Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes et villes

 | 
Sylvette Denèfle

Rien n’est jamais gagné

Les femmes vecteur de changement en politique locale : réalités et illusions d’un discours consacre

Eléonore Lepinard

Texte intégral

  • 1 Le travail de terrain sur lequel se basent ces analyses est constitué de deux corpus. D’une part u (...)
  • 2 Sineau M., Des femmes en politique, Paris, Economica, 1988.

1Le débat sur la parité a suscité l’apparition de nombreux arguments pour légitimer l’accès des femmes au pouvoir politique1. Celui imputant aux femmes une capacité à changer la politique, dans ses règles, ses manières de faire et ses contenus a été particulièrement utilisé. Novices, « différentes », les femmes ont été parées de toutes les qualités et se sont trouvées investies d’une mission de changement. Porteuses d’une autre conception de la politique, réputées plus douces que leurs homologues masculins, plus attentives, moins ambitieuses, plus travailleuses, proches des gens et dévouées, elles sont apparues comme le remède à la crise que la représentation politique traverse en France depuis quelques temps. Cette mise en avant des nouvelles femmes a été d’autant plus forte qu’elle a rencontré une thématique politique importante qui prend forme actuellement : celle de la démocratie locale. En effet, la question de la proximité entre élus et citoyens a été un thème central pour beaucoup de campagnes municipales, et les villes souhaitent aujourd’hui, dans la mouvance de la loi sur la démocratie locale, mener leurs politiques en concertation avec les citoyens. Dans ce contexte, les femmes ont semblé pouvoir incarner mieux que les hommes cette proximité retrouvée entre élus et habitants. De par leurs parcours personnels, souvent issues du milieu associatif et de la société civile2, de par l’image d’écoute qui leur est traditionnellement associée, les femmes sont apparues comme un gage de contact, comme l’incarnation d’un pouvoir qui serait désormais plus à l’écoute des habitants.

2Aussi, au regard des attentes soulevées, et alors que plus d’an de mandat est écoulé, la question de savoir si les femmes sont ou non porteuses de changements dans les politiques municipales semble se poser naturellement. Pourtant, si on l’analyse, la question est loin d’être si évidente à formuler, et sa réponse loin d’être univoque. En effet, sur quels postulats cette idée que les femmes devraient apporter des changements dans la politique locale repose-t-elle ? Pourquoi une telle responsabilité incomberait-elle aux élues ? Comment interpréter cette insistance sur les différences des femmes, leurs spécificités qui contrasteraient avec les anciennes manières de faire en politique ? Au-delà de sa dimension stratégique – justifier l’arrivée des femmes par une mesure contraignante, au corps défendant des élus en place

3– ce discours trouve-t-il des échos dans la réalité des pratiques politiques ? Alors que beaucoup d’élu-e-s continuent de mettre en avant dans leurs discours ce renouvellement de la politique par les femmes, on peut se demander si des changements effectifs peuvent être observés, et quelles en sont les conditions. Autrement dit : quelles sont les contraintes, dans l’organisation du pouvoir local, qui peuvent peser sur ces volontés de changement, si elles existent ?

LES FEMMES COMME VECTEUR DE CHANGEMENT : UNE IDENTITÉ REVENDIQUÉE OU IMPOSÉE ?

4Si les femmes sont parées, et se parent, de toutes les qualités qui faisaient défaut aux hommes politiques jusqu’ici, cette présentation de soi n’est pas étrangère à la façon dont le débat sur la parité a été formulé. En insistant sur l’universalité de la différence des sexes, il a enfermé les futures élues dans une identité politique qui se doit d’être féminine pour avoir une raison d’être. Si cette identité féminine en politique peut apparaître, dans un premier temps, extrêmement positive, elle est également contraignante pour les élues qui se voient figées dans une identité sexuée qui n’est pas toujours la plus valorisante en politique. Ainsi, par exemple, l’écoute ou l’absence d’ambition personnelle sont des qualités politiques à double tranchant : portées aux nues d’un côté, elles peuvent aussi mettre les femmes hors jeu dans la compétition pour l’accès aux postes de pouvoir. De plus, mettre en avant des qualités considérées comme innées, c’est aussi ignorer les compétences qui ont permis aux femmes de candidater et d’être élues. Aussi, la question se pose de savoir si les élues qui tiennent ce discours sur les changements que les femmes ne vont pas manquer d’apporter en politique, revendiquent cette spécificité féminine en politique, ou si elles sont en réalité contraintes par les grammaires politiques élaborées lors du débat sur la parité.

Le renouvellement par les femmes, argument du débat sur la parité

  • 3 Delphy C., « Comment en finir avec l’exclusion des femmes », Le Monde diplomatique, numéro de mars (...)

5Beaucoup d’arguments, théoriques ou pragmatiques, ont été mobilisés pour soutenir la loi sur la parité et il n’est pas possible de tous les exposer ici. On peut néanmoins souligner, comme l’a fait Christine Delphy3, que les argumentaires favorables à la parité ont fortement rejeté, certainement par peur de la stigmatisation attachée à ce genre de politique en France, l’idée de la discrimination positive qui est au principe des politiques américaines en faveur des femmes et des minorités ethniques. En effet, l’idée que l’exclusion des femmes du pouvoir politique est une discrimination fondée historiquement qu’il faut s’employer à corriger n’a que très rarement été mentionnée pour justifier le vote en faveur de la loi. En lieu et place, une véritable rhétorique sur l’apport spécifique des femmes à la politique a été développée pour convaincre députés et sénateurs des bienfaits de la parité.

  • 4 Roudy Yvette, Le Monde, 18 février 1993.
  • 5 Le Monde, 10 novembre 1993.
  • 6 Halimi Gisèle, Le Monde, 22 avril 1994.
  • 7 L’Express, 6 juin 1996.

6Sans revenir sur la complexité du débat et ses enjeux aussi bien politiques qu’intellectuels, on peut citer, à titre d’exemple, Yvette Roudy qui dès 1993 affirme : « la vie politique s’est asséchée, elle oublie d’être humaine »4, et présente les femmes comme le remède à cette inhumanité. Le Manifeste des 577 pour une démocratie paritaire souligne à son tour : « le faible nombre des élues déséquilibre les assemblées ; il est l’une des causes fondamentales de la crise du politique »5. Gisèle Halimi de son côté écrit : « la démocratie, comme le système des partis qui la sous-tend, a besoin d’un second souffle »6, que seules les femmes semblent capables d’apporter. Enfin, les 10 anciennes ministres femmes signataires du manifeste de l’Express7, dénoncent le jacobinisme français, paré des traits qui sont souvent associés aux hommes politiques eux-mêmes, « centralisateur, hiérarchique (...) rationaliste jusqu’à l’abstraction chimérique » pour mieux valoriser les qualités féminines indispensables au renouveau de la politique comme le relationnel, « la sensibilité, le concret, le souci du quotidien ».

  • 8 Hubert Elisabeth, Le Monde, 27 octobre 1993.

7Beaucoup de responsabilités pèsent donc sur les femmes futures élues : le renouvellement de la vie politique, sa modernisation, la transformation des manières de faire et du contenu des politiques publiques. Le contexte de crise de la représentation politique sert donc l’arrivée des femmes, présentées comme le remède adéquat, dans la mesure où elles seraient dépourvues des défauts des hommes qui ont jeté le discrédit sur la politique. Elles ne rechercheraient pas le pouvoir pour elles-mêmes et seraient tout à la fois travailleuses, consciencieuses et femmes de terrains à l’écoute de la population. Ce n’est pas le système républicain qui est remis en cause, ou les mécanismes qui ont maintenu les femmes hors du champ politique, mais la pratique masculine du pouvoir qui est stigmatisée. Même du côté des anti-paritaires l’idée que la politique telle qu’elle est pratiquée par les hommes est à l’opposé de ce qu’elle serait avec des femmes est présente puisque, par exemple selon Elisabeth Hubert8, ancienne ministre opposée à la parité, c’est la façon de faire de la politique qu’il faut changer pour que les femmes s’y intéressent et y « viennent » d’elles-mêmes.

  • 9 Lagrave R.M., « Une étrange défaite : la loi constitutionnelle sur la parité », Politix, vol. 13, (...)
  • 10 Comme en témoigne les débats parlementaires sur la loi constitutionnelle (1999) et sur la loi élec (...)
  • 11 « This seems to be the case with parity, which is represented as a new idea, even though it is not (...)

8Devant le succès de cette découverte soudaine des qualités féminines en politique, on est conduit à s’interroger sur l’aspect stratégique et les conséquences pratiques de ce discours qui constitue une véritable rhétorique politique pour légitimer le partage du pouvoir politique entre les sexes. En effet, comme le rappelle Rose Marie Lagrave9, le débat sur la parité a consacré « une approche essentialiste des rapports entre les sexes dans la société française ». En outre « les théoriciennes de la parité reprennent à leur compte la thèse d’une culture féminine marquée au sceau de l’altruisme et d’une absence de compétition agressive, seuls capables de transformer les mœurs politiques viriles ». Mais c’est précisément cette approche, cette façon de justifier l’accès des femmes au pouvoir politique qui a, entre autres, convaincu le législateur10, et ceci n’est pas sans conséquences sur les pratiques sociales qui en découlent. Comme le rappellent Gill Allwood et Kursheed Wadia, la lutte politique porte toujours sur le sens qu’il faut donner aux mots, et dans le cas de la parité, le mot a, selon elles, été vidé de son contenu subversif pour devenir consensuel et ne plus vouloir signifier qu’une égalité des chances entre femmes et hommes, et non une égalité de fait11. Cette réflexion pose donc la question de savoir si un sens limité donné au mot « parité » n’est pas porteur de transformations elles-mêmes limitées.

9Il est donc important de s’interroger sur les effets de cette surenchère rhétorique qui a mis en avant les spécificités féminines. Effets sur les élus locaux, et surtout sur les élues issues de la parité : sur leur conception de leur rôle politique et sur leur croyance dans les changements que leur présence dans les conseils municipaux ne devrait pas manquer de produire.

Une spécificité féminine revendiquée par les élues locales

10Femmes et hommes politiques au niveau local, les élu-e-s n’en sont pas moins influencé-e-s par les débats nationaux. En attestant les différences dans les discours recueillis avant et après la loi. Alors que les femmes déjà élues que nous avions interrogées en 1998 étaient globalement contre la loi, celles interrogées après la réalisation du consensus sur la loi et la révision de la constitution sont massivement pour, tout comme leurs collègues hommes. Elles reconnaissent leurs réticences initiales, mais aussi la nécessité d’en passer par la contrainte. Le consensus rhétorique et politique n’est donc pas sans produire d’effets pratiques pour les acteurs et actrices concernés. A ceci s’ajoute un contexte politique particulier, celui de l’intérêt pour la mise en place d’une démocratie de proximité : la question d’une plus grande participation des citoyens au niveau local a été un thème important de campagne pour les candidats aux municipales de mars 2001, et depuis les dernières élections la démocratie locale est un enjeu pour de nombreuses villes. La question de la proximité entre élus et citoyens est donc devenue en quelques années une thématique centrale, prenant corps dans de nouvelles pratiques politiques locales comme la création des comités de quartier. Or les femmes, issues plus souvent que les hommes de la société civile et non des partis, considérées comme plus sensibles aux besoins de leurs concitoyens, comme meilleures que les hommes dans tout ce qui touche au « relationnel », sont l’emblème de cette nouvelle donne politique. Elles ont été mises en avant durant les campagnes municipales comme un gage de renouvellement, d’un contact plus chaleureux avec les citoyens, d’une plus grande écoute de la population. La présence obligée des femmes a finalement été utilisée par les hommes têtes de liste aux élections municipales à leur profit, et ce, d’autant plus facilement que tout le débat sur la parité a visé à établir cette équation entre l’arrivée des femmes et le renouvellement des pratiques politiques.

  • 12 Kergoat D. (dir.), Les infirmières et leur coordination 1988-1989, Paris, Éditions Lamare, 1992.

11Les élues ne s’y sont d’ailleurs pas trompées. Elles savent insister, dans leur « présentation de soi » sur ces qualités féminines qui leur sont attribuées d’emblée et les accorder à l’air du temps, celui de la proximité, de l’écoute et du relationnel. A la question « pensez-vous que l’arrivée des femmes va apporter un changement dans la politique de votre municipalité ? » elles sont majoritaires à répondre spontanément par l’affirmative. Pour argumenter leur position elles mettent en avant leurs différences et leurs spécificités féminines. Selon elles les femmes sont tout à la fois plus proches du terrain, plus à l’écoute des problèmes, plus travailleuses, plus déterminées, plus sensibles et plus disponibles. Elles ont le sens du concret, opposé aux tendances à l’abstraction des hommes, elles ont également le goût du contact lié à la pratique du terrain et opposé à la technicité des savoirs masculins. On retrouve bien ici les éternelles « qualités féminines » décrites par Danièle Kergoat à propos des ouvrières et des infirmières12. Le goût du relationnel, l’intérêt pour les autres, l’art du détail, l’aversion pour les débats techniques qui sont attribués aux femmes en politique rappellent l’habileté, la dextérité, le dévouement des ouvrières et des infirmières. Or, comme le souligne Danièle Kergoat, ces qualités ne sont pas neutres : elles sont sexuées et naturalisent les compétences féminines acquises dans l’univers reproductif. Le même mécanisme est donc à l’œuvre pour les femmes élues qui sont ramenées aux qualités innées de leur sexe, qualités certes valorisées dans le discours mais dont la reconnaissance est ambiguë. Dans le cas des ouvrières il n’y a aucune reconnaissance, matérielle ou symbolique de ces « qualités féminines » par le marché du travail et le monde de l’entreprise. Dans celui des infirmières, leur lutte politique de 1988-1989 visait justement selon Danièle Kergoat à instaurer cette reconnaissance professionnelle. Pour les élues, on peut dire que la question reste ouverte.

  • 13 Abélès M., Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile J (...)

12En effet, en insistant sur les qualités liées à leur rôle de mère – l’écoute des autres au sein de la famille, l’organisation du temps et la gestion du quotidien – les élues se placent aussi dans le droit fil de la représentation traditionnelle de l’élu local, en particulier dans les petites villes où celui-ci est considéré comme « l’assistante sociale » de ses concitoyens13. Les hommes et les femmes élus le disent bien quand on les interroge sur les qualités qui font un bon élu local : écoute, disponibilité, bon sens, connaissance du terrain sont les mots qui reviennent le plus. Autrement dit, les qualités traditionnellement considérées comme féminines, et systématiquement attribuées aux femmes en politique pendant le débat sur la parité, sont ré-investies par les élues locales qui les transforment en compétences politiques. Transformation d’autant plus aisée qu’il y a convergence entre le discours sur l’élu local et celui sur les spécificités féminines.

13Ce discours repris par une majorité de femmes élues n’est pas dénué de dimension stratégique. En effet, quand on demande aux élues comment se manifestent concrètement ces différences hommes/femmes dans la pratique politique, les exemples se font alors rares. Celui des crèches revient le plus souvent puisqu’il a été un thème important de campagne pendant les municipales, mais on sait qu’en ce qui concerne la prise en charge des enfants en bas âge cette politique a été tout d’abord impulsée au niveau national. Les autres exemples sont très ponctuels, comme le fait de penser à la largeur des trottoirs pour les poussettes ou à la configuration des vestiaires dans les équipements sportifs municipaux. Pour le reste les enquêtées sont souvent prises au dépourvu et, en avouant qu’elles n’ont aucun exemple concret à donner, insistent sur le fait qu’il s’agit d’un « regard » des femmes, d’un « œil », d’une « vision des choses », d’une « manière de faire »... Autant de termes abstraits pour nommer une réalité flottante, qui relève peut-être plus de la croyance que de la réalité.

14Pourtant, on aurait pu s’attendre à ce que l’arrivée des femmes entraîne une remise en cause des règles du jeu politique local, en particulier en matière d’horaires de réunion, ou encore à propos du statut de l’élu. Autrement dit, la fameuse « différence » pourrait être entendue comme socialement construite (issue de la division sexuée du travail domestique qui assigne aux femmes la majeure partie des tâches d’éducation par exemple), et dès lors porteuse de changements dans le système politique pour que celui-ci prenne en compte les contraintes qui pèsent sur ces nouvelles venues. Or, les femmes ne sont jamais mentionnées dans les entretiens comme potentiellement porteuses d’une critique des façons de faire la politique, ou même du fonctionnement de la vie municipale. Les réflexions sur les horaires des réunions, sur le statut de l’élu ou sur la question de l’articulation entre vie privée et vie publique, sont tout simplement absentes des discours des élu-e-s.

15L’insistance des élues sur leurs qualités spécifiques alors même que très peu d’exemples concrets viennent corroborer leurs discours laisse penser qu’il s’agit bien d’une rhétorique de légitimation, et ceci d’autant plus que certaines d’entre elles concoivent leurs différences comme « complémentaires » des pratiques masculines du pouvoir. En effet, la notion de complémentarité permet de ne pas se placer sur le terrain de la concurrence avec les hommes (ce qui est pourtant la réalité puisque l’arrivée des femmes a directement entraîné le départ d’hommes élus qui, selon l’expression qu’on retrouve systématiquement chez les enquêté-e-s, « n’avaient pas démérité »). La mise en avant des qualités dites féminines participe donc d’une présentation stratégique de soi par les femmes élues qui vise à légitimer leur accès au pouvoir local : si ces qualités leur sont propres en raison de leur appartenance de sexe alors leur présence aux côtés des élus hommes s’en trouve justifiée. Cette présentation n’est cependant pas dénuée d’ambiguïtés : enfermées dans une représentation traditionnelle de la féminité qui insiste sur l’innéité des « qualités » féminines, les élues locales sont en quelque sorte prises au piège de cette identité féminine en politique, certes perçue comme positive car elle incarne le changement, la proximité, le relationnel, mais aussi largement insuffisante puisqu’elle attribue aux femmes une absence d’ambition et un attachement pour les détails concrets qui vont à l’encontre de la politique abstraite et stratégique qui reste la plus valorisée dans le jeu politique. Cette identité axée sur la différence apparaît donc à la fois imposée aux nouvelles élues et revendiquée par elles, pour légitimer leur place nouvellement acquise : à la fois positive et contraignante.

16Mais qu’en est-il dans les pratiques ? L’accès des femmes aux postes exécutifs locaux peut-il entraîner des changements, dans les manières de faire et dans les orientations des politiques menées ? Cette différence des sexes tant valorisée s’exprime-t-elle dans des pratiques spécifiques ? L’observation de plusieurs villes moyennes depuis les dernières élections conduit à penser le contraire : on y distingue peu ou pas de changements, d’innovations ou de transformations des règles du jeu politique. Certes, à la date de notre enquête un an à peine s’est écoulé depuis les élections municipales et il faudra sûrement réévaluer les pratiques politiques et les changements induits par l’arrivée des femmes dans les années qui viennent puisqu’il s’agit de transformations sur le long terme. Cependant, il est possible de faire un premier bilan sur cette thématique des femmes et du changement en se demandant si l’entrée des femmes en politique locale semble ou non remettre en cause le fonctionnement du système politique municipal. Y a-t-il des obstacles, des résistances qui rendent difficile l’introduction par les nouvelles élues de changements ? Quelles sont les conditions enfin qui doivent être réunies pour que l’arrivée des femmes soit malgré tout synonyme de transformations ?

LES RÉSISTANCES AU CHANGEMENT ET SES CONDITIONS DE POSSIBILITÉ

17Renouveler la politique, rajeunir ses méthodes, moderniser ses pratiques, transformer ses manières de faire, la rendre plus démocratique et changer ses contenus : les tâches assignées par le débat sur la parité aux nouvelles élues municipales ne sont pas des moindres. Mais quel bilan peut-on dresser aujourd’hui du partage du pouvoir local entre les sexes ? Ces révolutions annoncées ont-elles eu lieu, peuvent-elles avoir lieu, et sous quelles conditions ? Si les changements constatés semblent tout d’abord peu nombreux au regard des attentes, il faut tenter d’en expliquer les raisons. A contrario, dans les rares villes où des expériences liées à la participation des femmes à la politique locale sont menées, il faut analyser les conditions de possibilité des transformations amenées par les femmes.

Changer sans que rien ne bouge : les tactiques de contrôle de l’arrivée des femmes en politique locale

18La première observation à faire est bien sûr celle qui concerne la place des femmes dans les conseils municipaux. Les analyses de l’Observatoire de la parité (2002) montrent tout d’abord que là où la contrainte ne s’applique pas, la progression des femmes est beaucoup moins visible : la moyenne nationale de la présence des femmes dans les conseils municipaux avoisine les 33 %, avec un écart très fort entre les communes de plus de 3 500 habitants où s’appliquait la loi, avec 47,5 % de femmes élues, et les villes de moins de 3 500 habitants avec seulement 30,5 % de femmes membres des conseils municipaux. En outre, la loi a imposé une parité de candidatures, mais pas des élus et encore moins des adjoints. Selon une étude réalisée sur 12 départements par l’association Elles Aussi il y a seulement 26,6 % de femmes dans les exécutifs municipaux, contre 18,9 % en 1995, et seulement 7,1 % de femmes maires dans des villes de plus de 3 500 habitants. Si l’arrivée des femmes est massive, leur progression au sein des exécutifs est donc sensiblement plus faible. Cette faiblesse des femmes représentantes dans les exécutifs locaux témoigne d’une résistance à la mise en place de la parité, et constitue en soi une limite posée aux transformations du système politique dont les femmes pourraient être porteuses. Elle témoigne également du statut exceptionnel du maire dans la vie politique municipale puisque, en dernière instance, l’application plus ou moins favorable aux femmes de la loi sur la parité dépend de sa bonne volonté.

19De plus, alors même que les femmes sont intégrées au pouvoir municipal, la tendance actuelle marque le retrait de celui-ci en faveur de l’intercommunalité. On constate en effet un déplacement des lieux de pouvoirs de la commune aux différents types de structures intercommunales : de nombreuses compétences de type technique, comme l’urbanisme ou les transports, qui relevaient auparavant de la municipalité sont ainsi transférées aux structures intercommunales. Mais au niveau intercommunal point de loi sur la parité et point de femmes. Les élections à l’intercommunalité sont des élections de second degré auxquelles ne s’applique pas la loi électorale qui définit les modalités d’application de la parité. Elles restent donc massivement investies par les hommes. Selon les estimations de l’Observatoire de la parité seulement 5 % des structures intercommunales sont dirigées par des femmes. Les places à l’intercommunalité sont certes votées par le conseil municipal, mais, comme les postes d’adjoint-e-s, elles sont en réalité attribuées au préalable par le maire. Il semble donc qu’au moment même où les femmes investissent un lieu de pouvoir, ce dernier se déplace vers un autre échelon qui leur est pour l’instant difficilement accessible, ce qui encore une fois limite leur possibilité d’influencer les politiques publiques au niveau local.

20Enfin, le recrutement des femmes élues obéit à des logiques particulières qui ne favorisent pas forcément l’émergence d’un changement par les femmes. En effet, les têtes de liste ont fait appel à des femmes issues de la société civile, du milieu associatif plus que des partis politiques. Ce recrutement va dans le sens d’une représentation politique qui se veut de plus en plus le miroir de la société qu’elle est chargée de représenter. Prenant acte des critiques adressées à la classe politique d’être coupée des réalités quotidiennes et de s’être trop professionnalisée, les têtes de liste ont fait appel à un personnel qui n’est pas passé par les organisations partisanes. Les femmes recrutées ont ainsi été mises en avant lors des campagnes électorales comme particulièrement représentatives de la société civile et proches du terrain par leur travail associatif. Si ces caractéristiques recoupent en partie la construction de l’identité féminine en politique, puisque les femmes seraient ainsi plus proches des problèmes concrets de la population, elles peuvent aussi constituer pour ces femmes un handicap en termes politiques. Issues de la société civile, à l’écart des réseaux partisans, ces femmes ont été recrutées en général par un homme, le maire, et lui doivent leur place en politique. Or le maire est réellement la clef de voûte du système politique municipal, sans lui aucune décision ne peut être prise et tous les élus sont dépendants de lui pour l’avancement de leurs dossiers, leurs ratifications en conseil municipal, le budget qui leur sera alloué, etc. Aussi, les femmes recrutées directement par le maire et sans autres appuis politiques sont dans une situation de dépendance d’autant plus forte qu’elles lui doivent toute leur légitimité. Sans réseaux politiques qui puissent les soutenir quand elles veulent faire passer un projet, elles sont redevables au maire qui les a recrutées, et leurs possibilités d’influer sur les décisions s’en trouvent diminuées. Aussi, les modalités de recrutement des femmes affaiblissent le poids qu’elles pourraient avoir dans la prise de décision, et dès lors aussi leurs velléités de changement.

21Souvent en dehors des règles du jeu politique local, novices et dépendantes d’un homme, les nouvelles élues se trouvent limitées dans leurs moyens d’actions. Tout d’abord par leur manque de connaissance du fonctionnement municipal : elles sont nombreuses à souligner qu’il faut souvent l’expérience d’un mandat avant de commencer à comprendre les enjeux et les mécanismes implicites de la prise de décision. Elles sont parfois maintenues dans l’ignorance des stratégies politiques de leur maire, et utilisées sans avoir de prise sur le message qu’on leur impose. L’exemple des dernières municipales dans une des villes de notre échantillon est éclairant à ce sujet. Une des têtes de liste, qui avait recruté beaucoup de femmes non encartées, soulignait au cours de notre entretien que selon lui il n’était pas intéressant pour elles d’être mises au courant de la « cuisine » interne qui préside aux stratégies de campagne. Cette politique politicienne risquait de les dégoûter de la politique et il leur était donc conseillé de plutôt se concentrer sur le travail de tractage. De plus, mise en avant pendant la campagne, notamment sur des tracts, une des candidates de cette liste s’étonne d’avoir découvert, une fois que le tract était publié, la phrase qui illustrait sa photo. Le message qu’elle était censée véhiculer n’avait pas été soumis à son approbation. En outre, de façon plus générale on constate que les femmes ont tendance à ne pas négocier leurs places sur les listes pendant la campagne alors que les hommes le font beaucoup plus systématiquement.

  • 14 Gaspard F., « Système politique et rareté des femmes élues. Spécificités françaises ? », Les femme (...)
  • 15 Gaspard F., op.cit., p. 114.

22Enfin, comme le soulignait déjà Françoise Gaspard pour les partis politiques14, les femmes qui sont recrutées et à qui sont confiés des postes à responsabilité sont rarement connues pour leurs opinions féministes. Il semble que, pour accéder au pouvoir, les femmes doivent faire le deuil de toute revendication « en tant que » femmes. Ainsi, rares sont les exemples de villes qui ont profité de la parité pour intégrer à leur politique une thématique « droits des femmes » ou recruter des femmes issues du milieu associatif d’obédience féministe. Alors que les femmes maghrébines candidates dans une des villes étudiées par exemple, présentent leur candidature comme liée à leur milieu ethnique d’origine, alors qu’elles se sentent légitimement représentantes d’une communauté dont elles doivent défendre les intérêts propres, elles ne mentionnent jamais le fait qu’elles peuvent aussi prétendre représenter le groupe social des femmes. Alors que l’appartenance ethnique, socioprofessionnelle ou encore géographique (l’ancrage dans un quartier) sont légitimes pour justifier d’une participation au pouvoir local, l’appartenance sexuée ne l’est pas. Les femmes élues interrogées ne se posent jamais comme représentantes des intérêts des femmes : le sexe est la seule variable pour laquelle la « représentation miroir » ne fonctionne pas. Aussi la revendication « en tant que femmes » n’est ni audible ni dicible dans le cadre de la représentation politique municipale. En outre les femmes qui réussissent à pénétrer ce bastion masculin qu’est le pouvoir politique ont tendance à laisser de côté les revendications liées à leur sexe. Comme le rappelle Françoise Gaspard : « Les buvettes des assemblées, les déjeuners d’élus sont des lieux de sociabilité. Là s’élabore une culture commune, s’échangent des informations, se tissent des réseaux. Les femmes y sont acceptées mais à condition qu’elles oublient, dans leurs propos, qu’elles sont des femmes solidaires des femmes »15.

23Le bilan des innovations introduites par les femmes apparaît donc comme relativement faible au regard de la rhétorique du changement suscitée par leur arrivée en politique. Plusieurs raisons peuvent être avancées : tout d’abord les résistances des hommes présents dans les exécutifs locaux qui s’expriment dans la répartition non paritaire des postes exécutifs dans les municipalités et dans les structures intercommunales ; ensuite, les modalités du recrutement des femmes et leur impossibilité à revendiquer leur participation au pouvoir politique au nom des intérêts spécifiques de leur groupe social de sexe expliquent également que tout ait changé, mais que rien n’ait changé. Les femmes semblent s’être adaptées aux règles du jeu politique fixées par d’autres et ne pas vouloir en critiquer le contenu.

Les conditions de possibilité du changement : de l’identité féminine à la revendication féministe d’égalité entre les sexes

24Et pourtant, dans quelques municipalités, certes rares, l’arrivée des femmes a fait bouger les choses. Quels sont les changements introduits par les femmes, comment peut-on les évaluer et quelles en sont les conditions de possibilité ?

  • 16 Question par ailleurs évoquée dans les débats parlementaires sur la loi électorale dite « sur la p (...)
  • 17 Landes J. B. (ed.), Feminism : the Public and the Private, Oxford, New York, Oxford U.P, 1998 ; Ph (...)
  • 18 Méda D., Le temps des femmes, pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion, 2001.

25Tout d’abord il faut rappeler qu’il est encore trop tôt pour faire un véritable bilan des changements imputables aux femmes dans les municipalités, et que les contextes locaux varient énormément, ce qui explique que ce qui se passe dans une ville ne trouve pas forcément d’échos ailleurs. Au cours de notre enquête ce qu’on pourrait nommer les pratiques innovantes des femmes ne nous sont pas apparues clairement. Un des points souvent mis en avant par les élu-e-s est celui de la petite enfance. Certes il n’est pas anodin que la thématique des crèches soit apparue sur la scène publique en même temps que le débat sur la parité. Pourtant, il est difficile d’imputer directement aux femmes élues cet intérêt accru pour la question puisqu’il vient en réalité d’une impulsion au niveau national. En outre, comme nous l’avons mentionné, nous avons été surpris de l’absence de critiques du statut de l’élu local par les élues. En effet, on aurait pu penser que la position particulière des femmes, ayant à articuler vie publique et vie privée et majoritairement responsables du travail domestique et éducatif, les inciterait à une critique du statut de l’élu, ou plus précisément de l’absence de statut de l’élu16. Les horaires, la rémunération, la question de la professionnalisation et des compétences sont très rarement abordées par les élues en relation avec leur position sociale de femmes. Il semble que la nécessité qui leur incombe de « concilier » vie familiale, professionnelle et publique ne soit pas un argument valable pour remettre en cause le statut de l’élu. Alors que l’activité professionnelle est mentionnée pour critiquer les horaires des réunions par exemple, les responsabilités familiales ne sont jamais mises en avant. Ainsi, dans une des villes de notre terrain, une élue de l’opposition a argué de ses charges familiales pour demander une réflexion sur les horaires des commissions et des conseils municipaux. Cette revendication publique – lors du premier conseil municipal du mandat – a été vivement critiquée, par les hommes et les femmes de la majorité interrogés. Ils affirmaient que si les réunions étaient l’après-midi alors ceux qui ont une activité professionnelle en seraient exclus, et surtout, qu’elle avait fait un choix en se présentant comme candidate et que c’était à elle, par un arrangement privé, de l’assumer. Autrement dit, certaines activités, salariées, doivent légitimement être prises en considération dans le fonctionnement du système politique, mais pas ce qui relève de la vie familiale. C’est aux femmes de s’organiser, dans leur vie privée, pour concilier leur triple journée d’élue, et non au système politique de prendre en compte la répartition inégalitaire des charges familiales qui incombent aux femmes. La frontière privé/public, élément fondamental de l’exclusion des femmes du politique17, et dont on aurait pu penser qu’elle serait remise en cause par l’arrivée des femmes en politique18, reste donc fermement établie. De fait, les femmes élues, ayant probablement intériorisé cette dichotomie entre vie privée et sphère publique attendent le plus souvent d’avoir élevé leurs enfants, pour celles qui en ont, pour se présenter aux élections – ce qui mine toute perspective de carrière politique puisqu’elles entrent alors trop tard dans la course – et, dans notre échantillon, celles qui ont des enfants à charge pendant leur mandat d’élue sont souvent sans emploi.

  • 19 Junter-Loiseau A., « La démocratie locale à l’épreuve des femmes : le cas des élues à Rennes », La (...)

26L’arrivée des femmes à des responsabilités politiques locales n’est donc pas, pour le moment, source de remise en cause du système politique. Pourtant, le cas de la ville de Rennes décrit par Annie Junter-Loiseau permet, en proposant un contrepoint à l’analyse de notre terrain, d’éclairer les raisons de cette inertie et d’expliquer les conditions qui sont nécessaires pour que la présence de femmes soit à l’origine de critiques du système politique municipal et des transformations de celui-ci. En effet, l’expérience particulière de la ville de Rennes en fait un cas à part et peut-être exemplaire. Rennes connaît une mixité dans les responsabilités politiques et administratives depuis 1995 et constitue, selon Annie Junter-Loiseau un lieu d’empowerment pour les femmes19. Depuis plusieurs années une réflexion est menée par les élu-e-s, en collaboration avec des universitaires, sur la participation des femmes à la vie politique municipale. En 1995 une délégation aux droits des femmes et à l’égalité a été créée avec le soutien du maire, et en 1998 les élues ont publié un Livre Blanc qui critiquait certains modes de fonctionnement de leur institution. Plusieurs changements ont été observés par Annie Junter-Loiseau. Tout d’abord les réflexions ont porté sur la politique de la ville en tant qu’employeur et sur l’égalité des chances entre hommes et femmes dans l’administration. Réflexions qui ont amené un recul de la ségrégation sexuée, verticale et horizontale (répartition des domaines). Le thème de l’égalité et de la formation des élu-e-s a été mis sur l’agenda politique et les femmes ont tenté de promouvoir une manière de faire de la politique qui rompe avec l’identité de notable des élus locaux. Pour Annie Junter-Loiseau ces changements sont dus au fait que les femmes n’étaient plus isolées et représentaient une masse critique supérieure à 30 % des élus. Aussi, elles n’étaient plus absorbées par les témoignages de loyauté à donner aux élus hommes pour se faire accepter. De plus, elles ont fonctionné avec des groupes de femmes, élues et associatives, ce qui a permis une réflexion constructive sur leurs différences et leur identité de genre, comme appui pour penser leur action.

27Plusieurs choses méritent d’être soulignées sur le cas de Rennes. Il semble tout d’abord que cette action des femmes n’aurait pas été possible si Rennes n’avait pas déjà une tradition associative et féministe importante, et si le maire présent au pouvoir depuis 1977 n’avait pas été favorable à ces initiatives. Le fait que les femmes se soient constituées en groupe, à l’initiative d’une conseillère municipale issue d’une association pour les droits des femmes, apparaît comme un élément clé pour comprendre les changements qu’elles ont impulsés dans la vie politique locale. On peut penser que c’est parce qu’elles ont pu réfléchir en commun sur leur identité de genre et les ressources qu’elles pouvaient en tirer pour l’action (valorisation du relationnel, vigilance par rapport au sexisme, questions sur la séparation entre vie privée et mandat politique) qu’elles ont été porteuses de nouvelles manières de faire et de nouveaux thèmes sur l’agenda politique. Le changement par les femmes est soumis à plusieurs conditions : d’une part le pouvoir local, bien souvent incarné par la figure du maire, doit y être favorable, et d’autre part les femmes doivent mener une réflexion sur l’égalité entre hommes et femmes qu’il n’est pas toujours aisé d’entreprendre dans un contexte où le mouvement féministe n’est pas fort politiquement ou socialement reconnu. Certes la loi sur la parité peut être considérée comme une victoire pour l’égalité des sexes, et de ce fait comme une victoire féministe. Mais au niveau local, les femmes ne souhaitent que très rarement se revendiquer du féminisme, et celui-ci constitue presque une figure repoussoir dans les discours. On peut émettre l’hypothèse que les femmes, soucieuses d’être acceptées par un milieu auquel leur présence a été imposée et dont la réputation de sexisme n’est plus à faire, préfèrent s’adapter aux règles du jeu et jouer sur l’argumentaire de la complémentarité pour se faire admettre. C’est donc dans le contexte local – force du mouvement associatif féministe, reconnaissance par le pouvoir local des inégalités de sexe, présence de femmes élues issues d’associations féministes, présence des femmes à parité dans l’exécutif etc. – qu’il faut chercher les causes du changement, et non dans des qualités qui seraient intrinsèques à la nature féminine.

CONCLUSION

28La thématique du changement par les femmes a été largement médiatisée lors du débat sur la parité pour légitimer l’accès des femmes aux responsabilités politiques en soulignant les « qualités féminines » dont elles seraient naturellement dotées et qui pourraient rendre à la politique son humanité. Les élues ont donc été en quelque sorte investies de la responsabilité de changer les pratiques politiques, d’incarner un renouveau, et elles ont souvent relayé ce discours de façon stratégique pour justifier leur présence dans ce bastion masculin. Elles se sont emparées des critiques liées à la crise de la représentation politique et de l’argument de la différence des sexes pour appuyer leur revendication de participation à la chose publique. L’argument que les femmes allaient changer les pratiques et les contenus politiques a donc fini par s’imposer sans être questionné, et ce d’autant plus facilement qu’il venait confirmer une différence des sexes perçue comme naturelle. Pourtant il relève d’une certaine conception des rapports sociaux de sexe, conception qui n’est justement peut-être pas la plus à même de permettre aux femmes d’être des vecteurs de changements.

  • 20 Eduards M., « Participation des femmes et changement politique : le cas de la Suède », La place de (...)
  • 21 Eduards M., op.cit., p. 506.

29En effet, comme le rappelle Maud Eduards20 dans le cas de la Suède, il y a trois types d’argumentations pour une plus large représentation des femmes : le premier se fonde sur l’idée d’équité, c’est un droit démocratique que les femmes demandent quand elles veulent participer aux décisions. Le second part de l’idée que les femmes ont d’autres ressources et compétences que les hommes (a priori complémentaires) et qu’il faut en tirer parti dans le domaine politique, c’est ce type d’argumentation qui a le plus contribué à l’acceptation par le monde politique de la loi sur la parité. Enfin, selon le troisième, les hommes et les femmes ont des intérêts différents car ils constituent des groupes socialement construits sur des rapports inégalitaires, et les intérêts des femmes ne trouvent pas à s’exprimer : elles risquent donc de mener une autre politique à contre-courant de l’ordre établi. Maud Eduards en conclut à partir de l’exemple suédois : « les revendications des femmes pour un changement du contenu de la politique sont acceptables aussi longtemps que la structure institutionnelle et idéologique fondamentale reste intacte. En revanche, si les femmes coopèrent ou s’organisent sous de nouvelles formes qui ne tiennent pas compte des clivages traditionnels, elles se heurtent à une vive résistance »21.

  • 22 Eduards M., « La citoyenneté suédoise. De la différence féminine et des peurs masculines », Les fe (...)

30Sans pouvoir tirer les mêmes conclusions que Maud Eduards, dans la mesure où la parité est encore récente, on peut dire que dans le cas français, le contexte discursif qui a donné un contenu et une légitimité au mot « parité » pèse encore sur la façon dont les élues se définissent et définissent leur pratiques. Pour des raisons politiques liées au contexte français, les rhétoriques façonnées par le débat public ont légitimé le partage du pouvoir politique entre les sexes au nom des différences dont les femmes seraient porteuses et pas au nom des discriminations systématiques dont elles ont été victimes dans l’espace politique (ne serait-ce que leur longue éviction du droit de vote). Dès lors les élues sont prises dans une rhétorique de l’identité féminine qui valorise leurs « qualités innées », mais ignore les compétences qui leur ont permis d’accéder à un mandat électoral. De plus, la revendication d’égalité entre les sexes devient difficile à formuler dans un tel contexte discursif puisque la lutte contre les discriminations liées au sexe n’a pas été socialement reconnue lors du débat, ou du moins pas assez pour que les élues se sentent investies de la mission de défendre ou de représenter les intérêts des femmes. De ce point de vue la situation française rappelle le constat de Maud Eduards sur la Suède quand elle affirme : « Les divergences d’opinions [entre les hommes et les femmes] servent même d’argument pour un renforcement de la représentation féminine, un moyen d’apporter des expériences nouvelles en politique. Paradoxalement, une fois qu’elles sont élues, les femmes sont supposées à la fois conserver leurs positions spécifiques et se soumettre à « l’intérêt général ». La différence originelle doit être mise en conformité, c’est-à-dire devenir une attitude sexuellement neutre, et politiquement plus légitime »22. Il semble qu’avec la parité les élues locales françaises soient maintenant placées devant le même paradoxe.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abeles M. [1989], Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob.

Allwood G. - Wadia K. [2000], Women and Politics in France 1958-2000, London, New York, Routledge.

Delphy C. [1997], « Comment en finir avec l’exclusion des femmes », Le Monde diplomatique, numéro de mars.

Delphy C. [2001], L’ennemi principal 2. Penser le genre, Paris, éditions Syllepse, « Nouvelles questions féministes ».

Eduards M. [1995], « Participation des femmes et changement politique : le cas de la Suède », La place des femmes, les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, EPHESIA, Paris, La Découverte.

Eduards M. [1997], « La citoyenneté suédoise. De la différence féminine et des peurs masculines », Les femmes et la politique, Le Bras-Chopard A. - Mossuz-Lavau J. (dir.), Paris, l’Harmattan.

Gaspard F. [1997], « Système politique et rareté des femmes élues. Spécificités françaises ? » Les femmes et la politique, Le Bras-Chopard A., Mossuz-Lavau J., Paris, l’Harmattan.

Halimi Gisèle [1994], article dans Le Monde, 22 avril.

Hubert Elisabeth [1993], article dans Le Monde, 27 octobre.

Junter-Loiseau A [1998]., « La démocratie locale à l’épreuve des femmes : le cas des élues à Rennes », La parité, Enjeux et mise en œuvre, Martin J. (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Kergoat D. (dir.) [1992], Les infirmières et leur coordination 1988-1989, Paris, Éditions Lamare.

Lagrave R.M. [2000], « Une étrange défaite : la loi constitutionnelle sur la parité », Politix, vol 13, n° 51.

Landes J. B. (ed.) [1998], Feminism : the Public and the Private, Oxford, New York, Oxford U.P.

Meda D. [2001], Le temps des femmes, pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion.

Observatoire de la parité entre les femmes et les hommes [2002], La Parité entre les femmes et les hommes : une avancée décisive pour la démocratie, Rapport à Monsieur le Premier Ministre.

Phillips A. (ed.) [1998], Feminism and Politics, Oxford, New York, Oxford U.P, 1998.

Roudy Yvette [1993], article dans Le Monde, 18 février.

Sineau M. [1988], Des femmes en politique, Paris, Economica.

L’Express, 6 juin 1996.

Le Monde, 10 novembre 1993.

Notes

1 Le travail de terrain sur lequel se basent ces analyses est constitué de deux corpus. D’une part un travail d’entretiens (n=40) et d’observations de 4 villes, de 30 000 à 120 000 habitants, et d’autre part le travail collectif d’entretiens d’élu-e-s locaux réalisés dans 10 villes françaises par l’équipe de recherche de l’enquête européenne (DG12) « Genre et gestion locale du changement dans 7 pays de l’Union Européenne », sous la direction de J. Heinen.

2 Sineau M., Des femmes en politique, Paris, Economica, 1988.

3 Delphy C., « Comment en finir avec l’exclusion des femmes », Le Monde diplomatique, numéro de mars, 1997 ; Delphy C., L’ennemi principal 2. Penser le genre, Paris, éditions Syllepse, « Nouvelles questions féministes », 2001.

4 Roudy Yvette, Le Monde, 18 février 1993.

5 Le Monde, 10 novembre 1993.

6 Halimi Gisèle, Le Monde, 22 avril 1994.

7 L’Express, 6 juin 1996.

8 Hubert Elisabeth, Le Monde, 27 octobre 1993.

9 Lagrave R.M., « Une étrange défaite : la loi constitutionnelle sur la parité », Politix, vol. 13, n° 51, 2000.

10 Comme en témoigne les débats parlementaires sur la loi constitutionnelle (1999) et sur la loi électorale (2000) dite « sur la parité ».

11 « This seems to be the case with parity, which is represented as a new idea, even though it is not. It has been consciously packaged as revolutionary and subversive and explicitly opposed to worn-out demands for quotas. (...) What could be radical or subversive has been turned out into a simple demand for equality or, worse, equal opportunities », Allwood G. – Wadia K., Women and Politics in France 1958-2000, London, New York, Routledge, 2000.

12 Kergoat D. (dir.), Les infirmières et leur coordination 1988-1989, Paris, Éditions Lamare, 1992.

13 Abélès M., Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob, 1989.

14 Gaspard F., « Système politique et rareté des femmes élues. Spécificités françaises ? », Les femmes et la politique, Le Bras-Chopard A., Mossuz-Lavau J., Paris, l’Harmattan, 1997.

15 Gaspard F., op.cit., p. 114.

16 Question par ailleurs évoquée dans les débats parlementaires sur la loi électorale dite « sur la parité ».

17 Landes J. B. (ed.), Feminism : the Public and the Private, Oxford, New York, Oxford U.P, 1998 ; Phillips A. (ed.), Feminism and Politics, Oxford, New York, Oxford U.P, 1998.

18 Méda D., Le temps des femmes, pour un nouveau partage des rôles, Paris, Flammarion, 2001.

19 Junter-Loiseau A., « La démocratie locale à l’épreuve des femmes : le cas des élues à Rennes », La parité, Enjeux et mise en œuvre, Martin J. (dir.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1998.

20 Eduards M., « Participation des femmes et changement politique : le cas de la Suède », La place des femmes, les enjeux de l’identité et de l’égalité au regard des sciences sociales, EPHESIA, Paris, La Découverte, 1995.

21 Eduards M., op.cit., p. 506.

22 Eduards M., « La citoyenneté suédoise. De la différence féminine et des peurs masculines », Les femmes et la politique, Le Bras-Chopard A. - Mossuz-Lavau J. (dir.), Paris, l’Harmattan, 1997, p. 157.

Auteur

École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540