Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards sur le Cinéma espagnol de Luis Bunel à Carlos Saura

 | 
Michel Grosjean

Elisa, Vida Mia de Carlos Saura

L’approche psychanalytique de « Elisa, vida mía »

Texte intégral

1Il semble très imprudent d’aborder un film sous l’angle psychanalytique. Avec ses codes, ses recours à la technique, un film est très loin de la spontanéité du dire analytique. Considéré comme moyen d’expression et de communication, il se développe au moins sur quatre temps : celui de la rédaction du scénario qui est travail d’écriture, d’expression plus ou moins spontanée ; celui du découpage qui est une sorte de ponctuation ou peuvent se faire des choix capitaux ; celui du tournage, qui est la mise en représentation par les acteurs plus ou moins dirigés du scénario qu’ils interprètent, voire déforment, avec l’accord ou non du réalisateur qui n’a pas nécessairement conscience des transformations opérées ; et enfin le temps de la projection où le spectateur interprète le film selon sa capacité de lecture du langage cinématographique et aussi selon sa propre vie fantasmatique, c’est-à-dire selon ses désirs inconscients ; par exemple, on ne montre pas l’inceste au cinéma sans provoquer chez le spectateur des réactions en résonance inconsciente avec ce qu’il en est pour lui de ce problème.

2Le désir inconscient est évidemment présent dans les quatre phases, mais, insistons-y d’emblée, notre approche ne concernera que le scénario modifié par le script, le texte intégral des paroles dans la publication de B. Pérez Vitoria (Ed. Hispaniques), considérant par hypothèse que ce script est bien un matériau constitué pour l’essentiel des fantasmes de Saura tels qu’ils ressortent principalement de ses rapports avec son père, sa mère, Géraldine Chaplin et des rapports de celle-ci avec son père : éléments qui vont être mis en scène, représentés par deux personnages : Luis et Elisa, auxquels le réalisateur, bon gré mal gré, confie ses désirs inconscients, montrant et mettant à distance ses problèmes dans le même temps. Nous ne considérerons donc pas le film comme une “histoire” construite et menée avec une “intention”, mais comme une suite de fantasmes ordonnés au désir inconscient, nous autorisant pour cela de passages capitaux donnés pour des rêves, des fantaisies oniriques ou des fantasmes à travers lesquels – et à travers nombre de paroles – se développent et s’entremêlent les thèmes de la solitude, de l’inceste et du désir de mort, thèmes analytiques s’il en est.

3Ces données fondamentales de notre approche sont confortées par l’insistance de Saura lui-même sur la vigueur de son investissement : “No podía yo suponer hasta qué punto uno se compromete con la obra que realiza” ; ou encore : “la intimidad de dos personajes que de alguna manera me representan” ; et cette phrase de Cortázar qui fascine l’auteur de “Elisa, vida mía” : “Insiste en tus errores porque ellos son tu verdadera personalidad” (Entretien publié dans “el País” du 20-2-1977). Ce qui est très investi est ce qui se dérobe au conscient et demande à être analysé. Il est clair que Saura, dans les entretiens publiés se refuse à toute interprétation globale du film et que ses explications toujours très évasives, ne sont jamais psychanalytiques : le film a suscité en lui des questions qu’il laisse sans réponse : “...la scène d’inceste peut se passer dans l’imagination... de qui ? Bien sûr nous entrons ici dans une question sur laquelle congergent tous les thèmes du film : l’histoire correspond-elle à Luis, le père d’Elisa ou à Elisa ? L’histoire correspond-elle à un personnage dédoublé, moitié Luis, moitié Elisa qui en définitive est moi, l’auteur du film ?” (Propos recueillis par A. Herbout en avril 1977). C’est qu’un film, en tant que représentation, même s’il recoupe le champ analytique n’est pas une analyse : tout au plus, par l’investissement psychique qu’il représente, c’est un matériau que l’on peut tenter d’élucider quelque peu au moyen de concepts analytiques.

4Une remarque pour conclure ces préliminaires : nous parlerons beaucoup d’inceste ; il ne s’agit pas ici d’inceste pratiqué conscient ; tout au plus d’inceste inconscient, de liens intra-familiaux qui perturbent profondément la vie affective : il s’observe dans une confusion des rôles extrêmement répandue : l’homme demande à sa femme d’être sa mère, ou la femme demande à l’homme d’être sa mère, ou son père. Dans ce sens, la plupart des difficultés du couple proviennent de ces tendances incestueuses inconscientes.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter