Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'excès dans la culture anglo-américaine

 | 
Claudine Raynaud

Coup de théâtre et folle enchère dans The Jew of Malta, de Christopher Marlowe

Frédéric Peyré

Texte intégral

1Le tableau saisissant du marché aux esclaves qui inaugure la scène 3 de l'acte 2 du Juif de Malte offre, d'un point de vue emblématique, le spectacle d'une société dont la seule considération idéologique est celle de la primauté de l'argent et du profit (Greenblatt, 1980, 205). Ainsi, outrepassant pour la circonstance les structures discriminatoires de la politique et de la religion, juifs et chrétiens s'adonnent au commerce des prisonniers turcs, chaque captif portant, inscrite sur son dos, sa propre valeur marchande. En mettant en scène la vision condensée d'un monde mercantile indifférencié, où tout individu peut être, tour à tour, désigné comme l'agent et l'objet d'une transaction, Christopher Marlowe réduit l'espace de la théâtralité à un huis clos de nature obsessionnelle et conflictuelle. A cet égard, la représentation de Malte étend l'image originelle du sanctuaire de Barabas, "his counting house", à l'ensemble de la tragédie, marquant ainsi la subordination de tout rapport à soi et au monde à l'activité systémique d'une salle des comptes. Chacun s'y emploie, par la vertu de principes machiavéliens, à déposséder l'autre, afin de brasser à son avantage la fortune, substance et devenir, qu'il convoite.

2Dès lors, la société que Marlowe met en scène s'organise, de manière univoque, sur le mode de l'extorsion. Elle offre au public le spectacle d'un jeu de miroirs (cf. Greenblatt, 1980, 206) qui inclut, en un même schéma itératif, le racket exercé sur Barabas par le souteneur Pilia-Borzia, la contribution imposée par les chevaliers de Malte à la communauté juive et le tribut que les Turcs exigent des chrétiens. Comme le fait remarquer Stephen Greenblatt dans le chapitre de Renaissance Self-Fashioning intitulé "Marlowe and the Will to Absolute Play," la dynamique de coercition qui régit les rapports entre les personnages associe, de façon rédhibitoire, toute expression du désir d'individuation à la violence :

At all levels of society in Marlowe's play, behind each version of the racket (and making it possible) is violence or the threat of violence, and so here too Barabas's murderousness is presented as at once a characteristic of his accursed tribe and the expression of a universal phenomenon. (Greenblatt, 1980, 206)

3Certes, la forme exacerbée que revêt le mode d'action de Barabas qui repose sur un processus de surenchère meurtrière a pour effet subversif d'exclure le personnage de la société dont il applique, de manière outrancière, les principes sous-jacents. Le juif de Malte fait alors fonction d'archétype du mal, au point de pouvoir être identifié, comme le suggère Harry Levin (1954, 84), à la figure de l'Antéchrist. Le caractère excessif de la praxis qui le détermine dès le rétablissement de sa fortune semble le vouer au rôle de victime expiatoire, ou pharmakos, qui, selon la définition qu'en donne Northrop Frye (1957, 84), "has to be killed to strengthen the others". Cependant, le personnage de Barabas relève aussi de ce que Richard Hillman appelle "the trickster" (Hillman, 1992), entité dramatique dont la fonction essentiellement subversive consiste à réorganiser, sinon régénérer, les notions de sens et d'ordre en les mettant sans cesse en question par des processus ritualisés d'inversion ou de transgression.

4En d'autres termes, Barabas n'est pas seulement l'objet désigné comme pharmakos ; il est aussi pharmakeus, c'est-à-dire sujet agissant qui d'une part empoisonne, et d'autre part révèle, comme pour un exorcisme cathartique, le discours hypocrite de la société qui le met en scène puis le rejette. Son propre discours est ce remède paradoxal qui ne peut que suggérer une vérité uniquement actualisable hors l'espace de représentation. Par l'outrance de sa nature et la démesure de sa praxis, le juif de Malte a donc fonction de révélateur de procédés idéologiquement et moralement condamnables mis en oeuvre par le biais d'une stratégie du leurre. Cependant, comme le remarque Greenblatt, un tel rôle subversif a, paradoxalement, pour corrélat de priver le personnage de l'initiative de l'action, la dynamique qui anime Barabas étant de l'ordre de la réaction :

it is important to grasp the extent to which Barabas expresses in extreme, unmediated form the motives that have been partially disguised by the spiritual humbug of Christianity, indeed the extent to which Barabas is brought into being by the Christian society around him. His actions are always responses to the initiatives of others: not only is the plot of the whole play set in motion by the Governor's expropriation of his wealth, but each of Barabas's particular plots is a reaction to what he perceives as a provocation or a threat. (Greenblatt, 1980, 206)

5Le décalage nécessaire à la production de l'effet subversif soumet donc Barabas à la détermination de ce que l'on pourrait appeler une figure matricielle, ici représentée par l'énonciateur du prologue, Machevil, projection théâtralisée de Machiavel. Concluant la description et l'illustration apologétiques de ses principes politiques, au sens du mot policy, Machevil désigne le juif à l'attention du spectateur, le représentant comme un disciple de circonstance en passe de subir, par l'inadéquation de son mode d'action, un irrémédiable revers de fortune :

Mach.... I come not, I,
To read a lecture in Britany,
But to present the tragedy of a Jew,
Who smiles to see how full his bags are crammed,
Which money was not got without my means.
(Prol. 28-32)

6Le contraste entre la vision de plénitude et de jouissance acquises, définissant le statut même du juif, et l'évocation proleptique de la dynamique tragique suggère le caractère essentiellement instable de la nature dramatique de Barabas. Ainsi, le déphasage propre au trickster correspond-t-il, sur le plan diégétique, à un recours apparemment univoque à la représentation conventionnelle du juif, archétype théâtral stigmatisé comme figure de la duplicité et du vice, et surdéterminé par son aspect physique et vestimentaire. De fait, l'identification immédiate du personnage par le spectateur a pour effet de légitimer la nature paradoxale du statut initial du juif, l'ampleur de sa fortune exacerbant, selon une logique rétributive reconnue, la précarité de sa position sociale. Barabas est donc, dès l'origine, perçu comme une figure vouée à un équilibre instable entre une stratégie d'accumulation et d'enrichissement sans limites, et un processus d'isolement au sein de la collectivité qui scelle un destin prédéterminé, et confirme sa fonction dramatique de victime sacrificielle d'un rituel politique.

7Le rétablissement de tout état initial implique donc, pour Barabas, l'adoption d'une démarche compensatoire, ce qui le replace ironiquement dans la logique fonctionnelle du continuum socio-politique qui le disqualifie. Au rapport de cause à effet qui inflige au juif le contrecoup de l'exigence des Turcs se superpose un jeu de miroir qui semble identifier destins collectif et individuel. Les chevaliers de Malte sont, comme Barabas, placés en état de dépendance politique, et soumis à une contribution financière. Pour le juif comme pour Malte, l'imminence de l'échéance interrompt brutalement une phase d'autonomie illusoire destinée à légitimer les exigences démesurées des détenteurs du pouvoir. Barabas pressent le procédé :

Bar. Long to the Turk did Malta contribute
Which tribute, all in policy, I fear,
The Turks have let increase to such a sum
As all the wealth of Malta cannot pay,
And now by that advantage thinks, belike,
To seize upon the town...
(1. 1, 179-84)

8L'exigibilité retardée du tribut participe du même procédé que la latitude laissée au juif de s'enrichir à outrance. La distension créée par cette stratégie inflationniste induit un mode de réaction interne qui se traduit par l'application d'un contre pouvoir à la mesure de l'excès insidieusement entretenu. Les chevaliers de Malte pressurent Barabas qui n'a de cesse de compenser le préjudice financier qu'il subit par des procédés dont la nature est dévoilée dès le prologue. Pourtant, cette phase de résolution intermédiaire imposée par les deux coups de théâtre successifs, l'exigence du tribut et la ruine du juif, ne tend pas exactement à la restauration de l'ordre initial. Le retour apparent à une situation de stabilité s'accompagne d'une modification des rapports de force que représentent, d'une part, l'arrivée des Espagnols, et d'autre part l'introduction du thème de la vengeance. Le réajustement politique et stratégique des chevaliers de l'Ordre et de Barabas entretient un effet de symétrie nourri par des discours programmatiques parallèles ; le gouverneur Ferneze se promet de substituer à l'or du tribut "bullets wrapped in smoke and fire" (2. 2, 54), tandis que le juif, de nouveau maître de sa fortune, complote contre Ferneze et son fils Lodowick :

Bar. In spite of these swine-eating Christians...
Am I become as wealthy as I was.
They hoped my daughter would ha' been a nun;
But she's at home, and I have bought a house
As great and fair as is the governor's;
And there in spite of Malta will I dwell,
Having Ferneze's hand, whose heart I'll have--
Ay, and his son's too, or it shall go hard.
(2. 3, 7-17)

9Pourtant, l'équivalence sémantique des deux discours n'est qu'apparente. L'inversion opportune des rapports de force incite Ferneze à un discours héroïque de circonstance, qui, par le biais de la métaphore, travestit hypocritement son système d'étalonnage, en érigeant l'honneur en valeur primordiale fondée non sur l'or, mais sur le métal vil des projectiles et le sang versé. Le discours du gouverneur se fait à nouveau le reflet de sa politique manoeuvrière, légitimant tout excès ou revirement par un mode subversif de référence à un code moral ou religieux utilisé comme leurre idéologique.

10L'aparté de Barabas atteste la régénération financière et sociale du personnage libre de se livrer à ses activités, bénéficiant de la protection ou de l'amitié, sans aucun doute intéressées, du gouverneur : "Ferneze's hand". Mais si la fonction révélatrice du discours du juif est de rendre compte de ses intentions vengeresses, et, par là, de l'instauration d'une nouvelle dynamique diégétique, la nature occulte de ses propos suggère un tout autre enjeu. En effet, le tracé sinusoïdal que semblait décrire l'existence aléatoire du riche juif de Malte est ici figé et réduit à l'intervalle entre deux maxima successifs, "Am I become" et "I was" ; le comparatif "as wealthy as" exprimant l'égalité de fortune condense, jusqu'à presque l'annuler, l'espace d'oppression des quatre premières scènes. Une fois explicité, ce bilan induit la mise en oeuvre de la vengeance, d'abord perçue d'un point de vue conventionnel comme un processus rétributif à la mesure du préjudice subi. Or Barabas ne saurait se résoudre à une stricte application de la loi du Talion. Recourant à la même dialectique que les chevaliers de Malte, il se réfère préalablement à un code de nature machiavélienne, dont il énonce le principe dès l'acte 1 : Bar. "Why, I esteem the injury far less,/To take the lives of miserable men,/Than be the causers of their misery". (1. 2, 147-9)

11Le discours normatif de Barabas, personnage duplice se targuant de son apprentissage florentin, renvoie directement au chapitre XVII du Prince, dans lequel Machiavel met en garde le gouvernant contre toute atteinte aux biens de l'individu, "car les hommes oublient plus vite la mort de leur père que la perte de leur patrimoine" (Machiavel, 1980, 162). Le meurtre est donc choisi comme moyen approprié de représaille, bien qu'il soit, théoriquement, d'un degré inférieur à l'atteinte portée à la fortune du juif. Mais la proximité du marché aux esclaves, où chaque captif n'est qu'une marchandise dûment étiquetée, confère au choix de Barabas la légitimité du texte référentiel.

12Cependant, à identité de procédé, le juif diffère essentiellement de la communauté détentrice du pouvoir politique en ce qu'il pousse à l'extrème la logique de l'excès. La stratégie de la surenchère qui fait de Barabas un meurtrier en série suggère désormais un mode d'individuation moins accumulatif qu'itératif. Le personnage semble se donner forme par l'outrance de ses actes transgressifs, jouant, par le dysfonctionnement interne qu'il provoque, son rôle d'élément subversif. Dans un article intitulé "The Jew of Malta and the Ritual of the Inverted Moral Order", Don Beecher décrit Barabas comme une figure du vice surdéterminée dont l'énergie est libérée par l'introduction du thème de la vengeance utilisé comme prétexte, sinon comme leurre, diégétique :

In the Jew of Malta, revenge is an abused principle, merely a pretext for action. The lex talionis, a sacred principle in Kid, is patently discarded in Barabas' first gesture of retaliation in which he takes innocent life for goods lost.... Not justice, even of a wild sort, but sheer malice energizes Barabas. (Beecher, 1977, 46)

13Cette interprétation du personnage en termes de force pulsionnelle exacerbée par la nature univoque et obsessionnelle de la mise en intrigue correspond à la définition du trickster que propose Richard Hillman : "a possible figure of displacement, of creative energies gone awry" (Hillman, 1992, 12). De même, elle coincide avec la représentation hyperbolique du juif de théâtre, tant par l'effet conventionnel de reconnaissance immédiate, que par sa fonction carnavalesque qui, selon Bakhtine, propose une lecture inversée associant le grotesque à la mise en suspens de l'individu comme "phénomène isolé et achevé" (Bakhtine, 1970, 316).

14A cet égard, le discours en aparté par lequel Barabas cherche à se requalifier comme détenteur d'un pouvoir effectif a pour effet faussement paradoxal de réduire l'évocation de sa fortune retrouvée à une double évaluation par équivalence, l'argent ne constituant plus que le biais rhétorique et substantiel de lier haine et vengeance. Contrairement à l'opinion de l'officier ayant la garde des esclaves, Barabas est à même d'acheter le Turc Ithamore, complice temporaire de ses stratagèmes meurtriers. La logique interne à ce discours d'auto-proclamation rend compte d'une modification du biais perceptif. Bien qu'ayant recouvré la totalité de sa fortune, le juif n'est plus essentiellement déterminé comme "a merchant and a moneyed man" (1. 2, 53). L'accumulation de biens devient accessoire, comme si la richesse cessait de constituer la finalité de son statut pour en être le simple prérequis. La vision initiale du riche juif de Malte évoquant, au comble du plaisir, les potentialités infinies de ses trésors, ou, soucieux du bon acheminement de sa cargaison, faisant usage de son nom comme garantie d'acquitement de droits de douane exorbitants, fait place au spectacle d'un personnage déshumanisé dont le renom repose désormais sur le récit conventionnel de ses exploits passés les plus monstrueux. La présence concurrentielle d'Ithamore pousse Barabas à une surenchère narrative qui inscrit l'excès de ses nouveaux méfaits dans un continuum existentiel suggéré, dès le prologue, par l'évocation de procédés d'enrichissement inavouables.

15Ce dispositif dramatique semble alors conférer au coup de théâtre qui affecte le juif une valeur de seuil ouvrant sur une phase de reconnaissance de soi, comme si Barabas révélait à son propre regard la vision subjective de son identité et la nature exclusive de son rapport au monde :

Bar. See the simplicity of these base slaves,
Who for the villains have no wit themselves
Think me to be a senseless lump of clay
That will with every water wash to dirt !
No, Barabas is born to better chance
And framed of finer mould than common men,
That measure naught but by the present time.
A reaching thought will search his deepest wits,
And cast with cunning for the time to come,
For evils are apt to happen every day.
(1. 2, 216-25)

  • 1 L'exaltation est un terme de chimie ancienne qui désigne "l'accroissement d'activité d'une substan (...)

16L'hubris du personnage apparaît ici comme la revendication d'une excellence originelle qui, d'un point de vue diégétique, correspond en fait à la capacité intellectuelle du juif d'excéder la norme, common men, afin de parer les coups du destin, ou, du moins, de protéger sa fortune des répercussions de toute manoeuvre politique. Mais le discours de Barabas semble également signifier l'exigence d'une forme de reconnaissance autre, non comme figure de la démesure, mais comme identité, par essence, immensurable. A ce titre, l'expression "framed of a finer mould" fait écho à l'image initiale "infinite riches in a little room" (1. 1, 37), qui associe la sublimité de l'être à la notion d'origine. Même virtuelle, l'exaltation1, au sens alchimique du terme, de la matière primordiale nourrit le désir de Barabas de se substituer à la figure matricielle, afin d'imposer au regard de l'autre la forme achevée de son être au monde.

17Ainsi, le parcours qui permet au juif de Malte de se régénérer révèle l'espace d'une mise en intrigue par laquelle Barabas détourne à son profit la nature excessive du coup qui le frappe pour se représenter par l'outrance de la perte. Certes, son anticipation des événements lui permet de dissimuler une partie conséquente de ses biens. Sa réaction d'indignation traduit alors une stratégie de simulation ainsi qu'une violence authentique alimentée par la haine du chrétien et de ses procédés hypocrites. L'importance relative du préjudice subi est maximalisée par un mode de référence subversif à des principes codés qui substituent la notion de perte à celle d'accumulation comme cause de l'excès. Barabas fait ainsi écho au discours prétendument édifiant du gouverneur qui, évoquant la notion ambiguë d'une vertu subjective, "righteousness", suggère l'idée d'une légitimité et d'une justice subordonnées au point de vue :

Fern. If thou rely upon thy righteousness,
Be patient, and thy riches will increase.
Excess of wealth is cause of covetousness :
And covetousness, O, 'tis a monstrous sin !

Bar. Ay; but theft is worse: tush, take not from me then, For that is theft; and if you rob me thus,
I must be forced to steal, and compass more.
(1. 2, 122-8)

18Le mode de réaction qui, selon Barabas, lui est imposé par la stratégie d'extorsion des chevaliers de Malte est ironiquement déterminé, sous couvert d'une adaptation de la loi du talion, comme le pendant légitime de l'infraction au septième commandement. Mais la forme de conversion par équivalence que revendique Barabas fait long feu : le leurre de l'argumentation rétributive est aussitôt révélé par un discours dont la seule finalité est de légitimer l'excès comme dynamique d'individuation. En d'autres termes, l'idée de contrainte contenue dans le dernier vers, "I must be forced to steal and compass more", ne signifie pas l'altération d'un statut, mais bien une volonté de métamorphose.

19Cependant, la nature compulsive de cette dynamique met en question la subjectivité du "I", le doute portant non sur l'équivalence des fortunes, mais sur l'unicité du sujet telle que la proclame le discours de régénération du juif. Considérée isolément, la vision de l'intégrité du moi que Barabas cherche à imposer à la perception du spectateur se mue en une interrogation fondamentale, "Am I become as wealthy as I was". L'affirmation de l'identité ontologique des deux sujets est uniquement cautionnée par le détournement métaphorique de la richesse et sert de pré-texte au manifeste de la démesure. La folle enchère de Barabas consiste alors à prétendre à la préservation et à la prééminence de son identité originelle alors même qu'il s'engage dans un espace qui excède les limites de sa sphère d'individuation. Sa souscription à une praxis contradictoire, fondée sur un processus de surenchère politique, le place désormais dans l'incapacité de satisfaire les conditions de l'adjudication qu'il revendique. Promu gouverneur par Calimath, Barabas se voit dans l'obligation d'assurer sa survie en proposant à Ferneze de libérer Malte des Turcs en échange d'un tribut exigé des chrétiens. L'ironie de situation créée par l'effet de renversement des rôles associe le parcours du juif à l'accroissement rédhibitoire du degré d'inadéquation. La vision pathétique que Barabas a de lui-même rend compte de l'écart provoqué par la dérive dépréciative du personnage :

Bar. Thus hast thou gotten, by thy policy,
No simple place, no small authority:
I now am governor of Malta. True,
But Malta hates me, and in hating me,
My life's in danger; and what boots it thee,
Poor Barabas, to be governor,
Whenas thy life shall be at their command?
(5. 2, 27-33)

20La fonction suprême de gouvernant qui porte à son degré extrême l'inclusion politique du personnage signifie, en même temps, son exclusion et préfigure sa mort prochaine. Le devenir tragique du juif correspond en cela à la mort du roi carnaval ou du bouffon qui, dans le registre de la fête populaire, révèle le vrai visage de l'usurpateur. Bakhtine décrit cet ultime retournement comme le moment où la victime, revêtue de force de l'habit correspondant à sa fonction cathartique, est accablée d'injures et de coups (Bakhtine, 12970, 199). La mort du bouffon est donc prédéterminée et marque la fin du rituel carnavalesque. Cette vocation désigne le personnage comme objet de métamorphose et ne lui assigne qu'une identité fonctionnelle. Le bouffon est une figure d'excès qui engendre l'excès, induisant ainsi sa propre mort. Ce dispositif d'auto-destruction évoque la destination paradoxale du trickster dont la prestation outrancière relève, en dépit de son caractère transgressif, d'un schéma de subversion préétabli qui, selon Richard Hillman, mène le manipulateur à sa perte :

... by, in effect, hijacking their respective texts, [the trouble-makers] serve to realize the structurally determined destinies of those texts despite themselves and, more or less drastically, at their own cost. (Hillman, 1992, 40)

21De fait, l'usurpation du pouvoir place le juif de Malte dans une perspective de mort imminente, comme si le détournement du discours politique par la brusque résurgence d'une identité fantomatique en mal de transaction commerciale marquait la limite de la surenchère. Complotant contre le Turc, Barabas est, en dernier ressort, victime de son propre piège : il est précipité dans le chaudron que lui réservent non seulement la mise en intrigue, mais aussi l'inscription de la pièce de Marlowe au répertoire ; un inventaire des accessoires dressé par Henslowe le 10 mars 1598 fait mention de "one cauderm for the Jewe". Par sa spécificité, la consigne matérielle accroît le degré de détermination du personnage et tend à se superposer au titre de la pièce pour en proposer une lecture univoque. A l'opacité d'un statut éponyme ambigu se substitue la certitude édifiante du châtiment, associant le destin conventionnel de la figure maléfique destinée à périr dans le chaudron de l'enfer à une rupture cinétique qui révèle l'automaticité du parcours. Au seuil de la dislocation mécanique, "Die life: fly, soul; tongue, curse thy fill and, die !" (5. 5, 88), Barabas prolonge néanmoins la perspective sur le mode, désormais irréel, d'un discours de surenchère : Bar. "And had I but escaped this stratagem/I would have brought confusion on you all". (5. 5, 83-4)

22Ainsi, la chute du juif de Malte sanctionne l'incapacité du personnage de maîtriser l'ampleur de l'écart référentiel qu'il a créé. Son infraction aux principes machiavéliens de gouvernement semble combler la mesure de l'excès. Barabas est condamné par son manque radical de discernement politique. Pourtant, ce défaut de clairvoyance traduit moins un excès de confiance qu'il ne trahit une confusion téléologique : en érigeant la notion de profit en finalité de la stratégie de surenchère, Barabas fait acte d'ignorance. Il est, en cela, the overreacher (Levin, 1954) qui, déterminé à tirer le meilleur parti de son ultime revirement, subvertit la nature de l'excès qui le définit depuis sa disgrâce financière de l'acte 1. De fait, l'innocuité du coup de théâtre initial est illusoire car elle inscrit le juif dans une dynamique de la perte qui, dès lors, conditionne son mode d'individuation et fige son rapport au monde. La devise de Barabas, "Ego mihimet sum, semper proximus" (1. 1, 188), introduit, à l'insu du personnage, l'idée d'écart ou de non coïncidence entre le sujet et sa projection en tant qu'objet. La faille tragique ainsi suggérée correspond à l'incapacité du juif de Malte de se représenter autrement que par l'excès, ce par défaut de substance.

23Paradoxalement, la prévoyance et le pouvoir de dissimulation de Barabas ont pour effet de précipiter le processus de déperdition. L'appropriation subversive de la figure de Job retourne le procédé contre le simulateur. Arguant d'une inégalité de fortune, et, par conséquent d'infortune, Barabas refuse d'abord d'être assimilé au héros biblique par ses trois compatriotes. Ce rejet de la référence permet, en fait, une manipulation de la citation, et ouvre sur un discours qui révèle la substitution :

Bar. So that not he, but I, may curse the day, Thy fatal birthday, forlorn Barabas,
And henceforth wish for an eternal night, That clouds of darkness may enclose my flesh,
And hide these extreme sorrows from my eyes:
For only I have toiled to inherit here
The months of vanity and loss of time,
And painful nights have been appointed me.
(1. 2, 192-9)

24L'invocation de la mort pour échapper aux affres de la souffrance et de la ruine relève d'une stratégie du simulacre préparant la restauration du personnage. Le détournement de la parole de Job a cependant pour effet rhétorique de donner forme à l'idée de doute, et de suggérer la dissolution de l'être au monde. Ayant fonction d'espace transitoire, le discours de Barabas cesse d'être simplement fonctionnel pour devenir symbolique. Le mystère du texte originel suspend l'usurpation de la parole et pose alors la question de la permanence de l'identité en termes de vie et de mort. Evoquant la propension de Job à élaborer une stratégie du défi, Elie Wiesel le décrit mettant Dieu "en demeure de se prononcer clairement à son égard : oui ou non, n'est-il déjà plus qu'un cadavre ? oui ou non, est-il encore vivant ou est-il déjà mort ?" (Eisenberg et Wiesel, 1987, 194).

25Si, comme le pense Elie Wiesel, Job peut, en toute légitimité, revendiquer le droit à la démesure (Eisenberg et Wisel, 1987, 258), Barabas n'en retient jamais que la jouissance temporaire. Sous sa forme usurpée, l'excès soumet le personnage à l'effet subversif de son propre discours. Même simulée, l'outrance de la perte signifie, par la référence transgressive au mythe, la mort métaphorique du juif. Percevant l'épreuve imposée à Job comme la mise en équation de l'identité et de la propriété, Northrop Frye (1984, 266) introduit l'idée d'un seuil au-delà duquel le degré de perte provoque une modification irréversible de l'être. Or le jeu de l'imposture organisé par Barabas induit insidieusement l'escamotage de l'illusionniste ; il détourne le regard du spectateur du sujet vers son double substitutif évoluant dans un espace de représentation au-delà du seuil. La folle enchère du juif de Malte consiste alors en son incapacité ou en son refus de reconnaître son altérité. Le coup de théâtre initial se fait leurre à double insu, suspendant l'adjudication à l'appel de l'ultime enchérisseur : Bar. "Your extreme right does me exceeding wrong : / But take it to you i' the devil's name !" (1. 2, 154-5)

Bibliographie

OUVRAGES CITÉS

Bakhtine, Mikhail, 1970. L'Oeuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Age et sous la Renaissance, trad. A. Röbel. Paris : Gallimard.

Beecher, Don, 1977. "The Jew of Malta and the Ritual of the Inverted Moral Order". Cahiers Elisabéthains XII, 46.

Eisenberg, Josy et Elie Wiesel, 1987. Job ou Dieu dans la tempête. Paris : Fayard, 194.

Frye, Northrop, 1957. Anatomy of Criticism: Four Essays. Princeton : Princeton UP, 148.

---- 1984. Le Grand Code: La Bible et la littérature, trad. C. Malamoud. Paris : Seuil, 266.

Greenblatt, Stephen, 1980. Renaissance Self-Fashioning. Chicago : Chicago UP, 205.

Hillman, Richard, 1992. Shakespearean Subversions: The Trickster and the Play-Text. Londres : Routledge.

Levin, Harry, 1954. Christopher Marlowe: The Overreacher. Londres : Faber, 84.

Machiavel, Nicolas, 1980 [1532]. Le Prince, trad. Y. Lévi. Paris : Gamier Flammarion, 162.

Notes

1 L'exaltation est un terme de chimie ancienne qui désigne "l'accroissement d'activité d'une substance rendue plus subtile, plus pure" (Petit Robert 1).

Auteur

Université de Lille III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter