Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le crime organisé à la ville et à l'écran aux États-Unis, 1929-1951

 | 
Trevor Harris
, 
Dominique Daniel

La criminalité organisée : un regard sociologique (1929-1951)

Romain Huret

Texte intégral

Introduction

1En 1938, le réalisateur Anatole Litvak réunit à nouveau le tandem Edward Robinson et Humphrey Bogart pour un film, The Amazing Dr Clitterhouse, qui se démarque des traditionnels films de gangster en présentant l'itinéraire iconoclaste d'un docteur devenu gangster par amour de la connaissance scientifique. Fort réputé dans la communauté professionnelle, le docteur Clitterhouse (Edward Robinson) tente de comprendre les prédispositions psychologiques et physiologiques qui président, selon lui, à l'accomplissement d'actes criminels. Afin de démontrer ce postulat scientifique, le sémillant docteur participe aux activités interlopes d'un gang dirigé par un caïd retors, Rocks Valentine (Humphrey Bogart).

2Dans un subtil jeu de va-et-vient entre l'écran et la réalité, cette démarche fictionnelle rejoint celle de la sociologie américaine qui élabore un projet similaire d'analyse de la criminalité. Depuis son émergence et sa constitution en champ disciplinaire à la fin du dix-neuvième siècle, la sociologie américaine s'attache à forger des lois sociales à partir d'actions individuelles (Ross, 1991). A ce titre, et dans le droit fil des travaux des sociologues européens, les comportements déviants au regard des normes sociales font l'objet d'un intérêt tout particulier, notamment les comportements criminels. Des années trente aux années cinquante, sous l'impulsion du département de sociologie de Chicago, les sociologues américains tentent de construire un savoir objectif sur la criminalité en révélant ses principes d'organisation interne et externe. Néanmoins, cette démarche d'objectivation donne naissance à une lecture paradoxale de la criminalité et conduit, en conséquence, les sociologues à s'interroger sur les finalités de cette science, participant ainsi à un débat qui agite l'ensemble des sciences sociales américaines dans l'entre-deux guerres (Smith, 1994).

Un regard objectif : discours et méthode de la sociologie

3Au cours des années vingt, journalistes et écrivains puisent dans le développement de la criminalité le matériau nécessaire à leur production intellectuelle. Dans l'Amérique nativiste de la Prohibition, la criminalité est assimilée à un fléau politique et social, causé par les masses d'immigrants en provenance d'Europe de l'Est et du Sud (Higham, 1955). Depuis les événements sanglants de la Nouvelle Orléans en 1890, la criminalité se perçoit comme un corps étranger qui mine les fondements d'une démocratie saine. A l'image des écrits de Cesare Lombroso, les thèses eugénistes et racistes s'imposent dans la production culturelle (Ruth, 1997). Le premiers apport de la sociologie américaine est de rompre avec cette thèse du complot qui fait de la criminalité une réalité exogène.

La criminalité : une réalité américaine

4Ce recentrage est indissociable des travaux sociologiques accomplis à l'époque progressiste sur la question de l'immigration qui ont démontré le fonctionnement interne des flux migratoires (Chapoulie, 2001). Loin d'être un dangereux déraciné, l'immigrant obéit à une logique rationnelle qui rend possible son assimilation. De façon similaire, le criminel n'est pas une exception maléfique : son itinéraire est consubstantiel des structures urbaines, politiques et économiques du pays d'accueil. Cette lecture innovatrice s'explique par un constat liminaire commun à tous les sociologues : pour s'implanter dans la durée, les criminels doivent trouver un terrain fertile dans les villes américaines. Cette pérennité cadre mal avec la thèse du caractère exogène de la criminalité. Immigrant roumain, formé à l'université de Chicago, John Landesco élabore à la fin des années vingt une étude pionnière sur la criminalité à Chicago (Landesco, 1929). En tentant d'établir un Who's Who de la criminalité locale, il constate la longévité de certains gangsters qu'un simple relevé de faits-divers ne laisse pas transparaître. Selon lui, la criminalité se pérennise en raison d'un système liant les principaux gangs ethniques aux élites politiques de la ville. Les élections constituent l'un des temps forts de la cristallisation de cette alliance puisque les gangsters fournissent leurs services aux politiciens qui, en retour, leur garantissent leur bienveillance au lendemain des élections. Explicitement, dans le prolongement des critiques progressistes, Landesco met en cause le système municipal urbain, profondément corrompu. Pilier de cet ordre urbain, le boss assure le bon fonctionnement de cette entente entre 1’underworld et les élites urbaines. Ainsi, l'analyse de Landesco contredit fortement la thèse de la transplantation en démontrant que la criminalité s'appuie pour se développer sur les structures politiques et urbaines.

5A cette racine politique s'ajoute le poids des liens étroits entre les gangsters et les grandes organisations économiques du pays. Dans l'entre-deux guerres, cette collusion économique est rarement évoquée par les journalistes, contrôlés par les gangsters et les magnats de la presse (Gabier, 1994). Au cinéma, la censure prévaut également. En 1929, le scénario de Rowland Brown pour le film Doorway to Hell (1930) est retouché car il présente les liens entre les gangsters et les hommes d'affaires. A l'inverse, la sociologie ne connaît pas de similaires problèmes de censure et se penche sur les soubassements économiques du monde criminel. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Daniel Bell publie dans le magazine Dissent un pamphlet contre le racket organisé qui sévit sur le port de New York. Comme il l'écrit :

It is the thesis of this paper that the distinctive economic matrix of the port shaped a pattern of accommodation between the shippers and the racketeers and led to the continuation of the system. Without those economic requirements, the system would go under. In our fascination these days with power and manipulation, we often ignore the economic fulcrum underneath. (Bell, 1951, 418)

6Cet "economic fulcrum" consiste en une alliance tacite entre gangsters, syndicalistes et chefs d'entreprise. Si les Italiens ont remplacé les Irlandais à la tête du racket, le système demeure identique à celui mis en place à la fin du dix-neuvième siècle. La loi du silence et les intérêts économiques expliquent cette longévité de l'activité criminelle.

7Ainsi, l'étude sociologique des fondements politiques et économiques contribue à enraciner la criminalité dans l'espace civique et économique américain. Majoritairement issus de minorités ethniques, les criminels adoptent les valeurs et les comportements qui prédominent dans l'Amérique de la Prohibition. La sociologie démontre le fort degré d' "organisation" qui régit les associations criminelles. Organisée et américanisée, cette criminalité facilite dès lors la mobilité sociale des immigrants (Bell, 1964). L'acuité et la pertinence de ce regard sociologique découlent d'une méthode originale d'analyse du mode de fonctionnement des gangs et des gangsters.

Enquêteurs de terrain

8Afin de poser un regard distancié nécessaire à la constitution d'un discours objectif, les sociologues privilégient les enquêtes de terrain pour appréhender les gangsters dans leur univers quotidien. De façon délibérée, ils délaissent les actions violentes des criminels qui font les belles heures de la presse populaire pour se tourner vers le vécu ordinaire des gangsters. A l'image du docteur Clitterhouse, l'observation doit être participante dans les principaux lieux de vie des gangsters. En étudiant les dance halls de Chicago, espace de sociabilité et de recrutement des jeunes gangsters, Paul Cressey travaille quotidiennement dans ces lieux festifs avec un entrain tel que son directeur de recherche l'invite à modérer son degré de participation (Cressey, 1932). Dans la majorité des cas, cette observation participante ouvre la voie à une collecte d'informations sur les mécanismes de fonctionnement de la criminalité. Au cours de son étude des 1313 gangs dont il recense l'existence à Chicago au début des années 1920, Frederic Thrasher procède à plus d'une centaine d'entretiens dans une soixantaine de gangs et rencontre des policiers, des videurs, des barmen, des gangsters et des politiciens (Thrasher, 1927).

9L'accent porté sur la vie quotidienne des gangsters conduit les sociologues à poser un regard anthropologique sur les actes des criminels. Cette distance se mesure à la récurrence des études sur les funérailles des gangsters. Avec pertinence, John Landesco souligne la centralité de cet événement majeur qu'il lit comme un marqueur du poids politique et social des gangsters au sein du tissu urbain, à l'image de celui de Frank Uale, le "Robin Hood of Brooklyn" (Landesco, 1929).

10Pourtant, à la fin des années vingt, un glissement conceptuel s'opère : les sociologues délaissent cette sociabilité des gangs pour s'intéresser aux comportements individuels (Marylee, 1995). La méthode porte la marque de ce basculement puisqu'elle privilégie désormais la collecte de récits de vie des gangsters.

