Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les formes de l'excès dans la culture anglo-américaine

 | 
Claudine Raynaud

Présentation : les figures de l’excès

Catherine Bernard et François Happe

Texte intégral

1“Nothing succeeds like excess”. L’affirmation initiale de Tom LeClair dans The Art of Excess est loin d’emporter une adhésion unanime. “Assez, c’est bien, mais trop c’est trop”, rétorque la sagesse populaire — qui, en l’occurence, emprunte à Marcel Aymé — pour annuler l’outrance et la démesure dans l’enfermement tautologique. A moins que, par une autre formule-cliché, elle ne tente d’en neutraliser les effets : “Tout ce qui est excessif est insignifiant”. Formules remarquables (il en est bien d’autres) puisque, bien sûr, rien n’est démontré, et que, dans un même mouvement, l’énoncé désigne l’excès qui le provoque, et le condamne de façon in-discutable. Valeur péremptoire du gnomique.

2Il reste que dans la tautologie, langage arc-bouté sur lui-même, se lit tout le dénuement d’une doxa qui ne peut compter que sur ce que Barthes appelait dédaigneusement le “cela-va-de-soi” pour séparer le bon grain de la mesure et du consensuel, de l’ivresse du débordement. Or, le sens qui fuit l’excès et reflue vers l’enclos des lieux communs, c’est celui que l’on dit “bon” ou, précisément, “commun”, celui qui circule le long d’un itinéraire balisé, dans l’enceinte d’un périmètre de sécurité. Peut-on s’étonner que le poète aille voir dans les marges s’il y a du nouveau ?

3L’excès et la littérature semblent, en effet, consubstantiels, l’entrelacement de la norme et de ses modes de subversion s’y révélant principes opératoires tant sur le plan thématique que formel, l’écriture se débordant toujours, excédant les limites entérinées par l’esthétique et les codes. La dialectique du "mainstream" et de l’avant garde signifie assez comment l’excès d’hier peut devenir la doxa d’aujourd’hui. La création toujours déplace les lignes de fuite de l’architecture esthétique, brouille les pistes du pays de sable des certitudes formelles ouvre de nouveaux territoires en ses propres confins. La cartographie de l’excès est en ce domaine plus que mouvante, elle est foncièrement métamorphique. Sans excès point de nouveau, l’excès conjurant le spectre de l’entropie esthétique, dans une culture qui se définit sur un mode téléologique.

4Cette forme là de l’excès ne serait-elle pas, paradoxalement, l’autre visage de l’anxiété d’influence qui selon Bloom, fait de la subversion parfois convulsive de la norme héritée, la condition sine qua non de la dynamique créative. Et si un autre excès se faisait jour, qui au cœur même du texte, reste irréfragable, irréductible, même au complexe formel le plus plastique, le plus ouvert qui soit. Claire Bazin, à propos de cet étrange objet littéraire qu’est Frankenstein, ou Frédéric Peyré à propos de cet autre "monstre" protéen qu’est le Barabas du Jew of Malta, le disent assez dans ce présent volume, les figures les plus fortes de l’excès en littérature sont investies de la fonction du pharmakos qui tout à la fois fait symptôme et cristallise, pour mieux les exorciser, les ombres grimaçantes d’une idéologie qui n’ose confronter ses propres contradictions.

5Processus de monstration, l’excès monstrueux déporte la lecture, nous place à la frontière liminale où nos propres définitions culturelles, esthétiques, ontologiques se révèlent précaires, une fois encore fuyantes. L’hybridation des personnages de The Infernal Desire Machines of Doctor Hoffman d’Angela Carter, dont Marie-Pascale Buschini dénoue ici les ambiguïtés, la "surenchère meurtrière" de Barabas dans la pièce de Marlowe érigent la transgression en procédé heuristique tout en signifiant qu’elle reste inépuisable. Le sens se fait et se défait en son propre excès, de même que le texte s’éprouve en repoussant toujours les frontières de la saturation, du paroxysme.

6De cette "torsion" du texte sur ses propres fondements, torsion qu’évoque minutieusement Liliane Louvel à propos des stratégies répétitives de Wide Sargasso Sea, naissent des écritures qui tentent de dévisager un sens en crise, un sens monstrueux dont nul supplément, dont nulle "differance" ne saurait prendre la mesure si ce n’est dans un excès qui toujours déborde, défamiliarise l’univers du connu et de l’intime. La cartographie de l’excès, disions-nous plus haut, est métamorphique, car le geste qui arpente l’écart finit par en abolir le sens. Ce que nous rappelle Françoise Sammarcelli qui, soulignant l’extrême adéquation du thème de l’excès à l’œuvre de Poe, pose la question préliminaire “Comment inscrire l’excès sans le circonscrire tout à fait, ce qui reviendrait à le neutraliser ?”, avant de montrer comment, chez l’auteur de “The Tell-Tale Heart”, l’emphase capte le regard pour mieux dissimuler le manque.

7C’est aussi ce lien entre excès et manque que Béatrice Trotignon relève dans son étude sur Blood Meridian, de Cormac McCarthy. Violence et horreur saturent le récit, gommant la notion de norme, et donc celle d’écart. Est-il encore possible de parler d’excès là où celui-ci devient la seule norme ?

8Car c’est bien évidemment sur cette ligne de partage que se retrouvent toutes les études proposées dans ce volume. De l’analyse menée par Gérard Deléchelle sur les caractéristiques syntaxiques et énonciatives de l’exclamation, tout comme de celle proposée par Marie-Jeanne Rossignol sur le discours expansionniste de la jeune république américaine au début du 19e siècle, il ressort que l’excès définit en creux une norme. Il n’y a, nous dit Jean-Paul Régis, en matière de langage, pas d’excès en soi, tout étant affaire de cadre. L’excès se signalerait ainsi par la mise en relation d’une norme reconnue (au moins implicitement) et d’un objet qui la menace.

Auteurs

Université de Paris VII

Université d’Orléans

© Presses universitaires François-Rabelais, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter