie avec l'impôt levé en 1377-13804 ne devait pas dépasser une moyenne de £ 200 par personne. L'introduction de la charge communautaire se fit par étapes : le 1er avril 1989, elle était appliquée à l'Ecosse et introduite un an plus tard en Angleterre et au pays de Galles. A ce moment, en raison d'augmentations de dépenses locales plus élevées que prévu, son montant moyen était supérieur à £ 370, ce qui suscita une avalanche de critiques, provenant tant de l'opposition travailliste et libérale-démocrate que de l'intérieur du parti conservateur (on connaît l'opposition irréductible de Michael Heseltine5 au projet par exemple) : ceux qui étaient nouvellement assujettis à l'impôt local, appartenant à des milieux durement touchés par la détérioration de l'activité économique qui se manifestait alors, trouvaient la note trop élevée, tandis que des classes moyennes qui se trouvaient juste au dessus du niveau de revenus donnant droit à l'abattement devaient souvent acquitter une somme supérieure à leur ancienne taxe d'habitation. On se souvient de la campagne de désobéissance civile qui se développa alors, culminant dans la manifestation du 31 mars 1990 à Trafalgar Square, laquelle s'acheva en un gigantesque affrontement avec la police. La Poll Tax fut néanmoins maintenue tant que Margaret Thatcher resta au pouvoir, mais fut abolie un an plus tard par le gouvernement de son successeur, John Major.

4Il faut d'abord souligner que le débat autour de la community charge a été un débat à front renversé par rapport aux thèmes traditionnellement développés par les partis en présence : d'un côté, tous les opposants à la Poll Tax blâmaient l'injustice du nouveau système qui faisait payer moins d'impôt au Lord vivant seul en son château qu'à une famille ouvrière ; de l'autre, Margaret Thatcher avançait que les personnes seules "consommaient beaucoup moins de services locaux et, sans qu'il soit tenu compte du revenu, payaient autant d'impôt que la grande famille voisine dans laquelle plusieurs fils travaillaient" (id., 528). En d'autres termes, Mme Thatcher, ardente partisane de l'économie de l'offre, raisonnait en terme de consommation, donc de demande, tandis que ses opposants n'étaient pas loin de se faire les avocats de l'offre. L'élaboration de la community charge l'amena fort loin de son credo d'"Etat minimal" puisque, soucieuse, pour d'évidentes raisons de tactique politique, de contenir le montant du nouvel impôt dans des limites supportables, elle envisagea tour à tour de plafonner d'autorité les dépenses locales et d'instituer des subventions de l'Etat aux collectivités locales afin de réduire d'autant le montant à financer par l'impôt. S'étant attachée à "refouler les frontières de l'Etat", Margaret Thatcher en arrivait à le faire intervenir directement là où aucun Anglais ne souhaitait le voir : dans les affaires du gouvernement local.

  • 6 La Grande Charte de 1215 fut avant tout une révolte anti-fiscale ; la land tax, instaurée en 1643, (...)

5Par ailleurs, l'instauration de la Poll Tax procédait d'une conception extrême de la démocratie. Un des enjeux premiers de la réforme était le contrôle des conseils locaux, avec un message clair : les conseils conservateurs étant moins dépensiers que les conseils travaillistes, la community charge y était moins élevée ; il faut donc voter pour les conservateurs si l'on veut voir son impôt baisser. Au delà de la logique contestable de cette affirmation (quid des raisons de cette prodigalité moindre ?), il faut y voir la volonté d'établir un lien direct au niveau local entre l'électeur et l'élu sur un sujet de tout temps sensible au coeur des Anglais, ce que l'Etat prélève sur ses revenus6 En juin 1990, Margaret Thatcher envisagea deux mesures qui, si elles furent abandonnées, allaient dans le même sens : supprimer les conseils de comté, afin de rapprocher les élus "dépensiers" des électeurs (id., 538), ainsi que rendre obligatoire la tenue d'un référendum local chaque fois qu'un conseil envisageait de dépasser le plafond fixé par le gouvernement à ses dépenses (id., 540). Or, la tradition référendaire est extrêmement faible en Grande-Bretagne, pays de démocratie représentative.

  • 7 Ainsi, tous les habitants devaient être inscrits sur les registres de la community charge, à parti (...)
  • 8 On compte près de 15 millions d'owners-occupiers en Grande-Bretagne, contre 4 millions en 1950.
  • 9 En 1987, 20 % des Anglais étaient propriétaires d'actions.
  • 10 Economiste autrichien réfugié à Londres en 1938, Friedrich von Hayek enseigna à la London School o (...)

6En second lieu, la démocratie thatchérienne repose sur la responsabilité : on est citoyen si on est responsable, et responsable si on est contribuable7 Du propre aveu de Margaret Thatcher, l'instauration de la Poll Tax prenait l'aspect d'une entreprise destinée à ramener "dans les rangs de la société responsable... toute une classe de gens - une "sous-classe" si on préfère"(id., 536). Mais en proclamant que l'on ne peut être citoyen que si l'on est contribuable, donc imposable sur quelque chose, on associe étroitement démocratie et propriété ; de fait, on sait que la première législature (1979-1983) vit la réalisation de la propertyowning democracy, reposant sur la vente à des conditions très avantageuses des logements sociaux à leurs locataires8 tandis que la seconde (1983-1987) fut placée sous le signe de la share-owning democracy, avec la réalisation des principales privatisations9 Cela répondait autant à des calculs électoraux - les nouveaux possédants étant censés remercier le gouvernement en votant pour lui-, qu'à des considérations idéologiques inspirées par la lecture de von Hayek10 - là où il n'y a pas de propriété privée, il n'y a pas de liberté. La démocratie se trouvait alors ramenée au seul domaine politique, à l'intérieur duquel elle devait s'appliquer à tous les échelons. Mais qu'advenait-il de la "démocratie économique", réalisée depuis 1946 par la possession par la nation des entreprises ayant vocation de service public ? Pour Mme Thatcher, la seule "démocratie économique" qui vaille passait par l'exercice du droit de vote de l'ensemble des actionnaires à l'occasion de leur assemblée générale annuelle.

  • 11 Industrial Relations Acts de 1980 et 1984.
  • 12 Les candidats travaillistes seront désormais sélectionnés par les militants du parti et ceux des T (...)

7Cette conception tout à la fois large et excessivement étriquée de la démocratie n'a pas disparu avec Margaret Thatcher. Au contraire, elle s'est imposée de façon durable dans le discours tant tory que travailliste. Assurément, depuis l'abandon de la Poll Tax, il est de nouveau difficile pour l'électeur de sanctionner les conseillers locaux impécunieux ; mais la rhétorique de la démocratie directe a été reprise dans les critiques adressées, à partir du milieu des années 80, à la Commission de Bruxelles (dont on blâme le statut de corps de technocrates non élus), ainsi que dans la réorganisation des rapports de force au sein des Trades Unions et du Labour. C'est au nom de la démocratie directe que la loi contraint les dirigeants syndicaux à solliciter à intervalles réguliers le renouvellement de leur mandat auprès de leur base, ou à organiser un scrutin secret avant de décider un mouvement de grève11 Lors de la campagne pour la désignation du leader travailliste en juillet 1994, Margaret Beckett, qui avait imprudemment promis l'abolition de toute la législation syndicale thatchérienne, a dû battre promptement en retraite, et le thème n'a plus été abordé par la suite. Dans le même esprit, le principal succès de l'éphémère leader John Smith (1992-1994) aura été l'adoption de la motion OMOV (one man one vote) pour la sélection des candidats du parti aux élections législatives12 (septembre 1993).

8Son succès me semble perceptible d'une autre façon encore. L'association entre démocratie (ou, du moins, droits politiques) et propriété n'est pas une nouveauté dans la pensée politique anglaise : de fait, elle a prévalu tout au long de l'ère victorienne, jusqu'au vote des réformes électorales de 1884, qui donnait le droit de vote aux journaliers agricoles, qui ne possédaient pas grand chose, et de 1911, lorsque l'instauration de l'indemnité parlementaire ouvrit effectivement les portes des Communes à ceux qui ne pouvaient vivre de leurs rentes. Mais Mme Thatcher voulait développer la classe des petits propriétaires pour en faire le pivot social du parti tory, et, plus généralement, de la société tout entière. Elle considérait que la nation, au sens de la partie politiquement consciente du peuple, consistait d'abord en la lower middle class ; la rhétorique disraélienne de one nation, au sens de transcendance des clivages sociaux en un même élan patriotique, qui avait longtemps servi de credo aux Tories, se trouvait transformée du tout au tout : il n'y avait bien qu'une seule nation, et c'était la petite bourgeoisie, à laquelle les autres groupes sociaux (en particulier les groupes inférieurs) étaient invités à s'identifier. La Dame de Fer ne se faisait d'ailleurs guère prier pour reconnaître que le but final de son action politique était la défense de cette petite bourgeoisie ; là encore, ses réactions lors de la crise de la Poll Tax sont révélatrices :

Les charges communautaires élevées pesaient principalement sur les personnes à revenus moyens - celles que l'on pourrait appeler la "classe moyenne consciente" (id., 534).

J'étais blessée de voir que ceux qui souffraient le plus étaient ceux-là mêmes qui avaient toujours cherché auprès de moi une protection contre l'Etat socialiste. C'étaient les gens qui se trouvaient juste au-dessus du niveau de revenu permettant des abattements, mais qui n'étaient nullement riches, et avaient dû économiser sou par sou pour acheter leur maison (id., 533).

  • 13 Discours à Cheltenham, 31 mars 1990.

Nous plaçons notre foi dans les gens - les millions de gens - qui dépensent ce qu'ils gagnent, et non ce que gagnent les autres. Qui font des sacrifices pour leur jeune famille ou pour leur vieux parents. Qui aident leurs voisins et prennent soin de leur quartier. Le genre de gens parmi lesquels j'ai été élevée. C'est pour défendre ces gens-là que je suis devenue chef du parti conservateur13.

  • 14 On peut toutefois douter que cela soit propre à l'Angleterre des années 1980-1990.

9Autre succès de Margaret Thatcher : l'imprégnation en profondeur de l'"entreprise culture" à tous les niveaux de la société, fût-ce, comme l'a souligné François Poirier, dans des situations aussi extrêmes qu'une ville atteinte par les difficultés économiques comme Liverpool, où "les jeunes qui [y] vivent... conçoivent cette activité [professionnelle future] dans le cadre très thatchérien de l'indépendance individuelle, de la petite entreprise agressive" (Poirier, 1992, 223), ou que dans la pratique de la délinquance, "une forme déviante de l'esprit d'entreprise" (id., 232)14. D'une façon au moins symbolique, l'Angleterre des années 90 est devenue un pays de petits entrepreneurs (ou de would-be entrepreneurs), ultime triomphe de la lower middle class, qui en vient à incarner les forces d'avenir du pays. On rencontre là une autre caractéristique profonde du thatchérisme, son attitude radicale d'antiEstablishment : les gouvernements successifs de Margaret Thatcher se distinguent avant tout par l'élimination progressive des représentants des élites tory traditionnelles (en 1990, le Cabinet comptait un seul Etonien - Douglas Hurd-, tandis qu'en 1963, celui de Sir Alec DouglasHome en comptait onze) au profit de représentants de la lower middle class ayant suivi un itinéraire similaire à celui de la Dame de Fer, et peu portés, en conséquence, à s'apitoyer sur ceux qui étaient "nés coiffés" ou sur leurs semblables moins entreprenants.

  • 15 Cf. P. Laslett, A World We Have Lost, Londres, 1965, chapitre 2 passim.

10L'axiome veut que "Nothing succeeds like excess" ; il semble s'appliquer aux présupposés idéologiques qui ont sous-tendu l'action de Margaret Thatcher et qui devinrent de plus en plus évidents à la fin des années 1980. Armée de principes inébranlables, elle est parvenue à modifier certaines bases du système politique anglais en se faisant le champion d'une pratique à la fois plus directe et plus restrictive de la démocratie ; dans le même temps, on peut considérer son mandat comme "la plus belle heure" de cette petite bourgeoisie à laquelle elle identifiait les forces vives du pays. Au tout début du XIXe siècle, Napoléon Bonaparte disait de l'Angleterre qu'elle n'était rien d'autre qu'"une nation de boutiquiers" - alors qu'elle était avant tout un pays de landlords15 En revanche, à la fin du XXe siècle, ce qualificatif serait bien plus approprié ; ne serait-ce pas là l'ultime succès de Margaret Thatcher ?

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Poirier, F., 1992. Génération Thatcher. La culture politique de l'Angleterre. Saint-Denis.

Thatcher, Margaret, 1993. 10, Downing Street. Mémoires. Paris.

Notes

1 Précisons que le titre a depuis été repris par John Major.

2 "Là où se trouve la discorde, puissions-nous apporter l'harmonie. Là où se trouve l'erreur, puissions-nous apporter la vérité. Là où se trouve le doute, puissions-nous apporter la foi. Là où se trouve le désespoir, puissions-nous apporter l'espérance."

3 Sur 35 millions d'électeurs locaux, 17 n'étaient pas assujettis aux impôts locaux et 3 étaient non-imposables.

4 Ironie de l'histoire, la capitation de 1380 avait été particulièrement impopulaire et lut la cause directe de la Révolte des Paysans de 1381.

5 Il avait été ministre de l'Environnement de mai 1979 à juin 1983, et connaissait à ce titre le dossier du financement des collectivités locales. Ministre de la Défense de juin 1983 à janvier 1986, on sait qu'il était ensuite devenu l'ennemi intime de Margaret Thatcher ainsi que son concurrent potentiel pour la direction du parti.

6 La Grande Charte de 1215 fut avant tout une révolte anti-fiscale ; la land tax, instaurée en 1643, ne représentait au XVIIIe siècle que 30 % du montant des impôts perçus, le reste étant recouvré par l'imposition indirecte et les droits de douane ; Vincome tax ne fut instaurée qu'au cours des French Wars, et toujours impopulaire.

7 Ainsi, tous les habitants devaient être inscrits sur les registres de la community charge, à partir desquels étaient dressées les listes électorales ; ceux qui tentaient d'échapper à la Poll Tax en ne se faisant pas recenser perdaient de ce fait le droit de vote.

8 On compte près de 15 millions d'owners-occupiers en Grande-Bretagne, contre 4 millions en 1950.

9 En 1987, 20 % des Anglais étaient propriétaires d'actions.

10 Economiste autrichien réfugié à Londres en 1938, Friedrich von Hayek enseigna à la London School of Economies. The Road to Serfdom, publié en 1945, que M. Thatcher proclama avoir été son livre de chevet à l'époque, soutenait que tout type d'intervention étatique conduit inéluctablement à la tyrannie d'un Etat hypertrophié.

11 Industrial Relations Acts de 1980 et 1984.

12 Les candidats travaillistes seront désormais sélectionnés par les militants du parti et ceux des Trades Unions affiliés à la suite d'un vote par tête et non plus par la procédure du vote bloqué, qui donnait aux syndicats, détenteurs du plus grand nombre de mandats, d'avoir la haute main sur cette procédure.

13 Discours à Cheltenham, 31 mars 1990.

14 On peut toutefois douter que cela soit propre à l'Angleterre des années 1980-1990.

15 Cf. P. Laslett, A World We Have Lost, Londres, 1965, chapitre 2 passim.

Auteur

Université d'Orléans

© Presses universitaires François-Rabelais, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter