Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crime organisé à la ville et à l'écran aux États-Unis, 1929-1951

 | 
Trevor Harris
, 
Dominique Daniel

Hollywood et le crime organisé : lorsque la fiction rejoint la réalité, l'affaire Bioff-Browne, 1936-1941

Daniel Peltzman

Texte intégral

1Dès le début des années trente, les grandes compagnies cinématographiques hollywoodiennes produisaient des films de gangsters qui allaient connaître un certain succès. Des oeuvres telles que Little Caesar, Scarface, ou The Public Enemy proposaient une vision, certes romancée, mais également réaliste du monde du gangstérisme. Après tout, ce fut l'irrésistible ascension du gangster chicagolais, Al Capone, qui avait inspiré le scénariste W. R. Burnett, auteur des scénarios de Little Caesar et Scarface. C'est dire si les productions hollywoodiennes entendaient montrer et dénoncer le danger que constituait le phénomène du gangstérisme pour la société américaine. Vers la fin de la décennie, un scandale retentissant affecta l'industrie cinématographique hollywoodienne. La presse nationale publiait de nombreux articles relatant un racket, sous forme d'extorsion de fonds, organisé par la Mafia de Chicago à l'encontre des producteurs hollywoodiens. Selon la presse, ces derniers avaient été forcés de verser d'importantes sommes d'argent aux responsables de l'International Alliance of Theatrical Stage Employees (IATSE), le syndicat le plus puissant de l'industrie cinématographique. Mais dans un deuxième temps, les enquêteurs fédéraux découvraient qu'en échange des paiements, la direction du syndicat s'était engagée à limiter les revendications syndicales de la base. Pour le public américain, la surprise était d'autant grande qu'il devait très vite apprendre qu'une partie de l'argent versé s'en était allée directement dans les caisses de la Mafia de Chicago. L'affaire soulevait deux questions : les producteurs avaient-ils été les victimes d'un odieux chantage et forcés d'obéir aux injonctions des gangsters ? Mais encore, avaient-ils passé un accord avec la Mafia ? Dans l'affirmative, la situation n'était pas dépourvue d'une certaine ironie. Le crime organisé qui, à Hollywood, n'avait existé que dans la fiction, devenait brusquement une réalité incontournable. Mais fallait-il parler de racket ou d'un accord entre producteurs et membres de la Mafia afin de maintenir les revendications sociales au plus bas dans les studios ? Tenter de comprendre les détails de cette affaire nous oblige à suivre les événements qui lièrent industrie cinématographique, syndicalisme hollywoodien et Mafia. Enfin, on pourra se poser la question de la nonreprésentation de cette affaire dans la filmographie hollywoodienne. En d'autres termes, pourquoi Hollywood n'a-t-il jamais offert à ses spectateurs un film relatant ce fait divers ? La réponse à ces questions passe par une brève description de monde syndical à Hollywood.

2Dès la création des célèbres studios hollywoodiens, une organisation syndicale, l'IATSE, occupait une place prépondérante. Regroupant au départ les ouvriers et techniciens du théâtre, le syndicat avait peu à peu étendu ses activités à l'industrie cinématographique. Depuis 1908, il regroupait en son sein et sur tout le territoire américain les projectionnistes de films. Ces derniers allaient constituer un moyen de pression énorme sur les producteurs. Plusieurs fois dans son histoire, les dirigeants de l'IATSE menaceraient ces derniers d'une grève des projectionnistes qui aurait ainsi privé l'industrie de sa principale source de revenus : l'exploitation des salles de cinéma (Baker, 1933). Une autre caractéristique du syndicalisme hollywoodien reposait sur le fait que la plupart des sections locales étaient constamment en conflit les uns avec les autres. Pour les responsables syndicaux, il s'agissait de mobiliser le plus grand nombre possible d'adhérents afin de peser plus lourd dans la balance des conventions collectives et d'augmenter la trésorerie du syndicat. Entre 1926 et 1933, le nombre d'adhérents de l'IATSE ne cessait d'augmenter. Une grève mal préparée et menée de façon hâtive aboutissait en une véritable débâcle pour le syndicat. Au début du conflit social, l'IATSE comptait environ 9 000 adhérents, à sa conclusion, il n'en restait plus que 200 (Lovell et Carter, 1955, 7). La situation n'était pas pour déplaire aux producteurs qui voyaient là la principale organisation syndicale disparaître. Mais c'était à Chicago que se préparaient des jours meilleurs pour l'IATSE.

3Au début des années trente, George Browne, responsable de la section locale 2 des machinistes de l'IATSE, se liait d'amitié avec William Bioff. Ce dernier, homme de main de la Mafia locale, était surtout connu pour ses activités de proxénète. Les deux hommes décidèrent de créer une soupe populaire dans le but de soulager les ouvriers frappés par la crise économique. Le financement de cette opération provenait de donations dont, très vite, 75 pour cent allaient directement finir dans les poches des deux escrocs (Moldea, 1986, 23). Grâce à ses activités syndicales, Browne était en relation avec les exploitants de salles de cinéma. A cette époque, Barney Balaban et Samuel Katz possédaient le plus grand réseau d'exploitation du pays. Entre 1918 et 1925, les deux hommes d'affaires avaient réussi à contrôler près de 10 pour cent du marché américain. Ils exploitaient ainsi 93 salles de cinéma à Chicago et dans sa banlieue. Les plus grandes offraient une capacité de plus de 4000 places et nécessitaient la présence de nombreux ouvriers adhérents de l'IATSE (Gomery, 1985, 220).

4A la suite de la crise économique, Balaban avait obtenu de son personnel une réduction de salaires temporaire de 25 pour cent. L'exploitant s'était engagé à une date fixée à l'avance, à renégocier les salaires. Ce fut fort logiquement Browne, en tant que responsable syndical, à qui revint ce travail de rajustement des salaires. Balaban refusa de payer une augmentation mais proposa à Browne 150 dollars par semaine afin qu'il oublie les clauses de l'accord. Le responsable syndical consulta alors Bioff qui jugea la somme inacceptable. Après de nouvelles négociations, la somme exigée atteignit 20 000 dollars. L'argent fut officiellement versé à la soupe populaire de Browne et Bioff, permettant ainsi à Balaban de justifier les versements auprès du fisc américain (Dunne, 5).

5Les deux acolytes décidaient de célébrer leur succès dans un cabaret tenu par Nick Dean, alias Nick Circella, membre de la bande de Al Capone. Intrigué par la soudaine opulence des deux comparses, Circella mena son enquête et découvrit bien vite les mécanismes de l'affaire. Quelques jours plus tard, Browne et Bioff étaient contactés par les proches collaborateurs de Franck Nitti qui depuis 1932 avait pris la succession de l'empire de Al Capone emprisonné à Alcatraz pour fraude fiscale. Certes, ce n'était pas la première fois que la Mafia voyait ses activités s'étendre dans le monde syndical. Al Capone avait déjà infiltré plusieurs syndicats dont celui des employés de la restauration, des brasseries et des camionneurs (Bernstein, 1970, 123-125). La chute du fameux gangster n'avait pas mis un terme aux affaires de corruption syndicales et Nitti comprit l'intérêt que représentait Browne s'il voulait infiltrer l'industrie cinématographique. Dans un premier temps, il exigea 50 pour cent des revenus des Browne et Bioff, pourcentage qui passerait plus tard à 75 pour cent. L'idée de Nitti était de mettre en place à Hollywood le racket dont Balaban avait fait les frais à Chicago. Browne constituait la pièce maîtresse de son plan, mais pour cela, il fallait que ce dernier fût à tout prix élu président de l'IATSE lors de la prochaine convention du syndicat à Louisville dans le Kentucky. Il organisa une réunion à laquelle assistèrent les plus important gangsters de Chicago et du pays : Nick Circella, Lucky Luciano, Louis Lepke Buchalter, Johnny Rosselli, Louis Campagna, Longies Zwillman et bien d'autres. Il fallait à tout prix être sûr que le jour du vote, les délégués syndicaux de l'IATSE votent pour le bon candidat et apportent leur soutien à Browne. Deux candidats potentiels, William Canavan, lui-même ancien président, et William Elliot furent dissuadés de se présenter à l'élection. Le jour de l'élection, la Mafia envoya Buchalter veiller au bon déroulement du scrutin. En 1934, Browne fut ainsi élu président de l'IATSE sans la moindre opposition. La Mafia avait réussi à infiltrer le syndicat et il ne lui restait plus qu'à rentabiliser l'accession à la présidence de Browne. Toutes les précautions furent prises dans ce sens. Ainsi, à Chicago, Tony Malloy, responsable syndical de la section locale 110 des projectionnistes, était sur le point d'être arrêté pour corruption. De la même trempe que Browne, il savait pertinemment dans quelles conditions le nouveau président avait été élu à Louisville. Devenant du coup un témoin gênant s'il décidait de collaborer avec la justice, Malloy fut abattu devant chez lui en février 1935 (Dunne, 12).

6Bien évidemment, la part la plus juteuse du marché se situait à Hollywood. Accordant une confiance toute relative à Browne, Nitti envoya à Los Angeles Johnny Rosselli et Nick Circella. Ce dernier eut pour mission de veiller à ce que Browne suive les instructions du crime organisé. Une des premières décisions du président de l'IATSE fut de nommer Bioff son représentant direct à Hollywood où, depuis la grève manquée de 1933, le syndicat était dans une position de faiblesse dans les studios. Les projectionnistes allaient constituer l'atout indispensable en faisant pression sur les producteurs. Un an après son élection, Browne déclenchait une grève des projectionnistes dans les salles new-yorkaises appartenant aux studios Loew's et Radio Keith Orpheum (RKO). Epaulé par Bioff et Circella, le président de l'IATSE exigeait une augmentation de salaires et négocia avec Nicholas Schenck et Leslie Thompson, présidents des compagnies cinématographiques. La grève se termina par la signature d'un contrat de sept ans et l'engagement de ne pas déclencher de nouvelles grèves. Au passage, Browne et Bioff empochèrent 150 000 dollars dont les deux-tiers, par l'intermédiaire de Circella, finirent dans les caisses de la Mafia. Mais pour les présidents des deux studios, les accords conclus n'étaient pas si négatifs. Grâce aux concessions faites par Browne, ils réalisaient une économie de un million de dollars sur les salaires (Nielsen et Mailes, 1995, 18).

7Tout était donc prêt pour instituer ce système de corruption à Hollywood. En outre, ces événements se produisaient au moment même où les réformes sociales issues du New Deal légalisaient les syndicats américains. Grâce au Wagner Act de 1935, les ouvriers avaient désormais le droit de choisir dans le cadre des conventions collectives le syndicat de leur choix. De toute évidence, il était donc préférable pour les producteurs de négocier avec un syndicat docile dont la direction serait désireuse de s'entendre avec les studios. Dernier obstacle à ce plan : la position d'infériorité de l'IATSE à Hollywood. Pourtant et à la surprise générale, Browne obtenait en janvier 1936 le monopole d'embauche syndical pour tous les anciens adhérents de son syndicat. Ce spectaculaire revirement se justifiait, une nouvelle fois, par la menace d'une grève nationale des projectionnistes. Du jour au lendemain, artisans, preneurs de vues, photographes, manutentionnaires, développeurs de films, monteurs et opérateurs étaient dans l'obligation de payer leur cotisation à l'IATSE s'ils désiraient travailler dans les studios. Des 200 survivants de la grève de 1933, le syndicat passait à 12 000 adhérents sans la moindre résistance des producteurs (Perry et Perry, 1963, 330). Le 25 avril 1936, les producteurs ainsi que tous les syndicats hollywoodiens se retrouvaient à New York pour négocier de nouvelles conventions collectives. Au cours d'une réunion privée, Browne, Bioff, toujours flanqués de Circella, passèrent un accord avec Leo Spitz, le nouveau président de la RKO et Nicholas Schenck. Il fut décidé que les quatre plus grands studios, Twentieth-Century Fox, Warner Bros., Metro Goldwynn Mayer et Paramount, verseraient 50 000 dollars par an au président de l'IATSE. Pour la Columbia et RKO, studios moins importants, la somme se limiterait à 20 000 dollars. En échange, Browne et Bioff s'engagèrent à bloquer les revendications de la base en empêchant toute grève et en limitant les augmentations de salaires (Dunne, 15-16). Il devenait ainsi clair qu'il ne s'agissait plus seulement d'extorsions de fonds, mais également d'entente illégale entre le syndicat et les producteurs.

8Les répercussions de cet accord furent tragiques pour les adhérents de l'IATSE à Hollywood. Revêtu de pouvoirs dictatoriaux, Bioff prit en main les sections locales faisant ainsi subir à la base une perte d'autonomie totale. Les assemblées générales furent supprimées. Une cotisation spéciale de 2 pour cent fut prélevée sans la moindre justification. Lorsque les membres de la section locale 37 tentèrent d'instaurer à nouveau un processus démocratique, Bioff la scinda en plusieurs sections à la tête desquelles il nomma des responsables sûrs (Jurisdictional Disputes, Vol. 3, 1864). Afin d'augmenter les caisses du syndicat, il procéda à un recrutement discutable provoquant ainsi une dé qualification de la main d'œuvre. Il s'ensuivit un chômage partiel et surtout une baisse substantielle des revenus des adhérents rétribués sur une base horaire. Alors que dans les studios le salaire annuel d'un artisan de l'IASTE avait atteint 2 400 dollars en 1928, il n'était plus que de 1 500 dollars en 1937. Entre-temps, les compagnies cinématographiques hollywoodiennes avaient vu leurs bénéfices augmenter de 25 pour cent (IATSE, 164-165). Bioff avait également des méthodes de persuasion qui lui était propres. Afin de convaincre le responsable du syndicat des costumiers à rejoindre l'IATSE, il posa son pistolet sur son bureau et invita le syndicaliste à réfléchir à sa proposition (Nielsen et Mailes, 1995, 29). A l'aide de la Mafia, Browne et Bioff avaient ramené l'IATSE au tout premier plan, Bioff ne cachant plus son intention d'organiser le plus grand nombre possible de syndicats hollywoodiens sous sa tutelle. Par ces menaces à peine voilées et cette volonté d'asseoir la suprématie de son organisation dans les studios, Bioff commettait une première erreur car il représentait désormais un réel danger pour les autres syndicats de l'industrie. Son désir constant d'améliorer son niveau de vie constitua sa deuxième erreur. En juillet 1937, il envisagea d'acheter un ranch dans la San Fernando Valley. Il se trouva très vite face à un problème : le butin qu'il avait accumulé était en liquide. Comment justifier l'achat d'un ranch de 100 000 dollars vis-à-vis des agents du fisc ? La solution fut trouvée en la personne de Joseph Schenck, le frère de Nicholas, président de la Twentieth-Century Fox et de la puissante Motion Picture Producers and Distributors of America (MPPDA) à qui Bioff demanda un prêt fictif qui lui permit de blanchir la somme (Nielsen et Mailes, 1995, 29). La transaction attira l'attention des agents fédéraux au moment où les méthodes dictatoriales de Bioff étaient de plus en plus discutées par des dissidents de la section locale 37. Décidés à se débarrasser de leur responsable syndical, ils contactèrent l'avocat et futur rédacteur en chef de The Nation, Carey McWilliams. Connu pour ses engagements à gauche et son honnêteté, il accepta d'aider les dissidents et alerta l'Assemblée de l'Etat de Californie afin qu'une commission enquêtât sur les agissements de Browne et Bioff. William J. Jones, le président de l'Assemblée et avocat de métier, refusa dans un premier temps de déclencher la moindre enquête. Toutefois, par l'intermédiaire de son associé, l'avocat William Neblitt, il informait Louis B. Mayer qu'il était possible de se débarrasser de Bioff. Le producteur refusa cette option car il n'entrait pas dans son intérêt d'affaiblir l'IATSE face aux autres organisations syndicales moins dociles.

9De son côté, Bioff ne restait pas inactif. Alerté par des rumeurs qu'une commission était sur le point d'être créée, il offrit 5 000 dollars à Jones et Neblitt afin que les conclusions de l'enquête de donnent rien. La chose fut d'autant plus facile à obtenir que tous les enquêteurs rétribués par l'Assemblée travaillaient pour le cabinet d'avocats Jones et Neblitt. Néanmoins, pour plus de sécurité, Browne décidait de rappeler Bioff en janvier 1938. Ce fut en fait Nitti qui, jugeant préférable de calmer les esprits, rappelait Bioff (Nielsen et Mailes, 1995, 36-37).

10En août 1938, un tribunal de Sacramento mena à son tour une enquête. La cour semblait plus particulièrement intéressée par le prêt de 100 000 dollars accordé par Joseph Schenck. Peu convaincus par le témoignage de Bioff, des enquêteurs fédéraux restaient plus que jamais décidés à trouver l'origine de la fortune du syndicaliste (Variety, 7 septembre 1938, 21). De leur côté, les dissidents de la section locale 37 informaient les autorités fédérales que le prêt de 100 000 dollars était en fait le résultat d'une entente entre l'IATSE et le président de la MPPDA. La machine judiciaire était lancée, mais les enquêteurs n'étaient pas au bout de leurs surprises. Un an plus tard, Bioff était de retour dans les studios et reprenait les négociations avec les producteurs mais ses ennuis allaient continuer.

11Il existe aujourd'hui plusieurs hypothèses concernant l'origine de la chute de Browne et Bioff. Pour certains, ce furent les dissidents de l'IATSE et Carey McWilliams qui mirent en route la machine judiciaire (McWilliams, 1941, 533-535). Pour d'autres, les articles du journaliste Westbrook Pegler levèrent le voile sur la corruption dans les studios. Il existe une troisième hypothèse qui insiste sur le rôle joué par la Screen Actors' Guild. L'acteur Robert Montgomery, son président à l'époque, inquiet devant la possibilité de voir Bioff organiser les acteurs contacta un détective privé qui après enquête divulgua ses informations à Pegler. Le journaliste révéla que Bioff n'avait toujours pas purgé une peine de prison à Chicago, datant de 1922, pour proxénétisme. Les articles du journaliste furent suivis par une série d'articles dévastateurs de Daily Variety dont le rédacteur en chef, Arthur Ungar, ne cachait pas son hostilité pour le personnage. A la suite de ces publications, une demande d'extradition fut déclenchée. Grâce aux avocats de l'IATSE, elle aboutit après plusieurs semaines de démarches. De son côté, Bioff clamait son innocence, se déclarant victime d'un complot communiste. Parallèlement à cette peine non purgée, les autorités fédérales annonçaient leur intention de juger Bioff pour fraude fiscale. Ce dernier avait omis de déclarer, entre 1936 et 1937, 200 000 dollars dont la moitié provenait du fameux prêt de Joseph Schenck. Le lien entre l'IATSE et les producteurs était désormais établi. En février 1940, Bioff était extradé en Illinois afin de purger sa peine.

12Les événements s'accéléraient. Les enquêteurs fédéraux, convaincus de la complicité de Schenck, l'inculpaient à son tour pour fraude fiscale. Le producteur fut dans l'impossibilité de justifier l'origine du prêt accordé à Bioff et dut se résigner à avouer les versements en liquide des producteurs aux responsables de l'IATSE. Il omit toutefois de préciser les accords concernant les conventions collectives et le rôle de la Mafia (Variety, 5 juin 1940, 25). Le principe de l'extorsion de fonds était néanmoins évident. Browne, Bioff furent mis en examen en mai, quant à Circella, en fuite, il fut finalement arrêté en décembre. Le procès de Browne et Bioff débuta en octobre. Harry Warner et Louis B. Mayer, entre autres, déposèrent comme témoins. Ils se présentèrent tous comme les victimes d'une extorsion de fonds. Pourtant, au cours des audiences, James Coston, responsable d'une chaîne de salles de cinéma pour la Warner Bros., rapporta une conversation qu'il avait eue avec Bioff en 1939 et dans laquelle ce dernier lui avait fait part de son optimisme : "They can't afford to let me go to jail. I've done too much for the industry in taking care of strikes." (Variety, 5 novembre 1941, 25) Bien que le tribunal estimât le total des sommes versées à un million de dollars, les producteurs ne furent pas inquiétés. Browne fut condamné à huit ans de prison et Bioff à dix ans. Joseph Schenck, bouc émissaire malgré lui, fut condamné pour fraude fiscale et parjure. Il purgea une peine de quatre mois de prison.

13Jusqu'ici, le rôle de la Mafia n'avait toujours pas été démontré. A New York, au début de 1943, Matthias Correa, procureur fédéral restait persuadé que le syndicat du crime était à l'origine de l'affaire. Les membres de la Mafia comprirent que le procureur ne lâcherait plus prise et commencèrent à envoyer des avertissements. Alors que Circella donnait des signes de faiblesse et n'était plus considéré comme sûr, des individus s'introduisaient à Chicago chez sa maîtresse. Après avoir été battue, la jeune femme fut ligotée sur une chaise, aspergée d'essence et brûlée vive (Martin, 1944). Malgré ce crime horrible, le procureur avait accumulé assez de preuves pour mettre en examen pour racket Nitti et sept de ses complices. Le 19 mars, plutôt que d'affronter la justice, Nitti se suicidait. Le procès qui débuta à l'automne montra Browne et Bioff coopératifs avec le procureur qui était plus intéressé par les agissements de la Mafia, délaissant ainsi le rôle des producteurs. Pourtant, la ligne de défense des avocats reposait sur l'accord passé entre les producteurs et Nitti. Mais rien n'y fit. Alors que les accusés étaient condamnés à des peines de prison ferme, aucun producteur ne fut inquiété. En remerciement pour leur coopération, Browne et Bioff virent leurs peines diminuées et obtinrent une libération anticipée (Nielsen et Mailes, 1995, 79-81).

14Il ne restait plus au gouvernement fédéral qu'à récupérer l'argent non versé au fisc par les héritiers de Nitti. Un troisième procès s'ouvrit en 1948. Cette fois-ci le procureur Schwerdtfeger décrivit en détail l'accord entre les producteurs et la Mafia. Dans sa conclusion, le juge Kern, lui donnait entièrement raison :

Moreover, we discern from the records that the payers knowingly and willingly paid over the funds sought to be here taxed, and in a sense lent encouragement, and participated with full knowledge of the facts in the activities of Browne and the Nitti group. (Dunne, 7)

15Autrement dit, par leur passivité et leur refus de contacter les autorités compétentes, les producteurs s'étaient rendus coupables de complicité avec la Mafia. Et pour cause. S'ils avaient déboursé un million de dollars, l'entente illégale avec la Mafia leur avait fait économiser quinze millions sur les conventions collectives. Si le verdict fut un succès pour le gouvernement, il n'y eut aucune poursuite à l'encontre des producteurs.

16Que devinrent les protagonistes de cette affaire ? Browne, une fois libéré, ne fit plus jamais reparler de lui. Bioff commença une nouvelle vie en Arizona sous le nom de William Nelson. Devenu un proche du sénateur Barry Goldwater, il commit l'erreur de travailler pour le Riviera Hotel and Casino de Las Vegas où la Mafia n'avait pas oublié sa coopération avec les autorités fédérales. Un matin de novembre 1955, alors qu'il mettait le contact de sa voiture, une bombe placée sous le véhicule le tua sur le coup (Moldea, 1986, 119). Plusieurs membres de la Mafia impliqués dans l'affaire périrent sous les balles. Le cadavre découpé en morceaux de Johnny Rosselli, le deuxième représentant de la Mafia à Hollywood avec Circella, fut retrouvé dans un tonneau en 1976 (Tosches, 1997, 91). Tous ces crimes restèrent impunis.

17De tels événements n'auraient pu être imaginés par les meilleurs scénaristes hollywoodiens. Mais au moins, pourrait-on penser qu'ils auraient pu en inspirer certains. C'est loin d'être le cas. L'affaire Browne et Bioff n'a jamais fait l'objet d'une adaptation cinématographique. Un épisode de la série télévisée Les Incorruptibles à la fin des années soixante s'inspirait quelque peu de l'affaire. On y voyait un seul producteur victime d'une tentative d'extorsion de fonds et encore, ce dernier coopérait volontairement avec la police. Le personnage de Franck Nitti inspira le cinéaste Brian de Palma lorsqu'il réalisa en 1985 son adaptation du roman d'Elliot Ness, Les Incorruptibles. Le gangster était tué par Ness lui-même et il n'était plus question de suicide. Pourquoi un tel oubli ou une telle représentation ? Quel producteur encore aujourd'hui prendrait le risque de montrer un film démontrant la complicité des responsables hollywoodiens dans les années quarante ? D'autant plus que pas un film produit à Hollywood ne se fait sans la participation des adhérents de l'IATSE qui reste la principale organisation syndicale d'artisans et de techniciens dans les studios. Si le syndicat a effectivement changé, certains épisodes de son passé demeurent pénibles à rappeler.

18Certes, l'affaire Browne et Bioff ne constitue pas un cas isolé. La corruption dans les syndicats américains n'était pas un phénomène nouveau. Il en est de même en ce qui concerne l'intrusion de la Mafia dans les milieux syndicaux. Ce qui fait la spécificité de cette affaire, c'est la totale complicité d'employeurs qui avaient obtenu leurs renommées, entre autre, en dénonçant le monde du crime organisé, alors qu'au même moment, ils réalisaient des bénéfices substantiels grâce à un accord secret. Les vraies victimes, comme toujours dans ce cas, furent les membres de la base syndicale de l'IATSE qui virent leurs revendications bloquées et leur mode de fonctionnement foulé aux pieds.

Bibliographie

Ouvrages cités

Baker, Robert Osborn, 1933. The International Alliance of Theatrical Stage Employees and Moving Picture Machine Operators in the United States and Canada. Lawrence : University of Kansas Press.

Bernstein, Irving, 1970. Turbulent Years : A History of the American Worker, 1933-1941. Boston : Houghton Mifflin.

Dunne, Father George H, n. d.. Hollywood Labor Dispute : A Study in Immorality. Los Angeles : Conference Publishing Company.

Gomery, Douglas, Tino Balio, eds., 1985. The American Film Industry. Madison : University of Wisconsin Press.

International Alliance of Stage Theatrical Employees and Moving Picture Machine Operators of the United States and Canada, 1938. Proceedings of the 30th Convention, Cleveland.

Lovell, Hugh et Tasile Carter, 1955. Collective Bargaining in the Motion Picture Industry. Berkeley : University of California Press.

Martin, John Bartlow, 1944. "Who Killed Estelle Carey ?". Harper's Magazine, 189. 1129 : 48-60.

McWilliams, Carey, 1941. "Racketeers and Movies Magnates." The Nation, 27 octobre, 533-535.

Moldea, Dan Ε., 1986. Dark Victory : Ronald Reagan, MCA, and the Mob. New York : Viking Press.

Nielsen, Mike et Gene Mailes, 1995. Hollywood's Other Blacklis : Union Struggles in the Studio System. London : British Film Institute.

Perry, Louis et Richard Perry, 1963. A History of the Los Angeles Labor Movement, 1911-1941. Berkeley : University of California Press.

Tosches, Nick, 1997. "The Man Who Kept the Secrets." Vanity Fair, avril, 76-97.

United States Congress, House of Representatives, 1948. 80th Congress, Special Sub-Committee of the Committee on Education and Labor, Jurisdictional Disputes in the Motion Picture Industry, Washington D. C. : Government Printing Office, Vol. 3.

Variety. 1938, 1940, 1941.

Auteur

Université de Besançon

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540