Le récit de vie des gangsters

11Depuis l'ouvrage séminal de la sociologie américaine de Williams Thomas et Florian Znaniecki, The Polish Peasant (1918), les récits de vie sont conçus comme un moyen de briser la distance sociale qui sépare le sociologue de son objet d'étude. Le récit sert principalement à présenter le point de vue du criminel sans le filtre du sociologue. Dans le champ des études criminelles, la collecte de récits de gangsters, souvent jeunes, se développe fortement dans les années trente. D'un point de vue méthodologique, le récit de vie suppose un échange interactif entre le chercheur et le gangster. Comme l'affirme Clifford Shaw dans son étude d'un jack-roller, cette interaction est indispensable pour s'assurer de la coopération du criminel :

The initial step in securing the written document has been to obtain, usually by means of personal interviews, a list of the boy's behavior problems, delinquencies, arrests, court appearances and commitments. These experiences were then arranged in the order of their occurrence and presented to the boy and used as a guide in writing his "own story". He was always instructed to give a complete and detailed prescription of each experience, the situation in which it occurred, and the impression which it made upon him. If the initial document was relatively meagre, the boy was used to make further elaboration. This process of elaboration was continued until the story was made as complete as possible. (Shaw, 1930, 18)

12Le jeune criminel de seize ans, Stanley, accepte de répondre aux attentes du sociologue car il espère que cet entretien pourra accélérer sa libération anticipée. L'année suivante, Shaw publie un récit similaire en étudiant la cas d'un violeur, Sydney (Shaw, 1931). Quelques années plus tard, Edwin Sutherland travaille avec un voleur professionnel (Chic Conwell) dont il paye le compte-rendu à l'aide de fonds provenant du Social Sciences Research Committee de l'université de Chicago (Sutherland, 1937). Le cinéma puise amplement dans ces matériaux biographiques pour enrichir les scénarios. Dans Knock Any Door (1948) de Nicholas Ray, le récit de vie sert de toile de fond à la première partie pour rendre compte de l'arrestation de Nick Romano, un jeune truand défendu par un avocat interprété par Humphrey Bogart.

13Néanmoins, cette perspective individuelle et subjective soulève le problème de la généralisation. Dans son étude sur Eddy Jackson, l'un des grands voleurs de Chicago qui bénéficiait d'une immunité policière, John Landesco s'interroge sur l'importance quantitative de voleurs d'origine juive mais renonce à expliquer cette spécificité ethnique faute de facteurs explicatifs pertinents (Landesco, 1935). Dans le cas de Stanley, Clifford Shaw esquisse une généralisation à partir de cet itinéraire individuel. Né dans une famille de sept enfants, élevé dans une famille recomposée à la suite du décès de sa mère, Stanley s'enfuit rapidement du domicile familial et connaît alors l'engrenage infernal (fugue, délit, maison de redressement) qui le fait basculer dans la délinquance. Pour Shaw, Stanley est la victime de son environnement urbain, le fameux quartier de Chicago Back of the Yards, qui sécrète les comportements criminels. En 1926, 85 pour cent des jeunes garçons arrêtés par la police habitent ce quartier. Les structures familiales et éducatives échouent irrémédiablement : à l'inverse, les aspirants délinquants apprennent les rudiments du métier le long des rues mal famées de West Madison Street.

14Cette approche qualitative du récit de vie et les problèmes qu'elle pose donnent naissance à une approche quantitative dont l'objectif est de compléter les apports subjectifs des témoignages individuels.

Trust in Numbers : vers une sociologie quantitative1

  • 1 Formule empruntée à Theodore Porter, Trust in Numbers : the Pursuit of Objectivity in Science and P (...)

15A la fin des années vingt, Clifford Shaw, Frederic Zorbaugh, Henry McKay et Leonard Cottrell publient un ouvrage sur la délinquance à Chicago dans lequel ils recensent les domiciles de 60 000 criminels (Shaw, Zorbaugh, McKay et Cottrell, 1929). Leur approche quantitative et spatiale démontre la corrélation entre le choix d'une carrière criminelle et les quartiers défavorisés de la ville. En 1942, Shaw et McKay réduisent leur investigation à la seule délinquance juvénile. Leur ouvrage se propose d'établir une sociologie complète de la délinquance en comparant plusieurs grandes villes américaines : Philadelphie, Boston, Cincinnati, Cleveland et Richmond. Dans cette optique, ils utilisent des outils statistiques et mathématiques pour enrichir les facteurs expliquant le basculement vers le crime :

For the Boston area as a whole, areas with high rates of delinquents were found to be characterized by decreasing population, and vice versa. A high positive correlation was found also between rates of delinquents and the percentage unemployed among employable males. (Shaw, McKay, 1942, 65)

16Cette approche quantitative achève d'objectiver le discours et la méthode du regard que les sociologues portent sur la criminalité organisée. Pourtant, cette construction scientifique donne lieu à une lecture paradoxale et réductrice de la criminalité organisée.

Une lecture paradoxale : la criminalité organisée comme marqueur de la "désorganisation sociale".

17En 1937, le film de William Wyler, Dead, End, débute par une plongée dans les quartiers huppés de New York, opposés aux quartiers défavorisés de la ville où sévit la criminalité. Ce regard cinématographique, séparant la criminalité du reste de la société, rejoint à nouveau celui des sociologues américains qui font de l'organisation criminelle un reflet de la "désorganisation sociale". Cette lecture paradoxale s'explique principalement par la prégnance de l'école de sociologie de Chicago dont les préceptes scientifiques pèsent sur l'ensemble de la profession (Bulmer, 1984).

Chicago, un prisme sociologique

18Au début du vingtième siècle, les fondateurs de l'école de Chicago ont développé deux concepts centraux expliquant les relations sociales dans l'Amérique industrielle et urbaine. Le premier souligne l'existence d'une "désorganisation sociale" dans le tissu urbain sous la pression des forces modernisatrices (industrialisation, bureaucratisation, etc.). Cette désorganisation s'élabore dans les quartiers défavorisés où les habitants peinent à s'adapter aux profondes mutations économiques et sociales qui ont profondément transformé l'Amérique. Dans un second temps, les sociologues définissent les liens sociaux sur la base d'un rapport d'interaction qui obéit au cycle suivant : conflit, puis accommodation et assimilation. Les études sur les immigrants ont permis de théoriser ce modèle en mettant à jour leur rejet initial du pays d'accueil, puis leur lente accommodation et leur tentative finale d'intégration. Pour démontrer ce double postulat sociologique, la ville de Chicago a servi de laboratoire social idéal. Consécutivement aux mutations agricoles et industrielles du dix-neuvième siècle, la ville a connu une explosion urbaine sans précédent, sous l'effet de migrations internes, la Great Migration des Noirs, et externes, l'arrivée des populations d'Europe de l'Est et du Sud (Cohen, 1990).

19Ce paradigme élaboré à Chicago sert de fil conducteur à une majorité d'études sur la criminalité, à l'image de celle de Frederic Thrasher consacrée aux gangs de Chicago (Thrasher, 1927). Le sociologue procède en deux temps. Tout d'abord, il analyse les conditions d'émergence des gangs en observant les quartiers criminogènes. Ceux-ci se situent entre le centre commercial de la ville (The Loop) et les quartiers résidentiels, situés à la périphérie de la ville. Dans cet espace de l'entre-deux, interstitiel selon la terminologie de Thrasher, on observe une profonde désorganisation des cadres familiaux et scolaires qui affectent en premier lieu les jeunes adolescents. Au cœur de cet espace interstitiel, les gangs se développent et prospèrent en s'adaptant progressivement à l'environnement urbain. Après une première phase de conflit avec les forces hostiles (policiers, gangs rivaux, familles), les gangs assimilent les valeurs ambiantes et finissent par s'adapter à la société américaine dont ils reproduisent en creux les principes d'organisation et d'efficacité.

20L'étude de cas de Thrasher démontre la prégnance du modèle de Chicago. A l'aide du concept d'anomie, le sociologue Robert Merton achève de modéliser cette conception cyclique et évolutive de l'itinéraire des gangsters.

L'anomie du gangster

21Le concept d' "anomie" est forgé par Durkheim au début du siècle (Besnard, 1997). Dans les années trente, Robert Merton l'adapte à son étude sur les comportements criminels (Merton, 1938). Selon lui, l'anomie se définit par l'incapacité d'un individu à atteindre un objectif défini en raison de sa position dans la structure sociale. L'anomie donne lieu à une forte contradiction qui conduit l'individu à s'engager dans des comportements déviants pour atteindre malgré tout l'objectif qu'il recherche. Merton abandonne la traditionnelle perspective moralisatrice qui insiste sur l'aspect déviant des moyens pour montrer l'aspect traditionnel de la fin. A ce titre, les gangsters poursuivent un but identique aux autres catégories de la population : l'enrichissement personnel. Les fréquentes comparaisons dans la presse populaire entre les grands criminels et les héros des romans d'Horatio Alger traduisent bien cette conformité des criminels aux valeurs américaines. Pourtant, en dépit de son acuité, ce regard sociologique comporte une dimension paradoxale dans la mesure où il limite l'étude de la criminalité aux seuls quartiers ethniques, se contentant de montrer les passerelles entre l’underworld et l'upperworld.

Dépasser le paradoxe ?

22Ce paradoxe n'échappe pas aux contemporains, notamment Edwin Sutherland. Dès son étude sur le voleur Chic Conwell, Sutherland choisissait délibérément un voleur issu de la classe moyenne pour éviter toute forme de réductionnisme social. En 1939, lors d'une conférence, il théorise ce refus en forgeant le concept de "white collar crime" (Sutherland, 1940). Avec pertinence, il souligne l'aspect biaisé des études sociologiques qui délaissent les grandes organisations économiques, notamment les entreprises, tout aussi criminogènes que les "folkloriques" gangsters ethniques. Dans l'atmosphère anti-capitaliste des années trente, Sutherland estime qu'Ai Capone est moins criminel que les patrons de l'entreprise DuPont (Greis, Goff, 1983). En rompant brutalement avec les préceptes de l'école de Chicago, Sutherland pose les bases des études criminologistes qui s'intéressent particulièrement à la délinquance financière des white collars.

23Cette prise de conscience d'un paradoxe évident à l'intérieur du champ des études sociologiques conduit les professionnels à s'interroger sur la finalité de leur recherche.

Knowledge for what ? Les sciences sociales face au crime organisé2

  • 2 L'expression est empruntée à Robert Lynd dont l'ouvrage de 1939, Knowledge for What ? The Place of (...)

24Dans l'entre-deux guerres, la criminalité organisée fait l'objet de nombreux débats politiques au sein de commissions municipales ou nationales. Les sociologues sont appelés à fournir leur capacité d'expertise sur la question. Cette instrumentalisation du savoir par les autorités politiques ne pose guère de difficultés dans la mesure où la collaboration assure un financement nécessaire à leur recherche. Ainsi, les travaux de John Landesco sont financés par l'Illinois Financial Association for Criminal Justice. Néanmoins, leur participation aux débats politiques ne donne pas toujours les résultats escomptés. A ce titre, l'exemple du Payne Fund Study est éclairant.

Le Payne Fund Study : l'expertise des sociologues

25Le degré d'influence des films de gangsters constitue un débat public important au début des années trente, consécutivement à la polémique née du succès de Little Caesar (1930), Public Enemy (1931) ou encore Scarface (1932). Les sciences sociales sont amenées à jouer un rôle dans le débat en apportant une réponse scientifique à ces vives polémiques. Dès 1926, le révérend Short fonde un groupe pluridisciplinaire de recherche, le Motion Picture Research Council, chargé de mesurer les effets du cinéma sur les jeunes enfants. Grâce à ses liens avec le National Committee for the Study of Juvenile Reading, il obtient le financement d'une expérience auprès du Payne Study and Experimental Fund. En 1928, un jeune sociologue de l'université de Chicago, Herbert Blumer, soumet dans une lettre envoyée à Short une liste de projets susceptibles d'être développés par le Payne Fund Study (Jowett, Jarvie et Fuller, 1996). A l'automne 1928, un groupe de recherche pluridisciplinaire est fondé regroupant des psychologues, des éducateurs, des social workers, des journalistes, des juristes et des théologiens. Néanmoins, au sein de l'équipe, les sociologues sont majoritairement représentés. Issus pour l'essentiel de l'université de Chicago, ils orientent les recherches des quatorze projets de recherche en direction des pistes de recherche développées au sein du département. Spécialiste de la sociabilité des gangs à Chicago, Frederic Thrasher travaille dans un groupe de recherche sur les clubs fréquentés par les jeunes délinquants. De son côté, Paul Cressey s'intéresse à l'impact du film sur la communauté en étudiant les Boys'Club dans le quartier d 'East Harlem à New York. Cressey interroge les jeunes qui sont arrêtés et tente d'établir des liens avec leur fréquentation des cinémas. Les conclusions concernant la portée réelle des films de gangster varient d'un rapport à l'autre. Certes, tous s'accordent à reconnaître l'importance du nombre de jeunes parmi les spectateurs : un tiers du total. Néanmoins, dans leur ouvrage Movies, Delinquency and Crimes (1933), Herbert Blumer et de Philip M. Hauser chiffrent à seulement 10 pour cent le nombre de délinquants qui reconnaissent avoir subi l'influence du cinéma. Leur conclusion est sobre et nuancée : les films de gangsters agrémentent simplement l'imaginaire des enfants. L'un des rapports, Boys, Movies and City Streets n'est pas publié car il conclut, contre toute attente, à la possibilité d'utiliser à des fins éducatives ces films de gangster. Dans son livre Motion Pictures and Youth, Charters forge le concept passe-partout d' "emotional possession" pour désigner le sentiment des enfants face à la représentation de la violence à l'écran. Dans l'ensemble, les conclusions sont donc peu probantes et les travaux de la commission décevants par rapport aux espoirs initiaux. Les fissures apparaissent alors au sein du groupe de recherche. En 1933, Henry Forman publie Our Movie Made-Children dans lequel il dénonce l'influence pernicieuse du cinéma et des films de gangster. Forman abandonne le ton précautionneux de ses collègues en rédigeant ce pamphlet politique dénué de toute rigueur scientifique. Selon lui, le film Little Caesar (1930) est responsable de trois meurtres perpétrés par de jeunes adolescents, dont celui de Winslow Eliot en 1931 ! L'exemple du Payne Fund Study révèle les difficultés pour les sociologues de se départir de leur posture scientifique. Néanmoins, certains franchissent le pas en tentant de mettre en pratique leurs préceptes scientifiques.

La délinquance juvénile : un terrain d'action pour les sociologues

26Dans la lignée des social workers de l'époque progressiste, de nombreux sociologues acceptent de participer à des structures de prévention et de réhabilitation des jeunes criminels. Néanmoins, ils se démarquent de la méthode de leurs prédécesseurs qu'ils estiment incapable de résoudre le problème de la délinquance juvénile (Cazenave, 1993). Créé en 1932 par des sociologues de l'école de Chicago, notamment Clifford Shaw et David McKay, le Chicago Area Project (CAP) tente d'apporter des réponses innovantes à la question de la délinquance juvénile. Le CAP préconise l'implication des habitants des quartiers défavorisés dans les structures de réhabilitation. Pourtant, cette action menée en concertation avec les habitants du quartier ne donne pas les résultats escomptés. En conséquence, les sociologues se divisent sur la méthode à suivre. L'un d'entre eux, Saul Alinsky, prend ses distances avec ses collègues en fondant le Back of the Yards Neighborhood Council.

27Activiste politique, Alinsky revendique une approche plus politique qui dépasse la simple concertation locale (Chapoulie, 2001). Il envisage de doter les pauvres de structures de représentation communautaire nécessaires à leurs revendications politiques. Le projet repose sur une alliance avec les syndicats et les églises locales, notamment l'église catholique, afin de mener un front commun en faveur des pauvres et empêcher ainsi les enfants de tomber dans le piège de la criminalité.

Conclusion

28Le regard sociologique forgé dans l'entre-deux-guerres et dans l'immédiat après-guerre imprègne fortement les films de gangsters, consciemment, à l'image des scénarios analytiques de Robert Rossen (Marked Woman et Racket Busters, réalisés tous deux en 1937) ou inconsciemment, en véhiculant une perspective misérabiliste sur la criminalité qui met l'accent sur le poids de la désorganisation sociale. Ce va-et-vient entre l'écran et l'université popularise les thèses de l'école de sociologie de Chicago et contribue à diffuser cette lecture paradoxale qui limite le champ d'étude aux seuls criminels ethniques, délaissant jusqu'à la fin des années quarante les criminels en col blanc. Ces travaux sociologiques sur la criminalité bénéficient fortement des débats politiques, à tel point que le champ se structure en fonction de cette demande sociale. Dans les années cinquante, parallèlement aux Hearings d'Estes Kefauver sur la question, la délinquance juvénile devient le champ le plus prolifique de la sociologie américaine avec les travaux de Lloyd Ohlin (Gilbert, 1991). Au terme de cette étude, il n'est guère surprenant de constater que le cinéma emboîte le pas à la sociologie : le film Rebel Without a Cause de Nicholas Ray cristallise les craintes d'une Amérique inquiète du développement de criminels en herbe.

Bibliographie

Ouvrages cités

Bell, Daniel, 1959. "The Rackett-Ridden Longshormen". Dissent, VI, 417-429.

—, 1964. The End, of Ideology. Glencoe, Il. : The Free Press.
Besnard, Philippe, 1997. L'Anomie, ses usages et ses fonctions dans la discipline sociologique depuis Durkheim. Paris : Presses Universitaires de France.

Bulmer, Martin, 1984. The Chicago School of Sociology : Institutionalization, Diversity and the Rise of Sociology Research. Chicago : University of Chicago Press.

Cazenave, Noel Α., 1993. "Chicago Influences on the War on Poverty." Journal of Policy History 5.1 : 52-68.

Chapoulie, Jean-Michel, 2001. La tradition sociologique de Chicago 1892-1961. Paris : Seuil.

Cohen, Lizabeth, 1990. Making a New Deal - Industrial Workers in Chicago, 1919-1939. Cambridge : Cambridge University Press.

Cressey, Paul, 1932. The Taxi-Dance Hall ; a Sociological Study in Commercialized Recreation and City Life. Chicago : University of Chicago Press.

Gabier, Ν., 1994. Winchell : Gossip, Power, and the Culture of Celebrity. New York : Alfred A. Knopf.

Gilbert, James, 1986. A Cycle of Outrage : America's Reaction to the Juvenile Delinquent in the 1950s. New York : Oxford University Press.

Greis, Gilbert, Colin Goff, eds., 1983. White Collar Crime - The Uncut Version. New Haven : Yale University Press.

Higham, John, 1955. Strangers in the Land : Patterns of American Nativism, 1860-1925. New Brunswick, NJ : Rutgers University Press.

Jowett, G., J. Jarvie,, K. Fuller, eds., 1996. Children and the Movies - Media Influence and the Payne fund Controversy. Cambridge : Cambridge University Press.

Landesco, John, 1929. Organized Crime in Chicago - Part III of the Illinois Crime Survey. Chicago : University of Chicago Press.

—, 1935. "Chicago's criminal underworld of the 80's and 90's." Journal of Criminal Law and Criminology 25 : 928-940.

Marylee, Reynold, 1995. From Gangs to Gangsters : How American Sociology Organized Crime 1918-1934. New York : Guilderland.

Merton, Robert, 1938. "Social Structure and Anomie." American Sociological Review III : 672-682.

Ross, Dorothy, 1991. The Origins of American Social Science. New York : Cambridge University Press.

Ruth, D., 1996. Inventing the Public Enemy : The Gangster in American Culture, 1918-1934. Chicago : University of Chicago Press.

Shaw, Clifford, 1930. The Jack-Roller : A Delinquent Boy's Own Story. Chicago : University of Chicago Press.

—, 1931. The Natural History of a Delinquent Career. Chicago : University of Chicago Press.

Shaw, Clifford, Frederic Zorbaugh, Henry McKay, Leonard Cottrell, 1929. Delinquency Areas. Chicago : University of Chicago Press.

Shaw, Clifford, Henry McKay, 1942. Juvenile Delinquency and Urban Areas : A Study of Rates of Delinquents in Relation to Differential Characteristics of Local Communities in American Cities. Chicago : University of Chicago Press.

Smith, M., 1994. Social Science in the Crucible : the American Debate over Objectivity and Purpose 1918-1941. Durham, NC : Duke University Press.

Sutherland, Edwin, 1937. The Professional Thief. Chicago : University of Chicago Press.

—, 1940. "The White Collar Criminal", American Sociological Review. 26, 1-12.

Thrasher, Frederic Milton, 1927. The Gang : A Study of 1,313 Gangs in Chicago. Chicago : University of Chicago Press.

Notes

1 Formule empruntée à Theodore Porter, Trust in Numbers : the Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, NJ : Princeton University Press, 1995.

2 L'expression est empruntée à Robert Lynd dont l'ouvrage de 1939, Knowledge for What ? The Place of Social Science in American Culture invite la communauté à tourner son regard vers l'action politique.

Auteur

Université d'Artois, CENA (CNRS)

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540